Navigation – Plan du site

L’Ailleurs des Républicains florentins exilés

Théa Picquet
p. 29-47

Résumés

Les Florentins Nicolas Machiavel, Luigi Alamanni et Bartolomeo Cavalcanti ont souffert tous les trois de l’exil, comme le témoignent leurs écrits. Pour le premier, nous considérerons sa correspondance, notamment la célèbre lettre adressée à son ami Francesco Vettori le 10 décembre 1513, ainsi que la dédicace au Prince ; pour le second, ses Versi e Prose et pour le troisième les trois cents lettres éditées récemment. Notre propos se donne pour objectif de rappeler le contexte historique, de brosser le portrait des trois témoins choisis pour analyser d’abord les lieux de l’ailleurs, puis les activités qu’ils y développent, enfin l’état d’esprit qui est le leur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le nouveau dictionnaire des œuvres, Paris, Laffont « Bouquins », 1994, vol. 1, p. 83.

1« Ailleurs. Sous ce titre, l’écrivain français d’origine belge Henri Michaux (1899-1984) a groupé en 1948 trois ouvrages : Voyage en Grande Garabagne, Au pays de la magie et Ici, Poddema… »1 Il explique dans sa préface que ces pays ne lui ont pas toujours plu excessivement.

  • 2 Machiavel, Œuvres, édition établie par Christian Bec, Paris, Laffont « Bouquins », 1996, pp. 1237 (...)
  • 3 Ibidem, pp. 109-110.
  • 4 Versi e Prose di Luigi Alamanni, a cura di Pietro Raffaelli, Firenze, Le Monnier, 1859.
  • 5 Bartolomeo Cavalcanti, Lettere edite e inedite a cura di Christina Roaf, Bologna, Commissione per (...)

2C’est justement la situation que connaissent les exilés florentins de la Renaissance. Je prendrai aujourd’hui l’exemple de trois d’entre eux : Nicolas Machiavel, Luigi Alamanni et Bartolomeo Cavalcanti. Pour le premier, nous considérerons sa correspondance, notamment la célèbre lettre qu’il adresse à son ami Francesco Vettori le 10 décembre 15132, ainsi que la dédicace au Prince3 ; pour le second, ses Versi e Prose4 et pour le troisième les trois cents lettres publiées par Christina Roaf5.

3Après un essai de définition du concept d’ailleurs, notre propos se donne pour objectif de rappeler le contexte historique, de brosser le portrait des trois témoins choisis pour analyser d’abord les lieux de l’ailleurs, puis les activités qu’ils y développent et enfin l’état d’esprit qui est le leur.

  • 6 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1998, vol. 1, p. 70.

4Alain Rey donne de l’ailleurs la définition suivante6 : Adv . « dans un autre lieu », semble venir (XIe s.) d’une forme sans « s », issue du latin « alior », dérivé de « alius » (autre), qui a donné « alienus » (aliéné) et « alter » (autre), dans une locution hypothétique « in aliore loco », car l’adverbe latin attesté « aliorsum » n’aurait pas donné la voyelle « eu ».

5Ce mot apparaît sous la forme « ailurs » (1050), devenu « aillor (s) » (XIIe s.), « allors » (v. 1200). Il s’emploie au figuré pour « autrement » depuis le début du XIIIe s. Il sert à former des expressions courantes en français moderne : « d’ailleurs » (1174) « d’un autre endroit », puis (mil. XVIIe s.) « d’autre part » ; « par ailleurs », « par une autre voie » (1160), puis au figuré « d’une autre manière » (autrement) ; « et puis d’ailleurs » (1688). Après avoir évoqué l’exotisme (substantivé : « les ailleurs »), le mot, avec la conquête de l’espace et la science-fiction, concerne parfois les extra-terrestres que l’on dit « venus d’ailleurs ».

6Pour nos exilés florentins, il s’agit bien d’un autre endroit relatif à leur cité d’origine : Florence. En effet, tous les trois y sont nés et se sont impliqués dans la vie publique de la Cité du lys.

7Le contexte historique se décline autour d’une vie politique plutôt agitée :

  • 1375-1434 : le gouvernement oligarchique,

  • 1434-1494 : les Médicis (Côme, Pierre, Laurent, Pierre II),

  • 1494-1512 : la République,

  • 1513-1527 : les Médicis (papes),

  • 1527-1530 : la République,

  • 1530-1559 : les Médicis, pouvoir monarchique (Alexandre, Côme 1er).

8Les exilés florentins dont nous parlons sont les témoins privilégiés de la crise politique de la ville qui voit deux fois la chute de la République et deux fois le retour des Médicis.

9En effet, en 1494, Pierre II, le fils de Laurent le Magnifique, est chassé par les citoyens mécontents de la situation guère brillante dans laquelle se trouve la Cité du lys. Toutefois, la ruine des Médicis n’est totale ni sur le plan politique ni sur le plan économique et la population est divisée en trois parties : les partisans des Médicis qui cherchent à assurer le retour de Pierre, leurs adversaires irréductibles, les « Enragés », qui soutiennent le régime oligarchique, et la masse des gens de toutes catégories, bouleversée par les prédications du dominicain Jérôme Savonarole, qui appelle sur la ville le châtiment purificateur et ébranle les bases intellectuelles et morales établies précédemment. Le moine, qui voit en Charles VIII le pacificateur de l’Italie et l’homme capable de restaurer la dignité de l’Église, réussit à créer un courant de sympathie pour le monarque et se sert de son propre prestige pour donner à la ville une constitution à la vénitienne et promouvoir avec le bas clergé une réforme des mœurs corrompues. Dans les années 1494-1498, son but est de faire de Florence une ville chrétienne par excellence.

10Mais à cette action s’oppose le pape Alexandre VI Borgia qui excommunie le dominicain, les membres de l’aristocratie et de la riche bourgeoisie naturellement hostiles au gouvernement populaire instauré par Savonarole. La retraite de Charles VIII, à qui le moine a continué d’accorder son soutien, fait exploser la lutte entre les factions. Savonarole perd l’appui du gouvernement et, en 1498, il est exécuté. Il reste cependant l’homme qui, bien qu’en s’inspirant d’une religiosité médiévale et d’idéaux irréalisables, a eu l’intuition de l’importance d’une large participation populaire à la vie politique.

11Après la chute de Savonarole, la situation de Florence ne s’améliore pas. Aussi, pour pallier les difficultés dues à la guerre contre Pise, à l’expédition de Louis XII et aux ambitions de César Borgia, les « Enragés », au pouvoir depuis 1498, recherchent une nouvelle stabilité en donnant à Florence, en 1502, à la place d’un gonfalonier dont le mandat venait à échéance au bout de six mois, un gonfalonier à vie, en la personne de Piero Soderini. La République aristocratique affirme ensuite sa fidélité à la liberté en faisant sculpter par Michel-Ange, en 1504, le célèbre David, qui est placé à la porte du Palais de la Seigneurie, et en faisant peindre par Léonard de Vinci et par Michel-Ange, dans la grande salle du Palais, les deux batailles où Florence avait su préserver sa liberté, à Anghiari et à Cascina.

12Cependant, le départ de Louis XII, après la bataille de Ravenne, laisse Florence en proie à ses ennemis, le pape et le roi d’Aragon. La milice florentine, organisée par Machiavel, ne peut résister aux troupes espagnoles. Florence capitule en 1512 et le pape Jules II lui impose le retour des Médicis, souhaité d’ailleurs par une grande partie de la riche bourgeoisie.

  • 7 Laurent le Magnifique eut trois fils : Pierre (1472-1503), Jean (1475-1521), futur pape Léon X, e (...)
  • 8 Jules (1478-1534) est le fils illégitime de Julien, frère du Magnifique. Futur pape Clément VII.
  • 9 Alexandre (1512-1537) serait le fils d’une domestique qui était au service des Médicis à Rome et (...)

13Les institutions créées par Laurent le Magnifique sont rétablies et le cardinal Jean constitue une commission exceptionnelle qui gouverne avec des pouvoirs dictatoriaux et nomme tous les fonctionnaires. Paradoxalement, c’est en obtenant le chapeau de cardinal pour l’un de ses fils que Laurent avait assuré la domination de sa famille sur Florence. En effet, Jean de Médicis avait infléchi la politique pontificale dans le sens de la restauration de sa famille et il était déjà seigneur de Florence lorsqu’il fut élu pape en 1513, sous le nom de Léon X. À Florence, le pouvoir est alors exercé par son neveu, Laurent duc d’Urbin7. À la mort de celui-ci, le gouvernement passe dans les mains de Jules, son cousin cardinal8 ; celui-ci devient pape à son tour, en 1523, sous le nom de Clément VII et gouverne alors Florence par l’intermédiaire du cardinal Passerini da Cortona, au nom des deux enfants bâtards, Alexandre et Hippolyte, les derniers descendants de Laurent9.

  • 10 John R. Hale, Firenze e i Medici. Storia di una città e di una famiglia, Milano, Mursia, 1980, p. (...)

14Mais Clément VII entraîne Florence dans sa politique hostile à Charles Quint et, en 1527, au lendemain du Sac de Rome par les troupes impériales, la Cité du lys se soulève au nom de la liberté, chasse les Médicis10 et rétablit un régime inspiré de celui de Savonarole. Niccolò Capponi, élu gonfalonier pour un an, fait proclamer Jésus-Christ roi de Florence. Toutefois, ce régime ne peut survivre à la réconciliation du pape et de l’empereur au Congrès de Bologne en 1529, qui a pour conséquence le rétablissement des Médicis à Florence au profit d’Alexandre, fils présumé du duc d’Urbin. La république résiste onze mois au siège des armées impériales et pontificales réunies, avant de capituler le 12 août 1530. Les ennemis des Médicis sont exilés et un « Parlement », réuni sur la Place de la Seigneurie, décide par acclamation la restauration de la vieille famille, qui établira cette fois son pouvoir sur une base monarchique.

  • 11 Côme 1er (1518-1574) est le fils de Jean des Bandes Noires, issu d’une branche cadette des Médici (...)

15Alexandre de Médicis fait donc son entrée dans la ville comme chef de l’État florentin et se fiance à Marguerite d’Autriche, fille naturelle de Charles Quint. La nouvelle constitution de 1532 donne les pleins pouvoirs au duc : il préside les Conseils et l’initiative ainsi que l’application des lois sont soumises à son autorité. L’assassinat du duc Alexandre par Lorenzino, le Lorenzaccio de Musset, n’aboutit qu’à la disparition d’une personne et non à celle d’une dynastie. En effet, son successeur, Côme 1er11, exerce son pouvoir en s’appuyant sur l’Espagne (par son mariage avec la fille du Vice-roi de Naples, il resserre en effet les liens avec la famille espagnole) et se comporte en vassal de l’Empire. Progressivement, son pouvoir se renforce et le duc devient le maître de l’État toscan. Enfin, en 1559, il prend le titre de Grand-duc de Toscane, officialisant ainsi l’évolution du régime vers le pouvoir absolu.

  • 12 Voir La Vita di Luigi Alamanni scritta dal Conte Giammaria Mazzuchelli, in La Coltivazione di Lui (...)

16Ces bouleversements de Florence, les Républicains exilés les vivent au premier degré, comme le témoigne l’étude de leur biographie12.

17Nicolas Machiavel (Florence 1469-1527) est le plus célèbre d’entre eux.

18Le 28 mai 1498, cinq jours après la mort de Savonarole, Machiavel est nommé Secrétaire de la Seconde Chancellerie de la république de Florence. Le 14 juillet, il prend les fonctions de Chancelier des Dix de Balìa, chargés des relations avec l’étranger. Il accomplit plusieurs missions diplomatiques, notamment auprès de César Borgia, Louis XII et de Maximilien 1er. Cependant, lorsque la république s’effondre en 1512 et que les Médicis reviennent au pouvoir, Machiavel est chassé de son poste et remplacé par un ancien secrétaire des Médicis, Niccolò Michelozzo. Nous sommes le 7 novembre 1512. Quelques jours plus tard, il se voit interdire de quitter le sol florentin pour un an. Le 17 novembre, les portes du Palazzo Vecchio lui sont fermées. En 1513, après la découverte d’une conspiration républicaine contre les Médicis, due à Pier Paolo Boscoli, de ses amis, Machiavel est arrêté, emprisonné au Bargello et torturé le 18 février. Le 22 février, les conspirateurs sont exécutés. Le 13 mars, après l’élection de Léon X (Jean de Médicis), Machiavel est relâché et se retire dans sa propriété de Sant’Andrea in Percussina. Nous savons qu’en 1516, tout en vivant à la campagne, sans travail, il participe aux réunions des Jardins Rucellai, où il discute d’histoire et de politique avec les jeunes intellectuels florentins. Cette même année, Julien de Médicis meurt et Laurent duc d’Urbin lui succède. D’où un changement de dédicataire pour Le Prince.

  • 13 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., pp. XLI-XLII.

19Luigi Alamanni (Florence 1495 - Amboise 1556)13 est en quelque sorte lié à Machiavel. En effet, l’amitié entre le jeune Luigi et le grand penseur est attestée par la dédicace de la Vita di Castruccio Castracani mais aussi par le fait qu’Alamanni est l’un des interlocuteurs de l’Art de la guerre, où il est présenté comme fort appliqué à l’étude.

20Issu de la jeunesse dorée de la Cité du lys, Alamanni fréquente le « Studio », l’Université, et prend part, comme Machiavel, aux réunions des Jardins Rucellai. Cependant, en 1522, avec d’autres jeunes républicains, il tente une conjuration contre les Médicis. Mais le complot est découvert et la répression sanglante : Jacopo da Diacceto et Luigi di Tommaso Alamanni, cousin du nôtre, sont décapités le 7 juin 1522. Luigi a tout juste le temps de s’enfuir, avec Antonio Brucioli et Zanobi Buondelmonti. Toutefois, il est déclaré rebelle, ses biens sont confisqués et sa tête mise à prix. Il trouve refuge à Venise puis en France, où il entre au service de François 1er. Cela dit, en 1527, Florence chasse les Médicis pour la seconde fois ; les condamnés politiques sont amnistiés. Alamanni rentre au pays et se met au service de sa cité. En 1530, lorsque la ville de Florence est assiégée, il est en mission en France, où il plaide la cause de Florence auprès du roi, à Angoulême. Un nouveau bannissement le frappe, assorti cette fois d’une condamnation à mort.

21Quant à Bartolomeo Cavalcanti (Florence 1503 - Padoue 1562), il est lui aussi en relation avec les jeunes intellectuels qui fréquentent les Jardins Rucellai. Il suit les cours de Marcello Virgilio Adriani et sans doute ceux de Francesco Cattani da Diacceto.

  • 14 Théa Picquet, Bartolomeo Cavalcanti, Les lettres de l’exil, in L’exil et l’exclusion dans la cult (...)

22Après la défaite républicaine de Montemurlo, le 1er août 1537, les grandes familles florentines se voient interdire les portes de leur cité. Cavalcanti s’installe alors à Ferrare, où il arrive avec une lettre de recommandation de l’archevêque de Milan, Hippolyte d’Este, qu’il avait rencontré à la Cour de France. Son exil ferrarais durera près de 11 ans14. Après quoi, en 1548, il est invité, avec l’accord du duc de Ferrare, à se mettre au service du pape Paul III Farnèse.

23Machiavel, Alamanni et Cavalcanti se retrouvent ainsi en exil, ailleurs. Notre réflexion portera tout d’abord sur les lieux de l’ailleurs, puis sur les activités entreprises par les trois écrivains et enfin sur leur état d’esprit.

24Les lieux de l’ailleurs sont au nombre de trois : la campagne toscane, la ville de Ferrare, la France.

  • 15 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1237.
  • 16 Ibidem, p. 1251.
  • 17 Théa Picquet, Luigi Alamanni et la France, in Italies, Revue Aixoise d’Études Italiennes, Univers (...)
  • 18 Ibidem, p. 93.
  • 19 Ibidem, p. 108.
  • 20 Ibidem, pp. 108-109.

25La campagne toscane apparaît sous la plume de Nicolas Machiavel qui, dans sa lettre à Francesco Vettori du 10 décembre 1513, évoque sa demeure, le bois où il surveille une coupe, une source ou un poste de chasse, où il a l’habitude de se rendre, un livre sous le bras, l’auberge qu’il fréquente avant et après le déjeuner15. S’il ne décrit pas vraiment la campagne, il précise cependant, dans sa lettre à Giovanni Vernacci du 8 juin 1517, qu’il est contraint d’y vivre. Il donne cependant plus de précisions quant à sa maison de campagne, « toute pauvre et malheureuse » mais néanmoins ouverte aux amis16. La ville de Ferrare fait l’objet de l’intérêt de Bartolomeo Cavalcanti. Lui non plus ne la dépeint pas, mais c’est bien là qu’il élit domicile. En effet, après la défaite de Montemurlo du 1er août 1537, les grandes familles florentines de l’opposition se voient interdire les portes de la ville. Baccio arrive ainsi à Ferrare. Cela dit, la France est le refuge de Luigi Alamanni, que ce soit la Provence ou la cour royale, alors installée à Lyon17. Si Luigi donne peu de renseignements sur les lieux de son premier exil en 1522, nous savons cependant qu’en 1525 il se trouve à Toulon, prêt à s’embarquer pour délivrer le roi de France. Il part effectivement d’Aigues-Mortes, le 27 août, en compagnie de Marguerite, sœur du souverain18. À cette époque, les paysages de l’hexagone lui rappellent l’Italie : la Méditerranée le renvoie à la Mer Tyrrhénienne, la vallée du Rhône à la vallée de l’Arno, la Seine à l’Arno également. Par opposition toutefois, la prospérité de la France lui fait déplorer les tristes conditions de la péninsule italienne19. Cela dit, lors de son second exil, tout n’est qu’éloge du pays qui lui a donné asile. Il suffirait de mentionner que Avarchide, titre donnée à l’une de ses œuvres, vient de « Avarco, Avaricum » c’est-à-dire Bourges. Il loue aussi la tranquillité de la Seine qu’il qualifie de « amica Senna », apprécie tout particulièrement la beauté de la campagne française, brosse un tableau idéal de la vie agricole dans sa Coltivazione, où les cultures sont abondantes et la vie des paysans fort agréable20.

26Dans cet ailleurs, choisi ou subi, les trois exilés exercent des activités variées, qu’elles soient quotidiennes, politiques ou littéraires.

  • 21 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., pp. 1237-1238.
  • 22 Ibidem, p. 1239.
  • 23 Lettre à Guido Machiavel du 2 avril 1527, in Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1260.
  • 24 Ibidem.
  • 25 Lettre à Giovanni Vernacci du 8 juin 1517, in Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1251
  • 26 Lettre à Guido Machiavel du 2 avril 1527, ibidem, p. 1260.
  • 27 Lettre à Luigi Alamanni du 17 décembre 1517, ibidem, p. 1253.
  • 28 Lettre à Guido Machiavel du 2 avril 1527, ibidem, p. 1260.

27Si Alamanni et Cavalcanti se montrent plus discrets sur ce point, dans sa correspondance, Nicolas Machiavel décrit sa vie quotidienne dans le détail. Ainsi, la lettre adressée à son ami Francesco Vettori21 illustre bien son vécu depuis son éviction de la deuxième chancellerie de Florence. Il se lève avec le soleil pour surveiller une coupe de bois, reste deux heures à revoir le travail de la veille, passe son temps en compagnie des bûcherons, écoute leurs querelles, essaie de résoudre les problèmes posés par la vente de cette coupe, se promène, part converser à l’auberge. Ensuite, après avoir pris un maigre déjeuner en famille, il s’en retourne à l’auberge s’encanailler à jouer quelques liards aux cartes ou au jacquet et, le soir venu, il rentre au logis. Ses fréquentations n’ont plus rien en commun avec les milieux intellectuels de la Cité du lys, ce sont les bûcherons dans les bois, l’aubergiste, le boucher, un meunier, deux chaufourniers au village. Il écoute leurs nombreuses contestations et leurs « infinis échanges d’injures », si forts qu’on les entend crier, dit-il, depuis San Casciano22. Il trouve malgré tout quelque intérêt à ces rencontres puisqu’il écrit que, « plongé dans cette pouillerie », il empêche son cerveau de moisir. Avec son fils Guido23, il évoque les soins à donner aux chevaux et au mulet. Si les premiers ne causent pas de soucis, le second demande une attention particulière : « Le petit mulet, parce qu’il est devenu fou, doit être traité au contraire des autres fous : les fous on les attache et je veux que tu le détaches… » et il conseille de lui retirer la bride et de le laisser aller où il veut pour qu’il guérisse de sa folie. Machiavel vit dans un dénuement indigne de sa personne, comme cela apparaît dans la lettre à Guido, où il conseille à sa famille de dépenser le moins possible24. Il demande le soutien de son ami Giovanni Vernacci25, lui fait part de sa préoccupation pour l’avenir de deux autres de ses fils, Bernardo et Ludovico : « Bernardo et Ludovico deviennent des hommes et j’espère donner à l’un d’entre eux une position grâce à toi ». Il en vient même à solliciter son aide pour satisfaire un souhait de son épouse : « Marietta voudrait que tu lui apportes à ton retour une pièce de camelot marron et des aiguilles à coudre le damas, grosses et fines. Elle dit qu’elles doivent être brillantes, car celles que tu as envoyées l’autre fois n’ont pas été de bonne qualité ». Cela dit, la pauvreté s’accompagne de la maladie, celle de Guido dont le rétablissement le réjouit, la maladie des yeux de Totto dont il espère la guérison26. Ces conditions de vie le font encore plus souffrir lorsqu’il évoque ses amis qui « font bonne chère » sans penser à eux, « pauvres malheureux, qui [meurent] de froid et de sommeil »27. Plus tard cependant, il se loue des « grandes amitiés » dont il bénéficie, notamment de celle du cardinal Cybo, se donne en exemple à son fils Guido et lui conseille d’étudier les Lettres et la musique, car il remarque « combien [lui] font honneur les quelques talents » qu’il a28.

28Tous les trois exercent cependant une activité politique.

  • 29 Lettre à François Guichardin du 17 mai 1521, ibidem, p. 1254.
  • 30 Ibidem, p. 1255.
  • 31 Ibidem, pp. 1255-1256.
  • 32 Ibidem, p. 1257.

29Machiavel se voit enfin confier une mission, d’importance mineure cependant, celle de rechercher un prédicateur pour Florence. Dans sa lettre du 17 mai 1521 à François Guichardin29, il avoue que cela ne l’enthousiasme pas : « Je suis ici [à Carpi] à ne rien faire, parce que je ne peux accomplir ma mission tant que l’on n’a pas nommé le général et les définisseurs. Je rumine la façon de faire naître assez de désordres parmi eux pour qu’ils échangent ici comme ailleurs des coups de sandales. Si je ne perds pas la cervelle, je pense y parvenir et crois que vos conseils et votre aide me seraient fort utiles ». Il se montre d’ailleurs très insatisfait de son séjour à Carpi, se dit « docteur » dans le domaine du mensonge. « Depuis longtemps – ajoute-t-il – […] je ne dis pas ce que je pense, ni ne pense ce que je dis et, si je dis parfois la vérité, je la cache parmi tant de mensonges qu’il est difficile de la découvrir »30. Il se sent inutile : « je demeure à la maison, je dors, je lis ou je me tiens coi », écrit-il ; se sent mal à l’aise chez son hôte, déclare qu’il « encombre » la maison et qu’il l’y tient « cloué ». Mais, se félicite-t-il, au moins, il mange : « … je mange comme six chiens et trois loups et je dis quand je déjeune : “Ce matin, voici deux ducats de gagnés” et quand je dîne : “Ce soir, en voici quatre” »31. Il reprend la même argumentation lorsqu’il craint d’être remercié et demande à Guichardin de lui venir en aide. S’il dit qu’il « patauge », il se réjouit néanmoins d’avoir mangé et dormi dans de bonnes conditions : « Mais ce que j’en ai tiré ne pourra m’être repris : des repas succulents, des lits somptueux et tant d’autres choses, qui m’ont revigoré en trois jours »32.

30Contrairement à celles de Machiavel, les activités politiques de Luigi Alamanni font de lui un homme plutôt heureux.

  • 33 Henri Hauvette, Un exilé florentin à la cour de France au XVIe siècle, Luigi Alamanni (1495-1556) (...)
  • 34 Ibidem, p. 102.
  • 35 Giammaria Mazzuchelli, Vita di Luigi Alamanni, in La Coltivazione di Luigi Alamanni e Le Api di G (...)
  • 36 Lettre du 21 novembre1547 de l’évêque de Cortona à Côme 1er, Archivio di Stato di Firenze, Medice (...)
  • 37 Ibidem.

31En effet, il jouit de la protection de François Ier. Très apprécié par le monarque français qui lui octroie ses largesses, Luigi Alamanni est non seulement libre de ses mouvements, mais exécute au nom du roi de nombreuses missions. Il est envoyé ainsi à Venise quérir des « fers » pour imprimer des livres italiens33. Le roi finance d’ailleurs l’impression, à Lyon, de ses « œuvres et compositions toscanes »34. Au service de son pays d’accueil, Luigi se rend à Venise, à Gênes, même auprès de Charles Quint et Giammaria Mazzuchelli de rappeler l’anecdote selon laquelle l’empereur aurait récité par cœur deux vers du poète35. Sa situation se stabilise d’ailleurs en 1543, grâce à son mariage en secondes noces avec Elena Bonaiuti, « dame d’atours » de la dauphine Catherine de Médicis36. Cette union conforte la position de Luigi à la cour de France et, l’année suivante, on lui confie la charge de maître d’hôtel de la dauphine. Sa fortune est alors assurée, pour lui comme pour ses fils. En effet, Battista obtient l’abbaye de Belleville en 1545 et, en 1555, Niccolò devient vice-amiral et reçoit des mains de Catherine de Médicis le commandement de deux galères37. Ainsi, c’est à la cour de France, à Amboise, que Luigi s’éteint le 18 avril 1556.

  • 38 Bartolomeo Cavalcanti, Lettere edite e inedite, a cura di Christina Roaf, Bologna, Commissione pe (...)
  • 39 Lettres 49 et 50.
  • 40 Lettre 63.
  • 41 Lettre 119.
  • 42 Lettre 190.

32Quant à Bartolomeo Cavalcanti, en exil à Ferrare puis à Rome, il semble encore plus engagé dans les tractations politiques. Il prend même part à la guerre de Parme aux côtés du duc Ottavio Farnèse, fait partie des signataires de la trêve de mai 1552, participe à la révolte des Siennois contre les Espagnols38. Il assure lui aussi des missions diplomatiques auprès du roi de France qu’il souhaite intéresser aux conditions des exilés florentins39, puis à Venise d’où il fait parvenir au duc de Ferrare des rapports aussi fidèles que détaillés40. Il accompagne d’ailleurs le cardinal Hippolyte d’Este dans la cité des Doges pour une demande d’alliance entre la Sérénissime, la France et le Pape. Par la suite, dès 1548, il est invité par le cardinal Ridolfi et avec l’accord du duc de Ferrare à se mettre au service du pape Paul III. Sa lettre du 7 septembre 1548 au cardinal Farnèse relate son entretien avec le roi de France qu’il avait rejoint à Pinerolo pour lui exposer les points de vue de la papauté41. En outre, au moment du Conclave de 1555, qui place sur le trône pontifical Gian Pietro Caraffa, sous le nom de Paul IV, Bartolomeo sert d’intermédiaire entre les Este et les Farnèse42.

33En somme, Cavalcanti, comme Alamanni et bien plus que Machiavel, continue à avoir des activités politiques et diplomatiques pendant son exil. Cela dit, tous les trois consacrent une partie de leur temps à la littérature et à l’écriture.

  • 43 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1239.

34La célèbre lettre de Machiavel à son ami Vettori le représente se promenant un livre sous le bras : Dante ou Pétrarque, Tibulle ou Ovide, ou d’autres grands écrivains encore43. Et, le soir venu, il change de vie : se dépouille de ses vêtements couverts de boue, enfile ses habits de cour et entre « dans la cour antique des hommes de l’Antiquité » ; par eux, il est aimablement accueilli ; il se nourrit « de l’aliment qui par excellence est le [sien] et pour lequel [il est] né ». Il s’agit d’un véritable entretien avec les Anciens : il converse avec eux, les interroge sur les raisons de leurs actions et eux, en vertu de leur humanité, lui répondent. C’est ainsi que, suivant les conseils de Dante, Machiavel déclare avoir fait capital de ce qu’il a retenu de ces entretiens et a composé « un opuscule », le De Principatibus, dont il annonce le plan. Il convient de remarquer qu’excepté la Première Décennale Machiavel se fait écrivain seulement après sa chute, c’est-à-dire tardivement. En fait, il prend la plume contraint par l’oisiveté et cherche dans l’écriture une compensation à son inactivité ainsi qu’un moyen de rentrer en grâce auprès des nouveaux maîtres de Florence.

  • 44 Ibidem, p. 1257.
  • 45 Ibidem, p. 1258.
  • 46 Ibidem, pp. 1258-1259.

35Dans sa correspondance avec Guichardin, il se montre avide de conseils. Ainsi, dans sa lettre du 19 mai 1521, il lui écrit que sa propre expérience lui sert de source pour son Histoire de Florence44, dans celle du 30 août 1524 il déplore l’être loin de son ami car « devant certains détails [il aurait] besoin de savoir [s’il] offense trop en exaltant ou en rabaissant les choses »45. Son intention est de demander un avis extérieur et de dire la vérité sans que personne ne puisse se plaindre. Sa lettre des 16-20 octobre 1525 concerne la rédaction de La Mandragore46. Il y explique les tournures florentines employées par Nicia, l’un des personnages de la comédie, dit qu’il compose les chansons pour les intermèdes, que la Barbera, une cantatrice célèbre à l’époque, a proposé de chanter ; il annonce la préparation d’une représentation prévue à Faenza, qui malheureusement n’aura pas lieu, Guichardin ayant été rappelé à Rome par le pape.

  • 47 Ibidem, p. 1252 : Lettre à Lodovico Alamanni du 17 décembre 1517.

36Bref, Machiavel emploie une grande partie de son temps à l’écriture. Il regrette d’ailleurs que l’Arioste, dont il a lu le Roland furieux, qu’il trouve admirable d’un bout à l’autre, l’ait oublié dans la liste des grands écrivains47.

37La production littéraire de Luigi Alamanni et de Bartolomeo Cavalcanti est tout aussi importante, même si elle est moins célèbre.

  • 48 Luigi Alamanni, Versi e Prose, cit., vol. II, p. 145.
  • 49 Ibidem, vol. I, p. 302 et suivantes.
  • 50 Ibidem, vol. II, p. 124 et suivantes.
  • 51 La cinquième, la douzième et la treizième.
  • 52 Luigi Alamanni, Versi e Prose, cit., vol. II, p. 56 et suivantes.
  • 53 Ibidem, p. 64 et suivantes.
  • 54 Ibidem, p. 38 et suivantes.
  • 55 Bibliothèque Nationale de Paris, fonds italien n° 1071.

38En effet, Luigi compose tout d’abord de nombreuses pièces de circonstance : huit poèmes sur la maladie et la mort de Louise de Savoie, trois sonnets sur les fils du roi, d’autres sur la mort du dauphin François, une chanson sur la rencontre de François Ier et de Clément VII à l’occasion du mariage du duc d’Orléans avec Catherine de Médicis48. Il dédie ses œuvres à la famille royale française : à François Ier, Henri II, Catherine de Médicis, Marguerite de France. Parfois les dédicaces sont ajoutées dans un deuxième temps et les poèmes remaniés en conséquence, comme les Selve qui exaltent les vertus de François 1er, de sa sœur Marguerite, du dauphin François et de la cour en général49. Il en va de même pour ses épigrammes50. Cela dit, c’est surtout François Ier que chante Alamanni. Trois églogues sont écrites en son honneur51 et les premiers vers de la Coltivazione s’adressent à lui. Toutefois, l’exaltation du monarque est particulièrement significative dans les poèmes mythologiques. Ainsi, sur les trois cent cinquante-deux vers de la Favola d’Atlante, les quarante premiers chantent les louanges du roi52 et dans la Favola di Phetonte d’inspiration ovidienne comme la précédente, la Charente, nymphe de Diane et fille de Jupiter, métamorphosée en fleuve pour échapper à Mars, se voyant mourir, supplie son père de lui permettre de rencontrer le souverain français, « Quel gran Gallico Re, quel pio Francesco »53. Le Diluvio romano, quant à lui, voit en François Ier le sauveur de l’Italie, le seul prince capable de libérer les villes du joug impérial et de défendre le monde chrétien de la menace turque54. En outre, l’Avarchide, que son fils Battista qualifie de « toscana Iliade », présente Lancelot comme un ancêtre de la couronne française et annonce pour la ville d’Avarco une brillante destinée sous les règnes de François Ier de d’Henri II. Enfin, dans Gyron le Courtois55, le héros Pharamond apparaît comme le fondateur de la monarchie française et devient l’occasion d’un éloge des rois de France. Rappelons à ce propos que le poème chevaleresque, publié en 1548 et dédié à Henri II, avait été commandité par François Ier lui-même en avril 1546, un an avant sa disparition.

  • 56 Lettres 64, 67, 69-71, 73-80.
  • 57 Ibidem.

39Pour ce qui est des activités culturelles, Bartolomeo Cavalcanti n’est pas en reste. Inscrit à l’Académie des « Elevati », il fréquente les humanistes ferrarais, vénitiens et padouans, il fouille les bibliothèques vénitiennes à la recherche de quelques livres rares ou de quelque œuvre grecque à traduire56. Il fait d’ailleurs état d’un différend entre Piero Vettori et Paolo Manuzio à propos de son manuscrit cicéronien Ad Atticum, prêté au moine servite Ottavio Pantagato, qui l’avait fait passer à Manuzio sans en mesurer les conséquences57.

  • 58 Lettres 65, 105.
  • 59 Lettres 67, 81-83, 97-98, 105-114.
  • 60 Lettre 81.

40Sa production littéraire est particulièrement riche, puisqu’il traduit Polybe, puis travaille à la traduction d’un apographe du manuscrit d’Urbin, la Comparazione tra l’armadura e l’ordinanza de’ Romani e de’ Macedoni, écrit son Discorso circa la milizia romana, le Calcolo sulla castrametazione58. Mais c’est surtout sa Rhétorique qui marque son séjour ferrarais. En effet, commencée dans les années 1541, imprimée seulement après dix-huit ans de recherche, elle rencontre un immense succès59. Il relate tout particulièrement à son ami Piero Vettori comment le cardinal de Ferrare lui avait demandé de traduire la Rhétorique d’Aristote ou d’en composer une autre60.

41Bref, Machiavel, Alamanni et Cavalcanti ont trouvé dans l’écriture un important dérivatif à leur mauvaise fortune.

  • 61 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 110.
  • 62 Lettre à Giovanni Vernacci (son neveu) du 19 novembre 1515, ibidem, p. 1250.
  • 63 Lettre à Vettori du 13 mars 1513, ibidem, p. 1231.
  • 64 Lettre à Vettori du 10 décembre 1513, ibidem, p. 1237.
  • 65 Idem, puis Lettre à Giovanni Vernacci du 15 février 1516, ibidem, pp. 1250-1251.
  • 66 Lettre à Vettori du 4 février1514, ibidem, p. 1242.
  • 67 Lettre à Giovanni Vernacci du 15 février 1516, ibidem, pp. 1250-1251.
  • 68 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1005.
  • 69 Lettre à Vettori du 10 décembre 1513, ibidem, p. 1240.

42Celle-ci est surtout mise en cause par l’auteur du Prince. À la fin de la dédicace, il attire justement l’attention de Laurent de Médicis sur l’indignité de la situation où il se trouve, sur le fait qu’il « supporte une grande et continuelle malignité de la fortune »61. Il se sent abandonné à cause d’elle : « la fortune ne m’a laissé que mes parents et mes amis », se plaint-il dans sa correspondance62. Le sort a tout fait pour l’accabler, écrit-il encore63. Ailleurs, il se sent piétiné par lui64. Parfois, il temporise cependant dans l’attente de jours meilleurs65. Cela dit, le désespoir le guette. À la campagne, il n’est question que de prophéties et d’annonces de malheurs66. Il se sent inutile à lui-même et aux autres67, craint que la pauvreté ne le rende méprisable et souffre tout particulièrement de l’ingratitude des gouvernants, comme le soulignent les chapitres qu’il lui consacre68 et sa lettre à Vettori69. Pour mieux rendre compte de sa tristesse, Nicolas fait siens les vers du Chansonnier de Pétrarque :

  • 70 Pétrarque, Chansonnier, CII.

Ainsi, si parfois je ris ou bien je chante,
Je le fais parce que je n’ai que cette musique
Pour épancher mes pleurs emplis d’angoisse.70

43Dans le prologue de La Mandragore, il exprime les mêmes sentiments :

  • 71 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1102.

Si un tel sujet n’est pas digne,
étant fort léger,
d’un homme qui veut paraître sage et grave,
excusez-le au motif qu’il s’efforce
par ces vaines pensées
d’adoucir sa triste époque.
Ailleurs il n’a de lieu
où tourner ses regards.
Car il lui est interdit
de montrer d’autres capacités en d’autres entreprises
et il n’y a pas de récompense à ses efforts.71

  • 72 Lettre à Giovanni Vernacci du 26 juin 1513, ibidem, p. 1236.

44D’autres fois cependant, lui qui a perdu son emploi, qui a failli perdre la vie, se félicite d’être encore vivant et remercie Dieu72.

  • 73 Théa Picquet, Luigi Alamanni et la France, cit., p. 94.
  • 74 Satira XII, in Versi e Prose, cit., I, p. 286.
  • 75 Versi e Prose, cit ., I, pp. 143 et suivantes.
  • 76 Eglogues III et IV, in Versi e Prose, cit., I, pp. 60-64.
  • 77 Coltivazione, in Versi e Prose, cit., II, pp. 185 et suivantes.
  • 78 Eglogue III, in Versi e Prose, cit., I, p. 60 ; Satira XIII, in Versi e Prose, cit., I, p. 287 ; (...)

45Luigi Alamanni, pourtant plus heureux dans son pays d’accueil, se laisse prendre parfois lui aussi par l’amertume, en particulier dans les années 1522-1527, où sa situation économique est incertaine73. Il dénonce la légèreté des Français74, souffre de solitude, comme le chante le chœur dans sa traduction libre de l’Antigone de Sophocle75, d’impuissance devant les maux de Florence76. Ses pensées douloureuses vont vers une Italie dévastée77 ; il pleure la perte de ses amis, dont Machiavel78. La nostalgie de sa patrie, Florence, se fait très forte : dans ses poésies, il chante une Flora ; titre qu’il donne justement à l’une de ses comédies et Florio est le héros de L’Avarchide.

  • 79 Lettre 57.
  • 80 Lettre 182.
  • 81 Lettre 57. « ranocchio » signifie 1 - grenouille verte ; 2 - personne de petite taille, disgracie (...)
  • 82 Lettre 63.
  • 83 Lettre 139.
  • 84 Lettre 58.
  • 85 Lettre 57.

46Dans sa correspondance, Cavalcanti se plaint, comme Machiavel, des revers de fortune79, de sa condition de servitude qui brime et sa liberté et ses initiatives80. Il souffre d’être loin de chez lui, au milieu de ces « ranocchi »81 ; il est rongé par le souci des siens et confie l’éducation de son fils à Vettori82. Il craint également pour ses biens lorsqu’il voit sa propriété florentine séquestrée à la suite du décret du 28 avril 1554 qui le déclare rebelle à sa patrie. Lui aussi déplore l’ingratitude des grands : les Farnèse ne lui octroient qu’une faible rente qu’il doit s’abaisser à réclamer83. À sa déception devant un présent médiocre84 s’ajoute l’angoisse d’un avenir incertain85.

  • 86 Lettre à Vettori du 3 août 1514, ibidem, pp. 1246-1247.
  • 87 Lettre à Vettori du 31 janvier 1515, ibidem, p. 1248.

47Cela dit, les trois exilés connaissent parfois des moments de répit. Même Machiavel se sent revigoré par un amour inespéré pour une « créature… courtoise… délicate… noble »86. Tout lui semble alors plus facile : « proche des cinquante ans [il en a quarante-cinq] ces années ne m’éprouvent pas, les chemins difficiles ne me fatiguent pas, l’obscurité de la nuit ne m’effraie pas. Tout me paraît facile », confie-t-il à son ami Vettori, pour ajouter : « j’ai oublié tous mes maux ». Il se sent plus léger : « j’ai abandonné toute pensée des affaires graves et importantes », écrit-il encore. Dans la tempête qu’est devenue sa vie, l’amour et l’amitié constituent le seul refuge : « … ils sont l’unique port et le seul refuge de mon vaisseau que la tempête incessante a laissé sans voiles ni gouvernail… »87.

  • 88 Théa Picquet, Luigi Alamanni et la France, cit., pp. 104-105.

48Si Cavalcanti ne dit rien à ce sujet, Alamanni cherche refuge et réconfort auprès des autres Florentins installés en France, que ce soient les marchands de Lyon ou les femmes italiennes auprès desquelles il cherche l’amour88, cela durant son premier exil.

  • 89 Lettre à Guido Machiavel du 2 avril 1527, Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1260.
  • 90 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1005.
  • 91 Ibidem, pp. 1232-1233.
  • 92 Lettre à Vettori du 16 avril 1513, ibidem, p. 1236.
  • 93 Lettre à Vettori du 10 décembre 1513, ibidem, pp. 1237-1240. Pétrarque, Triomphe de l’éternité, I (...)

49Mais tous les trois ont les mêmes attentes, rentrer à Florence. Machiavel l’écrit à son fils en 1527 : « Je n’ai jamais eu autant envie d’être à Florence que maintenant »89. Ses sonnets à Julien duc de Nemours, pour obtenir son pardon et marquer les distances vis-à-vis de l’ancien régime, frappent par leur âpreté et leur virulence90. Dans sa lettre à Vettori du 18 mars 1513, il veut oublier « les tourments du passé », serait heureux d’être reconnu par « nos maîtres » – écrit-il – et se dit prêt à les satisfaire91. Dans celle du 16 avril 1513, il place ses espoirs en Julien de Médicis et souhaiterait « être employé à quelque chose », pour le compte des Florentins ou pour celui du pape. Il met son sort entre les mains de son ami : « tout mon bonheur dépendra toujours de vous et de votre famille, à qui je dois tout ce qui me reste »92. Dans une lettre au même du 10 décembre 1513, il place en tête ces vers du Triomphe de l’éternité de Pétrarque : « Les grâces divines ne viennent jamais trop tard »93. Il attend le moment de quitter sa campagne pour s’écrier « me voici » et que les Médicis fassent appel à lui, « ne serait-ce que pour lui faire rouler une pierre ». Il souligne son expérience, sa loyauté et son honnêteté, témoignées par sa pauvreté.

  • 94 Le Prince, in Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 109.

50La dédicace du Prince a d’ailleurs pour seul but de rentrer dans les bonnes grâces de la célèbre famille : il offre à Laurent ce qu’il a de plus cher, c’est-à-dire la connaissance des actions des grands hommes, qu’il a apprise par une longue expérience des choses modernes et une continuelle lecture des anciennes94.

  • 95 Lettre 71.

51Au cours de son premier exil, Alamanni souhaite rentrer dans une patrie qu’il a idéalisée dans ses œuvres. Ainsi, dans sa comédie Flora, il recrée Florence, nomme ses rues, ses ponts, évoque sa cathédrale, Santa Maria del Fiore, cite les humanistes florentins, fait parler aux valets le florentin populaire ; le héros de son Avarchide, Florio, représente lui aussi la perfection florentine lorsqu’il rejoint les troupes du roi Arthur. Cependant, lors de son deuxième exil, voyant la chose impossible, Luigi s’intègre à la cour de France. Quant à Cavalcanti, même s’il est moins prolixe, il n’imagine de bonheur possible que dans sa patrie95.

52En conclusion, plutôt qu’un ailleurs sublimé, ce que recherchent moins Alamanni que Machiavel ou Cavalcanti c’est un autrement dans leur propre cité. D’où de nombreuses propositions de bons gouvernements émanant des Républicains florentins, tels Donato Giannotti et sa Repubblica fiorentina ou Machiavel avec ses Discours sur les choses de Florence, ses différents écrits politiques mineurs, Le Prince, bien sûr, et L’Art de la guerre.

  • 96 Christian Bec, Précis de Littérature italienne, Paris, PUF, 1982, p. 119.

53Et Christian Bec de rappeler le rôle de la cité, également sur le plan architectural, avec Alberti qui, dans son De re aedificatoria, imagine une « cité idéale dont les maisons sont ouvertes aux échanges, dont les quartiers sont adaptés aux nécessités sociales et dont le palais municipal est un point de convergence des vues et de rencontre pour les citoyens »96.

Haut de page

Notes

1 Le nouveau dictionnaire des œuvres, Paris, Laffont « Bouquins », 1994, vol. 1, p. 83.

2 Machiavel, Œuvres, édition établie par Christian Bec, Paris, Laffont « Bouquins », 1996, pp. 1237-1240.

3 Ibidem, pp. 109-110.

4 Versi e Prose di Luigi Alamanni, a cura di Pietro Raffaelli, Firenze, Le Monnier, 1859.

5 Bartolomeo Cavalcanti, Lettere edite e inedite a cura di Christina Roaf, Bologna, Commissione per i testi di lingua, 1967. Voir aussi : Bartolomeo Cavalcanti, Lettere tratte dagli originali, Scelta di curiosità letterarie inedite o rare, Bologna, Commissione per i testi di lingua, 1968 (Ristampa fotomeccanica sulla edizione di Gaetano Romagnoli, 1869).

6 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1998, vol. 1, p. 70.

7 Laurent le Magnifique eut trois fils : Pierre (1472-1503), Jean (1475-1521), futur pape Léon X, et Julien duc de Nemours (1478-1516). Laurent duc d’Urbin (1492-1519) est le fils de Pierre.

8 Jules (1478-1534) est le fils illégitime de Julien, frère du Magnifique. Futur pape Clément VII.

9 Alexandre (1512-1537) serait le fils d’une domestique qui était au service des Médicis à Rome et de Laurent duc d’Urbin ou, plus probablement, de Jules de Médicis. Hippolyte (1511-1535), celui de Julien duc de Nemours.

10 John R. Hale, Firenze e i Medici. Storia di una città e di una famiglia, Milano, Mursia, 1980, p. 144, où est racontée cette nouvelle expulsion des Médicis.

11 Côme 1er (1518-1574) est le fils de Jean des Bandes Noires, issu d’une branche cadette des Médicis. Voir : Roberto Cantagalli, Cosimo de’ Medici granduca di Toscana, Milano, Mursia, 1985.

12 Voir La Vita di Luigi Alamanni scritta dal Conte Giammaria Mazzuchelli, in La Coltivazione di Luigi Alamanni e Le Api di Giovanni Rucellai, Milano, Dalla Società Tipografica de’ Classici italiani, contradi di S. Margherita, n° 1118, Anno 1884, pp. 1 à 46. Voir aussi et surtout : Henri Hauvette Un Exilé florentin à la cour de France au XVIe siècle, Luigi Alamanni (1495-1556). Sa vie et son œuvre, Paris, Hachette, 1903, pp. 1 à 147.

13 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., pp. XLI-XLII.

14 Théa Picquet, Bartolomeo Cavalcanti, Les lettres de l’exil, in L’exil et l’exclusion dans la culture italienne, Aix-en-Provence, PUP, 1991, pp. 77-88.

15 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1237.

16 Ibidem, p. 1251.

17 Théa Picquet, Luigi Alamanni et la France, in Italies, Revue Aixoise d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 2, Voyager à la découverte de…,1998, pp. 87-112.

18 Ibidem, p. 93.

19 Ibidem, p. 108.

20 Ibidem, pp. 108-109.

21 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., pp. 1237-1238.

22 Ibidem, p. 1239.

23 Lettre à Guido Machiavel du 2 avril 1527, in Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1260.

24 Ibidem.

25 Lettre à Giovanni Vernacci du 8 juin 1517, in Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1251.

26 Lettre à Guido Machiavel du 2 avril 1527, ibidem, p. 1260.

27 Lettre à Luigi Alamanni du 17 décembre 1517, ibidem, p. 1253.

28 Lettre à Guido Machiavel du 2 avril 1527, ibidem, p. 1260.

29 Lettre à François Guichardin du 17 mai 1521, ibidem, p. 1254.

30 Ibidem, p. 1255.

31 Ibidem, pp. 1255-1256.

32 Ibidem, p. 1257.

33 Henri Hauvette, Un exilé florentin à la cour de France au XVIe siècle, Luigi Alamanni (1495-1556). Sa vie et son œuvre, Paris, Hachette, 1903, pp. 101-102.

34 Ibidem, p. 102.

35 Giammaria Mazzuchelli, Vita di Luigi Alamanni, in La Coltivazione di Luigi Alamanni e Le Api di Giovanni Rucellai, Milano, Classici italiani, 1884, pp. 34-37.

36 Lettre du 21 novembre1547 de l’évêque de Cortona à Côme 1er, Archivio di Stato di Firenze, Mediceo, filza 4592.

37 Ibidem.

38 Bartolomeo Cavalcanti, Lettere edite e inedite, a cura di Christina Roaf, Bologna, Commissione per i testi di lingua, 1967, Lettres 122-127.

39 Lettres 49 et 50.

40 Lettre 63.

41 Lettre 119.

42 Lettre 190.

43 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1239.

44 Ibidem, p. 1257.

45 Ibidem, p. 1258.

46 Ibidem, pp. 1258-1259.

47 Ibidem, p. 1252 : Lettre à Lodovico Alamanni du 17 décembre 1517.

48 Luigi Alamanni, Versi e Prose, cit., vol. II, p. 145.

49 Ibidem, vol. I, p. 302 et suivantes.

50 Ibidem, vol. II, p. 124 et suivantes.

51 La cinquième, la douzième et la treizième.

52 Luigi Alamanni, Versi e Prose, cit., vol. II, p. 56 et suivantes.

53 Ibidem, p. 64 et suivantes.

54 Ibidem, p. 38 et suivantes.

55 Bibliothèque Nationale de Paris, fonds italien n° 1071.

56 Lettres 64, 67, 69-71, 73-80.

57 Ibidem.

58 Lettres 65, 105.

59 Lettres 67, 81-83, 97-98, 105-114.

60 Lettre 81.

61 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 110.

62 Lettre à Giovanni Vernacci (son neveu) du 19 novembre 1515, ibidem, p. 1250.

63 Lettre à Vettori du 13 mars 1513, ibidem, p. 1231.

64 Lettre à Vettori du 10 décembre 1513, ibidem, p. 1237.

65 Idem, puis Lettre à Giovanni Vernacci du 15 février 1516, ibidem, pp. 1250-1251.

66 Lettre à Vettori du 4 février1514, ibidem, p. 1242.

67 Lettre à Giovanni Vernacci du 15 février 1516, ibidem, pp. 1250-1251.

68 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1005.

69 Lettre à Vettori du 10 décembre 1513, ibidem, p. 1240.

70 Pétrarque, Chansonnier, CII.

71 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1102.

72 Lettre à Giovanni Vernacci du 26 juin 1513, ibidem, p. 1236.

73 Théa Picquet, Luigi Alamanni et la France, cit., p. 94.

74 Satira XII, in Versi e Prose, cit., I, p. 286.

75 Versi e Prose, cit ., I, pp. 143 et suivantes.

76 Eglogues III et IV, in Versi e Prose, cit., I, pp. 60-64.

77 Coltivazione, in Versi e Prose, cit., II, pp. 185 et suivantes.

78 Eglogue III, in Versi e Prose, cit., I, p. 60 ; Satira XIII, in Versi e Prose, cit., I, p. 287 ; Selve VII, in Versi e Prose, cit., I, p. 336.

79 Lettre 57.

80 Lettre 182.

81 Lettre 57. « ranocchio » signifie 1 - grenouille verte ; 2 - personne de petite taille, disgracieuse.

82 Lettre 63.

83 Lettre 139.

84 Lettre 58.

85 Lettre 57.

86 Lettre à Vettori du 3 août 1514, ibidem, pp. 1246-1247.

87 Lettre à Vettori du 31 janvier 1515, ibidem, p. 1248.

88 Théa Picquet, Luigi Alamanni et la France, cit., pp. 104-105.

89 Lettre à Guido Machiavel du 2 avril 1527, Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1260.

90 Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 1005.

91 Ibidem, pp. 1232-1233.

92 Lettre à Vettori du 16 avril 1513, ibidem, p. 1236.

93 Lettre à Vettori du 10 décembre 1513, ibidem, pp. 1237-1240. Pétrarque, Triomphe de l’éternité, I 3.

94 Le Prince, in Machiavel, Œuvres, éd. Christian Bec, cit., p. 109.

95 Lettre 71.

96 Christian Bec, Précis de Littérature italienne, Paris, PUF, 1982, p. 119.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « L’Ailleurs des Républicains florentins exilés », Cahiers d’études romanes, 23 | 2011, 29-47.

Référence électronique

Théa Picquet, « L’Ailleurs des Républicains florentins exilés », Cahiers d’études romanes [En ligne], 23 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/786 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.786

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org