Navigation – Plan du site
L'auberge: espace diégétique et motif épique

L’auberge : un motif épique pour Andrea da Barberino

Colette Gros
p. 91-104

Résumés

L’analyse des caractéristiques de l’auberge et de l’aubergiste dans les adaptations de la matière épique française d’Andrea da Barberino révèle que l’auteur a construit, autour du passage à l’auberge, un motif narratif original qui est un reflet vivant de la société au sein de laquelle il est né et qui illustre l’étonnante vitalité d’un genre capable de se renouveler et d’adapter sa forme à la perspective idéologique de la bourgeoisie toscane de la fin du XIVe siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XIVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claude Roussel, « La reine aubergiste : misère et hospitalité dans les chansons de geste du XIVe si (...)

1Dans l’héritage littéraire français, tel qu’il va être exploité par les remaniements toscans, tout le récit épique est tendu vers le combat mais il est précédé ou suivi de déplacements au cours desquels le héros, s’il n’est pas en campagne, doit trouver un logement pour lui et sa monture. Née dans une société féodale, la matière épique décrit essentiellement la pratique de l’hospitalité : les rois et les empereurs sont reçus par leurs vassaux, les seigneurs accueillent leurs pairs au château. Parallèlement, dans les forêts, abbayes et ermitages hébergent le chevalier durant sa quête ou la dame en fuite, au nom de la charité chrétienne. Dans les chansons de geste tardives, nous rencontrons deux reines, épouses injustement bannies et persécutées, qui deviennent patronnes d’auberges et logent gratuitement les pauvres pèlerins1.

  • 2 André Moisan, Répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les Chansons de ges (...)

2Il existe pourtant dans l’épopée française des hôtes qui hébergent contre rétribution, dès lors que l’action se situe en ville. André Moisan2 n’en dénombre pas moins de soixante-dix, tous désignés par leur prénom comme Gautier, utilisé dans neuf épopées différentes, ou Gui, hôtelier tantôt à Rome, Cambrai, Pampelune ou Coutances… Parmi eux, deux femmes : Maissent, dame hôtelière à Laon dans la Chanson de Roland et Othon, hôtesse de la Cité d’Aquitaine dans Hernaut de Beaulande.

3Les adaptations d’Andrea da Barberino conservent, en général, les différents modes de représentation de l’hospitalité des poèmes-sources et offrent ainsi une place aux auberges sauf lorsque la vraisemblance ne le permet pas, c’est-à-dire lorsque le récit met en scène une campagne militaire (Aspramonte) ou que le merveilleux est très accentué (Storia di Ugone d’Alvergnia).

  • 3 Jean Rychner, La Chanson de geste : étude sur l’art épique des jongleurs, Genève, Droz, 1955, p. 22 (...)
  • 4 Andrea da Barberino I reali di Francia a cura di Giuseppe Vandelli e Giovanni Gambarin, coll. Scrit (...)

4Toutefois, l’histoire de la matière épique n’est pas un phénomène littéraire autonome et on ne peut l’aborder sans tenir compte du contexte politique et social car la chanson de geste représente, selon la formule de Jean Rychner, « le genre le plus étroitement conditionné »3. Jusqu’au milieu du XIIIe siècle, la bourgeoisie a dû se contenter de chansons qui défendaient une idéologie qui lui était étrangère ; puis l’accroissement de son pouvoir politique et économique, une nouvelle conscience de sa propre valeur et une éducation plus soignée ont rendu nécessaire l’adaptation de la chanson de geste, genre féodal par excellence, aux nouvelles réalités politiques et sociales. A fortiori, le mode d’hébergement variant d’une époque à l’autre et d’une société à l’autre, examiner celui qu’a choisi Andrea da Barberino4 pour ses personnages dans l’ensemble de sa production nous permettra de mieux définir comment il est dépeint à la fin du XIVe siècle, mais également d’analyser, sur ce point particulier, l’adaptation du genre épique à la perspective idéologique de la bourgeoisie, devenue son public de prédilection.

  • 5 Buovo, XLIV, p. 365. « De nombreux serviteurs d’aubergistes voulaient les emmener à leur auberge ma (...)
  • 6 Berta del gran pié, XL, p. 511.

5L’auberge apparaît dans les adaptations d’Andrea da Barberino dès que le héros franchit les portes d’une ville pour y pénétrer. Le plus souvent, il s’en fait indiquer une par les gardes – toujours à proximité du palais car c’est manifestement là que se situent les meilleures – mais parfois, comme Buovo à la cour d’Hantone, il est accosté par des domestiques qui lui vantent les mérites de leur auberge respective5. Contrairement aux auberges des épopées françaises tardives dont les enseignes sont parfois pittoresques, elles ne portent jamais de nom sauf l’auberge où séjourne Mainetto à Rome qui se nomme « Albergo di Santo Gianni »6, bien que sur nombre d’enseignes figurent traditionnellement saint Julien et saint Martin, les deux saints invoqués comme saints patrons des aubergistes.

  • 7 Il utilise les expressions « ricco albergo » (Berta del gran pié, XXI, p. 474), « buona osteria » ((...)
  • 8 Berta del gran pié, XL, p. 511.
  • 9 Fiovo, p. 115 : « Riccieri se jeta dans la mêlée à pied, la lance à la main, et il s’avança plus qu (...)
  • 10 Berta del gran pié, XL, p. 513 : « Le cardinal pleurait de tendresse, il l’emmena vers un coffre-fo (...)

6Les auberges ne sont jamais décrites, Barberino se contente d’affirmer qu’elles sont bonnes7. Une seule auberge, celle où séjourne Mainetto à Rome est « di bassa mano »8. Nous pouvons toutefois deviner qu’elles sont plus ou moins renommées, en fonction du prix que l’hôtelier réclame. Ce prix n’est jamais indiqué explicitement mais nous pouvons l’évaluer car le héros, qui ne peut payer, laisse son écu en gage, s’en va combattre l’ennemi qui assiège la ville et offre en paiement à son hôte les chevaux des cavaliers qu’il a tués : tantôt deux chevaux pour quatre nuitées, tantôt trois pour une seule9. Le coût de l’hébergement apparaît une fois sous la forme d’un sac de pièces d’or après que Mainetto et ses compagnons ont mis en gage toutes leurs armes et leurs chevaux pour faire patienter l’hôtelière10.

  • 11 Fiovo, LXI, p. 116.
  • 12 Fioravante, XXIX, p. 197.
  • 13 Gisberto e Bovetto, XVIII, p. 276.
  • 14 Buovo, LIX, p. 389. Drusiana loge dans un palais qui lui a été loué par Ruberto della Croce.
  • 15 Berta del gran pié, XL, p. 512.

7La durée du séjour est de trois jours pour Riccieri11, Fioravante12, Bovetto13 et Drusiana14 et de trois mois pour Mainetto et ses compagnons qui doivent attendre le retour à Rome du cardinal de Chiaramonte15.

  • 16 Gisberto e Bovetto, VI, p. 254.
  • 17 Fioravante, XXIX, p. 197 : « L’aubergiste fit donner de l’avoine au cheval et dresser le couvert. F (...)

8L’auberge est toujours accueillante, confortable et la nourriture y est abondante mais jamais spécifiée. Gisberto est reçu royalement à l’auberge du château de Monte Arbineo : l’hôtelier lui prépare une « riche chambre », et un souper fin accompagné de « vins parfaits »16. L’hôtelier de Fioravante lui affirme que, compte tenu du siège, il n’y a pas dans la ville quelqu’un de mieux pourvu que lui, ce qui s’avère exact car, à sa table, Fioravante peut « manger comme trois »17.

  • 18 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Bruxelles, Montréal, Bordas (...)
  • 19 Arnold Van Gennep, Les Rites de passage, Paris, Mouton, rééd. 1969.
  • 20 Fiovo, LXI, p. 115 : « Il [Riccieri] alla à la porte ; on le fit entrer après beaucoup de questions (...)

9L’auberge est le lieu d’une intimité ouverte, propice à la « rêverie alimentaire »18. Elle répond aux deux fonctions des rites très codifiés de l’hospitalité qui, dans toutes les civilisations, facilitent le passage de l’extérieur vers l’intérieur : elle réconforte le voyageur mais limite aussi les risques liés à l’arrivée d’un étranger inconnu19. Lorsque Riccieri arrive à Tunis, assiégée par le sultan, on le laisse entrer dans la ville, mais on le conduit dans une auberge où il est, en quelque sorte, assigné à résidence20.

  • 21 « Bramante dit : “Dis-moi, Aragonais, qui est ce jeune homme ?’” Morando lui répondit : “Je ne sais (...)
  • 22 Fioravante, XXIX, p. 197 ; Buovo, XLV, p. 366.

10Elle est un lieu vraisemblable de rencontre – c’est là que Morando dit avoir rencontré Mainetto21 – à l’intérieur duquel les rapports de savoir s’actualisent : le héros pourra y glaner des informations utiles à la réussite de son entreprise22.

  • 23 Fioravante, XXX, p. 199.

11L’auberge est aussi le pouls où l’on sent battre le cœur de la ville : à Tunis, Riccieri est surveillé car toute la ville est inquiète à cause du siège ; en revanche, après une sortie victorieuse des habitants de Scondia, l’hôtelier de Fioravante offre un somptueux dîner et toute l’auberge participe à la liesse générale23.

  • 24 Fioravante, XXIX, pp. 197-198 : « Alors qu’il était dans son premier sommeil, la fille de l’aubergi (...)
  • 25 Fioravante, XXXI, p. 201.

12Elle se transforme en un lieu propice à une aventure galante lorsque la fille de l’aubergiste, séduite par l’aspect du héros, lui propose en vain son amour. Ainsi Fioravante doit-il subir les avances d’une très belle demoiselle qui s’éprend de lui alors qu’elle lui lave les pieds dans une bassine d’argent. La présence de l’aubergiste l’empêche de dévoiler ses sentiments mais la jeune fille revient dans la chambre du héros lorsque tout le monde est endormi, elle s’introduit dans son lit, et s’offre à lui. Fioravante décline ses propositions en prétextant la fatigue24. Il s’agit d’une variante de type romanesque présente très tôt dans la matière épique. Cet amour sert à rendre compte de la beauté du héros et à révéler la distance qui le sépare des autres personnages. C’est ce qui se produit ici : la jeune fille meurt lorsque la fille du roi envoie quérir Fioravante. La nouvelle qui se répand dans la ville confirme l’identité de Fioravante. Drusolina – fille du roi mais aussi épouse de Fioravante – se réjouit et dit : « Pour sûr, à ce signe, je reconnais que c’est mon seigneur Fioravante car si c’était un coquin ou un domestique, il l’aurait épousée »25.

  • 26 Berta del gran pié, XXV-XXXVIII, pp. 481-508.
  • 27 Berta del gran pié, XL, pp. 511-514.
  • 28 Buovo, XLIV-XLV-XLVI, pp. 363-369.

13Parfois, l’auberge devient un lieu de complot qui permet au héros de progresser dans sa quête. Morando cache les armes de Mainetto dans une auberge, située hors de Saragosse, qui leur servira de point de ralliement au moment de leur fuite26 et, plus tard, c’est encore dans une auberge, romaine cette fois, que Mainetto rencontrera le cardinal de Chiaramonte afin de convenir d’une action en vue de conquérir le trône dont il a été écarté27. De la même façon, l’auberge de Ruberto della Croce sera le quartier général à partir duquel Buovo, aidé de Ruberto, conduira les opérations qui lui permettront de vaincre ses ennemis28.

  • 29 Cf. Colette Gros « Adapter l’épopée : l’exemple des chevaux chez Andrea da Barberino » in Italies, (...)

14Lieu de rencontre, d’information, de rendez-vous et de complot, l’auberge assume déjà toutes ces fonctions dans les poèmes sources mais, se confondant avec le topos de la taverne, elle y est aussi un lieu où vin, femmes et dés contribuent à la déchéance des clients sous l’œil cupide d’un tenancier à la fois aubergiste et prêteur sur gage. Ainsi Aiol présente-t-il une série de personnages issus de la taverne, ivrognes et joueurs de dés invétérés, que l’on ne retrouve pas dans le remaniement toscan29. Il est possible que Barberino n’ait pas voulu conserver le ton héroïco-comique du poème dans le seul but de donner une certaine homogénéité à son œuvre, mais peut-être ne l’a-t-il pas maintenu parce que l’image dégradée de l’auberge rejaillissait sur la ville tout entière.

  • 30 Cf. Colette Gros, L’image de la femme dans les chroniques florentines du XIVe siècle, Thèse de doct (...)
  • 31 Statuti del Podestà, L.III, r. 115.
  • 32 Son objectif initial était de détourner les hommes de l’homosexualité en favorisant la prostituti (...)
  • 33 Giovanni Villani, Nuova cronica, a cura di Giuseppe Porta, Parma, Fondazione Petro Bembo/Ugo Guan (...)

15Montrer qu’une ville peut être un lieu de désordre était acceptable voire amusant dans une société féodale qui craignait le pouvoir grandissant des riches bourgeois, mais cela ne l’était pas dans une société communale qui s’était toujours efforcée de présenter la ville comme un lieu respectable. L’historiographie florentine, en particulier, a toujours présenté la prostitution comme un phénomène marginal, étranger à la ville et à sa vie quotidienne30. Pourtant, la présence d’une prostitution organisée à Florence est confirmée par la fondation, dès 1256, de lieux d’hébergement pour les prostituées repenties. Elle l’est également par les statuts du Podestat de 1325 qui établissent qu’une fois par mois un notaire accompagné de Pénitents doit visiter les maisons closes, afin de vérifier s’il ne s’y trouve pas des femmes contraintes à exercer la prostitution contre leur gré31. Cette volonté d’encadrer toute forme de marginalité aboutira à la création, en avril 1403, de « l’Ufficio dell’Onestà », une juridiction permanente chargée de veiller à la moralité publique32. Par ailleurs, en 1333, l’abus de boisson est tel que Giovanni Villani – dont nous connaissons l’exactitude des chiffres – s’exclame : « […] et aujourd’hui, on consomme plus de vin dans les tavernes d’une paroisse de Florence que nos ancêtres n’avaient coutume d’en consommer dans toute la ville ! »33.

  • 34 Fiovo, LXI, p. 116.
  • 35 Fioravante, XXX, p. 199.

16Les aubergistes ne sont pas davantage décrits physiquement que leurs auberges, mais Andrea da Barberino, qui ne leur attribue jamais une identité, si l’on excepte Ruberto della Croce, nous en livre quelques traits psychologiques. Ils sont accueillants et respectueux envers leurs clients et si Riccieri est tout d’abord regardé avec suspicion, l’attitude de son hôte change, mais on ne peut savoir si c’est parce que le chevalier est allé combattre l’ennemi ou parce qu’il a payé son écot grâce à la prise de deux chevaux34. Il convient de remarquer que ce respect est mutuel, les héros font toujours preuve d’une extrême courtoisie envers leurs hôtes et ne manquent pas de remercier pour toutes les largesses qui leur sont prodiguées35.

  • 36 Fiovo, LXI, p. 115.
  • 37 « Arrivé à l’auberge, l’aubergiste lui tint l’étrier, pensant avec malice que ce chevalier était en (...)
  • 38 Fioravante, XXX, p. 198 : « Chevalier ne te mets pas en danger, reste ici avec moi et nous garderon (...)

17Les hôteliers ne montrent pas une excessive cupidité et attendent toujours au moins trois jours avant de réclamer leur dû36. Parfois, par ses interventions, l’auteur nous dévoile leur pragmatisme. Ainsi, l’aubergiste qui reçoit Fioravante le fait-il avec beaucoup de respect car il croit qu’il s’agit d’un espion envoyé par le sultan à la veille de la prise de la ville37. Plus tard, il promet à Fioravante de lui donner tout ce qu’il possède si celui-ci ne va pas combattre et protège son auberge38.

  • 39 Gisberto e Bovetto, VI, p. 254.
  • 40 Buovo, XLIV, pp. 364-365.

18Les aubergistes sont fidèles à leur seigneur, ce qui les conduit parfois à dénoncer leur clientèle. Ainsi, l’hôtelier de Monte Arbineo, se remémorant que son seigneur a fait crier qu’un couple était recherché, se précipite au château dès que ses clients sont endormis pour expliquer à son seigneur qu’un chevalier ayant une belle dame pour page est descendu dans son auberge. Il participera même à la capture de Bovetto et Sibilla39. Cette fidélité peut être exemplaire. En effet, c’est par loyauté envers la famille de Buovo qu’un aubergiste d’un faubourg d’Antona puis Ruberto della Croce refusent respectivement de nourrir et de loger Buovo lorsqu’ils apprennent qu’il veut soigner l’usurpateur, le duc Duodo40, même si l’aubergiste du faubourg s’exécute devant la menace de Buovo de tout révéler au duc.

  • 41 Fioravante, XXX, p. 198 ; Buovo, XLIV, p. 365.
  • 42 Fioravante, XXIX, p. 197.
  • 43 Buovo, XLV, p. 366.
  • 44 Berta del gran pié, XL, p. 513.

19Les hôteliers jouent le plus souvent le rôle de personnages adjuvants à des degrés divers : de la simple information41 à la complicité voire l’appui militaire. C’est ainsi que Fioravante apprend, grâce à son hôtelier, que la ville ne pourra soutenir le siège longtemps car les habitants sont las et les provisions commencent à manquer42. De même Buovo est informé par Ruberto della Croce de ce qui s’est passé à Hantone, depuis sa fuite consécutive à l’assassinat de son père jusqu’à la dernière bataille où Duodo a été blessé43. L’hôte de Mainetto prend une part active à l’action en cachant les armes et en ne révélant la fuite que lorsque le héros est hors de portée. Les hôteliers peuvent aussi aider le héros démuni en l’hébergeant longuement, comme la femme aubergiste de Rome qui n’exprime son impatience qu’au bout de trois mois et, ayant reçu son dû, s’excuse d’avoir été importune44.

20L’aubergiste le plus remarquable de l’œuvre de Barberino est sans nul doute Ruberto della Croce, qui aidera Buovo à recouvrer son fief et exercera d’importantes fonctions militaires et politiques. Ce personnage, soigneusement construit, n’a pas d’équivalent dans les poèmes dont Andrea da Barberino s’est inspiré où il s’agit d’un hôte, parfois parent de Sinisbaldo, toujours noble. Dans la Geste francor, son rôle se limite à aider Bovo à s’emparer de la ville et se termine avec ces mots :

  • 45 La « geste francor » di Venezia, a cura di Aldo Rosellini, Brescia, La Scuola, 1986, p. 214, vv.  (...)

Mors li traitor ! Presa è la cité !
Bovo est venu qe l’oit conqui[s]té,
Le nostro segnor qe Deo l’oit mandé,
Qe lungo tempo avemo aspeté.
45

  • 46 En 1288-89, les hôteliers donnant logement et nourriture, les marchands de vin, d’huile, de bois, d (...)

21En revanche, Barberino fait de ce riche bourgeois cultivé l’âme de la résistance à l’usurpateur. Résistance qu’il se plaît à montrer – tissant ainsi l’éloge des qualités morales du public auquel il destine son œuvre – comme étant du seul fait des riches bourgeois, qui n’ont compté ni leur peine ni leur argent pour entretenir l’agitation, dans l’attente d’un éventuel retour de l’héritier légitime. En effet, pour un public florentin, Ruberto della Croce, par sa richesse et les charges auxquelles il accède, symbolise la bourgeoisie d’affaires et non l’Art des hôteliers, l’un des neuf Arts mineurs qui regroupent les petits métiers46.

  • 47 Cf. Daniel Waley, « The army of the florentine republic » in Florentine studies, Politics and socie (...)
  • 48 Buovo, XLIX, p. 371, LIII, p. 378 ; I figliuoli di Buovo, IX, p. 441.

22Pour autant, son personnage reste dans les limites de cette réalité : il n’occupe aucune fonction que ne pourrait occuper un membre des Arts majeurs dans une Commune comme Florence. Ainsi demande-t-il à commander la première « insegna de’ feritori », ce qui correspond à l’organisation de la milice citadine au temps mythique du « primo popolo » et permet à Barberino d’inviter son public à se pencher avec émotion sur un moment glorieux de son passé, lorsque Florence n’avait pas encore remis son sort entre les mains de mercenaires étrangers et qu’elle était défendue par ses citoyens47. Par la suite, Ruberto trouvera tout naturellement sa place dans le Conseil de’ Maggiori dont il deviendra un membre éminent, très écouté du roi. C’est à Ruberto que Buovo confie la garde de sa mère et de ses demi-frères après leur capture, et le soin de leur infliger la peine qu’il estime juste. Lorsque Gailone, le messager de Pépin, injurie Buovo au nom de son roi devant le Conseil réuni, c’est Ruberto qui répond et quand Buovo, réconcilié avec Pépin, envisage de secourir Margaria, c’est encore Ruberto qui sera écouté. Enfin, c’est lui qui vengera la mort de Buovo en faisant écarteler son meurtrier48. Tout ceci traduit une volonté ferme de l’auteur de mettre l’accent sur les qualités qui président, selon lui, au choix des membres des institutions communales : l’efficacité, la probité et la vertu, aux dépens des prérogatives que réclamait a priori la noblesse de sang.

  • 49 Cf. Claude Roussel, op. cit., p. 76.

23Montrer ainsi un riche bourgeois jouant un rôle politique et militaire était bien sûr inimaginable pour le public féodal du XIIe siècle auquel étaient destinés les poèmes sources, mais tout à fait concevable pour un public communal. Il ne s’agissait pas, comme le faisaient les épopées tardives françaises, contemporaines de l’œuvre de Barberino, d’illustrer l’ambiguïté des valeurs sociales, morales et religieuses d’un univers où les repères identitaires se dissolvaient, où « de grands barons et de grandes dames connaissaient la vie difficile des mendiants » ou « des parents adoptifs (charbonniers, vachers), adjuvants de hasard (orfèvre, aubergiste, pêcheur) », se voyaient offrir « des ascensions sociales fulgurantes »49, mais de renvoyer une image flatteuse d’elle-même à la riche bourgeoisie.

  • 50 Cf. François Suard, « À quoi sert l’hospitalité dans les chansons de geste ? » in Représentations m (...)
  • 51 Ibidem, p. 89.

24De fait, l’image de l’aubergiste chez Barberino se démarque de l’évolution que connaît le personnage dans les textes français contemporains. Selon François Suard, les fonctions et les mises en œuvre du motif de l’hôte et de l’hospitalité dans les chansons de geste sont variées : révéler la vaillance du héros quand il s’empare d’un ostel, montrer sa générosité lorsqu’il dépense sans compter, susciter l’émotion ou le rire de l’auditoire50. En France, à l’époque de Barberino, ce motif est utilisé pour sa fonction de lieu d’accueil car « De même qu’elles saturent l’espace géographique en développant leur intrigue sur toute l’étendue du monde connu, les dernières chansons de geste visent parallèlement à une saturation de l’espace social en faisant défiler, au fil d’une intrigue pléthorique, des représentants des milieux les plus divers »51. Aucune de ces fonctions ne se retrouve chez Barberino : le héros ne provoque jamais un tumulte afin de se loger en chassant les clients de l’auberge, il n’offre jamais de nourriture car il est presque toujours démuni, il n’est jamais ridicule ; l’auberge n’est pas un lieu où peuvent se rencontrer les différentes composantes de la société : le héros est toujours le seul client, sauf s’il est accompagné d’un serviteur ou d’amis.

25Le passage à l’auberge revêt pourtant une fonction importante dans le récit que révèle sa rareté même. Barberino ne donne aucune information sur l’hébergement des nombreux messagers qui apparaissent souvent comme un simple moyen pour véhiculer le message. Seul le héros descend dans une auberge et ce séjour est unique, à l’exception de Mainetto parce que le livre VI, construit à partir de différentes sources, contient plusieurs récits racontant successivement la naissance, l’enfance de Charlemagne et sa vie de jeune roi avant l’adoubement de Roland.

26La durée de ce séjour a une valeur hautement symbolique : le héros reste généralement trois jours ou trois mois pour Mainetto à Rome, au terme desquels il se fait reconnaître par ses exploits. Riccieri à Tunis, Fioravante à Scondia, Bovetto à Fris, Buovo à Antona, Drusiana à Antona, Mainetto que Morando accompagne à Saragosse, Mainetto aidé de Morando, Galeana et Uggieri à Rome suivent tous cet itinéraire.

27Cet aspect récurrent n’existe pas dans les poèmes-sources. Il fait du passage à l’auberge un motif dont il convient de définir les caractéristiques. Nous pouvons dès à présent affirmer qu’il ne s’agit pas d’un motif rhétorique : Barberino ne fait pas une description stylisée de l’auberge. Dans son œuvre, il ne développe que les éléments traditionnels du paysage épique (arbres, collines, forêts) au milieu desquels surgit parfois le locus amœnus sous la forme d’un verger où coule un ruisseau.

  • 52 Cf. Marie-Luce Chenerie, Le Chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des XII e et XIII e(...)

28Ce motif ne se confond pas non plus avec celui de l’accueil du chevalier dans les romans courtois, épisode qui ponctue et relance les aventures et ne s’effectue que chez des hôtes nobles52.

  • 53 Sur les motifs dans la chanson de geste cf. Jean-Pierre Martin, Les Motifs dans la chanson de Geste (...)

29Le passage à l’auberge se présente chez Andrea da Barberino comme un motif narratif original qui précède l’un des motifs traditionnels de l’épopée : l’épreuve qualifiante – non pas l’adoubement mais la bataille, dont le tournoi est une forme – qui permet au chevalier de manifester sa prouesse mais ne règle pas le conflit dans lequel elle s’inscrit53. Nous y retrouvons en effet toutes les caractéristiques du motif narratif tel que le définit Jean-Pierre Martin : le passage à l’auberge est un élément fonctionnel de la trame narrative qui englobe une série autonome et ordonnée d’actions modifiant les rapports entre les acteurs dans le sens d’une amélioration – il pourrait s’agir d’une dégradation – mais n’implique pas un usage fonctionnel constant de toutes ses occurrences. Comme stéréotype pouvant être inscrit dans divers récits, il est marqué par la récurrence, dans deux ou plusieurs textes ou portions de texte, d’une même suite de clichés dont seuls cependant les épisodes cardinaux sont actualisés de façon constante, mais dont le schéma détaillé n’apparaît que par la comparaison entre les différentes occurrences, et donc indépendamment de toute actualisation particulière. Son environnement contextuel est variable ainsi que sa clôture, de façon à permettre l’enchaînement avec les divers motifs qui suivront. Comme nous l’avons montré, au cours du passage à l’auberge, l’une des valeurs modales de savoir, pouvoir, vouloir, nécessaires à l’accomplissement d’une épreuve se transforme.

  • 54 Gisberto e Bovetto, IV, p. 251.

30La conscience de l’auteur d’avoir construit un motif est également manifeste dans les situations où il ne respecte pas totalement son propre schéma car il justifie alors la variante qu’il a choisie. Lorsque Gisberto, roi de France devenu lépreux pour avoir offensé Dieu, revient dans le monde, après avoir passé sept ans dans une forêt d’Espagne, il ne passe pas par une auberge car, informée par ses sujets de son arrivée dans la ville d’Agusta, la reine, qui est experte en sciences et en astrologie, découvre son identité et ordonne à ses sujets de le vêtir, de l’armer et de le nommer seigneur de la cité54.

  • 55 Aiolfo del Barbicone, VIII, [XI], p. 1100.

31Dans Aiolfo del Barbicone, Barberino adopte un schéma plus complexe qui se déroule en deux temps. Le séjour à l’auberge est antérieur à l’arrivée en ville : ce n’est pas le héros mais son cheval qui est reconnu par un maréchal ferrant qui avertit par lettre la tante d’Aiol ; celle-ci fera accompagner le jeune homme au palais sans qu’il ait besoin de séjourner à l’auberge55. Barberino a peut-être choisi cette variante afin de s’éloigner du poème source et de supprimer les scènes qui lui paraissaient inconvenantes.

  • 56 Ugone d’Alvernia, IV [XXXVI], pp. 1214-1216.

32Dans Ugone d’Alvernia, le motif est décliné à deux reprises. Une première fois à Terra di verità où règne le Prete Gianni ou Presto Giovanni, cette figure légendaire de roi chrétien, très riche et très puissant, dont le pays fut d’abord situé en Inde ou en Asie orientale puis en Éthiopie. Guidé par un marchand, Ugone arrive au port, entre dans la ville et attache son cheval à un anneau d’or. Le Prete Gianni est à l’église, en train de célébrer une messe à laquelle assistent des rois, des princes, des ducs et des marquis. Ugone se jette à ses pieds et lui demande de recevoir sa confession, puis tous se rendent au palais pour y déjeuner56. Le motif n’est pas respecté car l’épisode présente une ville gouvernée par un prêtre-roi. De ce fait, l’église apparaît comme un lieu naturel de rencontre, qui se substitue à l’auberge comme nécessaire lieu de passage avant l’entrée au palais : le héros se confronte à un autre ordre, laboratores ou oratores, avant de rejoindre le siège du pouvoir des bellatores.

33Après avoir quitté le pays du Prete Gianni, Ugone navigue sur le Nil, lorsqu’il aperçoit trois jeunes filles. Elles lui proposent de les accompagner chez leur reine, Ugone accepte. Il entre dans une jolie petite ville et aussitôt, il est entouré de jeunes gens, garçons et filles, qui chantent des chansons d’amour en français et l’emmènent directement au palais. La reine lui propose de l’aider à accomplir sa curieuse ambassade – sur ordre de son roi, il doit rendre visite à Lucifer – à condition qu’il cède auparavant à ses charmes. Le comte refuse et se réfugie dans un jardin pour prier Dieu de l’aider à résister à la tentation. Ici, sans raison apparente, le motif n’est pas respecté, ce qui indique que la situation est anormale et donc périlleuse. En effet, Ugone se trouve déjà en enfer et il l’ignore.

34Qu’il s’agisse d’embuscade, de siège, d’ambassade, de campagne militaire ou d’adoubement, les motifs épiques traditionnels dénotent un goût assez fort pour le réalisme et apparaissent souvent comme un choix opéré dans la réalité féodale : en créant un matériau traditionnel à partir d’éléments extraits d’une actualité plus ou moins récente, ils servent à la transfiguration du réel en poésie. Le motif créé par Andrea da Barberino se présente, à son tour, comme un reflet vivant et autonome de la société au sein de laquelle il est né et il témoigne de la vitalité de la tradition épique capable de se renouveler et d’adapter sa forme à un public nouveau.

Haut de page

Notes

1 Claude Roussel, « La reine aubergiste : misère et hospitalité dans les chansons de geste du XIVe siècle », in Représentations médiévales de l’hospitalité, Actes du colloque de Clermont-Ferrand (20-22 janvier 2000), Littérales n° 27, Paris X-Nanterre, 2001, pp. 75-89.

2 André Moisan, Répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les Chansons de geste françaises et les œuvres étrangères dérivées, Genève, Droz, 1986, vol. 1-1 et 1-2.

3 Jean Rychner, La Chanson de geste : étude sur l’art épique des jongleurs, Genève, Droz, 1955, p. 22.

4 Andrea da Barberino I reali di Francia a cura di Giuseppe Vandelli e Giovanni Gambarin, coll. Scrittori d’Italia n° 193, Bari, 1947. Cette édition réunit six livres des Reali : Libro I : Fiovo pp. 3-141 ; Libro II : Fioravante pp. 143-244 ; Libro III : Gisberto e Bovetto pp. 245-290 ; Libro IV : Buovo d’Antona, pp. 291-426 ; Libro V : I figliuoli di Buovo d’Antona (la vendetta di Buono), pp. 427-442 ; Libro VI : Berta del gran pié, pp. 547-564. Romanzi dei Reali di Francia a cura di Adelaide Mattaini, Milano, Rizzoli, 1957, 1267 pages. Cette édition réunit, outre les Reali di Francia pour lesquels nous utilisons l’édition précitée, l’Aspramonte, la Storia di Rinaldino da Montalbano, I Nerbonesi, la Storia di Aiolfo del Barbicone et la Storia di Ugone d’Alvernia. Nous utilisons les titres des livres (Fiovo, Fioravante…), selon le découpage des éditions utilisées.

5 Buovo, XLIV, p. 365. « De nombreux serviteurs d’aubergistes voulaient les emmener à leur auberge mais Terigi dit à Buovo : “Oh maître, allons avec celui-ci qui est le valet d’une bonne auberge”. ».

6 Berta del gran pié, XL, p. 511.

7 Il utilise les expressions « ricco albergo » (Berta del gran pié, XXI, p. 474), « buona osteria » (Gisberto e Bovetto, XVII, p. 276) ou « migliore albergo della città » (Fioravante, XXIX, p. 197).

8 Berta del gran pié, XL, p. 511.

9 Fiovo, p. 115 : « Riccieri se jeta dans la mêlée à pied, la lance à la main, et il s’avança plus que les autres, de sorte qu’il captura un chevalier et gagna deux chevaux. Il donna le chevalier aux habitants de la ville ; et il emmena les deux chevaux à l’auberge et les donna à l’hôtelier pour payer son écot […] » ; Fioravante XXX, p. 199 : « […] Fioravante prit trois chevaux, deux à la main et le troisième attaché à l’arçon d’un autre et, arrivé à l’auberge, il les donna à l’aubergiste pour l’hospitalité qu’il avait reçue. »

10 Berta del gran pié, XL, p. 513 : « Le cardinal pleurait de tendresse, il l’emmena vers un coffre-fort rempli de monnaies d’or, lui en donna une pleine bourse, et lui dit : “Va, paie l’aubergiste, et je viendrai ce soir, de nuit, chez vous, pour voir mon seigneur […]” ».

11 Fiovo, LXI, p. 116.

12 Fioravante, XXIX, p. 197.

13 Gisberto e Bovetto, XVIII, p. 276.

14 Buovo, LIX, p. 389. Drusiana loge dans un palais qui lui a été loué par Ruberto della Croce.

15 Berta del gran pié, XL, p. 512.

16 Gisberto e Bovetto, VI, p. 254.

17 Fioravante, XXIX, p. 197 : « L’aubergiste fit donner de l’avoine au cheval et dresser le couvert. Fioravante mangea pour trois et fut très bien réconforté ; et devant lui servait une très belle demoiselle, fille de l’aubergiste. »

18 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Bruxelles, Montréal, Bordas, 4e édition, 1973, p. 299 et Claude Roussel, op. cit., p. 88.

19 Arnold Van Gennep, Les Rites de passage, Paris, Mouton, rééd. 1969.

20 Fiovo, LXI, p. 115 : « Il [Riccieri] alla à la porte ; on le fit entrer après beaucoup de questions et il fut accompagné à l’auberge et considéré à demi suspect. »

21 « Bramante dit : “Dis-moi, Aragonais, qui est ce jeune homme ?’” Morando lui répondit : “Je ne sais qui il est, mais en venant de Barcelone, je le rencontrai sur la route, dans une auberge, et nous fîmes le chemin ensemble ; et il me dit qu’il était catalan”. Et Morando jura par Mahomet qu’il ne savait pas qui il était. », Berta del gran pié, XXXI, p. 490.

22 Fioravante, XXIX, p. 197 ; Buovo, XLV, p. 366.

23 Fioravante, XXX, p. 199.

24 Fioravante, XXIX, pp. 197-198 : « Alors qu’il était dans son premier sommeil, la fille de l’aubergiste se leva et, seule, alla dans la chambre de Fioravante et se coucha à ses côtés. Fioravante dormait, elle le prit dans ses bras et l’embrassa. Il se leva et lui demanda qui elle était ; elle le lui dit. Quand il entendit qui elle était, il lui dit : “Demoiselle, pardonne-moi, je ne te toucherai pas pour tout l’or de cette ville, parce que je suis fatigué.” ».

25 Fioravante, XXXI, p. 201.

26 Berta del gran pié, XXV-XXXVIII, pp. 481-508.

27 Berta del gran pié, XL, pp. 511-514.

28 Buovo, XLIV-XLV-XLVI, pp. 363-369.

29 Cf. Colette Gros « Adapter l’épopée : l’exemple des chevaux chez Andrea da Barberino » in Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, Arches de Noé [1], n° 10, octobre 2006, pp. 141-165.

30 Cf. Colette Gros, L’image de la femme dans les chroniques florentines du XIVe siècle, Thèse de doctorat, Université de Provence, 2000, vol. II, pp. 398-381.

31 Statuti del Podestà, L.III, r. 115.

32 Son objectif initial était de détourner les hommes de l’homosexualité en favorisant la prostitution féminine par la venue d’étrangères et la création d’un quartier réservé aux bordels en plein centre de la ville, entre le Mercato Vecchio et le Baptistère. Un siècle plus tard, sous la pression des prédicateurs, et en particulier de Savonarole, l’Office se transforma en organe de répression. Cf. Richard C. Trexler, La prostitution florentine au XVe siècle : patronages et clientèles, Annales E.S.C., 1981/ 6, pp. 983-1015.

33 Giovanni Villani, Nuova cronica, a cura di Giuseppe Porta, Parma, Fondazione Petro Bembo/Ugo Guanda editore, 1990, XII, ii, vol. III, p. 23.

34 Fiovo, LXI, p. 116.

35 Fioravante, XXX, p. 199.

36 Fiovo, LXI, p. 115.

37 « Arrivé à l’auberge, l’aubergiste lui tint l’étrier, pensant avec malice que ce chevalier était envoyé à l’intérieur de la cité par le sultan et il commença à lui offrir toute sa marchandise, craignant que la ville ne fût prise rapidement. Fioravante dit : “Aubergiste, comment t’approvisionnes-tu ?” L’aubergiste dit : “Je ne crois pas que dans cette ville il y ait quelqu’un de mieux approvisionné que moi ; et je promets de vous en donner la moitié, et je m’en remets à vous car je suis certain que, demain ou après-demain, le sultan prendra cette ville parce qu’elle ne peut pas résister”. » Fioravante, XXIX, p. 197.

38 Fioravante, XXX, p. 198 : « Chevalier ne te mets pas en danger, reste ici avec moi et nous garderons cet hôtel car je suis riche et ce que j’ai sera à vous » [il vient d’offrir sa fille en mariage à Fioravante].

39 Gisberto e Bovetto, VI, p. 254.

40 Buovo, XLIV, pp. 364-365.

41 Fioravante, XXX, p. 198 ; Buovo, XLIV, p. 365.

42 Fioravante, XXIX, p. 197.

43 Buovo, XLV, p. 366.

44 Berta del gran pié, XL, p. 513.

45 La « geste francor » di Venezia, a cura di Aldo Rosellini, Brescia, La Scuola, 1986, p. 214, vv. 535-538.

46 En 1288-89, les hôteliers donnant logement et nourriture, les marchands de vin, d’huile, de bois, de sel et de fromage, les tanneurs, les fabricants de cuirasses et d’épées, les serruriers, les taillandiers et chaudronniers, les corroyeurs, les fourniers et boulangers furent regroupés en neuf Arts mineurs officiels dirigés par un recteur et ayant un gonfalon.

47 Cf. Daniel Waley, « The army of the florentine republic » in Florentine studies, Politics and society in Renaissance Florence ed. by Nicolai Rubinstein, London, Faber & Faber, 1968, pp. 70-108. Cf. également nos articles : Montaperti entre défaite et trahison (à paraître en 2007 dans les Cahiers de SICMA, Aix-en-Provence, P.U.P. [conférence du séminaire “Sociétés, Croyances, Idéologies au Moyen Âge”, prononcée le 16 novembre 2004]), et Florence en guerre au XIVe siècle : la guerre de Pise, in Actes du colloque interdisciplinaire et international “Villes en guerre” organisé par le Laboratoire SICMA, Aix-en-Provence (8 et 9 juin 2006), à paraître aux Presses Universitaires de Provence.

48 Buovo, XLIX, p. 371, LIII, p. 378 ; I figliuoli di Buovo, IX, p. 441.

49 Cf. Claude Roussel, op. cit., p. 76.

50 Cf. François Suard, « À quoi sert l’hospitalité dans les chansons de geste ? » in Représentations médiévales de l’hospitalité, cit., pp. 13-30.

51 Ibidem, p. 89.

52 Cf. Marie-Luce Chenerie, Le Chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des XII e et XIII e siècles, Genève, Droz, 1986.

53 Sur les motifs dans la chanson de geste cf. Jean-Pierre Martin, Les Motifs dans la chanson de Geste, Définition et utilisation (Discours de l’épopée médiévale, I), thèse de doctorat de troisième cycle, Centre d’Études Médiévales et dialectales, Université de Lille III, 1992.

54 Gisberto e Bovetto, IV, p. 251.

55 Aiolfo del Barbicone, VIII, [XI], p. 1100.

56 Ugone d’Alvernia, IV [XXXVI], pp. 1214-1216.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colette Gros, « L’auberge : un motif épique pour Andrea da Barberino », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 91-104.

Référence électronique

Colette Gros, « L’auberge : un motif épique pour Andrea da Barberino », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/799 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.799

Haut de page

Auteur

Colette Gros

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org