Navigation – Plan du site

L’Ailleurs et l’Autre. Conflictualité de frontière dans la chronique de Lucas de Iranzo (1460-1471)

Michel Jonin
p. 49-71

Résumés

Au prisme d’une chronique – Les Faits du connétable Lucas de Iranzo (XVe) – on interroge le rapport conflictuel qu’entretient l’Ici chrétien du municipe de Jaén avec la « tierra de moros » – le royaume de Grenade – et les représentations de l’ailleurs et de l’autre qui y sont attachées. La réponse que ce récit mémoriel apporte à la question relève de l’histoire politique. Plaçant le personnage du connétable en perspective, reliant le local aux problématiques globales, la chronique révèle alors l’articulation complexe de pouvoirs et d’imaginaires identitaires à l’origine de cette violence. Les conclusions qu’il impose vont à l’encontre des thèses culturalistes : c’est le politique – soit les stratégies des acteurs sociaux – qui dicte les identifications toujours variables, contextuelles, qui fabrique les ailleurs et les autres.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne, Grenade

Index chronologique :

XVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hechos del Condestable Don Miguel Lucas de Iranzo (Crónica del siglo XV), edición y estudio por J (...)

1« La tierra de moros », ou encore « aquella tierra de moros », c’est par de telles périphrases que l’auteur anonyme qui tient la chronique des Faits du connétable Miguel Lucas de Iranzo1 désigne la terre d’en face, la terre de ceux d’en face, le royaume de Grenade. Un ailleurs et un autre.

2Nous sommes dans les années 1460-71. Le municipe de Jaén, que le connétable, en Adelantado de la frontera, dirige et administre pour le compte du roi Henri IV de Castille jouxte en effet partiellement ce qui reste, pour quelques années encore, le dernier territoire musulman de la péninsule ibérique.

3On le voit, l’ailleurs grenadin ne se confond pas ici avec le lointain. Il en est même, dans un paradoxe apparent, tout le contraire : un “Ailleurs proche”. Et la contiguïté des espaces se double même, en certains endroits, d’une continuité géographique, géophysique. Au point qu’il arrive aux habitants de Grenade, comme à ceux de Jaén – la chronique le rapporte significativement – de se retrouver sans le vouloir de l’autre côté de leur frontière. Les locutions citées supra toutefois sont éloquentes. L’espace en vis-à-vis se définit bien sous le rapport de la distance – et le démonstratif aquella dans la bouche des chrétiens la souligne encore davantage – mais celle-ci ne s’ancre guère dans la géométrie. Elle est celle que creuse une frontière opposant deux formations politiques, économiques, sociales et religieuses. L’ailleurs de la « tierra de moros » recouvre, au fond, tout cela.

4La spécificité de l’espace frontalier – c’est un voisinage qui associe la proximité à la différence – a suscité, en ce qui concerne la péninsule ibérique et sa longue « frontera de moros », l’intérêt et la passion des chercheurs qui ont tenté d’élucider son ambivalence : la balance a-t-elle incliné, au cours d’une histoire de plus de sept siècles, du côté de l’ouverture, des échanges pacifiques ou bien du côté de la fermeture, d’une altérité radicale, conflictuelle ?

  • 2 Pascal Buresi, La Frontière entre chrétienté et Islam dans la péninsule Ibérique. Du Tage à la Si (...)

5Nous n’entrerons pas ici dans un débat que l’ouvrage de Pascal Buresi, La Frontière entre chrétienté et Islam dans la péninsule Ibérique2, a d’ailleurs pratiquement clos dans le sens d’une dominante de violence guerrière non exclusive et même productrice d’échanges spécifiques. Notre propos est plus modeste.

6La chronique des Faits du connétable Miguel Lucas de Iranzo, met en scène une et même deux frontières que caractérise une intense violence. Celle qui oppose musulmans grenadins et chrétiens de Jaén, et celle que fonde la guerre civile entre les nobles rebelles et les partisans d’Henri IV, au premier rang desquels se trouve Lucas de Iranzo. C’est à la production de la première de ces frontières, à la fabrique locale, en quelque sorte, du conflit entre Chrétienté et Islam que nous voulons nous attacher.

7Il faut alors revenir à l’expression initialement citée – « la tierra de moros ». Elle renseigne la perspective chrétienne sur l’au-delà de la frontière. On ne saurait, en effet, en limiter le sens à la seule représentation ethno-religieuse qu’elle met significativement en avant. Car elle dit fondamentalement et très explicitement deux choses : la terre autre, et les Autres qui la tiennent, la “territorialisent”. Elle parle en termes ethno-religieux d’altérité géopolitique. Il s’agira donc de voir en quoi et comment les questions de l’espace, du pouvoir, et de l’identité qui fondent, on le voit, ce point de vue chrétien sur l’ailleurs grenadin éclairent ici la nature et le fonctionnement du conflit de frontière.

Défense de l’Ici, conquête de l’Ailleurs. Pouvoirs politiques et imaginaires identitaires

Frontière chrétienne et pouvoirs

8La chronique, bien que logiquement centrée sur l’action de Lucas de Iranzo, replace toutefois mais toujours du point de vue du connétable, l’instance et l’espace locaux du pouvoir dans une perspective politique plus large. Une mémoire textuelle symptomatique de la situation dialectique de ce municipe de frontière : celle d’un ici hiérarchiquement articulé avec des dimensions supérieures de pouvoir capables de relayer son action comme de la contraindre. Un ici à dimensions variables donc. Entre isolement et déploiement potentiels.

9Ainsi, ce sont bien trois lieux géopolitiques, trois étages de gouvernance, et trois puissances chrétiennes de contrôle et d’expansion du territoire qui sont montrés ici dans leur plus ou moins stricte imbrication. Au-delà donc du municipe frontalier de Jaén que dirige le connétable, la chronique met alors en scène les deux instances supérieures du royaume de Castille d’Henri IV et de la Papauté européenne dont Sixte IV devient le chef en 1471. Soit, dans la perspective qui nous occupe, – celle du conflit de frontière – les trois entités qui de la fin du XIe jusqu’au XIIIe ont été les principaux acteurs de l’histoire de la Reconquête. Qu’en est-il sur ce point des années 1458-1471 que saisit la chronique ?

  • 3 Cf. sur ce point : Lucien Clare, « Fêtes, jeux et divertissements à la cour du connétable de Cast (...)

10Pour ce qui est du pouvoir local, elle nous montre un connétable pris d’une véritable frénésie de guerre frontalière, habité jusqu’à la fin d’ambitieux projets de conquête. Au point qu’il serait alors bien difficile de ne concéder au texte aucun crédit pour ne les imputer qu’à une stratégie d’écriture visant à construire, aux fins “d’anoblissement”, la figure historique de Lucas de Iranzo3. Ainsi, le chroniqueur nous fait-il connaître le jugement que les moros terrorisés portent sur le rapport passionnel que le chef du municipe entretient avec cette guerre, son acharnement à la mener jusqu’au bout en cette année 1462. Il reprend pour l’occasion une technique argumentative épique qui consiste à placer la louange du héros dans la bouche de ses adversaires mêmes.

  • 4 Los Hechos del Condestable Miguel Lucas de Iranzo, cit., pp. 94-95. « Et les maures [...], qui te (...)

Y los moros, [...] aviendo por çierta su total destruyción, segúnd el miedo que deste señor avíen conçebido, y sabiendo que todo su deseo y deleyte era continuar y proseguir contra ellos la guerra, despoblauan la tierra llana, y desanparauan los lugares mal çercados […].4

11Ou encore, cette notation qui souligne de façon pertinente l’ampleur et le caractère continu, cohérent de cette volonté haineuse d’affaiblir l’ennemi.

  • 5 Ibidem, p. 95. « Son désir d’infliger des dommages à l’ennemi était tel qu’en aucune façon il ne (...)

[…] tan grande era el deso que tenía de facer mal y daño a los enemigos, que en ninguna manera se podía sofrir ni reposaua, buscando, ynquiriendo y pensando cómo y en qué modo y manera les pudiese ofender.5

12Par ailleurs, quoiqu’on ne puisse guère attendre d’une chronique particulière vouée à l’éloge d’un haut personnage qu’elle s’intéresse directement au peuple et nous éclaire sur une violence dont il serait l’origine ou du moins le co-acteur à égalité avec le pouvoir, il paraît bien ici, au regard de son dynamisme et son autorité politique, que la violence de frontière soit d’abord le fait du connétable.

  • 6 Ibidem, p. 469. « […] le connétable en fut peiné qui adressa une missive à son altesse le supplia (...)

13Mais le niveau supérieur entre en dissonance avec cet activisme militaire. La période 1458-71 constitue en effet l’extrémité d’un long temps mort de la Reconquête, laquelle ne reprendra qu’une dizaine d’années plus tard avec les Rois Catholiques. Sur ce point la chronique se révèle alors tout à fait intéressante car elle met au jour l’exception politique que va constituer, en la matière, le chef du municipe de Jaén, en décalage d’une dizaine d’années avec le mouvement d’expansion politico-religieux à venir. Et en effet, le pouvoir local y apparaît quasiment comme seule origine d’initiatives et de projets militaires contre la tierra de moros. Ceux-ci, alors, ne seront guère relayés par un pouvoir monarchique dont Lucas de Iranzo est de plus en plus isolé et qui tendra au contraire à les entraver. La frustration que manifeste le connétable suite à une ordonnance de trêve montre une dynamique politique locale inhibée d’en-haut : « [...] al dicho señor condestable pesó, con quánta ynstançia enbió suplicar a su alteza ge las no quisiese mandar dar [...] »6.

  • 7 « […] que su real magestad mirase y considerase […] si a él era conviniente facer la guerra a los (...)

14Une tentative malheureuse donc d’écrire “d’en bas”, si l’on peut dire, l’histoire politique de la frontière, à contre temps de l’histoire majoritaire de l’époque. Puisque hormis une incursion militaire contre Grenade, menée par Henri IV à l’entrée de son règne dans un but “publicitaire” avec d’ailleurs l’assistance du connétable, le contexte de guerre civile que connaît la Castille et les conflits du monarque avec les royaumes d’Aragon et de Navarre incitaient ce dernier à renouveler les trêves avec le royaume musulman7. En outre, les nobles factieux du clan Villena, partisans, contre Henri IV et le connétable, de son demi-frère Alphonse, avaient même fait un moment alliance avec le roi de Grenade.

  • 8 « Ca por algunas diferençias entre los prinçipales caualleros de Córdoua nasçidas, ligáronse con (...)

15Enfin, la papauté, troisième instance de contrôle et d’expansion de la frontière, entre en scène tardivement dans la chronologie de ces années de conflits. Et ce d’une manière indirecte et tragique. Elle n’y apparaît, en effet, que comme instance sollicitée, suppliée même, sans qu’on en donne ici la réaction. Suite à l’invasion et au massacre de la ville frontalière de la Figuera de Martos par les troupes du roi de Grenade alliées aux nobles rebelles qui en instrumentalisent la force militaire aux fins de déstabilisation du connétable, ce dernier lance en 1471 un appel à Sixte IV8. Il en requiert, pour une contre-offensive, des secours d’argent et d’hommes. Qu’il lève une armée de croisade. Toutefois, ce n’est qu’après avoir sollicité en vain, et à différentes reprises, son roi que Lucas de Iranzo s’adresse au souverain pontife en désespoir de cause. Le chroniqueur prend soin de le stipuler :

  • 9 Ibidem, pp. 95-96. « […] après avoir écrit à son altesse pour la supplier de prendre les mesures (...)

[…] después de aver escripto a su alteza suplicándole diese algúnd remedio como aquella frontera no se perdiese […] acordó de escriuir y escriuió una carta de suplicaçión a nuestro muy santo padre Sisto quarto [...]9

16On le voit, le pouvoir royal n’est pas court-circuité. Il s’agit plutôt d’une sorte de procédure “en appel” qui montre bien l’articulation politique et juridique entre les trois pouvoirs qui ont compétence à gérer cette frontière. Lucas de Iranzo saisit en effet la papauté en tant qu’instance transnationale se fondant sur sa compétence “universelle” à diriger les affaires spirituelles de la chrétienté d’Europe par-dessus les intérêts des états et des seigneurs. Ici une frontière de la chrétienté menacée de l’intérieur et de l’extérieur, respectivement et conjointement par les “mauvais chrétiens” quasi hérétiques et les infidèles. Engendrée par la défaillance du roi, la stratégie de substitution opérée par le connétable souligne alors la conscience politique et spirituelle qu’il a du lien structurel unissant Jaén au pouvoir central de la chrétienté. Conscience d’un contexte favorable aussi. Celui que représentent généralement les premiers mois de règne d’un pouvoir en termes d’écoute, particulièrement s’agissant d’un pape sensible à la défense militaire de la foi comme le fut dès le début Sixte IV alors mobilisé contre la puissance turque.

Des pouvoirs et des imaginaires

17Ici encore, la chronique nous livre un système général et sa réalisation particulière : trois pouvoirs de la frontière, dont on a pu saisir l’articulation politique et que le texte montre comme indissociablement liés aux imaginaires territoriaux d’ordre identitaire qu’ils secrètent, dictent, promeuvent. Un personnage singulier, Lucas de Iranzo, point de mire de la chronique, qui prend en charge ces imaginaires, les actualise et en manifeste alors, en discours et comme en actes, depuis l’échelon local, la coprésence, la complexe articulation politique et hiérarchique. On donnera alors ici une esquisse de ces programmes identitaires et territoriaux qui “habitent” le connétable.

L’imaginaire territorial du pouvoir local

  • 10 Ibidem, p. 67. « et elle bénéficia de la venue, de la ruse, et l’aide dudit connétable ».

18Un premier niveau d’imaginaire territorial s’incarne en Lucas de Iranzo, qui est d’ordre fondamentalement profane. Un imaginaire du fief, pour faire court. En effet, le rapport conflictuel qu’il entretient avec l’ailleurs de la tierra de moros, trouve forme et sens dans son identification à l’idéal politique du seigneur de la frontière. Ainsi de son labeur de défense, fortification du territoire sur lequel insiste longuement le chroniqueur, qui conclut un de ses éloges en exprimant la reconnaissance de Jaén envers son seigneur : « Y fue bienaventurada por la venida, yndustria y socorro del dicho señor condestable »10. Et le connétable reviendra d’ailleurs sur son bilan dans sa lettre au pape mais pour lui donner alors une signification plus sacrée. Plus précisément, les incursions de Lucas de Iranzo en tierra de moros n’ont pas qu’une fonction économique. Le produit des razzias – biens et captifs – est parfois remis au peuple. Il constitue alors un capital symbolique destiné à alimenter un idéal de chef de municipe et dont le connétable attend évidemment les retombées politiques. La démonstration est multiple. Elle engage les vertus du chef : sa libéralité, son humanité également, lorsqu’il s’agit de captifs destinés à un échange de prisonniers.

  • 11 Ibidem, p. 443. « c’était une affaire où on pouvait gagner gloire et biens en abondance ».

19La guerre frontalière est également une fabrique d’exploits personnels, ces hechos y hazañas propres à nourrir l’ethos chevaleresque du connétable et de ses pairs, notamment quand les affrontements prennent la forme d’embuscades soulignant la ruse, l’habileté des guerriers ou celle, réduite, d’escaramuzas propres à révéler, à l’instar des tournois des temps de paix, leur courage et leur vertu. Ainsi le commandeur Juan de Mendoça invite-t-il Alonso de Aguilar à participer à un « ardid », attaque surprise et vol de bétail qui pourvoira conjointement gloire et richesse (« era cosa en que mucha onrra y pró se ganaría »)11. La motivation acquiert une autre ampleur lorsque Lucas de Iranzo informe les chefs de guerre de son projet : vaincre le monarque grenadin dans un affrontement chevaleresque et s’emparer de son royaume. L’enjeu symbolique reste ici le prestige mais un prestige agrandi aux dimensions de la mémoire posthume, de l’histoire.

  • 12 Ibidem, p. 87. « Et si d’aventure le roi et la maison de Grenade, avec un aussi grand nombre de m (...)

E si acaesçiere quel rey y la casa de Granada, con tan gran moltitud de moros como vosotros decís, salieren a pelear conmigo, avn confío en el alto Dios que ligeramente podrá ser que yo alcançe memorable victoria ; y de que a vosotros y a mí se siga gloria inmortal.12

20Mais il faut souligner que cet ethos chevaleresque a des prolongements politiques. Ses faits d’armes sur l’autre territoire permettent de valoriser le connétable, de renforcer son autorité personnelle au sein du groupe aristocratique local et son rayonnement sur le municipe. Le capital guerrier est convertible en capital politique. Toutefois c’est surtout, même en rêves, de la conquête de la terre qu’il s’agit ici. C’est-à-dire, du noyau dur de l’imaginaire féodal. Car, quelles que soient ses dimensions réelles, même si elle reste très modeste dans le cas de Lucas de Iranzo, la question est toujours, au fond, de se tailler un fief avec toutes les composantes symboliques et politiques que cela comporte. Enrôlés dans la fabrique de la gloire et de l’autorité locales, l’ailleurs et l’autre subissent ici un clair processus d’instrumentalisation.

L’idéal territorial castillan

21Le dernier exemple le montre : le prestige de ce seigneur local est étroitement relié à celui de son monarque. Sa dépendance politique vis à vis du roi configure ainsi l’imaginaire territorial, l’idéal de conquête du connétable. Un idéal qui trouve potentiellement prolongement et viabilité dans le niveau supérieur de la monarchie. Autrement dit, Lucas de Iranzo s’identifie bien, en tant que féal, à la couronne de Castille dont il représente et défend les intérêts. Il rêve pour lui d’abord, mais à travers elle, et pour elle aussi, de dilatation de l’espace propre. Le dynamisme historique castillan qui marque le pas au plus haut niveau avec la guerre civile et la trêve à quoi elle contraint Henri IV a pour ainsi dire reflué sur sa base locale, trouvant alors à s’actualiser dans un pouvoir frontalier qui en énonce, en assume les projets ou les fantasmes d’expansion outre-mer :

  • 13 Ibidem, p. 85. « Car on peut véritablement dire que […] si certaines personnes parmi les plus pui (...)

Ca verdaderamente se puede decir que […] si algunos que en esstos reynos más tenían y podían […] se conformaran con el deseo que el dicho señor Condestable tenía, no solamente este pequeño rincón de Granada sería ya junto y abraçado con estos reynos de Castilla y de León, mas los reyes paganos de allende fueran y serían vasallos y tributarios del rey nuestro señor.13

22Ainsi tente-t-il de négocier auprès du roi lui-même l’intérêt de la couronne :

  • 14 Ibidem, p. 96. « Que Votre Royale Majesté considère attentivement, outre le service dû à Dieu, qu (...)

Que su real magestad mirase y considerase, demás del serviçio de Dios, quánta gloria y magnifiçençia a su corona sería, si […] sus criados la ficiesen a los ynfieles.14

23Mais, on l’a dit, ce niveau “national” de représentations se trouve lui-même articulé à un échelon idéologique transnational.

L’imaginaire ecclésial

24En effet, l’imaginaire territorial du connétable et de son entourage apparaît très fortement cléricalisé, gouverné donc par cette idéologie dont le pouvoir politique pontifical s’est fait le héraut à partir de la fin XIe et qui dote le conflit géopolitique avec l’Islam d’une légitimité, d’une nécessité supérieure qui est de l’ordre du divin. Le mécanisme est connu mais a priori efficace. La question territoriale se trouve ainsi investie, configurée, pourrait-on dire, par une logique identitaire qui oppose le Même et l’Autre en termes religieux et moraux. Elle affecte alors leurs espaces respectifs de polarités radicalement inverses et transcendantales et fait par conséquent de l’ici chrétien le camp de Dieu, du Bien, de l’ailleurs musulman le camp du Diable, du Mal. Un ici toujours légitimement tenu. Un ailleurs invariablement occupé. Le premier envahi, le second libéré.

25Le contrôle du territoire, enjeu géopolitique majeur, est donné, d’en haut, comme enjeu religieux majeur. L’entreprise de défense et de conquête de la terre, par le biais de ce processus d’identification, accède ainsi à la valeur la plus haute : celle du sacré. N’est-elle pas, au fond, défense de Dieu, et de son patrimoine ? Et symétriquement, si elle émane du camp du Mal islamique, elle revêt alors un caractère sacrilège : celui d’une attaque dirigée contre Dieu. Cet éthos de guerre sainte, on peut alors en lire les actualisations au sein du pouvoir local de Jaén qui le prend en charge dans son discours et dans sa pratique. Et cela sous différentes formes, différentes figurations mais qui renvoient toutes à une valorisation absolue de la guerre territoriale au nom d’un principe identitaire transcendant.

  • 15 Ibidem, p. 475.
  • 16 Ibidem, p. 95.
  • 17 Ibidem, p. 85.
  • 18 Cf. ibidem, pp. 98-100.

26Ainsi, tout d’abord, du rapport à l’espace. Les mouvements de défense de l’ici, ou de conquête de l’ailleurs amorcés par le pouvoir local du connétable s’inscrivent véritablement dans la politique et l’idéologie ecclésiale de la territorialité. L’espace de l’ici, à préserver des assauts musulmans, est bien défini par Lucas de Iranzo dans sa lettre au pape, en des termes qui ressortissent à l’imaginaire politico-religieux de l’Église. Certes, le destinataire influe sur le discours, mais ce n’est pas seulement par calcul stratégique que la ville de la Figuera de Martos – celle qui a subi l’incursion maure – y reçoit une appellation qui la sacralise tout en la reliant à une entité géopolitique spirituelle : elle est partie intégrante d’un Ici-bas conçu comme « la misma cosa pública de Cristo »15. De même, la dynamique ecclésiale d’unification et d’essor vers l’extérieur habite-t-elle les projets ou rêves de conquête de Lucas de Iranzo. La prise de Grenade représenterait à ses yeux un acte de vassalité envers Dieu lui-même, un « serviçio de Dios »16. Mais si pour Lucas de Iranzo, Grenade n’est au fond qu’un sous-objectif, s’il envisage en effet, à court terme, l’assujettissement des « rois païens d’outre-mer »17, c’est également porté par cette capacité expansive propre à l’Église médiévale à se projeter toujours au-delà de l’espace immédiat, de sa frontière, pour soumettre les peuples réfractaires au message christique. La frontière maritime est de nouveau franchie avec ce fantasme de conquête du royaume du Maroc que mettent en scène les « burlas moriscas » organisées par Lucas de Iranzo18. L’imaginaire clérical est alors véritablement assumé par le connétable. En outre, le projet universaliste qui habite la dynamique ecclésiale et donne son sens à l’expansionnisme chrétien est encore plus lisible ici. L’intrigue théâtrale veut en effet que le roi, le prophète Mahomet et son peuple se convertissent au christianisme. L’ailleurs, dans cette perspective expansionniste et unitaire n’est plus conçu que comme extension potentielle de l’ici. Et sa différence n’est qu’une identité différée.

  • 19 Ibidem, p. 85.
  • 20 Ibidem, p. 471.

27Quant aux représentations et aux pratiques de la violence de guerre, elles renseignent alors sur ce rapport cléricalisé à l’Autre, à l’ennemi, qui est celui du pouvoir de Jaén. Conçue à partir d’un imaginaire invariablement défensif – qu’il s’agisse de protéger où d’assaillir l’espace – la guerre est une entreprise visant, à terme, à l’anéantissement, l’épuration de l’Autre comme principe destructeur de la foi. Et c’est bien à ce titre qu’elle est valorisée. La représentation de l’acte belliqueux pourra être centrée sur sa cible dans des expressions définitoires et globalisantes : « la guerra contra aquellos ynfieles enemigos de nuestra santa fé »19. Ou sur sa finalité purificatrice. Ainsi est-elle, dans la bouche même du connétable, un « santo exerçiçio »20, puisque destinée à libérer le territoire de Dieu, l’ici ou l’ailleurs, des puissances du Mal qui l’altèrent. Le fait militaire est saisi comme “œuvre”, dans une représentation ouverte sur la problématique du Salut.

28Le chroniqueur-laudateur assume également cet idéal dominant. L’écriture confère ainsi à la figure idéologique du connétable l’envergure spirituelle d’un « miles christi », et à l’ « exerçiçio militar », au fait chevaleresque, une dimension vertueuse, ascétique, révélatrice de la cléricalisation de l’imaginaire belliqueux.

  • 21 Ibidem, p. 85. « […] au sujet, toujours, de la guerre, comme l’esprit et l’activité du seigneur c (...)

[…] Prosiguiendo lo que toca a la guerra, como todo su estudio e yndustria [del dicho señor Condestable] fuese ocuparse noches y dias no en otra cosa mas que en proseguir y continuar la guerra contra aquellos ynfieles enemigos de nuestra santa fé, desechando toda ociosidad y todos los otros actos a la natura recreables […]21

  • 22 Ibidem, p. 78 « Avec cette haine naturelle qui paraissait enflammer ledit seigneur connétable con (...)
  • 23 « D’une certaine façon, les identités primordiales “existent” mais comme faits de conscience, com (...)

29Ces discours ne sont pas déconnectés des faits. À commencer par le fait psychique. L’élogieux incipit du chapitre VIII fait état chez le connétable d’un véritable processus d’intériorisation, de naturalisation de la haine religieuse, idéologique authentifiant son état de “miles christi” : « Con aquel odio natural en que el dicho señor Condestable pareçía que estaua ençendido contra la gente agareña [...] »22. On est ici dans l’essence, dans le paroxysme durable, dans une sacralisation du personnage par la qualité de sa haine. Cela relève de la rhétorique cléricalisée de l’éloge – cf. le terme culturellement marqué de « peuple d’Agar » – mais sans doute également de l’histoire émotionnelle de la guerre de frontière. L’identité religieuse existe bel et bien ici, mais comme « régime de subjectivité » pourrait-on dire avec Jean-François Bayart23.

30Les pratiques de guerre les plus cruelles, les moins chevaleresques sont pareillement élevées au rang d’actes vertueux, sacrés. Ainsi de l’extermination systématique des populations civiles – hommes, femmes et enfants. Leur violence extrême, conçue comme profondément légitime dans ce contexte que le religieux radicalise, se voit par conséquent héroïsée par l’écriture qui en assimile les effets à de hauts faits propres à servir l’éloge du connétable. La sacralisation de l’enjeu va ici de pair avec un processus d’essentialisation de l’ennemi, lisible dans cette pratique exterminatrice de guerre totale. Ainsi de ces exclamations rhétoriques dont l’emphase vante les prises et les exterminations de civils, notamment de femmes qui font suite à une incursion du connétable dans la Sierra de El Cenete. L’infidélité, on le voit, dissout la barrière du genre :

  • 24 Los Hechos del Condestable Miguel Lucas de Iranzo, cit., p. 81. « En effet, combien d’âmes de mau (...)

Pues ¡quantas ánimas de los moros ynfieles, varones y fenbras, este día, sin los muertos, se cativaron !24

31La même emphase épique est déployée quelques lignes plus bas pour décrire le brûlement des hameaux et des champs alentours, œuvre des troupes de Miguel Lucas de Iranzo. Le territoire figure en quelque sorte ici un substitut de la puissance grenadine que le connétable ne parvient guère à atteindre en réalité. Au-delà de cette stratégie compensatoire, la symbolique du feu, associée à l’idée d’extermination totale, voire de purification d’une terre en proie au sacrilège, a sans doute sa responsabilité dans l’exaltation du chroniqueur devant cette fête macabre qui célèbre la grandeur militaire du chef de Jaén.

  • 25 Ibidem. « Une fois lesdits villages saccagés, dépouillés et incendiés ainsi que toutes les cultur (...)

Ya los dichos lugares entrados y robados, y puestos a fuego con todo lo que en los campos estaua, que no paresçia el cielo ni el ayre de las grandes quemas e fumos, el dicho señor Condestable mandó recoger su caualgada, de muchos moros y moras catiuos [...].25

32L’imbrication des imaginaires est en définitive régie par celle des “pouvoirs de la frontière”. On voit ainsi le personnage historique du connétable traversé, pour ainsi dire, par un double mouvement. Une remontée du local vers le sommet par identifications successives aux idéaux qui prolongent le sien. Et symétriquement, une descente du global, soit de l’imaginaire ecclésial, ordonnateur de cohérence idéologique, vers la base. Un imaginaire qui s’actualise alors dans les réalités politiques plus profanes des idéaux “nationaux” et municipaux.

L’identité en question

Contextualité de l’Ailleurs et de l’Autre

33La chronique des « faits » de Lucas de Iranzo est bien, pour partie, celle d’un conflit de territoire que structure un système étagé d’instances de gouvernement. Elle témoigne alors non seulement du lien existant ici entre pouvoir et imaginaire territorial – le premier imposant dans une certaine mesure sa configuration au second pour se voir conférer sens et légitimité en retour – mais aussi du caractère pluriel de cette détermination politique. Autrement dit, cette première description “systématique”, même sommaire, pose l’instabilité, la relativité de principe d’un ailleurs et d’un autre que fondent de multiples processus politico-identitaires. De ces constructions – car ces altérités ne sont évidemment pas autre chose – on se propose alors d’approcher le fonctionnement variable avec plus de précision. Montrer par quelques brefs exemples que dans cette histoire politique courte mais intense, l’ailleurs peut, en quelque sorte, se modifier, voire se déplacer, que les chrétiens n’ont pas toujours le même Autre, que les lignes d’identification ont quelque chose d’éminemment contextuel, mouvant.

34À une échelle individuelle, tout d’abord, on observe des fluctuations pertinentes au sein du système identitaire complexe du connétable. L’appel au secours que ce chef de municipe adresse au pape relève d’abord d’un réflexe de défense du territoire propre. C’est bien l’intendance qui préoccupe Lucas de Iranzo :

  • 26 Ibidem, p. 469. « […] poussé par le grand désir qu’il avait de voir sa puissance accrue par des s (...)

[…] por el grand deseo que tenía de se fallar poderoso de gente y de dynero para facer guerra a los moros ; y avn porque se reçelaua quel dicho rey de Granada […] se esforçaría y atreuería a facer otros mayores daños en los lugares de aquella frontera [...].26

  • 27 Ibidem, pp. 467-68.

35Dès lors, si l’espace politique du municipe se conçoit indubitablement comme terre chrétienne face à l’ailleurs maure, son identité toutefois est ici clairement majorée dans le contexte d’une alliance politique avec le pouvoir pontifical, seul recours devant la défaillance du protecteur royal naturel. Une opération stratégique donc, de “suridentification religieuse” qu’on décèle aussi bien dans la rhétorique universaliste qui ancre puissamment le municipe dans une res publica christique assiégée par l’infidèle, que dans la narration du massacre de la Figuera de Martos où se joue, on l’a vu, la sacralisation de la frontière. Le caractère contextuel du processus est souligné a contrario par le récit beaucoup moins cléricalisé que le chroniqueur donne de l’incursion maure27. Des déplacements d’accents d’une narration à l’autre disent alors cette “suridentification”.

36En face de cette consonance excessive existe également chez le connétable une tendance inverse à la minoration du religieux. Elle opère par exemple dans un décalage entre l’adhésion au discours évangélique d’expansion outre-mer des burlas moriscas, qui identifient en un seul et même fantasme assimilationniste conquête territoriale et conversion des infidèles, et d’autre part le projet politique de rattachement du royaume de Grenade à la Castille qui, dans la droite ligne du pragmatisme royal envisage une hégémonie politique fédérant des minorités religieuses :

  • 28 Ibidem, p. 90. « Il régnait une telle confusion et une telle discorde parmi les maures, et ils ét (...)

[…] tan grande confusión e discordia entre los moros avía, y tan quebrantados se sintían de la guerra que este señor les facía, que todos los comunes, en espeçial los del Alcaçaba y Albaecín, eran de entençión que se diesen al rey nuestro señor y biuiesen por modejares en aquella çibdad y su tierra.28

  • 29 « […] y el señor Condestable y otros caualleros fueron a correr a Loxa, do fallaron muchos cauall (...)
  • 30 Cf. Pascal Buresi, La Frontière entre chrétienté et Islam dans la péninsule Ibérique. Du Tage à l (...)

37De même, voit-on parfois s’estomper chez lui ce discours clérical que marquent l’essentialisation et la radicalisation absolue de l’ennemi au profit d’une vision plus individualisante du guerrier maure. L’opposant, toujours un chef, un noble du camp adverse, peut être alors nommé et ses qualités de guerrier reconnues29. On a glissé de la représentation de l’ennemi à celle de l’adversaire – pour reprendre un distinguo de Pascal Buresi30. Ainsi, un processus “supra-religieux” d’identification sociale à l’élite chevaleresque vient-il moduler l’antagonisme entre Islam et chrétienté, réduire le degré d’altérité de l’Autre.

38Plus net encore est le cas des trêves royales conclues avec Grenade. Des raisons de politique interne les motivent – qu’elles concernent la chrétienté hispanique ou qu’elles soient proprement castillanes comme la guerre civile. Si toutefois elles n’annihilent pas ces principes de conflictualité que constituent la frontière et l’ailleurs qui en résulte, elles les désactivent, les inhibent provisoirement. Priorité est en effet donnée à d’autres entreprises politiques qui en dictent alors la mise en suspens. Et précisément, on touche avec ce dernier exemple un point central. C’est que la majoration même de ces conflits internes au camp chrétien, au détriment du conflit avec Grenade, signifie encore plus nettement la contextualité politique de l’ailleurs et de l’autre.

  • 31 Jean-François Bayart, Lillusion identitaire, cit., p. 69.

39La guerre civile consacre symétriquement l’échec du principe politico-religieux d’unité “transnationale” contre les ennemis de la foi promu par les papes et l’instauration, pour provisoire qu’elle soit, d’une nouvelle frontière au sein même de la chrétienté. En d’autres termes, l’émergence d’un ailleurs et d’un autre profanes. Ce cas est sans doute plus éloquent parce qu’il met en évidence, pour reprendre les analyses de Jean-François Bayart, « une disjonction entre identité politique et identité religieuse »31. Il démontre a contrario que la conjonction des deux identités, qu’on a pu observer dans le conflit de frontière du connétable, n’est pas une vérité en soi mais une vérité contingente. Il constitue, en conséquence, un déni du caractère fondamental, politiquement fondateur de l’identité, religieuse ou non.

  • 32 Los Hechos del Condestable Miguel Lucas de Iranzo, cit., p. 278.
  • 33 Ibidem, p. 286.

40Sur ce point, la rhétorique partisane du chroniqueur est parlante. Afin de dire la violence sans limite du Maître de Calatrava et de ses factieux – celle-là même que l’Église n’autorise qu’envers les moros – il les dépeint procédant avec leurs ennemis chrétiens de Jaén comme avec les infidèles : « [...] prendiendo y matando los vecinos de Jahén como si fueran moros y con mayor crueldad »32. L’image est jugée suffisamment efficace pour être reprise un peu plus avant : « Y el maestre [...] acuçiaua los otros que así lo ficiesen como si fueran moros »33. Au-delà de l’hyperbole, de la déclaration d’anathème à visée d’exclusion, la désignation du Même – les habitants du Municipe de Jaén – en termes d’altérité religieuse démontre au fond le changement de contexte. Les catégories identitaires chrétiens / musulmans y ont perdu leur pertinence première, et on y recourt désormais non pour ce qu’elles disent littéralement – une guerre de religion – mais pour ce qu’elles représentent plus largement de charge symbolique d’altérité. L’emploi métaphorique de « moros » à l’endroit de chrétiens fonctionne donc comme une remotivation du terme. Il dit l’altérisation du Même religieux par le politique. Et le rôle déterminant de ce dernier.

  • 34 Ibidem, p. 476. « Y los de la parte del dicho marqués quemaron una yglesia que dicen de Sant Marc (...)

41Dans le même sens, il ne faut évidemment pas interpréter le brûlement de l’église de San Marcos de Séville – où se sont réfugiés les hommes de Enrique de Guzmán, Duc de Medina Sidonia et partisan du roi – par les troupes factieuses du maestre de Santiago comme le pendant des brûlements de mosquées par les chrétiens, soit comme un acte sacrilège militant34. Il consacre au contraire la dépolarisation, la neutralisation de la symbolique religieuse, sa mise entre parenthèses au profit d’autres lignes d’identification.

42On peut alors questionner le processus sur un plan qualitatif. À cet égard, la description des exactions des troupes du Maître de Calatrava, par la violence extrême dont elle témoigne, vérifie le “bon fonctionnement”, si l’on peut dire, de cette frontière politique émergente, son indubitable radicalité. Et c’est que, de part et d’autre, des processus affectifs d’identification – d’ordre profane cette fois – à un idéal politique, à un clan social, aux alliés, jouent à plein pour fabriquer très efficacement de l’autre et de l’ailleurs. La description moralisée que le chroniqueur donne des agissements du clan Villena, de leur confédération avec les Maures, de leur hostilité vis-à-vis du connétable, parle fondamentalement de ces nécessaires opérations d’identification. Le mixte de sentiments et de stratégie fournit un bon exemple du « régime de subjectivité » du politique :

  • 35 Ibidem, p. 467. « […] le comte de Cabra et ses fils, et Martín Alonso de Montemayor, et Egas Vene (...)

[…] el conde de Cabra y sus fijos, y Martín Alonso de Montemayor, y Egas Venegas, no mirando nin temiendo a Dios nuestro señor ni al peligro de sus ánimas, ni a sus onrras y estados y famas, saluo por se vengar los vnos de los otros, con aquel odio mortal en que estauan ençendidos, confederáronse con el rey de Granada y con los moros enemigos de nuestra santa fé, en muy grande y estrecha amistad, amigos de amigos y enemigos de enemigos.35

43Profondes, ces identifications peuvent être également abruptes. Ces sauts identitaires – autre modalité d’un même processus – accompagnent le surgissement d’une frontière politique. La chronique en fournit un exemple mineur mais saisissant. Une sorte de micro événement mais qui vaut par les résonances qu’il libère. Il n’est pas sans rappeler, en effet, ces fameuses rivalités entre chevaliers chrétiens dans des contextes majeurs de guerre sainte. Le récit met en scène l’irruption de la violence interchrétienne entre factions opposées – le Marquis de Villena et son frère le Maître de Calatrava versus le connétable – dans le campement royal installé en plein territoire ennemi et où l’on se prépare à faire la guerre aux infidèles.

  • 36 Ibidem, p. 16. « Alors que le roi notre seigneur se trouvait dans la Vega, les gens du Marquis de (...)

Y estando el dicho señor rey en la Vega, la gente del marqués de Villena y del maestre de Calatrua, su hermano, trauaron dentro en el real un gran ruydo e pelea con la gente del señor Condestable, vn día poco antes que el sol se pusiese. Y la pelea fué tan braua, que toda la gente que en el real estaua se armó, y pasó más de vna ora quel señor rey no los pudo despartir. Y estouo el real y toda la gente en grand peligro para se perder [...].36

44Il y a là en miniature, pour ainsi dire, une recontextualisation politique opérée brutalement à l’intérieur d’un premier contexte. La courte durée de la rivalité nobiliaire a écarté un bref instant la longue durée de la Reconquête. Ce saut inopiné démontre de façon sans doute plus impressionnante le caractère circonstanciel de l’ailleurs.

  • 37 Ibidem, p. 96.

45Enfin, les conduites chrétiennes face au pouvoir musulman de Grenade sont susceptibles de renseigner, même partiellement, une “typologie” de la disjonction des identités politiques et religieuses, propre alors à préciser encore la complexité et la relativité des ailleurs de cette frontière, toujours renégociables. On remarque ainsi que l’attachement du connétable à une chrétienté “transnationale” faisant front contre l’ailleurs des ennemis de la foi – celle-là même que prétend instaurer la logique pontificale – n’a en réalité guère de consistance face à sa fidélité vassalique. Il soutient ainsi parallèlement à son projet de conquête du royaume de Grenade, le conflit « fratricide » – d’Henri IV contre la Navarre et l’Aragon37. De même qu’en prenant le parti de la couronne, il s’engage dans des luttes d’une extrême violence contre les nobles rebelles à l’hégémonie de celle-ci. Ainsi, quand son action locale fait correspondre identité politique et identité religieuse, son soutien au pouvoir monarchique les voit se disjoindre.

46La politique royale, quant à elle, on l’a vu, est classique. Le système des trêves motivées par le développement de conflits internes va plus loin dans cette disjonction en refusant pour un temps déterminé toute actualité belliqueuse à la frontière externe.

  • 38 Ibidem, p. 467.
  • 39 Jean-François Bayart, Lillusion identitaire, cit., p. 98.

47Mais ce sont indéniablement les nobles rebelles qui développent le plus les potentialités qu’offre la disjonction des identités. Leurs stratégie de confédération avec le roi de Grenade contre le chef du municipe de Jaén, fidèle au roi Henri IV, constitue bien une alliance contre culture, contre religion. Alliance effective que scelle une formule rituelle de transitivité politico-affective : « [...] en muy grande y estrecha amistad, amigos de amigos y enemigos de enemigos »38. En ce sens, pareille transgression opère une désacralisation en profondeur de la frontière géo-politique entre Islam et chrétienté. Elle fait pièce à sa sacralisation par le pouvoir pontifical. Le déplacement des lignes d’identification implique la refonte du schéma frontalier, en redessine, très provisoirement certes mais viablement, hors du champ religieux, contre lui, les ailleurs géopolitiques. Ces quelques exemples suffiront à convaincre du caractère relatif, contextuel des identités, en cause dans la chronique, et par-là même de la pertinence du correctif conceptuel effectué par Jean-François Bayart qui propose de substituer à la notion illusoire d’identité celle, politique, « d’opération d’identification »39.

Spécificité de l’Ailleurs religieux ?

48Convient-il alors d’établir une hiérarchie de violence en fonction de la nature de la frontière ? D’attribuer aux processus d’identification religieuse, plus qu’à d’autres, le pouvoir de radicaliser un conflit ? Certes, la sacralisation qu’ils imposent légitime et nourrit une violence extrême et généralisée à toutes les catégories – civils ou guerriers – englobées dans une même altérité haïssable. Bref, la guerre sainte que mène le connétable contre Grenade est aussi une guerre totale.

49Toutefois, et c’est une des richesses documentaires de cette chronique, le récit des affrontements entre chrétiens de camps opposés à l’occasion de la rébellion nobiliaire, montre qu’ils échappent totalement à une quelconque régulation à quoi contraindrait l’identité chrétienne des belligérants et qui serait, en toute cohérence idéologique, le symétrique des déchaînements qu’autorise l’infidélité des musulmans. Le chroniqueur souligne d’ailleurs cette indifférenciation – cf. l’expression déjà commentée « como si fueran moros » – visible dans la similitude des pratiques de guerre : brûlement des villages et des récoltes, ou taille sur pied de ces dernières correspondant à des stratégies économiques d’assèchement de l’approvisionnement ou psychologiques d’épouvantement des populations. L’ailleurs interne et l’ailleurs externe semblent bien connaître le même sort.

50On pourrait en conclure que si la sacralisation d’un conflit en détermine en grande partie le degré de violence, le sacré quant à lui ne se borne pas au domaine religieux. La conflictualité intense que connaît la frontière interne le prouve. Cet « odio mortal » qui saisit les ennemis du connétable montre bien que l’identification se fonde sur une sacralisation, pour ainsi dire, “profane” du camp propre, des valeurs propres contre le camp sacrilège de l’Autre politique.

51D’ailleurs ne faut-il pas lire dans l’analogie entre les victimes chrétiennes des exactions du clan Villena et les victimes musulmanes des razzias chrétiennes une tentative du discours dominant pour idéologiser le conflit nobiliaire castillan ? Car la comparaison, en effet, le donne à lire comme affrontement entre le Bien et le Mal. Elle le resacralise en quelque sorte. Sans doute tout est-il sacralisable. La question est alors de savoir si un pouvoir a la capacité de dicter efficacement, et sur le long terme, le sacré et le sacrilège.

Le politique et l’identitaire

52Enfin, les rapports qu’entretient le politique avec l’imaginaire identitaire qui fonde l’ailleurs et l’Autre apparaissent ici dans toute leur complexité. D’une part, la contingence des identifications induit une hiérarchie et questionne les identités visiblement dictées par le politique, les rapports de pouvoir. De là, leur caractère circonstanciel. L’identité est effectivement, comme l’observe, entre autres, Jean-François Bayart, une notion fausse. La question identitaire relève bien davantage d’un processus politiquement et socialement déterminé que d’une essence primordiale.

53D’autre part, le caractère incontournable de ces opérations d’identification pose la question de leur nécessité. De quelle nature est au fond cette dernière ?

54On connaît le pouvoir légitimant propre à l’idéologie. Et le discours marxiste l’inscrit invariablement au troisième étage de sa hiérarchie explicative : infrastructure, structure, superstructure. Toutefois cette fonction légitimante paraît réductrice. Elle implique, en effet, comme l’a observé à plusieurs reprises Maurice Godelier, que l’imaginaire ne soit produit qu’a posteriori, pour justifier, non sans cynisme, et de manière plus ou moins artificielle, les conduites et projets des acteurs sociaux, les rapports de pouvoirs. Or, on voit bien en effet dans la chronique que l’imaginaire identitaire outrepasse cette fonction. Qu’il donne en retour du sens, son sens, à l’action politique qui le génère. Il est une sorte de forme conceptuelle, de circonstance idéelle et nécessaire. À cet égard, les analyses éclairantes de M. Godelier permettent de sortir de l’impasse où une pensée mécanique simpliste a sans doute égaré l’idéologie :

  • 40 Maurice Godelier, « L’imaginaire, le symbolique et le réel », Le Pouvoir, Auxerre, Sciences Humai (...)

[…] les représentations, les idées, les valeurs [ne sont pas] une simple légitimation des rapports sociaux préexistants. Rapports qui seraient nés sans que n’existent ces réalités idéelles. Cela n’a pas de sens. Des rapports sociaux nouveaux émergent historiquement avec toutes leurs dimensions et leurs symboles. Ceux-ci ne viennent pas les représenter après coup.40

Conclusion

55La chronique des Faits du connétable, parce qu’elle inscrit le personnage central dans une dialectique du général et du particulier permet d’appréhender dans leur actualité locale des aspects essentiels de l’histoire politique de la frontière. On y voit comment trois étages imbriqués de pouvoirs sont impliqués, réellement ou potentiellement, à travers la personne du connétable dans une entreprise de contrôle de l’autre territoire et de ceux qui le possèdent.

56On y voit également comment ces pouvoirs s’associent à des imaginaires identitaires pour donner sens et légitimité à cette conquête. Ils sont alors bien à l’origine des représentations qui transforment ces réalités géopolitiques que sont la terre musulmane et sa société en ailleurs et en autre. Chez le connétable, les processus d’identifications profanes – idéal expansionniste seigneurial et monarchique – trouvent alors dans l’idéologie religieuse une cohérence supérieure. Mais toujours l’ailleurs est objet de désir, et l’autre – le possédant – de haine. En outre, un coup d’œil oblique sur la frontière interne, en particulier celle que trace la guerre civile castillane entre partisans du roi Henri IV et nobles rebelles, jette l’évidence sur un phénomène déjà fort lisible dans le conflit entre musulmans grenadins et chrétiens de Jaén. À savoir que l’identité culturelle ou religieuse n’est pas primordiale, au sens où elle ne génère pas, ne dicte pas une communauté, une identité politique qui lui correspondrait. Au contraire c’est le politique, les stratégies des acteurs sociaux – bien souvent sous forme d’alliances – qui dictent les identifications toujours variables, contextuelles, soit les ailleurs et les autres.

57Sur ce point, la nouvelle formation géopolitique – certes très circonstancielle – que constitue la “confédération” entre la Grenade musulmane et le clan chrétien des Villena est éclairante. Elle ne montre pas seulement, en dépit de ses limites évidentes, le primat du politique sur le culturel. Elle laisse également deviner le rôle “fédérateur” des pouvoirs et de leurs intérêts comme forces capables de produire socialement de l’“être avec”, soit, ici, des entités politiques et territoriales fonctionnelles et fédératrices par-delà leur hétérogénéité religieuse.

Haut de page

Notes

1 Hechos del Condestable Don Miguel Lucas de Iranzo (Crónica del siglo XV), edición y estudio por Juan De Mata Carriazo, Madrid, Espasa Calpe, 1940. [Les indications de pages renvoient à cette édition].

2 Pascal Buresi, La Frontière entre chrétienté et Islam dans la péninsule Ibérique. Du Tage à la Sierra Morena (fin XIe - milieu XIIIe siècle), Paris, Publibook, 2004. Un point de vue différent, voire divergent, est développé dans le livre très documenté de José RodrÍguez Molina, La vida de moros y cristianos en la frontera, Alcalá la Real, Alcalá Grupo Editorial, 2007.

3 Cf. sur ce point : Lucien Clare, « Fêtes, jeux et divertissements à la cour du connétable de Castille Miguel Lucas de Iranzo (1460-1470) » dans Frontières andalouses, IBERICA, nouvelle série, n° 6, Éditions Hispaniques, 1996, p. 17.

4 Los Hechos del Condestable Miguel Lucas de Iranzo, cit., pp. 94-95. « Et les maures [...], qui tenaient pour certaine leur complète destruction tant ils craignaient ce seigneur dont ils savaient que tout le désir et le plaisir était de leur mener continûment la guerre, dépeuplaient les campagnes et abandonnaient les villages mal fortifiés […] ». [C’est nous qui traduisons et, dans le texte original, soulignons. Il en sera de même pour toutes les occurrences suivantes].

5 Ibidem, p. 95. « Son désir d’infliger des dommages à l’ennemi était tel qu’en aucune façon il ne tolérait de se reposer, cherchant sans trêve comment et en quelle manière il pourrait leur faire du mal ».

6 Ibidem, p. 469. « […] le connétable en fut peiné qui adressa une missive à son altesse le suppliant instamment de bien vouloir ne pas l’ordonner ».

7 « […] que su real magestad mirase y considerase […] si a él era conviniente facer la guerra a los reynos de Aragón y Seçilia y Navarra [...] que sus criados la ficiesen en tanto a los ynfieles », ibidem, pp. 95-96. « […] que sa majesté veuille bien considérer que s’il lui convenait de faire la guerre à l’Aragon, à la Sicile et à la Navarre […] ses serviteurs la feraient dans le même temps aux infidèles ».

8 « Ca por algunas diferençias entre los prinçipales caualleros de Córdoua nasçidas, ligáronse con los moros el Conde de Cabra e Martín Alonso de Montemayor y sus aderentes ; y diéronles entrada para en tierra de cristianos. », ibidem, p. 472. « Car des querelles entre les plus nobles des chevaliers cordouans avaient conduit le comte de Cabra, Martin Alonso de Montemayor et leurs alliés à se liguer avec les maures et à leur ouvrir l’accès à la terre des chrétiens ».

9 Ibidem, pp. 95-96. « […] après avoir écrit à son altesse pour la supplier de prendre les mesures nécessaires pour ne pas perdre cette frontière, il décida d’écrire et écrivit une supplique à notre très Saint Père Sixte IV […] ».

10 Ibidem, p. 67. « et elle bénéficia de la venue, de la ruse, et l’aide dudit connétable ».

11 Ibidem, p. 443. « c’était une affaire où on pouvait gagner gloire et biens en abondance ».

12 Ibidem, p. 87. « Et si d’aventure le roi et la maison de Grenade, avec un aussi grand nombre de maures que vous le dites, sortaient de la ville pour me combattre, il se pourrait bien qu’avec l’aide du Très-Haut, j’obtienne rapidement une mémorable victoire ; et il s’ensuivrait, pour vous et pour moi, une gloire immortelle ».

13 Ibidem, p. 85. « Car on peut véritablement dire que […] si certaines personnes parmi les plus puissantes de nos royaumes répondaient au désir du connétable, non seulement ce petit territoire de Grenade serait à présent totalement uni aux royaumes de Castille et de Léon, mais les rois païens d’outremer seraient vassaux et tributaires du roi notre seigneur ».

14 Ibidem, p. 96. « Que Votre Royale Majesté considère attentivement, outre le service dû à Dieu, quelle gloire et magnificence rejailliraient sur sa couronne si […] ses serviteurs la faisaient aux infidèles ».

15 Ibidem, p. 475.

16 Ibidem, p. 95.

17 Ibidem, p. 85.

18 Cf. ibidem, pp. 98-100.

19 Ibidem, p. 85.

20 Ibidem, p. 471.

21 Ibidem, p. 85. « […] au sujet, toujours, de la guerre, comme l’esprit et l’activité du seigneur connétable n’étaient occupés nuits et jours qu’à la poursuite assidue de la guerre contre les infidèles ennemis de notre sainte foi, rejetant toute oisiveté et tout plaisir agréable à la nature humaine […] ».

22 Ibidem, p. 78 « Avec cette haine naturelle qui paraissait enflammer ledit seigneur connétable contre le peuple d’Agar ».

23 « D’une certaine façon, les identités primordiales “existent” mais comme faits de conscience, comme régimes de subjectivité, non en tant que structures ». Jean-François Bayart, Lillusion identitaire, Paris, Fayard, 1996, p. 101.

24 Los Hechos del Condestable Miguel Lucas de Iranzo, cit., p. 81. « En effet, combien d’âmes de maures infidèles, hommes et femmes, sans compter les morts, furent capturées ce jour-là ».

25 Ibidem. « Une fois lesdits villages saccagés, dépouillés et incendiés ainsi que toutes les cultures sur pied, au point qu’on ne voyait plus ni le ciel ni l’air à cause des grands brûlements et des fumées, ledit seigneur connétable ordonna de rassembler sa chevauchée avec les maures captifs, hommes et femmes ».

26 Ibidem, p. 469. « […] poussé par le grand désir qu’il avait de voir sa puissance accrue par des secours d’argent et d’hommes afin de faire la guerre ; et aussi parce qu’il craignait que le roi de Grenade […] s’efforcerait audacieusement d’infliger d’autres dommages plus importants aux villages de cette frontière […] ».

27 Ibidem, pp. 467-68.

28 Ibidem, p. 90. « Il régnait une telle confusion et une telle discorde parmi les maures, et ils étaient si abattus par la guerre que leur faisait ce seigneur que les gens du commun, spécialement ceux de Alcaçaba et Albaecín, étaient d’avis de se rendre au roi notre seigneur et de vivre comme mudéjars dans cette ville et l’ensemble du municipe ».

29 « […] y el señor Condestable y otros caualleros fueron a correr a Loxa, do fallaron muchos caualleros y buenos [...] », op. cit., p. 17. « […] et le seigneur connétable et d’autres chevaliers s’en furent saccager Loja où ils trouvèrent de nombreux et bons chevaliers [...] ». Ou encore : « […] pasaron algunas escaramuças con los caualleros de la dicha çibdad de Guadix. Por capitán de los quales estaua el Alatar, un buen cauallero de Loxa, que allí era venido por mandado del rey de Granada, a fin de guardar aquella çibdad y su tierra », op. cit., p. 81. « […] Ils eurent quelques escarmouches avec les chevaliers de ladite ville de Guadix dont le capitaine était Alatar, un bon chevalier de Loja, qui était venu là sur ordre du roi de Grenade afin de défendre cette ville et sa terre ».

30 Cf. Pascal Buresi, La Frontière entre chrétienté et Islam dans la péninsule Ibérique. Du Tage à la Sierra Morena (fin XIe - milieu XIIIe siècle), cit., pp. 283-285.

31 Jean-François Bayart, Lillusion identitaire, cit., p. 69.

32 Los Hechos del Condestable Miguel Lucas de Iranzo, cit., p. 278.

33 Ibidem, p. 286.

34 Ibidem, p. 476. « Y los de la parte del dicho marqués quemaron una yglesia que dicen de Sant Marcos, que tenía onbres del duque », « Et les gens du marquis de Villena brûlèrent une église nommé Saint-Marc où se trouvaient des gens du duc ».

35 Ibidem, p. 467. « […] le comte de Cabra et ses fils, et Martín Alonso de Montemayor, et Egas Venegas, sans égard ni crainte envers notre Seigneur Dieu, au péril de leurs âmes, de leur honneur, leur condition et réputation, à seule fin de se venger les uns des autres, enflammés par une haine mortelle, se fédérèrent avec le roi de Grenade et les maures ennemis de notre sainte foi, en une grande et profonde amitié, devenant amis de leurs amis et ennemis de leurs ennemis ».

36 Ibidem, p. 16. « Alors que le roi notre seigneur se trouvait dans la Vega, les gens du Marquis de Villena et du maître de Calatrava, son frère, eurent, un jour, à l’intérieur du campement royal un affrontement avec les gens du connétable, un peu avant le coucher du soleil. Et l’affrontement fut si rude que tous les gens qui se trouvait dans le campement prirent leurs armes, et plus d’une heure durant, il fut impossible au roi de les séparer. Et il s’en fallut de peu que le campement et tous ses gens ne fussent perdus. ».

37 Ibidem, p. 96.

38 Ibidem, p. 467.

39 Jean-François Bayart, Lillusion identitaire, cit., p. 98.

40 Maurice Godelier, « L’imaginaire, le symbolique et le réel », Le Pouvoir, Auxerre, Sciences Humaines Éditions, 2002, pp. 31-37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Jonin, « L’Ailleurs et l’Autre. Conflictualité de frontière dans la chronique de Lucas de Iranzo (1460-1471) », Cahiers d’études romanes, 23 | 2011, 49-71.

Référence électronique

Michel Jonin, « L’Ailleurs et l’Autre. Conflictualité de frontière dans la chronique de Lucas de Iranzo (1460-1471) », Cahiers d’études romanes [En ligne], 23 | 2011, mis en ligne le 22 janvier 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/771 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.771

Haut de page

Auteur

Michel Jonin

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org