Navigation – Plan du site

Introduction

Jacques Terrasa
p. 7-9

Texte intégral

1Entre 2008 et 2012, l’ailleurs a été le thème quadriennal choisi par les enseignants-chercheurs qui participent à l’axe de recherche n° 4 du CAER – EA854, “Discours et pratiques artistiques et sociaux”. Après deux plans quadriennaux consacrés à l’étude de la ville (Lieux et limites, puis Rites et rythmes urbains), l’équipe de recherche a décidé de s’éloigner de cet espace urbain pour explorer les limites floues et indéfinissables de ce territoire que l’on appelle l’ailleurs.

2Qu’est-ce donc que l’ailleurs ? Autre lieu que celui où je suis – d’où je parle –, l’ailleurs est d’abord signe d’altérité. Aussi, sa construction passe par une prise de conscience du territoire de l’Autre, au-delà des frontières, du vide, des espérances ou des peurs qu’implique ce voyage vers l’inconnu (l’origine, l’utopie, le sacré, etc.). Dans le cadre des études romanes, nous avons la possibilité d’étudier les représentations et les conditions d’émergence de cet ailleurs, en littérature et dans les arts – le cinéma en particulier –, mais aussi dans les sciences humaines (histoire, anthropologie…). Comment surgit-il dans l’ici, par exemple, en tant que présence insolite du merveilleux dans notre vie quotidienne ? Comment se manifeste-t-il dans les signes, visuels ou linguistiques ? Dans quel entre-deux, derrière quels mots et quelles figures, quels vides et quels silences, dans quelles périphéries du texte et hors-champs de l’image faut-il le traquer ? Peut-on d’ailleurs concevoir une sémiotique de l’ailleurs ? Comment s’opère, d’abord au Moyen Âge, puis avec la découverte du Nouveau Monde, cette articulation de l’ici et de l’ailleurs, de l’Orient et de l’Occident, du Nord et du Sud ? Vers quels espaces et vers quelles rencontres sont allés les voyageurs partis à la conquête d’autre chose qu’eux-mêmes ? Comment le XVIIIe siècle cherche-t-il ensuite à enfermer ce territoire étrange – monstrueux – dans les filets de la Raison ? Quelle fusion ou quel enfermement implique ce rapport à l’inconnu ? Enfin, quel est l’ici que l’on fuit aujourd’hui, en franchissant les portes de nos villes, de notre civilisation ? L’ailleurs devient-il l’expression de l’exil intérieur ou du voyage cybernétique, le miroir de notre errance contemporaine ?

3Nous ne prétendons pas apporter des réponses à toutes ces questions ; l’ambition du propos, ouvert à la littérature, aux sciences humaines et aux arts, dépasse le cadre d’un volume limité à un nombre restreint d’articles (13 au total), et à l’aire romane uniquement. Précisons d’entrée que nous avons dû faire des choix, avec une nette orientation de ce numéro des Cahiers d’études romanes vers les textes à caractère civilisationnel et vers le cinéma. On pourra donc constater que les textes narratifs (habituellement privilégiés par les chercheurs du CAER) n’occupent ici qu’une part congrue, avec deux études seulement : l’une sur Les villes invisibles d’Italo Calvino, et l’autre sur la réécriture des contes de fées chez Ana María Matute.

4En réalité, les chercheurs spécialisés dans le domaine de la littérature de langue romane ont eu tout le loisir d’approfondir leur réflexion sur l’ailleurs, mais dans un autre contexte que celui des journées d’étude et séminaires de recherche. En effet, nous avons organisé deux colloques internationaux, l’un sur l’ailleurs dans les dramaturgies de langue espagnole (mars 2010) et l’autre sur l’ailleurs dans la poésie de langue romane (colloque Ailleurs en vers, prévu en décembre 2011), dont les communications doivent faire l’objet de publications séparées, sous la forme de deux ouvrages coordonnés par Carole Egger et Isabelle Rouane-Soupault pour le théâtre, Yannick Gouchan et Estrella Massip pour la poésie.

5Pour revenir au travaux des civilisationnistes que propose le présent volume des Cahiers, deux articles concernent l’Italie (et Florence en particulier) et un troisième l’Espagne, entre le XIVe et le XVIe siècle : il s’agit d’abord de l’image du monde qu’offre au XIVe siècle la Nuova cronica de Giovanni Villani, puis de l’exil vécu comme un ailleurs chez trois républicains florentins de la Renaissance ; le troisième article concerne un ailleurs que Lucas de Iranzo, dans sa chronique, situe de l’autre côté de la frontière, en terres musulmanes, dans l’Andalousie de la fin de la « Reconquête ». Deux autres articles nous entraînent dans les années noires du franquisme : l’un porte sur l’ailleurs concentrationnaire qu’ont été les camps d’internement pour réfugiés espagnols dans le département de l’Hérault, en 1939 ; l’autre sur la « Volonté d’Empire » dans le discours franquiste de l’après Guerre civile.

6Les quatre textes sur le cinéma hispanique abordent l’ailleurs sous quatre angles différents : l’un traite de l’ailleurs lié à l’altérité, dans les films documentaires du cinéaste barcelonais Joaquín Jordá ; dans un autre article, c’est à un ailleurs désiré et impossible que nous avons affaire, celui qui transparaît dans les films de fiction d’Isabel Coixet ; c’est ensuite l’île qui, à travers les désirs d’évasion frustrés, motive la quête spatiale, identitaire, voire métaphysique des personnages du film cubain Madagascar, de Fernando Pérez ; enfin, c’est à un jeu sur le champ et le hors-champ, ouvert sur une dialectique du plein et du vide – de l’ici et de l’ailleurs –, que nous entraîne Jaime Rosales dans son film La Soledad.

7Enfin, deux articles nous emmènent vers d’autres ailleurs, plus périphériques par rapport au reste des articles : en Transylvanie d’abord, avec une étude des différentes manières d’exprimer l’ailleurs dans un dictionnaire roumain de 1825 ; et dans le domaine de la photographie enfin, en tant qu’image mécanique sur la lisière instable entre art et document.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Terrasa, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 23 | 2011, 7-9.

Référence électronique

Jacques Terrasa, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 23 | 2011, mis en ligne le 22 janvier 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/764

Haut de page

Auteur

Jacques Terrasa

Aix-Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org