Navigation – Plan du site
L'auberge: espace diégétique et motif épique

Les fonctions narratives de l’auberge dans Don Quichotte de Miguel de Cervantès

Isabelle Rouane Soupault
p. 105-127

Résumés

L’auberge est indéniablement l’un des lieux privilégiés de l’action romanesque dans Don Quichotte. Toutefois, la nature diverse de ses occurrences amène à dégager les différentes fonctions narratives de cet espace dans le roman de Cervantès. De l’homologie formelle qui permet d’« héberger » des récits interpolés à la parodie du château des romans de chevalerie, de la théâtralisation de l’écriture romanesque au passage initiatique dans la quête de la vérité, les auberges du Don Quichotte installent dans le récit les doutes et les réussites, les tentatives et les choix de l’auteur. Au-delà de l’espace où s’ancre l’action romanesque, l’auberge est, chez Cervantès, un véritable atelier d’écriture.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne

Index chronologique :

XVIIe
Haut de page

Texte intégral

1L’œuvre de Cervantès, dont la première partie fut publiée en 1605, installe son héros, le chevalier don Quichotte de la Manche, dans un mouvement permanent. L’errance est sa vocation et le voyage une exigence vitale de sa nouvelle identité. Ce dynamisme essentiel impose à don Quichotte de nombreuses étapes : les maquis, la montagne et ses bergeries, servent souvent de lieux de repos au chevalier et à son écuyer. Ils sont parfois hébergés par des hôtes nobles, accueillants et généreux. Mais, surtout, et le plus souvent, ils s’arrêtent, pour quelques heures ou pour quelques jours, dans des auberges, « las ventas », ou leur variante urbaine, « los mesones », dont il apparaît très vite qu’elles deviennent dans le roman un espace aux fonctions polyvalentes.

2L’auteur nous révèle dans son ultime œuvre romanesque, Les Travaux de Persiles et Sigismonde, la perspective pleine de promesses qu’il associe à l’espace de l’auberge :

  • 1 Miguel de Cervantès, Los trabajos de Persiles y Sigismunda, Madrid, ed. Cátedra, 2003, Libro IV, (...)

Aquella noche llegaron una jornada antes de Roma y, en un mesón, adonde siempre les solía acontecer maravillas…1

3Qu’elles soient « ventas » ou « mesones », les auberges sont donc présentées comme des lieux où le récit s’ouvre vers des événements exceptionnels. La curiosité du lecteur est mise en éveil dès l’annonce du recours à ce lieu privilégié de certaines actions romanesques. De plus, la récurrence des apparitions du motif dans l’œuvre permet de percevoir une déclinaison de ses fonctions narratives que cette étude va tenter d’éclairer.

4Nous envisagerons, tout d’abord, l’évolution du traitement du motif dans l’ensemble de l’œuvre. Ensuite, nous détaillerons différentes fonctions que l’analyse du texte permettra de mettre en évidence.

Évolution du motif dans le roman

5Sans détailler ici les péripéties de la longue histoire du chevalier errant et de son fidèle écuyer, je propose, dans un premier temps, une lecture globale du roman qui aura pour but un repérage des occurrences du motif de l’auberge dans le texte ; je tenterai ensuite de dégager quelques axes de réflexion.

6L’observation des seuils s’avère pertinente. On trouve, par exemple, huit occurrences du mot « venta » dans les titres des chapitres de la partie I qui en compte cinquante-deux. L’effet de surprise y est systématiquement recherché et l’annonce prometteuse d’aventures extraordinaires lui est associée de façon récurrente :

– chapitre 4 : « De ce qui arriva à notre écuyer quand il quitta l’auberge ».

– chapitre 16 : « De ce qui arriva à notre ingénieux hidalgo dans l’auberge qu’il prenait pour un château ».

– chapitre 17 : « Où l’on verra la suite des innombrables ennuis que le courageux don Quichotte, avec son brave écuyer Sancho Panza, eut à supporter dans l’auberge, que pour son malheur, il avait prise pour un château ».

– chapitre 32 : « Qui traite de ce qui arriva dans l’auberge à toute la compagnie de don Quichotte ».

– chapitre 36 : « Qui traite d’autres aventures extraordinaires arrivées dans l’auberge ».

– chapitre 42 : « Qui traite de ce qui arriva ensuite dans l’auberge et de bien d’autres choses dignes d’être connues ».

– chapitre 43 : « Où l’on raconte la plaisante histoire du garçon d’écurie ainsi que d’autres événements étranges survenus dans l’auberge ».

– chapitre 44 : « Où l’on trouvera la suite des aventures inouïes arrivées à l’auberge ».

  • 2 Le développement de l’idée selon laquelle l’espace s’adapte à la topographie de l’homme qui l’hab (...)

7Mais au-delà de ces annonces, ce sont vingt chapitres sur cinquante-deux dont les aventures trouvent dans les auberges un espace propice à leur déroulement. Ainsi, dans les chapitres 2 et 3, l’action romanesque se déroule dans la « venta » où, lors de sa première sortie, don Quichotte, croyant être hébergé dans un château, demande à l’aubergiste de l’armer chevalier. Puis les chapitres 16 et 17 invitent le lecteur à retourner dans cette auberge que « pour son malheur il croyait être un château » avec Sancho cette fois. Don Quichotte n’y identifie les choses et les gens qu’à travers le prisme de sa folie2. Il confond les femmes peu farouches qui l’accueillent avec les gentes dames ; il croit avoir séduit la jeune fille du château alors qu’il est face à l’entreprenante Maritornes, servante et prostituée de l’auberge. Le héros et son compagnon subiront physiquement les conséquences de ces confusions par les bastonnades et autres supplices burlesques qui leur sont infligés en ces lieux. Dans les chapitres 32 à 44, les personnages, après une longue errance dans la Sierra Morena, font nouveau séjour dans une auberge dont le propriétaire est désigné par son nom : Juan Palomeque. Cette durée s’explique par l’interpolation dans la narration de deux récits indépendants, le « Curieux impertinent » et celui du « Capitaine captif » dont les héros et leurs compagnons de l’auberge deviennent les auditeurs privilégiés. C’est aussi dans l’auberge de Palomeque que don Quichotte prononce son célèbre discours sur la controverse des armes et des lettres, au chapitre 38. De plus, dans cette auberge, prennent place les dénouements des intrigues amoureuses secondaires. Le rôle prépondérant de cet espace est annoncé par don Fernando dans la dernière phrase du chapitre 36, rapportée par le narrateur :

  • 3 « […] y que así acompañados de silencio y lágrimas, habían llegado a aquella venta, que para él e (...)

Et c’était ainsi, dans le silence et les larmes, qu’ils étaient arrivés jusqu’à cette auberge, où il se croyait parvenu au ciel, là où prennent fin et s’oublient tous les malheurs de la terre.3

8Les épisodes de la première partie installés dans l’espace de l’auberge sont, comme on vient de le voir, de longueurs variables et surtout de natures différentes. Leur nombre permet déjà de souligner la réelle importance quantitative de ce motif comme espace romanesque du premier volume du Quichotte.

9Dans la deuxième partie, publiée en 1615, on constate inversement une lacune apparente. Le mot n’est plus cité dans les titres de chapitres. Pourtant, à la fin du chapitre 24, le narrateur annonce une nouvelle fois l’arrivée des personnages dans une auberge, mais d’une façon différente qui marque une évolution dans le traitement du motif :

  • 4 « Y en esto llegaron a la venta, a tiempo que anochecía, y no sin gusto de Sancho, por ver que su (...)

Ils arrivèrent à la tombée du jour à l’auberge. Sancho fut soulagé de voir que son maître la prenait pour une véritable auberge et non pour un château comme c’était son habitude.4

10Elle va servir de cadre au spectacle de Maese Pedro et de son retable qu’il montre avec son singe savant. Ensuite, au chapitre 59 c’est encore dans une auberge sur la route de Saragosse que le héros apprend l’existence d’un livre faisant le récit de la seconde partie de ses aventures. Il s’agit de la version apocryphe, publiée en 1614, par un auteur inconnu qui signe sous le pseudonyme d’Avellaneda, que Cervantès va intégrer ainsi dans sa propre fiction. Ensuite, une auberge de Barcelone, désignée par le terme « mesón » est le lieu choisi pour révéler la véritable identité du chevalier de Blanche Lune qui vient de battre don Quichotte en combat singulier. Cette défaite, qui oblige le chevalier à renoncer à la chevalerie et à rentrer à son village, annonce la fin de l’histoire. Toutefois, sur la route de son retour vers la Manche, il rencontre, également dans une auberge, au chapitre 72, un personnage intéressant, don Alvaro Tarfe, personnage au sens propre puisqu’il est né de l’imaginaire d’Avellaneda et appartient à la deuxième partie apocryphe. L’auberge devient le lieu d’un insolite face à face entre deux êtres fictionnels: le don Quichotte conçu par Cervantès et don Alvaro Tarfe, né de l’imagination d’Avellaneda.

11Les autres espaces romanesques de cette IIe partie sont des palais habités par la haute noblesse, des demeures de gentilshommes riches et lettrés, des forêts et surtout l’île Barataria, île imaginaire, dont Sancho croit être le gouverneur pendant plusieurs chapitres : on remarque que tous les espaces référentiels des romans de chevalerie sont déclinés au cours des aventures de cette deuxième partie.

12Il est d’ores et déjà possible de constater une évolution du traitement du motif de l’auberge entre les deux parties du Quichotte. Cela s’explique par une métamorphose du personnage lui-même qui, dans la IIe partie, n’est plus habité des mêmes délires et fantaisies qui lui faisaient voir le monde à travers le prisme de son rêve chevaleresque. Don Quichotte voit alors le monde tel qu’il est, mais ce sont les autres, ses interlocuteurs, qui, devenus des lecteurs de la première partie, transforment le monde à l’image des références chevaleresques de leur héros. Leur but est de se divertir en prolongeant la fiction aux dépens du personnage du chevalier. Le narrateur ne manque pas de signaler clairement cette évolution à plusieurs reprises, aussi bien dans les titres de chapitre, comme nous l’avons vu précédemment, que dans le corps du récit :

  • 5 « Digo que era venta porque don Quijote la llamó así fuera de luso que tenía de llamar a todas la (...)

Je dis auberge parce que don Quichotte lui donna ce nom, alors que d’ordinaire il prenait toutes les auberges pour des châteaux. […] Ils mirent pied à terre et Sancho porta son bagage dans une chambre dont l’aubergiste lui confia la clef ; il mena ensuite les bêtes à l’écurie, donna à chacune son picotin puis retourna auprès de don Quichotte, assis sur un banc de pierre en remerciant particulièrement le ciel de ce que son maître n’eût pas pris l’auberge pour un château.5

Ou encore, après le duel perdu sur la plage de Barcelone, sous une forme qu’il convient de percevoir comme un nouvel avertissement du narrateur :

  • 6 « Apeáronse en un mesón, que port al lo reconoció don Quijote, y no por castillo de cava honda, t (...)

Ils se remirent en route et firent halte dans un village à trois lieux de là. Ils descendirent dans une hôtellerie, que don Quichotte reconnut pour ce qu’elle était, et non pour un château avec fossé, donjon, herses et pont-levis ; car depuis qu’il avait été vaincu, il manifestait en toutes choses un plus grand bon sens comme on va le voir.6

13Cette approche globale nous permet de dégager quatre fonctions narratives différentes pour l’espace de l’auberge dans le roman :

– la fonction parodique tout d’abord, qui fait de l’auberge une dégradation de l’espace traditionnel du château des romans de chevalerie.

– la fonction analogique, ensuite, par laquelle l’auberge et le livre vont partager un rôle similaire, facteur d’inclusion dans la trame narrative. L’insertion des nouveaux personnages et des récits secondaires dans l’histoire principale se fera à partir de l’espace de l’auberge.

– la fonction évolutive par laquelle l’auberge se transforme en théâtre : la métamorphose de l’espace est aussi celle l’écriture romanesque.

– la fonction initiatique qui fait de l’auberge, dans la IIe partie du Quichotte, un lieu privilégié de la révélation et de la connaissance.

14Les trois premières concernent l’écriture et la dernière permet d’entrevoir la portée idéologique du motif.

La « venta » ou l’espace de la parodie

15Cette fonction de l’auberge apparaît dès le début du roman, lors de la sortie initiale et initiatrice de don Quichotte au chapitre 2. Le chapitre 1 est, en effet, celui où le nouveau chevalier crée le monde qui l’entoure par le verbe. La désignation onomastique occupe les premières pages : Rocinante, Dulcinée et don Quichotte de la Manche sont les premiers vecteurs de la création fictionnelle. La phase suivante est la mise en route, au sens propre comme au sens figuré, de l’aventure chevaleresque. La tonalité burlesque installe le héros dans une quête insolite où il erre vers une rencontre improbable : son but est, nous dit-on, de faire la preuve de sa vaillance et de sa force, en hommage à la dame de ses pensées. Il paraît donc bien loin de toutes les contingences matérielles, mais, le premier soir, une fois la nuit venue, il cherche néanmoins, nous dit-on, « une cabane de bergers ou un château » pour s’y abriter. L’antithèse de ces deux options démontre le caractère étrange du personnage qui, en les plaçant sur le même plan, dévoile encore davantage sa folie. Ce sera finalement une auberge : espace intermédiaire propice à toutes les métamorphoses et lieu de mixité favorable à toutes les rencontres.

16Dès lors, tout le décor est déformé par le prisme idéalisant du héros qui ne voit que ce en quoi il croit. Ce premier épisode dans l’auberge est fondateur dans le sens où il offre une véritable re-création du monde par don Quichotte. La conclusion du chapitre insiste sur l’efficacité de ces premiers contacts : l’identification avec le monde de la fiction chevaleresque se fait d’une façon systématique et globalisante :

  • 7 « Estando en esto llegó un castrador de puercos, y así como llegó, sonósu silbato de cañas cuatro (...)

Là-dessus et tout à fait par hasard arriva un châtreur de porcs. Il donna trois ou quatre coups de son sifflet, ce qui acheva de convaincre don Quichotte qu’il se trouvait dans un grand château où on le servait en musique, que la morue était de la truite, le vieux quignon du pain blanc, les filles des nobles dames, et l’aubergiste un châtelain.7

17L’écriture rend compte d’une véritable métamorphose de l’espace environnant dans le regard du héros. Don Quichotte prolonge le processus parodique lorsqu’il exprime le vœu que l’aubergiste-châtelain l’arme chevalier au lever du jour. Or, pendant cette nuit de veille, il va livrer un premier combat contre des muletiers qu’il prend pour des ennemis cherchant à lui dérober ses armes. Cette joute est une évidente dégradation du combat du chevalier : point de défis et point d’épée ici mais des jets de pierres et des insultes, selon un rituel plus roche des rixes traditionnelles des auberges de campagne que des cours de châteaux. Elle annonce les futurs échecs face aux moulins à vent, aux troupeaux de moutons, construits sur le même modèle d’écriture parodique avec, pour effet immédiat, l’émergence de la dimension pathétique du personnage qui n’apparaît alors qu’à travers les conséquences douloureuses de sa folie.

  • 8 Monique Joly, La bourle et son interprétation. Espagne, 16ème et 17ème. Recherches sur le passage (...)

18Cervantès, dans cette utilisation du motif de l’auberge, reprend à son compte une tradition de la littérature folklorique et du théâtre populaire qui fait de l’auberge un lieu potentiel de tromperie. Cet aspect est notamment présent dans le roman de Mateo Alemán, Guzmán de Alfarache, publié en 1599, et sera récurrent dès lors dans la littérature picaresque ultérieure, notamment dans le Buscón de Quevedo, publié en 1626. Je m’appuie ici sur les travaux de Monique Joly qui indique que Alemán donne à l’auberge, « lieu de contraste entre l’être et le paraître, un rôle initiatique en y plaçant les premières désillusions de son héros »8. L’originalité de don Quichotte est d’être trompé par ses sens et son esprit. La confusion de l’auberge et du château est l’indice premier de sa folie. L’auberge offre au lecteur une référence implicite qui relève de la tradition de la farce et qui transforme le héros en victime, selon le schéma traditionnel du substrat folklorique. Mais l’auberge devient chez Cervantès le double inversé du château. Cette ambivalence du lieu dans la narration devient fondatrice d’un double regard sur le monde qui renvoie le lecteur au problème de la vérité.

19Comme souvent chez Cervantès, le jugement n’est pas univoque et l’écriture suggère la pluralité des points de vue, en particulier grâce à l’usage récurrent du paradoxe. Le motif de l’auberge est bien convoqué pour renforcer l’intention parodique du roman lorsque le narrateur y situe des scènes comiques de bastonnades et autres farces aux dépens des héros ; or, lors du retour à l’auberge de Juan Palomeque (chap. 32) le narrateur déjoue l’attente du lecteur. Il s’y engage un surprenant dialogue entre le curé et le barbier d’une part, et l’aubergiste et sa famille de l’autre. L’aubergiste se dit surpris que la folie de don Quichotte puisse être attribuée à la lecture des livres de chevalerie. On apprend alors que lui-même, sa femme, et les paysans qu’ils accueillent parfois lors des travaux saisonniers, sont très friands de ces lectures dont certains exemplaires figurent dans la bibliothèque de l’auberge. L’aubergiste s’exclame :

  • 9 « Porque cuando es tiempo de la siega, se recogen aquí las fiestas muchos segadores, y siempre ha (...)

Quand vient le temps de la moisson, une foule de moissonneurs se rassemble ici les jours de fête, et il y en a toujours au moins un qui sait lire ; il prend un de ces romans et on se met à plus de trente autour de lui, et on l’écoute avec tant de plaisir qu’on oublie tous nos soucis.9

20Les histoires des romans de chevalerie semblent correspondre aux goûts de personnages présents selon qu’ils y cherchent l’action ou les sentiments : chacun affirme y trouver plaisir et contentement. Le chapitre développe alors un débat insolite entre des censeurs (on nous renvoie à l’autodafé de la bibliothèque de don Quichotte qui se situe au chapitre 6) et des lecteurs qui vont prendre la défense de ces ouvrages. L’auberge devient alors le lieu d’un débat contradictoire où le plaisir de la lecture et le divertissement qu’apporte le livre sont remis en question à travers le prisme aristotélicien du problème de la vraisemblance, et des rapports entre l’Histoire et la Poésie. Malgré ses répliques naïves, l’aubergiste devient le porte-parole d’un lectorat populaire, avide de distraction. Toutefois, sa dernière phrase, en apparence innocente, met en évidence les difficultés des rapports entre censure et écriture :

  • 10 « Bueno es que quiera darme vuestra merced a entender que todo aquello que estos buenos libros di (...)

Vous voulez vraiment me faire croire que tout ce qu’il y a dans ces livres n’est que mensonges et tromperies, alors qu’ils sont imprimés avec l’autorisation de ces messieurs du Conseil Royal ? Comme si c’étaient des gens à laisser imprimer tant de mensonges à la fois, et tant de batailles et d’enchantements qu’on en perd la tête !10

21Par cette provocation indirecte, et de façon inattendue, l’auberge de la tradition folklorique se transforme en une sorte de forum où chacun exprime son opinion sur la littérature. À la démolition parodique, succède alors une forme de réhabilitation du genre par les lecteurs. Par ailleurs, la polyphonie mise en place par le narrateur reste ouverte sur toutes les opinions : aucun des points de vue contradictoires ne paraît prédominer; au contraire, l’habileté du narrateur consiste à rassembler les personnages et les lecteurs autour d’un exemple nouveau de création romanesque : la nouvelle du Curioso impertinente, qu’une lecture publique va soumettre au jugement de l’ensemble de la compagnie. Il est possible de percevoir dans cette évolution du motif, une innovation qui va être multipliée et développée tout au long du roman et qui place l’auberge au centre des stratégies d’écriture.

Fonction analogique : les nouvelles interpolées ou « hébergées » dans le roman

  • 11 W. Rosenblat, « Estructura y función de las novelas interpoladas en el Quijote », Criticón, 51, 1 (...)

22Le caractère hybride des romans cervantins a été souvent analysé. Le premier roman de l’auteur du Quichotte, La Galatea (1580), appartient au genre pastoral, et le dernier, le Persiles, que Cervantès lui-même rapproche de l’œuvre d’Héliodore, est composé selon les caractéristiques du genre byzantin. Dans le Quichotte, de nombreuses pages sont consacrées à des dialogues comparant les mérites de ces différentes formes romanesques, et il semble évident que Cervantès a choisi de proposer au lecteur des exemples de ces variantes formelles en insérant dans le roman des récits inspirés de chacune d’entre elles. Cela se traduit, en particulier, par l’interpolation de narrations autonomes dans le récit principal. C’est là l’une des caractéristiques du Quichotte de 1605. Ces récits insérés sont, en apparence, éloignés du sujet principal, mais ils forment néanmoins avec lui un ensemble idéologique cohérent, grâce à un réseau de correspondances implicites que la critique s’est attachée à mettre en évidence11.

  • 12 Voir sur ce point : Jean-Louis, Brau, Fonction des nouvelles intercalées dans le roman espagnol d (...)
  • 13 Voir Javier González Rovira, La novela bizantina española, Madrid, Gredos, 1996, « Los episodios (...)

23Notre analyse va s’appliquer, à présent, à démontrer le rapport entre le mode d’insertion de ces récits interpolés dans l’écriture romanesque et l’espace de l’auberge. Dans ces auberges de l’Espagne du début du XVIIe siècle, tout le monde pouvait faire étape et les clivages sociaux paraissaient s’abolir le temps d’une nuitée. L’auberge était aussi, par essence, le lieu des rencontres imprévues. Ce sont elles qui, dans le roman, vont permettre d’intégrer les récits rétrospectifs des nouveaux venus. C’est le cas pour le récit de la vie du Capitaine captif (I, 39, 40, 41)12. Dans la narration du Cautivo, la parole est déléguée au nouvel arrivant et ses aventures sont clairement marquées par les caractéristiques formelles du genre byzantin, avec l’exotisme des bagnes d’Alger et les péripéties des attaques de pirates13. Le rapprochement entre les lecteurs et les personnages est accentué par le fait que le narrateur rapporte les réactions de l’auditoire auquel tout lecteur peut s’associer. Ainsi lorsque le capitaine captif achève le récit de son histoire, don Fernando prend la parole au nom des auditeurs en ces termes :

  • 14 « Por cierto, señor capitán, el modo con que habéis contado este estraño suceso ha sido tal, que (...)

Votre talent de conteur, monsieur le capitaine, n’a d’égal que l’étrangeté et la singularité de vos aventures, où tout est nouveau, inattendu, plein de circonstances saisissantes. Nous y avons pris tant de plaisir qu’aurions-nous passé la nuit entière à vous entendre, nous souhaiterions que vous recommenciez.14

  • 15 Le narrateur annonce la même méthode pour Rinconete et Cortadillo (I, 47), nouvelle picaresque, q (...)

24Dans le cas de la nouvelle du Curioso Impertinente, il s’agit de la lecture d’un manuscrit qui développe le thème de l’amour et de la jalousie, dans une ambiance italienne propice à rappeler les origines du genre court15.

25Ainsi, le lecteur est inclus dans le champ fictionnel et placé sur le même plan que les personnages, qui prennent connaissance du récit en écoutant le nouveau venu ou lors de la lecture publique des autres récits. De plus, la narration s’enrichit de nouvelles voix ou de nouvelles plumes : les instances narratives sont démultipliées. L’espace fonctionne comme un microcosme en permettant la réunion de personnalités différentes, d’origines et d’opinions variées ; elle favorise l’installation de différents niveaux de lecture, de plans et d’interprétations diverses.

  • 16 Cette expression est l’un des sous-titres de l’article de Nadine Ly, « Don Quichotte : Livres d’a (...)

26On pourrait ajouter à ces exemples, les intrigues amoureuses croisées entre Dorotea et don Fernando, Cardenio et Lucinda, puis Clara et Luis, qui font l’objet de récits analeptiques de la part des protagonistes. C’est à partir de ce constat que l’auberge a pu être définie comme : « matrice et giron de toutes les écritures romanesques »16.

27Nous ajouterons à cela l’analogie spatio-temporelle que la narration met en évidence entre l’espace « auberge » et le récit intercalé. Cette adéquation est efficace parce qu’elle est fondée sur une homologie structurelle et sémiologique entre l’auberge et les récits interpolés. L’arrivée et l’entrée dans l’auberge entraînent l’insertion dans un monde différent et sa découverte provoque un effet semblable à celui de l’immersion dans la lecture. L’espace et le temps du récit principal sont suspendus pendant quelques chapitres. L’étape dans l’auberge constitue une pause à la fois dans le voyage et dans le dévidement discursif. Le motif de l’auberge de campagne renvoie alors à un temps mythique, marqué par la circularité, qui englobe le début et la fin du nouveau récit et qui est corrélatif à cet espace clos et refermé sur lui-même, étranger au rythme de la ville et de la cour.

28On peut penser que le motif suggère l’inclusion ou l’exclusion par le recours à une dialectique du dehors et du dedans. Les personnages des récits seconds sont parfois intégrés aux aventures principales, ce qui est le cas du Capitaine captif et de la belle maure Zoraida qui s’intègrent dans le groupe formé par don Quichotte, Sancho et les autres clients de l’auberge. D’autres fois, en revanche, ils restent à l’extérieur, comme les héros de l’histoire du Curieux impertinent. Ils sont étrangers au départ car originaires d’Italie, et le narrateur les fait disparaître dans le dénouement : le terme du récit coïncide avec la fin de leur vie.

29L’auberge autorise et facilite la mise en abyme de l’écriture romanesque. De plus, l’importance des dialogues, dans les scènes situées dans les auberges, nous amène à considérer une fonction narrative de l’auberge qui pousse plus avant ce processus de délégation de la parole ; accompagné d’une véritable mise en scène dans le roman, il relève d’un processus de théâtralisation de l’écriture.

L’auberge ou le théâtre dans le roman

30À l’évidence, l’espace de l’auberge obéit à des caractéristiques semblables à celles de l’espace théâtral. Le principe de clôture qui régit les deux mondes offre en effet une véritable autonomie de fonctionnement avec une occupation de l’espace particulière et une perception du temps différente. L’homologie formelle entre le théâtre et le roman culmine lorsque l’auberge devient un véritable théâtre avec l’épisode du montreur de marionnettes, le retable de Maese Pedro aux chapitres 25 et 26 de la IIe partie. Le directeur de la troupe de chiffons et son interprète, le singe, jouent devant le public de l’auberge, transformant de fait l’espace en salle de spectacle.

31Dans l’espace de l’auberge, comme sur la scène, les épisodes sont marqués par des rencontres imprévues, des entrées spectaculaires et des rassemblements heureux des protagonistes, miraculeusement réunis dans le même cadre alors que leurs routes semblaient parfois divergentes.

32Divers aspects de l’écriture permettent de parler, à propos des scènes d’auberge, d’une véritable théâtralisation du roman. Je vais examiner succinctement les similitudes concernant l’espace et le temps, les dialogues, les emplois, la mise en scène, les décors et les costumes.

L’espace et le temps

33Le rapport au temps est différent dans l’auberge, on l’a vu, comme si la pause rendue nécessaire pour le repos pouvait s’abstraire du décompte des heures. La plupart des scènes d’auberge ont logiquement lieu lors de la soirée et durant la nuit, ce qui rend compte d’une perception plus affective et moins mathématique du temps. La localisation topographique est peu précise : on sait de la première auberge qu’elle est quelque part dans la plaine de Montiel, dans la Mancha, la dernière est en Aragon, bien avant la ville de Saragosse : le narrateur donne volontairement peu d’indices et cette spatialité floue favorise une mise à distance de l’espace de l’auberge qui devient, comme le théâtre, un lieu à part, un monde différent.

Le langage dramatique

  • 17 Jean Canavaggio, Cervantès, dramaturge, un théâtre à naître, Paris, PUF, 1977, p. 191.
  • 18 Miguel de Cervantes, Prólogo a las ocho comedias y entremeses, [1615], Obras Completas, Aguilar, (...)

34Le recours aux dialogues qui rendent les scènes vivantes et drôles est fondamental dans l’écriture théâtrale cervantine car, comme l’a écrit Jean Canavaggio, l’action des œuvres théâtrales de Cervantès « s’inscrit dans un espace extra-scénique que construit un langage avant même que ne le transcrive une mise en scène »17. L’importance du dialogue correspond donc à la conception du théâtre de l’auteur exprimée lors de la publication de ses « comedias » : l’écriture dramatique, seule capable d’éveiller l’imaginaire du spectateur, crée l’illusion, sans autre besoin de décor ou de machinerie18. Cela est, à l’évidence, également inclus dans le pacte de lecture de son roman que nous offre Cervantès.

35On reconnaît, dans certains passages dialogués du Quichotte, les répliques courtes, émaillées d’un lexique populaire et de jurons, ou bien les comparaisons truculentes et les réparties basées sur des jeux de mots ou des paronomases que l’on trouve aussi dans les œuvres théâtrales. Le recours aux techniques du langage dramatique intensifie certains décalages qui renforcent l’intention comique du discours romanesque. Devant l’abondance de matière, on ne citera ici qu’un court extrait : un passage de la scène qui oppose don Quichotte et ses compagnons à un barbier et à des archers faisant étape dans la même auberge. Le litige concerne le plat à barbe que don Quichotte désigne comme le heaume de Mambrin, au chapitre 45 de la première partie. Le barbier essaye de lui démontrer la vraie nature des objets qui l’entourent. Devant l’obstination de don Quichotte, un des archers présents prend la défense du barbier :

  • 19 « – […] porque voto a tal (y arrojóle redondo) que no me den a mí a entender cuantos hoy viven en (...)

– Nom de … (et il lâcha un juron) personne au monde ne me fera croire que ce que nous avons là devant nous n’est pas un plat de barbier et le bât d’un âne.
– Ou celui d’une ânesse, peut-être, dit le curé.
[…]
– C’est un bât aussi sûr que mon père est mon père. Et celui qui a dit ou se permettra de dire autre chose n’est qu’un sac à vin !
– Tu mens, maraud, mangeur d’ail ! répliqua don Quichotte.19

36Grâce au motif de l’auberge, les écritures romanesques et dramatiques paraissent abolir leurs différences au profit de la recherche d’un effet commun sur le lecteur, captivé par le rythme et amusé par le ton. Le genre court de l’intermède « entremès », dans lequel Cervantès s’est illustré par ailleurs, semble avoir guidé l’écriture de certaines scènes du roman dont l’action se situe dans une auberge.

Les emplois :

37Le sot (« el bobo ») ou le naïf, le prétentieux puni, le malin etc… tous les emplois traditionnels du théâtre populaire apparaissent dans les scènes d’auberge : la victime et le farceur, ses complices, et les spectateurs réjouis par le spectacle du théâtre dans le roman, auxquels le lecteur va s’identifier. On y retrouve aussi les couples d’amants séparés par les péripéties de la vie qui vont être réunis pour un dénouement heureux dans l’espace de l’auberge. C’est là aussi que le galant amoureux, Luis, chante dans ses poèmes ses espoirs et ses doutes, sous la fenêtre de la belle Clara, déguisé en garçon muletier pour se protéger du courroux paternel.

La structure/ la mise en scène/ le décor/ les costumes

38Certains épisodes courts sont basés sur une farce ou un quiproquo avec pour dénouement une bastonnade à fort effet comique. Le dynamisme de la mise en scène est suggéré par des énumérations qui rendent compte du dynamisme de l’action. Elles permettent au lecteur d’en visualiser le contenu car ses sens sont sollicités :

Toute l’auberge n’était que pleurs, cris, désordre, frayeur, douleur, estafilades, bastonnades, coups de pied, coups de poing, effusion de sang.

39Le rythme ternaire amplifie cette évocation.

  • 20 « De modo que toda la venta era llantos, voces, gritos, confusiones, temores, sobresaltos, desgra (...)

Voyant cette confusion, ce chaos, cette mêlée, don Quichotte se crut brusquement transporté au camp d’Agramante et il lança d’une voix qui fit trembler les murs…20

40En général, on constate que le narrateur décrit brièvement les éléments constitutifs d’un décor propice à l’action. Le trait focalise l’attention du lecteur sur un ou deux objets, comme dans les didascalies. En revanche, le récit s’attarde sur les détails du costume et sur la gestuelle. Nous citerons par exemple la bataille livrée par le chevalier aux outres de vin dans le grenier de l’auberge :

  • 21 « Y hallaron a don Quijote e el más estraño traje del mundo. Estaba en camisa la cual no era tan (...)

Ils trouvèrent don Quichotte dans le plus étrange accoutrement du monde. Il n’avait que sa chemise laquelle était trop courte par devant pour lui couvrir les cuisses, et avait, par derrière, six doigts de moins. Ses jambes très longues et maigres, étaient toutes velues et d’une propreté douteuse. Sur la tête il portait un bonnet de nuit rouge, graisseux qui appartenait à l’aubergiste. Il avait enroulé à son bras gauche la couverture de lit […] ; dans sa main droite il brandissait son épée nue et frappait de grands coups de tous les côtés en lâchant des jurons comme s’il avait réellement combattu un géant. […] Et il avait tant frappé dans les outres en croyant abattre le géant, qu’il y avait du vin partout dans le grenier.21

  • 22 Voir L. Abel, Metatheatre : a New View of Dramatic Form, New York, Hill and Wang, 1963, pp. 22 et (...)

41C’est sans doute par le recours à des techniques métadramatiques22 telles que le travestissement, le masque ou le costume en général, que Cervantès parvient le mieux à convertir l’auberge en un équivalent narratif de la scène de théâtre.

42Le recours au masque, au travestissement est récurrent dans la narration. Dorotea est « embozada », le visage caché derrière sa cape, lorsque son séducteur arrive fortuitement dans l’auberge, ce qui permet de la découvrir comme on lève un voile ou comme on ouvre un rideau (?) ; la « hermosa tropa » des personnages, réunis dans ce lieu où semblent aboutir toutes les trajectoires le temps d’une étape, ont tous le visage couvert d’un masque. Peu à peu chacun se découvre et se démasque, et le dénouement en forme de reconnaissance peut alors avoir lieu. On ne peut ignorer cette mise en scène autour de l’anagnorisis qui relève d’une démarche théâtrale (I, 36).

43Plus avant, le costume du capitaine et de sa compagne Zoraida est particulièrement remarquable car, à lui seul, il permet d’éveiller la curiosité des autres personnages et du lecteur envers les nouveaux venus :

  • 23 « […] a todos puso silencio un pasajero que en aquella sazón entró en la venta, el cual en su tra (...)

Il fut interrompu par l’entrée dans l’auberge d’un voyageur qui, d’après son costume, avait l’air d’un chrétien revenant de chez les Maures. Il était vêtu, en effet, d’un justaucorps de drap bleu à courtes basques, avec des demi-manches et sans collet ; ses hauts de chausses étaient également de drap bleu ainsi que son bonnet ; il avait des brodequins marrons et un cimeterre suspendu à un baudrier qu’il portait en écharpe. Derrière lui entra une femme montée sur un âne, vêtue comme une Mauresque, le visage caché sous le voile qui lui couvrait la tête ; elle était coiffée d’une toque de brocard et portait un cafetan qui la couvrait jusqu’aux pieds.23

  • 24 Voir Manuel Martin Moran qui parle de « venteatro » in Don Quijote en ciernes. Los descuidos de C (...)

44Cette longue description, où se mêlent exotisme et mystère, permet de matérialiser l’arrivée, ou plus exactement l’entrée (en scène...), dans le « théâtre-auberge », la « venteatro » pour reprendre le néologisme pertinent d’un critique cervantiste, Manuel Martín Morán24. Il est permis de voir ici le recours dans la narration à la recherche de l’effet de surprise, la technique de l’admiratio, propre à l’écriture dramatique.

45L’auberge est dotée du même statut que la scène du théâtre. Ainsi, lorsque le personnage décrit une action hors champ/ hors scène et informe de la sorte à la fois les autres personnages et les lecteurs/spectateurs. Par exemple, au chapitre 36 de la première partie, l’arrivée des visiteurs est écrite ainsi :

  • 25 « Estando en esto, el Ventero, que estaba a la puerta de la venta dijo : « -Esta que viene es una (...)

L’aubergiste qui, à ce moment-là, se tenait devant sa porte s’écria :
– Voici venir une nombreuse et belle compagnie ; j’aimerais bien que tous ces gens s’arrêtent devant ma porte !
– Qui sont ces voyageurs ? demanda Cardenio.
– Il y a quatre hommes à cheval armés de lances et de boucliers, répondit l’aubergiste, et qui portent tous un masque ; au milieu d’eux, il y a une dame vêtue de blanc, et masquée elle aussi assise sur une selle à dossier ; et derrière, deux valets à pieds.
– Et ils se trouvent près d’ici ? demanda le curé.
– Si près que les voilà qui arrivent.25

46On voit bien, dans cet extrait, comment l’aubergiste sert d’intermédiaire entre deux espaces : celui, intérieur, de l’auberge, et l’espace extérieur de la route. La présence du narrateur est réduite aux seuls verbes qui rapportent le dialogue, laissant ainsi une autonomie majeure aux répliques des personnages, ce qui constitue une des caractéristiques essentielles de l’écriture dramatique. La création d’un espace extérieur donne à la scène intérieure sa dimension de proximité et de réalité. Enfin, tous les ingrédients du théâtre sont cités : décors et costumes, personnages et attitudes qui sont autant d’indications scéniques auxquelles s’ajoutent l’illusion du dynamisme, par cette arrivée progressive, qui contribue à rapprocher les deux types d’écriture.

L’auberge ou le lieu de la connaissance

47Cette dernière fonction n’apparaît que dans la deuxième partie. On la relève, pour la première fois, dans un chapitre fondamental qui va modifier l’écriture du livre : il s’agit de l’apparition dans le roman du livre de la deuxième partie du Quichotte écrit par Avellaneda et publié au cours de l’année 1614, alors que Cervantès est en train de terminer son œuvre. L’habileté de l’auteur est de laisser le personnage de fiction faire la critique du livre par une confrontation avec deux lecteurs dans un premier temps, puis avec un des personnages de la fiction apocryphe par la suite. L’artifice permet une superposition des plans du réel et du fictionnel rarement égalée dans l’œuvre et qui constitue une audacieuse et efficace réponse à l’imposteur.

48Chapitre 59, « en la nueva venta », se situe l’extraordinaire rencontre avec les lecteurs que sont don Juan et don Jerónimo. Dans cette nouvelle auberge, Sancho et don Quichotte s’installent (II, 59) :

  • 26 « Llegóse pues la hora de cenar, recogióse a su estancia don Quijote, trujo el huéped la olla, as (...)

L’heure du souper arriva ; l’aubergiste apporta dans la chambre de don Quichotte la marmite encore fumante et notre chevalier se mit à table sans se faire prier. C’est alors qu’on entendit quelqu’un parler dans la chambre voisine qui n’était séparée de la leur que par une mince cloison.26

  • 27 Voir G. Bachelard, Poétique de l’espace, [1957], P.U.F, 1994, chapitres I et II et G. Durand, Les (...)

49On observe que l’auberge est ici transformée en véritable refuge de l’intimité tel qu’il fut défini par Bachelard : une sorte de petite pièce particulière, une alcôve fermée par des rideaux et non la salle à manger commune. Tous les attributs symboliques de l’intimité s’y trouvent réunis : double enfermement comme dans la matrice, sentiment de protection qui autorise la prise de nourriture. L’auberge se charge alors de toutes les valeurs mythiques de la maison-mère : je la désignerai, en jouant sur les allitérations, par la « venta-vientre », dans laquelle il peut y avoir naissance ou renaissance27. Ce microcosme symbolique va devenir ici l’espace fondateur du nouveau don Quichotte.

50Dans cet espace réduit, don Quichotte va se trouver confronté à la fois à la révélation majeure de son double et à la mise en cause de son identité de personnage original. Il va devoir, à partir de ce moment, faire la preuve de son authenticité. L’épisode de la riposte est d’autant plus efficace que ce sont les lecteurs qui rejettent le livre apocryphe et par ce geste installent dans le réel le personnage :

  • 28 « – Quién es el que nos responde ? respondieron del otro aposento. – Quién ha de ser, respondió S (...)

– Qui donc nous a répondu ? demanda-t-on de la pièce voisine.
– Qui voulez-vous que ce soit ? intervint Sancho. C’est don Quichotte de la Manche lui-même, et il peut prouver tout ce qu’il a dit et même ce qu’il n’a pas encore dit […]
Sancho n’avait pas achevé sa phrase que deux gentilshommes, du moins en avaient-ils l’apparence, entrèrent dans la chambre, l’un deux se précipita vers don Quichotte pour lui donner l’accolade :
– Monsieur, lui dit-il, votre personne ne dément en rien votre renommée et votre renommée ne peut qu’être rehaussée par votre personne. Vous êtes, à n’en pas douter, le véritable don Quichotte de la Manche, étoile et guide de la chevalerie errante, en dépit de celui qui a voulu usurper votre nom et dénigrer vos exploits : l’auteur de l’ouvrage que voici.28

51Cette révélation entraîne un changement dans le cours de l’action romanesque, car don Quichotte renonce à se rendre à Saragosse lorsque don Juan lui apprend que son double en littérature est le protagoniste d’un épisode dans cette ville : « dépourvu d’intérêt, pauvre de style mais… particulièrement riche en niaiseries ». Il réagit vivement pour affirmer son identité :

  • 29 « Por el mismo caso, respondió don Quijote, no pondré los pies en Zaragoza y así sacaré a la plaz (...)

– Voilà une bonne raison, déclara don Quichotte, pour que je ne mette jamais les pieds à Saragosse ; cela prouvera à tout le monde que cet historien-là ment et que je ne suis pas le don Quichotte dont il parle.29

52Don Quichotte cesse alors de s’appuyer sur la tradition épique antérieure et va fonder ses actes sur sa propre épopée : il se sait lu et son destin de personnage est lié à celui du livre dont il est le héros.

53Le paradoxe est poussé à l’extrême et il en résulte, par un effet de contraste entre les plans ainsi convoqués, une installation de don Quichotte dans le réel. Si l’autre est faux, c’est donc que lui est vrai !

54Au-delà de l’habileté littéraire de Cervantès, qui réussit à se venger de l’auteur apocryphe par l’intermédiaire de son personnage, il y a une dimension ontologique dans cet épisode à travers la revendication d’une identité. C’est aussi, on peut le remarquer, dans une auberge de Barcelone, que l’identité du Chevalier de Blanche Lune – qui n’est autre que le bachelier Sansón Carrasco – est révélée à don Antonio Moreno et au lecteur (II, 65, p. 1161). L’espace de l’auberge semble réunir les conditions propices à cette révélation.

55De même, peu avant la fin du roman et le retour du chevalier en son village, une ultime étape met don Quichotte en présence, dans une auberge, avec don Alvaro Tarfe, personnage du livre honni d’Avellaneda. La discussion se termine, une fois de plus, par une affirmation de son identité que le personnage promet de certifier devant le maire :

  • 30 « Finalmente, señor don Alvaro Tarfe, yo soy don Quijote de la Mancha, el mismo que dice la fama (...)

En un mot, don Alvaro Tarfe : don Quichotte de la Manche, celui dont la renommée n’est plus à faire, c’est moi et non ce beau sire qui a voulu usurper mon nom et s’approprier mes pensées. Je vous supplie donc, monsieur, en gentilhomme que vous êtes, de bien vouloir faire une déclaration devant l’alcade de ce village. […]
Là-dessus, l’alcade du village entra dans l’hôtellerie, tout à fait par hasard, accompagné d’un greffier…30

56Le roman apocryphe est exécuté par la revendication du personnage de la fiction originelle. Don Quichotte de la Manche dispose d’une légitimité nouvelle grâce à l’acte qui est rédigé par le maire et certifié par Alvaro Tarfe. Mais ce document, qui renvoie à une réalité juridique et sociale, n’atteste pourtant que de la force de la fiction : il est signé par un personnage de fiction pour confirmer l’existence d’un autre personnage de fiction. C’est tout le paradoxe du roman cervantin qui est ici résumé dans cette scène d’auberge d’une autre dimension.

  • 31 Michel Foucault, Les mots et les choses, Gallimard, Paris, 1966, p. 62.

57La véritable réalité est celle de l’écriture où, comme l’écrivit Michel Foucault : « Entre la première et la seconde partie du roman, dans l’interstice de ces deux volumes et par leur seul pouvoir, don Quichotte a pris sa réalité. Réalité qu’il ne doit qu’au langage et qui reste entièrement intérieure aux mots »31.

58Dans cette dialectique du réel et de l’imaginaire, on perçoit la récurrence de la question fondamentale du baroque sur la place de la vérité : l’écriture romanesque semble apporter la preuve de l’illusion majeure ou comment mentir en disant la vérité...

Conclusion

59L’auberge, on le voit, est un espace fertile dans le roman cervantin. C’est le creuset où se rencontrent gens d’église, hommes de lois, artisans, muletiers, dames et gentilshommes, prostituées et poètes. La vérité qui naît de cette humanité profondément variée reflète l’humanisme de l’auteur du Quichotte.

60La polysémie du motif est particulièrement féconde dans l’écriture romanesque, comme nous avons essayé de le montrer par l’étude de ses différentes fonctions. L’auberge se présente comme un « embrayeur du récit », selon l’expression proposée par Roman Jakobson, puisqu’elle fait partie des espaces où l’aventure peut renaître ou se conclure, tout à la fois lieu ouvert aux nouvelles rencontres et propice aux dénouements.

61L’auberge du Don Quichotte est un lieu « sésame » qui ouvre la porte à une représentation du monde en fonction de son idéal. Elle est un repère, un microcosme où le héros peut naître à sa nouvelle identité en se sentant protégé par des murs qu’il imagine murailles. Elle est, enfin, une scène où se joue la comédie de la vie qu’il regarde ou écoute, et qu’il juge.

  • 32 Marthe Robert, Roman des origines et origines du roman, Paris, Gallimard, 1972, p. 11.

62Enfin, l’auberge, comme la grotte ou l’île, fait partie des lieux initiatiques. Elle est ici l’espace matriciel qui engendre le personnage et, à travers lui, le genre romanesque. En ce sens, cet espace est fondateur dans l’histoire du roman moderne, puisqu’il permet de situer, selon la définition proposée par Marthe Robert : « … une littérature qui, perpétuellement en quête d’elle-même, s’interroge et se met en cause, fait de ses doutes et de sa foi à l’égard de son propre message le sujet même de ses récits »32. En effet, dans Don Quichotte, les auberges jalonnent les temps forts de l’évolution esthétique d’un héros dont la vérité est, avant tout, littéraire.

63C’est le sujet du colloque théorique entre le curé et le chanoine qui conclut le chapitre 47 de la Ie partie :

  • 33 « … sin duda compondrá una ela de varios y hermosos lizos tejida,… Porque la escritura desatada d (...)

Notre auteur aura composé une riche toile tissée de fils variés […]. Touchant à des genres multiples, ces livres permettent à l’auteur de se montrer tout à tour épique, lyrique, tragique, comique [...]33

64C’est bien cette toile romanesque qui se trame dans l’auberge du Quichotte et qui en fait un véritable atelier d’écriture.

Haut de page

Notes

1 Miguel de Cervantès, Los trabajos de Persiles y Sigismunda, Madrid, ed. Cátedra, 2003, Libro IV, 1, p. 630. Traduction en français de Maurice Molho, Paris, Corti, 1994, p. 481 : « Cette nuit-là, ils arrivèrent à une journée de Rome et firent étape dans une auberge, lieu où d’habitude il leur arrivait des choses extraordinaires… ».

2 Le développement de l’idée selon laquelle l’espace s’adapte à la topographie de l’homme qui l’habite a été étudié pour le Quichotte par Antonio Carreño, « Cartografía en los espacios : la casa en Don Quijote », Peregrinamente Peregrinos, Actas del Quinto Congreso de la Asociación de Cervantistas, Lisboa, Septiembre 2003, Alcalá, ed. Alicia Villar Lecumberri, 2004, pp. 1201-1222.

3 « […] y que así acompañados de silencio y lágrimas, habían llegado a aquella venta, que para él era haber llegado al cielo, donde se rematan y tienen fin todas las desventuras de la tierra », Don Quijote, ed. Crítica, Barcelona, 1998, I, 36, p. 433 et traduction d’Aline Schulman, Points-Seuil, Paris, 1997, tome 1, p. 423.

4 « Y en esto llegaron a la venta, a tiempo que anochecía, y no sin gusto de Sancho, por ver que su señor la juzgópor verdadera venta y no por castillo, como solía », Don Quijote, I, 24, p. 835 ; trad. tome 2, p. 202.

5 « Digo que era venta porque don Quijote la llamó así fuera de luso que tenía de llamar a todas las ventas castillos. […] Sancho… salió a ver lo que don Quijote, que estaba sentado en un poyo le mandaba, dando particulares gracias al cielo de que a su amo no leubiese parecido castillo aquella venta. » Don Quijote, II, 59, pp. 1108-11 ; trad. p. 474.

6 « Apeáronse en un mesón, que port al lo reconoció don Quijote, y no por castillo de cava honda, torres, rastrillos y puente levadiza, que despues que le vencieron con más juicio en todas las cosas discurría, como agora se dirá. » Don Quijote, p. 71 ; trad. p. 569.

7 « Estando en esto llegó un castrador de puercos, y así como llegó, sonósu silbato de cañas cuatroo cinco veces, con locualacabó de confirmar don Quijote que estaba en algún famoso castillo y que le servían con música y que el abadejo eran truchas, el pan candeal, y las rameras damas y el ventero castellano del castillo… », Don Quijote, p. 54 ; trad. tome 1, p. 67.

8 Monique Joly, La bourle et son interprétation. Espagne, 16ème et 17ème. Recherches sur le passage de la facétie au roman, Lille III, France-Ibérie Recherche, 1982, p. 335.

9 « Porque cuando es tiempo de la siega, se recogen aquí las fiestas muchos segadores, y siempre hay algunos que saben leer, el cual coge uno de estos libros en las manos, y rodeámonos dél más de treinta estámosle escuchando con tanto gusto que nos quita mil canas ». Don Quijote, I, 32, p. 369 ; trad. tome 1, p. 359.

10 « Bueno es que quiera darme vuestra merced a entender que todo aquello que estos buenos libros dicen sean disparates y mentiras estando impresos con licencia de los señores del Consejo Real, como si ellos fueran gente que habían de dejar imprimir tanta mentira junta, tantas batallas, y tantos encantamientos, que quitan el juicio ! » Don Quijote, I, 32, p. 363 ; trad. p. 373.

11 W. Rosenblat, « Estructura y función de las novelas interpoladas en el Quijote », Criticón, 51, 1991, pp. 109-116.

12 Voir sur ce point : Jean-Louis, Brau, Fonction des nouvelles intercalées dans le roman espagnol du Siècle d’Or, Université de Nice Sophia-Antipolis, Paris, Les Belles Lettres, 1991, particulièrement p. 380.

13 Voir Javier González Rovira, La novela bizantina española, Madrid, Gredos, 1996, « Los episodios y las novelas interpoladas », pp. 90-94.

14 « Por cierto, señor capitán, el modo con que habéis contado este estraño suceso ha sido tal, que iguala a la novedad y estrañeza del mismo caso : todo es peregrino y raro y lleno de accidentes que maravillan y suspenden a quien los oye ; y es de tal manera el gusto que hemos recibido en escuchalle que nos hallara el día de mañana entretenidos en el mismo cuento, holgáramos que d enuevo se comenzara ». Don Quijote, I, 42, p. 493 ; trad. p. 480.

15 Le narrateur annonce la même méthode pour Rinconete et Cortadillo (I, 47), nouvelle picaresque, qui ne sera publiée en fait qu’en 1613 dans les Nouvelles Exemplaires.

16 Cette expression est l’un des sous-titres de l’article de Nadine Ly, « Don Quichotte : Livres d’aventures et aventures de l’écriture », Langues Néo-Latines, n°267, 1988, pp. 5-93 (citation p. 75).

17 Jean Canavaggio, Cervantès, dramaturge, un théâtre à naître, Paris, PUF, 1977, p. 191.

18 Miguel de Cervantes, Prólogo a las ocho comedias y entremeses, [1615], Obras Completas, Aguilar, tomo 1, pp. 209-211.

19 « – […] porque voto a tal (y arrojóle redondo) que no me den a mí a entender cuantos hoy viven en el mundo al revés de que ésta no sea bacía de barbero y ésta albarda de asno. – Bien podía ser de borrica, dijo el cura. […] – Tan albarda es como mi padre y el que otra cosa ha dicho o dijere debe de estar hecho uva. » Don Quijote, I, 45, pp. 524-525 ; trad. p. 510.

20 « De modo que toda la venta era llantos, voces, gritos, confusiones, temores, sobresaltos, desgracias, cuchilladas, mojicones, palos, coces y efusiones de sangre. Y en lamitad deste caos, máquina y laberinto de cosas, se le representó en la memoria de don Quijote que se veía metido de hoz y de coz en la discordia del campo de Agramante y así dijo con voz que atronaba la venta », Don Quijote, I, 45, p. 525 ; trad. p. 511.

21 « Y hallaron a don Quijote e el más estraño traje del mundo. Estaba en camisa la cual no era tan cumplida por delante lae acabasa de cubrir los muslos y por detrás tenía seis dedos menos ; las piernas eran muy largas y flacas, llenas de vello y no nada limpias ; tenía en la cabeza un bonetillo colorado, grasiento que era del ventero ; en el brazo izquierdo tenía revuelta la manta de la cama… y en la derecha desenvainada la espada con la cual daba cuchilladas a todas partes diciendo palabras como si verdaderamente estuviera peleando con algún gigante. » Don Quijote, I, 35, pp. 415-416; trad. p. 406.

22 Voir L. Abel, Metatheatre : a New View of Dramatic Form, New York, Hill and Wang, 1963, pp. 22 et sq.

23 « […] a todos puso silencio un pasajero que en aquella sazón entró en la venta, el cual en su traje mostraba ser cristiano recién venido de tierra de moros porque venía vestido con una casaca de paño azul,corta de faldas, con medias mangas y sin cuello, los calzones eran asimesmo de lienzo azul con bonete de la misma color ; traía unos borceguies datilados y un alfa,je morisco puesto en un tahelí que la atravesaba el pecho. Entró luego tra sél encima d’un jumento, una mujer a la morisca vestida, cubierto el rostro, con un atoca en la cabeza ; traía un bonetillo de brocado y vestida una almalafa que desde los hombros a los pies la cubría. » Don Quijote, I, 37, p. 439 ; trad. p. 429.

24 Voir Manuel Martin Moran qui parle de « venteatro » in Don Quijote en ciernes. Los descuidos de Cervantes y la fase de elaboración textual, Turin, Edizioni dell’Orso, 1990, p. 93

25 « Estando en esto, el Ventero, que estaba a la puerta de la venta dijo : « -Esta que viene es una hermosa tropa de huéspedes ; si ellos paran aquí gaudeamus tenemos. – Qué gente es ? dijo Cardenio. – Cuatro hombres respondió el ventero, vienen a caballo, a la jineta con lanzan y adargas, y todos con antifaces negros ; y junto con ellos viene una mujer vestida de blanco en un sillón ansimesmo cubiertoel rostro y otros dos mozos de a pie. – Vienen muy cerca ? preguntó el cura. – Tan cerca respondió el ventero, que ya llegan. ». Incipit du chapitre 36, Don Quijote, I, 36, p. 424 ; trad. p. 414.

26 « Llegóse pues la hora de cenar, recogióse a su estancia don Quijote, trujo el huéped la olla, así como estaba y sentóse a cenar muy de propósito. Parece ser que en otro aposento que junto al de don Quijote estaba que no le dividía más que un sutil tabique oyó decir don Quijote ». Don Quijote, II, 59, p. 1110 ; trad. p. 475.

27 Voir G. Bachelard, Poétique de l’espace, [1957], P.U.F, 1994, chapitres I et II et G. Durand, Les structures anthropologiques de l’imaginaire, [1969], Dunod, Paris, 1992, Livre II, chapitre 2 : « Les symboles de l’intimité », et en particulier La demeure et la coupe, pp. 266-293.

28 « – Quién es el que nos responde ? respondieron del otro aposento. – Quién ha de ser, respondió Sancho sino el mismo don Quijote de la Mancha. » Don Quijote, II, 59, pp. 1111 et 1112 ; trad. pp. 476-477.

29 « Por el mismo caso, respondió don Quijote, no pondré los pies en Zaragoza y así sacaré a la plaza del mundo la mentira deste historiador moderno, y echarán de ver las gentes como yo no soy eldon Quijote que él dice. » Don Quijote, II, 59, p. 1115 ; trad. p. 479.

30 « Finalmente, señor don Alvaro Tarfe, yo soy don Quijote de la Mancha, el mismo que dice la fama y no este desventurado que ha querido usurpar mi nombre y honrarse con mis pensamientos. A vuestra merced suplico por lo que debe a ser caballero, sea servido hacer una declaración ante el alcalde deste lugar.[…] Entró acaso el alcalde en el mesón con un escribano… », Don Quijote, II, 72, pp. 1207-1208 ; trad. pp. 574-575.

31 Michel Foucault, Les mots et les choses, Gallimard, Paris, 1966, p. 62.

32 Marthe Robert, Roman des origines et origines du roman, Paris, Gallimard, 1972, p. 11.

33 « … sin duda compondrá una ela de varios y hermosos lizos tejida,… Porque la escritura desatada destos libros da lugar a que el autor pueda mostrarse épico, lírico, trágico, cómico… » Don Quijote, I, 47, p. 350 ; Trad. p. 534.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Rouane Soupault, « Les fonctions narratives de l’auberge dans Don Quichotte de Miguel de Cervantès », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 105-127.

Référence électronique

Isabelle Rouane Soupault, « Les fonctions narratives de l’auberge dans Don Quichotte de Miguel de Cervantès », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/803 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.803

Haut de page

Auteur

Isabelle Rouane Soupault

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org