Navigation – Plan du site
L'auberge: espace diégétique et motif épique

La fonction narrative de l’auberge dans le Décaméron

René Stella
p. 21-90

Résumés

Le genre littéraire et le registre stylistique dans lesquels le Décaméron est écrit permettent d’accueillir une représentation dans une certaine mesure réaliste de la société, des hommes et de leurs activités. Une place importante est faite aux voyages, à petite ou grande distance, principalement mais non exclusivement des hommes d’affaires. Dans ce contexte, l’auberge est fréquemment alléguée, mais jamais décrite. Or, qu’elle soit présente comme nœud du récit, comme actant – occupant une fonction souvent capitale dans le récit d’adjuvant ou d’obstacle – ou comme le lieu dans lequel s’exprime et se transmet une sagesse pratique fort proche de la mentalité des hommes d’affaires, l’auberge est loin de n’être qu’un terme ou élément accessoire.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XIVe
Haut de page

Texte intégral

Une œuvre sérieuse

  • 1 Tutte le opere di Giovanni Boccaccio, a cura di Vittore Branca, vol. IV Decameron, a cura di Vitt (...)

1Selon l’hypothèse tenue pour la plus vraisemblable, le Décaméron a été composé par Boccace entre 1348 ou 1349 et 1351. Le manuscrit autographe nous est parvenu : c’est le manuscrit Hamilton 90, conservé à la Bibliothèque nationale de Berlin1. L’œuvre présente une structure par emboîtement.

2Vient en premier un abondant paratexte. Il comprend d’abord un Prœmio, dans lequel Boccace dédie son ouvrage à un nouveau public – les femmes – et le tout début de l’introduction à la Ière journée. Le paratexte est constitué ensuite par la longue introduction à la IVe journée. Boccace y répond aux critiques qui lui ont été adressées sur la forme et le fond de son livre en cours de diffusion. Son autodéfense est un véritable exposé de sa doctrine littéraire, illustrée par une nouvelle qui exprime l’irrésistible force de la nature. Le paratexte comprend enfin une importante Conclusione dell’autore. Le Décaméron est ainsi fortement scandé en son début, son milieu et sa fin par un exposé très maîtrisé des idées de l’auteur sur son ouvrage et sur la littérature. À la lecture d’un tel paratexte, on comprend aisément que le livre n’est pas un simple recueil d’histoires divertissantes sans enjeu idéologique, thématique et stylistique.

  • 2 « già erano gli anni della fruttifera incarnazione del Figluiuolo di Dio al numero pervenuti di m (...)
  • 3 Cf. Decameron, a cura di Vittore Branca, cit., pp. 981, note 1.

3Ce paratexte emboîte habilement une nouvelle-cadre – c’est la fameuse cornice du Décaméron – laquelle, à son tour, emboîte cent nouvelles. Le début de l’introduction à la première journée, en effet, ménage une transition entre le paratexte – comme dans le prœmio, l’auteur s’adresse encore à son public féminin – et une nouvelle-cadre que raconte l’auteur et qui marque le commencement du livre proprement dit. L’histoire est située avec précision, en 1348, à Florence2. Boccace y relate l’épidémie de peste bubonique historiquement bien attestée3. L’épidémie de peste, en tant que telle, n’est pas l’objet du livre, mais elle lui sert de cadre, autrement dit elle est une motivation du recueil en même temps que son ciment. Ainsi, la nouvelle-cadre motive les nouvelles par leur ancrage dans une réalité qui ne doit rien à la fiction et qui est tout à fait sérieuse, chronologique (l’an 1348), historique (la grande peste) et sociale (Florence et la société florentine frappées par le fléau de la terrible épidémie).

4Cette nouvelle-cadre raconte comment sept jeunes femmes et trois jeunes hommes, qui appartiennent tous à l’aristocratie, quittent Florence ravagée par la peste noire pour se retirer pendant deux semaines à la campagne. Ils ne fuient pas lâchement leur ville en proie au chaos sanitaire, social et moral que l’épidémie provoque. L’objectif de cette retraite provisoire est de conserver une microsociété bien réglée et une civilisation digne de ce nom, civilisation dont la peste détruit toutes les valeurs autant qu’elle détruit les corps. Dans Florence ravagée par la peste, plus rien ne fonctionne, plus rien n’est respecté. Florence est retournée à une sorte de loi de la jungle, et même les devoirs les plus sacrés ne sont plus observés. Impuissants, mais non résignés, les dix jeunes gens se retirent dans une campagne salubre, pour y reconstituer une petite société harmonieuse, sinon idéale.

  • 4 « Nelle quali novelle piacevoli e aspri casi d’amore e altri fortunati avvenimenti si vedranno co (...)
  • 5 « parimente diletto delle sollazzevoli cose in quelle mostrate e utile consiglio potranno pigliar (...)

5À la question essentielle – pourquoi raconter toutes ces nouvelles à la suite les unes des autres ? – la réponse vient d’abord de la “voix” de Boccace auteur s’exprimant dans le paratexte : « Et dans ces nouvelles, on verra d’agréables et de cruelles aventures amoureuses et d’autres événements de fortune, advenus aussi bien dans les temps modernes que dans les temps anciens »4. Grâce à ces nouvelles, les femmes « pourront à la fois se complaire aux choses divertissantes qui y sont montrées et en prendre d’utiles conseils »5. Autrement dit, ces histoires sont racontées pour instruire, en divertissant, les femmes sur les choses qui arrivent par l’effet de l’amour ou de la fortune, cas douloureux ou agréables, dans les temps anciens comme dans les temps présents. En bref, ces histoires sont racontées pour montrer comment va le monde, comment les événements et leurs enchaînements se produisent, comment tout ce qui advient est toujours le résultat des jeux de l’amour et du hasard, comment les êtres humains peuvent s’adapter et faire face ou non – et alors périr misérablement –, comment cette faculté d’adaptation est la seule arme dont disposent les êtres humains, et notamment les femmes à qui la société du temps n’enseigne à peu près rien et pour qui le livre est écrit. C’est dire que l’intention du livre n’a rien de frivole : divertir en instruisant, instruire en divertissant certes, mais instruire sur les choses du monde.

Une structure savante

6À cette question – pourquoi raconter toutes ces nouvelles à la suite les unes des autres ? – une seconde réponse est apportée, plus fine encore, cette fois par l’une des sept jeunes femmes, Pampinea au début de la nouvelle-cadre :

  • 6 « e qui e fuori di qui e in casa mi sembra star male, e tanto più ancora quanto egli mi pare che (...)

Ici même, hors d’ici et dans ma propre maison, je me sens mal, d’autant plus que, de toutes les personnes ayant comme nous les moyens de partir et un endroit où aller, nous sommes, je crois, les seules à demeurer. Et s’il en reste encore un petit nombre, j’ai souvent entendu et vu que, ne distinguant point entre les choses honnêtes et malhonnêtes, poussés uniquement par leurs appétits, seuls ou à plusieurs, de jour comme de nuit, ces gens faisaient ce qui leur donne le plus de plaisir. Je ne parle pas seulement des personnes libres : celles qu’enferme le cloître, se persuadant qu’une telle conduite leur sied autant qu’aux autres, rompent les lois de l’obéissance, s’adonnent aux plaisirs charnels et, croyant échapper de la sorte à nos maux, sont devenus lascives et dissolues. Si donc tout cela est vrai, comme on le voit manifestement, que faisons-nous ici ? Qu’attendons-nous ?6

7Pampinea poursuit, à l’intention de ses six autres compagnes, et fait la proposition suivante :

  • 7 « io giudicherei ottimamente fatto che noi, sì come siamo, sì come molti innanzi a noi hanno fatt (...)

Il me semblerait excellent que nous quittions cette ville, ainsi que beaucoup l’ont fait et le font encore, fuyant comme la mort les exemples malhonnêtes des autres pour aller séjourner honnêtement à la campagne dans les endroits dont chacune de nous dispose à profusion, et y goûter toute la joie, toute l’allégresse, tout le plaisir possibles, sans transgresser en rien les limites de la raison.7

  • 8 « C’est un principe communément admis, qu’il faut agir suivant la droite raison. », Aristote, Éth (...)

8Autrement dit, Pampinea fournit la justification de fond à la question : pourquoi raconter toutes ces nouvelles ? La réponse est qu’à Florence il ne reste plus que des individus qui se comportent comme des fous. Ceux qui sont restés ne font plus aucune distinction « entre les choses honnêtes et malhonnêtes », c’est-à-dire ne font plus aucune distinction entre ce qui est honorable et les actes qui déshonorent celui qui les fait. La perte totale de la faculté de distinguer le bien du mal, l’honorable du déshonorant, est ce qu’il y a de plus grave. La distinction entre le bien et le mal est l’affaire de la droite raison, selon l’enseignement d’Aristote, notamment dans l’Éthique à Nicomaque8, qui constitue le socle de la vision du monde et de l’homme du temps de Boccace. Un monde s’est donc défait, une civilisation avec ses valeurs s’est détruite, dans la perte de la faculté de distinguer ce qui est bien de ce qui est mal. C’est le retour au chaos, dans la mesure où les gens qui sont restés à Florence ne suivent que leur « appetito », c’est-à-dire très précisément leur inclination, irraisonnée, non contrôlée par la droite raison.

9Or pour Pampinea, il ne faut nullement se laisser retomber dans l’appétit incontrôlé, irraisonné. Il est indispensable de vivre « en fuyant comme la mort les exemples malhonnêtes des autres », c’est-à-dire de fuir comme la peste, qui est en train de sévir, et comme la mort, qui tue, littéralement parlant, l’exemple de tous ceux qui agissent d’une façon qui déshonore l’humanité. La situation exceptionnelle de ce temps de calamités n’est pas une excuse, mais bien une circonstance aggravante. Selon Pampinea, il est indispensable, surtout en ces temps de malheur, de vivre et d’agir « sans transgresser en rien les limites de la raison ». Transgresser les limites de la raison, c’est régresser à une vie de fous, à un monde redevenu chaos, à une barbarie qui n’est que douleur, tourment et mort.

10Les dix jeunes gens vont donc raconter toutes ces nouvelles pour dessiner un itinéraire du mal vers le bien, du chaos jusqu’à un monde civilisé, d’un univers sous-humain jusqu’au monde humain. Ainsi la nouvelle-cadre – l’histoire de ce qui advient à ces dix jeunes gens – fournit à la construction de l’oeuvre une structure unifiante qui assure la réunion et l’enchaînement de ses parties, de ses matériaux et des ses thèmes. Elle jette sur l’œuvre un éclairage grave, tantôt très sérieux, tantôt carrément tragique. Elle motive l’itinéraire du mal vers le bien que les cent nouvelles vont dessiner par une vision sérieuse et noble de l’homme et du monde.

  • 9 Decameron, II, Conclusione, 5-6.
  • 10 « si ritrovarono sette giovani donne tutte l’una all’altra o per amistà o per vicinanza o per par (...)

11Le vendredi et le samedi des deux semaines, la noble compagnie se consacre aux devoirs de la religion et aux soins du corps9, et donc cinq jours par semaine chacun des dix jeunes gens raconte une nouvelle. Dix journées consacrées à raconter des nouvelles, à raison de dix nouvelles par journée, cela fait un total de cent nouvelles. C’est là une occupation qui joue le rôle d’un efficace instrument de socialisation, dans la mesure où, sans se confondre avec la véritable conversation, le fait de raconter des nouvelles réunit – physiquement – des personnes qui, sans être pour autant étrangères les unes aux autres, ne vivent pas ensemble en temps normal : « sept jeunes dames se rencontrèrent, toutes liées à l’autre par l’amitié, le voisinage ou la parenté »10.

12C’est, du reste, ce que souligne la conclusion de la dernière journée :

  • 11 « E come il nuovo giorno apparve, levati, avendo già il siniscalco via ogni lor cosa mandata, die (...)

Quand apparut le jour nouveau, ils se levèrent et, alors que l’intendant avait déjà expédié toutes leurs affaires, à la suite de leur sage roi, ils reprirent le chemin de Florence. Les trois jeunes gens laissèrent les dames à Santa Maria Novella, d’où ils étaient partis ensemble et, ayant pris congé d’elles, ils allèrent vers leurs autres plaisirs et les dames, quand cela leur plut, s’en retournèrent chez elles.11

13En effet, à la fin du livre et au terme de ces quinze jours, les dix jeunes gens font retour à Florence et reprennent leur place dans la cité.

  • 12 Le difficile art de conter est précisément le sujet de la première nouvelle de la VIe journée : u (...)

14Raconter des nouvelles, c’est aussi une activité culturelle raffinée qui mêle, dans un même plaisir honnêtement partagé, art de conter12, poésie ainsi que chant et danse. Chaque après-midi, la petite assemblée se réunit sur l’herbe d’une villa – une demeure de villégiature – près d’une fontaine.

15Cette nouvelle-cadre pose pour chaque nouvelle une narratrice ou un narrateur. Mais ce qui est plus important, c’est qu’elle pose un auditoire composé des neuf autres. Ce sont tous des esprits libres de préjugés rigides, des êtres jeunes, intelligents, instruits, cultivés, raffinés, de mœurs irréprochables. C’est donc un auditoire qui doit être captivé et par des nouvelles qui ne soient pas des fariboles, mais qui aient de la “signifiance”, et par un art de la parole. Cette disposition reproduit à l’intérieur du livre – par le jeu savant d’une mise en abyme – la situation de l’auteur-conteur et de son lecteur-auditeur. Cette stratégie prévient également en faveur du sérieux de l’entreprise et de l’intérêt des nouvelles, en récusant par avance l’objection selon laquelle ce livre de nouvelles ne serait qu’un simple passe-temps futile.

  • 13 « per questa prima giornata voglio che libero sia a ciascuno di quella materia ragionare che più (...)
  • 14 « non intendo di ristrignervi sotto alcuna spezialità, ma voglio che ciascuno secondo che gli pia (...)

16À tour de rôle, chacun des dix jeunes gens est choisi pour être, pendant une journée, reine ou roi de cette petite société bien réglée. Pampinea, à qui revient l’idée de cette retraite provisoire à la campagne, est choisie pour être la première reine. Elle décide que le thème général des nouvelles de la première journée sera libre et que chaque conteur choisira comme il l’entend de parler de ce qui lui est le plus agréable13. C’est là une première exception apparente à la règle qui gouverne les dix conteurs dans le choix de leurs sujets. En effet, pour les autres journées, chaque soir, celle ou celui que l’on vient de choisir pour régner le lendemain assigne un thème pour les dix nouvelles du jour suivant. Cette règle admet toutefois une seconde exception apparente : Emilia, élue reine pour la IXe journée, décide de laisser à chaque conteur toute liberté et n’assigne aucun thème aux nouvelles de l’avant-dernière journée14.

17À première vue, les Ie et IXe journées semblent donc ne présenter aucune unité d’inspiration, alors que les huit autres journées sont explicitement centrées sur un thème précis. En réalité, l’ordonnance de l’ensemble des nouvelles ne doit rien à l’improvisation personnelle des conteurs ou au hasard. Une architecture savante ordonne les thèmes des dix journées et la matière des cent nouvelles selon quelques lignes de fond. Une docta varietas voile subtilement cette architecture sans l’oblitérer avec les exceptions que constituent les Ie et IXe journées ainsi que le fameux privilège de Dioneo :

  • 15 « Ma di spezial grazia vi cheggio un dono, il quale voglio che mi sia confermato per infino a tan (...)

Mais je vous demande de m’accorder une faveur spéciale dont je voudrais qu’elle me soit confirmée tant que durera notre compagnie, et voilà ce dont il s’agit : exemptez-moi de l’obligation de m’en tenir, pour le choix de mes nouvelles, au sujet choisi d’avance, si je n’en ai pas envie, et laissez-moi vous raconter ce qui me plaira davantage. Et, pour que personne ne croie que je sollicite cette faveur comme quelqu’un qui serait à court de nouvelles, j’aimerais dorénavant être toujours le dernier à parler.15

  • 16 Michel Jarrety (sous la direction de), Lexique des termes littéraires, Paris, Librairie Générale (...)

18Le privilège qui consiste à être toujours le dernier à raconter une nouvelle et à ne pas se soumettre, en apparence, au thème de la journée a une conséquence pour ainsi dire mécanique : par cette décision, Boccace donne la neuvième position à des nouvelles dont on sait par avance quelles vont illustrer particulièrement bien le thème de la journée, puisque la dixième nouvelle de la journée est, apparemment, sans rapport direct avec le thème du jour. Toutefois, les choses sont moins simplistes. Si l’on observe la dixième nouvelle de chaque journée racontée par Dioneo, on voit alors apparaître un réseau de nouvelles thématiquement importantes et fortes. Boccace est un auteur assez habile et assez maître de la deuxième partie de la rhétorique, la dispositio16, pour éviter soigneusement de conclure chacune des journées par une nouvelle insignifiante ou de faible signification. Pareillement, l’opposition entre IXe journée, sans thème affiché, et Xe journée, avec thème explicitement énoncé, ne peut sérieusement effacer l’intérêt thématique de la IXe journée, consacrée à la mise en scène de personnages d’une profonde et affligeante sottise et, à l’inverse, de personnages que caractérisent l’intelligence et la sagesse : c’est le sens de la présence, dans une même journée du sot Calandrino et du sage Salomon.

  • 17 « il peccato della fortuna », Decameron, Prœmio, 13.
  • 18 « grave e noioso principio », Decameron, I, Introduzione, 2.
  • 19 « la dolorosa ricordazione della pestifera mortalità trapassata », Decameron, I, Introduzione, 2.
  • 20 « orrido cominciamento », Decameron, I, Introduzione, 4.

19Si l’on se reporte au copieux paratexte du Décaméron, on discerne clairement que la visée littéraire de Boccace est d’offrir un liber soigneusement composé selon des axes précis, et non un florilège qui juxtaposerait des nouvelles disparates sans nul dessein d’ensemble. Dans le prœmio, l’auteur avait affiché le but de son ouvrage : réconforter les femmes, en corrigeant autant qu’il est en son pouvoir « la faute de la fortune »17. Boccace désigne par là l’injustice dont sont victimes les femmes, que la société du temps traite en mineures constamment sous tutelle. Au début de l’introduction à la Ière journée, en ouverture de la nouvelle-cadre, Boccace déclare regretter que son exorde soit un « pénible et poignant début »18, puisqu’il s’agit du « souvenir douloureux de la mortelle peste aujourd’hui révolue »19, ce qui fournit un « horrible commencement »20.

  • 21 Christian Bec, Précis de littérature italienne, Paris, P.U.F, 1995 2e éd., p. 69.

20Le Décaméron suit une progression thématique depuis la première jusqu’à la centième nouvelle. L’introduction à la Ière journée, qui contient le récit de la terrible peste de 1348, « un mal qui répand la terreur » et qui, plus encore, détruit une civilisation et ses valeurs, puis la première nouvelle de la Ière journée, qui met en scène un scélérat – Ser Cepparello – qui réunit tous les vices et toutes les noirceurs, ouvrent le Décaméron sur un commencement horrible, un « orrido cominciamento ». Ensuite, tout au long des dix journées, l’ouvrage conduit vers une fin heureuse. La dernière journée, en effet, est consacrée aux nouvelles qui font assaut de valeurs morales exemplaires, si bien que, comme on l’a dit à juste titre, « la dixième et dernière journée du Décaméron a pu être définie comme “le jardin des plus hautes vertus” (Vittore Branca), où sont glorifiées la générosité, la libéralité et la maîtrise de soi »21.

  • 22 « La comédie, quant à elle, commence par l’aspect pénible de quelque chose, mais sa matière finit (...)
  • 23 Sur cet érudit encore peu exploité et sur ses Derivationes, qui constituent « il principale vocab (...)
  • 24 « la comédie commence par des choses tristes, mais s’achève par des choses heureuses ». Cf. Dante(...)
  • 25 « Le titre du livre est “Ici commence la Comédie de Dante Alighieri” », Dante, Epistola XIII, 28.

21Selon les critères en vigueur au XIVe siècle, cette progression depuis un commencement horrible jusqu’à une fin heureuse correspond à la définition de la comœdìa, nom technique latin d’un genre littéraire non théâtral. On en trouve la définition dans l’Epistola XIII à Cangrande della Scala, vraisemblablement écrite par Dante : « Comedìa vero inchoat asperitatem alicuius rei, sed eius materia prospere terminatur »22. On sait que Dante emploie un vocabulaire des notions littéraires qui est riche d’emprunts aux grandes compilations lexicographiques telles que le Liber Derivationum ou Derivationes d’Uguccione da Pisa23. Dante pouvait lire dans les Derivationes d’Uguccione : « comedìa a tristibus incipit, sed in letis desinit »24. Ces critères sont ceux-là même qui précisément servirent à définir le grand poème de l’Alighieri par son schéma général de comœdìa, depuis l’horreur de l’enfer et des péchés qui y sont châtiés, jusqu’à la béatitude du paradis et l’ineffable vision en Dieu. De là vient que le nom commun comœdia est devenu par antonomase le titre du poème, comme on le lit dans l’Epistola XIII à Cangrande : « Libri titulus est “Incipit Comedia Dantis Alegherii” »25, ensuite italianisé et uni à une épithète de nature pour donner Divina commedia. Cette progression, depuis l’horreur jusqu’à l’heureux, constitue, comme l’a souligné Christian Bec, l’un des aspects essentiels du Décaméron :

  • 26 Christian Bec, Précis de littérature italienne, cit., p. 67.

les sujets successivement abordés par les conteurs s’inscrivent dans une progression.
Ainsi, le premier protagoniste du recueil (I, 1), le notaire Cepparello de Prato, est-il le représentant vivant de tous les vices : pédéraste, usurier, violent, menteur, faussaire, il achève son existence par une confession mensongère qui lui donnera une réputation de sainteté. La dernière héroïne du Décaméron (X, 10), par contre, la jeune paysanne Griselidis (Griselda), qui épouse le marquis de Saluces, s’élève à travers une série d’épreuves jusqu’à un parfait raffinement de mœurs et surtout jusqu’à la plus totale soumission au destin et à la volonté apparemment cruelle de son époux. Elle fait ainsi triompher son exceptionnelle valeur. Du mal au bien, du pire au meilleur, ainsi va l’itinéraire du Décaméron.26

  • 27 Le substantif latin compositio, compositionis est un déverbal formé à partir du verbe compono, co (...)

22Le Décaméron n’est donc nullement une anthologie inorganisée, un florilège de “morceaux choisis” qui seraient autant de fragments qui ne formeraient aucune unité. Bien au contraire, c’est un liber unitaire, soigneusement organisé, structuré selon un dessein d’ensemble et une architecture très étudiée jusque dans ses détails. La dispersion affichée des cent nouvelles est l’équivalent de l’effet de mosaïque, selon lequel des pièces différentes et nombreuses composent ce qui a été conçu et réalisé comme une unité. L’effet de mosaïque n’est pas le résultat d’un catastrophique big-bang originel qui aurait brisé une unité à tout jamais perdue, mais bien au contraire s’interprète comme le résultat d’une intention de composition, donc d’assemblage, comme l’enseigne l’étymologie latine du terme composition27.

  • 28 Michel Jarrety (sous la direction de), Lexique des termes littéraires, cit., pp. 153-154.

23Le Décaméron n’est pas davantage le recueil de contes grivois ou gaulois qu’un tenace contresens a longtemps accrédité et qui a été entretenu, par exemple, par les Contes de La Fontaine. Le Décaméron est une œuvre sérieuse – même lorsqu’elle provoque le rire –, où tout est soigneusement calculé. Son auteur est un intellectuel de grande envergure, l’un des pères de l’humanisme avec Pétrarque, son contemporain et ami. En bref, le Décaméron est bien une œuvre de la grande littérature, un modèle de langue et de style jusqu’au-delà du XVIe siècle, un modèle de prose artistique (prosa d’arte) pour ne pas dire de prose poétique italienne : périodes à la latine, savantes clausules rythmiques du cursus planus, tardus ou velox en fin de périodes, vers hendécasyllabes insérés dans la prose bien reconnaissables à leurs accents rythmiques principaux, figures rhétoriques de l’elocutio28.

Un style “réaliste”

  • 29 « Mais si l’on doit s’exprimer en style comique, on prend tantôt le vulgaire moyen, tantôt le plu (...)
  • 30 Sur la doctrine des styles et la tripartition stylistique au Moyen Âge et dans l’œuvre de Dante, (...)

24La comœdìa correspond aussi à une catégorie stylistique : le registre comicus. Dante avait défini le registre comicus dans le De vulgari eloquentia comme un niveau de langue et un registre stylistique : « Si vero comice, tunc quandoque mediocre quandoque humile vulgare sumitur »29. Au genre de la comœdìa est rattaché le niveau de langue du vulgaire bas (humilis) ainsi que le registre stylistique inférieur, avec toutefois une oscillation entre niveau et registre bas (humilis) et moyens (mediocris). Le niveau de langue et le registre stylistique moyens étaient une zone de rencontre entre l’élévation du style bas et l’abaissement du style élevé – l’adjectif latin remissus signifiant “abaissé”, et non point “bas” –, en d’autres termes un degré intermédiaire, mais surtout un mixte des deux niveaux et registres extrêmes30.

  • 31 « tragedìa et comedìa diffèrent dans la façon d’employer le langage : de manière élevée et sublim (...)
  • 32 Le verbe latin convenio, convenire est composé de la préposition cum et du venire, d’où le sens d (...)

25L’Epistola XIII à Cangrande précise : en vertu de la contrainte que la convenentia impose, le registre comicus entraîne un modus loquendi – autrement dit un style – remissus et humilis : « differunt in modo loquendi : elate et sublime tragedìa ; comedìa vero remisse et humiliter »31. Il existe un lien de convenentia, c’est-à-dire un rapport nécessaire entre la comœdìa, le registre comicus, le modus loquendi – style – remissus et humilis, d’une part, et, d’autre part, une écriture en un certain sens réaliste. Convenientia ne signifie nullement bienséance, mais signifie “rapport nécessaire”, ce qui – en latin – convenit32.

26On peut parler de rapport nécessaire, étant donné que le registre comicus et le modus loquendi – ou style remissus et humilis impliquent nécessairement un vocabulaire désignant la réalité concrète, les noms des animaux, des objets, des lieux, des métiers, des occupations, des parties du corps, des actes et situations de la vie quotidienne, y compris les réalités grossières. Le niveau de langue et le registre stylistique mediocris, étant donné qu’il s’agit d’un mixte des deux degrés extrêmes, accueille le même vocabulaire ou plus exactement ne fait pas obligation de l’exclure rigoureusement. Au contraire, le registre tragicus, parce qu’il est élevé ou sublime, implique nécessairement un vocabulaire aussi peu concret et réaliste que possible.

  • 33 Dante, De vulgari eloquentia, II, VII, 3- 7.

27Dans le registre comicus, les auteurs emploient de préférence les « verba » (termes) tels que mamma, babbo, mate, pate définis comme « puerilia » (enfantins) du fait de leur « simplicitatem » (simplicité, caractère élémentaire), tels que dolciada, placevole définis comme « muliebria » (féminins) du fait de leur « mollitiem » (mollesse), tels que greggia et cetra définis comme « silvestria » (agrestes, sauvages) du fait de leur « austeritatem », (rudesse), des termes définis comme « yrsuta » (hérissés), ou encore des termes tels que corpo définis comme « reburra » (ébouriffés) et considérés comme une dégradation des « verba yrsuta ». Le registre comicus emploie tous les « verba » que Dante a rigoureusement exclus du registre tragicus33.

  • 34 Mario Baratto, Realtà e stile nel Decameron, Vicenza, Neri Pozza, 1970.
  • 35 « Géographie, histoire et chronique contemporaine nourrissent ce que la critique a coutume de déf (...)

28La critique a depuis longtemps souligné le réalisme, ou un certain réalisme, de Boccace dans le Décaméron. Ce réalisme a été particulièrement mis en évidence par Mario Baratto dès le premier mot du titre de son analyse qui relie très fortement représentation de la réalité et style34. Plus récemment, Giulio Ferroni observait : « Geografia, storia e cronaca contemporanea nutrono quello che la critica suole definire il “realismo” di Boccaccio, concorrono cioè a dar vita a un mondo concreto e circostanziato »35.

  • 36 Analysant la nouvelle des pauvres amants Simona et Pasquino (Decameron, IV, 7), Carlo Muscetta ob (...)

29Bien évidemment, le Décaméron n’est pas une œuvre réaliste dans le sens qui a été rendu familier par une école littéraire du milieu du XIXe siècle, un art utile et qui représente non seulement l’homme mais aussi son état social. Ce n’est certes pas chez Boccace que l’on trouverait une représentation de la réalité sociale et en particulier des classes défavorisées selon un projet autant sociologique que socialiste36. On chercherait en vain dans le Décaméron un réalisme qui soit l’application d’un programme de « littérature du vrai » ou un reflet de la société. Si Stendhal, reprenant Saint-Réal, a pu écrire que « un roman est un miroir que l’on promène sur une grande route », ce n’est certainement pas en ce sens que l’on peut parler d’un réalisme de Boccace.

  • 37 « C’est un souvenir de la doctrine antique des trois sortes de styles. Là où nous croyons trouver (...)
  • 38 Philippe Hamon, Un discours contraint, in R. Barthes, L. Bersani, Ph. Hamon, M. Riffaterre, I. Wa (...)
  • 39 Ibidem, p. 126.
  • 40 Cf. Francesco. Bruni, Boccaccio. L’invenzione della letteratura mezzana, Bologna, Il Mulino, 1990

30Il s’agit, pour une très large part, d’un réalisme entendu comme effet de réel : le regard ne retient un détail accessoire, ou même franchement inutile pour la construction de l’histoire par le lecteur, que parce qu’il est là, accréditant ainsi que l’on se trouve bien dans le réel. Le texte de Boccace ne saurait être tenu pour un pur reflet de la société ou de quoi que ce soit. Mais, parce qu’il est écrit dans un registre et un vocabulaire qui excluent le moins possible de termes désignant le réel, il contient des ressemblances avec le réel sous forme de petits détails concrets qui produisent l’illusion fondant l’esthétique de la vraisemblance37. Du reste, Philippe Hamon rappelait naguère que ce n’est jamais le réel que l’on atteint dans un texte réaliste, mais sa textualisation et qu’il convient de « mettre l’accent sur le texte réaliste plutôt que sur le signe réaliste »38, étant donné que « la langue ne “copie” pas et ne peut pas “copier” le réel »39. Il n’y a, du reste, aucune contradiction à saluer le Décaméron comme une œuvre de la grande littérature, un modèle de langue et de style de la prose poétique italienne ornée des clausules rythmiques du cursus planus, tardus ou velox en fin de périodes et de vers hendécasyllabes insérés dans la prose et à y relever un vocabulaire comicus entraînant un « texte réaliste plutôt que [un] signe réaliste » : le degré comicus est un mixte, ce qu’exprime bien l’italien en parlant de degré “mezzano”40.

Présence prégnante de l’auberge

  • 41 « E poste le lor cose a uno albergo », Decameron, II, 1, 7.
  • 42 « ho sempre avuto in costume, camminando, di dir la mattina, quando esco dall’albergo, un paterno (...)
  • 43 « a una villa la quale non era troppo riccamente fornita d’alberghi. E volendo quivi l’abate albe (...)
  • 44 « in sul vespro la mandò all’albergo dove Andreuccio tornava », Decameron, II, 5, 9.

31Ainsi entendue, cette représentation réaliste d’un monde concret, de la géographie, de l’histoire et de la chronique de son temps, que la critique se plait à objectiver dans le Décaméron, met le lecteur en présence de la textualisation de l’auberge médiévale. Il ne s’agit ni d’un hapax, ni d’une présence accidentelle ou rare, mais bien d’une présence répétée et, comme on va le voir, prégnante. Ce sont les trois histrions florentins Stecchi, Martellino et Marchese qui arrivent à Trévise et descendent dans une auberge41. C’est le marchand Rinaldo d’Asti qui, sur la route de Ferrare à Vérone, prie pour trouver une bonne auberge : « j’ai toujours eu pour habitude, quand je voyage, de dire le matin, au sortir de l’auberge, un Pater noster et un Ave Maria pour les âmes des parents de saint Julien, après quoi je prie Dieu et le saint de me donner bonne auberge la nuit suivante »42. C’est le Florentin homme d’affaires Alessandro qui voyage en compagnie de la fille du roi d’Angleterre déguisée en abbé et qui arrive « dans un village qui n’était guère fourni en fait d’auberges. Comme l’abbé voulait faire étape en ce lieu, Alessandro le fit descendre chez un aubergiste qu’il connaissait fort bien et lui fit préparer une chambre dans la pièce la moins incommode de la maison »43. C’est le marchand de chevaux Andreuccio da Perugia qui est rejoint à son auberge par une jeune servante envoyée par la prostituée qui a flairé le nigaud à détrousser : « le soir, elle l’envoya à l’auberge où Andreuccio rentrait »44.

  • 45 « andando all’avventura, pervenne alla marina e quindi al suo albergo si abbatté », Decameron, II (...)
  • 46 « Erano in Parigi in uno albergo alquanti grandissimi mercatanti italiani, qual per una bisogna e (...)
  • 47 « se ne andò a uno alberghetto di due fratelli », Decameron, III, 7, 9.
  • 48 « all’albergo dove il frate era smontato se n’andarono con questo proponimento », Decameron, VI, (...)

32C’est encore Andreuccio qui, au terme d’une nuit d’errance cauchemardesque dans un quartier mal famé de Naples, « marchant à l’aventure, parvint au rivage et ensuite tomba sur son auberge » 45. C’est Bernabò da Genova et quelques autres marchands italiens que leurs affaires appellent en France et qui se retrouvent dans la même auberge : « Il y avait à Paris dans une auberge quelques grands marchands italiens, qui pour une affaire, qui pour une autre »46. C’est Tedaldo degli Elisei qui, après s’être exilé à Chypre et être revenu en secret dans sa ville de Florence « descendit dans une petite auberge tenue par deux frères »47. C’est le pittoresque frère Cipolla qui parcourt la Toscane pour recueillir des aumônes et fait halte dans la bourgade rurale de Certaldo où deux compères, décidant de jouer un bon tour au moine escroc et charlatan, vont « à l’auberge où le frère était descendu, et ce avec une idée précise » 48.

  • 49 Carlo Battisti e Giovanni Alessio, Dizionario Etimologico Italiano, Firenze, Barbèra, 1950, vol. (...)
  • 50 « E sì come peregrino che va per una via per la quale mai non fue, che ogni casa, che da lungi ve (...)
  • 51 « Né non amar già oste trapassante ; / però che mutan tante ostellerie / ch’aver non posson cuor (...)
  • 52 « E sì avrai ad oste / Folle-Larghezza mala... », Dante, Detto, vv. 312-313.
  • 53 Manlio Cortelazzo e Paolo Zolli, Il nuovo ETIMOLOGICO DELI - Dizionario Etimologico della Lingua (...)
  • 54 Cf. ci-dessus, note 40.

33Ce ne sont que quelques exemples, et la liste pourrait aisément s’allonger, mais un relevé exhaustif n’apporterait rien de plus au propos. Le terme le plus fréquemment employé est albergo, substantif dérivé d’un gothique reconstitué *haribairg, “logement pour l’armée”49. Le terme est déjà présent chez Dante : deux fois dans le Convivio, une fois dans le Fiore50 où l’on trouve également dans le même sens ostelleria, forgé sur le français hostelerie51. Le terme qui, dans le Décaméron, désigne l’aubergiste est oste, que l’on trouve déjà chez Dante avec le même sens52. Avant Dante, on trouve quelques textes où est attesté le terme albergheria dans le sens de albergo dans la seconde moitié du XIIIe siècle, chez Bono Giamboni et Jacopone da Todi53. C’est le terme oste qui désigne l’aubergiste dans le Décaméron comme déjà chez Dante dans le Detto54. Notre examen porte donc sur un moment où le signifiant albergo est, pour autant que l’on sache, en train de faire son entrée dans la littérature et où le signifié – l’auberge – est une réalité qui s’est rapidement développée. Une première constatation, en effet, s’impose : la présence de l’auberge est étroitement liée à une représentation du monde marchand. Il faut entendre par là les marchands en gros, les hommes d’affaires, banquiers, cambistes, fondés de pouvoir et courtiers, avec leurs activités, leurs voyages, les dangers encourus, leur esprit d’entreprise et leur côté aventureux.

  • 55 « Ragionasi adunque che essendo Musciatto Franzesi di ricchissimo e gran mercatante in Francia ca (...)

34Dans le Décaméron, nombreuses sont les nouvelles qui ont pour cadre ce monde marchand des mercatores (hommes d’affaires), le monde des échanges commerciaux à large rayon des XIIe, XIIIe et XIVe siècles. Il suffira ici de rappeler que la toute première nouvelle du livre commence ainsi : « Et donc, on rapporte que Musciatto Franzesi étant devenu en France chevalier, de très riche et très grand marchand qu’il était »55. Et l’on ne saurait passer sous silence le remarquable document de civilisation sur le commerce en gros par voie maritime – l’import-export – que l’on peut lire au début de la dernière nouvelle de la VIIIe journée :

  • 56 « Soleva essere, e forse che ancora oggi è, una usanza in tutte le terre marine che hanno porto c (...)

C’était l’usage – et peut-être l’est-ce encore aujourd’hui – dans toutes les villes maritimes qui ont un port, que tous les marchands arrivés là avec leurs marchandises les fassent décharger et déposer dans un entrepôt, appelé douane en beaucoup de lieux, administré par l’autorité communale ou le seigneur de la ville. Là, une fois que le marchand a donné par écrit un état complet de la marchandise et de sa valeur aux préposés à cet office, il se voit attribuer un magasin où il dépose lui-même la marchandise et l’enferme à clé. Puis les douaniers l’inscrivent au compte du marchand sur le livre de la douane, percevant ensuite les droits sur tout ou partie de la marchandise que le marchand retire du magasin. C’est de ce registre que les courtiers tirent souvent leurs informations sur la qualité et la quantité des marchandises, ainsi que sur l’identité des marchands, avec lesquels ensuite, selon les occasions, ils engagent des pourparlers en vue de change, de troc, de vente, ou toutes autres transactions. Comme en beaucoup d’autres lieux, cette pratique avait cours à Palerme, en Sicile.56

Voyageurs et auberges au Moyen Âge dans la documentation extérieure

  • 57 « Era adunque, al tempo del marchese Azzo da Ferrara, un mercatante chiamato Rinaldo d’Asti per s (...)
  • 58 « di Firenze usciti, non si ritennero si furono in Inghilterra », Decameron, II, 11.
  • 59 « comperò un grandissimo legno e quello tutto, di suoi denari, caricò di varie mercatantie e ando (...)

35Pour les besoins de leurs affaires commerciales, ces mercatores voyagent, comme l’illustre bien le début de la nouvelle de Rinaldo d’Asti : « Au temps donc du marquis Azzo de Ferrare, un marchand appelé Rinaldo d’Asti était allé à Bologne pour ses affaires ; celles-ci étant terminées, il s’en retournait chez lui. Après avoir quitté Ferrare, il chevauchait vers Vérone »57. Ils se déplacent souvent en des terres lointaines, comme les trois frères florentins Lamberto, Tedaldo et Agolante qui, ayant dilapidé la fortune qui leur avait été laissée par leur père, se rendent en Angleterre pour y faire des affaires : « quittant Florence, ils partirent droit vers l’Angleterre »58. Landolfo Rufolo, homme d’affaires d’une petite ville maritime – Ravello – sur la côte amalfitaine, « acheta un très grand navire et le chargea de marchandises variées en y employant tout son avoir, et il alla ainsi à Chypre »59.

  • 60 « Erano in Parigi in un albergo alquanti grandissimi mercatanti italiani, qual per una bisogna e (...)

36Ces voyageurs font halte dans des auberges pour s’y rencontrer, parler, boire, se restaurer, dormir. Le Décaméron s’en fait l’écho, comme on peut le lire dans la “tranche de vie” qui sert d’ouverture à la neuvième nouvelle de la IIe journée : « À Paris se trouvaient dans une hôtellerie quelques grands marchands italiens qui tous étaient là pour leurs affaires, selon leur habitude. Un soir, après avoir joyeusement dîné ensemble, ils se mirent à parler de choses et d’autres et, causant à bâtons rompus, ils en arrivèrent à parler de leurs femmes, qu’ils avaient laissées chez eux »60.

  • 61 Léopold Genicot, Le XIIIe siècle européen, Paris, P.U.F., « Nouvelle Clio », 1968, p. 348.

37Sources et études extérieures au Décaméron confirment que la présence et l’activité de ces hommes d’affaires étaient particulièrement importantes en Italie. Au XIIIe siècle, comme a pu l’affirmer L. Genicot, « les Italiens dominaient le commerce international dans une grande partie de l’Occident »61. C’est notamment le cas avec ces personnages que l’on nommait du terme générique les Lombards, c’est-à-dire les Italiens du Centre et du Nord, au premier rang desquels les Toscans et surtout les Florentins. Une rue de Paris, la rue des Lombards dans les premier et quatrième arrondissements, en conserve le souvenir de nos jours encore.

38L’histoire récente a bien mis en évidence l’importance des voyages et de la circulation des voyageurs au Moyen Âge. L’auberge est étroitement liée à cette circulation devenue très intense aux XIIe, XIIIe et XIVe siècles en raison de l’essor des déplacements par route et par mer, du fait de la véritable explosion des échanges commerciaux, mais pas simplement :

  • 62 Robert Delort, La vie au Moyen Age, Paris, Seuil, “Points. Histoire”, 1982, p. 232.

L’Empire romain a légué à l’Occident médiéval – sauf dans les régions qu’il n’a jamais occupées durablement, à l’est du Rhin et au nord du Danube – un réseau remarquable de voies dallées et rectilignes qui suggéraient avec force la plupart des itinéraires et qui furent utilisées durant toute la période. À côté de cette via lapide strata ou strata (d’où vient l’italien strada), aux dalles robustes […], se juxtapose la route médiévale empierrée, avec des cailloux liés par la chaux, la « chaussée » ; elle est plus sinueuse que la voie car elle fait maint détour pour passer à tel château, telle abbaye, au lieu d’aller directement de ville à ville ou d’une ville au point de passage fixé par la nature et amélioré par l’homme : col, gué, chaussée entre des marécages, pont. […]. [Les chemins royaux], les plus importants, ont toujours été animés. Y circulent d’abord les grands de ce monde, qui se déplacent sans cesse, avec une partie de leur entourage, non seulement pour aller de domaine en domaine, consommer les stocks de victuailles accumulées par les redevances, mais également pour gagner la cour du roi mérovingien, de l’empereur, du Capétien ou du Plantagenêt, pour intriguer à Rome et s’y faire attribuer un copieux bénéfice, une crosse et une mitre ; ou, tout simplement, pour gagner le synode provincial ; pour lancer une chevauchée contre un ennemi ou amener le contingent dû à l’ost féodal ; pour accomplir un pèlerinage qui apportera la guérison du corps ou le salut de l’âme. […] on trouve un certain nombre de personnages beaucoup plus humbles, mus par les mêmes raisons : des soldats, des courriers, des pèlerins, des marchands, au XIIIe siècle des moines mendiants.62

39Dans une synthèse récente, Christiane Deluz a fait observer : « Le voyage est une pratique courante dans la société médiévale (le “mouvement brownien” de Marc Bloch) ». Cette pratique courante s’explique par

  • 63 Christiane Deluz, article Voyage, in Dictionnaire du Moyen Âge, sous la direction de Claude Gauva (...)

de multiples motivations qui mettent en route des gens appartenant à tous les groupes sociaux :
– voyages du roi pour manifester son pouvoir en ses domaines […]. Il faut leur ajouter les voyages des agents du roi pour des raisons administratives et ceux des premiers ambassadeurs […]
– voyages des clercs : tournées pastorales des évêques dans leurs diocèses, rassemblements pour les conciles ou les chapitres généraux des ordres religieux, et, à partir du XIIIe siècle, déplacements des étudiants d’université en université
– voyages des nobles, de tournoi en tournoi aux XIe et XIIe s. ou au XVe s. à travers l’Europe pour former leur personnalité
– voyages des marchands ou de leurs facteurs
– voyages des apprentis (tour de France au XVe s.) ou de ceux qui sont à la recherche d’un travail ;
– voyages de tous les vagabonds, mendiants, moines gyrovagues, tant redoutés de la société.
Il faut y ajouter les pèlerins.
Les conditions de voyage sont toujours malaisées, les routes sont mal entretenues, les passages de rivières difficiles et souvent payants, les moyens de transport rudimentaires, l’hébergement pas toujours assuré, malgré l’hospitalité offerte par les monastères ou les particuliers et la multiplication des auberges à la fin du Moyen Âge.63

40Les grands de ce monde (rois, princes, seigneurs) ne s’arrêtent pas dans les auberges, sauf cas tout à fait exceptionnel. Avec leur suite et leurs gens, ils sont reçus et hébergés dans les châteaux des autres grands seigneurs. Cela est vrai au XVIIIe siècle encore, et il faut attendre le XIXe siècle pour voir l’apparition du grand hôtel – un hôtel de grand luxe pour grands personnages, un palace pour les hôtes des palais –, d’abord en Suisse (du fait de la naissance de l’engouement pour les excursions dans les montagnes des Alpes). Le Décaméron enregistre fidèlement ce fait de société : la nouvelle 5 de la Ie journée met en scène le roi de France Philippe Auguste qui s’arrête chez la marquise de Monferrat et lui demande à être hébergé ; la nouvelle 6 de la Xe journée, raconte comment le roi Charles Ier d’Anjou descend chez le seigneur Neri degli Uberti à Castellamare di Stabia, près de Naples, en compagnie d’un autre Grand, le comte Guido di Monteforte, vicaire royal de Charles Ier d’Anjou pour la Toscane.

  • 64 Christiane Deluz, article Pèlerinage, in Dictionnaire du Moyen Âge, cit., p. 1071.

41Mais en dehors des grands seigneurs, les voyageurs (soldats, courriers, marchands, ecclésiastiques qui doivent aller d’abbaye en abbaye ou se rendre à Rome, moines des ordres mendiants) trouvent à se loger dans l’auberge, qu’elle soit dans la ville, dans une bourgade ou au bord de la route. Le pèlerin, il est vrai, a généralement un mode d’hébergement un peu à part : « L’hospitalité lui est offerte dans les monastères, dans les “hôpitaux” qui se multiplient à partir du XIIe s. sur les itinéraires les plus fréquentés, ou simplement par des particuliers »64.

42Les auberges, quant à elles, se multiplient pour améliorer les conditions de ces déplacements.

Auberge alléguée, auberge non décrite

43Boccace est fort bien informé de l’existence et du rôle des auberges, pour au moins deux raisons. D’abord pour une raison biographique : Boccace a beaucoup voyagé, en Italie, d’abord avec son père, envoyé par la compagnie des Bardi comme fondé de pouvoir dans un de leurs comptoirs à Naples, ensuite au cours de sa vie d’adulte, notamment pour des missions officielles, pour le compte de la Commune de Florence. Ensuite pour une raison culturelle : Boccace ne peut ignorer une réalité aussi importante et devenue banale dans ce monde marchand qu’il représente si bien dans le Décaméron, ce qui a valu à l’ouvrage d’être qualifié par Vittore Branca d’épopée des marchands :

  • 65 « Ce monde de marchands et de banquiers, tenaces et audacieux, qui avaient créé l’unité économiqu (...)

Quel mondo di mercanti e di banchieri, tenaci e audaci, che avevano creato l’unità economica e la circolazione europea della ricchezza, palleggiandosi i milioni di bei fiorini d’oro da Londra a Damasco, da Barcellona al Mar Nero, da Parigi a Alessandria d’Egitto, da Bruges a Costantinopoli, trova la sua prima alta consacrazione letteraria proprio nel Decameron : in questa scintillante epopea mercantesca, in questa chanson de geste dei paladini di mercatura.65

  • 66 « En tant que “épopée marchande” – pour reprendre l’expression employée par Vittore Branca –où de (...)

44Comme l’a souligné Paul Renucci, « In quanto “epopea mercantile” – per riprendere l’espressione usata da Branca – in cui tante parti di primo piano sono attribuite ad avventurosi mercanti, esso fu subito dopo la sua pubblicazione, come provano vari sondaggi e ricerche, uno dei libri preferiti dalla borghesia d’affari fiorentina e non solo fiorentina »66.

45Ce qui est remarquable dans le Décaméron, c’est que l’auberge est souvent alléguée, mais n’est jamais représentée dans sa vérité documentaire et documentée. L’auberge est un mot – il serait plus juste de dire : n’est qu’un mot, « albergo » – que l’on rencontre souvent mais qui ne reçoit aucune détermination. Dans les exemples qui ont été cités plus haut, le texte ne dit que albergo, “auberge”, ou sa variante casa d’uno oste, “maison d’un aubergiste”. On ne sait jamais si l’auberge alléguée est située en bordure de route ou de rue ou bien séparée de la voie de communication par un jardin, si elle est grande ou petite, combien elle compte d’étages, comment est la salle à manger ou la table d’hôte, combien on y trouve de chambres, combien il y a de clients, comment sont installées les chambres, comment est le personnel (valets, cuisinières, femmes de chambre, palefreniers et garçons d’écurie), comment sont situées les écuries par rapport à la partie réservée à l’hôtellerie. Ce que l’on y mange ou boit n’est jamais décrit. Enfin, l’auberge alléguée n’est jamais décrite dans sa vie interne : on ne trouve aucun récit de scène de jeu ni aucune description de joueurs, ce qui correspond pourtant à l’une des fonctions de l’auberge quand elle est taverne. En bref, le pittoresque de l’auberge comme copie du réel est remarquablement éludé.

46Or la présence souvent alléguée de l’auberge dans le Décaméron est à peu près une nouveauté dans la littérature narrative des nouvelles italiennes. Un dépouillement systématique donne le résultat suivant :

47– le Novellino est un recueil anonyme de cent nouvelles datant de 1280-1293. Les nouvelles qui y sont rassemblées sont des exempla tirés de l’histoire ou de la mythologie grecque et romaine, des cours médiévales d’empereurs, de rois, de grands seigneurs ou du Saladin. Le milieu servant de cadre aux actions n’est jamais décrit. Il n’est jamais fait mention, directement ou indirectement, de l’auberge.

48 le Fiori e vita di filosofi ed altri savi ed imperadori, anonyme, composé entre 1264 et 1300, est un recueil de sentences. Il n’y est jamais fait mention, directement ou indirectement, de l’auberge.

49– dans seize nouvelles du Libro di novelle e di bel parlar, semblables à celles que l’on trouve dans le Novellino, il n’est jamais fait mention, directement ou indirectement, de l’auberge.

  • 67 Texte des œuvres narratives dépouillées in Sebastiano Lo Nigro (a cura di), Novellino e Conti del (...)

50– dans Conti di antichi cavalieri, il n’est jamais fait mention, directement ou indirectement, de l’auberge67.

  • 68 Pour expier une faute grave, une comtesse et ses servantes se firent religieuses : « Arrendêrsi m (...)

51Un indice montre que les recueils que l’on vient de citer visent un public autre que le public marchand qui fit le succès du Décaméron. Dans la sécheresse des exempla, ces recueils renvoient à un monde autre que celui des mercatores, de leurs voyages et de l’auberge. Ce n’est que rarement qu’on y trouve mis en scène ce monde marchand, et encore est-ce d’une façon beaucoup plus succincte que dans le Décaméron. Ainsi, la nouvelle LXII du Novellino, Qui conta una novella di messere Ruberto, indique que l’hôtellerie pour les marchands en voyage était assurée par un couvent de religieuses68 fort complaisantes. La même information se retrouve dans l’une des vingt nouvelles qui ont été conservées dans la dernière section du manuscrit “Panciatichiano 32”, datant du premier tiers du XIVe siècle – et donc de peu antérieur au Décaméron – dans des termes qui laissent à penser à une imitation de la nouvelle LXII du Novellino, Qui conta una novella di messere Ruberto :

  • 69 « In uno tempo verso Bretagna sì avea una grande magione di monache, cioè monesterio ; le quali e (...)

À une époque, vers la Bretagne, il y avait une grande maison de religieuses, autrement dit un monastère ; et ces religieuses étaient très riches et avaient dans cette maison un usage tel que, lorsque quelque riche marchand arrivait par hasard là où se trouvait ce grand monastère, eh bien il y trouvait hébergement.69

52Il n’est pas douteux que la présence de l’auberge, si souvent alléguée dans le Décaméron, est liée au dessein innovant de Boccace : la représentation de l’épopée marchande. Mais c’est donc cette présence fréquemment alléguée jointe à une absence systématique de description qui se trouve ainsi soumise à la réflexion. La question qui se pose est celle de l’intérêt que peut présenter l’auberge quand elle est alléguée de façon pour ainsi dire allusive puisque, s’il est vrai que l’auberge est souvent mentionnée dans le texte du Décaméron, elle n’est jamais mise sous nos yeux, elle n’est que suggérée.

  • 70 « La pragmatique est la partie des sciences du langage qui a pour objet l’étude des énoncés dans (...)

53Il faut, en première approche, accueillir l’hypothèse selon laquelle ce caractère allusif fortement marqué pourrait relever de la pragmatique littéraire70, pour écarter aussitôt cette hypothèse. Dans le texte du Décaméron, l’allusion à l’auberge, systématiquement présente comme indice lacunaire, n’est jamais un moyen pour obliger le lecteur à combler les lacunes délibérées – la vacuité dénotative – de la simple mention du terme auberge. Pour être déchiffré, le texte du Décaméron a certes besoin, comme n’importe quel texte, d’un lecteur compétent et coopératif. Mais pour que le texte du Décaméron soit pleinement actualisé dans son contenu potentiel, la simple mention de l’auberge est tout à fait suffisante. En d’autres termes, la simple allusion à l’auberge n’est pas un acte du langage visant à manipuler le lecteur. Pour s’en convaincre, il suffit de prendre conscience que l’insuffisance ou l’inexistence de notre information documentaire en matière d’auberge médiévale alléguée dans les nouvelles du Décaméron n’est nullement un obstacle à l’actualisation de l’univers de fiction : à l’évidence, le problème se situe ailleurs.

54Il faut également accueillir – pour l’écarter aussitôt – l’hypothèse d’une faiblesse esthétique de la part de Boccace. Boccace, auteur savant, connaît et maîtrise fort bien les prescriptions et les modalités en matière de desciptio. On trouve de nombreux et savoureux exemples de descriptions fort réussies dans le Décaméron. Comme le prescrivait la rhétorique antique puis médiévale, Boccace sait bien que la description ne se borne pas à caractériser son objet, mais qu’elle en présente le tableau dans ses détails les plus intéressants et avec les couleurs les plus vives. La description met son objet comme sous les yeux.

55Lorsque la logique du récit l’y conduit, Boccace sait être un virtuose de la topographie ou description de lieu, selon l’appellation de la rhétorique classique. La nouvelle d’Andreuccio nous en fournit un bon exemple. Andreuccio est imprudemment convaincu qu’une dame – qui se fait appeler Fleurdelis – s’est éprise du beau garçon qu’il croit être. Il se rend chez elle, qui n’est en fait qu’une prostituée partageant son logis avec son souteneur, le scélérat Boutefeu :

  • 71 « alla quale come Andreuccio fu presso, essa incontrogli da tre gradi discese con le braccia aper (...)

Dès qu’il fut près d’elle, elle descendit trois marches à sa rencontre, les bras ouverts et, lui sautant au cou, elle resta un instant silencieuse, comme si un excès de tendresse l’empêchait de parler ; puis, en pleurant, elle lui fit un baiser sur le front. D’une voix entrecoupée par l’émotion, elle lui dit : “Ô mon cher Andreuccio, sois le bienvenu !” Lui, stupéfait de si tendres caresses, lui répondit : “Madame, soyez la bien trouvée !” L’ayant pris par la main, elle le mena en haut dans une salle et de là, sans dire un mot, le fit entrer dans sa chambre. Cette pièce embaumait les roses, la fleur d’oranger et d’autres parfums ; il vit là un lit magnifique, drapé de courtines, et de nombreuses robes pendues à des tringles, comme c’est la coutume à Naples, ainsi que d’autres belles et riches parures. […] Ils s’assirent ensemble sur un coffre placé au pied du lit et elle commença à parler ainsi.71

56La nouvelle d’Andreuccio contient, en des termes concrets et précis, la description d’un lieu dont le registre stylistique comicus autorise et accueille la représentation, latrines et fosse d’aisances :

  • 72 « Andreuccio, veggendosi solo rimaso, subitamente si spogliò in farsetto e trassesi i panni di ga (...)

Andreuccio, se voyant seul, se mit aussitôt en chemise et enleva ses chausses qu’il posa au chevet du lit. Comme le besoin naturel de soulager son corps se faisait pressant, il demanda à l’enfant où cela se pouvait faire et celui-ci lui montra une porte dans un coin de la chambre et lui dit : “allez là-dedans”. Andreuccio y entra sans crainte et, par hasard, posa le pied sur une planche dont l’extrémité était disjointe de la poutre sur laquelle elle reposait ; cette planche basculant avec lui, ensemble ils furent précipités jusqu’au fond. Mais Dieu lui fut si secourable qu’il ne se fit aucun mal dans sa chute, bien qu’il tombât de haut, mais de la mélasse dont ce lieu était rempli il se trouva complètement embarbouillé. Afin que vous compreniez mieux tant ce qui vient d’être dit que ce qui va suivre, je vais vous expliquer comment ce lieu était situé. Dans un étroit boyau, comme on en voit souvent entre deux maisons, sur deux poutres posées en travers d’une maison à l’autre, quelques planches étaient fixées, ainsi que l’endroit pour s’asseoir, et c’était une de ces planches qui était tombée avec lui.72

57On notera l’intrusion du discours de la narratrice – Fiammetta – dans son récit : « Afin que vous compreniez mieux tant ce qui vient d’être dit que ce qui va suivre, je vais vous expliquer comment ce lieu était situé ». Du point de vue de la fiction mise en place par la nouvelle-cadre, cette intrusion de discours dans le récit est justifiée par la mise en scène d’un auditoire réel de neuf personnes et des échanges verbaux constants entre la narratrice ou le narrateur et les neuf autres. Mais, on l’a vu, cette disposition reproduit à l’intérieur du livre – par le jeu savant d’une mise en abyme – la situation de l’auteur-conteur et de son lecteur-auditeur. C’est donc principalement au lecteur-auditeur que s’adresse cette intrusion. Par là, Boccace affiche le caractère contraint de sa description, strictement au service de « tant ce qui vient d’être dit que ce qui va suivre », c’est-à-dire au service de la logique de la textualisation. Dans son étude Vraisemblance et motivation, Gérard Genette a analysé la stratégie de ce genre d’intrusion explicative du narrateur dans sa narration et définit le récit ainsi obtenu :

  • 73 Gérard Genette, Vraisemblance et motivation, in Figures II, Paris, Seuil, “Points”, 1979, p. 79.

Un tel récit devrait alors chercher à se donner la transparence qui lui manque en multipliant les explications, en suppléant à tout propos les maximes, ignorées du public, capables de rendre compte de la conduite de ses personnages et de l’enchaînement de ses intrigues, bref en inventant ses propres poncifs et en simulant de toutes pièces et pour les besoins de sa cause un vraisemblable artificiel qui serait la théorie – cette fois-ci, et par force, explicite et déclarée – de sa propre pratique.73

58Sur le chapitre de la description, il convient de rappeler ce qui a été dit plus haut quant au registre stylistique comicus et au vocabulaire qu’il prescrit au nom de la convenentia. Loin d’être une entrave à la description, le registre comicus autorise et même prescrit la description dans les termes les plus précis, les plus concrets, y compris dans les réalités grossières. On en a une preuve exemplaire dans la description du domestique de frère Cipolla, Guccio Imbratta dit Guccio Porco, et d’une servante d’auberge affectée aux cuisines, une certaine Nuta :

  • 74 « Guccio Imbratta, il quale era più vago di stare in cucina che sopra i verdi rami l’usignolo, e (...)

Guccio Imbratta, que les cuisines attiraient plus que les vertes ramures le rossignol, surtout lorsqu’il savait y trouver quelque servante, en avait aperçu une précisément chez l’aubergiste, grasse, grosse, petite et mal tournée, avec une paire de nichons semblables à deux paniers à fumier, un visage à la manière des Baronci, suante et soufflante, graisseuse et noire de fumée. Tout comme le vautour se jetant sur une charogne, le valet se glissa donc en cuisine, laissant la chambre de son maître ouverte et toutes ses affaires à l’abandon. On était en août, ce qui ne l’empêcha pas de s’asseoir près du feu, et d’entamer la conversation avec la dénommée Nuta pour lui dire qu’il était noble par procuration, qu’il avait des florins à foison, déduction non faite de ceux qu’il devait à autrui, qui étaient plutôt plus que moins, et qu’il savait dire et faire tant de choses qu’il en aurait remontré à son maître. Passant sur son capuchon couvert d’une telle couche de graisse qu’elle aurait suffi à assaisonner la soupe du chaudron d’Altopascio, oubliant son pourpoint déchiré et rapiécé, émaillé de crasse autour du col et sous les aisselles, couvert de taches plus diaprées que les draps tartares et indiens, et négligeant enfin ses chaussures toutes percées et ses bas déchirés, il dit à Nuta, jouant les sires de Castiglione, qu’il voulait la vêtir de neuf, arranger sa situation, la tirer de cette servitude qu’était sa dépendance d’autrui et, sans prétendre la pourvoir de grandes richesses, la mettre dans l’état d’espérer un sort meilleur, et bien d’autres choses encore.74

59Dans le domaine de la description, un morceau de bravoure, s’il en est.

60Pour ce qui concerne l’auberge, on ne peut pas dire que sa description est imprécise, ni qu’elle est terne, manquant de vie ou de pittoresque, pour la simple raison que le Décaméron n’en fait jamais aucune description. C’est là une constante, qui ne souffre aucune exception, ce qui tend à indiquer que cette absence de description est délibérée. En d’autres termes, l’auberge n’a aucune fonction référentielle dénotative.

Une œuvre disqualifiée pour vacuité dénotative ?

61Dès lors, l’historien, qui tend à filtrer les textes pour retrouver l’événement brut et les choses – les “res” – dépouillés des développements littéraires et des effets d’art, est bien en peine pour poser la problématique du vrai et du faux selon ses critères habituels. Sur le chapitre de l’auberge, le Décaméron est une œuvre qui ne peut que décevoir les attentes de type positiviste, qui se fondent sur l’observation de faits matériels et palpables. Mais la vérité qu’on peut trouver dans un texte dépend des questions qu’on lui pose. Dans le cas de l’auberge alléguée mais non point décrite, il faut trouver les bonnes questions à poser, c’est-à-dire les questions pertinentes. Celles-ci ne se trouvent pas à l’échelle dénotative. Or cette situation n’est nullement une impasse pour l’analyse. Si le Décaméron ne met pas la chose auberge pour ainsi dire sous nos yeux et si le Décaméron ne nous conduit pas dans l’auberge, nous sommes conviés par là même à nous intéresser à l’auberge dans le texte. Tout récit est, comme on l’a déjà dit, une textualisation. La conséquence est que la vacuité dénotative de l’auberge ne disqualifie nullement le Décaméron. L’auberge peut être une chose à laquelle il est fait référence, susceptible de copie ou susceptible d’un simple effet de réel. Mais elle peut aussi jouer un rôle, remplir une fonction dans le récit sans pour autant faire référence à une chose extérieure au récit.

62L’absence remarquable de fonction référentielle dénotative prend un sens très riche dès lors que l’on s’avise que l’auberge remplit dans le Décaméron une fonction narrative. Dans le récit du Décaméron l’auberge n’est pas une “res”, une chose, mais l’auberge est un “verbum” au service du seul récit. Comme “verbum”, l’auberge a une fonction d’organisateur de la logique du récit, à un double titre. C’est, d’une part, un organisateur dans la logique des possibles narratifs. C’est, d’autre part, le lieu d’une particulière sagesse, attitude consistant en un savoir impliquant un certain mode de vie.

Un organisateur des possibles narratifs

  • 75 « À l’église, on ne le voyait jamais, et il bafouait avec d’abominables paroles tous les sacremen (...)
  • 76 « Les prostituées publiques, qui habitent les rues “déshonnêtes” ou logent en ville, peuvent en p (...)

63Il y a tout d’abord l’auberge qui remplit la fonction de lieu topique de mauvaise vie. L’auberge est alors taverne. La première nouvelle de l’œuvre met en scène Ser Cepparello comme un exemplum de crapule : « A chiesa non usava giammai, e i sacramenti di quella tutti come vil cosa con abominevoli parole scherniva ; e così in contrario le taverne e altri disonesti luoghi visitava e usavagli »75. Certes, ce type de lieu mal famé a incontestablement été un référent extérieur à tout texte littéraire, un référent bien réel, comme l’a mis en évidence Jacques Rossiaud76.

64Il faut toutefois nuancer le propos – la topique – qui fait de la taverne exclusivement un lieu malhonnête ou de débauche :

  • 77 Jacques Le Goff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Flammarion, “Champs”, 1982, pp. 2 (...)

À la ville comme au village, le grand centre social c’est la taverne. Comme il s’agit en général d’une taverne « banale », appartenant au seigneur et que le vin ou la cervoise qu’on y boit sont le plus souvent fournis ou taxés par lui, le seigneur favorise sa fréquentation. Le curé au contraire vitupère contre ce centre du vice où le jeu de hasard et l’ivrognerie se donnent libre cours et qui fait concurrence aux réunions paroissiales, aux sermons, aux offices religieux. On se rappelle la taverne dont le tapage couvrait la voix du dominicain qu’écoutait Saint Louis. La taverne ne rassemble pas seulement les hommes du village ou du quartier – cet autre cadre de solidarités urbaines qui prendra une grande importance à la fin du Moyen Age, tout comme la rue où se groupent les hommes d’une même provenance géographique ou d’un même métier – elle joue souvent, en la personne du tavernier, le rôle de banque de prêt, elle accueille les étrangers, car elle est aussi souvent auberge. Par là elle est un nœud essentiel du réseau de relations. Les nouvelles, porteuses de réalités lointaines, de légendes, de mythes, s’y diffusent. Les conversations y forment les mentalités. Et comme la boisson y échauffe les esprits, la taverne contribue puissamment à donner à la société médiévale ce ton passionné, ces ivresses qui en font fermenter et exploser la violence intérieure.77

65La topique et le pittoresque de la taverne n’auraient probablement pas existé si l’auberge-taverne n’avait pas été ce lieu de sociabilité :

  • 78 Simone Roux, in Dictionnaire du Moyen Âge, cit., pp. 1367-1368.

Installées en ville comme à la campagne, au bord des grandes routes, aux carrefours ou le long des rues urbaines, les tavernes peuvent être considérées comme des établissements collectifs indispensables. Normalement, la taverne n’offre que de la boisson, à la différence des hôtelleries, mais elles en sont venues à vendre aussi de la nourriture d’accompagnement. […] La taverne est un lieu de sociabilité. On s’y retrouve entre voisins, avec des amis, des parents, pour se distraire, pour régler un différend, passer un accord ou un contrat, fêter un événement. […] Il faut donc nuancer les critiques acerbes des prédicateurs qui qualifient les tavernes de « moutiers du diable » et accusent ces établissements de fournir trop d’occasions de pécher (le jeu, la boisson, les violences que déchaînent ces passions).78

66Le texte de Boccace se borne à faire allusion aux taverne e altri disonesti luoghi, généralement parlant et sans aucune description ni détermination, comme à un organisateur d’un récit de vie scélérate plus qu’à un référent extérieur au récit. Par l’allusion aux tavernes alléguées mais non pas décrites, Boccace renvoie surtout au topos de la taverne comme lieu de mauvaise vie largement répandu dans la littérature italienne dite « comico-réaliste » et en particulier au poète siennois Cecco Angiolieri, mort avant 1313. Un sonnet de Cecco a pu passer pour une confession, pour un manifeste de ses goûts et de son caractère :

  • 79 « Trois choses seulement me plaisent, que je ne peux pas m’offrir comme je le voudrais, à savoir (...)

Tre cose solamente mi so’ in grado,
le quali posso non ben fornire,
ciò è la donna la taverna e ‘l dado ;
queste mi fanno ‘l cor lieto sentire.
Ma sì me le conven usar di rado,
ché la mie borsa mi mett’al mentire...79

  • 80 « Il fut accusé par son archevêque de trois péchés [...] à savoir de la luxure, du jeu et de la t (...)
  • 81 « La donna, la taverna e il dado, motivi che immediatamente avranno risonanza europea, sono il lo (...)

67À ceux qui jureraient de la sincérité, de l’authenticité autobiographique de ces vers, il faut rappeler le poème goliard Estuans intrinsecus, dans lequel le poète fait la confession souriante de ses trois péchés capitaux : « accusatus fuit archiepiscopo suo de tribus […] id est de luxuria, de ludo et de taberna »80. Comme l’a souligné Mario Marti, la femme, la taverne et le jeu sont les trois constituants d’une topique qui a aussitôt eu un écho dans toute l’Europe81. En alléguant l’auberge taverne, Boccace ne cherche pas à copier un réel extérieur au récit, mais il entend mettre au service du récit un organisateur topique de la logique des possibles narratifs. Le lecteur compétent peut aisément coopérer pour construire dans l’acte de sa lecture le personnage scélérat de Cepparello.

  • 82 Decameron, VIII, 10.

68Outre la taverne, les « altri disonesti luoghi » organisent également les possibles narratifs du récit. Dans la nouvelle du Florentin Salabaetto et la Sicilienne de Palerme82, Boccace fait mention des établissements de bains comme lieu de prostitution et de rencontres ; mais il ne décrit ni n’exploite rien dans ce sens. Pas plus que dans le cas de l’auberge-taverne alléguée dans la première nouvelle de Ser Cepparello, l’allusivité n’est ici affaire de pruderie ou de quelque forme de censure : lorsque la stratégie de l’auteur l’y invite, Boccace décrit, détermine, emploie sans détour ni fard un vocabulaire précis, cru si nécessaire.

69C’est ainsi qu’il présente l’activité de la prostitution liée au monde marchand :

  • 83 « Era in Palermo in Cicilia, dove similemente erano, e ancor sono, assai femine del corpo belliss (...)

Comme en beaucoup d’autres lieux, cette pratique avait cours à Palerme, en Sicile, où se trouvaient également, et se trouvent encore, nombre de femmes très belles de leur corps mais ennemies jurées de la vertu. Quiconque ne les connaît pas pourrait les prendre aisément pour des dames de haut rang et de parfaite honnêteté. Or, comme elles s’adonnent corps et âme à l’art, non seulement de tondre les hommes, mais de les écorcher, dès qu’elles voient un marchand étranger, elles s’informent, grâce au livre de la douane, de ce qu’il a en dépôt et du montant que cela représente ; puis, avec leurs façons enjôleuses et leurs paroles suaves, elles s’ingénient à aguicher les marchands et à les faire s’amouracher d’elles. Déjà nombreux sont ceux qui s’y sont laissé prendre, et à qui elles ont soutiré une bonne partie de leur marchandise, et à beaucoup d’entre eux la totalité. Certains y ont même laissé, outre leur navire et leur cargaison, la chair et les os, tellement la tondeuse a su manier le rasoir avec douceur.83

70Le Décaméron est, certes, une œuvre de la grande littérature, mais la mention de la ville de Palerme est loin de ne relever que de la fiction littéraire. La présence de Palerme dans les termes que Boccace emploie est d’une historicité remarquable. Les Normands avaient fait la conquête de la Sicile ; ils s’étaient rendus maîtres de Palerme en 1071. Une « conséquence spectaculaire de l’établissement des Latins » sur la Sicile

  • 84 Jacques Heers, La ville au Moyen âge en Occident, Paris, Hachette, “Pluriel”, 1997, pp. 93-94.

fut le développement, relativement tardif et progressif certes, d’un appareil marchand, développement suscité par l’essor des relations maritimes avec les ports de la Méditerranée, tant en Occident qu’en Orient, par les exportations de produits agricoles, grains surtout, par l’arrivée de marins, négociants puis financiers étrangers. Les loges marchandes, entrepôts et auberges, pour les voyageurs, bourses des affaires et des assurances, dressaient leurs murs sévères dans les rues au sud du Cassaro : loges des Génois, des Pisans, des Catalans. […] Ces marchands firent construire de grandes maisons, fonctionnelles, certes, mais de bonne taille, inspirées d’architecture lombardes ou toscanes qui tranchaient décidément sur l’habitat voisin traditionnel. Cela surtout lorsque les Toscans, dans les années 1300, nombreux dans les environs immédiats du port, élevèrent, entre autres belles demeures, l’hôtel des Peruzzi, l’Hospicium Societatis Peruciorum, symbole de la puissance de ces grandes compagnies florentines qui, après Naples, étendaient maintenant leur réseau d’affaires à toutes les places de l’Occident méditerranéen.84

  • 85 Jacques Rossiaud, La prostitution médiévale, Paris, Flammarion, “Champs”, 1988, pp. 22-23 et 204- (...)

71Le texte de Boccace donne ensuite la représentation, fort explicite et sans fausse pudeur, d’une manœuvre de racolage. La logique du possible narratif est ici organisée autour de l’existence d’un établissement de bains publics, qui n’est pas davantage décrit pour lui-même mais qui renvoie à une réalité extérieure au récit suffisamment connue85 pour ne pas exiger une représentation détaillée. Boccace a eu pour public la bourgeoisie marchande, et tout lecteur coopératif savait bien assez ce qu’il en était :

  • 86 « avvenne che una di queste barbiere, che si facea chiamare madama Iancofiore, avendo alcuna cosa (...)

il advint que l’une de ces tondeuses, qui se faisait appeler madame Blanchefleur, ayant eu des informations à son sujet, jeta sur lui son dévolu. Il remarqua le manège et, estimant que c’était une grande dame, il crut lui plaire en raison de sa beauté ; aussi résolut-il de mener à bien cette idylle en toute discrétion. Sans en souffler mot à personne, il se mit à passer et repasser devant la maison de la belle. Celle-ci, qui s’en était aperçue, après l’avoir pendant quelques jours enflammé par ses regards, feignant de se consumer pour lui, lui envoya secrètement une de ses servantes qui connaissait fort bien l’art du maquerellage. Cette femme, avec quasiment les larmes aux yeux, lui dit après bien des préambules que, par sa beauté et sa séduction, il avait subjugué sa patronne au point qu’elle n’avait de repos ni le jour ni la nuit ; c’est pourquoi elle désirait ardemment avoir avec lui une entrevue secrète dans un établissement de bains.86

  • 87 « di che egli accorgendosi, estimando che ella fosse una gran donna, s’avvisò che per la sua bell (...)
  • 88 « essendo egli bianco e biondo e leggiadro molto, e standogli ben la vita », ibidem.

72Dans le cas de l’établissement de bains – les étuves –, comme dans celui de l’auberge – la taverne –, on se trouve en présence d’un topos qui sert de nœud dans le récit, comme on parle de nœud ferroviaire : un point, ici un point du texte, qui sert d’embranchement à la logique des possibles narratifs. Ce point du texte, ce point d’embranchement est fonctionnellement important, mais ne présente aucun intérêt comme chose en soi. En ce point du texte, des gens se rencontrent, des destinées se nouent ou se dénouent, les cours de certaines vies prennent tel embranchement comme par l’action d’un aiguillage. Avec le personnage de Salabaetto, le récit met en scène un jeune marchand sot, parce que présomptueux et fort imprudent, ce qui est le défaut le plus contraire aux vertus de l’homme d’affaires. Salabaetto est sot parce que lui, un Florentin, se trouve dans une ville qu’il ne connaît pas, Palerme, et qu’il a la présomption de se figurer qu’une certaine dame Blanchefleur, qui ne le connaît pas, serait prise de désir pour lui, alors qu’en fait elle a jeté son dévolu sur lui parce qu’elle a eu des informations à son sujet : « Il remarqua le manège et, estimant que c’était une grande dame, il crut lui plaire en raison de sa beauté »87. Il est présomptueux, en croyant qu’il lui suffit d’être bien de sa personne pour faite naître une idylle : « Comme il avait le teint clair, les cheveux blonds, qu’il était fort séduisant et qu’il avait la taille bien prise »88.

  • 89 « rozzo e poco cauto », Decameron, II, 5, 3.
  • 90 « messisi in borsa cinquecento fiorin d’oro », Decameron, II, 5, 3.
  • 91 « con tanti pannilani che alla fiera di Salerno gli erano avanzati, che potevano valere un cinque (...)
  • 92 « parendogli essere un bel fante della persona, s’avvisò questa donna dover di lui essere innamor (...)
  • 93 « estimando che ella fosse una gran donna », Decameron, VIII, 10, 10.

73Le marchand Salabaetto partage la même présomption et la même imprudence avec un autre marchand, lui aussi jeune, inexpérimenté, Andreuccio da Perugia, dont le portrait moral est tracé en peu de mots : « mal dégrossi et peu prudent »89. Un autre subtil indice les rapproche fortement : Andreuccio voyage pour affaires avec cinq cents florins d’or90, Salabaetto voyage « avec un lot de draps de laine qui lui étaient restés après la foire de Salerne et dont la valeur s’élevait à environ cinq cents florins d’or »91. Leur inexpérience fait qu’ils ne songent pas un instant à la convoitise que ne peut manquer de susciter un telle somme en bonnes pièces d’or, pas plus qu’ils ne se doutent que des prostituées excellent à tondre les naïfs comme eux. Leur présomption leur fait croire à la toute-puissance de leur physique sur le désir des femmes, Andreuccio « se jugeant très séduisant, il s’avisa que cette dame avait dû s’éprendre de lui »92. Leur sottise leur fait prendre des prostituées pour des dames, Salabaetto « estimant que c’était une grande dame »93.

  • 94 Andreuccio est abordé à son auberge par une jeune servante de la part d’une prétendue grande dame (...)
  • 95 « l’amorose fiamme avevano gran parte del debito conoscimento tolto », Decameron, VIII, 10, 32.

74Le récit tourne autour de cette situation-type : un homme d’affaires jeune, inexpérimenté, loin de chez lui, seul, présomptueux, imprudent, quand il est accosté par une femme à son auberge ou un autre lieu mal famé ne peut qu’être une bonne dupe qu’il sera aisé d’attraper comme un pigeon94. Comme le fait observer le conteur Dioneo, au sujet de Salabaetto : « ses ardeurs amoureuses avaient fait perdre une bonne partie de sa clairvoyance »95. Dans la logique des possibles narratifs de tels récits, l’établissement de bains et l’auberge ne présentent aucun intérêt en soi. En revanche, tout l’intérêt est habilement concentré sur l’apprentissage par lequel Andreuccio comme Salabaetto passent, sur le chapitre de la perspicacité à l’égard des femmes et, plus encore, sur celui de la prudence et de la prévision des risques.

75Le Décaméron n’est pas simplement le texte où l’on assiste à l’entrée de l’auberge dans la littérature italienne. C’est aussi le texte où l’auberge devient le lieu où une intrigue policière connaît son temps fort, la résolution d’une énigme criminelle.

76La nouvelle 7 de la IIIe journée est, à bien des égards, un petit roman policier. L’histoire se passe à Florence : le cadre est donc la ville, avec ses activités économiques prospères, son mouvement, ses turpitudes, ses secrets. C’est une histoire d’amour, de moine hypocrite, de meurtre, de rumeurs qui courent, de fausses accusations. Ce n’est pas devant le juge ou grâce aux investigations de policiers que l’énigme trouve sa solution. C’est dans une auberge, grâce la nature de l’auberge : sa disposition, sa fonction. Un jeune noble florentin, Tedaldo degli Elisei, a une liaison fort satisfaisante avec dame Ermellina, l’épouse d’un certain Aldobrandino Palermini. Brutalement, sans motif, sans explication, dame Ermellina rompt tout commerce avec Tedaldo. Ayant perdu son amour sans savoir pourquoi, Tedaldo sombre dans le chagrin et la mélancolie. Sans rien dire à ceux qui le connaissent, il réunit l’argent dont il dispose et part en exil. Il se met au service d’un riche marchand et, en sa compagnie, gagne l’île de Chypre. Le riche marchand apprécie grandement le comportement et les manières de Tedaldo, le prend pour associé, et Tedaldo devient rapidement un homme d’affaires riche.

  • 96 « a uno alberghetto di due fratelli che vicino era alla casa della sua donna. », Decameron, III, (...)

77Au bout de sept ans, Tedaldo entend par hasard dans Chypre une chanson composée par lui pour chanter, au temps de son amour à Florence, le bonheur d’aimer et d’être aimé. Tedaldo estime que si cette chanson est encore chantée après tant d’années, Ermellina ne peut l’avoir oublié. Il règle ses affaires et revient incognito à Florence. En secret, sous l’habit d’un pèlerin de retour du Saint Sépulcre, il choisit de s’installer « dans une petite auberge tenue par deux frères, non loin de la maison de sa dame »96. Il découvre, stupéfait, que la demeure de sa dame est fermée, sans aucun signe de vie. Il a l’impression qu’elle est morte ou qu’elle s’est installée ailleurs. Il aperçoit ses propres frères tout de noir vêtus. Un cordonnier lui apprend qu’ils portent le deuil de leur frère Tedaldo qui, absent de la ville fort longtemps, a été retrouvé quinze jours plus tôt mort. Ses frères ont accusé de ce meurtre Aldobrandino Palermini, mari trompé jaloux, qui a tué Tedaldo revenu secrètement pour être avec Ermellina. L’intrigue policière est nouée : Tedaldo apprend qu’il est donné pour assassiné et que le mari de sa maîtresse est accusé du meurtre ; Tedaldo est stupéfait en comprenant qu’un sosie a donc pu tellement lui ressembler que ses propres frères ont pris le sosie pour Tedaldo. Mais il apprend aussi, avec joie, que celle qu’il aime est vivante, saine et sauve.

  • 97 « essendo già notte, pieno di varii pensieri se ne tornò all’albergo », Decameron, III, 7, 12
  • 98 C’est nous qui soulignons.
  • 99 Gérard Genette, Vraisemblance et motivation, in Figures II, cit., p. 92. Gérard Genette complète (...)

78Un détail du récit mérite alors toute l’attention du lecteur, le texte précisant « comme la nuit était déjà tombée, il rentra à son auberge tournant et retournant mille pensées dans sa tête »97. Ce n’est, certes, qu’un détail, mais c’est un ressort de l’intrigue. D’abord parce que l’auberge devient le lieu où l’esprit de Tedaldo est le siège d’une intense cogitation : il agite dans son esprit toutes sortes de pensées, pour chercher à comprendre, tenter d’y voir clair, imaginer sans doute une conduite, au minimum savoir quoi penser : « il rentra à son auberge tournant et retournant mille pensées dans sa tête »98, précise le récit. Cette intense cogitation pourrait être simplement située dans l’auberge, et ce ne serait après tout que la banale expression de l’arbitraire du récit. Comme l’a fait observer Gérard Genette, « Il faut partir, comme d’une donnée fondamentale, de cet arbitraire du récit déjà nommé, qui fascinait et repoussait Valéry, de cette liberté vertigineuse qu’a le récit, d’abord, d’adopter à chaque pas telle ou telle orientation »99.

79Or, cette cogitation, qui est désormais un stéréotype de la littérature policière (cogiter, agiter mille pensées dans son esprit, afin de résoudre l’énigme), n’est pas simplement située dans l’espace de l’auberge. Elle est carrément motivée par la nature même de l’auberge, selon une motivation restreinte, pour reprendre les termes de Gérard Genette. En effet, le texte de Boccace précise ceci, qui est loin d’être insignifiant :

  • 100 « e poi che cenato ebbe insieme col fante suo quasi nel più alto della casa fu messo a dormire. Q (...)

quand il eut dîné en compagnie de son serviteur, on lui donna une chambre dans la partie la plus haute de la maison. Et là, les nombreuses pensées qui l’assaillaient, la médiocrité du lit et peut-être la maigre chère qu’il avait faite, le tout conjugué faisait que la moitié de la nuit s’était déjà écoulée que Tedaldo n’avait toujours pas trouvé le sommeil.100

80Il est de peu d’intérêt de rechercher ici un réalisme ou un pittoresque dans la description du fonctionnement d’une auberge florentine : médiocrité du lit et pauvreté de la table motivent bien plus la logique du récit qui va suivre qu’elles ne nous informent sur une réalité matérielle précise. Dira-t-on que c’est là un document sur la mauvaise qualité de la literie dans les auberges ? Certes non, car ce serait une extrapolation à laquelle aucun commentateur ne se risquerait. Dira-t-on que nous avons là un document sur le fait que l’on mangeait mal dans les auberges ? Pas davantage, et pour la même raison.

81En revanche, cette double détermination, de bien peu d’intérêt du point de vue documentaire, est une surdétermination à court et moyen terme dans la logique du récit. À court terme, c’est parce que le lit est inconfortable et parce que le dîner a été trop maigre que Tedaldo n’a pas trouvé le sommeil et que ses sens sont encore bien éveillés. La motivation par laquelle Tedaldo est bien éveillé en plein milieu de la nuit, car motivation il y a, aurait fort bien pu consister en l’intense cogitation de Tedaldo au sujet de sa maîtresse, la veuve Ermellina, au sujet du chagrin de ses quatre propres frères, au sujet de l’énigme incompréhensible qu’était le fait que lui Tedaldo, pourtant bien vivant et de retour à Florence depuis peu de jours, était considéré comme mort et assassiné depuis quinze jours. Boccace n’exploite aucune de ces motivations psychologiques et affectives. Il motive l’insomnie et l’intense cogitation par la nature toute contingente de ce mauvais dîner et de ce mauvais lit dans cette auberge-là à ce moment-là. Il faut se souvenir des différents rôles qui sont attribués à l’auberge pour s’apercevoir que Boccace tient à mettre en lumière le rôle joué par l’auberge, sous couvert de ce double petit détail vrai – mauvaise chère, mauvais lit –, mais qui relève bel et bien de l’arbitraire du récit.

82À moyen terme, c’est parce qu’on lui a donné une chambre dans la partie la plus haute de l’auberge qu’il va pouvoir être le témoin auditif et oculaire d’une conversation qui révélera l’identité du véritable meurtrier et permettra de résoudre l’énigme policière. Cette motivation du récit est tellement restreinte qu’elle dévoile l’arbitraire de l’écrivain : Tedaldo va être témoin d’une révélation parce qu’on lui a donné une chambre dans la partie la plus haute de l’auberge. Mais si on lui a donné cette chambre, c’est parce qu’il fallait bien qu’il en fût ainsi. Les ingrédients d’une littérature policière sont ici réunis : minuit, du bruit, des inconnus qui descendent depuis le toit de la maison, une fente dans la porte de la chambre, la lumière d’une lanterne, Tedaldo qui sort de son lit, s’approche de cette fente et découvre à travers elle trois hommes descendus du toit de l’auberge en conversation secrète avec une très belle jeune femme tenant la lanterne. Le lecteur, pris depuis le début de la nouvelle par les aventures de Tedaldo, suit le récit en adoptant le point de vue de Tedaldo. Du coup, le lecteur ne prend pas conscience que Tedaldo devient le témoin caché d’une scène qui braque désormais la lumière – en l’occurrence celle de la lanterne dans l’obscurité du milieu de la nuit – non plus sur Tedaldo mais sur les nouveaux venus, qui deviennent – le temps d’une scène – les nouveaux protagonistes. Le passage d’un récit qui était fait du point de vue de Tedaldo à un récit dans lequel Tedaldo n’est que personnage secondaire et témoin occulte correspond à une habile modulation du point de vue narratif.

83C’est alors qu’advient le dévoilement de l’énigme. L’un des trois hommes s’adresse à la belle jeune femme en ces termes :

  • 101 « Noi possiamo, lodato sia Idio, oggimai star sicuri, per ciò che noi sappiamo fermamente che la (...)

Dieu soit loué, nous pouvons aujourd’hui nous considérer en sécurité, car nous savons de source sûre que les frères de Tedaldo ont prouvé que la responsabilité de sa mort incombait à Aldobrandino qui a avoué d’ailleurs, et la sentence est déjà consignée par écrit : il nous faut néanmoins garder le silence, car si quelqu’un venait à savoir que nous sommes les assassins, nous courrions le même danger qu’Aldobrandino.101

84Cette révélation est certes un procédé de coup de théâtre. Mais cette révélation est subtilement exploitée dans le récit. Car la révélation à elle seule ne règle rien. Encore faut-il que Tedaldo soit capable de s’en servir, et judicieusement. Or, à cet égard, Boccace instaure une opposition radicale entre Tedaldo et les trois Florentins, Martellino, Stecchi et Marchese que l’on a déjà rencontrés dans la première nouvelle de la IIe journée. Dans leur auberge, les trois compères imaginent un plan d’action. Mais, parce qu’ils sont d’une insondable et indécrottable sottise, ils vont provoquer une situation catastrophique pour eux-mêmes. Tedaldo, au contraire, est non seulement intelligent mais aussi et surtout noble de cœur et de comportement.

85On le voit, aussitôt après dans le récit, par ce qui est dit de Tedaldo, et qui est inattendu : Tedaldo est plongé dans une profonde et douloureuse méditation sur les erreurs dans lesquelles peuvent tomber les esprits. D’abord ses propres frères, qui ont pleuré et enterré un étranger à sa place, ensuite l’innocent accusé à tort, et l’aveuglement des lois et des juges qui, par l’usage de la torture, font avouer n’importe quoi. À la suite de quoi, ses pensées vont à Aldobrandino : loin de se réjouir de l’élimination d’un rival, Tedaldo ne songe plus qu’à sauver l’innocent et conclut sa réflexion par un plan d’action visant à arracher l’innocent Aldobrandino à la peine capitale :

  • 102 « Tedaldo, udito questo, cominciò a riguardare quanti e quali fossero gli errori che potevano cad (...)

Tedaldo, qui avait tout entendu, se mit à réfléchir aux erreurs qui abusent les esprits des hommes, à leur nombre et à leur gravité, pensant tout d’abord à ses frères qui avaient pleuré et enterré un étranger à sa place, puis à cet innocent soupçonné, accusé à tort, et que la déposition de faux témoins allait envoyer à la mort, et enfin à l’aveugle sévérité des lois et des juges qui, en investigateurs zélés pour ainsi dire des erreurs, font souvent avouer par de cruelles tortures le contraire de la vérité, tout en se disant ministres de la Justice et de Dieu, alors qu’ils ne sont que les serviteurs du diable et les exécuteurs d’iniquités. Après quoi sa pensée courut à Aldobrandino qu’il fallait sauver et il décida ce qu’il allait faire.102

  • 103 Ainsi Montesquieu, chapitre De la torture ou question contre les criminels : « Parce que les homm (...)

86Ces réflexions par une nuit d’insomnie, dans le mauvais lit d’une auberge, contiennent une remarquable critique de la torture. Boccace y fait l’économie du pathétique et place le sujet sur le terrain de l’absurdité : la torture fait souvent avouer le contraire de la vérité. Sur ce point, le texte de Boccace est un précurseur des traités De l’esprit des lois et Dei delitti e delle pene103.

87Ce qui est le plus important, c’est que l’auberge, par elle-même, n’est pas un lieu de miracle, n’a aucun pouvoir magique : du point de vue de son efficacité, elle est neutre. Sa transitivité quant à son efficacité est à l’image de sa transitivité quant au passage des voyageurs qu’elle héberge. Il y a ceux qui, comme Martellino, Stecchi et Marchese ou Guccio Imbratta sont sots en entrant à l’auberge et le restent en la quittant. Il y a ceux qui, comme Tedaldo, sont sages et nobles d’esprit et de cœur avant et après leur séjour à l’auberge. Il y a ceux qui, comme Andreuccio, ne sont pas encore déniaisés en arrivant à l’auberge et qui quittent l’auberge en ayant appris la sagesse, en ayant tiré profit de ce lieu qui se révèle un point de passage important dans un itinéraire de formation. Dans les trois cas, l’auberge est aussi un lieu où se révèle l’étoffe des personnages. Agissant avec prudence et perspicacité, Tedaldo réussit à savoir la raison pour laquelle Ermellina s’est brutalement refusée à son amour, il retrouve l’amour de sa dame, il innocente et sauve Aldobrandino, il permet le châtiment des véritables assassins, il fait la lumière sur son sosie, un certain Faziuolo da Pontriemoli.

  • 104 « poste le lor cose a uno albergo », Decameron, II, 1, 7.
  • 105 « A Marchese e Stecchi piacque il modo : e senza alcuno indugio usciti fuor dall’albergo », Decam (...)

88Il y a l’auberge alléguée comme le lieu où des sots ourdissent un stupide plan d’action et où, par procédé de renversement, l’aubergiste est celui qui, avec intelligente et efficacité, dénoue favorablement une situation catastrophique créée par ce stupide plan d’action. Trois Florentins, histrions de leur état, Martellino, Stecchi et Marchese, sont de passage à Trévise où vient de mourir Arrigo, un homme en odeur de sainteté. C’est dans l’auberge où il sont descendus en arrivant à Trévise – « après avoir déposé leurs affaires dans une auberge », précise le texte104, créant un effet de réel par ce petit détail vrai et donnant à l’auberge un rôle dans la logique du récit – que les trois compères décident un stupide plan d’action pour approcher de la dépouille du saint homme. Martellino se fera passer pour un paralysé, en contorsionnant son corps, et prétendra ensuite n’être plus paralysé et avoir été guéri par le saint. Leur séjour à l’auberge ne dure que le temps de mettre au point ce stupide plan. Le texte précise – or aucune information n’est insignifiante dans une nouvelle, qui exige l’art de la concision et de la densité – « Marchese et Stecchi approuvèrent le procédé et ils sortirent de l’auberge sans plus tarder »105. Soutenu par ses deux compères, qui clament « place ! place ! », le faux infirme est placé sur le corps du mort en odeur de sainteté. Martellino, avec ses talents d’acteur, détend peu à peu tout son corps, et la foule pousse une immense clameur à la louange du mort, dont la sainteté ne fait plus aucun doute après un tel miracle. Malheureusement, Martellino est reconnu par un autre Florentin qui le connaissait fort bien. Démasqué comme imposteur, il encourt la condamnation à mort par pendaison pour blasphème.

  • 106 « che questo che io dico sia vero, ve ne può far chiaro l’uficial del signore il quale sta alle p (...)

89Le premier plan d’action stupide est complété et corrigé par un nouveau plan d’action, tout aussi stupide que le premier mais qui va déboucher sur une situation catastrophique. Marchese a l’idée d’accuser Martellino d’être un voleur de bourse, en se figurant fort sottement qu’une accusation – de vol – peut exonérer d’une autre accusation – le blasphème. La foule amplifie cette dénonciation et accuse Martellino d’avoir commis des vols depuis plusieurs jours. Devant le juge, qui l’a fait torturer, Martellino fonde sa défense en faisant valoir qu’il ne peut avoir volé depuis plusieurs jours puisqu’il vient tout juste d’arriver dans la ville, comme peut en témoigner l’aubergiste : « Que cela soit vrai, l’officier du podestat qui est chargé du contrôle des entrées en ville peut en témoigner, ainsi que son registre, et mon aubergiste de même »106.

90Le lecteur pourrait s’attendre, en bonne logique, à ce que l’officier du podestat et son registre – une pièce officielle tout à fait recevable devant un tribunal – provoquent le dénouement heureux. Il n’en est rien. De l’officier du podestat et de son registre, il n’en est plus du tout question. C’est bien l’aubergiste, et l’aubergiste seul, qui dénoue la situation – farcesque autant que dramatique – et achemine vers un happy end :

  • 107 « con ogni sollecitudine dandosi attorno e l’oste loro ritrovato, come il fatto era gli raccontar (...)

se démenant en toute hâte, ils allèrent trouver leur aubergiste et le mirent au courant des faits. Tout en riant, celui-ci les mena chez un certain Sandro Agolanti, qui résidait à Trévise et avait grand crédit auprès du podestat. Lui ayant tout raconté, l’aubergiste et les deux compères le prièrent de s’occuper de l’affaire de Martellino. Après avoir bien ri, Sandro se rendit chez le podestat et obtint qu’on envoyât chercher Martellino, et ainsi fut fait. Ceux qui y allèrent le trouvèrent encore en chemise devant le juge, perdu et terrorisé, parce que le magistrat ne voulait rien entendre pour sa décharge […] il était tout à fait décidé à le faire pendre et ne voulait en aucune façon le rendre au podestat ; jusqu’au moment où, à son grand dépit, il y fut tout de même contraint.107

91Non seulement l’aubergiste est un témoin précieux, honorable et digne de foi, mais aussi et surtout c’est lui qui sauve la vie de Martellino qui, par sa sottise, s’était mis dans une situation catastrophique. Comme on parle de nœud ferroviaire, on peut parler ici d’un nœud de l’action, d’un aiguillage ou embranchement dans la logique des possibles narratifs. Avec la fin de cette nouvelle, la fonction de l’auberge s’est déplacée vers l’aubergiste, par une figure clairement métonymique, dont on se doute aisément qu’elle est réversible : l’aubergiste pour l’auberge, l’auberge pour l’aubergiste.

  • 108 « En sémiotique littéraire, on désigne par ce terme toute personne, tout groupe de personnes, tou (...)

92Il est évident que les deux sont fonctionnellement importants, décisifs, mais ne présentent aucun intérêt comme chose en soi. L’aubergiste n’est pas à proprement parler un personnage, puisque nous n’avons de lui aucune description physique ou morale, ni aucun propos directement ou indirectement rapporté. L’aubergiste est un pur actant108. Il n’est qu’un mot, oste, tout comme l’auberge n’est qu’un mot, albergo. L’auberge et l’aubergiste sont mentionnés et jouent un rôle non en qualité de réalité architecturale, économique, sociale ou en qualité de personne, mais en tant qu’actant qui occupe une fonction bien précise dans une intrigue.

93Dans la fin de la nouvelle de Martellino, c’est la fonction d’adjuvant qui est mise en œuvre. Dans la nouvelle de ser Cepparello, au début des nouvelles de Martellino et d’Andreuccio da Perugia comme dans la nouvelle de Salabaetto avec l’établissement de bains, le lieu de mauvaise vie et le lieu où se noue l’intrigue qui tourne mal sont un actant qui occupe la fonction d’opposant voire d’obstacle.

94À l’intérieur d’une même nouvelle, l’auberge peut occuper une fonction puis la fonction contraire. L’auberge occupe une fonction d’opposant, pour ne pas dire d’obstacle, avec Martellino et ses deux compères quand ils mettent au point dans leur auberge un plan d’action stupide qui va entraîner une situation désespérée : l’auberge n’est alors nullement le lieu de l’intelligence, de la sagesse, de la prudence. Ensuite l’auberge occupe une fonction d’adjuvant, avec le dénouement heureux que provoque l’aubergiste. Que l’inversion de fonction soit possible est un indice de l’importance de l’auberge du point de vue non certes du reflet du réel, mais du point de vue de la production du texte.

  • 109 « oltre alla speranza di tutti e tre di così gran pericolo usciti, sani e salvi se ne tornarono a (...)

95Ce qui donne à réfléchir, du reste, ce n’est pas tellement le fait que l’auberge soit le lieu où tout s’engage mal ou bien le lieu où tout se termine bien, mais c’est la transitivité de l’auberge. Cette transitivité n’est pas exploitée de manière radicalement arbitraire : la fonction d’obstacle correspond au comportement de clients sots, tandis que la fonction d’adjuvant correspond à l’attitude sage et à l’intelligence pratique de l’aubergiste et des clients qui sont perméables à cette sagesse. La leçon la plus prégnante est, en effet, que certains passent par l’auberge et effectuent, à l’occasion de ce passage, leur éducation, alors que d’autres ne sont ni plus prudents ni plus avisés après leur passage qu’ils ne l’étaient auparavant. Certes, Martellino sauve sa tête au sens propre, et lui et ses compères « outre la joie d’avoir échappé à un aussi grand péril, ils s’en retournèrent chez eux sains et saufs »109, mais rien n’indique qu’ils aient gagné en prudence, en jugement : au sortir du récit, le gain en sagesse ou en intelligence est nul, ou du moins ne donne pas lieu à évaluation dans le récit.

  • 110 « Va e sappi se il tuo san Giuliano questa notte ti darà buono albergo », Decameron, II, 2, 13.

96L’inversion de sens de la fonction que peut occuper l’auberge se retrouve, dans des conditions légèrement différentes, dans la nouvelle du marchand Rinaldo d’Asti. Rinaldo a révélé le rite qui lui est cher chaque fois qu’il sort de son auberge, le matin avant de reprendre sa route : il prie saint Julien de lui procurer bonne auberge pour la nuit suivante. On peut se demander quelle est l’utilité de cette curieuse, et à première vue insignifiante, pratique. Or Rinaldo est agressé par des brigands, détroussé de tout, abandonné à pied et en chemise. Ajoutant la dérision à l’agression, les brigands s’éloignent en lui disant : « Va et tâche de savoir si ton cher saint Julien te donnera bonne auberge cette nuit »110.

  • 111 « Il fante di Rinaldo veggendolo assalire, come cattivo, niuna cosa al suo aiuto adoperò, ma volt (...)

97La nouvelle se développe ensuite sur ce défi. Le valet de Rinaldo, au lieu de secourir son maître, prend la fuite : « Le valet de Rinaldo, sitôt qu’il le vit attaqué, en lâche qu’il était, ne fit rien pour lui porter secours ; ayant tourné bride, il galopa jusqu’à Castel Guglielmo et, entré là pour le soir, sans se soucier davantage, il s’installa à l’auberge »111. L’auberge est alléguée, accréditée, mais n’est nullement présente dans la vérité de son existence matérielle. Du point de vue du domestique, elle est le refuge, le lieu de la sécurité.

  • 112 « Ma san Giuliano, avendo a lui riguardo, senza troppo indugio gli apparecchiò buono albergo. », (...)

98Le récit se poursuit par une intéressante intrusion du narrateur Filostrato dans son récit. Il insère le commentaire suivant : « Mais saint Julien, pris de pitié, sans trop tarder lui procura bonne auberge »112. Le Décaméron est certes une œuvre sérieuse, mais, à l’évidence, ce n’est pas une œuvre d’édification religieuse. On ne peut voir ici aucune apologie du miracle ou du rôle salutaire des saints de l’Église. Du reste, il s’agit ici d’une dévotion toute populaire et qui participe du folklore superstitieux.

99Mais le texte de Boccace joue sur le sens du terme albergo, qui passe du sens spécifique de “auberge” à celui générique de “gîte”, logement pour dormir. Ce changement de sens, parce que dans la conscience linguistique du locuteur français il correspond à un changement de mots qui n’ont pas même étymologie, pourrait sembler arbitraire. Il n’en est rien, si l’on se souvient que albergo est un dérivé d’un gothique reconstitué *haribairg signifiant “logement pour l’armée”. Une intrusion du narrateur dans sa narration met souvent en relief un mécanisme du fonctionnement du texte. Ici, l’intrusion du narrateur dans son récit mime l’oralité qui appartient à la fiction de la nouvelle-cadre, mais souligne tout autant le fait que l’on se trouve à un aiguillage, à un tournant du récit. Dans le passage que nous considérons, c’est le mot albergo qui sert d’aiguillage.

  • 113 « rimaso in camiscia e scalzo, essendo il freddo grande e nevicando tuttavia forte […] tremando e (...)
  • 114 « e ‘l triemito che Rinaldo faceva, il quale pareva diventato una cicogna », Decameron, II, 2, 22

100Plus que d’un aiguillage dans l’itinéraire existentiel de l’infortuné Rinaldo, il s’agit d’un aiguillage vers le merveilleux du conte et vers une situation exploitée dans la littérature narrative antérieure au Décaméron dont il a déjà été question : l’hospitalité offerte par une grande dame à un marchand de passage. Au bénéfice du glissement de sens du terme albergo, le texte de Boccace renvoie à une littérature antérieure, non point comme à un modèle à imiter – car le Décaméron innove profondément – mais pour en modifier le sens. L’infortuné Rinaldo, à pied et en chemise, parvient à un bourg à la nuit tombée, par grand froid, sous une neige qui tombe à gros flocons : il « tremblait de tout son corps et claquait des dents »113. La nouvelle offre cette savoureuse image d’un Rinaldo qui claque des dents comme une cigogne claque du bec114.

101À partir de là, la nouvelle se poursuit comme un conte et fait large usage de motifs merveilleux du conte. Ce glissement vers un certain merveilleux a été subtilement préparé de loin par le nom donné au protagoniste : Rinaldo est, à l’origine, le nom italianisé de Renaud (de Montauban), héros d’un poème épique anonyme de la fin du XIIe siècle, parfois nommé Les quatre fils Aymon, qui fait un large usage du merveilleux, avec notamment Maugis l’enchanteur et le cheval merveilleux Bayard.

102Une noble dame veuve, très belle, qui a pour amant le marquis d’Azzo, a fait préparer un somptueux dîner et un bain en l’honneur du marquis qui doit venir passer la nuit avec elle. Au dernier moment, le marquis est retenu par des affaires urgentes de la plus haute importance. La dame, déçue et frustrée, entre seule dans le bain qui a été préparé, et qui par hasard se trouve non loin d’une porte dérobée près de laquelle le malheureux Rinaldo pleure de froid au-dehors. La dame entend les pleurs, envoie une servante s’enquérir de la situation. La servante et sa maîtresse sont prises de pitié. La dame ordonne à sa servante de faire entrer dans la demeure Rinaldo par la porte en question, fort discrète, qui servait aux visites secrètes de son amant, le marquis. Elle offre à Rinaldo des vêtements de son défunt mari, lesquels semblent faits sur mesure pour Rinaldo. La noble dame invite Rinaldo à partager avec elle le somptueux dîner qui est préparé, près d’un grand feu qu’elle fait allumer pour réchauffer le malheureux a demi-mort de froid, non sans lui faire raconter par le détail et dans l’ordre ses mésaventures.

  • 115 « e già, per lo marchese che con lei doveva venire a giacersi, il concupiscibile appetito avendo (...)

103Rinaldo est de haute taille, beau, d’un visage avenant, de belles et gracieuses manières. La dame avait plusieurs fois jeté ses regards sur lui et, comme le marquis aurait dû coucher avec elle, « ses sens en éveil, elle l’avait agréé dans son esprit »115. Seul le merveilleux du conte permet un tel renversement de mauvaise à bonne fortune pour ce qui concerne Rinaldo. Du coup, la noble et belle veuve pousse l’hospitalité jusqu’à ouvrir ses bras et son lit à Rinaldo, ce qui n’est pas sans rappeler la situation exploitée dans la nouvelle LXII du Novellino, Qui conta una novella di messere Ruberto, et dans l’une des nouvelles du manuscrit “Panciatichiano 32”.

104La nouvelle de Rinaldo d’Asti est en deux parties, ménageant une inversion de sens de la fonction que peut occuper l’auberge par le biais du passage au conte et par la rencontre avec le thème de l’auberge tel qu’il était exploité – maigrement – dans la littérature narrative antérieure.

105La nouvelle d’Alessandro et la fille du roi d’Angleterre est, à cet égard, encore plus significative. La nouvelle est clairement composée de deux parties : la première partie (jusqu’au paragraphe 16) est une reconstitution historique du milieu des hommes d’affaires et de l’économie ; la seconde partie est consacrée au récit d’aventures où apparaissent certains thèmes typiques du conte (du paragraphe 17 jusqu’à la fin de la nouvelle).

  • 116 « tutte le cose, le quali noi scioccamente nostre chiamiamo, sieno nelle sue mani, e per consegue (...)
  • 117 Dans son commentaire, Vittore Branca affirme : « Come in molti scrittori medioevali, anche nel Bo (...)

106Elle est précédée d’un important exorde de la narratrice Pampinea, principalement consacré à l’action de la Fortune : « toutes les choses que sottement nous appelons nôtres sont entre ses mains et […], par conséquent, selon son mystérieux jugement, sans aucun répit, de l’un à l’autre et de celui-ci à celui-là, tour à tour et sans aucune logique qui soit connue de nous, par la Fortune elles sont échangées »116. La pensée de Boccace sur la question de la Fortune ne se résume certes pas à cet exorde. Elle n’est pas aussi simple que certains critiques ont pu parfois le dire117.

107Ainsi, dans la nouvelle d’Alessandro et la fille du roi d’Angleterre, la notion de fortuna est appliquée à des réalités de nature bien différente. Cette profonde différence ne pouvait échapper à Boccace. Dans la première partie de la nouvelle, la notion de fortuna est appliquée à des mécanismes économiques précis, dans un contexte historique bien déterminé. Nombre de nouvelles, celles de Ser Cepparello, Rinaldo d’Asti, Landofo Rufolo et la quasi totalité des nouvelles de la IIe journée, la nouvelle de Salabaetto, et bien d’autres, montrent à l’évidence que Boccace, tout en cultivant magistralement l’art du récit d’imagination, est parfaitement au courant des mécanismes bien réels, techniques, du monde des affaires et des pratiques des mercatores de son temps. C’est précisément parce que Boccace fait, dans son livre, une large place à ces techniques et à ces pratiques que le Décaméron peut, à bon droit, être tenu pour la « scintillante epopea mercantesca », la « chanson de geste dei paladini di mercatura ». Si le livre ne représentait pas – ou pas correctement – ces aspects de la réalité économique, sociale et comportementale, les périphrases que l’on vient de rappeler n’auraient aucune pertinence.

108Certes, Boccace peut bien appliquer la notion de fortuna à des mécanismes économiques précis et bien connus, il ne peut toutefois ignorer qu’il s’agit de mécanismes, connaissables à l’avance sur la base de l’expérience acquise dans la pratique même des affaires, et qui peuvent être l’objet de calculs prévisionnels, en bonne gestion. Or Boccace applique cette notion de fortuna d’abord à la crise dont furent victimes les hommes d’affaires florentins en Angleterre, notamment à cause de la guerre qui opposa de 1173 à 1181 le roi d’Angleterre Henri II (1154-1189) et son fils aîné Henri. Des crises étroitement liées à la situation politique étaient déjà survenues, et à plusieurs reprises, tout particulièrement au détriment des compagnies florentines, dès le début du XIVe siècle. Le hasard y avait bien peu de part, la réalité étant que presque toutes ces crises survinrent à cause de mauvaises décisions dans les alliances politiques conclues, dans les choix des débiteurs et de leur solvabilité incertaine, dans des extensions d’activité hasardeuses, dans des investissements productifs en baisse. Passée la première, la notoriété, l’ampleur, la gravité et surtout la répétition de ces crises rendaient fort difficile l’imputation de la situation à la fortuna plutôt qu’à des mécanismes économiques bien connus de ceux qui les actionnaient et plutôt qu’à la situation politique du moment, dont les acteurs économiques étaient tenus informés grâce à leur réseaux de fondés de pouvoir et de correspondants. L’auteur du livre ainsi que les bourgeois marchands qui firent le succès du Décaméron ne pouvaient, de bonne foi, attribuer à la fortuna ce qui relevait d’une réalité tout autre.

  • 118 « ristrette da’ voleri, da’ piaceri, da’ comandamenti de’ padri, delle madri, de’ fratelli e de’ (...)
  • 119 « per ciò che a loro, volendo essi, non manca l’andare a torno, udire e veder molte cose, uccella (...)

109En revanche, si l’on se replace dans la fiction de la nouvelle-cadre, un début de vraisemblance dans le recours à la fortuna se dégage si l’on songe que la nouvelle d’Alessandro est contée par Pampinea et que, en bonne logique, il n’était guère vraisemblable d’attribuer des connaissances techniques sur les mécanismes de banque et de crédit comme sur la situation internationale à une femme. En effet, le prœmio dénonce la condition de mineure imposée aux femmes par la société du temps. Pampinea, ainsi que les six autres jeunes femmes narratrices, ne sont jamais représentées ou suggérées comme étant des femmes d’affaires : une telle caractérisation aurait contredit bien trop violemment la vraisemblance possible. Recourir à la fortuna et passer sous silence des mécanismes économiques et des situations de politique étrangère correspond à un autre souci de vraisemblance, dans la mesure précisément où le livre est dédié aux femmes. Le prœmio dénonce avec force l’infériorité dans laquelle sont maintenues les femmes : « empêchées par les volontés, les plaisirs, les commandements des pères, des mères, des frères et des maris, elles restent le plus souvent recluses dans l’étroite enceinte de leurs chambres, s’y tenant assises, pour ainsi dire inoccupées »118. Boccace circonstancie, avec une précision qui est pour nous fort précieuse, la différence de traitement dont sont victimes les femmes dans la société du temps sur un point précis qu’il convient de souligner : lorsque les hommes sont affligés par quelque mélancolie ou quelque pensée douloureuse, ils disposent de mille moyens pour l’alléger ou la surmonter « puisque à volonté ils peuvent aller et venir, entendre et voir maintes choses, oiseler, chasser, pêcher, chevaucher, jouer ou commercer »119. Selon leur bon plaisir, les hommes ont la possibilité de faire des affaires (« mercatare »), mais les femmes, non. Cette dernière circonstance explique que les femmes, qu’il s’agisse de la narratrice, des auditrices ou des lectrices, sont de facto exclues de toute connaissance des mécanismes que le terme commode et convenu de fortuna nappe si bien dans le récit, sans que pour autant Boccace puisse être tenu pour dupe.

  • 120 « e quivi, presa in Londra una casetta, faccendo sottilissime spese, agramente cominciarono a pre (...)
  • 121 « Le quali spese alquanti anni aiutò lor sostenere la moneta da Alessandro lor mandata, il quale (...)

110La nouvelle raconte comment, dans un premier temps, les trois frères florentins ruinés réduisirent drastiquement leur train de vie et exploitèrent, pour se renflouer, le mécanisme financier du prêt dit à usure : « Ayant loué à Londres une petite maison et en dépensant très peu, ils commencèrent à devenir d’âpres prêteurs à usure ; et la Fortune leur fut en cela si favorable qu’en quelques années ils amassèrent une grosse somme d’argent »120. La nouvelle raconte comment, dans un second temps, leur neveu Alessandro les remplaça en Angleterre, développa l’activité bancaire, passant du stade du prêt à usure au stade du crédit à très grande échelle. Ses trois oncles, rentrés à Florence, purent vivre à nouveau dans l’opulence, grâce aux « fonds que leur envoyait Alessandro, lequel s’était mis à prêter aux barons sur leurs châteaux et leurs autres revenus, opérations qui lui rapportaient de gros bénéfices »121.

111Au contraire, dans la seconde partie de la nouvelle, la notion de fortuna est appliquée à un événement fortuit, la rencontre d’Alessandro et de la fille du roi d’Angleterre, et à ce qui s’ensuivit. Le recours à la notion de fortuna est marqué par la locution adverbiale per ventura. Alessandro

  • 122 « diliberato di tornarsi in Italia, tutto soletto si mise in cammino. E per ventura di Bruggia us (...)

ayant décidé de s’en retourner en Italie, se mit en route tout seul. Comme il quittait Bruges, par hasard il en vit sortir également un abbé tout de blanc vêtu, accompagné d’une nombreuse suite de moines et précédé d’une escorte chargée d’imposants bagages ; fermaient la marche deux chevaliers d’âge respectable et parents du roi d’Angleterre, qui, connaissant Alessandro, l’accueillirent volontiers parmi eux.122

  • 123 « e già pieno di compassion divenuto delle sue sciagure, assai familiarmente il confortò e gli di (...)

112Tout en chevauchant, l’abbé – un faux abbé, le lecteur apprend par la suite que sous ce déguisement voyage une grande princesse, la fille du roi d’Angleterre – engage la conversation avec Alessandro, s’enquiert de son identité et de sa condition. Quand il apprend qu’Alessandro a tout perdu du fait de la guerre entre le roi d’Angleterre et son fils aîné, l’abbé réconforte Alessandro en invoquant à nouveau la Fortune : « et déjà plein de compassion pour ses malheurs, très affectueusement il le réconforta et lui dit de garder bon espoir car, s’il le méritait, Dieu le remettrait dans l’état d’où la Fortune l’avait chassé, et même en plus haute position »123. Or le lecteur sait déjà parfaitement que la ruine d’Alessandro n’est nullement un effet de la Fortune, mais est la conséquence directe de la situation politique et militaire anglaise, comme cela a été relaté avec précision :

  • 124 « avvenne che, contra l’oppinione d’ogni uomo, nacque in Inghilterra una guerra tra il re e un su (...)

il advint que, contre toute prévision, une guerre éclata dans ce pays entre le roi et l’un de ses fils, de sorte que l’île se divisa en deux camps, qui tenant pour l’un et qui pour l’autre ; à cause de quoi les châteaux firent défaut à Alessandro ainsi que tous ses autres revenus. Mais comme on espérait jour après jour que la paix allait se rétablir entre le père et le fils et que, par conséquent, tout lui serait restitué, intérêts et capital, Alessandro ne se décidait pas à quitter le pays.124

  • 125 « ricchissimo cavaliere », Decameron, II, 3, 7.
  • 126 « quando esso messer Tebaldo ricchissimo venne a morte e loro, sì come a legittimi suoi eredi, og (...)

113La première moitié de la nouvelle met donc en relief le lien étroit qui existe entre richesse immobilière et richesse mobilière, c’est-à-dire entre propriété foncière et spéculation financière, dans laquelle se lançaient des familles italiennes – notamment toscanes – y compris de vieille noblesse : le début de la nouvelle précise que le grand-père d’Alessandro, Tebaldo de’ Lamberti était un « très riche chevalier »125, c’est-à-dire un noble. La tendance aux dépenses improductives (faire preuve de magnificence, dissiper son bien) et à l’investissement de capitaux dans l’acquisition de propriétés foncières, dans le seul but d’en exploiter le revenu agricole, correspond bien à une réalité historique, que le récit de Boccace enregistre avec précision. Le grand-père Tebaldo meurt en laissant toute sa fortune immobilière et mobilière à ses trois fils : « quand le très riche messire Tebaldo vint à mourir et leur légua, en tant que ses héritiers légitimes, tous ses biens meubles et immeubles »126. Les trois fils, menant grand train, ont tôt fait de dilapider la fortune qu’ils ont héritée de leur père :

  • 127 « Li quali, veggendosi rimasi ricchissimi e di contanti e di possessioni, senza alcuno altro gove (...)

Et ceux-ci se voyant devenus richissimes tant en argent liquide qu’en propriétés, sans aucune autre gouverne que leur bon plaisir, sans frein ni retenue, ils se mirent à dépenser. Ils entretenaient une domesticité nombreuse, beaucoup de bons chevaux, des chiens et des oiseaux et tenaient continuellement table ouverte, offraient des présents, couraient des tournois, bref faisaient non seulement ce qui convient à des nobles, mais encore tout ce que leurs désirs juvéniles leur donnaient envie d’accomplir. Mais ils ne menèrent pas longtemps un tel train de vie, car le trésor que leur avait laissé leur père s’épuisa. Comme leurs revenus ne suffisaient plus aux dépenses engagées, ils commencèrent à hypothéquer et à vendre leurs propriétés ; les cédant l’une après l’autre, ils ne s’avisèrent de la situation qu’une fois qu’ils furent presque réduits à rien et que la pauvreté leur ouvrit des yeux que la richesse avait tenu clos.127

114Cette situation ne doit rien à la fiction, mais correspond à une situation historique bien réelle : au cours du XIVe siècle, la haute bourgeoisie florentine – et pas seulement florentine – tend à adopter les valeurs et les modes de vie de l’aristocratie terrienne. Au cours du XIVe siècle, il devint difficile de distinguer par leur style de vie l’authentique aristocratie et la bourgeoisie d’affaires d’origine roturière : à richesse égale, les comportements et les valeurs ne se distinguaient plus.

  • 128 « a Firenze tornandosi, gran parte delle loro possessioni ricomprarono e molte dell’altre compera (...)
  • 129 « avendo dimenticato a qual partito gli avesse lo sconcio spendere altra volta recati, non obstan (...)
  • 130 « il quale messo s’era a prestare a baroni sopra castella e altre loro entrate », Decameron, II, (...)
  • 131 « per la qual cosa furono tutte le castella de’ baroni tolte a Alessandro, né alcuna altra rendit (...)

115Les trois frères, réduits à la misère, s’installent en Angleterre pour y devenir usuriers et reconstituer un patrimoine mobilier. De retour à Florence, « ils purent ainsi racheter une grande partie de leurs propriétés ; ils en acquirent même de nouvelles »128. Ils recommencent à dilapider leurs biens : « oubliant à quel parti les avait naguère réduits leur folle prodigalité, et bien qu’ils fussent devenus pères de famille, plus que jamais ils dépensaient sans mesure et jouissaient du plus grand crédit auprès des marchands sur les plus grosses sommes d’argent »129. Un de leurs jeunes neveux fait fortune dans le prêt aux grands seigneurs anglais : « lequel s’était mis à prêter aux barons sur leurs châteaux et leurs autres revenus »130 : il prêtait de l’argent aux grands seigneurs anglais contre les revenus de leurs châteaux et leurs autres rentrées fiscales qu’il percevait à leur place. La guerre entre Henri II roi d’Angleterre et son fils ruine la famille, parce qu’Alessandro ne peut plus recouvrer ses créances : « à cause de quoi les châteaux des barons firent défaut à Alessandro ainsi que tous ses autres revenus »131.

116Cette nouvelle est particulièrement importante parce, sans jamais nous faire perdre de vue la réalité, les pratiques et les mécanismes économiques et sociaux d’un milieu bien précis à une époque bien déterminée, Boccace prolonge la chronique d’une condition socio-économique par un récit merveilleux qui, reprenant et développant des thèmes déjà présents dans la première partie de la nouvelle, participe du conte.

117Si jusqu’ici le Décaméron avait donné un rôle important à l’auberge, c’était dans des récits situés en milieu marchand. Or avec la nouvelle d’Alessandro et la fille du roi d’Angleterre, l’auberge joue un rôle fondamental précisément dans la seconde partie de la nouvelle qui n’a plus pour cadre le milieu marchand, mais qui relève du conte et de ses thèmes. Il y a donc une ambivalence fonctionnelle de l’auberge, ambivalence que la logique du récit ne réduit qu’en surface. De telles ambivalences fonctionnelles laissent donc entière la liberté de l’auteur-conteur.

118Dès la première partie de la nouvelle, Boccace a déjà semé discrètement les thèmes suivants, qui appartiennent à la topique du conte : la mort du père, Tebaldo de’ Lamberti, qui entraîne les vicissitudes de ses enfants ; le nombre des frères, trois, un nombre emblématique, quasi magique ; la fonction du benjamin, Alessandro. Le jeune homme sauvera sa famille de la ruine, de la misère, de la prison, et obtiendra pour lui-même, grâce à un fabuleux mariage avec la fille du roi, une fortune et un prestige de beaucoup supérieurs à tout ce qu’il pouvait espérer : dans les contes, cette fonction est dévolue au plus jeune des fils, elle est ici attribuée au petit-fils de Tebaldo de’ Lamberti.

119Par une remarquable restriction de champ, la seconde partie de la nouvelle ne dit plus un mot du monde marchand mais développe exclusivement des thèmes caractéristiques du conte : le thème du voyage sous un déguisement ; le thème du voyage du fils (ici : la fille) du roi voyageant incognito sous un déguisement d’homme ; le thème du jeune homme, Alessandro, qui fait sa fortune en rencontrant une fille de roi et en faisant la conquête du cœur de la princesse, sans même la connaître ni savoir à qui il a affaire. Or, dans la seconde partie de la nouvelle, c’est l’auberge qui est le lieu de l’action centrale, le lieu de la scène capitale : le dévoilement de la véritable identité du faux abbé.

  • 132 « avvenne che dopo più giorni essi pervennero a una villa la quale non era troppo riccamente forn (...)
  • 133 « In verità io non so : tu vedi che ogni cosa è pieno e puoi veder me e la mia famiglia dormire s (...)

120Par une restriction de champ progressive, le récit passe du cadre de l’auberge au cadre clos de la chambre exiguë, puis du cadre de la chambre au cadre du lit. Cette scène de dévoilement est préparée par un luxe de circonstances qui disent toutes, clairement, la liberté de l’auteur-conteur et l’arbitraire du récit. Il y a tout d’abord la halte dans un village dont les ressources hôtelières sont pauvres mais où le prétendu abbé veut malgré tout loger et où Alessandro, parce qu’il connaît l’aubergiste, fait préparer la chambre la moins mauvaise pour l’abbé : « il advint, plusieurs jours après, que le cortège arriva dans un village qui n’était guère fourni en fait d’auberge ; comme l’abbé voulait faire étape en ce lieu, Alessandro le fit descendre chez un aubergiste qu’il connaissait fort bien et lui fit préparer une chambre dans la pièce la moins incommode de la maison »132. Ensuite, Alessandro se retrouve seul dans l’auberge avec le prétendu abbé : Alessandro parvient à loger du mieux possible la nombreuse suite de l’abbé en différents endroits du village ; lorsque chacun, après le dîner, est allé se coucher, il demande à l’aubergiste où lui-même pourrait bien dormir. L’aubergiste lui répond : « en vérité, je n’en sais rien ; tu vois que tout est complet, ma famille et moi-même devons dormir sur les bancs »133.

  • 134 « nella camera dell’abate son certi granai a’ quali io ti posso menare e porrovvi suso alcun lett (...)
  • 135 « L’abate dorme e se’ cortine son dinanzi : io vi ti porrò chetamente una coltricella, e dormivit (...)
  • 136 « Ce qu’est l’amour – L’amour est un tourment naturel qui procède de la vision et de la pensée sa (...)

121La suite traduit un choix de la part de Boccace. L’arbitraire du récit y est habilement voilé par une succession de détails fort réalistes – au sens actuel du terme – visant tous à rendre vraisemblable et admissible la situation, qui participe pourtant du fabuleux du conte : Alessandro va se retrouver dans la même chambre, puis dans le même lit que l’abbé. L’aubergiste commence par proposer à Alessandro de lui installer un lit de fortune dans la chambre où dort l’abbé : « dans la chambre de l’abbé, il y a des coffres à blé ; je peux t’y mener, dessus je vais mettre une paillasse et là, du mieux que tu pourras, si cela te convient, tu coucheras pour cette nuit »134. Alors que nous sommes déjà dans la situation du conte, Boccace, au nom d’une recherche de vraisemblance du récit, prévient l’objection du lecteur-auditeur selon laquelle le respect dû à un personnage aussi important qu’un abbé interdit de s’introduire dans sa chambre pendant son sommeil, et cela d’autant plus que la chambre est très petite. C’est à grand renfort de justifications réalistes – toujours au sens actuel du terme – que l’objection est repoussée par la bouche de l’aubergiste, qui ici encore exprime le bon sens pratique et l’esprit de débrouillardise : « l’abbé est endormi, et six rideaux sont fermés autour de son lit : je vais y apporter pour toi discrètement une couverture, et couche-toi donc là »135. Ces rideaux, si utiles pour isoler les dormeurs du froid, de la lumière importune ou du bruit, sont un expédient venant à point nommé dans la logique du récit pour rendre vraisemblable l’intrusion du jeune homme dans la chambre de l’abbé sans le réveiller ni manquer au respect qui lui est dû. Voyant que cela peut se faire sans causer aucune gêne à l’abbé, Alessandro s’installe aussi discrètement qu’il le peut. Le hasard – toujours invoqué dans cette seconde partie pour désigner un événement fortuit – veut qu’en réalité l’abbé ne dormît pas. Le texte précise qu’il pensait ardemment aux désirs que la vue d’Alessandro venait de faire naître en lui, ce qui veut dire que l’amour était en train de naître, conformément au début de la définition de l’amour selon le De amore d’André le Chapelain : « Quid sit amor – Amor est passio quædam innata procedens ex visione et immoderata cogitatione formæ alterius sexus »136.

  • 137 Terme latin signifiant “reconnaissance”.
  • 138 « parendogli ogni cosa cheta per l’albergo, con sommessa voce chiamò Alessandro e gli disse che a (...)

122Les motivations réalistes terminées, le récit prend en charge la scène du dévoilement de la véritable identité, en commençant par une scène de quiproquo : une approche interlope pour le personnage d’Alessandro, mais pour le lecteur-auditeur un coup de théâtre selon le procédé d’une sorte d’agnitio137 emboîtant une déclaration d’amour. Cette scène de dévoilement de la vérité dans le lieu clos d’une chambre d’auberge est manifestement le développement de la scène au cours de laquelle Tedaldo degli Elisei assiste, depuis sa chambre d’auberge, à la révélation qui résout l’énigme policière qui se trouve au cœur de la septième nouvelle de la IIIe journée. Le faux abbé prend l’initiative de proposer à Alessandro de partager son lit : « comme tout lui semblait calme dans l’auberge, à voix basse il appela Alessandro et lui dit de se coucher auprès de lui ; celui-ci, après mille protestations, se dévêtit et vint y prendre place »138. Le fait de coucher à plusieurs dans un même lit était d’un usage répandu, notamment en voyage. Ce détail du récit sert non seulement à préciser le cadre dans lequel se déroule l’action – la circonstance relative au lieu, l’argumentum a loco de la rhétorique – mais encore et surtout à ancrer la scène qui se prépare – et qui relève du merveilleux du conte – dans le vocabulaire d’une réalité concrète et quotidienne, autorisé par le registre comicus.

123Par une dernière restriction de champ, le cadre du récit est désormais le lit de cette chambre d’auberge. Le lit devient le lieu d’une double révélation : d’une part la vue d’Alessandro a embrasé d’amour le prétendu abbé, et d’autre part c’est une femme qui est déguisée sous l’habit du moine :

  • 139 « L’abate, postagli la mano sopra il petto, lo ‘ncominciò a toccare non altramenti che sogliano f (...)

Posant sa main sur la poitrine d’Alessandro, l’abbé se mit à le palper, comme les tendres jeunes femmes le font à leurs amants. Fort étonné, Alessandro eut le soupçon que l’abbé se livrait à ces attouchements sous l’emprise d’un amour déshonnête. Soit d’instinct, soit pour quelque mouvement fait par Alessandro, l’abbé devina aussitôt le soupçon et se mit à sourire. Enlevant prestement sa chemise, il saisit la main d’Alessandro et la posa sur sa poitrine en disant : “Alessandro, chasse vite tes sottes pensées. Touche par ici et apprends ce que je cache”. La main sur la poitrine de l’abbé, Alessandro trouva deux petits seins, ronds, fermes et délicats comme s’ils eussent été d’ivoire. Les ayant trouvés et apprenant ainsi qu’elle était une femme…139

  • 140 Dante, Commedia, Purgatorio, XXX, 48.
  • 141 Virgile, Énéide, livre IV, v. 23.

124Nous sommes dans une mise en scène délibérée de l’équivoque, soigneusement provoquée mais vite dissipée, non seulement dans la succession des faits, gestes et propos mais aussi dans l’emploi du langage. Le vocabulaire de registre comicus est celui dans lequel est relatée la scène des attouchements, scène nécessaire, dans la logique des possibles narratifs, pour obtenir le coup de théâtre. C’est le vocabulaire des termes concrets et relatifs à la réalité de la vie quotidienne, y compris familière : petto, toccare, toccarlo, di dosso, camiscia, poppelline tonde e sode, femina. Mais ce vocabulaire est emboîté dans un discours de registre élevé, dans lequel s’exprime le faux abbé aussi bien que le narrateur, comme le prouve le vocabulaire : le vaghe giovani, amanti, si maravigliò, disonesto amor, dubitazione, presunzione, sorrise, dilicate, avorio ; comme le prouvent plus encore les effets rhétoriques tels que la syntaxe latine de dubitò non forse l’abate, la comparaison par laquelle est suggérée la qualité des seins non altramenti che se d’avorio fossono state ; et comme le souligne pour un lecteur coopératif et compétent la phrase que prononce le faux abbé « conosci quello che io nascondo », qui est une sorte de lointain écho de la célèbre exclamation de Dante lorsque, parvenu au paradis terrestre, il assiste à l’apparition de Béatrice encore recouverte d’un voile : « conosco i segni dell’antica fiamma »140, elle-même calque de la non moins célèbre exclamation de Didon dans l’Énéide : « Agnosco veteris vestigia flammæ »141 : le verbe italien conoscere est l’exact équivalent du verbe latin agnoscere, “reconnaître”.

  • 142 « Il conte poi con la sua donna gloriosamente visse ; e, secondo che alcuni voglion dire, tra col (...)

125La fin de la nouvelle est un feu d’artifice de merveilleux et de conte. Alessandro accompagne la jeune femme qui se rend à Rome. Reçue en audience par le pape, elle révèle à Alessandro qu’elle est la fille du roi d’Angleterre. En présence de tous les cardinaux, le pape célèbre le mariage d’Alessandro et de la fille du roi d’Angleterre. Les époux passent par Florence où ils sont reçus avec les plus grands honneurs. La fille du roi d’Angleterre paie tous les créanciers des trois frères, et fait restituer tous leurs biens aux oncles de son mari. Les époux gagnent Paris, où ils sont reçus par le roi. Passés en Angleterre, ils sont accueillis par le roi avec grande liesse. Alessandro est fait comte de Cornouailles. Il réussit à faire la paix entre le roi et son fils. Alessandro et son épouse « vécurent ensuite avec gloire et, selon ce que certains racontent, grâce à son intelligence, à sa vaillance et à l’aide de son beau-père, plus tard Alessandro conquit l’Écosse et en fut couronné roi »142.

L’auberge dans le Décaméron : un actant

  • 143 Decameron, II, 4..

126Le rôle que joue l’auberge dans le Décaméron s’éclaire quand on fait un rapide parallèle avec le rôle que joue la mer dans le livre. En effet, dans le Décaméron, la mer est strictement au service du récit et n’est qu’au service du récit. C’est ce que montre la nouvelle du marchand Landolfo Rufolo devenu, par appât du gain, pirate143.

  • 144 « Sommaire : récit résumant plus ou moins brièvement les événements de l’histoire », Gabrielle Go (...)

127La nouvelle est en deux parties. La première partie prend en charge une durée plutôt longue : voyage maritime jusqu’à Chypre, vente de la cargaison, année entière de piraterie. La narration donne lieu à un sommaire144 :

  • 145 « comperò un legnetto sottile da corseggiare e quello d’ogni cosa oportuna a tal servigio armò e (...)

il acheta un bateau léger de corsaire, l’arma et l’équipa de toutes les choses nécessaires à un tel usage et il se mit à amasser du butin aux dépens d’autrui et notamment des Turcs. En cette activité, la Fortune lui fut beaucoup plus favorable qu’elle ne s’était montrée dans le négoce. En l’espace d’environ un an, il prit et pilla tant de vaisseaux turcs que, non seulement il se trouva avoir récupéré les fonds qu’il avait perdus en négociant, mais en avoir largement doublé le montant.145

  • 146 « bevendo più che non avrebbe voluto », Decameron, II, 4, 21.
  • 147 « divenuto quasi una spugna », Decameron, II, 4, 22.

128Dans la seconde partie de la nouvelle, le temps du récit est au contraire dilaté. Le bateau de Landolfo a fait naufrage, et son séjour à la dérive dans la mer occupe, dans l’histoire, l’espace de deux nuits et une journée. Mais dans le récit, il occupe un espace presque égal à celui qu’occupent toutes les aventures précédentes, c’est-à-dire une année. Cela s’explique par le fait que la mer est, dans cette nouvelle, la matérialisation de la Fortune, et que la mer est le principal actant. C’est dans les paragraphes 16 à 22 que cette fonction de la mer apparaît avec le plus d’évidence. Landolfo y est représenté totalement passif, non seulement parce qu’il est le jouet des flots, mais aussi parce qu’il ne comprend pas l’aide que lui offre la mer en dirigeant vers lui une caisse, qui contient en fait une énorme quantité de pierres précieuses, et qui va faire sa fortune : « regardant autour de lui, il ne vit rien d’autre que des nuages et la mer et une caisse qui flottait sur les vagues et parfois s’approchait de lui à sa grande frayeur ». Landolfo est agi par la mer, qui le remplit d’elle-même : « buvant bien plus qu’il n’aurait voulu »146, « devenu semblable à une éponge »147. En revanche, la mer agit : elle pousse plusieurs fois vers Landolfo la caisse, que lui s’obstine à repousser. La mer finit par obliger Landolfo à accepter cette caisse, en l’arrachant à son inutile planche.

  • 148 Guido Almansi, Estetica dell’osceno, Torino, Einaudi, 1974, p. 157,
  • 149 Ibidem.

129Guido Almansi a relevé les situations du Décaméron où la mer intervient comme actant, c’est-à-dire en accomplissant une action, en jouant un rôle qui modifie le déroulement des événements. La conclusion d’Almansi est que « dans le Décaméron, la mer est, comme on l’a abondamment prouvé, du point de vue narratif et poétique, inerte »148. En d’autres termes, la mer n’a aucun relief autonome, en soi. Elle ne sert pas à exprimer symboliquement des significations « profondes », c’est-à-dire les pulsions, parfois explicites, des personnages, comme le désir de l’aventure, la passion incontrôlée. La mer est strictement au service du récit : elle n’intervient dans le déroulement des événements que dans la mesure et de la manière nécessaires aux vicissitudes des personnages. Les descriptions de la mer sont extrêmement succinctes et ne consistent qu’en détails étroitement liés à un moment ultérieur du récit. Si bien que Guido Almansi a pu conclure ainsi : « à l’exception de la nouvelle d’Alatiel, les mers dans le Décaméron sont cela : c’est bien peu, il faut le reconnaître, pour un auteur particulièrement doté du goût de l’aventure, selon l’interprétation de Moravia »149.

130On ne doit pas en déduire que la mer ne compte pas dans le Décaméron. Elle compte, elle est souvent présente, elle est un actant. Ce qui est absent, c’est le sens de la mer : on ne trouve ni le pittoresque de la mer, ni la passion de la mer. C’est un lieu et un ressort de l’action, ce qui constitue une nouveauté par rapport à la littérature narrative médiévale antérieure.

131De la même façon, l’auberge est strictement au service du récit, n’a pas d’existence en soi. L’auberge joue un rôle : c’est le lieu, le décor, le théâtre, mais elle n’est pas décrite pour elle-même. Ce qui est absent, c’est le goût, le pittoresque, la poésie de l’auberge. L’auberge n’a aucun relief autonome. L’auberge est strictement fonctionnelle : elle n’intervient dans le récit que dans la mesure et de la manière nécessaires au déroulement des aventures des personnages prises en charge par le récit. C’est la raison de fond pour laquelle les descriptions d’auberges sont absentes du Décaméron. C’est aussi pour cette raison que n’apparaissent que les détails qui sont étroitement liés à un développement ultérieur de l’histoire. Il ne faut donc pas conclure que l’auberge ne compte pas dans le Décaméron. Elle compte, comme actant, comme lieu et comme ressort des événements relatés.

Auberge et sagesse

132Un rapide examen – il ne saurait ici être exhaustif – a mis en évidence le fait que l’auberge est, dans le Décaméron, un actant qui n’est lesté d’aucune charge dénotative. Toutefois, le rôle de l’auberge dans le Décaméron ne se limite pas à sa seule fonction d’actant. L’auberge est également le lieu, bien réel mais, sans aucun doute, le lieu également idéalisé, d’une certaine sagesse, étroitement liée à l’univers des mercatores, aux valeurs, aux comportements et à la vision du monde propre aux marchands. L’auberge participe de cette « scintillante epopea mercantesca », de cette « chanson de geste dei paladini di mercatura », dont il a été question.

  • 150 Giorgio Padoan, Mondo aristocratico e mondo comunale nell’ideologia e nell’arte di Giovanni Bocca (...)

133L’auberge, dans le Décaméron, est liée à une vision du monde que, sans aucun élargissement forcé, on peut définir comme une sagesse non spéculative, mais qui exprime une conception des hommes, des événements et des comportements à avoir face à ce que la vie impose ou propose alliant prudence, vivacité d’esprit : on rencontre dans les jugements et les comportements des personnages du Décaméron une “mentalità economica” qui procède de l’univers du commerce et des affaires150.

134Dans le Décaméron, il est fort peu question de ragione, raison en tant que raison raisonnante. Il n’est quasiment pas question d’intelletto, faculté de l’âme la plus haute. En revanche, les termes qui reviennent avec une fréquence significative dans la langue du Décaméron sont : accorgimento (et accortosi, accorgersi), avvedimento (et avveduto, avvedersi), saviezza (et savio, saggio), industria, senno, ingegno.

  • 151 « l’ingenium est la faculté naturelle pour comprendre quelque chose promptement », Guillaume de C (...)

135Chez Boccace, le senno, comme déjà chez Dante, est la faculté de juger et d’agir de façon juste et qui convient, adéquate. L’ingegno désigne l’ensemble des qualités innées, spontanées, qui ne sont pas acquises par l’expérience et qui servent à comprendre rapidement en vue des modalités de l’action. Guillaume de Conches avait ainsi défini l’ingenium : « Ingenium est vis naturalis ad aliquid cito intelligendum »151. Déjà chez Dante, l’ingegno prend parfois le sens de industria, faculté de trouver des expédients. Chez Boccace, ingegno et industria sont quasiment synonymes. En français classique industrie a signifié savoir-faire, invention, moyen de subsister par son savoir-faire et son adresse, d’où chevalier d’industrie ; et ingénieux signifie plein d’esprit, d’invention et d’adresse. En ancien français, ingénieux signifiait même “rusé”. Les termes industria, ingegno, senno si fréquents dans le Décaméron désignent une faculté innée, spontanée, une heureuse disposition naturelle de l’esprit pour ce qui est de faire des choix adéquats, pour trouver rapidement des solutions qui conviennent, pour inventer de façon rusée et adaptée à la situation. Les termes accorgersi, accortosi, avveduto, avvedersi expriment la notion de voir par la vue de l’esprit, voir rapidement, voir de manière adéquate afin de faire preuve de discernement au sujet des choses, personnes, situations, risques et chances, afin de trouver promptement la façon adéquate d’agir. Ces termes accorgersi, accortosi, accorgimento, avvedersi, avveduto, avvedimento, industria, ingegno, senno ne renvoient pas à l’intelligence spéculative du savant et du philosophe, à la connaissance théorique et contemplative par laquelle l’esprit saisit directement les choses, mais ils renvoient à l’intelligence pratique en vue de l’action ainsi qu’à la compréhension en vue du résultat de l’action.

136Nous avons déjà remarqué qu’il peut y avoir un glissement de fonction de l’auberge vers l’aubergiste. Ce glissement n’est pas dénué de sens : en effet, avec le Décaméron l’auberge est désormais le lieu topique d’une particulière sagesse, attitude consistant en un savoir impliquant un certain mode de vie. L’aubergiste est le personnage qui met en acte cette particulière sagesse.

  • 152 Decameron, II, 9.
  • 153 « e brievemente tutti pareva che a questo s’accordassero, che le donne laciate da loro non voless (...)

137Cette sagesse liée à la mentalité économique dont parle Giorgio Padoan est particulièrement bien exprimée, dans la nouvelle de Bernabò da Genova152, dans les jugements portés par des marchands sur les femmes, plus précisément sur leurs épouses. L’auberge y est le lieu d’une sagesse marchande. La nouvelle met en scène des hommes d’affaires italiens qui ont fait étape dans une auberge à Paris. Après avoir joyeusement dîné, ils se lancent dans une grande conversation qui les conduit à parler de leurs femmes. Ils en parlent de façon bien peu élogieuse, mettant en doute leur fidélité : « Bref, tous semblaient d’accord sur le fait qu’en leur absence leurs femmes entendaient ne pas perdre leur temps »153. Il s’agit d’une réunion d’hommes, qui ont à peu près tous les mêmes occupations, le même mode de vie, le même univers. Ces hommes se laissent aller et expriment un point de vue désabusé, mi-pessimiste mi-cynique sur les femmes, sur leurs propres épouses.

  • 154 « Io non so come la mia si fa : ma questo so io bene, che quando qui mi viene alle mani alcuna gi (...)
  • 155 « E io fo il simigliante, per ciò che se io credo che la mia donna alcuna sua ventura procacci, e (...)

138L’un d’eux dit : « Je ne sais comment se conduit la mienne, mais le fait est que lorsque je rencontre ici une jolie fille, je mets de côté l’amour que je porte à ma femme et je prends avec celle d’ici tout le plaisir que je peux »154. Un autre renchérit : « Et moi je fais de même ; en effet, si je crois que ma femme s’octroie quelque bonne fortune, je n’y peux rien et, si je n’y pense pas, elle le fait aussi ; alors, à la guerre comme à la guerre ; l’âne qui rue contre le mur en reçoit un coup »155. On peut y voir l’expression de leurs déconvenues à l’égard de ce qui leur est déjà advenu, ou de leurs fantasmes de peurs à l’égard de ce qui peut advenir. Ce jugement sévère est surtout un moyen commode de justifier leurs propres infidélités au cours de leurs voyages d’affaires. Il y a là, à l’évidence, une misogynie systématique. Mais on peut y voir aussi bien l’expression d’une pratique toute marchande : au-delà de toute idéologie, une pratique de l’échange, une pratique du donnant, donnant contractuel, l’infidélité du mari en échange de l’infidélité de l’épouse.

  • 156 « disse il contrario, affermando sé di spezial grazia da Dio avere una donna per moglie la più co (...)
  • 157 « Oltre a questo, niuno scudiere, o famigliare che dir vogliamo, diceva trovarsi il quale meglio (...)

139Un seul de ces marchands, Bernabò Lomellin da Genova, fait l’éloge de sa femme. Pour souligner ses qualités tout à fait exceptionnelles, il la décrit comme une femme physiquement belle, jeune, désirable, et comme un être doté de toutes les qualités qu’on peut s’attendre à trouver non seulement chez une femme, mais encore chez les hommes. Avec Bernabò, nous ne sommes plus en présence d’une opinion induite d’une pratique, nous avons affaire à un raisonnement, à une représentation spéculative de la femme : « il dit le contraire, affirmant que par grâce spéciale de Dieu, il avait pour épouse la femme la plus accomplie qui fût en Italie, dotée à la fois de toutes les qualités qu’une dame doit posséder et en bonne partie celles d’un chevalier ou d’un page »156. Poussant son discours jusqu’à des considérations généralisantes : « Il dit en outre qu’on ne pouvait trouver écuyer ou domestique qui servît mieux et plus élégamment à table d’un seigneur, tant elle était raffinée dans ses manières, sage et judicieuse. Il dit ensuite qu’elle savait monter à cheval et tenir un faucon, aussi bien que lire, écrire et faire les comptes comme un vrai marchand »157. Autrement dit, cette femme est digne d’éloges, justement dans la mesure où elle peut être décrite comme un homme ! Une société où l’éloge des qualités d’une femme consiste à faire apparaître cette femme comme un homme achevé est fort loin du féminisme au sens actuel, ce qui laisse penser que le prœmio qui dédie le livre aux femmes ne doit pas être interprété en modernisant son message, mais doit être lu d’un point de vue philologique.

140Il faut ajouter que l’éloge tissé par Bernabò ne consiste pas à présenter son épouse comme un homme généralement parlant, mais il consiste à faire apparaître l’épouse comme un marchand. Le prœmio a dit fort clairement que les femmes sont tout à fait exclues de la pratique des affaires. Dans la sagesse d’auberge de Bernabò, le marchand est pourtant le comparant idéal, la pierre de touche qui révèle l’or de toute perfection.

  • 158 Decameron, II, 5, 3.
  • 159 « Costoro che d’altra parte eran sì come lui maliziosi », Decameron, II, 5, 78.

141Cette sagesse, qui doit beaucoup à la mentalité économique du monde marchand, est également bien exprimée dans la nouvelle d’Andreuccio da Perugia. L’auberge y est le point de départ et le point d’arrivée d’un itinéraire de formation. La nouvelle a pour cadre les quartiers mal famés d’une ville de Naples populaire et interlope. Elle relate une série de mésaventures qui transforment Andreuccio, de jeune provincial mal dégrossi et peu prudent (« rozzo e poco cauto »158) qu’il était au début, en individu aussi malin que les voleurs pilleurs de tombe159. Il sort indemne de ses rencontres avec une prostituée, un souteneur, des voleurs sans scrupule, des sergents de ville, rencontres que son imprudence, son manque de discernement et son manque de senno ont provoquées ou rendues possibles. Trois graves mésaventures scandent une nuit cauchemardesque : son aventure avec la belle prostituée sicilienne qui, en feignant d’être sa sœur, vole sa bourse, et la chute dans la fosse d’aisance qui s’ensuivit ; la rencontre avec les voleurs qui vont voler la riche dépouille de l’archevêque, et la chute au fond d’un puits qui s’ensuivit ; la nouvelle rencontre avec les voleurs qui le laissent prisonnier au fond du tombeau dont ils ont refermé la lourde dalle. Le final est inattendu, et représente le renversement de la situation initiale. L’analogie structurale qui existe entre ces trois parties montre bien qu’il s’agit d’un parcours initiatique, d’une parcours de formation : le passage de la naïveté imprudente à la prudence rusée, le passage du rôle de trompé à celui de trompeur. En somme, Andreuccio devient un homme perspicace, avisé, dénué de scrupules moraux, totalement adapté au modèle de la société marchande à laquelle il appartient comme négociant de chevaux en gros.

  • 160 « non essendo mai più fuori di casa stato », Decameron, II, 5, 3.
  • 161 « dall’oste suo informato la seguente mattina fu in sul Mercato », Decameron, II, 5, 3.

142Or, au début de la nouvelle, l’auberge où Andreuccio est descendu joue le rôle d’un véritable “syndicat d’initiative”. Andreuccio, alors qu’il n’est jamais sorti de chez lui160, reçoit de son aubergiste les informations nécessaires pour une première orientation dans la grande ville dont il ne sait rien161. La fonction de l’auberge et de l’aubergiste est discrètement soulignée par un détail du récit dont on chercherait en vain l’utilité, si on ne remarquait pas qu’il ne fait que souligner le fait que l’auberge est un lieu de sagesse et de sécurité. Andreuccio a eu l’imprudence de montrer sur le marché aux chevaux sa bourse pleine de cinq cents florins d’or. Une prostituée l’a bien remarqué. Le soir même, elle envoie une jeune servante à l’auberge d’Andreuccio. La jeune domestique aborde Andreuccio sur le pas de la porte, c’est-à-dire à l’extérieur, de l’auberge. Récitant la leçon qui lui a été faite, elle invite Andreuccio de la part d’une prétendue noble dame.

  • 162 « s’avvisò questa donna dover di lui esser innamorata, quasi altro bel giovane che egli non si tr (...)
  • 163 « senza alcuna cosa dir nell’albergo », Decameron, II, 5, 13.

143Andreuccio commet une première erreur : « il s’avisa que cette dame avait dû s’éprendre de lui, comme s’il n’y avait eu à Naples aucun autre beau garçon »162. Il commet une seconde erreur : il se déclare prêt à se rendre au rendez-vous et à suivre la jeune servante « sans rien dire à l’auberge »163. Du point de vue de la pratique marchande, qui implique nécessairement des voyages dans des lieux que l’on ne connaît pas, il est aussi imprudent et dangereux de se rendre à l’invitation d’inconnus sans prendre la précaution de le signaler à l’aubergiste ou à qui que ce soit de l’auberge que, mutatis mutandis, pour un alpiniste partir en course sans prévenir sa base. Les malheurs d’Andreuccio s’enchaînent à la suite de cette seconde erreur initiale : couper le lien, que la prudence exige, avec l’auberge, faire l’économie de la sagesse de l’aubergiste.

  • 164 « e già avvicinandosi al giorno, con quello anello in dito andando all’avventura, pervenne alla m (...)
  • 165 Qu’il suffise de rappeler le célèbre sonnet Passa la nave mia colma d’oblio, dont le dernier vers (...)

144Son itinéraire – le terme est approprié, car Andreuccio va errer pendant toute la nuit, allant d’une mésaventure à une autre – s’achève lorsque, devenu malin et ayant à son tour berné les voleurs qui auraient bien voulu l’enfermer vif dans le tombeau de l’archevêque, Andreuccio est reconduit par le hasard jusqu’à son auberge au petit matin : « Et comme le jour était déjà proche, avec cette bague au doigt marchant à l’aventure, il parvint au rivage et puis tomba sur son auberge ; il apprit que ses compagnons et son aubergiste s’étaient toute la nuit inquiétés de son sort. Il leur raconta ce qui lui était arrivé et, sur l’avis de l’aubergiste, il leur parut qu’il lui fallait quitter Naples sur-le-champ ; ce qu’il fit sans tarder »164. Ce retour à l’auberge au terme d’une nuit cauchemardesque, c’est le salut, le retour au port. On ne peut manquer de voir dans cette arrivée à l’auberge l’équivalent de la rentrée au port tant désirée non seulement dans la réalité de la navigation, mais aussi et surtout dans la navigation qui devient l’allégorie de l’existence. Le contemporain de Boccace, Pétrarque, a largement exploité les allégories de la vie comme navigation et du retour au port165. Dans la littérature de registre mezzano, c’est l’auberge qui joue le rôle du port que rejoint la barque de l’individu ballotté par les flots de l’existence.

145L’aubergiste fait ici preuve de sens de responsabilité en s’étant inquiété toute la nuit du sort de son client parti sans un mot. Mais c’est surtout la sagesse de l’aubergiste qui constitue le mot de la fin : Andreuccio doit quitter Naples immédiatement. D’abord parce qu’il a traversé trois épreuves, dont chacune aurait pu lui coûter la vie, et qu’il serait à présent profondément sot de courir de nouveaux risques. Ensuite, parce que si l’aubergiste ne fait aucun commentaire, Andreuccio a bel et bien volé une bague de grande valeur sur le cadavre d’un archevêque : il s’agit d’un vol aggravé par un viol de sépulture. Enfin, le conseil de quitter Naples signifie aussi qu’il vaut mieux déguerpir afin de ne pas être inquiété au cours d’une éventuelle enquête policière sur le dernier événement de la nuit.

146Cette conclusion porte en elle une sagesse plus générale encore. Le retour d’Andreuccio à l’auberge, puis son retour à Pérouse, le constat que la perte du capital initial (la bourse de cinq cents florins d’or qui devaient servir à l’achat de chevaux) a été compensée par le gain d’une bague (qu’elle soit le fruit d’un vol et d’un viol de sépulture n’entre pas en ligne de compte) qui vaut plus que ce que contenait la bourse perdue, sont les révélateurs de la logique marchande qui sous-tend la nouvelle. Erreurs, pertes et profits du protagoniste sont mesurés selon les valeurs de l’argent et du gain, hors de toute considération morale. Même l’aubergiste, qui conseille à Andreuccio de quitter sans plus tarder Naples, a la même vision des choses que les hommes d’affaires qui forment sa clientèle. Boccace a représenté ici l’éducation du marchand sans scrupule par le moyen d’un récit d’initiation, dans lequel le protagoniste, jeune et ingénu, parvient à sa maturité en surmontant une série d’échecs et en réintégrant l’auberge, où tout prend sens et où, au terme d’un parcours initiatique semé d’épreuves, il reçoit, d’une manière toute bourgeoise, son adoubement de marchand. Comme dans les cantari épiques et de chevalerie, mais dans une adaptation bourgeoise et marchande.

Haut de page

Notes

1 Tutte le opere di Giovanni Boccaccio, a cura di Vittore Branca, vol. IV Decameron, a cura di Vittore Branca, Milano, Mondadori, “I Classici Mondadori”, 1976. Pour le texte du Décaméron, cf. op. cit., Introduzione, p. XV, nota ; pour le contexte historique, culturel et biographique dans lequel l’ouvrage a été composé, cf. ibidem. Toutes les citations du Décaméron sont prises dans cette édition.

2 « già erano gli anni della fruttifera incarnazione del Figluiuolo di Dio al numero pervenuti di milletrecentoquarantotto, quando nella egregia città di Fiorenza, oltre a ogn’altra italica bellissima », Decameron, Giornata I, Introduzione, 8.

3 Cf. Decameron, a cura di Vittore Branca, cit., pp. 981, note 1.

4 « Nelle quali novelle piacevoli e aspri casi d’amore e altri fortunati avvenimenti si vedranno così ne’ moderni tempi avvenuti come negli antichi », Decameron, Proemio, 14.

5 « parimente diletto delle sollazzevoli cose in quelle mostrate e utile consiglio potranno pigliare », ibidem.

6 « e qui e fuori di qui e in casa mi sembra star male, e tanto più ancora quanto egli mi pare che niuna persona, la quale abbia alcun polso e dove possa andare, come noi abbiamo, ci sia rimasa altri che noi. E ho sentito e veduto più volte, se pure alcuni ce ne sono, quegli cotali, senza fare distinzione alcuna dalle cose oneste a quelle che oneste non sono, solo che l’appetito le cheggia, e soli e accompagnati, di dì e di notte, quelle fare che più di diletto lor porgono ; e non che le solute persone, ma ancora le racchiuse ne’ monisteri, faccendosi a credere che quello a lor si convenga e non si disdica che all’altre, rotte della obedienza le leggi, datesi a’ diletti carnali, in tal guisa avvisando scampare, son divenute lascive e dissolute. E se così è, che essere manifestamente si vede, che faccian noi qui, che attendiamo, che sognamo ? », Decameron, I, Introduzione, 60-63.

7 « io giudicherei ottimamente fatto che noi, sì come siamo, sì come molti innanzi a noi hanno fatto e fanno, di questa terra uscissimo, e fuggendo come la morte i disonesti essempli degli altri onestamente a’ nostri luoghi in contado, de’ quali a ciascuna di noi è gran copia, ce ne andassimo a stare, a quivi quella festa, quella allegrezza, quello piacere che noi potessimo, senza trapassare in alcuno atto il segno della ragione, prendessimo. », Decameron, I, Introduzione, 60-65.

8 « C’est un principe communément admis, qu’il faut agir suivant la droite raison. », Aristote, Éthique à Nicomaque, Livre II, chapitre II, § 2 ; « la vertu est une habitude, un mode d’être qui dirige notre décision réfléchie, consistant dans ce milieu qui est relatif à nous, et qui est réglé par la raison comme le réglerait l’homme prudent », Aristote, op. cit., Livre II, chapitre VI, § 15.

9 Decameron, II, Conclusione, 5-6.

10 « si ritrovarono sette giovani donne tutte l’una all’altra o per amistà o per vicinanza o per parentado congiunte », Decameron, I, Introduzione, 49.

11 « E come il nuovo giorno apparve, levati, avendo già il siniscalco via ogni lor cosa mandata, dietro alla guida del discreto re verso Firenze si ritornarono ; e i tre giovani, lasciate le sette donne in Santa Maria Novella, donde con loro partiti s’erano, da esse accommiatatosi, a’ loro altri piaceri attesero, e esse, quando tempo lor parve, se ne tornarono alle lor case. », Decameron, X, Conclusione, 16.

12 Le difficile art de conter est précisément le sujet de la première nouvelle de la VIe journée : un chevalier propose à dame Oretta, au cours d’une promenade, de lui faire paraître la route moins longue en lui racontant une nouvelle. Mais le conteur se révèle d’une si piètre qualité que dame Oretta, par un mot d’esprit, lui demande de renoncer à son projet. Le chevalier, qui, par bonheur, était meilleur psychologue que conteur, comprit la boutade et, ayant pris la chose avec sourire et bonne humeur, changea de sujet. N’est pas conteur qui veut.

13 « per questa prima giornata voglio che libero sia a ciascuno di quella materia ragionare che più gli sarà a grado », Decameron, I, Introduzione, 114.

14 « non intendo di ristrignervi sotto alcuna spezialità, ma voglio che ciascuno secondo che gli piace ragioni », Decameron, VIII, Conclusione, 5.

15 « Ma di spezial grazia vi cheggio un dono, il quale voglio che mi sia confermato per infino a tanto che la nostra compagnia durerà, il quale è questo : che io a questa legge non sia costretto di dover dire novella secondo la proposta data, se io non vorrò, ma qual più di dire mi piaccerà. E acciò che alcun non creda che io questa grazia voglia sì come uomo che delle novelle non abbia alle mani, infino da ora son contento d’esser sempre l’ultimo che ragion », Decameron, I, Conclusione, 12-13.

16 Michel Jarrety (sous la direction de), Lexique des termes littéraires, Paris, Librairie Générale Française, “Le Livre de Poche”, 2001, article Disposition, p. 134.

17 « il peccato della fortuna », Decameron, Prœmio, 13.

18 « grave e noioso principio », Decameron, I, Introduzione, 2.

19 « la dolorosa ricordazione della pestifera mortalità trapassata », Decameron, I, Introduzione, 2.

20 « orrido cominciamento », Decameron, I, Introduzione, 4.

21 Christian Bec, Précis de littérature italienne, Paris, P.U.F, 1995 2e éd., p. 69.

22 « La comédie, quant à elle, commence par l’aspect pénible de quelque chose, mais sa matière finit bien », Dante, Epistola XIII, 29.

23 Sur cet érudit encore peu exploité et sur ses Derivationes, qui constituent « il principale vocabolario usato da Dante » (G. Contini), cf. Enciclopedia dantesca, diretta da Umberto Bosco, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, vol. V, 1976, article Uguccione da Pisa, pp. 800-802.

24 « la comédie commence par des choses tristes, mais s’achève par des choses heureuses ». Cf. Dante, Epistole, XIII, a cura di Arsenio Frugoni e Giorgio Brugnoli, in AA. VV., La letteratura italiana. Storia e testi, vol. 5 Dante Alighieri. Opere minori, tomo II, Milano-Napoli, Ricciardi, 1979, p. 614, note § 28-29. Cf. également V. Branca, Tutte le opere di Giovanni Boccaccio, vol. IV Decameron, cit., p. XVII, note 4.

25 « Le titre du livre est “Ici commence la Comédie de Dante Alighieri” », Dante, Epistola XIII, 28.

26 Christian Bec, Précis de littérature italienne, cit., p. 67.

27 Le substantif latin compositio, compositionis est un déverbal formé à partir du verbe compono, componere, “placer ensemble, faire par une union des parties”.

28 Michel Jarrety (sous la direction de), Lexique des termes littéraires, cit., pp. 153-154.

29 « Mais si l’on doit s’exprimer en style comique, on prend tantôt le vulgaire moyen, tantôt le plus humble », Dante, De vulgari eloquentia, livre II, chapitre IV, paragraphes 5-6.

30 Sur la doctrine des styles et la tripartition stylistique au Moyen Âge et dans l’œuvre de Dante, voir la synthèse très claire de Pier Vincenzo Mengaldo, in Enciclopedia dantesca, op.cit., vol. V, 1976, article Stili, Dottrina degli, pp. 435-438.

31 « tragedìa et comedìa diffèrent dans la façon d’employer le langage : de manière élevée et sublime dans la tragedìa, et dans la comedìa de manière basse et humble », Dante, Epistole, XIII, a cura di Arsenio Frugoni e Giorgio Brugnoli, op. cit., p. 618.

32 Le verbe latin convenio, convenire est composé de la préposition cum et du venire, d’où le sens de “venir avec”, et par extension “s’assembler, s’accorder, être en accord avec, être en rapport avec”.

33 Dante, De vulgari eloquentia, II, VII, 3- 7.

34 Mario Baratto, Realtà e stile nel Decameron, Vicenza, Neri Pozza, 1970.

35 « Géographie, histoire et chronique contemporaine nourrissent ce que la critique a coutume de définir comme le “réalisme” de Boccace, en d’autres termes contribuent à donner vie à un monde concret et circonstancié », Giulio Ferroni, Storia della letteratura italiana, vol. I : Dalle origini al Quattrocento, Milano, Einaudi Scuola, 1991, p. 292.

36 Analysant la nouvelle des pauvres amants Simona et Pasquino (Decameron, IV, 7), Carlo Muscetta observe que la mort de l’innocente Simona, accusée à tort par trois autres pauvres diables du petit peuple d’avoir empoisonné Pasquino, ainsi que l’intrusion de l’auteur commentant cette tragédie font écarter toute hypothèse d’une sympathie de Boccace pour le petit peuple : « [Boccaccio] non prende in considerazione (il forse è più sprezzante delle altre parole) la loro infima condizione operaia ; non si pone il problema morale, se per caso il loro accanimento non sia stato dettato da ignorante e confuso sentimento di amicizia per Pasquino. Non è un populista, ma un realista alto-borghese del Trecento, che giunge a intenerirsi per i due poveri amanti innanzi tutto perché amanti, e come tali pari ai suoi più famosi eroi e degni di diventare protagonisti di una nuova letteratura. Entro precise virgolette storiche e di classe dev’essere delimitata l’ideologia “democratica” del Boccaccio », Carlo Muscetta, Boccaccio, Bari, Laterza, “Letteratura Italiana Laterza, 8”, 1980 ristampa, pp. 232-233, note 56.

37 « C’est un souvenir de la doctrine antique des trois sortes de styles. Là où nous croyons trouver du “réalisme”, il n’y a que convention littéraire, à savoir le style “bas” », Ernst Robert Curtius, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, Paris, P.U.F., 1956, p. 478, note.

38 Philippe Hamon, Un discours contraint, in R. Barthes, L. Bersani, Ph. Hamon, M. Riffaterre, I. Watt, Littérature et réalité, Paris, Seuil, “Points”, 1982, p. 125.

39 Ibidem, p. 126.

40 Cf. Francesco. Bruni, Boccaccio. L’invenzione della letteratura mezzana, Bologna, Il Mulino, 1990.

41 « E poste le lor cose a uno albergo », Decameron, II, 1, 7.

42 « ho sempre avuto in costume, camminando, di dir la mattina, quando esco dall’albergo, un paternostro e una avemaria per l’anima del padre e della madre di san Giuliano, dopo il quale io prego Idio e lui che la seguente notte mi deano buono albergo », Decameron, II, 2, 7.

43 « a una villa la quale non era troppo riccamente fornita d’alberghi. E volendo quivi l’abate albergare, Alessandro in casa d’uno oste, il quale assai suo domestico era, il fece smontare, e fecegli la sua camera fare nel meno disiagiato luogo della casa », Decameron, II, 3, 24.

44 « in sul vespro la mandò all’albergo dove Andreuccio tornava », Decameron, II, 5, 9.

45 « andando all’avventura, pervenne alla marina e quindi al suo albergo si abbatté », Decameron, II, 5, 84.

46 « Erano in Parigi in uno albergo alquanti grandissimi mercatanti italiani, qual per una bisogna e qual per un’altra », Decameron, II, 9, 4.

47 « se ne andò a uno alberghetto di due fratelli », Decameron, III, 7, 9.

48 « all’albergo dove il frate era smontato se n’andarono con questo proponimento », Decameron, VI, 10, 14.

49 Carlo Battisti e Giovanni Alessio, Dizionario Etimologico Italiano, Firenze, Barbèra, 1950, vol. I, Albergo.

50 « E sì come peregrino che va per una via per la quale mai non fue, che ogni casa, che da lungi vede, crede che sia l’albergo, e non trovando ciò essere, dirizza la credenza a l’altra, e così di casa in casa, tanto che a l’albergo viene », Dante, Convivio, IV, XII, 15 ; « Se l’uom può tanto far ched ella vada / al su’ albergo la notte a dormire », Dante, Fiore, CLXXXVIII, vv. 1-2. Le Grande Dizionario della Lingua Italiana, diretto da Umberto Bosco, Torino, U.T.E.T., donne comme première attestation du terme albergo ce passage du Convivio de Dante.

51 « Né non amar già oste trapassante ; / però che mutan tante ostellerie / ch’aver non posson cuor fermo né stante », Dante, Fiore, CLXIX, vv. 9-11.

52 « E sì avrai ad oste / Folle-Larghezza mala... », Dante, Detto, vv. 312-313.

53 Manlio Cortelazzo e Paolo Zolli, Il nuovo ETIMOLOGICO DELI - Dizionario Etimologico della Lingua Italiana, a cura di Mario Cortelazzo e Michele A. Cortelazzo, Bologna, Zanichelli, 1999, 2a edizione.

54 Cf. ci-dessus, note 40.

55 « Ragionasi adunque che essendo Musciatto Franzesi di ricchissimo e gran mercatante in Francia cavalier divenuto », Decameron, I, 1, 7.

56 « Soleva essere, e forse che ancora oggi è, una usanza in tutte le terre marine che hanno porto così fatta, che tutti i mercatanti che in quelle con mercatantie capitano, faccendole scaricare, tutte in un fondaco, il quale in molti luoghi è chiamato dogana, tenuta per lo comune o per lo signor della terra, le portano ; e quivi, dando a coloro che sopra ciò sono per iscritto tutta la mercatantia e il pregio di quella, è dato per li detti al mercatante un magazzino nel quale esso la sua mercatantia ripone e serralo con la chiave ; e li detti doganieri poi scrivono in su il libro della dogana a ragione del mercatante tutta la sua mercatantia, faccendosi poi del loro diritto pagare al mercatante o per tutta o per parte della mercatantia che egli della dogana traesse. E da questo libro della dogana assai volte s’informano i sensali e delle qualità e delle quantità delle mercatantie che vi son, e ancora chi sieno i mercatanti che l’hanno ; con li quali poi essi, secondo che lor cade per mano, ragionan di cambi, di baratti e di vendite e d’altri spacci. La quale usanza, sì come in molti altri luoghi, era in Palermo in Cicila », Decameron, VIII, 10, 4-7.

57 « Era adunque, al tempo del marchese Azzo da Ferrara, un mercatante chiamato Rinaldo d’Asti per sue bisogne venuto a Bologna ; le quali avendo fornite e a casa tornandosi, avvenne che, uscito di Ferrara e cavalcando verso Verona », Decameron, II, 2, 4.

58 « di Firenze usciti, non si ritennero si furono in Inghilterra », Decameron, II, 11.

59 « comperò un grandissimo legno e quello tutto, di suoi denari, caricò di varie mercatantie e andonne con esse in Cipri », Decameron, II, 4, 6.

60 « Erano in Parigi in un albergo alquanti grandissimi mercatanti italiani, qual per una bisogna e qual per un’altra, secondo la loro usanza ; e avendo una sera fra l’altre tutti lietamente cenato, cominciarono di diverse cose a ragionare, e d’un ragionamento in altro travalicando pervennero a dire delle loro donne, le quali alle lor case avevan lasciate. », Decameron, II, 9, 4.

61 Léopold Genicot, Le XIIIe siècle européen, Paris, P.U.F., « Nouvelle Clio », 1968, p. 348.

62 Robert Delort, La vie au Moyen Age, Paris, Seuil, “Points. Histoire”, 1982, p. 232.

63 Christiane Deluz, article Voyage, in Dictionnaire du Moyen Âge, sous la direction de Claude Gauvard, Alain de Libera, Michel Zinc, Paris, P.U.F., “Quadrige”, 2002, p. 1469.

64 Christiane Deluz, article Pèlerinage, in Dictionnaire du Moyen Âge, cit., p. 1071.

65 « Ce monde de marchands et de banquiers, tenaces et audacieux, qui avaient créé l’unité économique et la circulation européenne de la richesse en s’échangeant les millions de beaux florins d’or de Londres à Damas, de Barcelone à la Mer Noire, de Paris à Alexandrie en Égypte, de Bruges à Constantinople, trouve sa première haute consécration littéraire précisément dans le Décaméron : dans cette étincelante épopée marchande, dans cette chanson de geste des paladins du commerce », in Tutte le opere di Giovanni Boccaccio, a cura di Vittore Branca, vol. IV Decameron, cit., Introduzione, p. XXI.

66 « En tant que “épopée marchande” – pour reprendre l’expression employée par Vittore Branca –où de nombreux rôles de premier plan sont attribués à d’aventureux marchands, il fut aussitôt après sa publication, comme le prouvent nombre de sondages et de recherches, un des livres préférés par la bourgeoisie d’affaires florentine et pas seulement florentine », in Boccaccio, in La cultura, in AA. VV., Storia d’Italia, diretta da Ruggero Romano e Corrado Vivanti, vol. II, t. 2 Dalla caduta dell’Impero romano al secolo XVIII, Torino, Einaudi, 1974, p. 1192 ; dans la n. 1, P. Renucci fait référence à V. Branca, Linee di una storia della critica al « Decameron », Milano-Roma, 1939.

67 Texte des œuvres narratives dépouillées in Sebastiano Lo Nigro (a cura di), Novellino e Conti del Duecento, Torino, U.T.E.T., 1973 ristampa.

68 Pour expier une faute grave, une comtesse et ses servantes se firent religieuses : « Arrendêrsi monache, e fecero un monistero che si chiama il monistero de le nonane d’Arimine monte. La casa crebbe assai, e divenne molto ricca. E questo si conta in favola, che v’era questo costume, che quando elli vi passasse alcuno gentile uomo con molti arnesi, ed elle il faceano invitare ad ostello e facealli grandissimo onore. La badessa e le suore li veniano incontro, e, in sul donneare, quella che più li piacesse, quella il servìa, e accompagnava a tavola e a letto » , in Sebastiano Lo Nigro (a cura di), Novellino e Conti del Duecento, cit., p. 154.

69 « In uno tempo verso Bretagna sì avea una grande magione di monache, cioè monesterio ; le quali erano molto ricche, e aveano cotale costume in quella magione, che quando alcuno ricco mercatante per aventura arrivasse dov’era questo grande monasterio, sì vi albergava », in Sebastiano Lo Nigro (a cura di), Novellino e Conti del Duecento, cit., pp. 396-397.

70 « La pragmatique est la partie des sciences du langage qui a pour objet l’étude des énoncés dans leur contexte de communication. On considère généralement que la base de cette approche est la théorie des “actes du langage” proposée dans les années 1950 par le philosophe britannique John L. Austin. Selon ce dernier, un énoncé est autant appréhendé par son statut (conseil, question, information…), que par ses effets secondaires (flatterie, menace…), que par son contenu informatif. La pragmatique littéraire s’intéressera donc à la façon dont les textes gèrent cette situation d’énonciation particulière qu’est le protocole de lecture littéraire », in Michel Jarrety (sous la direction de Lexique des termes littéraires, cit., article pragmatique littéraire, p. 335. Sur la lecture comme “co-énonciation”, cf. Dominique Maingueneau : « c’est le co-énonciateur qui énonce, à partir des indications dont le réseau total constitue le texte de l’œuvre. Un récit a beau se donner comme la représentation d’une histoire indépendante, antérieure, l’histoire qu’il raconte ne surgit qu’à travers son déchiffrement par un lecteur. […] La lecture doit faire surgir tout un univers imaginaire à partir d’indices lacunaires et peu déterminés. On ne peut qu’être frappé de la part considérable de travail qui est laissée au lecteur ; pour reconstruire les chaînes anaphoriques, combler les ellipses dans l’enchaînement des actions, identifier les personnages, repérer les sous-entendus, etc. À cette fin, le lecteur dispose, ou ne dispose pas, d’un certain nombre de connaissances et de stratégies de divers ordres. », Pragmatique pour le discours littéraire, Paris, Dunod, 1995, p. 28. 

71 « alla quale come Andreuccio fu presso, essa incontrogli da tre gradi discese con le braccia aperte, e avvinghiandogli il collo alquanto stette senza alcuna cosa dire, quasi da soperchia tenerezza impedita ; poi lagrimando gli basciò la fronte e con voce alquanto rotta disse : “O Andreuccio mio, tu sii il ben venuto !” Esso, maravigliandosi di così tenere carezze, tutto stupefatto rispose : “Madonna, voi siate la ben trovata !” Ella appresso, per la man presolo, suso nella sua sala il menò e di quella, senza alcuna altra cosa parlare, con lui nella sua camera se n’entrò, la quale di rose, di fiori d’aranci e d’altri odori tutta oliva, là dove egli un bellissimo letto incortinato e molte robe su per stanghe, secondo il costume di là, e altri assai belli e ricchi arnesi vide [...] E postisi a sedere insieme sopra una cassa che appiè del suo letto era, così gli cominciò a parlare », Decameron, II, 5, 15-18.

72 « Andreuccio, veggendosi solo rimaso, subitamente si spogliò in farsetto e trassesi i panni di gamba e al capo del letto gli si pose ; e richiedendo il naturale uso di dovere diporre il superfluo peso del ventre, dove ciò si facesse domandò quel fanciullo, il quale nell’uno de’ canti della camera gli mostrò uno uscio e disse : “Andate là entro.” Andreuccio dentro sicuramente passato, gli venne per ventura posto il piè sopra una tavola, la quale dalla contraposta parte sconfitta dal travicello sopra il quale era, par la qual cosa capolevando questa tavola con lui insieme se n’andò quindi giuso : e di tanto l’amò Idio, che niuno male si fece nella caduta, quantunque alquanto cadesse da alto, ma tutto della bruttura, della quale il luogo era pieno, s’imbrattò. Il quale luogo, acciò che meglio intendiate e quello che è detto e quello che segue, come stesse vi mostrerò. Egli era in un chiassetto stretto, come spesso tra due case veggiamo : sopra due travicelli, tra l’una casa e l’altra posti, alcune tavole eran confitte e il luogo da seder posto, delle quali tavole quella che con lui cadde era l’una. », Decameron, II, 5, 37-39.

73 Gérard Genette, Vraisemblance et motivation, in Figures II, Paris, Seuil, “Points”, 1979, p. 79.

74 « Guccio Imbratta, il quale era più vago di stare in cucina che sopra i verdi rami l’usignolo, e massimamente se fante vi sentiva niuna, avendone in quella dell’oste una veduta, grassa e grossa e piccola e mal fatta, con un paio di poppe che parean due ceston da letame e con un viso che parea de’ Baronci, tutta sudata, unta e affumicata, non altramenti che si getti l’avoltoio alla carogna, lasciata la camera di frate Cipolla aperta e tutte le sue cose in abbandono, là si calò ; e ancora che d’agosto fosse, postosi al fuoco a sedere, cominciò con costei, che Nuta aveva nome, a entrare in parole e dirle che egli era gentile uomo per procuratore e che egli aveva de’ fiorini più di millantanove, senza quegli che egli aveva a dare altrui, che erano anzi più che meno, e che egli sapeva tante cose fare e dire, che domine pure unquanche. E senza riguardare a un suo cappuccio sopra il quale era tanto untume, che avrebbe condito il calderon d’Altopascio, e a un suo farsetto rotto e ripezzato e intorno al collo e sotto le ditella smaltato di sucidume, con più macchie e di più colori che mai drappi fossero tartereschi o indiani, e alle sue scarpette tutte rotte e dalle calze sdrucite, le disse, quasi stato fosse il Siri di Ciastiglione, che rivestir la voleva e rimetterla in arnese e trarla di quella cattività di star con altrui e senza gran possession d’avere ridurla in isperanza di miglior fortuna e altre cose assai », Decameron, VI, 10, 21-23.

75 « À l’église, on ne le voyait jamais, et il bafouait avec d’abominables paroles tous les sacrements de l’Église, qu’il tenait pour méprisables ; en revanche, il fréquentait assidûment les tavernes et les autres lieux mal famés et en faisait large usage », Decameron, I, 1, 14.

76 « Les prostituées publiques, qui habitent les rues “déshonnêtes” ou logent en ville, peuvent en plein jour racoler dans les tavernes et autres lieux publics », Jacques Rossiaud, La prostitution médiévale, Paris, Flammarion, “Champs”, 1988, p. 22.

77 Jacques Le Goff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Flammarion, “Champs”, 1982, pp. 287-288.

78 Simone Roux, in Dictionnaire du Moyen Âge, cit., pp. 1367-1368.

79 « Trois choses seulement me plaisent, que je ne peux pas m’offrir comme je le voudrais, à savoir la femme, la taverne et le jeu de dés ; voilà ce qui me donne un coeur joyeux. Mais je suis bien obligé d’en user rarement, car ma bourse me contraint à dire non », Cecco Angiolieri, sonnet Tre cose solamente mi so’ in grado, vv. 1-6, in Poeti giocosi del tempo di Dante, a cura di Mario Marti, Milano, Rizzoli, “I Classici Rizzoli”, 1956, p. 192.

80 « Il fut accusé par son archevêque de trois péchés [...] à savoir de la luxure, du jeu et de la taverne », Mario Marti, in Poeti giocosi del tempo di Dante, ibid.

81 « La donna, la taverna e il dado, motivi che immediatamente avranno risonanza europea, sono il loro [dei poeti goliardi] vero volto letterario », Mario Marti, Cultura e stile nei poeti giocosi del tempo di Dante, Pisa, Nistri-Lischi, 1953, p. 22.

82 Decameron, VIII, 10.

83 « Era in Palermo in Cicilia, dove similemente erano, e ancor sono, assai femine del corpo bellissime ma nemiche dell’onestà, le quaIi, da chi non le conosce, sarebbono e son tenute grandi e onestissime donne. E essendo non a radere ma a scorticare uomini date del tutto, come un mercatante forestiere vi veggono, così da’ libro della dogana s’informano di ciò che egli v’ha e di quanto può fare : e appresso con lor piacevoli e amorosi atti e con parole dolcissime questi cotali mercatanti s’ingegnano d’adescare e di trarre nel loro amore : e già molti ve n’hanno tratti, a’ quali buona parte della loro mercatantia hanno delle mani tratta, e a assai tutta ; e di quegli vi sono stati che la mercatantia e ‘l navilio e le polpe e l’ossa lasciate v’hanno, sì ha soavemente la barbiera saputo menare il rasoio. », Decameron, VIII, 10, 7-8.

84 Jacques Heers, La ville au Moyen âge en Occident, Paris, Hachette, “Pluriel”, 1997, pp. 93-94.

85 Jacques Rossiaud, La prostitution médiévale, Paris, Flammarion, “Champs”, 1988, pp. 22-23 et 204-214.

86 « avvenne che una di queste barbiere, che si facea chiamare madama Iancofiore, avendo alcuna cosa sentita de’ fatti suoi, gli pose 1’occhio addosso ; di che egli accorgendosi, estimando che ella fosse una gran donna, s’avvisò che per la sua bellezza le piacesse e pensossi di volere molto cautamente menar questo amore ; e senza dirne cosa alcuna a persona incominciò a far le passate dinanzi alla casa di costei. La quale accortasene, poi che alquanti dì 1’ebbe bene con gli occhi acceso, mostrando ella di consumarsi per lui, segretamente gli mandò una sua femina la quale ottimamente 1’arte sapeva del ruffianesimo. La quale, quasi con le lagrime in su gli occhi, dopo molte novelle gli disse che egli con la bellezza e con la piacevolezza sua aveva sì la sua donna presa, che ella non trovava luogo né dì né notte ; e per ciò, quando a lui piacesse, ella disiderava più che altra cosa di potersi con lui a un bagno segretamente trovare », Decameron, VIII, 10, 10-11.

87 « di che egli accorgendosi, estimando che ella fosse una gran donna, s’avvisò che per la sua bellezza le piacesse », Decameron, VIII, 10, 10.

88 « essendo egli bianco e biondo e leggiadro molto, e standogli ben la vita », ibidem.

89 « rozzo e poco cauto », Decameron, II, 5, 3.

90 « messisi in borsa cinquecento fiorin d’oro », Decameron, II, 5, 3.

91 « con tanti pannilani che alla fiera di Salerno gli erano avanzati, che potevano valere un cinquecento fiorin d’oro », Decameron, VIII, 10, 9.

92 « parendogli essere un bel fante della persona, s’avvisò questa donna dover di lui essere innamorata », Decameron, II, 5, 11.

93 « estimando che ella fosse una gran donna », Decameron, VIII, 10, 10.

94 Andreuccio est abordé à son auberge par une jeune servante de la part d’une prétendue grande dame : « e, presa una sua fanticella, la quale essa assai bene a così fatti servigi aveva ammaestrata, in sul vespro la mandò all’albergo dove Andreuccio tornava. [...] essa, tiratolo da parte, disse “Messere, una gentil donna di questa terra, quando vi piacesse, vi parleria volentieri” », Decameron, II, 5, 9-10. Pareillement, Salabaetto est abordé par une inconnue : « segretamente gli mandò una sua femina la quale ottimamente l’arte sapeva del ruffianesimo. La quale, quasi con le lagrime in su gli occhi, dopo molte novelle gli disse che con la bellezza e con la piacevolezza sua aveva sì la sua donna presa, che ella non trovava luogo né dì né notte ; e per ciò, quando a lui piacesse, ella disiderava più che altra cosa di potersi con lui a un bagno segretamente trovare », Decameron, VIII, 10, 11. De même, le Napolitain Ricciardo Minutolo révèle ce qui est un mensonge tactique à la belle et noble Catella que son mari Filippello s’est épris de l’épouse de Ricciardo et lui propose un rendez-vous galant dans un établissement de bains : « quando io volessi, farebbe che io potrei essere segretamente a un bagno in questa terra », Decameron, III, 6, 17.

95 « l’amorose fiamme avevano gran parte del debito conoscimento tolto », Decameron, VIII, 10, 32.

96 « a uno alberghetto di due fratelli che vicino era alla casa della sua donna. », Decameron, III, 7, 10.

97 « essendo già notte, pieno di varii pensieri se ne tornò all’albergo », Decameron, III, 7, 12

98 C’est nous qui soulignons.

99 Gérard Genette, Vraisemblance et motivation, in Figures II, cit., p. 92. Gérard Genette complète la typologie des récits en mettant en évidence une tripartition : « Soient distingués trois types de récits : a) le récit vraisemblable, ou à motivation implicite, exemple : « La marquise demanda sa voiture et alla se promener. b) le récit motivé, exemple : « La marquise demanda sa voiture et se mit au lit, car elle était fort capricieuse » (motivation du premier degré ou motivation restreinte), ou encore : « …car, comme toutes les marquises, elle était fort capricieuse » (motivation du second degré, ou motivation généralisante). c) le récit arbitraire, exemple : « La marquise demanda sa voiture et se mit au lit », op. cit., pp. 98-99.

100 « e poi che cenato ebbe insieme col fante suo quasi nel più alto della casa fu messo a dormire. Quivi, sì per la malvagità del letto e forse per la cena ch’era stata magra, essendo già la metà della notte andata, non s’era ancor potuto Tedaldo adormentare », Decameron, III, 7, 12-13.

101 « Noi possiamo, lodato sia Idio, oggimai star sicuri, per ciò che noi sappiamo fermamente che la morte di Tedaldo Elisei è stata provata da’ fratelli addosso a Aldobrandin Palermini, e egli l’ha confessata e già è scritta la sentenzia : ma ben si vuol nondimeno tacere, per ciò che, se mai si risapesse che noi fossimo stati, noi saremmo a quel medesimo pericolo che è Aldobrandino. », Decameron, III, 7, 15.

102 « Tedaldo, udito questo, cominciò a riguardare quanti e quali fossero gli errori che potevano cadere nelle menti degli uomini, prima pensando a’ fratelli che uno strano avevan pianto e sepellito in luogo di lui, e appresso lo innocente per falsa suspizione accusato e con testimoni non veri averlo condotto a dover morire, e oltre a ciò la cieca severità delle leggi e de’ rettori, li quali assai volte, quasi solleciti investigatori delli errori, incrudelendo fanno il falso provare, e sé ministri dicono della giustizia e di Dio, dove sono della iniquità e del diavolo essecutori. Appresso questo alla salute d’Aldobrandino il pensier volse e seco ciò che a fare avesse compose. », Decameron, III, 7, 16.

103 Ainsi Montesquieu, chapitre De la torture ou question contre les criminels : « Parce que les hommes sont méchants, la loi est obligée de les supposer meilleurs qu’ils ne sont. Ainsi la déposition de deux témoins suffit dans la punition de tous les crimes. La loi les croit comme s’ils parlaient par la bouche de la vérité. […] Mais la question contre les criminels n’est pas dans un cas forcé comme ceux-ci. Nous voyons aujourd’hui une nation très bien policée la rejeter sans inconvénient. Elle n’est donc pas nécessaire par sa nature. Tant d’habiles gens et tant de beaux génies ont écrit contre cette pratique, que je n’ose parler après eux. J’allais dire qu’elle pourrait convenir dans les gouvernements despotiques, où tout ce qui inspire la crainte entre plus dans les ressorts du gouvernement ; j’allais dire que les esclaves chez les Grecs et chez les Romains… », De l’esprit des lois, Livre VI, chapitre 17 ; Cesare Beccaria, Dei delitti e delle pene, 1763-1764.

104 « poste le lor cose a uno albergo », Decameron, II, 1, 7.

105 « A Marchese e Stecchi piacque il modo : e senza alcuno indugio usciti fuor dall’albergo », Decameron, II, 1, 7.

106 « che questo che io dico sia vero, ve ne può far chiaro l’uficial del signore il quale sta alle presentagioni e il suo libro e ancora l’oste mio », Decameron, II, 1, 27.

107 « con ogni sollecitudine dandosi attorno e l’oste loro ritrovato, come il fatto era gli raccontarono ; di che esso ridendo, gli menò a un Sandro Agolanti, il quale in Trevigi abitava e appresso al signore aveva grande stato ; e ogni cosa per ordine dettagli, con loro insieme il pregò che de’ fatti di Martellino gli tenesse. Sandro, dopo molte risa, andatosene al signore impetrò che per Martellino fosse mandato ; e così fu. Il quale coloro che per lui andarono trovarono ancora in camicia dinanzi al giudice e tutto smarrito e pauroso forte, per ciò che il giudice niuna cosa in sua scusa voleva udire [...] del tutto era disposto a volerlo fare impiccare per la gola e in niuna guisa rendere il voleva al signore, infino a tanto che costretto non fu di renderlo a suo dispetto. », Decameron, II, 1, 30-32.

108 « En sémiotique littéraire, on désigne par ce terme toute personne, tout groupe de personnes, toute chose qui occupe une fonction bien précise dans une intrigue (sujet de l’action, obstacle, aide…). Cette catégorie permet de dépasser la notion trop étroite de personnage et de décrire de façon plus fine le fonctionnement du récit ou du drame. Dans Le Cid par exemple, la Castille, l’amour ou la gloire sont des actants du drame au même titre que le roi ou Rodrigue. Un même acteur peut être deux fois actant dans un récit donné : Chimène est à la fois la visée des actions de Rodrigue et l’obstacle qui est dressé contre leur aboutissement. », Michel Jarrety (sous la direction de), Lexique des termes littéraires, cit., article Actant, p. 17.

109 « oltre alla speranza di tutti e tre di così gran pericolo usciti, sani e salvi se ne tornarono a casa loro », Decameron, II, 1, 33.

110 « Va e sappi se il tuo san Giuliano questa notte ti darà buono albergo », Decameron, II, 2, 13.

111 « Il fante di Rinaldo veggendolo assalire, come cattivo, niuna cosa al suo aiuto adoperò, ma volto il cavallo sopra il quale era non si ritenne di correre sì fu a Castel Guiglielmo, e in quello, essendo già sera, entrato, senza darsi altro impaccio albergò. », Decameron, II, 2, 14.

112 « Ma san Giuliano, avendo a lui riguardo, senza troppo indugio gli apparecchiò buono albergo. », Decameron, II, 2, 18 ; c’est nous qui soulignons.

113 « rimaso in camiscia e scalzo, essendo il freddo grande e nevicando tuttavia forte […] tremando e battendo i denti », Decameron, II, 2, 15.

114 « e ‘l triemito che Rinaldo faceva, il quale pareva diventato una cicogna », Decameron, II, 2, 22.

115 « e già, per lo marchese che con lei doveva venire a giacersi, il concupiscibile appetito avendo desto nella mente ricevuto l’avea », Decameron, II, 2, 35.

116 « tutte le cose, le quali noi scioccamente nostre chiamiamo, sieno nelle sue mani, e per conseguente da lei, secondo il suo occulto giudicio, senza alcuna posa d’uno in altro e d’altro in uno successivamente, senza alcuno conosciuto ordine da noi, esser da lei permutate. », Decameron, II, 3, 4.

117 Dans son commentaire, Vittore Branca affirme : « Come in molti scrittori medioevali, anche nel Boccaccio ripetutamente è accennato il problema della Fortuna : da una concezione puramente fatalistica e percorsa da lamenti autobiografici, il Boccaccio giunge a una visione tomistica e dantesca della Fortuna come strumento della Provvidenza e della Giustizia divina. », Decameron, a cura di Vittore Branca, op. cit., p. 1057, note 10. Carlo Muscetta corrige ce jugement et nie que Boccace se fasse l’écho d’une conception théologique, fût-elle thomiste ou dantesque. L’exorde de Pampinea n’exprime aucune théologie. Il est plus juste de dire, comme Carlo Muscetta, que : « Nelle opere precedenti abbiamo visto le oscillanti opinioni del Boccaccio, che esita a distaccarsi dalle posizioni medievali di Boezio e di Dante. Ma sta di fatto che nel Decameron la Fortuna non è sempre considerata (come è stato detto) “strumento della Provvidenza”. Analizzando questa Giornata II vedremo subito che il lieto fine accade agli uomini (e li sorprende) di là dalla speranza. All’esercizio di questa teologale virtù, i personaggi di Boccaccio non si affidano mai ; ma proprio quando sono in condizioni affatto disperate, sopraggiunge la fortuna ad aiutarli. Solo post factum, e non sempre, essi vi riconoscono la divina Provvidenza. E questa Provvidenza favorisce il trionfo non propriamente della morale cristiana. », Carlo Muscetta, Boccaccio, cit., pp. 187-188. Par ailleurs, « Il fatto che “più volte ai malvagi che a li buoni pervengono questi doni della fortuna” (come diceva Dante) non è per il Boccaccio un drammatico mistero religioso, la cui soluzione si possa trovare solo contemplando il nostro mondo dalla realtà della vita eterna. La “corta buffa”, la beffarda vicenda dei beni affidati alla Fortuna è motivo per lui [Boccaccio] di sempre nuovi rovesciamenti comici. E se ne nascono drammi, essi sono sempre contenuti nell’ambito terrestre ed umano, come vedremo nella Giornata IV. », Carlo Muscetta, Boccaccio, cit., pp. 189. Prudemment, Boccace ne s’écarte pas beaucoup de l’opinion dominante. Toutefois, Boccace ne pose pas l’épineux problème des rapports entre Fortune et Dieu. C’est ce qui marque la profonde différence idéologique qui sépare Boccace de Dante.

118 « ristrette da’ voleri, da’ piaceri, da’ comandamenti de’ padri, delle madri, de’ fratelli e de’ mariti, il più del tempo nel piccolo circuito delle loro camere dimorano e quasi oziose sedendosi », Decameron, Prœmio, 10.

119 « per ciò che a loro, volendo essi, non manca l’andare a torno, udire e veder molte cose, uccellare, cacciare, pescare, cavalcare, giucare o mercatare », Decameron, Prœmio, 12. C’est nous qui soulignons.

120 « e quivi, presa in Londra una casetta, faccendo sottilissime spese, agramente cominciarono a prestare a usura ; e sì fu in questo loro favorevole la fortuna, che in pochi anni grandissima quantità di denari avanzarono. », Decameron, II, 3, 11.

121 « Le quali spese alquanti anni aiutò lor sostenere la moneta da Alessandro lor mandata, il quale messo s’era in prestare a baroni sopra castella e altre loro entrate, le quali da gran vantaggio bene gli rispondeano. », Decameron, II, 3, 13.

122 « diliberato di tornarsi in Italia, tutto soletto si mise in cammino. E per ventura di Bruggia uscendo, vide n’usciva similmente uno abate bianco con molti monaci accompagnato e con molta famiglia e con gran salmeria avanti ; al quale appresso venieno due cavalieri antichi e parenti del re, co’ quali, sì come con conoscenti, Alessandro accontatosi, da loro in compagnia fu volentieri ricevuto. », Decameron, II, 3, 17.

123 « e già pieno di compassion divenuto delle sue sciagure, assai familiarmente il confortò e gli disse che a buona speranza stesse, per ciò che, se valente fosse, ancora Idio il risporrebbe là onde la fortuna l’aveva gittato e più a alto. », Decameron, II, 3, 22.

124 « avvenne che, contra l’oppinione d’ogni uomo, nacque in Inghilterra una guerra tra il re e un suo figliuolo, per la quale tutta l’isola si divise, e chi tenea con l’uno e chi con l’altro ; per la qual cosa furono tutte le castella de’ baroni tolte a Alessandro, né alcuna altra rendita era di niente gli rispondesse. E sperandosi che di giorno in giorno tra ‘l figliuolo e ‘l padre dovesse esser pace, e per conseguente ogni cosa restituita a Alessandro, e merito e capitale, Alessandro dell’isola non si partiva », Decameron, II, 3, 14-15.

125 « ricchissimo cavaliere », Decameron, II, 3, 7.

126 « quando esso messer Tebaldo ricchissimo venne a morte e loro, sì come a legittimi suoi eredi, ogni suo bene e mobile e stabile lasciò. », Decameron, II, 3, 14-15.

127 « Li quali, veggendosi rimasi ricchissimi e di contanti e di possessioni, senza alcuno altro governo che del loro medesimo piacere, senza alcuno freno e ritegno cominciarono a spendere, tenendo grandissima famiglia e molti e buoni cavalli e cani e uccelli e continuamente corte, donando e armeggiando e faccendo ciò non solamente che a gentili uomini s’appartiene ma ancor quello che nello appetito loro giovenile cadeva di voler fare. Né lungamente fecero cotal vita, che il tesoro lasciato loro dal padre venne meno ; e non bastando alle cominciate spese solamente le loro rendite, cominciarono a impegnare e a vendere le possessioni : e oggi l’una e doman l’altra vendendo, appena s’avvidero che quasi al niente venuti furono e aperse loro gli occhi la povertà, li quali la ricchezza aveva tenuti chiusi. », Decameron, II, 3, 8-9.

128 « a Firenze tornandosi, gran parte delle loro possessioni ricomprarono e molte dell’altre comperar sopra quelle », Decameron, II, 3, 12.

129 « avendo dimenticato a qual partito gli avesse lo sconcio spendere altra volta recati, non obstante che in famiglia tutti venuti fossero, più che mai strabocchevolmente spendeano e erano sommamente creduti da ogni mercatante, e d’ogni gran quantità di denari. », Decameron, II, 3, 12.

130 « il quale messo s’era a prestare a baroni sopra castella e altre loro entrate », Decameron, II, 3, 13.

131 « per la qual cosa furono tutte le castella de’ baroni tolte a Alessandro, né alcuna altra rendita era che di niente gli rispondesse. », Decameron, II, 3, 14.

132 « avvenne che dopo più giorni essi pervennero a una villa la quale non era troppo riccamente fornita d’alberghi. E volendo quivi l’abate albergare, Alessandro in casa d’uno oste, il quale assai suo dimestico era, il fece smontare, e fecegli la sua camera fare nel meno disagiato luogo della casa. », Decameron, II, 3, 24.

133 « In verità io non so : tu vedi che ogni cosa è pieno e puoi veder me e la mia famiglia dormire su per le panche », Decameron, II, 3, 25.

134 « nella camera dell’abate son certi granai a’ quali io ti posso menare e porrovvi suso alcun letticello, e quivi, se ti piace, come meglio puoi questa notte ti giaci. », Decameron, II, 3, 25.

135 « L’abate dorme e se’ cortine son dinanzi : io vi ti porrò chetamente una coltricella, e dormiviti. », Decameron, II, 3, 27. La précision « six rideaux sont fermés autour de son lit » est un de ces petits détails vrais qui contribuent à créer un effet de réel : « Era uso, per ottenere un migliore isolamento, porre varie cortine attorno al letto (qui, sei). », in Decameron, a cura di Vittore Branca, cit., p. 1061, note 11.

136 « Ce qu’est l’amour – L’amour est un tourment naturel qui procède de la vision et de la pensée sans frein de la beauté de l’autre sexe », Andrea Cappellano, De amore, a cura du Graziano Ruffini, Milano, Guanda, 1980, Livre I, § 3, p. 6.

137 Terme latin signifiant “reconnaissance”.

138 « parendogli ogni cosa cheta per l’albergo, con sommessa voce chiamò Alessandro e gli disse che appresso lui si coricasse : il quale, dopo molte disdette spogliatosi, vi si coricò. », Decameron, II, 3, 29.

139 « L’abate, postagli la mano sopra il petto, lo ‘ncominciò a toccare non altramenti che sogliano fare le vaghe giovani i loro amanti : di che Alessandro si maravigliò forte e dubitò non forse l’abate, da disonesto amor preso, si movesse a così fattamente toccarlo. La qual dubitazione, o per presunzione o per alcuno atto che Alessandro facesse, subitamente l’abate conobbe e sorrise ; e prestamente di dosso una camiscia, ch’avea, cacciatasi, presa la mano d’Alessandro, e quella sopra il petto si pose dicendo : “Alessandro, caccia via il tuo sciocco pensiero, e, cercando qui, conosci quello che io nascondo”. Alessandro, posta la mano sopra il petto dell’abate, trovò due poppelline tonde e sode e dilicate, non altramenti che se d’avorio fossono state ; le quali egli trovate e conosciuto tantosto costei esser femina... », Decameron, II, 3, 30-32.

140 Dante, Commedia, Purgatorio, XXX, 48.

141 Virgile, Énéide, livre IV, v. 23.

142 « Il conte poi con la sua donna gloriosamente visse ; e, secondo che alcuni voglion dire, tra col suo senno e valore e l’aiuto del suocero egli conquistò poi la Scozia e funne re coronato. », Decameron, II, 3, 48.

143 Decameron, II, 4..

144 « Sommaire : récit résumant plus ou moins brièvement les événements de l’histoire », Gabrielle Gourdeau, Analyse du récit narratif, Paris, Magnard, 1993, p. 125.

145 « comperò un legnetto sottile da corseggiare e quello d’ogni cosa oportuna a tal servigio armò e guernì ottimamente, e diessi a far sua della roba d’ogni uomo e massimamente sopra i turchi. Al qual servigio gli fu molto più la fortuna benivola che alla mercatantia stata non era. Egli, forse infra uno anno, rubò e prese tanti legni di turchi, che egli si trovò non solamente aver racquistato il suo che in mercatantia avea perduto ma di gran lunga quello aver raddoppiato. », Decameron, II, 4, 9-10.

146 « bevendo più che non avrebbe voluto », Decameron, II, 4, 21.

147 « divenuto quasi una spugna », Decameron, II, 4, 22.

148 Guido Almansi, Estetica dell’osceno, Torino, Einaudi, 1974, p. 157,

149 Ibidem.

150 Giorgio Padoan, Mondo aristocratico e mondo comunale nell’ideologia e nell’arte di Giovanni Boccaccio, in Il Boccaccio, le Muse, il Parnaso e l’Arno, Firenze, Olschki, 1978.

151 « l’ingenium est la faculté naturelle pour comprendre quelque chose promptement », Guillaume de Conches, Glosae super Platonem, Prologus, IX, cité par Vincenzo Valente, Enciclopedia dantesca, cit., vol. III, 1971, article Ingegno, p. 442.

152 Decameron, II, 9.

153 « e brievemente tutti pareva che a questo s’accordassero, che le donne laciate da loro non volessero perder tempo », Decameron, II, 9, 8.

154 « Io non so come la mia si fa : ma questo so io bene, che quando qui mi viene alle mani alcuna giovinetta, che mi piaccia, io lascio stare dall’un dei lati l’amore il quale io porto a mia mogliere e prendo di questa qua quello piacere che io posso. », Decameron, II, 9, 5.

155 « E io fo il simigliante, per ciò che se io credo che la mia donna alcuna sua ventura procacci, ella il fa, e se io nol credo, sì ‘l fa ; e per ciò a fare a far sia : quale asino dà in parete, tale riceve. », Decameron, II, 9, 6.

156 « disse il contrario, affermando sé di spezial grazia da Dio avere una donna per moglie la più compiuta di tutte quelle virtù che donna o ancora cavaliere in gran parte o donzello dee avere », Decameron, II, 9, 8.

157 « Oltre a questo, niuno scudiere, o famigliare che dir vogliamo, diceva trovarsi il quale meglio né più accortamente servisse a una tavola d’un signore, che serviva ella, sì come colei che era costumatissima, savia e discreta molto. Appresso questo la comendò meglio saper cavalcare un cavallo, tenere un uccello, leggere e scrivere e fare una ragione che se un mercatante fosse », Decameron, II, 9, 9-10 ; c’est nous qui soulignons.

158 Decameron, II, 5, 3.

159 « Costoro che d’altra parte eran sì come lui maliziosi », Decameron, II, 5, 78.

160 « non essendo mai più fuori di casa stato », Decameron, II, 5, 3.

161 « dall’oste suo informato la seguente mattina fu in sul Mercato », Decameron, II, 5, 3.

162 « s’avvisò questa donna dover di lui esser innamorata, quasi altro bel giovane che egli non si trovasse allora in Napoli », Decameron, II, 5, 11.

163 « senza alcuna cosa dir nell’albergo », Decameron, II, 5, 13.

164 « e già avvicinandosi al giorno, con quello anello in dito andando all’avventura, pervenne alla marina e quindi al suo albergo si abbatté ; dove li suoi compagni e l’albergatore trovò tutta la notte stati in sollecitudine de’ fatti suoi. A’ quali ciò che avvenuto gli era raccontato, parve per lo consiglio dell’oste loro che costui incontanente si dovesse di Napoli partire ; la qual cosa egli fece prestamente », Decameron, II, 5, 84-85.

165 Qu’il suffise de rappeler le célèbre sonnet Passa la nave mia colma d’oblio, dont le dernier vers est « tal ch’incomincio a desperar del porto », in Petrarca, Canzoniere, a cura di Marco Santagata, Milano, Mondadori, “I Meridiani”, 1997, 2a edizione, n. 189, p. 820.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Stella, « La fonction narrative de l’auberge dans le Décaméron », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 21-90.

Référence électronique

René Stella, « La fonction narrative de l’auberge dans le Décaméron », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/794 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.794

Haut de page

Auteur

René Stella

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org