Navigation – Plan du site
L'auberge: espace diégétique et motif épique

Une pension auberge en pleine mutation : O cortiço d’Aluisio Azevedo

Adriana Coelho-Florent
p. 141-147

Résumés

Cette étude cherche à montrer dans quelle mesure Aluísio Azevedo, l’un des écrivains les plus représentatifs du Naturalisme brésilien, construit une image contradictoire du Brésil urbain du XIXe siècle à travers son roman O cortiço. En effet, placée au centre de l’œuvre, cette sorte de pension auberge de Rio abrite les couches populaires d’origines diverses dans une apparente harmonie. Le cortiço serait-il emblématique du mythe de la « démocratie raciale », qui commence à surgir avec l’abolition de l’esclavage ?

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Brésil, Rio de Janeiro

Index chronologique :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

1Né en 1857 à São Luís do Maranhão, au nord du Brésil, Aluísio Azevedo est le représentant le plus célèbre du courant naturaliste brésilien. Les préceptes littéraires d’Émile Zola furent introduits dans le pays dès les années 1880, grâce à la diffusion des œuvres du maître français, mais aussi à travers le succès des premiers romans de l’écrivain portugais Eça de Queiroz, qui fut l’un des grands défenseurs du Naturalisme dans sa jeunesse.

2Aluísio, dont le frère aîné, Artur, jouissait d’un grand succès à Rio en tant que dramaturge, se sentit d’abord attiré par la peinture. Faute d’argent pour parfaire sa vocation en Europe, il se lança dans la carrière journalistique, non seulement à travers des articles polémiques contre l’Église et la monarchie, mais également à travers la caricature. Une fois installé à Rio, Aluísio commence à publier des romans, d’abord dans une veine plutôt romantique, mais il adopte très vite le naturalisme, alors en vogue. Dans ses récits naturalistes, en effet, il s’inspire de ses observations journalistiques à propos de la ville de Rio. Quant à ses personnages, ils sont d’abord soigneusement dessinés sur du carton, puis découpés en figurines qui restent posées sur son bureau pendant toute l’élaboration du récit.

3O cortiço, sans doute le chef-d’œuvre du romancier, fut publié en 1890. Rio était alors un grand centre urbain en pleine mutation. Dès 1808, la présence de la famille royale du Portugal, venue s’y réfugier suite aux invasions napoléoniennes, avait transformé la petite ville des tropiques en capitale de l’empire. Tout au long du XIXe siècle, l’expansion des quartiers accompagne une augmentation exponentielle du nombre d’habitants, à travers les sursauts de l’histoire. De la déclaration de l’indépendance (1822) à l’abolition de l’esclavage (1888) et à la proclamation de la république (1889), la population est multipliée par cinq, passant de 100.000 à 500.000 habitants. Une telle croissance s’explique notamment par l’arrivée massive d’immigrants venus d’abord d’Europe, puis du monde entier, afin de remplacer la main d’œuvre servile, qu’on juge inapte à la culture du café.

4D’autre part, l’ascension économique des commerçants et des familles ennoblies par l’empereur crée des emplois liés aux services et au commerce de luxe, mais aussi destinés au bâtiment. Dans le nouveau quartier de Botafogo, où sont élevés le palais du Catete, future résidence officielle du Président de la République, et le palais de Guanabara, qui abrite le gouverneur de l’État de Rio, la nécessité de construire également des habitations bon marché pour les ouvriers du bâtiments, ceux des premières fabriques de pâtes alimentaires ou de bougie, les marchands ambulants et bien d’autres, donne naissance au cortiço.

5Au sens propre, le terme désigne la ruche, par analogie avec le liège (cortiça), substance proche de la matière dont se servent les abeilles et les guêpes pour construire leurs habitations. Tel fut le surnom donné à la première habitation à bas prix construite au centre de Rio, dont le modèle s’étendit assez rapidement. Il s’agit de logements, composé de maisonnettes de deux ou trois pièces accolées les unes aux autres, bâties dans une cour interne, close par un portail fermé pendant la nuit. La promiscuité et l’insalubrité de ce genre d’habitation, dotée en général de lieux d’aisance collectifs, entraînent des épidémies de maladies contagieuses, telle la fièvre jaune, qui sévissent alors à Rio de façon endémique.

  • 1 L’auteur, en bon journaliste, poussa ses scrupules naturalistes jusqu’à se déguiser en ouvrier po (...)

6Dans O cortiço, Aluísio dresse un portrait des bas-fonds de la société brésilienne pris sur le vif, alliant l’intensité de l’action à la rigueur documentaire des descriptions1. Le récit, qui se déroule entre la fin de la Guerre du Paraguay (1872) et la promulgation des premières lois relatives à l’abolition progressive de l’esclavage (1880), raconte la naissance et l’évolution rapide d’un cortiço de Botafogo, le quartier de Rio à s’être le plus développé à cette époque.

  • 2 Comme le souligne Rui Mourão, le rythme binaire structure tout le récit, non seulement à travers (...)

7Le Portugais João Romão, dont l’ambition et l’âpreté au gain sont à l’origine de cette auberge, arrive au Brésil dénué de toute ressource, à l’âge de treize ans. Le succès de son entreprise tient à sa capacité d’adaptation, qui lui permet simultanément d’adhérer aux valeurs du capitalisme naissant et de maintenir les apparences d’une société patriarcale et raciste. À la base de sa prospérité se trouve Bertoleza, esclave métisse qui se dévoue corps et âme au Portugais à partir du moment où il lui fait croire qu’il a racheté sa liberté. Deux autres couples, au centre de l’intrigue, sont également formés par des Portugais et des Brésiliennes : Jerônimo, travailleur dans la carrière, et Rita Baiana, bohème et volage, qui le convertit aux mœurs du pays ; Miranda, commerçant prospère, élevé au rang de baron par l’empereur, et Dona Estela, issue de la haute bourgeoisie de Rio. Ce dernier couple habite au sobrado, élégante maison à deux étages voisine du cortiço, auquel elle est constamment opposée tout au long du roman2.

8Lieu de toutes les rencontres et de tous les métissages, l’auberge de João Romão accueille des immigrants non seulement issus de l’ancienne métropole, mais aussi d’autres nationalités. On y trouve notamment un groupe d’Italiens, décrits de façon peu flatteuse :

  • 3 « Du côté gauche, les Italiens avaient monopolisé toute la partie qui donnait sur le balcon ; ils (...)

Do lado esquerdo, toda a parte em que havia varanda foi monopolizado pelos italianos ; habitavam cinco a cinco, seis a seis no mesmo quarto, e notava-se que neste ponto a estalagem estava já muito mais suja que nos outros. Por melhor que João Romão reclamasse, formava-se aí todos os dias uma esterqueira de cascas de melancia e de laranja. Era uma comuna ruidosa e porca, a dos demônios dos mascates !3

9Cependant, aux moments de crises traversées par la communauté – deux incendies, une lutte à mort, une bagarre contre le cortiço voisin et l’invasion de la police, entre autres, – chaque habitant de l’auberge de João Romão fait preuve d’une solidarité sans failles.

10Le cortiço se présente d’ailleurs comme un personnage à part entière. À l’instar de l’univers romanesque de Zola, le lieu, placé au centre du récit dès le titre, est décrit par l’auteur comme une bête aux multiples visages :

  • 4 « Il était cinq heures du matin, le cortiço se réveillait en ouvrant non pas ses yeux, mais une i (...)

Eram cinco horas da manhã e o cortiço acordava, abrindo, não os olhos, mas uma infinidade de portas e janelas alinhadas.4

  • 5 Ibidem, p. 13.
  • 6 Ibidem, p. 19.

11La petite taverne obscure dont les quatre murs s’élèvent au « fin fond du quartier de Botafogo »5 commence en effet à s’étendre, selon les plans ambitieux de João Romão. Après avoir bâti une deuxième pièce qui lui sert de maison, le Portugais, économe jusqu’à en être sordide, peut mettre en œuvre son idéal, « la création d’une auberge à grande échelle, d’une auberge monstre, inégalable, vouée à tuer la multitude insignifiante des cortiços qui s’étendaient à Botafogo »6. À partir des matériaux volés dans les chantiers voisins, il construit trois maisonnettes adossées à la sienne. L’essor du quartier, avec la présence toujours plus grande de la classe ouvrière, le pousse à diversifier ses activités : la taverne se transforme à la fois en restaurant et en bazar, où l’on peut tout acheter, du fil à coudre au râteau, en passant par les boîtes en conserve. João Romão acquiert ainsi des profits à chacune des opérations effectuées par les ouvriers : étant à la fois patron de la carrière, propriétaire du cortiço, fournisseur des repas et de tout objet manufacturé nécessaire aux travailleurs, et même parfois prêteur sur gages, il peut ainsi récupérer au centuple le salaire versé à ses employés.

12Toutefois, tout en mettant l’accent sur la vie misérable et sordide des ses habitants, Aluísio Azevedo décrit le cortiço comme une sorte d’espace naturel inséré dans le tissu urbain. Les gens du peuple échappent en effet aux contraintes sociales imposées à la « bonne société », leur lieu d’habitation appartenant plutôt au monde de la nature qu’au monde civilisé :

  • 7 « On sentait dans cette fermentation du sang, dans cet appétit vital de plantes rampantes, les pi (...)

Sentia-se naquela fermentação sangüínea, naquela gula viçosa de plantas rasteiras que mergulham os pés na lama preta e nutriente da vida, o prazer animal de existir, a triunfante satisfação de respirar sobre a terra.7

13L’image du bourbier fécond, qui renvoie en quelque sorte aux origines même de la vie sur terre, correspond à la face positive du « cortiço », dont l’élan vital ne peut être retenu ni par la pauvreté, ni par l’injustice sociale. Mais, comme tout facteur de désordre, il représente également une force destructrice qui risque de tout emporter sur son passage si elle n’est pas maîtrisée. Miranda, le riche propriétaire de la maison voisine, se sent d’ailleurs fortement menacé :

  • 8 « De son côté, Miranda s’effrayait, inquiet d’assister à cette exubérance brutale, atterré face à (...)

E ao lado o Miranda assustava-se, inquieto com aquela exuberância brutal de vida, aterrado defronte daquela floresta implacável que lhe crescia junto da casa, por debaixo das janelas, e cujas raízes, piores e mais grossas do que serpentes, minavam por toda a parte, ameaçando rebentar o chão em torno dela, rachando o solo e abalando tudo.8

14Curieusement, l’auteur recourt également à la métaphore des serpents lorsqu’il évoque le pouvoir de séduction de Rita Baiana sur Jerônimo :

  • 9 « Jerônimo se rendit parfaitement compte que la chevelure bouclée, brillante et parfumée de la mé (...)

Jerônimo […] compreendeu perfeitamente que dentro dele aqueles cabelos crespos, brilhantes e cheirosos da mulata principiavam a formar um ninho de cobras negras e venenosas que lhe iam devorar o coração.9

15À l’instar de la belle métisse, l’auberge fondée par João Romão renvoie à la part instinctive de l’être humain, ressentie à la fois comme force vitale et comme menace à la raison. De fait, pour les immigrants venus du Portugal, Rita, tout comme le cortiço, qui jouit également du statut de personnage, sont emblématiques du mode de vie des tropiques. Si toute l’œuvre d’Aluísio Azevedo tend à dénoncer la main mise de l’ancienne métropole sur les richesses du Brésil, l’auteur construit l’image d’un pays accueillant, fertile, mais barbare et pouvant échapper au contrôle imposé par la raison civilisée. Le thème d’Eros et Thanatos, souvent associé au sexe par les tenants du Naturalisme, se retrouve ici lié à l’image même de l’identité brésilienne en formation.

16Toutefois, la dernière scène du roman suggère le triomphe de l’ordre social et de son hypocrisie sur les couches populaires. João Romão, au sommet de son pouvoir, vient d’obtenir la main de la jeune Zulmira, fille du baron Miranda, avec qui il peut se réconcilier grâce à sa fortune. Il lui reste cependant un témoin de son ancienne existence : Bertoleza, sa maîtresse et sa bonne à tout faire. L’esclave, qui se croit libre, refuse de partir. João Romão la dénonce alors à la police, afin de la faire revenir chez son maître légitime. Voici la scène :

  • 10 « La négresse, immobile, les regardaient de ses yeux fixes et atterrés. Entourée d’écailles et d’ (...)

A negra, imóvel, cercada de escamas e tripas de peixe, com uma das mãos espalmada no chão e com a outra segurando a faca de cozinha, olhou aterrada para eles, sem pestanejar.
Os policiais, vendo que ela não se despachava, desembainharam os sabres. Bertoleza, então, erguendo-se com ímpeto de anta bravia, recuou de um salto, e antes que alguém conseguisse alcançá-la, já de um só golpe certeiro e fundo rasgara o ventre de lado a lado.
E depois emborcou para a frente, rugindo e esfocinhando moribunda, numa lameira de sangue.
João Romão fugira até ao canto mais escuro do armazém, tapando o rosto com as mãos.
Nesse momento parava à porta da rua uma carruagem. Era uma comissão de abolicionistas que vinha, de casaca, trazer-lhe respeitosamente o diploma de sócio benemérito.
Ele mandou que o conduzissem para a sala de visitas.10

17Dans le dénouement du récit, paru deux ans après l’abolition de l’esclavage, Aluísio Azevedo fait preuve d’une lucidité prémonitoire. Le sacrifice de Bertoleza, suivi de l’épisode sarcastique de l’hommage rendu par les abolitionnistes, manque sans doute de finesse, comme le souligne Rui Mourão. Il révèle cependant de manière brutale l’envers du mythe fondateur de la « démocratie raciale » brésilienne. Accueillant dès le dix-neuvième siècle toutes les nationalités et toutes les croyances, tolérant à l’égard du métissage, pourvu que le but à atteindre demeure le « blanchiment » de la population, le Brésil condamne ainsi durablement les esclaves à peine libérés et leur descendance à vivre en marge de la société. Si l’on peut croiser des personnages d’origines diverses dans l’auberge de João Romão, seuls les barons sont reçus au salon, alors que les anciens esclaves continuent d’être relégués aux cuisines.

Haut de page

Notes

1 L’auteur, en bon journaliste, poussa ses scrupules naturalistes jusqu’à se déguiser en ouvrier pour pouvoir louer une chambre dans l’une de ces habitations collectives. Comme le souligne Jean-Yves Mérian, l’affaire faillit mal tourner, car les autres habitants le prirent pour un mouchard de la police, ce qui l’obligea à prendre la fuite, sous peine d’être lynché (voir Jean-Yves Mérian, Aluísio Azevedo vida e obra [1857-1913] – O verdadeiro Brasil do século XIX, Rio de Janeiro, Instituto Nacional do Livro, 1988, p. 519).

2 Comme le souligne Rui Mourão, le rythme binaire structure tout le récit, non seulement à travers le système des personnages, mais aussi par le dédoublement des scènes : deux incendies, deux scènes de combat, deux repas festifs, etc. (voir Rui Mourão, « Um mundo de galegos e de cabras », in Aluísio Azevedo, O cortiço, São Paulo, Ática, 1889, p. 5).

3 « Du côté gauche, les Italiens avaient monopolisé toute la partie qui donnait sur le balcon ; ils y logeaient à cinq, à six dans la même chambre, et l’on voyait que ce coin-là de l’auberge était déjà bien plus sale que les autres. João Romão avait beau protester, il s’y entassait tous les jours un tas d’ordures composé d’écorces de pastèque et de pelures d’orange. Quelle communauté bruyante et sale que celle de ces diables de vendeurs ambulants ! » (Aluísio Azevedo, op. cit., p. 141). La dernière traduction du roman étant épuisée – elle date des années cinquante – toutes les traductions des citations m’appartiennent.

4 « Il était cinq heures du matin, le cortiço se réveillait en ouvrant non pas ses yeux, mais une infinité de portes et de fenêtres alignées. » (ibidem, p. 28).

5 Ibidem, p. 13.

6 Ibidem, p. 19.

7 « On sentait dans cette fermentation du sang, dans cet appétit vital de plantes rampantes, les pieds enfoncés dans la boue noire et nourrissante de la vie, le plaisir animal de vivre, la satisfaction triomphale de respirer sur terre. » (ibidem, p. 29).

8 « De son côté, Miranda s’effrayait, inquiet d’assister à cette exubérance brutale, atterré face à cette forêt implacable qui poussait contre sa maison, sous ses fenêtres, et dont les racines, plus malfaisantes et plus épaisses que des serpents, surgissaient de toutes parts, menaçant de faire éclater le terrain autour d’elles, ravinant le sol et ébranlant tout sur leur passage. » (ibidem, p. 21).

9 « Jerônimo se rendit parfaitement compte que la chevelure bouclée, brillante et parfumée de la métisse commençait à former en son sein un nid de serpents noirs et venimeux qui allaient lui dévorer le cœur. » (ibidem, p. 58).

10 « La négresse, immobile, les regardaient de ses yeux fixes et atterrés. Entourée d’écailles et d’entrailles de poissons, elle s’appuyait sur la paume ouverte de sa main, tenant de l’autre le couteau de cuisine. / Les policiers, en la voyant rester sourde à leurs ordres, dégainèrent leurs sabres. Bertoleza, se redressant alors d’un bond de tapir féroce, recula avant que quiconque puisse intervenir, se déchirant le ventre largement, d’un seul coup net. / Puis elle se pencha en avant, dans un rugissement agonisant, en se débattant dans une mare de sang. / João Romão était allé se réfugier dans le coin le plus sombre de l’entrepôt, couvrant son visage de ses mains. / À cet instant, une voiture s’arrêta devant l’entrée. Il s’agissait d’un comité en faveur de l’abolition qui venait, en habit, lui offrir respectueusement le titre de membre d’honneur de leur mouvement. / Il ordonna qu’on conduise ces messieurs au salon. » (ibidem, p. 159).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adriana Coelho-Florent, « Une pension auberge en pleine mutation : O cortiço d’Aluisio Azevedo », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 141-147.

Référence électronique

Adriana Coelho-Florent, « Une pension auberge en pleine mutation : O cortiço d’Aluisio Azevedo », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/812 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.812

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org