Navigation – Plan du site
Lieux d'étapes et itinéraires personnels, allégoriques, existentiels

La fonction narrative de l’hôtel, des auberges et d’autres lieux d’étapes dans Los Pasos Perdidos d’Alejo Carpentier

Pablo Berchenko
p. 219-228

Résumés

Dans Le partage des eaux d’Alejo Carpentier la composition romanesque de chaque lieu d’étape (hôtel, demeure privée, auberge, pension, cabane, campement sommaire) devient, par un complexe effet de “spatialisation”, la métaphore d’un temps passé. Ce roman est ainsi l’affirmation de la valeur d’un univers culturel latino-américain marqué par le métissage et l’hybridité, où la modernité est constamment mise en question.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Cuba

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 A. Carpentier, Le partage des eaux, Paris, Gallimard, coll. “Folio” n° 795, 1956, traduction de R (...)

1Los Pasos Perdidos, deuxième roman de l’auteur cubain Alejo Carpentier (La Havane, 1904-1980), paraît au Mexique en 1953. Sa traduction française est publiée trois ans plus tard, avec pour titre Le partage des eaux1. Ce livre reçoit à Paris le Prix du meilleur roman étranger en 1956 ; il est considéré par une grande partie de la critique comme le plus révélateur de la production de cet écrivain. Il transpose dans la fiction les expériences de son enfance à Cuba, de sa formation en Europe, d’un voyage aux États-Unis et de son séjour au Venezuela où il effectue deux périples à travers la forêt amazonienne. La grandeur de la Cordillère, la beauté de la Gran Sabana, la fascination de la forêt vierge et la qualité humaine de ses habitants sont des référents idéalisés par le romancier dans cette fiction.

2Le roman propose le récit d’une expédition qui commence dans une grande mégalopole moderne de l’Amérique du Nord et culmine au fin fond de la forêt tropicale sud-américaine avant le retour au point de départ. Le personnage protagoniste et narrateur du roman est un musicologue de formation européenne qui travaille pour l’industrie cinématographique nord-américaine. Il part en mission dans la jungle à la recherche des premiers instruments de musique créés par l’Homme. C’est pourquoi une grande partie du roman revêt la forme d’un journal de voyage.

  • 2 Voir Daniel Pageaux, Temps, espaces romanesques et Histoire dans Los Pasos Perdidos d’Alejo Carpe (...)

3En réalité, le narrateur-protagoniste de Los Pasos Perdidos part dans cette aventure parce qu’il est en rupture avec la vie qu’il mène dans un monde qui est l’expression de la plus avancée des modernités. Ce périple prend ainsi – dans la conscience du narrateur – la forme d’un voyage dans le temps. Celui-ci a l’impression d’effectuer une véritable « remontée » vers le passé de l’humanité. À chaque lieu d’étape de l’expédition, le temps est “spatialisé” en lieux qui cristallisent des temps historiques, culturels ou géologiques de plus en plus reculés2. Le voyageur-narrateur a la sensation de franchir toutes les époques de l’Histoire de l’homme et de l’évolution de la faune, de la végétation et de la géologie terrestres.

  • 3 Le parcours géographique prend comme repère de l’ordre historique la pénétration du continent par (...)

4Remontée du temps donc, balisée de signaux qui marquent les degrés chronologiques de la régression spatio-temporelle. L’espace ainsi que les comportements sociaux de chaque lieu de passage apparaissent comme la matérialisation des temps du passé et le voyage comme une transition d’un temps à l’autre. Les références à la musique, à la littérature, au théâtre, à l’architecture sont des jalons, des repères chronologiques qui traduisent les impressions de régression dans le temps. Le périple est de la sorte l’exploration du temps inversé, un voyage à rebours au cours duquel les lieux d’étapes ainsi que les moyens de transports – l’avion, le petit train à voie étroite, l’autobus, le bateau fluvial, la pirogue, la marche à pied – sont également des marqueurs temporels. Ainsi la “spatialisation” en temps historiques et culturels qui “remontent” le passé se fait – entre autres procédés3 – au moyen de la caractérisation des hôtels, des demeures privées, des auberges, des pensions, des cabanes, des campements sommaires et des autres lieux d’étapes.

L’hôtel moderne

5Le personnage narrateur et sa compagne française, Mouche, arrivent à une capitale hispano-américaine. Ville étrangère pour le voyageur sans doute, mais pas entièrement, parce que pour l’artiste et musicologue, cette ville est l’espace de rencontre entre l’adulte qui a été formé en Amérique du Nord et en Europe et les souvenirs de sa propre enfance vécue dans un pays hispano-américain. Ses souvenirs reviennent dès la descente de l’avion, d’abord par des sensations olfactives, visuelles et gustatives, ensuite par la musique de la langue maternelle retrouvée, et enfin par l’évocation de sa vie familiale dans cette ambiance tropicale. Le matin suivant, dans sa chambre d’hôtel, le narrateur est réveillé par les crieurs de rue et les marchands ambulants qui eux aussi lui rappellent son enfance. Ensuite, en se promenant près de l’hôtel, il retrouve l’ambiance des rues, la lumière et les petits métiers qu’il reconnaît comme faisant partie de sa mémoire. Ainsi ce premier lieu d’étape est-il pour le voyageur l’espace de la rencontre avec sa propre histoire personnelle, un moment de retour à ses origines.

6Mais le séjour dans l’hôtel joue dans le récit un rôle plus complexe parce que l’hôtel recompose la vie sociale de toute la ville. En effet, cet hôtel a une apparence propre aux établissements des années 1950. Grand édifice, résidence anonyme dans une capitale tropicale non identifiée, il apparaît comme lieu de passage dans lequel on se loge et où l’on trouve toutes les commodités d’un service moderne moyennant rétribution. Il est le point de départ pour accéder à la ville. L’hôtel est également le lieu de rencontres prévisibles et inhabituelles. Il est aussi le lieu d’activités diverses et convenues : espace de séjour, lieu de loisirs et de pratiques professionnelles. L’hôtel offre un point de vue de choix sur la ville (chambre avec vue…). Il est également un espace fermé (murs, grilles, portier, réceptionniste, concierge, etc.), mais en communication avec le monde extérieur, de même qu’il est un espace où l’on pratique une diversité de langues. En somme, par son aspect et sa fonction ce lieu est le marqueur temporel d’une certaine modernité.

7D’autre part, par son emplacement, cet hôtel moderne est aussi le centre d’un espace urbain où se côtoient des temps historiques et culturels différents tels que le passé colonial, le Romantisme et la modernité des années 1950. Dans cette ville, le passé colonial est encore présent. Il se trouve matérialisé dans les remparts du port (la forteresse de Philippe II) et les objets qu’on peut découvrir chez un antiquaire (l’évocation de la fête des Maures et des Chrétiens, l’image de Sainte Rose de Lima et les scènes de tauromachie). De même, et avec un charme démodé, y est encore vivant le Romantisme du XIXe siècle. Celui-ci est symbolisé par les monuments des hommes illustres de la patrie qui ressemblent à Lord Byron ou à Lamartine, par le théâtre Second Empire qui domine la ville, par l’opéra de Donizetti qui y est joué, par le comportement suranné des spectateurs, etc. Ainsi, par un effet de “spatialisation” en temps historiques et culturels qui “remontent” le passé, l’hôtel de la première étape de ce voyage représente une forme de modernité, mais légèrement décalée et obsolète, annonçant le voyage vers des temps anciens.

8Toutefois cet établissement est concomitant avec le présent du narrateur, artiste et musicologue travaillant pour l’industrie moderne. Le temps du narrateur et le temps de l’hôtel coïncident, et tous les deux sont synchroniques avec l’actualité immédiate des années 1950 en Amérique hispanique, période marquée par les coups d’État dans les pays de la région. En effet, dans le roman, la guerre civile éclate brusquement dans la ville hispano-américaine. La confusion s’installe aussi bien dans les combats de rues que dans les explications des gens du pays apparemment « bien informés ». Le narrateur tente vainement de comprendre l’insurrection mais n’y arrive pas. L’enchevêtrement de référents idéologiques divers et contradictoires, les symboles qui sont évoqués pour expliquer la violence du bouleversement social (Rousseau faisant bon ménage avec le Saint-Office, l’emblème de la Vierge à côté du Capital, etc.) sont incompréhensibles pour le narrateur. Dans la perception du voyageur, tout se mélange, tout s’agrège. Alors il dit : « quand je croyais qu’il s’agissait d’un mouvement de socialistes contre conservateurs ou radicaux, de communistes contre catholiques, les cartes se brouillaient, les positions se renversaient » (p. 69). Finalement, les références à des personnalités locales inconnues de lui, à des familles en conflit, à des querelles entre frères ennemis – plus qu’à des partis – créent chez lui l’impression de se trouver face à un « décalage chronologique […] une espèce de bataille livrée par-delà le temps entre hommes qui eussent vécu dans des siècles différents ». En réalité, Carpentier fait allusion aux caudillismos, aux pronunciamientos militaires et aux mouvements populistes si communs à l’époque. L’hôtel est ainsi, au cours des événements politiques, un espace assiégé, cerné par la violence sociale. Cependant, le voyageur reste momentanément, en dehors de la violence, coupé du monde bouleversé qui l’entoure. L’hôtel devient de la sorte un lieu d’enfermement relatif, d’isolement précaire par rapport à l’agitation qui l’enserre.

9L’hôtel devient à son tour un espace fragile quand il est abandonné par les employés qui se joignent à la révolution. Avec la disparition des serviteurs, des chasseurs, des grooms, des garçons se produit la défaillance des infrastructures hôtelières. Ainsi l’eau et le téléphone sont coupés, le restaurant arrête son service, la presse cesse d’arriver au kiosque à journaux, le buraliste n’a plus de tabac, le bar est fermé et la saleté s’installe partout. Enfin, la menace de la soif et de la faim angoisse les clients.

10D’ailleurs l’hôtel abandonné par les employés est un espace envahi par la vigueur de la nature tropicale. Cette nature se manifeste par l’apparition d’une foule de bestioles étranges, des insectes bizarres, des punaises grises, des cochenilles, des mille-pattes qui courent, qui rampent et qui envahissent le sol, qui grattent dans les armoires, qui sortent des robinets... Ce lieu d’étape annonce ainsi la puissance de la vie tropicale et la fragilité de l’œuvre de l’homme que le narrateur va connaître plus tard dans la jungle sud-américaine. L’hôtel accomplit ainsi une fonction de prolepse.

11D’autre part, l’hôtel est par nature un espace de permissivité et de tolérance. L’élan sensuel des tropiques est lié ici au voyage et l’hôtel devient l’espace privilégié de la rencontre insolite ou le lieu de rendez-vous des amants potentiels ou avérés. C’est le terrain propice pour se retrouver dans l’intimité d’un lieu clos situé en même temps dans la ville et en dehors de la ville. Mais l’hôtel, isolé par les événements politiquement violents et abandonné par les serviteurs, est aussi le lieu de libération des pulsions du sexe, de l’abus de l’alcool, de l’appropriation des biens d’autrui, de l’oubli des règles de la bienséance. C’est là que s’opère la séduction lesbienne de Mouche par l’artiste peintre canadienne, tandis que le narrateur – qui suspecte cette relation – erre, ivre, dans les méandres de l’hôtel devenu de la sorte image du labyrinthe, avec ses détours de couloirs, sa superposition d’étages, le dédale des escaliers. Le narrateur éméché cherche Mouche dans des couloirs qui alignent des portes identiques affichant d’interminables séries de numéros. Dans cette situation de bouleversement politique, l’hôtel fonctionne, plus que jamais, comme le lieu d’événements inattendus (par exemple la présence d’une troupe de ballet faisant des barres le long du bar, les garçons de l’hôtel transformés en combattants armés de mausers avec des cartouchières en bandoulières, les clients prenant d’assaut la cave de l’hôtel, la mort du Kappelmeister…).

12L’hôtel et la ville tropicale sont donc le lieu d’étape où se produit la rencontre entre l’histoire personnelle du narrateur et l’Histoire tout court, lieu de passage où se recompose la vie sociale de toute une société et où, finalement, est suggéré le sens métaphorique du voyage vers le passé.

Los Altos, un lieu de villégiature

  • 4 Andrés Bello (1781-1865) : poète vénézuélien, auteur du poème Agricultura de la zona tórrida.

13Le lieu d’étape suivant – dans la ville provinciale de Los Altos – est la propriété de l’artiste peintre canadienne séductrice de Mouche. Après un voyage dans un petit train à voie étroite « semblable à un train de parc d’attraction » (p. 88), le narrateur et sa compagne arrivent à un bourg adossé à la montagne qui offre à la vue du voyageur l’aspect typique d’une ville coloniale hispano-américaine en transition vers la période de l’Indépendance républicaine au XIXe siècle. Ainsi la taverne des muletiers, la maison close où les femmes sont assises sur un divan « élimé qui avait appartenu à un Auditeur de Royale Audience » (p. 89) opèrent comme repères chronologiques de cette époque. À ces signes de la « espatialisation » du temps colonial passé s’ajoutent d’autres marqueurs de la période de la naissance des républiques hispano-américaines. Ainsi la statue du Poète « auteur d’un Hymne couronné à l’Agriculture » (p. 90) est une référence à peine déguisée au poète vénézuélien Andrés Bello4. La Grotte de Lourdes fait allusion aux nouveaux miracles et aux canonisations de ce siècle. L’Athénée, lieu de manifestations culturelles laïques et des commémorations patriotiques ainsi que la Loge maçonnique sont le signe de la présence des Lumières en Amérique latine. Paradoxalement, ils se trouvent juste à coté du couvent des Récollettes, marquant ainsi la juxtaposition du temps colonial et du temps des indépendances.

14Ce lieu de villégiature des citadins et des artistes locaux est un véritable lieu de passage entre la grande ville et la montagne, entre une époque et une autre. C’est là que le voyageur comprend la dépendance culturelle des trois jeunes artistes invités par son hôte. Le musicien blanc qui joue de la musique atonale, le poète indien avide de « modernité » et le peintre noir qui rêve de Paris ignorent l’authenticité d’un modeste harpiste nu-pieds qui joue d’un instrument rustique dans une taverne voisine. Le harpiste, qui vient d’un lointain village du District de Tembladeras, joue devant le musicien-narrateur un prélude qui le « remplit d’étonnement » ; il exécute une improvisation « de grande allure », des danses d’un « mouvement vertigineux » et des rythmes d’« une aisance incroyable ». Lors de cette étape, les valeurs de la périphérie et du centre sont ainsi inversées dans la sensibilité du narrateur, de même que la valeur de la modernité dans les Arts est remise en question par la vigueur des expressions esthétiques appartenant au passé. Tout cela incite le narrateur à poursuivre son voyage vers la forêt vierge en traversant la Cordillère des Andes.

Les auberges

15Lors de la traversée en autobus de la Cordillère – pendant laquelle se produit la rencontre avec Rosario, prototype de la femme métisse – le voyageur est surpris par l’aspect castillan des villages aux maisons en pierres calcaires qui, par leur disposition, rappellent une vue d’El Toboso. Ces images font remonter dans la mémoire du narrateur l’incipit de Don Quixote appris à l’école par cœur, dans son troisième livre de lecture. Dépaysement spatio-temporel, donc, qui évoque dans ce territoire américain M. de Cervantès et le Siècle d’Or espagnol. L’auberge – qui rappelle la « posada » castillane, lieu où les muletiers, les voyageurs, les paysans trouvent hébergement et nourriture – propose aux voyageurs une chambre blanchie à la chaux « dont tout le luxe consistait en un broc et une cuvette » (p. 111), et dans laquelle la salle à manger n’est qu’un simple prolongement de la cuisine. Austérité et rigueur marquent temporellement ces lieux d’étape par la distance qui les sépare de l’hôtel moderne. Ce lieu d’étape sert également à remémorer au voyageur son séjour en Europe lors de la Deuxième Guerre Mondiale et l’invite à comparer la froide et massive destruction des populations dans les camps d’extermination avec la violence presque puérile des guerres et révolutions du monde hispano-américain. L’auberge, qui accueille les voyageurs au pied des montagnes, sert donc à confirmer le refus de la notion de progrès que l’Europe propose comme paradigme en Amérique hispanique et valorise, par contre, une culture métisse où la raison et la technique perdent de leur pertinence.

16Plus tard, de l’autre côté des Andes, La Vallée des Flammes fait référence – dans une image infernale de ville condamnée – à un cycle économique très moderne, celui de l’exploitation du pétrole. Cependant, la taverne qui accueille les voyageurs suggère au narrateur la persistance du Moyen Âge. La construction légère de la taverne, où se mêlent ouvriers, hôtes, cochons, poules et ânes, l’atmosphère envahie par la fumée de grillades, la vente d’alcool, les jeux de cartes et la violence des clients rappellent au voyageur les auberges de l’Europe médiévale. C’est là que les prostituées itinérantes font irruption pour travailler à l’occasion de la fête du saint patron de la ville. Pour le narrateur, « ces prostituées errantes, qui venaient au-devant de nous, s’introduisant dans notre époque, étaient cousines des ribaudes du Moyen Âge, qui allaient de Brême à Hambourg, d’Anvers à Gand, au moment de foires » (p. 139). La taverne – qui rappelle les « ventas » et « fondas » espagnoles – est ainsi un espace de contrastes sociaux où se retrouvent les voyageurs, les ouvriers, l’aubergiste et sa famille, les cuisinières et les prostituées, en cohabitation avec les animaux domestiques. Elle se situe donc dans un espace géographique de transition entre le monde rural et le monde industriel. La taverne marque de la sorte la frontière entre deux univers. Pour le narrateur l’impression de se trouver dans un lieu de passage, de pénétrer le temps de jadis se confirme dans la remontée en bateau du grand fleuve vers la ville de Santiago de Los Aguinaldos où l’architecture et les fêtes religieuses évoquent également le Moyen Âge finissant.

17À Puerto Anunciación, au seuil de la forêt tropicale, où « on vivait encore à l’époque de la lampe à pétrole et de la bougie » (p. 164), la notion d’auberge tend à se dissoudre. Le narrateur ne parle plus d’auberge mais à peine « d’un lieu dénommé auberge ». En réalité il s’agit d’une ancienne caserne aux murs lézardés dont les pièces donnent sur un patio boueux dans lequel pataugent de grandes tortues destinées à nourrir les passagers. La chambre est meublée avec deux lits de camps en toile, un banc de bois et un morceau de miroir accroché à la porte par trois clous rouillés. C’est dans l’espace de la frontière, entre la plaine et la jungle, espace traversé par la navigation fluviale et ses ports, que le voyageur retrouve les traces de la culture antique. D’abord par la rencontre avec Yannes, le Grec chercheur de diamants, qui porte dans son baluchon une édition bilingue de l’Odyssée qu’il cite par cœur. Pareillement, à Puerto Anunciación, lors de la veillée funèbre du père de Rosario, le narrateur surpris retrouve la tragédie grecque dans les expressions de douleur des femmes. Dans leurs gestes et dans leurs mots, ces paysannes représentent, sans le savoir, une tragédie d’Euripide, véritables Troyennes hurlantes adoptant successivement les rôles d’Hécube et ses filles.

Les lieux d’étapes dans la forêt vierge

18La référence à la Grèce antique sert à introduire le voyageur dans une rupture temporelle qui le conduit de la même façon aux premiers temps de la Conquête du Nouveau Monde et aux temps préhistoriques. Ainsi le narrateur, guidé par le Adelantado, séjourne d’abord dans le campement de la mine de diamants des Grecs. C’est là un lieu d’étape où le narrateur reconnaît, dans la construction rustique de la hutte des frères Yannes, un « hellénisme inattendu » reproduisant certains éléments de l’architecture classique mais avec des matériaux (fibres végétales, feuilles de palmier, pisé) qui utilisent les Indiens pour élever leurs habitations. Accueillis par les frères Yannes les voyageurs mangent dans des plateaux grossiers, assis à même le sol, autour du foyer où leurs hôtes leurs offrent cassave, fromages, radis, tomates et eau de vie. Le feu allumé en fin de journée sert de lieu de sociabilité autour duquel on raconte des histoires, des contes et des fables. Les invités dorment dans des huttes où le voyageur accroche simplement son hamac. Le récit se situe donc dans un espace régi par la confiance ou au contraire la méfiance qu’inspire l’étranger qui arrive, espace où la monnaie n’a plus de valeur pour se loger et manger. Dans cette forêt vierge où « tout commerce est réduit au troc d’objets simples et utiles » (p. 206), c’est l’hospitalité non payante qui s’impose sur toute relation mercantile.

19Plus loin, déjà dans la forêt vierge, le voyageur et la femme métisse qui est devenue sa nouvelle compagne dorment dans des campements sommaires où « chacun s’isole dans le creux de son hamac » accroché à un arbre ou dans des campements encore plus sommaires où l’on se repose « étendu par terre sur une mince natte de paille », avec un toit de feuilles au-dessus de la tête. Ainsi l’Adelantado conduit les explorateurs au milieu de tribus vivant à l’âge du Néolithique ou du Paléolithique. On y loge dans des cases aux murs en feuilles de palmiers et au sol de terre battue. Là, les Indiennes font des galettes de manioc et font griller du poisson entre des branches entrecroisées. Ces lieux d’étapes renvoient aux formes les plus primitives d’organisation sociale. C’est là que le voyageur découvre, enfin, ce qu’il est venu chercher : les premiers instruments de musique créés par l’homme ainsi que la première manifestation du chant dans la bouche d’un sorcier : le thrène.

20Finalement, Santa Mónica de los Venados, la ville créée de toutes pièces par l’Adelantado au milieu de la forêt, s’identifie aux débuts de l’Amérique hispanique et à la fondation des premières villes dans le Nouveau Monde, au XVIe siècle. Ici le voyageur « remonte le temps » jusqu’à la nudité première de l’Homme. Il a dans cette ville – à la fois ancienne et nouvelle – l’impression d’arriver au paradis sur Terre. Là il sent naître en lui une œuvre qui est le résultat de ses recherches sur l’invention de la musique. Mais au bout d’un certain temps il n’a plus de papier pour écrire son œuvre. C’est pourquoi, quand un avion vient le chercher, il accepte de retourner au monde d’où il vient, mais avec l’intention de revenir à la jungle. À son retour dans la métropole, il est reçu d’abord comme un héros, mais il perd son travail, divorce d’avec sa femme, fait une rencontre frustrante avec Mouche et, après un scandale dans la presse, tombe dans la déchéance. Il échoue finalement dans une chambre misérable avant de revenir inutilement à Puerto Anunciación où il comprend que le retour a Santa Mónica de los Venados est impossible.

21Los Pasos Perdidos raconte donc un voyage. C’est pourquoi il parle de l’espace, de paysages fabuleux, de populations différentes, de contrées inconnues, de lieux d’étape ainsi que de demeures. Mais dans, ce roman Alejo Carpentier va plus loin parce que la composition romanesque de chaque lieu d’étape devient la métaphore d’un temps passé, ainsi qu’une étape existentielle franchie par le voyageur. Le voyage à travers l’espace-temps démontre que nous sommes contemporains de toutes les époques de l’Histoire de l’homme. Ce roman est donc une allégation de la valeur du passé face à la modernité, l’affirmation d’un univers culturel marqué par le métissage et l’hybridité face à la civilisation occidentale. Ainsi l’hôtel, les auberges, les tavernes… sont-ils des lieux narratifs symboliques, lieux complexes par le mélange des temps, des événements et des référents culturels qu’ils accumulent. Chaque étape confirme ainsi la négation du topique qui oppose civilisation et barbarie.

Haut de page

Notes

1 A. Carpentier, Le partage des eaux, Paris, Gallimard, coll. “Folio” n° 795, 1956, traduction de René L. F. Durand. Nos citations renverront à cette traduction. Pour alléger les notes, les pages seront indiquées entre parenthèses, dans le texte.

2 Voir Daniel Pageaux, Temps, espaces romanesques et Histoire dans Los Pasos Perdidos d’Alejo Carpentier, Récit et Histoire, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 139-157.

3 Le parcours géographique prend comme repère de l’ordre historique la pénétration du continent par l’Homme. Ainsi on peut citer la ville sur la côte qui a vu l’arrivée des premiers Européens en Amérique, la Vallée des Flammes de l’autre coté de la Cordillère pour l’exploitation de ressources minières, les Terres du Cheval pour la conquête de la plaine, les Terres du Chien pour la forêt. D’ailleurs le voyage se poursuit en prenant comme jalons les âges géologiques tel que les Terres de l’Oiseau pour imaginer les premiers pas de la vie animale sur terre, la Forêt Vierge avec les premières formes de végétation, pour finir au « quatrième jour de la Création ».

4 Andrés Bello (1781-1865) : poète vénézuélien, auteur du poème Agricultura de la zona tórrida.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pablo Berchenko, « La fonction narrative de l’hôtel, des auberges et d’autres lieux d’étapes dans Los Pasos Perdidos d’Alejo Carpentier », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 219-228.

Référence électronique

Pablo Berchenko, « La fonction narrative de l’hôtel, des auberges et d’autres lieux d’étapes dans Los Pasos Perdidos d’Alejo Carpentier », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/848 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.848

Haut de page

Auteur

Pablo Berchenko

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org