Navigation – Plan du site
Lieux d'étapes et itinéraires personnels, allégoriques, existentiels

Errance et renaissance dans le film brésilien Central do Brasil de Walter Salles

Cristina Duarte-Simões
p. 243-251

Résumés

Réalisé en 1998 par le metteur-en scène brésilien Walter Salles, le film Central do Brasil propose un parcours à la fois géographique et psychique de deux personnages – Josué et Dora - à la recherche de leurs identités. Cette quête principale est doublée, dans le film, par celle du cinéma brésilien à la recherche de ses racines populaires et de l'un de ses territoires de prédilection : le Nordeste brésilien. Ainsi, au fur et à mesure que les personnages s'éloignent de la ville de Rio et qu'ils se dirigent vers l'état du Pernambouc, le film gagne en couleurs et en espace, tandis que Dora devient de plus en plus humaine.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Brésil

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1Réalisé en 1998 par Walter Salles, le film Central do Brasil a rencontré un large succès, aussi bien dans son pays qu’à l’étranger : il a reçu vingt-huit récompenses au Festival de Berlin, dont l’Ours d’Or et le prix d’interprétation pour l’actrice principale. L’œuvre a même été nominée à l’Oscar du meilleur film étranger, que la grande majorité des Brésiliens considèrent comme l’une des récompenses majeures. Mais ce fut La vie est belle de Roberto Benigni qui l’obtint cette année-là.

  • 1 Mônica Weinberg, Passe de Mágica, Veja, São Paulo, 10 mars 1999, p. 150.

2Deux personnages se trouvent au centre de ce film émouvant : une femme d’une cinquantaine d’années et un garçonnet de neuf ans. Le rôle de la femme est interprété par Fernanda Montenegro, actrice chevronnée du cinéma et du théâtre brésiliens – ici peut-être dans son plus beau rôle –, celui de l’enfant par Vinicius de Oliveira, ancien cireur de chaussures des rues de Rio de Janeiro, débutant au sens le plus large du terme1. La confrontation des deux personnages sur le terrain du jeu dramatique s’effectue dans le film sous la forme d’un affrontement sans merci entre Dora et le jeune Josué. L’action se déroule dans la gare centrale de Rio, endroit sordide par où transitent chaque jour des hordes de défavorisés en provenance des banlieues les plus lointaines et misérables de la ville. Au Brésil, en effet, le train demeure le moyen de transport des gens démunis. Wagons bondés, jeunes gens accrochés aux portes et aux fenêtres ou encore debout sur le toit du train, slalomant entre les poteaux de haute tension : autant d’images que la télévision a banalisées auprès du public français. Dans ce décor de sous-développement sévit Dora, écrivain public à la gare centrale de Rio : elle écrit des lettres pour des gens crédules et en détresse, lettres qu’elle n’envoie jamais. Elle est dépositaire d’histoires racontées le temps de l’écriture d’un message et moyennant finances : l’éloignement de la famille, la difficulté à survivre dans la grande ville, le vice de la boisson, la recherche d’un parent ou encore la libération d’un mari prisonnier. La misère crée ses propres bourreaux et Dora, poussée par la nécessité, participe allègrement au système d’exploitation des uns par les autres. Chaque soir, en compagnie de sa sœur Irène, elle trie toute cette matière humaine faite de larmes et de tristesse et, se moquant des gens, choisit l’endroit où adresser chaque histoire : la poubelle ou le tiroir, appelé par Irène “purgatoire”.

3L’histoire de Josué non plus ne lui arrache aucune compassion. La mère de ce dernier, Ana, a quitté la région pauvre du Nord-Est alors qu’elle était enceinte pour émigrer à Rio, laissant dans son Pernambuco natal le père de l’enfant et ses deux fils aînés. À présent âgé de neuf ans, Josué désire connaître son père. Sa mère – analphabète, comme la plupart des gens qui transitent chaque jour par la gare – fait alors appel aux services de Dora, pour la rédaction d’une lettre au père du jeune garçon. Fidèle à elle-même, Dora, est sur le point de mettre la lettre à la poubelle quand elle est retenue par sa sœur Irène. Touchée par cette histoire Irène lui demande de faire exception et de poster la lettre. Mère et fils reviennent le lendemain pour demander à Dora de changer quelques passages, jugés trop durs par la mère. Agressive et de mauvaise grâce, Dora apporte les corrections nécessaires. En quittant la gare, Ana est renversée par un autobus et meurt en pleine rue. Sans famille ni argent, Josué traîne dans les parages. Il est vite repéré par Pedrão, le chef de la sécurité de la gare. Avec sa complicité, Dora vend l’enfant à un réseau de trafiquants d’organes. Avec les mille dollars reçus, ravie, elle acquiert un nouveau poste de télévision. Mais les remontrances d’Irène (« Tout a des limites, Dora ») lui donnent des remords : dès le lendemain, elle va chercher l’enfant chez les bandits. Avec les hommes du réseau à ses trousses et sans aucune possibilité de reprendre son travail à la gare, elle se voit obligée de quitter Rio et d’accompagner Josué à la recherche de son père. Tous deux partent ainsi, en direction du Nord-Est, pour un parcours de plus de deux mille kilomètres de Rio de Janeiro à Bom Jesus do Norte, ville de l’État de Pernambuco, dernière adresse du père de Josué.

  • 2 Le Père Cicero est la grande figure religieuse du Nord-Est brésilien. Né dans l’État du Ceará en (...)
  • 3 Um filme contra o Brasil indiferente. O psicanalista Jurandir Freire Costa entrevista Walter Sall (...)

4Malgré le réalisme du film, Bom Jesus do Norte, la ville de destination, n’existe pas. Créé de toutes pièces, son nom est un condensé de celui de deux autres villes de la région du Nord-Est, connues pour leur activité religieuse : Juazeiro do Norte et Bom Jesus da Lapa. La première, située dans l’État de Ceará, est célèbre dans tout le Brésil car c’est la ville du Père Cicero, un saint très vénéré dans la région. D’ailleurs, une fois arrivés à “Bom Jesus do Norte”, Dora et Josué se font photographier devant l’image grandeur nature du padim Ciço, comme l’appellent les dévots2. La seconde se trouve dans l’État de Bahia, et c’est d’ailleurs à l’agence de la Banque du Brésil de cette ville qu’Irène, se trompant, envoie l’argent demandé par Dora. Un nom de ville inventé, donc, pour une destination qui affiche sans ambages son caractère symbolique, même si le tournage a eu lieu dans le petit village bien réel de Cruzeiro do Nordeste, à l’intérieur de l’État de Pernambuco3.

5Le premier aspect de ce voyage est le déplacement, depuis le Sud-Est, région riche, vers le Nord-Est, le polygone de la sécheresse. Josué et Dora font le chemin inverse de celui des migrants qui vont chercher une vie meilleure dans de grandes villes comme São Paulo ou Rio. Au cours de leur long déplacement, les personnages du film dévoilent un pays qui n’est pas celui du carnaval et du football – touristique et stéréotypé – mais celui de tous les jours : le Brésil des Brésiliens. Central do Brasil est également un road movie, film de route ou d’errance. Ce genre invite à une lecture plus approfondie du sens du voyage.

6En effet, le déplacement géographique de ce road movie se double d’un parcours psychique. Le film raconte le voyage de Josué à la recherche de son père, qui reste introuvable. L’enfant accomplit néanmoins un trajet qui, l’éloignant du riche Sud-Est, le sauve également de la marginalité des grandes villes, du vagabondage et d’une criminalité dans laquelle il serait sans doute tombé s’il était resté à Rio. Aller dans le Nord-Est signifie pour lui retrouver ses racines, être intégré au sein d’une famille, avec ses frères Moïse et Isaïe, avoir un métier, ne pas être un enfant des rues.

7Le parcours psychique de Dora est un autre aspect du voyage. Ce personnage, rongé par le malheur, a perdu toute son humanité ; elle ne s’émeut aucunement des histoires touchantes racontées par de braves gens dans le dénuement et jette allègrement leurs lettres à la poubelle. Le traitement qu’elle accorde à Josué dans un premier temps est de cet ordre. Elle lui parle grossièrement, avec méchanceté. Mais au fil du voyage, elle devient peu à peu humaine et finit par assumer le rôle de mère – de bonne mère – qu’elle est appelée à jouer auprès du jeune orphelin. Au bout du voyage, elle n’éprouvera plus le besoin maladif de critiquer et de détruire l’image paternelle, celle de son propre père ou celle du père de l’enfant. Elle se sentira réconciliée avec sa famille et avec elle-même. La lettre finale qu’elle écrit à Josué est significative de cette évolution :

Tu as raison. Ton père viendra un jour.[…] Je me souviens quand mon père m’emmenait sur sa locomotive. J’étais toute petite, mais il m’a permis de faire siffler le train pendant tout le voyage. […] Quand je te manquerai, regarde la petite photo qu’on a prise ensemble. Je dis ça parce que j’ai peur que tu m’oublies toi aussi. Mon père me manque. Tout me manque. Dora.

Dora est devenue un être humain à part entière.

8Le voyage des deux personnages peut également être interprété de façon symbolique comme la recherche de ses racines pour le cinéma brésilien, la quête de son père symbolique, Glauber Rocha, et de son territoire d’origine, le sertão. Les personnages du film se dirigent vers cette région, frappée périodiquement par la sécheresse, qui était le décor préféré des films du Cinéma Novo. Le personnage du routier, César, est une référence explicite à Glauber Rocha, chef de file de ce mouvement : tous deux sont nés à Vitória da Conquista, dans l’État de Bahia… Cependant, les précisions géographiques s’arrêtent là. Il serait inutile de chercher à situer sur une carte du Brésil les diverses étapes du voyage car, ici, seule la direction et la durée du parcours semblent compter.

  • 4 Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Dictionnaire des Symboles, Paris, Editions Robert Laffont, 1982 (...)

9Le temps diégétique de Central do Brasil comporte douze jours, un chiffre qui est loin d’être anodin. Les apôtres sont douze, ainsi que les portes de Jérusalem et les fils de Jacob, ancêtres des douze tribus du peuple hébreu ; l’année comporte douze mois, les chevaliers de la Table Ronde sont douze, et on pourrait donner bien d’autres exemples. Quoi qu’il en soit, ce chiffre symbolise l’univers dans son déroulement spatio-temporel ; il représente également la fin d’un cycle4. Dora et Josué s’insèrent eux aussi dans un système de changement qui, après une période d’errance et de détresse, aboutira à leur transformation. Leur parcours de mort et de renaissance comporte douze jours. Ce processus est raconté sous forme linéaire ; les diverses actions du film se succèdent, sans retour en arrière ni projection dans le futur.

10Ces douze jours s’enchaînent de la façon suivante :

– 1er jour : Dora rencontre Josué et sa mère.
– 2ème jour : la mère de Josué meurt.
– 3ème jour : Josué déambule tout seul dans la gare.
– 4ème jour : Dora emmène le garçon chez elle.
– 5ème jour : Dora vend Josué.
– 6ème jour : Dora va chercher Josué chez les bandits.
– 7ème jour : début du voyage; étape de l’achat des chemises.
– 8ème jour : étape de Benemerência.
– 9ème jour : étape de la rupture avec le routier César.
– 10ème jour : étape de l’écriture des lettres.
– 11ème jour : étape de la maison des frères.
– 12ème jour : étape du départ de Dora.

11Ce voyage, initiatique en quelque sorte, comporte six étapes ; les six jours précédents ont été nécessaires à sa préparation. Le déplacement se fait d’abord en car, à l’instar des Brésiliens moins favorisés, alors que les personnes plus aisées se déplacent de préférence en voiture ou en avion. Par la suite, quand s’épuise l’argent emporté par Dora, les personnages bénéficient de la générosité de César et du confort de son camion. Enfin, lorsque le routier les abandonne – craignant la tournure intime que prend sa relation avec Dora – la femme et l’enfant empruntent un pau-de-arara, transport typique du sertão brésilien, un camion qui entasse sur sa plate-forme des paysans pauvres et des pèlerins se rendant dans les villes religieuses de la région. Ce moyen de transport, beaucoup moins coûteux que le car, est parfois le seul possible dans certains endroits éloignés et arriérés.

  • 5 [Le blanc] « est couleur de passage, au sens auquel on parle de rites de passage : et il est just (...)

12Le premier arrêt de ce parcours initiatique est celui de la halte routière où s’arrêtent les cars de ligne. Très répandue au Brésil, elle tient lieu de centre commercial et propose station service, bar, restaurant, toilettes, douches, magasins… C’est d’ailleurs dans l’un de ces magasins que les deux personnages vont s’acheter une nouvelle chemise. En effet, près avoir critiqué durement Josué qui veut faire cet achat, Dora finit par faire comme lui. Et tous deux porteront désormais une chemise blanche flambant neuf dont la couleur semble annoncer leur prochaine transformation5.

13Persistant néanmoins dans la voie du mauvais exemple, la femme achète une bouteille d’alcool et la boit presque entièrement dans le car. Lorsque, ivre, elle s’endort, le jeune garçon prend le relais et finit la bouteille, ce qui provoque les critiques des autres passagers. Manifestement, à ce stade, le chemin choisi par Dora n’est pas d’aider Josué, mais plutôt de le mettre sur la voie d’une marginalité sans retour.

14Voulant se débarrasser du jeune garçon, moyennant finances, elle demande au chauffeur de conduire Josué à destination. À l’étape suivante, soulagée, elle quitte le car et va prendre un café. Dans le bar, elle découvre avec irritation l’enfant affalé sur une table. Ironie du sort, l’arrêt où ils ont fait étape a pour nom Benemerência – le mérite – alors que Dora n’en fait nullement preuve.

15Par la suite, sa rencontre avec le routier César lui permet, ainsi qu’à l’enfant, de poursuivre son chemin gratuitement à un moment où elle est totalement dépourvue d’argent. Mais elle persiste à donner le mauvais exemple au jeune garçon déjà tellement privé de repères. Après s’être enivrée, elle vole ouvertement des victuailles dans le magasin de Benê, grand ami et frère de religion de César, faisant fi de l’amitié que lui manifeste ce dernier. Comme des millions de Brésiliens, César est adepte de la religion évangélique et sa vie de chrétien est tout le contraire de celle de Dora : pas de boisson, aucun vice, de grands sentiments fraternels et humanitaires. Et l’écriteau sur son camion donne le ton : « Avec Jésus je suis mon destin ».

16À l’étape suivante, les personnages passent la nuit à la belle étoile. Là, César est appelé à jouer un rôle déterminant auprès du couple formé par la femme et l’enfant : en effet, Josué l’installe à la place vide de son père et Dora s’intéresse de plus en plus à lui. L’image d’une famille reconstituée et d’une fin heureuse se profilent à l’horizon.

17La féminité renaissante de Dora est toutefois contrariée à l’étape suivante, dans un petit restaurant du sertão. Après qu’elle a manifesté ouvertement à César son intérêt pour lui, celui-ci l’abandonne. En effet, le routier craint un engagement plus sérieux et préfère prendre la fuite. Dora retrouve sa dureté et sa méchanceté initiales. Retour provisoire, donc, à la case départ…

18Livrés à eux-mêmes, sans argent pour arriver à Bom Jesus do Norte, Dora et Josué empruntent le moyen de transport typique de la région, le pau-de-arara. Pour payer le trajet, Dora est obligée de donner sa montre.

19L’arrivée à la destination finale, Bom Jesus do Norte, entre bondieuseries et misère, est vite entachée de contrariétés : l’adresse dont ils disposent ne correspond plus à celle du père de Josué. Dans la petite maison humble, à la campagne, habite désormais une autre famille. De retour en ville, tous deux sont fatigués, affamés, désabusés. À bout, Dora lance des mots terribles à Josué, au milieu de la foule pieuse en transe :

Bon Dieu ! Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ?! Tu es ma punition. On n’aurait pas dû te mettre au monde ! Maintenant je t’ai sur le dos ! Tu es un fléau ! Un vrai fléau !

Ils passent leur nuit dans la rue, à même le sol. Jamais ils n’étaient tombés si bas.

20Du plus profond de cette détresse jaillit alors un éclair de tendresse entre cette femme endurcie et cruelle et l’enfant maltraité. Une idée lumineuse vient à Josué : faire écrire à Dora des lettres pour tous les pèlerins qui cherchent à envoyer des messages à leur famille et au Père Cicero. Cette avant-dernière étape du voyage reproduit la scène initiale du film : les pauvres gens se succèdent devant Dora, racontant leurs tristesses, priant, remerciant, riant et pleurant. Comme à Rio, le commerce est lucratif, ils gagnent de quoi manger et même aller dormir à l’hôtel. Josué adopte vite le rôle de conjoint et offre une robe à Dora. L’inceste guette désormais leur relation, et, comme ils doivent partager le même lit étroit, l’avenir du garçon dépendra de l’attitude de Dora. Mais après, semble-t-il, un moment d’hésitation, Dora choisit de jouer le rôle maternel qu’elle aurait dû tenir auprès de cet enfant dès le début. Dans le petit lit de l’hôtel, elle choisit le ton et la distance justes.

21Leur voyage peut donc prendre fin. Ils arrivent ainsi, le lendemain, à Vila do João et, toujours à la recherche du père de l’enfant, ils finissent par trouver la maison de ses frères, Isaïe et Moïse. Josué retrouve ainsi une famille : la sienne. Le dernier jour, au petit matin, alors que les trois frères dorment encore, Dora met la robe offerte par Josué, se maquille, retrouve sa féminité et, enfin rachetée, prend le car de retour en direction du Sud.

22Six étapes, donc, en quête d’un père, mais pour finalement rencontrer une famille et, surtout, se rencontrer, renaître.

  • 6 S. Freud, Cinq Psychanalyses, Vendôme, Presses Universitaires de France, 1977, pp. 1-91.
  • 7 Ibidem, p. 91.

23Il est regrettable que le matériel publicitaire du film mette l’accent uniquement sur le personnage de Josué ; la cassette vidéo diffusée en France va jusqu’à proposer un sous-titre ridicule : Le petit prince du Brésil. En effet, le personnage principal semble être plutôt la femme, et son prénom est loin d’être anodin : Dora, comme le célèbre cas raconté par Freud dans Fragment d’une analyse d’hystérie6. Les deux femmes ont en commun des traits névrotiques bien présents, ainsi qu’une relation au père caractérisée par une très forte ambiguïté. Le parcours géographique de la femme-écrivain public dans Central do Brasil est également un parcours analytique au cours duquel elle retrouve, petit à petit, les souvenirs liés à son propre père. Et c’est seulement à partir du moment où elle voit clair avec elle-même qu’elle peut sauver l’enfant. Le chemin parcouru lui a offert l’occasion de se racheter et de renaître, elle qui, comme la Dora qui l’a précédée, « se détachera de son père et sera reconquise par la vie »7. Grâce à son aide, Josué n’ira pas grossir le nombre d’enfants brésiliens de la rue, livrés à eux-mêmes; il ne fera pas non plus partie des victimes des trafics en tout genre. Dora sauve cet enfant mais, de forme symbolique, ce sont tous les enfants brésiliens en détresse qu’elle sauve par son humanité retrouvée.

  • 8 Voir à ce sujet l’excellent article de Luciana Wrege Rassier, A Perspectiva Messiânica em ‘Centra (...)
  • 9 Une erreur regrettable de traduction a transformé ce prénom en Isaac, dans la version française d (...)

24Par ailleurs, ce film est aussi une œuvre sur la transmission : celle des liens familiaux, celle de la filiation cinématographique. Les trois prénoms bibliques de la fratrie vont d’ailleurs dans ce sens8. Isaïe est le prophète qui annonce la puissance de Dieu9 ; Moïse, celui qui reçoit les tables de la Loi, celui qui aperçoit la Terre Promise, mais ne la foulera pas. Son successeur est Josué, qui fait pénétrer le peuple élu dans la Terre Promise. D’ailleurs, les trois frères sont dans l’attente de l’arrivée du père, égaré quelque part dans ce Brésil immense, entre Rio, le sertão et les mines d’or d’Amazonie. Le prénom du père en dit long : Jésus. En attentant sa venue, des histoires naissent et se défont dans ce Brésil très inégalitaire et violent, où le quotidien des pauvres relève plutôt de la survie.

25Le film Central do Brasil porte le nom d’une gare, ce qui fait de ce lieu de passage le symbole du Brésil, l’endroit où les histoires se tissent et se racontent. L’une de ces histoires est celle du cinéma brésilien, orphelin comme Josué de son père spirituel, Glauber Rocha, et dans l’attente d’un nouveau guide. Quelqu’un qui, comme le routier César, pourra avoir la force de parcourir, seul, les longues routes de l’intérieur des terres.

Haut de page

Notes

1 Mônica Weinberg, Passe de Mágica, Veja, São Paulo, 10 mars 1999, p. 150.

2 Le Père Cicero est la grande figure religieuse du Nord-Est brésilien. Né dans l’État du Ceará en 1844, il fréquente le séminaire de Fortaleza, avant d’être affecté à Juazeiro, ville dans laquelle il bâtit sa réputation de bienheureux. Son premier miracle – la transformation d’une hostie en sang – date de 1889. Il est décédé en 1934. Depuis, son ancienne paroisse est devenue l’un des hauts lieu de la religiosité populaire du sertão.

3 Um filme contra o Brasil indiferente. O psicanalista Jurandir Freire Costa entrevista Walter Salles, www.jfreirecosta.com, p. 2.

4 Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Dictionnaire des Symboles, Paris, Editions Robert Laffont, 1982, p. 365.

5 [Le blanc] « est couleur de passage, au sens auquel on parle de rites de passage : et il est justement la couleur privilégiée de ces rites, par lesquels s’opèrent les mutations de l’être, selon le schéma classique de toute initiation : mort et renaissance ». (J. Chevalier, A. Gheerbrant, op. cit., p. 125).

6 S. Freud, Cinq Psychanalyses, Vendôme, Presses Universitaires de France, 1977, pp. 1-91.

7 Ibidem, p. 91.

8 Voir à ce sujet l’excellent article de Luciana Wrege Rassier, A Perspectiva Messiânica em ‘Central do Brasil’ de Walter Salles: uma soma de acasos e necessidades, in Millénarismes et Messianismes dans le Monde Ibérique et latino-américain, Montpellier, Etilal, Université Paul-Valéry, 2000, pp. 233-247.

9 Une erreur regrettable de traduction a transformé ce prénom en Isaac, dans la version française doublée du film. Bien que l’image du fils sacrifié par le père puisse convenir dans le contexte de Central do Brasil, ce changement désinvolte reste tout de même bien gênant…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cristina Duarte-Simões, « Errance et renaissance dans le film brésilien Central do Brasil de Walter Salles », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 243-251.

Référence électronique

Cristina Duarte-Simões, « Errance et renaissance dans le film brésilien Central do Brasil de Walter Salles », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/857 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.857

Haut de page

Auteur

Cristina Duarte-Simões

Université Toulouse Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org