Navigation – Plan du site

Présentation

Brigitte Urbani
p. 9-18

Texte intégral

1Ce double volume des Cahiers d’études romanes rassemble les travaux de l’atelier “Voyages” – l’une des cinq composantes du CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes, EA 854) – réalisés au cours des années 2005 et 2006. Il s’agit de la quatrième publication effectuée par un groupe qui rassemble des enseignants chercheurs et des doctorants de l’Université de Provence auxquels s’associent quelques collaborateurs d’autres universités. Après une première série de séminaires sur le thème du naufrage, dont les résultats ont été édités dans les Cahiers n°1 (Naufrages 1, 1999) et 3 (Naufrages 2, 2001), une deuxième série a été consacrée à l’image de Paris réfléchie par les voyageurs espagnols, italiens, latino-américains, roumains, portugais… et a donné lieu au double volume intitulé Paris au miroir (2002). Un troisième thème de réflexion, centré sur un moyen de locomotion prisé des voyageurs des XIXe et XXe siècles, le train, a abouti en 2004 à un autre double volume, qui a mis en valeur le croisement du chemin de fer et de l’écriture, comme en témoigne le titre qui en est la synthèse : Voies narratives et voies ferrées : le train en mots et en images. La quatrième série de séminaires, qui vient de s’achever, s’est penchée sur un autre élément incontournable du voyage : les indispensables temps d’arrêt pour de simples raisons de repos, de restauration, de réapprovisionnement, en fonction d’étapes liées à la curiosité et à l’intérêt des voyageurs, ou en raison de circonstances politiques particulières. D’où l’intitulé de cette nouvelle double publication, Auberges, hôtels et autres lieux d’étapes.

  • 1 Paris, Fayard, 2003, 1031 p.
  • 2 Quelques titres : L’hospitalité au XVIIIe siècle (Sous la direction d’A. Montandon), Clermont-Fer (...)
  • 3 Paris, Bayard, 2004, 2035 p.
  • 4 Milano, Silvana editoriale, 1989, 320 p., pp. 160-169.
  • 5 Paris, Boivin, 1945, 492 p. Cf., d’une manière générale, toute l’introduction à l’ouvrage, intitu (...)

2Il va de soi que notre ambition n’a pas été d’effectuer un travail théorique exhaustif, car d’une part une telle entreprise dépassait les possibilités d’un seul laboratoire, d’autre part d’éminents spécialistes avaient déjà largement balisé le terrain. Citons, à titre indicatif, deux références en matière de déplacements : Daniel Roche, auteur de l’imposant volume Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages1, qui consacre toute une section de son livre aux lieux d’hébergement (L’hospitalité : du don à l’économie, pp. 479-566), ou Alain Montandon, directeur d’une ample série de séminaires sur le thème de l’hospitalité2, qui a coordonné le très épais et précieux ouvrage qu’est Le livre de l’hospitalité. Accueil de l’étranger dans l’histoire et les cultures3. Néanmoins les recherches que les participants à notre atelier aixois ont menées dans le cadre de leur projet personnel, qu’il s’agisse de l’Espagne, de l’Italie, de l’Amérique latine, du Portugal ou du Brésil, ont fait apparaître que, pour chacun des pays concernés, il n’existait pas à l’heure actuelle de publication scientifique sur ce sujet (hormis les guides de voyage qui, sur ce plan, peuvent effectivement, à toute époque, être assez précis et donner d’utiles conseils aux usagers). Les publications existantes se limitaient, en général, à une rubrique à l’intérieur d’ouvrages plus généraux : par exemple, Attilio Brilli a consacré un chapitre de son splendide ouvrage magnifiquement illustré sur le voyage en Italie, Il viaggio in Italia. Storia di una grande tradizione culturale dal XVI al XIX secolo, aux « aspects matériels du voyage » dans lequel figure la rubrique Locande e alberghi consacrée à l’hébergement4 ; Hélène Tuzet, dans une rubrique pittoresque de Voyageurs français en Sicile au temps du Romantisme (1802-1848) offrait quelques pages stimulantes sur les auberges, les couvents, l’hospitalité sicilienne5. D’où l’intérêt des travaux, ponctuels ou de quelque envergure, de chacun d’entre nous, qui peuvent être des amorces pour des recherches futures, ou de premières réponses à des questions encore en suspens.

3En effet, si, de nos jours, descendre à l’hôtel lors de déplacements professionnels ou dans le cadre des loisirs est un acte devenu banal, les voyageurs ne réalisent pas à quel point l’institution hôtelière actuelle est le résultat d’une longue évolution qui s’est soudain accélérée au cours des trois derniers siècles, au rythme des changements intervenus au niveau européen d’abord, international ensuite. Si tout le monde a conscience du développement prodigieux des moyens de transport avec l’invention des trains, automobiles, avions et autres engins à moteur, on a tendance à croire que les structures hôtelières – auberges, hôtels ou autres types d’hébergement – ont toujours eu la forme que nous leur connaissons, confort moderne en moins.

4Or, si l’édifice que nous appelons auberge a effectivement toujours existé, ce terme renvoyait autrefois à un lieu faisant également fonction de taverne. Ne dormaient à l’auberge que ceux qui n’avaient pas d’autre possibilité de se loger. Car dans l’Antiquité et jusqu’à une époque que l’on peut situer à la fin du XVIIe siècle, étaient pratiqués soit l’hospitalité privée chez des particuliers, soit, quand se développa la pratique des pèlerinages, l’hébergement dans des couvents (où d’ailleurs s’était mise en place une section appelée “hostellerie”). Un hébergement qui était gratuit, l’hospitalité relevant des devoirs de la civilisation et de la religion.

  • 6 De l’auberge à l’hôtel, in A. Montandon, Le livre de l’hospitalité, cit., pp. 726-735.
  • 7 Les termes latins la désignant étaient si dépréciés que le terme français ‘auberge’ est dérivé d’ (...)

5Nous renvoyons aux pages de Marie-Claire Grassi qui, dans le précieux livre d’A. Montandon cité plus haut, brosse une histoire de l’hébergement des voyageurs6 depuis l’Antiquité, quand paysans et commerçants passaient la nuit avec leurs bêtes dans une structure qu’en Orient on appelait caravansérail ou fondouk, offrant un espace pour les animaux et des cellules pour leurs propriétaires, mais où chacun devait apporter sa nourriture et sa literie ; alors que les voyageurs de marque étaient hébergés chez l’habitant et les gens du peuple à l’hôtellerie publique. Si aujourd’hui, en principe, on descend à l’hôtel, même modeste, en toute sécurité, autrefois n’allaient à l’auberge que ceux qui ne connaissaient personne ou lorsque manquaient les structures d’accueil. L’auberge, en effet, explique Marie-Claire Grassi, a “mauvaise réputation” dès l’Antiquité romaine et jusqu’au Moyen Âge avancé ; les mots qui la désignent renvoient au cabaret, au lieu de loisirs et de jeux, voire au lupanar7. Et même si aujourd’hui le terme “auberge” apparaît sympathique et fleure un parfum de vieille tradition, il demeure néanmoins chargé de lourdes connotations (gîte douteux, couvert médiocre, plaisirs variés) comme l’atteste encore une expression telle que “ne pas être sorti de l’auberge”. Alors que le mot “hôtel” a une étymologie plus noble – comme en témoignent les expressions “hôtel particulier”, “hôtel de ville”, ou “maître d’hôtel” – le terme ayant désigné très tôt une « maison meublée servant de logement payant et d’auberge ».

6Rapidement, avec une accélération brutale en l’espace d’environ un siècle, on est passé de l’hospitalité gratuite (particuliers et couvents ou lieux de charité) à l’hospitalité payante, en relation avec le développement du commerce, des échanges, des pèlerinages et le goût des voyages de découverte ou d’agrément. Écoutons Marie-Claire Grassi :

  • 8 De l’auberge à l’hôtel, cit., p. 726.

Ce qui caractérise en Occident la naissance des auberges, puis de l’hostellerie, c’est donc l’instauration de l’échange du paiement contre l’hébergement : cela est dû à l’émergence d’une population de plus en plus importante de pèlerins, de voyageurs divers, gens qui au Moyen Âge utilisent la via pour se déplacer. Le mot voyage apparaît au XIe siècle sous la forme veiage qui devient voiage au XIIe siècle, puis prendra sa forme définitive au XVe siècle.8

7Sur un ton plus pessimiste, Alain Montandon écrit :

  • 9 Le livre de l’hospitalité, cit., p. 1236. La citation à l’intérieur de notre citation est de Chri (...)

L’histoire de l’hospitalité moderne occidentale est celle d’une dégradation. Le développement, sans doute nécessaire, d’auberges payantes, de l’esprit du commerce, de la sécurité des routes, de la facilité des voyages qui augmente la foule des personnes se déplaçant, “tout cela a contribué à bannir l’hospitalité du vieux monde”.9

8Daniel Roche, se référant à un témoin direct de l’époque qui vit tant de changements, cite des passages de l’Encyclopédie, notamment quelques phrases de la rubrique “hospitalité”, rédigée par le Chevalier de Joncourt :

  • 10 Humeurs vagabondes…, cit., p. 483.

L’hospitalité s’est donc perdue naturellement dans toute l’Europe parce que toute l’Europe est devenue voyageuse et commerçante. La circulation des espèces par les lettres de change, la sûreté des chemins, la facilité de se transporter en tous lieux sans danger, la commodité des vaisseaux, des postes et autres voitures, les hôtelleries établies dans toutes les villes et sur toutes les routes pour héberger les voyageurs, ont suppléé aux secours généreux de l’hospitalité des Anciens. […] Les gens riches y ont gagné dans leurs voyages la jouissance de tous les agréments du pays où ils se rendent, jointe à l’accueil poli qu’on leur accorde à proportion de leurs dépenses.10

  • 11 Ibidem, p. 536.
  • 12 Ibidem, p. 551.

9Ainsi, dès le XVIIIe siècle, et plus généralement au cours de la première moitié du XIXe, naît, dans les grandes villes comme Paris, une véritable « industrie hôtelière » à la portée de toute les classes sociales, « du palace au simple hôtel pour voyageur modeste et populaire »11. Et partout, le fait que les voyageurs se fassent de plus en plus exigeants, se lamentent par exemple de l’inconfort de certains relais de poste, démontre bien que « le marché de l’accueil se réorganise, du XVIe au XVIIIe siècle »12.

  • 13 Le livre de l’hospitalité, cit., p. 732.

10Certaines contributions de ce double volume des Cahiers se réfèrent de manière assez directe à l’émergence de ce phénomène, dont les usagers profitent ou dont au contraire ils regrettent les carences. Laetitia Levantis, par exemple, a choisi d’étudier Venise au XVIIIe parce que ce siècle marque l’essor fulgurant du tourisme dans la Sérénissime, et donc précisément l’installation de luxueux hôtels. La plus célèbre des pièces de Goldoni, La locandiera, que José Guidi examine, a pour théâtre une auberge florentine et pour protagoniste la belle hôtesse maîtresse des lieux. Antoni Ferrer se penche plus précisément sur le séjour à Majorque de George Sand et de Chopin car la dame de Nohant, avec mauvaise foi, ne donne pas une image positive des auberges espagnoles dans lesquelles elle a séjourné. Brigitte Urbani suit les périples en Sicile d’une dizaine de voyageurs français du XIXe siècle et il y apparaît que, hors des grandes villes comme Messine ou Palerme, il est bien difficile de se loger décemment pour la nuit, et qu’il faut passer soit par le fondaco (équivalent du fondouk oriental), soit par un séjour (payant) dans des fermes démunies de tout. Une situation qui n’est nullement propre à une Sicile qu’on pourrait croire loin du monde civilisé (comme ont tendance à l’avancer les voyageurs, tous de bonne famille). Au XIXe siècle, écrit Marie-Claire Grassi, « les auberges françaises […] n’ont rien à envier aux fameuses auberges espagnoles du temps de Don Quichotte »13.

11Inversement, les contributions qui se réfèrent à des siècles antérieurs observent que l’auberge est soit mentionnée de manière très rapide, soit n’est pas mentionnée du tout. Ernestine Carreira explique pourquoi, dans les relations de voyage des Portugais ou des Brésiliens, jamais il n’est fait mention d’auberges ou d’hôtel. De même que Francesco Carletti, voyageur du XVIIe siècle, objet du texte de Théa Picquet, ne signale jamais en quels endroits il a logé quand il est passé par les Indes. D’une manière plus générale, du Moyen Âge au XVIIe siècle, si les auberges sont bien présentes dans la littérature, elles y sont en tant que lieux de passage obligés des héros des chansons de geste ou des poèmes chevaleresques (textes de Colette Gros et de Fanny Eouzan), des commerçants et marchands des nouvelles de Boccace (texte de René Stella) ou des pérégrinations du chevalier de la Manche et de son fidèle Sancho (texte d’Isabelle Soupault), mais jamais elles ne sont précisément décrites : ce sont les aventures des personnages qui importent aux auteurs (et à leurs lecteurs d’alors), non point les lieux. Au siècle suivant, lors de son grand voyage en Amérique hispanique, Alexandre de Humboldt les mentionne à peine (texte de Gérard Gomez). Et donc, même si la dissémination à travers les siècles est aussi fonction des spécialités des chercheurs de l’Équipe aixoise, ce n’est pas tout à fait un hasard si cinq contributions seulement sur vingt-cinq concernent la période XIV-XVIIe siècles, alors que huit concernent les XVIIIe-XIXe siècles (siècles de la naissance et de l’essor du tourisme proprement dit) et douze un XXe siècle pris dans tout son éventail, depuis les premières années (avec le périple d’Azorin refaisant l’itinéraire de Don Quichotte, texte d’Adelaïde Pestano) jusqu’aux dernières (romans examinés par Catarina Vaz-Warrot ou Sophie Lavoie) ; des études concernant non seulement la littérature, mais aussi le cinéma (textes de Magali Vogin, Carmela Lettieri, Cristina Duarte).

  • 14 Moyen Âge. La route et le pèlerin, in A. Montandon, Le livre de l’hospitalité, cit., p ; 533. Cla (...)
  • 15 Op. cit., p. 518.

12De longue date, en effet, l’auberge (et, plus récemment, l’hôtel) est un motif littéraire. Lieu de passage, séjour obligé du voyageur qui ne peut se loger autrement, elle est forcément présente dans les récits d’aventures ou les nouvelles, dès les chansons de geste du XIVe siècle. « Avec ces textes, le monde bigarré des auberges et des aubergistes, jusqu’alors plutôt familier des fabliaux, fait une entrée massive dans l’univers épique » écrit Claude Roussel14. Motif riche et pittoresque puisque, comme l’explique Daniel Roche, l’auberge est « moment de transition entre une arrivée et un départ »15, temps de dépaysement, lieu de rencontre avec l’autre, et donc elle est propice non seulement aux aventures (elle est loin d’être un lieu sûr) mais aussi à la découverte de soi. Avec une légère dose d’humour, il parle même de « péril aubergial » :

  • 16 Humeurs vagabondes…, cit., p. 518, p. 520 p. et p. 524.

Le péril aubergial est l’un des obstacles que chacun rencontre sur sa route, et il constitue un bon révélateur des exigences que chacun porte en lui avec ses préjugés […].
Comme la rue et la route, l’auberge est l’espace de l’inattendu, celui de l’arrivée de chaque véhicule et de chaque voyageur, celui des rencontres peu recommandables, celui des complicités nouées entre personnages. […] Point de roman sans bonne ou mauvaise rencontre à l’auberge. […]
L’auberge est […] un moment de confrontation des mondes et des voyageurs avec eux-mêmes et les autres.16

  • 17 Expression réutilisée aussi par Remo Ceserani dans le titre de son célèbre ouvrage sur le train, (...)
  • 18 Daniel Roche, Humeurs vagabondes…, cit., p. 520.
  • 19 Ibidem, pp. 553-554.

13Reprenant une expression célèbre de Roland Barthes17, Daniel Roche parle d’« auberges de papier », affirmant que « l’auberge est née avec le récit de fiction lui-même ». Elle permet « l’établissement entre les personnages d’un type de relation correspondant aux caractères et par rapport à une géographie de l’action »18. En effet, elle offre à l’auteur « un contexte d’écriture propice à l’évocation du pittoresque », qu’il s’agisse de violence et de marginalité, ou de curieuses scènes de rencontre19.

14Plusieurs des contributions rassemblées dans ce double volume le démontrent, d’un siècle à l’autre, à commencer par les savoureuses histoires imaginées par Boccace dans le Décaméron jusqu’au crime perpétré par les protagonistes du film de Visconti Ossessione, autre variante des violences liées à ce lieu, comme en a raconté Balzac dans L’auberge rouge. En effet, même si les crimes présents dans les récits de fiction sont fort heureusement rares dans la réalité, il est néanmoins indéniable que l’hôte que l’on reçoit ou chez qui l’on est reçu, ou la personne que l’on rencontre dans un lieu d’hébergement, est un étranger, et donc a priori un intrus, un individu dont on se méfie. Dans l’introduction au Livre de l’hospitalité, Alain Montandon pose clairement la situation, allant jusqu’à proposer des considérations para-étymologiques :

  • 20 Le livre de l’hospitalité, cit., p. 16.

L’ambiguïté de l’hospitalité apparaît dans la langue française à travers le fait que l’hôte y signifie à la fois celui qui est reçu et celui qui accueille, sans parler de l’étrange parenté étymologique qu’il y aurait entre hospes et hostis, « l’hôte » et « l’ennemi ». C’est qu’il y a toujours crainte et angoisse devant l’étranger, qu’il s’agisse de celui qui reçoit ou de celui qui est reçu. Le premier, face à l’inconnu qui frappe à sa porte, se demande s’il est ami ou ennemi, vagabond désemparé ou brigand animé de mauvaises intentions. De l’autre, le voyageur ne sait comment il sera reçu […].20

  • 21 Ibidem, p. 17.

15L’hospitalité pose la question de l’étranger, de l’inconnu qui vient du dehors, de l’individu de passage, non conforme aux mœurs du lieu, culturellement décalé, donc « étrange ». Un être qui se distingue par sa non-sédentarité, sa langue, ses habits, ses mœurs et ses coutumes21.

16D’où, parmi les contributions réunies dans ce double volume, une bonne moitié d’articles ayant pour objet d’analyse un ouvrage de fiction, textuel ou filmique. Mais, comme le démontrera la lecture, l’aventure liée à l’auberge ou à l’hôtel (ou plus simplement à l’étape) est loin de se limiter au récit d’une escroquerie, d’une bagarre ou de joutes verbales. Ce sont les différentes connotations liées aux lieux ou aux itinéraires qui ont guidé l’articulation de ce double volume.

17Deux volumes, deux types de récit. Dans le volume 1 sont rassemblées des études où le corpus est essentiellement ou purement fictionnel ; dans le volume 2 il s’agit de voyages ou de déplacements réellement effectués. Le contenu des deux tomes offre deux sections d’inégale longueur en fonction des caractéristiques dominantes des auberges et étapes ou de leurs valeurs. À l’intérieur de chacune des quatre sections a été retenu le principe de la chronologie, car il permet au premier volume de s’ouvrir de façon cohérente avec deux articles sur le Moyen Âge italien puis le Siècle d’Or espagnol, tandis que le volume 2 se clôt sur les pénibles étapes et les séjours contraints des exilés politiques hispano-américains de la fin du XXe siècle.

18La première section, L’auberge : espace diégétique et motif épique, prend en considération presque tous les genres littéraires : nouvelle (Boccace), chanson de geste (Andrea da Barberino), roman (Cervantès, Azevedo, Lobo Antunes), théâtre (Goldoni, Valle-Inclan), cinéma (Visconti). Les pays de langue romane y sont presque tous représentés. Dans ces articles, comme l’indique le titre de la section, soit l’auberge est le lieu central de l’action de l’œuvre entière, soit elle constitue un ou plusieurs moments importants de la diégèse, l’action qui s’y déroule étant fortement conditionnée par cet espace.

19C’est aussi le cas, certes, de la deuxième section, Lieux d’étapes et itinéraires personnels, allégoriques, existentiels ; mais s’y ajoute une dimension symbolique, en relation avec l’histoire personnelle des héros (cf. le protagoniste du Désert des Tartares, ceux du film Central do Brasil, ou encore l’auteur protagoniste de Journal intime) ou avec la fonction du genre littéraire concerné (cf. l’article sur le Roland furieux), ou encore avec l’histoire du pays ou de la ville dont il est question, l’auberge ou l’hôtel représentant la mémoire d’un passé disparu (cf. les romans de Carpentier ou de G. Belli).

20La troisième section, Voyager, se loger, découvrir ou redécouvrir, regroupe des travaux sur des corpus d’un tout autre genre. Il s’agit, on l’a dit, de “véritables” voyageurs, racontant leurs périples. D’où, pour certaines contributions, le glissement du concept d’auberges à celui d’étapes, pour la simple raison que les auberges, à cette époque et dans le pays en question, sont presque inexistantes (ou du moins sont inadaptées à des voyageurs d’une certaine classe, fussent-ils aventuriers). Ces études portent sur des textes qui ne vont pas au-delà de 1904, année ou Azorin entreprend de refaire le périple de Don Quichotte. Des textes exotiques qui nous emmènent sur la route des Indes (Francesco Carletti, voyageurs luso-brésiliens), en Amérique du Sud (Guillaume de Humboldt), en Sicile (voyageurs français), en Espagne (Georges Sand, Azorin).

21La dernière section, Temps de guerre, temps d’exil…, a des connotations plus réalistes ou douloureuses. Avec le journal de Giovanna Zangrandi nous sommes au cœur de la Résistance italienne et nous suivons les étapes et les lieux de refuge d’une jeune staffetta bravant les dangers liés à cette fonction. Puis, avec le poète uruguayen Mario Benedetti et le poète chilien Oscar Hahn, tous deux contraints de vivre hors de leur pays, l’hôtel, plus qu’un refuge, est un espace d’exil, comme l’annonce le titre de la contribution qui clôt le second volume.

22Voyages de fiction ou voyages réels, pas de voyages sans auberges, hôtels ou temps de pause. Qu’il nous soit permis, à notre tour, d’inviter le lecteur à voyager dans l’espace et le temps inscrits dans ce double volume, à y choisir son itinéraire – et donc ses étapes – en fonction de sa curiosité ou des nécessités de sa propre recherche. Si les quatre sections peuvent matérialiser autant d’étapes, les contributions réunies à l’intérieur de chacune d’elles seront autant d’auberges où la table sera variée, le lit plus ou moins confortable, l’hôtesse avenante ou non. Sans doute, comme pour tout voyage, la valeur la plus sûre est-elle la découverte. Les auteurs de ce double volume ont souhaité avant tout faire partager aux lecteurs leurs intérêts et leur enthousiasme ; ils espèrent leur faire découvrir, sinon un pays, du moins un écrivain, un livre ou un film qui (dirait le guide), comme toute bonne auberge, mérite bien un détour.

Haut de page

Notes

1 Paris, Fayard, 2003, 1031 p.

2 Quelques titres : L’hospitalité au XVIIIe siècle (Sous la direction d’A. Montandon), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2000, 276 p. ; A. Montandon, Désirs d’hospitalité. De Homère à Kafka, Paris, PUF, 2002, 267 p. ; Le dire de l’hospitalité (textes réunis par L. Gauvin, Pierre L’Héraut et A. Montandon), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2004, 232 p. ; L’hospitalité au théâtre (Études réunies par A. Montandon), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2003, 379 p.

3 Paris, Bayard, 2004, 2035 p.

4 Milano, Silvana editoriale, 1989, 320 p., pp. 160-169.

5 Paris, Boivin, 1945, 492 p. Cf., d’une manière générale, toute l’introduction à l’ouvrage, intitulée Comment on voyageait en Sicile avant 1848 (pp. 7-51).

6 De l’auberge à l’hôtel, in A. Montandon, Le livre de l’hospitalité, cit., pp. 726-735.

7 Les termes latins la désignant étaient si dépréciés que le terme français ‘auberge’ est dérivé d’un terme germanique appartenant au lexique militaire et désignant un campement sommaire.

8 De l’auberge à l’hôtel, cit., p. 726.

9 Le livre de l’hospitalité, cit., p. 1236. La citation à l’intérieur de notre citation est de Christian Hirschfeld ; la phrase de Montandon que nous avons citée est tirée d’une étude consacrée à cet auteur allemand (Christian Hirschfeld. Une apologie de l’humanité, pp. 1230-1238).

10 Humeurs vagabondes…, cit., p. 483.

11 Ibidem, p. 536.

12 Ibidem, p. 551.

13 Le livre de l’hospitalité, cit., p. 732.

14 Moyen Âge. La route et le pèlerin, in A. Montandon, Le livre de l’hospitalité, cit., p ; 533. Claude Roussel signale que Jean Raynaud parle d’un « véritable “motif de l’auberge” dans les chansons franco-italiennes conservées dans le manuscrit V.XIII de la Bibliothèque Marciana de Venise ». La citation de Jean Raynaud est tirée de Représentations médiévales de l’hospitalité, Actes du colloque de Clermont-Ferrand, 20-22 janvier 2000.

15 Op. cit., p. 518.

16 Humeurs vagabondes…, cit., p. 518, p. 520 p. et p. 524.

17 Expression réutilisée aussi par Remo Ceserani dans le titre de son célèbre ouvrage sur le train, titre repris pour le texte par lequel cet éminent chercheur nous a fait l’honneur d’ouvrir notre double volume Voies narratives et voies ferrées : Treni di carta, Trains de papier.

18 Daniel Roche, Humeurs vagabondes…, cit., p. 520.

19 Ibidem, pp. 553-554.

20 Le livre de l’hospitalité, cit., p. 16.

21 Ibidem, p. 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Urbani, « Présentation », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 9-18.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Présentation », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 22 janvier 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/789

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org