Navigation – Plan du site
Lieux d'étapes et itinéraires personnels, allégoriques, existentiels

Waslala : memorial del futuro de Gioconda Belli : l’auberge microcosme

Sophie Lavoie
p. 253-262

Résumés

Dans son roman futuriste Waslala : memorial del futuro, la nicaraguayenne Gioconda Belli présente une auberge qui remplit plusieurs fonctions et donne lieu à un clin d’œil aux rôles traditionnels d’un concierge. Îlot dans la jungle centraméricaine, cet hôtel est un lieu fixe et civilisé. C’est aussi le dépositaire de la mémoire de l’endroit, ce qui permet à l’auteur de nous donner un aperçu de ce que pourrait être le futur de l’isthme centraméricain. Personnage haut en couleur, Jaime, le concierge, fait connaître aux protagonistes cet endroit qu’il sauvegarde consciencieusement. Véritable microcosme, l’auberge dans Waslala nourrit le récit grâce aux nombreuses valeurs que Gioconda Belli lui accorde.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gioconda Belli, Waslala : memorial del futuro, Barcelona, Emecé, 1996, p. 186. Toutes les traduct (...)
  • 2 Gioconda Belli, Le pays que j’ai dans la peau : mémoires d’amour et de guerre, trad. Anne Plantag (...)

1Le troisième roman de Gioconda Belli, Waslala : mémorial del futuro, n’a pas été traduit en français1. Née en 1948, après des études en Europe et aux Etats-Unis, l’écrivaine s’est engagée dans la lutte sandiniste dès son retour au Nicaragua en 1970. Elle entreprend cette activité politique en parallèle avec la création d’une poésie considérée parfois comme érotique et parfois comme politique. Gioconda Belli a tenu plusieurs postes importants dans l’organisation clandestine du Front Sandiniste de Libération Nationale. Elle fut exilée pour sa participation mais retourna au Nicaragua en 1979, dès la déroute de la famille Somoza, au pouvoir depuis la fin des années 1930. Gioconda Belli a aussi participé au nouveau gouvernement pendant près de 10 ans, et n’a jamais abandonné ce compromis politique, quoiqu’elle se soit éloignée depuis 1994 de l’organe politique du FSLN. Outre de nombreux recueils de poésie, l’écrivaine a publié La mujer habitada en 1988 et Sofía de los presagios en 1992, romans dont les thèmes principaux sont la situation de la femme dans la société nicaraguayenne et la lutte pour une justice sociale pour tous les groupes défavorisés. Partageant son temps entre les États Unis et le Nicaragua, Gioconda Belli a aussi été l’auteur de nombreux articles journalistiques, de contes pour enfants, et, plus récemment, d’un livre autobiographique relatant sa participation à la révolution sandiniste. Ce livre a été récemment publié en français sous le titre : Le pays que j’ai dans la peau: mémoires d’amour et de guerre2.

2Dans le roman de la nicaraguayenne, le mot auberge recouvre toute sa signification dans sa décomposition phonologique – les mots eau et berge – car ce roman narre le voyage fluvial dans la savane centraméricaine entrepris par la jeune protagoniste, Melisandra, et son amant Raphael, un journaliste nord-américain. Habitante isolée de la rive, Melisandra part à la recherche de ses parents qui habitent une mystérieuse communauté utopique quelque part dans la forêt vierge, un village fondé avant sa naissance et devenu légende. À sa demande, et grâce à ses connaissances sur Waslala, elle servira de guide pour Raphael qui, de son côté, cherche à faire un reportage sur une nouvelle drogue produite dans la région. La narration se déroule dans un contexte spatio-temporel futuriste, quand cette région du monde est devenue à la fois le poumon et la décharge du monde occidental. Au terme de son trajet, le bateau accoste dans la petite ville provinciale de Cineria, ville qui servira d’étape et de base aux excursions des deux protagonistes et où se trouve l’hôtel qui nous concerne dans cette étude.

3En arrivant, le couple n’a pas l’intention de séjourner à l’hôtel. Au début de la narration, l’hôtel n’a pas sa fonction normale de lieu de repos pour ces deux personnes. C’est dans ses éléments constituants qu’il prend toute sa signification. En effet, Raphael et Melisandra s’y rendent pour parler à Jaime, le gérant et concierge, personnage dont le rôle dans l’histoire est essentiel, comme nous le verrons. Ils ne se dirigeront à l’hôtel – dans sa fonction restreinte – qu’après un accident dû à un produit radioactif survenu chez l’amie où ils résidaient.

4Nous ne nous étendrons pas sur la fonction primaire de simple logement pour les protagonistes, nous examinerons la fonction que nous considérons triple de l’hôtel dans la narration. Premièrement, ce lieu très “civilisé” et permanent – à l’affût de tous les changements – offre un contraste évident avec la nature chaotique de la jungle, du trafic de drogues, des accidents écologiques, et avec le flux général du fleuve sur lequel voyagent les protagonistes. En deuxième lieu, l’hôtel présente le souvenir d’un passé bien réel pour la protagoniste qui cherche une communauté utopique : il a ainsi une fonction de contrepoint historique pour cette recherche. Enfin, il sert concrètement de source d’informations en relation avec la figure énigmatique du concierge et propriétaire. Nous examinerons de plus près ces trois fonctions hôtelières.

Civilisation et barbarie : l’hôtel « havre d’ordre et d’efficacité »

5Le thème de la civilisation et de la barbarie est un thème récurrent de la littérature d’Amérique latine depuis ses débuts. Il est intéressant de noter sa présence dans le roman de Gioconda Belli à travers celle de l’hôtel de Cineria.

  • 3 Ibidem.

6La première description de l’hôtel nous signale déjà la différence entre l’environnement et cette demeure: « dans le contexte chaotique de la ville, l’hôtel était à la fois un havre d’ordre et d’efficacité et la relique d’une époque passée et oubliée »3. Les détails de la description nous permettent de préciser les qualités civilisées de l’endroit :

  • 4 Ibidem, p. 183.

Le comptoir de la réception brillait aussi, et derrière celui-ci, une femme d’un certain âge paraissait s’occuper de nombreuses tâches administratives. Raphael et Melisandra éprouvèrent en même temps le besoin instinctif de marcher sur la pointe des pieds; cependant, la femme ressentit leur présence avant même qu’ils ne fassent un bruit et prononça une phrase courtoise de bienvenue.4

  • 5 Ibidem.

7Notons d’emblée la présence de la lumière, métaphore évidente de l’illumination dans tous les sens du terme. La présence de cette lumière sera répétée plusieurs fois dans la narration : « bois lustrés et brillants des fauteuils », « bureau luisant [...] le chandelier [...] Tout là-bas brillait […] : les vieux cendriers en argent, les miroirs, les vitres des grandes fenêtres »5. Si, dans la narration, nous ne sommes point au Siècle des Lumières, les effets de celui-ci sont bien symbolisés par la clarté ambiante.

8De plus, les tâches administratives auxquelles s’affaire la dame sont aussi un signe évident de la nécessité d’une structure, même dans la profonde jungle centraméricaine. Ils signalent la présence d’un système interne structuré qui va souvent de pair avec un type de réglementation et d’ordre. Sous-entendu dans le réflexe de marcher “sur la pointe des pieds”, le silence de l’endroit est notable également parce que c’est chose rare dans une région sauvage que de constater une absence de bruits. Le silence est plutôt une obligation propre aux humains et semble difficilement imposable dans une forêt vierge ou une ville. Enfin, l’accueil poli de la dame vient témoigner de la civilité de l’endroit, la courtoisie étant aussi une construction régie et imposée par un système social bien déterminé.

  • 6 Ibidem, p. 184.

9Un peu plus loin dans la narration, la description vestimentaire de la réceptionniste est un reflet de ce régime structuré. En effet, « Raphael nota la propreté de son habillement, la jupe et la veste noire, les bas de nylon, les souliers à talon »6. Il semble inutile d’analyser plus profondément la nature illogique de bas de nylon et de souliers à talon dans une ville pauvre du fin fond de la jungle. Dans leur présence au sein de l’hôtel, il y a un désir certain de la part du propriétaire de se démarquer de l’ambiance existante, le costume de la réceptionniste étant un déguisement et une claire différentiation d’avec les employés de ce lieu. Les couleurs choisies sont aussi issues de la logique civilisée, car les vêtements traditionnels des indigènes de l’Amérique centrale sont souvent bigarrés.

  • 7 Ibidem.

10La description de l’hôtel n’apporte pas a priori de jugement implicite de la protagoniste sur cette présence civilisatrice. Au contraire, elle semble préférer jouer des contrastes, comme le souligne le jugement suivant de Raphael sur le service offert : « la dignité professionnelle pouvait exister, même dans les pires circonstances »7.

Lieu de mémoire : l’hôtel « relique d’une époque passée et oubliée »8

  • 8 Ibidem, p. 186.

11Si les lits monacaux superposés des hôtels japonais et les concierges électroniques en représentent la mutation moderne, l’hôtel existera encore jusqu’à ce que le voyage ne soit plus nécessaire (peut être un jour ?). Plutôt qu’un vestige, le concept de base – l’hôtel logement pour la nuit – restera intemporel par le fait que ce lieu sera toujours nécessaire aux voyageurs. De plus, même si l’hôtel semble une relique du passé, le passé n’est pas oublié, comme en signifie la simple présence de cet hôtel dans notre roman. Comme nous l’avons vu dans la partie précédente, nous devons noter en particulier sa structure, sa décoration et ses employés. Le passé historique et légendaire du Nicaragua est très présent dans le roman, comme en témoigne le titre, Mémorial du futur. Le Nicaragua, dans l’H/histoire, a un passé métissé dans tous les sens du terme : les Amérindiens – tribus diverses tout au long des nombreux fleuves et lacs, les aventuriers et conquistadores espagnols, les jésuites, les colons, les Américains, les marchands, la guérilla sandiniste, les Contras, les scientifiques et les ingénieurs cherchant le plus court chemin pour gagner l’océan Pacifique. Ce métissage historique et temporel se retrouve dans la décoration de l’hôtel, selon une hétérogénéité qui contraste avec la civilité structurelle et structurante de l’endroit.

  • 9 Ibidem, p. 183.

12Comme dans certaines grandes demeures modernes, dans cet hôtel le décor est très important pour créer l’ambiance et le contexte, sorte de feng-shui historique. Le journaliste mentionne quelques-unes des influences artistiques qui y coexistent : « demeure où le colonial et l’art déco cohabitaient avec la même irréalité désinvolte que se côtoyaient avec bonheur la ville de Cineria et tous ses habitants »9.

  • 10 Ibidem.
  • 11 La description de Gioconda Belli semble rappeler celle de Flaubert : « Quoi de plus triste qu'une (...)
  • 12 Gioconda Belli, op. cit., p. 183.

13Dans le roman, la décoration de l’hôtel crée une ambiance autant pour les personnages que pour les lecteurs. Par exemple, le protagoniste fait état de l’ameublement : « de vieux fauteuils aux housses râpées, mais aux bois lustrés et brillants, étaient disposés dans les coins, lui conférant [à l’hôtel] l’esprit d’une dignité depuis longtemps perdue »10. L’état des housses des fauteuils témoigne des nombreux passages dans le lieu11. Bien qu’ils soient absents directement dans la narration (mais présents dans la diégèse des deux autres romans de Belli), les esprits des figures historiques des siècles passés s’y retrouvent car « le chandelier donnait à l’endroit l’air d’un XIXe siècle distrait, qui, établi en ce lieu, refusait de s’en aller »12. L’histoire est chaotique dans cet endroit où les ameublements de différentes époques se côtoient et, ensemble, permettent de créer l’illusion d’un endroit hors du temps.

  • 13 Ibidem, p. 212.

14Même le décor visuellement chargé permet de rappeler le métissage historique et la flore épaisse de la jungle. La description de la chambre d’hôtel des protagonistes est particulièrement riche : « Jaime les emmena à la meilleure chambre de l’hôtel. Impeccable. Avec un haut plafond et un vieux lit en bronze. Dans le coin, un lavabo orné de dessins de fleurs et une cuvette, les serviettes soigneusement pliées sur le bras du canapé tapissé de damas fleuri »13. Encore une fois, le contraste de l’extérieur de l’hôtel avec le décor intérieur est flagrant et l’absence totale d’ameu-blements autochtones en dit beaucoup sur le contraste voulu par le propriétaire en dépit des nombreuses fleurs.

15Mais au-delà des souvenirs éveillés par les objets hirsutes du mobilier décoratif ou utilitaire, l’hôtel demeure un lieu de mémoire en soi car il contient les souvenirs de sa propre histoire ainsi que de l’histoire mondiale. Par exemple, la description de l’étude du propriétaire est la suivante :

  • 14 Ibidem, p. 185.

Le bureau était sobre et propre. Un des murs hauts était revêtus d’étagères sur lesquelles étaient alignés les livres [...] Un autre mur arborait une vaste collection de photographies dans lesquelles étaient documentés la rénovation de la vieille maison, l’inauguration de l’hôtel et quelques-uns de ses illustres invités entre lesquels se distinguait Gérard Shummer, le premier homme à avoir tourné autour de la planète Mars et qui, ensuite, en mission de bonne volonté parrainée par le président des États-Unis, avait voyagé dans les principales régions oubliées du monde, parlant des merveilles du cosmos.14

16Les archives sont conservées dans le bureau du propriétaire, bureau qui contient des livres, des photos et le propriétaire lui-même, dont nous verrons l’importance dans la partie suivante de notre étude.

  • 15 Ibidem, p. 147.

17Les livres anciens multilingues de la bibliothèque de l’hôtel, imprimés sur papier, permettent de voir et de lire le passé en même temps, car les livres en papier n’existent plus à l’époque de la diégèse, et les simili-livres – en fait des textes électroniques – sont seulement publiés en anglais15. Ces écrits renferment et, à la fois, laissent place à une série de voix/voies différentes sur l’histoire qui permet à nouveau une démultiplication de l’époque historique. Cette H/histoire en papier (vraie ou fausse ?) paraît ainsi aussi légère que l’histoire qui s’est répandue oralement au sujet de la communauté utopique nommée Waslala. Les photographies conservent aussi la mémoire visuelle de l’évolution de l’hôtel qui a été construit à l’époque en raison de l’arrivée de vagues successives de voyageurs par le fleuve. Détail non moins important, la présence photographique d’une grande figure de l’histoire montre le développement futur du tourisme dans le monde et permet de situer approximativement la narration dans une chronologie. En effet, la plupart du temps, privé de précisions temporelles précises, le lecteur a du mal à cerner le contexte spatio-temporel de la diégèse. La présence d’un passé reconnaissable et d’un futur qui dépasse l'imagination renforce le brouillage référentiel.

18Donc, même si l’hôtel est une « relique d’une époque passée et oubliée », nous voyons que cette époque n’est ni passée, puisqu’elle existe dans ce lieu, ni oubliée puisque la description nous en rappelle l’existence.

Le concierge : conservateur d’un Hôtel-Musée

  • 16 Ibidem.

19Celui qui permet à cet endroit d’exister est Jaime. Hôtelier de renom dans la région que découvrent Raphael et Melisandra, mais aussi conservateur de cet hôtel-musée, Jaime exhibe des traits stéréotypés caractéristiques du concierge et du maître d’hôtel. Déjà lors du trajet en bateau, les autres voyageurs habitués avaient mentionné ce personnage singulier qui, selon eux, « s’était donné comme tâche de faire en sorte que les invités de l’hôtel pensent qu’ils se trouvaient dans n’importe quel endroit du monde sauf celui-là »16. Donc, la réaction de Raphael lors de sa rencontre avec Jaime est peut être teintée par l’influence de ces rapports préliminaires. Pour cela :

  • 17 Ibidem, p. 184.

Raphael ne sut pas si c’était parce qu’il s’attendait à le voir ainsi que les traits de cet homme se transformèrent en les traits classiques de tous ceux qui ont consacré leur vie au service des nécessités des autres. Son allure était réservée et respectueuse, ses yeux doux laissaient entrevoir l’habitude d’observer et de deviner les désirs d’autrui. Ses lèvres fines révélaient l’absence de passions, caractéristique propre à l’office de la discrétion, et ses mains bien soignées et fines lui donnaient un air d’élégance qui invitait le client à être digne des attentions de celui qui, avec grande solennité et sans un brin de servilisme, les offraient.17

  • 18 Ibidem.

20La description physique détaillée nous permet aussi de discerner la structure et la civilité du personnage et d’en voir la source dans la meilleure tradition des concierges. En fait, il n’est jamais spécifié d’où vient à Jaime cette propension à la perfection hôtelière, ce qui suscite la réflexion suivante chez notre personnage principal : « regardant autour de lui, Raphael se demanda où cet homme aurait acquis l’idée que le service pouvait être élevé à la catégorie de l’art »18.

21Dans la description que nous avons de l’hôtel, l’influence anglaise est en évidence. Le prénom du personnage le démontre, Jaime – James hispanisé – est le nom par excellence du butler (majordome) anglais. Jaime, avec l’aide de ses amis, alimente une culture anglophile et nostalgique dans son hôtel, activité qui bouleverse parfois les sensibilités de ses invités :

  • 19 Ibidem.

Hermann lui avait dit qu’il avait vu pleurer plusieurs trafiquants, des plus durs, émus face à cet héroïsme d’une rare espèce, et lui-même, lors de chacun de ses voyages, rendait hommage à Jaime, l’approvisionnant en livres et en tenues de majordomes ou lui apportant des livres rares pour enrichir sa collection déjà abondante d’exemplaires uniques sur la profession hôtelière, ainsi que de mémoires et de biographies d’obscurs majordomes anglais.19

  • 20 Ibidem.

22De plus, nous voyons la mémoire littéraire de l’endroit, par les cadeaux que font les amis de Jaime, comme Hermann. La présence de cette influence anglaise apparaît dans d’autres passages concernant l’hôtel, comme par exemple lors de la première rencontre des protagonistes avec le concierge : « Jaime leur offrit une chaise et fit preuve envers eux d’une hospitalité spontanée et naturelle, leur faisant servir un goûter composé de café, de pâtisseries et de petits sandwiches au concombre »20. En effet, le tea-time anglais, avec ses sandwiches au concombre, suggère l’origine de ce rituel et de la discrétion (peut être stéréotypée ?) dont peuvent faire preuve les habitants du Royaume-Uni, contrairement à certains autres peuples plus expressifs.

  • 21 Ibidem, p. 215.

23Donc, c’est dans toute sa discrétion que Jaime prend le plus d’importance dans le roman car, bien que dépositaire de la mémoire, le lieu est aussi le conservateur des secrets de ses “habitants”, informations que seul le concierge peut connaître. Ainsi, habitué à garder des secrets, « le visage de Jaime était noble, mais inexpressif ; un visage de sphinx, imperturbable, tranquille, observant tout, reconstruisant les casse-tête, devinettes, déchiffrant des énigmes, discret, en silence [...] il ne lui serait jamais venu à l’idée de parler, de partager ses spéculations avec qui que ce soit. La discrétion était sa profession, il devait la considérer comme une obligation envers ses clients »21. Tout comme l’hôtel joue un rôle de mémoire pour ses invités, Jaime renferme un autre type de souvenir, des documents qui, bien qu’ils soient d’une forme différente, seront aussi importants pour le développement de la narration. En raison d’une situation d’urgence, il fournira des commentaires à Melisandra sur les rapports de personnes qui disaient revenir de Waslala et permettra à Raphael de découvrir les plantations de drogue nécessaires à son reportage.

  • 22 Instituto Nicaragüense de Turismo [En ligne]. « Estadísticas de Turismo correspondiente al Tercer (...)

24Comme semblait le présager le roman de Belli, le tourisme au Nicaragua est en forte augmentation depuis la publication de son roman. D’après les statistiques récentes diffusées par le gouvernement, entre 2002 et 2003 le nombre de touristes a augmenté de plus de dix pour cent (dont des augmentations de plus de trente pour cent des touristes canadiens, hollandais, anglais et costaricains)22. Toutefois, il est intéressant de noter que la nouvelle mode touristique fait appel à un nouveau type d’hôtel, l’éco-auberge – ecoalbergue en espagnol – mis en valeur comme nouvelle destination touristique à la mode. Les textes officiels spécifient que ces endroits :

  • 23 Instituto Nicaragüense de Turismo, « Resultados Concurso : ‘Selección de Áreas Protegidas y Ecoal (...)

opèrent avec la vision d’un impact environnemental et culturel minimal, et contribuent à la conservation de la biodiversité et au bien-être de la population locale. Les critères, dans le cas des éco-auberges, de Initiative Verte Centraméricaine consistent, entre autres, dans la participation de l’entreprise dans le marché éco-touristique, les aspects légaux et administratifs, le service de qualité et de confort, la sécurité des clients, la gérance environnementale et socioculturelle de l’entreprise et sa relation avec la région protégée.23

25Soucieuses à la fois du passé, du présent et du futur, les nouvelles éco-auberges qui prolifèrent en Amérique latine devraient donc conserver encore beaucoup plus de secrets et d’h/Histoire(s) que l’hôtel imaginé par Gioconda Belli.

  • 24 Salman Rushdie, Le sourire du jaguar, Paris, Plon, 1997.

26Il est possible qu’en créant cet hôtel, Gioconda Belli ait cherché à rendre hommage au Grand Hôtel de Managua, en ruines depuis le tremblement de terre de 1972, où elle lisait ses poèmes érotiques pendant l’ère sandiniste, comme l’avait noté Salman Rushdie dans son récit de voyage Le sourire du jaguar24. Cherchons-nous des possibilités d’analyse trop profondes ou abstraites ? Comme nous l’avons vu, l’examen minutieux de l’hôtel nous offre maintes possibilités. Dans Waslala, au lieu d’être un endroit où l’espace du voyageur devient fixe et où le temps s’arrête – car le voyageur y dort – l’hôtel de Belli est un endroit qui capte le temps grâce à son concierge. De plus, contrairement aux récits où toute l’action se déroule dans une chambre ou un hôtel, l’hôtel est ici un lieu qui vivifie le récit grâce aux informations qu’on y trouve et à la richesse symbolique qu’il contient.

Haut de page

Notes

1 Gioconda Belli, Waslala : memorial del futuro, Barcelona, Emecé, 1996, p. 186. Toutes les traductions de ce roman nous appartiennent.

2 Gioconda Belli, Le pays que j’ai dans la peau : mémoires d’amour et de guerre, trad. Anne Plantagenet, Paris, Bibliophane/Daniel Radford, 2004.

3 Ibidem.

4 Ibidem, p. 183.

5 Ibidem.

6 Ibidem, p. 184.

7 Ibidem.

8 Ibidem, p. 186.

9 Ibidem, p. 183.

10 Ibidem.

11 La description de Gioconda Belli semble rappeler celle de Flaubert : « Quoi de plus triste qu'une chambre d'hôtel, avec ses meubles jadis neufs et usés par tout le monde, son demi-jour faux, ses murs froids qui ne vous ont jamais renfermé, et la vue dont on jouit sur des arrière-cours de dix pieds carrés, ornées aux angles de gouttières crasseuses, avec des cuvettes de plomb à chaque étage?» (G. Flaubert, 1ère Education Sentimentale, 1845, cité in Cornelsen-Teachweb, [En ligne]. « Le Mot de la Semaine : hôtel, un » Allemagne. Consulté le 4 juin 2004. Disponible sur : http://www.cornelsen.de/teachweb/1.c.42841.de?hasjs=1166551388&parentID=1.c.134739.de&gsid=1.c.131741.de&id=42841.

12 Gioconda Belli, op. cit., p. 183.

13 Ibidem, p. 212.

14 Ibidem, p. 185.

15 Ibidem, p. 147.

16 Ibidem.

17 Ibidem, p. 184.

18 Ibidem.

19 Ibidem.

20 Ibidem.

21 Ibidem, p. 215.

22 Instituto Nicaragüense de Turismo [En ligne]. « Estadísticas de Turismo correspondiente al Tercer Trimestre del año 2003 » Consulté le 4 juin 2004. Disponible sur : http://www.intur.gob.ni

23 Instituto Nicaragüense de Turismo, « Resultados Concurso : ‘Selección de Áreas Protegidas y Ecoalbergues en Nicaragua para la Iniciativa Centroamérica Verde’ ». Consulté le 4 juin 2004, disponible sur : http :www.intur.gob.ni

24 Salman Rushdie, Le sourire du jaguar, Paris, Plon, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Lavoie, « Waslala : memorial del futuro de Gioconda Belli : l’auberge microcosme », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 253-262.

Référence électronique

Sophie Lavoie, « Waslala : memorial del futuro de Gioconda Belli : l’auberge microcosme », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/862 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.862

Haut de page

Auteur

Sophie Lavoie

AAix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org