Navigation – Plan du site
Voyager, se loger, découvrir ou redécouvrir

Lieux d’étapes dans les capitales de l’empire portugais (Goa et Rio de Janeiro). Étude d’une mémoire disparue

Ernestine Carreira
p. 271-295

Résumés

Dans l’histoire du vaste empire portugais, les conditions humaines des voyages, et en particulier la question du gîte et du couvert, restent à écrire. Bien que l’actuelle politique de conservation et organisation des archives soit assez encourageante, cette recherche est pour l’instant un travail en devenir. La présente étude propose de formuler quelques hypothèses à partir d’une source unique et accessible : les récits de voyage. Prenant comme base d’analyse l’époque coloniale (XVIIe - début XXe siècles) elle établit une comparaison entre les deux capitales de cet empire (Rio de Janeiro et Goa) en montrant la difficile émergence de l’hospitalité payante dans un contexte humain, économique et culturel dominé par les valeurs de l’hospitalité chrétienne.

Haut de page

Texte intégral

1Spécialiste de la navigation marchande dans l’empire portugais au XVIIIe siècle, j’ai très naturellement considéré avec curiosité et intérêt le thème de « auberges et lieux d’étapes » proposé à la réflexion des chercheurs de l’Équipe d’accueil de Langues Romanes. En effet, le navire étant en soi un espace de commerce, de logement et de restauration, je n’avais jamais pris conscience de l’invisibilité de cet élément de la vie quotidienne du voyageur, une fois qu’il est descendu à terre dans les grands ou petits ports de la couronne portugaise.

  • 1 Cf. Maria Fernanda Bicalho, A cidade e o império, O Rio de Janeiro no século XVIII, Editora civil (...)

2Pour cette étude un peu aventurière, j’ai procédé par anticipation à une série de choix arbitraires, dictés par l’immensité de l’espace maritime portugais (du Brésil à la Chine) et par la certitude qu’une telle problématique ne pourrait se traiter que dans le cas des grands ports, sur lesquels l’information disponible abonde. Ainsi, ont été sélectionnés les deux plus grands ports d’outre-mer : Rio de Janeiro (Brésil) et Goa (Inde). Ils présentent chacun des caractéristiques différentes et justement susceptibles de permettre une base comparative. En effet, avant de disparaître politiquement et physiquement, Goa était, aux XVIe et XVIIe siècles, le plus grand port d’Asie. Rio de Janeiro n’était, jusqu’à son élévation au rang de capitale coloniale en 1763, qu’une modeste bourgade adossée à un port dont l’essor récent résultait de la découverte de mines d’or dans l’intérieur continental (Minas Gerais en 1694). Goa était la capitale du premier grand empire portugais : l’empire maritime, composé d’un réseau de ports étendu sur quatre continents et trois océans. Rio de Janeiro domina le deuxième empire, celui qui correspond, pour paraphraser l’Historien Luis Filipe de Alencastro, à l’Atlantisation du Portugal (1640-1822)1.

3Rio de Janeiro et Goa sont aujourd’hui des capitales touristiques à l’échelle planétaire, dotées d’une structure hôtelière de premier ordre ainsi que d’une réputation gastronomique bien enracinée et amplement justifiée. Cependant, après deux ans de lectures et recherches, on arrive à un constat absolument surprenant, et qui s’oppose au modèle offert par leurs jumelles occidentales : la construction de la tradition de l’hôtellerie et de la restauration payantes est un phénomène très récent, datant de la seconde moitié du XIXe siècle pour le Brésil, voire du XXe siècle pour Goa. La période antérieure se caractérise par un vide quasi absolu alors qu’en Europe, à la même époque, Paris et Londres disposaient d’un réseau déjà très développé et performant.

4Notre travail comportera deux étapes : nous commencerons par revisiter sources et bibliographie afin de comprendre les possibles orientations – ou l’absence d’orientation – de la recherche. Puis nous établirons un premier bilan des informations que nous livre le corpus censé être le plus fertile dans ce domaine : les récits de voyage. Nous séparerons hospitalité payante et non payante, bien que les frontières soient parfois difficiles à tracer. La période sélectionnée s’intégrera dans le processus colonial (des premières décennies du XVIIe siècle au début du XIXe).

De la mémoire ancienne et contemporaine

5L’histoire de l’hospitalité, offerte ou payante, dans les espaces de la lusophonie reste à écrire, ce qui paraît assez surprenant dans cet empire construit au rythme des déplacements, des routes maritimes et des ports d’escales.

6Deux causes peuvent être invoquées pour expliquer cette invisibilité : l’indifférence de l’historiographie et/ou le problème des sources.

  • 2 On citera aussi les bulletins bibliographiques réguliers publiés à partir des années 1950 par la (...)
  • 3 Mario Jorge Pires, Hóspedes, hospedeiros e viajantes no século XIX : raízes do turismo no Brasil, (...)

7La recherche bibliographique s’avère aujourd’hui aisée car, au Brésil comme au Portugal, les fonds des Bibliothèques Nationales et Universitaires se trouvent désormais consultables en ligne. Le chercheur dispose aussi d’un accès sur site à la plupart des index des revues universitaires et érudites, anciennes et récentes2. Et partout le même constat s’établit : une absence totale d’ouvrages et d’articles, à quelques rares exceptions près, sur cette question de l’hospitalité du voyageur. Sur cette grande aventure des voyages, nous ne disposons aujourd’hui que de très rares études sur la vie quotidienne à bord des vaisseaux, et de quelques travaux brésiliens, largement orientés vers la seconde moitié du XIXe siècle3.

  • 4 Alain Montandon (études réunies par), Lieux d’hospitalité : hospices, hôpital, hostellerie, Clerm (...)

8Peut-être pourrait-on mieux comprendre ce désintérêt des historiens lusophones en évaluant la progression de la recherche en Angleterre et en France. On peut citer, chez nous, les travaux pionniers de deux spécialistes de l’époque des Lumières : Alain Montandon, de l’Université de Clermont-Ferrand, et Daniel Roche, Professeur honoraire au collège de France où il occupait la chaire d’histoire des Lumières. Alain Montandon s’est plus particulièrement intéressé aux formes de l’hospitalité en France4. Daniel Roche rend compte de la production anglo-saxonne dont il s’inspire pour intégrer cette thématique dans l’axe plus vaste de la circulation des individus en Europe et dans le monde à l’époque des Lumières. Ces travaux sont relativement récents, et il n’est donc pas surprenant que les centres de recherche portugais ou brésiliens n’aient pas encore trouvé l’opportunité d’aborder cette problématique. Par ailleurs, ces deux spécialistes font appel à une source documentaire rarement convoquée dans la recherche historiographique : la littérature. D’une manière générale, l’histoire de la vie quotidienne est aujourd’hui beaucoup plus étudiée par les spécialistes des espaces européens que par ceux qui travaillent sur l’outre-mer. L’abondance des documents d’archives explique ce déséquilibre, et l’hospitalité rentre dans cette même catégorie.

  • 5 S.K. Mhamai, Fourth centenary volume of the Goa Archives, Directorate of Archives and Archeology, (...)

9Daniel Roche signale comme base de recherche en France les archives notariales et policières (cabarets). Disparues à Goa, ces sources ne sont pas encore inventoriées ailleurs5.

  • 6 Depuis dix ans, la Bibliothèque Nationale de Rio de Janeiro coordonne le microfilmage et la numér (...)

10Le Brésil et le Portugal, ont un retard certain dans l’organisation de leurs archives, voire dans leur conservation, bien que la situation ait connu ces dernières années une nette amélioration grâce à la construction, à Rio de Janeiro comme à Lisbonne, de bâtiments adaptés et équipés. On citera avec intérêt le microfilmage terminé des archives religieuses de Goa, susceptibles de contenir des informations précieuses sur l’hospitalité conventuelle. On fera état du pharaonique projet Resgate, vaste campagne de numérisation des sources régionales et internationales concernant le Brésil, un travail sans égal dans le monde lusophone et qui fournit aux chercheurs des centaines de milliers de nouveaux documents6. Mais de la recherche à l’écriture de l’Histoire, un long chemin reste encore à parcourir.

11Enfin, pour le traitement de ce type de sujet, on pourrait disposer de plusieurs disciplines fondamentales, mais dont nous avons malheureusement définitivement perdu toute possibilité d’exploitation :

12– L’art et l’iconographie urbaine. Cette dernière est inexistante pour Goa avant le XIXe siècle. Très peu de choses ont été conservées dans le monde. Il en va de même pour Rio jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. En revanche, la capitale du Brésil est largement représentée dans la photographie et la peinture du XIXe siècle, ce qui a permis déjà à certains chercheurs comme Mário Jorge Pires d’aborder cette question pour la seconde moitié du XIXe siècle, période postérieure à notre étude.

13– L’archéologique et l’anthropologie. Le problème majeur de Goa et de Rio de Janeiro est que les lieux de mémoire ont disparu. L’opulente Goa, capitale de l’empire, Rome de l’Orient (capitale chrétienne de toute l’Asie), a été victime de l’ensablement de son port et des épidémies. Elle a été démontée et reconstruite vingt kilomètres plus loin au XIXe siècle. Le port de Rio de Janeiro, sur lequel furent bâtis les hôtels du XIXe siècle, a été rasé, ensablé, et la population des quartiers a été dispersée dans les années 1950.

14En conclusion, pour l’instant, on ne peut ni procéder à la confrontation des sources, ni tirer des conclusions. On ne peut qu’émettre des hypothèses.

Une source d’informations privilégiée : le récit de voyage

15Dans l’impossibilité de mener une étude de plus grande ampleur pour cause d’inaccessibilité des sources, ce travail propose une analyse de la question à partir du corpus qui serait à priori susceptible de contenir le plus grand nombre d’informations nécessaires sur cette question : les récits de voyage. En ce qui concerne l’empire portugais, cette documentation se trouve aujourd’hui accessible car elle a été largement diffusée au cours du XXe siècle. En effet, le Portugal comme le Brésil ont vécu de longues périodes de dictature, pendant lesquelles la censure a entraîné les historiens à opter pour la publication de textes manuscrits et imprimés (traduits le plus souvent) plutôt que celle d’études. Plus récemment, plusieurs maisons d’éditions se sont consacrées à la réédition des récits de voyage de l’époque moderne, preuve de la fortune dont le genre continue de bénéficier en Europe. Citons pour l’empire portugais les excellents travaux des éditions Chandeigne à partir des années 1980.

16Il n’est donc pas difficile de sélectionner un corpus représentatif :

– de toutes les catégories socio-professionnelles : aventuriers (Pyrard de Laval ou Nicolo Manucci), marchands (Francesco Carletti), religieux (l’abbé Carré et Gemeli Carreri), médecins et apothicaires (François Bernier et Jean Mocquet), scientifiques (John Mawe et Saint-Hilaire), artistes (Jean Maurice de Rugendas)…

– de l’ensemble de l’époque concernée (XVIIe-début XIXe siècle)

– des diverses nations européennes présentes dans l’outre-mer portugais.

17Les récits de voyages aux Indes, réels ou littéraires étaient un genre à la mode aux XVIIe et XVIIIe siècles. L’ensemble de l’empire portugais – Brésil, Inde, Chine… – parce qu’officiellement interdit aux autres Européens jusqu’en 1808, devint source de passion et de curiosité du public européen. Les Indes inspirèrent le XVIIe siècle, suivies par le Brésil des mines d’or à partir du XVIIIe siècle. Les récits des rares voyageurs admis dans ces contrées devinrent des « classiques de la littérature » et connurent de multiples rééditions.

18Il est cependant nécessaire de procéder avec la prudence qu’imposent les limites de ce type de document, qui, avant le XVIIIe siècle, relève surtout de la littérature. Notre analyse revisite les récits les plus célèbres et les plus lus en Europe. Le récit du XVIIe siècle est empreint d’exotisme et de merveilleux. Si les textes des XVIIIe et XIXe siècles apportent un témoignage relativement fiable quant à l’historicité des événements relatés, il n’en sont pas moins imprégnés des préjugés et des diverses idéologies expansionnistes européennes.

  • 7 Sophie Linon Chipon, Gallia orientalis, Voyages aux Indes Orientales 1529-1722, poétique et imagi (...)
  • 8 Niccolo Manucci, Un vénitien chez les Moghols, Paris, Éd. Phébus, 1995.

19Sophie Linon Chipon explique ce phénomène par les conditions de production des textes7. Les récits du XVIIe siècle, et même parfois du XVIIIe, qui sont parvenus jusqu’à nous, sont rarement des textes originaux écrits par le voyageur lui-même. Ce dernier a souvent dicté ou fait des confidences après son retour, poussé par ses amis ou par la nécessité d’y trouver une source de revenus, ou parfois aussi par soif de reconnaissance, comme ce fut le cas de Manucci qui s’acharna en vain pendant quinze ans à essayer de publier « sa version » de son récit, alors que celle-ci était devenue célèbre en Europe dans une version dénaturée8.

  • 9 Barthelemy Carré, le courrier du roi en Orient, relations de deux voyages en Perse et en Inde, 16 (...)

20Dirk Van der Cruysse cite Jean Chapelain qui écrivait en 1663 : « notre nation a changé le goût pour les lectures, et au lieu des romans qui sont tombés, les voyages sont venus en crédit et tiennent le haut bout dans la cour et dans la ville » ; les voyages étaient devenus selon lui « les romans des honnestes gens »9. Il se crée ainsi un genre avec ses règles et des attentes du public qui limitent l’expression du témoignage personnel et la précision historique du récit. Pour transformer le vécu afin de l’adapter aux codes de la narration viatique, le narrateur, parfois l’éditeur, réorganise le texte, le coupe, l’actualise, s’inspire d’autres récits. Une sorte de grille de composition apparaît ; elle est même codifiée en 1679 par Pierre du Val, qui indique que le récit doit contenir des informations sur la nature, le pays, les hommes, les mentalités, le gouvernement, la religion et le commerce. Là déjà on constate que les conditions du voyage sont passées sous silence.

  • 10 Sophie Linon Chipon, op. cit., p. 300.
  • 11 Ibidem, p. 307.

21En entrant en littérature, le voyageur acquiert une dimension héroïque qui entraîne un remaniement du texte d’où sont expurgées les informations triviales et liées à la vie quotidienne de l’homme ordinaire. Par ailleurs, la dominante informative du récit ne doit pas faire l’économie du plaisir et de la distraction. L’exhaustivité risquerait d’ennuyer. On va donc gommer les détails secondaires et les répétitions, en particulier ceux concernant les aspects non exotiques (quotidien similaire entre l’Europe et l’ailleurs par exemple). Et là nous avons sans doute déjà une première explication de l’absence d’informations concernant les conditions des voyages : elles ne sont pas développées car elles ne diffèrent certainement pas de celles de l’Europe du XVIIe siècle. Le voyage sur mer, par exemple, dure plusieurs mois, mais ne mérite souvent pas plus de quelques paragraphes. En d’autres termes, le voyage est entièrement occupé par une écriture qui ne concerne pas le voyage, ni le voyageur10. C’est l’ailleurs qui intéresse, l’observation. Le narrateur va donc essentiellement baser son discours sur les singularités du monde découvert11.

22À partir de la fin du XVIIe siècle seulement, quand le récit de voyage perd son caractère épique au profit de l’aventure et que les déplacements maritimes deviennent accessibles aux particuliers avec le développement de la navigation civile, le récit prend une dimension documentaire et informative, qui inclut les conditions du voyage, sans que celles-ci soient toutefois un élément central. Ces détails sont mentionnés mais rarement commentés. On pourrait attribuer cette apparition de l’information au XVIIIe siècle à une distance désormais visible entre les conditions d’accueil et de restauration des voyageurs en Europe et l’absence de ces conditions dans l’outre-mer portugais. Il n’est pas étonnant de constater que les récits qui mentionnent ces informations sont écrits par des Français et des Anglais, les deux nations les plus évoluées dans le domaine de l’hospitalité payante.

  • 12 Antonio Tabucchi, Nocturne Indien, publié en 1984, et José Eduardo Agualusa, Um estranho em Goa, (...)

23Le XXe siècle, avec le développement des transports rapides et l’invention du tourisme de masse, met le confort individuel (hôtel, restauration) au centre du récit et crée une forme hybride de récit de voyage, héritier du XVIIe siècle par son caractère littéraire et du XVIIIe siècle pour l’aventure personnelle. Le récit du XVIIe siècle était exclusivement basé sur l’altérité. Celui du XXe siècle concerne la découverte de soi à travers la découverte du monde. Les exemples les plus remarquables pour Goa sont les deux récits récents de A. Tabucchi et J. E. Agualusa, eux aussi voyageurs étrangers dans cette Goa réinventée12.

Les formes de l’hospitalité chrétienne dans l’empire portugais à l’époque moderne

24Daniel Roche établit pour l’Europe des paramètres chronologiques qui montrent l’évolution de l’hospitalité, par le passage du don (accueil privé) à l’économie (hôtellerie payante).

  • 13 Daniel Roche, op. cit., p. 486.

25L’hospitalité est une vertu humaine pratiquée par tous les peuples depuis l’Antiquité. Présente dans l’Ancien Testament (la tente d’Abraham) ainsi que dans le Nouveau (sainte Marthe), elle est devenue une vertu chrétienne. L’amour du prochain est véhiculé et rendu manifeste par l’hospitalité parce que c’est en elle que Dieu apparaît sous la forme de l’étranger (Évangile selon saint Mathieu). L’hospitalité s’inscrit donc dans un système social organique où l’accumulation de richesses est blâmée, où la redistribution justifie le profit par la circulation des dons. L’économie (morale) hospitalière peut se lire comme l’une des manifestations d’une circulation des biens et des hommes13

26Selon Daniel Roche, les Romains ont été les premiers à créer des lieux spécifiques pour domicilier les étrangers (hospitalia). Dans l’Europe voyageuse et marchande, à partir du XVIIe siècle, l’hospitalité privée se maintient mais on assiste à l’émergence des hôtelleries dans les villes et sur les grandes routes. Le développement d’une hospitalité payante modifie les rapports entre celui qui accueille et le voyageur. Mais il semble que les deux systèmes aient continué de cohabiter à partir du XVIIIe siècle. Daniel Roche émet cependant l’hypothèse que l’économie de l’hospitalité ne progresse que dans les pays riches et développés avec la circulation des hommes, des biens et des monnaies. Selon lui, les autres ont maintenu l’hospitalité chrétienne.

  • 14 Charles Dellon, L’Inquisition de Goa, relation de 1687, éd. Charles Amiel, Paris, éditions Chande (...)

27L’analyse du corpus des récits de voyages vers l’outre-mer portugais confirme en grande cette hypothèse. Dans les principales capitales, comme Goa, Rio de Janeiro ou Bahia, l’hospitalité reste jusqu’au XIXe siècle essentiellement du domaine de la réception chrétienne et privée. Cette dernière prend cependant des formes différentes en Inde et au Brésil, si tant est que l’on puisse comparer (limitation des sources oblige) la situation du XVIIe siècle en Inde avec celle du XVIIIe, puis XIXe siècles au Brésil. Ces périodes présentent un point commun : l’empire est replié sur lui-même et officiellement refuse la présence de navires et d’individus étrangers jusqu’en 1808. La présence de l’Inquisition, très forte en Inde, limitait aussi les déplacements des communautés européennes non catholiques, quand elle ne les expédiait pas directement en prison comme ce fut le cas du protestant français Charles Dellon dans les années 1670 à Goa14.

  • 15 Les archives de Goa ne furent organisées qu’à la fin du XVIe siècle et celles de Lisbonne disparu (...)
  • 16 Philippe II confirme en 1583 l’interdiction faite aux étrangers (dont les Anglais) d’aller en Asi (...)

28Nous savons peu de choses sur l’hébergement des voyageurs à Goa au XVIe siècle, faute de sources archivistiques15 et de récits édités. Les informations nous parviennent à partir des dernières années de ce siècle, par la voie de récits des premiers grands voyageurs européens. Ce furent certainement la perte d’indépendance du Portugal en 1578 et l’Union dynastique avec l’Espagne qui ouvrirent l’Inde aux voyageurs issus des régions dominées par cette couronne, en particulier la Hollande16.

  • 17 Itinerário, viagem ou navegação de Jan Huygen Van Linschoten para as Índias orientais ou portugue (...)

29Ainsi, le jeune Jan Huygen van Linschoten écrivait de Goa à ses parents, en 1584, que le voyage par terre entre l’Italie et l’Inde était déjà très commun et que beaucoup d’Italiens se rendaient chaque année aux Indes par voie de terre17. Cette affirmation se vérifia pendant tout le XVIIe siècle, avec l’arrivée à Goa de missionnaires et marchands italiens. Les « hérétiques » hollandais n’y eurent pas longtemps droit de résidence puisqu’ils entrèrent en guerre contre l’empire portugais dès les années 1620.

30L’écriture du voyage est une tradition que l’Italie pratiquait depuis le Moyen-âge, en particulier dans les milieux marchands. Il n’est donc pas étonnant de constater que la plupart des récits de voyage aux Indes de cette époque soient sortis de plumes issues de cette péninsule. Le passage par voie de terre a favorisé les voyages, ce qui explique la relative absence des Italiens au Brésil au XVIIe siècle. Le Brésil n’avait pas non plus à cette époque le même pouvoir de fascination ni les mêmes potentialités commerciales.

31En l’absence d’hospitalité commerciale, la société civile et religieuse a donc apporté sa réponse à la question de l’accueil des voyageurs.

32L’hospitalité religieuse sera certainement, dans l’avenir, la plus simple à étudier, car les sources abondent et sont désormais accessibles. Malgré la discrétion des informations dans les récits de voyage, qui se résument le plus souvent au lieu de séjour du voyageur, la comparaison des divers récits laisse entrevoir une très vaste échelle de solidarité qui dépasse de beaucoup le simple espace portuaire de Goa. Entre l’Italie et l’Inde, il ne serait pas étonnant de découvrir que les routes terrestres coïncident avec la géographie conventuelle des établissements chrétiens implantés entre la Méditerranée et le Moyen-Orient : Théatins, Jésuites, Capucins, Carmes Déchaussés, Augustins ; ces lieux de prières représentaient aussi des axes d’escales sur la route des Indes.

33Daniel Roche précise que les congrégations hospitalières avaient cette tradition d’accueil depuis le Moyen Âge et cela se vérifia pleinement en Inde jusqu’au début du XIXe siècle.

  • 18 Les fameux voyages de Pietro della Valle, gentilhomme romain, Paris, 1664, tome 4.
  • 19 Pietro della Valle, op. cit., tome 4, p. 6.

34Pour les voyageurs de l’élite européenne ou les aventuriers sans scrupules qui se faisaient passer pour tels, ceux qui partaient avec des lettres de recommandation ou qui en obtenaient entre les étapes, pour ceux-là les portes des couvents de Goa ou des autres ports portugais de l’océan Indien s’ouvraient amicalement18. La quasi totalité des séjours provisoires (quelques semaines) de cette élite s’effectuait au couvent. Le voyage du gentilhomme romain Pietro della Valle (1586-1652) est à cet égard exemplaire. Après une jeunesse turbulente, ce dernier se forma en langues et civilisations orientales avant de se lancer en 1615 sur les routes d’Asie, dûment muni de lettres de recommandation d’amis et parents bien placés. Après Constantinople et la Syrie, il séjourna en Perse, y épousa une parsie et reprit avec elle la route des Indes. Elle eut l’infortune de mourir avant son départ du golfe persique et c’est embaumée que la défunte continua son voyage vers l’Inde portugaise en 1623. Équipage, époux et serviteurs atteignirent d’abord Daman où Pietro fut invité par le recteur du Collège des Jésuites à séjourner dans les locaux de la Compagnie19. Le recteur Alberti était italien. Nous trouvons là une autre caractéristique de ce réseau conventuel : il fonctionnait par réseaux d’ordres religieux mais aussi par nationalités des responsables des établissements. Les missionnaires italiens étaient très présents dans l’Inde portugaise du XVIIe siècle. A son arrivée à Goa, Della Valle fut même l’objet d’une dispute entre Jésuites et Carmes Déchaussés, et opta finalement pour deux séjours successifs dans chacun des deux couvents afin de ne vexer personne (et sans doute aussi pour ne pas trop alourdir les frais de bouche des dits couvents). Son récit montre que les vicaires provinciaux de ces ordres étaient soit des Italiens, soit d’anciens responsables de couvents du Moyen-Orient qu’il avait connus auparavant. Beaucoup de voyageurs seront d’ailleurs logés chez des connaissances rencontrées lors de voyages précédents.

35Pourquoi les couvents tenaient-ils tant à loger ces illustres et moins illustres étrangers qu’ils accueillaient, logeaient et nourrissaient gratuitement ? Certainement, comme le précise aussi Daniel Roche pour l’Europe, parce que l’étranger était souvent la seule voie d’accès aux informations et à la culture, aux modes venant d’Europe. Il portait aussi lettres et messages, non seulement d’Europe mais aussi des couvent précédemment visités, et contribuait ainsi à cimenter l’organisation des ordres religieux dans ce très vaste espace.

  • 20 Gemeli Carreri, Voyage autour du monde, Paris, Étienne Garreau, 1727, tome 3 sur l’hindoustan, pp (...)
  • 21 Nicolò Manucci, op. cit., tome 3, p. 23.

36Le réseau conventuel perdure tout au long du XVIIe siècle et pratiquement jusqu’à l’effondrement de la domination de Goa sur l’Asie chrétienne. Gemelli Carreri, compatriote de Della Valle, arriva bien plus tard en Inde, dans les dernières années du XVIIe siècle. Il effectua un circuit semblable : les Augustins à Daman et les Théatins italiens à Goa20, signalant aussi par là la présence de certains ordres religieux que la papauté décida d’enraciner en Inde au XVIIe siècle21.

  • 22 Dirk Van der Cruysse, op. cit., p. 547.

37De la même manière, l’Abbé Carré, envoyé secret de Colbert en Inde, résida au début des années 1670 à Goa chez les Carmes Déchaussés parce que leur supérieur était alors le père Corneille, « français de nation »22.

38Curieusement, au Brésil, cette hospitalité conventuelle ne semble pas avoir prédominé à Rio de Janeiro, ville dont l’essor date du XVIIIe siècle et qui n’était pas capitale religieuse. Il est possible qu’au Brésil – mais cela demande à être vérifié – l’hospitalité religieuse ait été peu ouverte aux étrangers civils et sans doute plus tournée vers les missionnaires de passage. Il est vrai aussi que le maillage conventuel du Brésil était à cette époque beaucoup moins étendu que celui de l’Asie portugaise. Il se limitait essentiellement à la côte maritime.

  • 23 Ernestine Carreira, La correspondance de Francisco Gomes Loureiro, un négociant Portugais au Guja (...)

39Nous conclurons sur cette forme d’hospitalité en précisant qu’il semble que, en Inde comme au Brésil, elle tombe un peu en désuétude dans les capitales au XVIIIe siècle, au profit des maisons particulières, mais qu’elle se pratique encore dans les établissement secondaires de l’Inde portugaise tels que Daman, à la fin du XVIIIe siècle, comme le prouve la correspondance de Francisco Gomes Loureiro, jeune négociant portugais installé en Inde à partir des années 178023.

40L’hospitalité privée semble avoir été la forme la plus répandue d’accueil pour l’ensemble des classes sociales européennes ayant séjourné à Goa et à Rio de Janeiro pour des séjours provisoires ou épisodiques.

  • 24 Pietro della Valle, op. cit., tome 4, p. 141.

41Pietro della Valle écrivait en 1623 « les étrangers ne sont pas les bienvenus parmi les Portugais qui les ont autant en horreur que les hérétiques »24, mais peut-être faisait-il allusion à la position officielle de la couronne, car, comme les autres, il vante les qualités d’accueil de la population de Goa, et parfois même en méprise la profusion qu’il prend pour de l’ostentation.

  • 25 Pyrard de Laval, Voyage aux Indes orientales (1601-1611), Paris, éd. Chandeigne, 1998, volume 1, (...)

42Tous les voyageurs, sans exception, reconnaissent l’impossibilité de voyager en Inde et au Brésil sans accueil privé. Pietro della Valle, logé chez les religieux, place toute sa suite chez des particuliers. Les récits brossent le tableau d’une Goa fonctionnant sur un réseau d’entraide particulièrement organisé parmi les riches maisons et les veuves ou dames de distinction. Des aventuriers plus ou moins marginaux comme Pyrard de Laval affirment, au début du XVIIe siècle, que les soldats, désœuvrés et non payés entre deux campagnes, étaient logés et nourris gratuitement par ces riches et moins riches habitants ainsi que par les couvents25. Certains voyageurs infortunés ou victimes de vols comme l’apothicaire Jean Mocquet, à cette même époque, bénéficient aussi de cette hospitalité. Mais s’agit-il seulement de solidarité chrétienne ? L’hospitalité permet d’éviter la délinquance, les vols et les viols. Car Goa est aussi une des villes les plus violentes de l’Inde et les citoyens aisés achètent ainsi leur sécurité. Par ailleurs, Goa vit sous la menace constante d’une attaque terrestre (musulmans) et commence à craindre l’arrivée des autres flottes européennes. La couronne est loin et en cas d’attaque il faut réagir rapidement. Les habitants ont besoin d’être défendus, soignés… Les étrangers sont donc les bienvenus pour leurs compétences militaires et médicales.

  • 26 Gemelli Carreri, Voyage autour du monde, Paris, Étienne Garreau, 1727, tome 3, p. 16.

43Cette situation ne sera plus du tout celle que Gemelli Carreri rencontrera à la fin du XVIIe siècle, avec une ville de Goa en pleine décadence, dépeuplée après la perte de la majeure partie de ses ports subalternes. Là c’est le voyageur qui est obligé de quémander un accueil parce que les marchés ne sont plus ravitaillés et que seuls les résidents parviennent à obtenir des stocks de provisions26.

44Il est curieux de constater que les noms des religieux qui accueillent sont toujours cités, sans doute parce qu’ils sont connus, alors que les privés qui pratiquent l’accueil méritent rarement plus qu’une mention d’appartenance à une classe sociale, exception faite des membres de la noblesse dont l’accueil honore le voyageur. Par ailleurs, l’hospitalité privée (et donc non commerciale) est le fruit du hasard des rencontres et il serait difficile de l’intégrer, comme « bonne adresse à recommander » dans les récits. Néanmoins le voyageur est généralement fort reconnaissant envers ses hôtes.

45L’aristocratie tenait table ouverte pour tous (dans ses cuisines), à moins que les récits n’exagèrent pour donner de l’importance au voyageur dans ces mondes lointains. Della Valle à Goa comme Pyrard de Laval et ses compagnons à Bahia (de retour des Indes en 1611) sont invités à se restaurer dans les cuisines du palais du Vice Roi. Là aussi, sans doute, les Vice-rois essayaient de compenser l’absence de salaires des soldats et des équipages en achetant la paix sociale à coup de repas et d’espaces de repos.

46Dans les maisons aristocratiques de Goa, le voyageur étranger est aussi source de nouveauté, de nouvelles modes et idées. Mais s’il y est invité à manger, au XVIIe comme au XVIIIe siècle, il n’est jamais autorisé à y dormir car les femmes de la maison sont protégées du regard des hommes, selon les vieilles traditions portugaises et indiennes. Il ne serait pas surprenant d’arriver aux mêmes conclusions pour le Brésil, et il est fort probable que le logement de l’étranger soit en premier lieu offert par ses propres compatriotes déjà installés.

  • 27 Jean Mocquet, Voyage à Mozambique et à Goa (1607-1610), Paris, Editions Chandeigne, 1996, p. 27. (...)
  • 28 Ibidem, p. 94.
  • 29 Ibidem, p. 32.

47Le récit de Jean Mocquet, apothicaire, atténue considérablement la libéralité hospitalière décrite par Pyrard, à la même époque. Moquet arrive à Goa en 1608. D’après lui, cette générosité était insuffisante et ne concernait qu’un nombre d’individus limités. Car les autres détroussent et tuent les habitants. Les équipages des navires sont souvent livrés à eux-mêmes27. Mocquet raconte l’arrivée de flottes affamées que les seigneurs nourrissent par vingt ou trente avec du pain et de la viande de bœuf28. Par ailleurs, il montre la difficulté qu’il y a à trouver une chambre chez l’habitant : il doit se contenter d’un modeste appentis dans une maison d’hindous, puis d’une pièce chez des chrétiens. Les loueurs sont tous avides et sans ressources29.

48En ce qui concerne le Brésil, la pauvreté des récits de voyage avant le XVIIIe siècle ne nous permet pas d’analyser la question. Mais si l’on croit Pyrard de Laval lors de son voyage de retour vers l’Europe, à la fin de la première décennie du XVIIe siècle, l’hospitalité, à Bahia, est essentiellement chrétienne et d’ordre civil (vice-roi ou particuliers). Rien ne permet de supposer que la situation était différente de celle de Goa puisque l’hôtellerie commerciale y était inconnue.

49Pour mieux cerner le type d’accueil réservé aux voyageurs dans les grands ports de la couronne, il convient de le comparer aux moyens d’accueil en place hors de ces espaces urbains. À ce sujet, nous avons plus d’informations, sans doute parce les différences avec l’Europe développée et urbaine étaient déjà notoires.

50Le caravansérail existe sur tous les grands centres urbains de l’Asie situés sur des axes routiers, mais il est souvent bondé et n’offre pas de possibilité de logement pour le voyageur étranger. La situation quotidienne du voyageur sur le continent est donc plutôt rudimentaire, ce qui l’oblige à voyager accompagné de serviteurs et équipé de tentes, victuailles et autres ustensiles de cuisine.

  • 30 François Bernier partit « avec deux bons chevaux tartares, un chameau de perse, un chamelier, un (...)
  • 31 Manucci, fin XVII, quitte Goa pour aller chez les Mogols. « Je pris un begarin pour porter mes pr (...)
  • 32 Dirk Van der Cruysse, op. cit., p. 584.
  • 33 Ibidem, p. 583. Pietro della Valle, op. cit., tome 4, p. 205.

51François Bernier, médecin et aventurier visite l’empire moghol dans les années 1660. Après un séjour de huit ans à Delhi, à la cour impériale, il entame un périple terrestre de découverte dans le nord de l’Inde. Son équipage de voyage est celui d’un général en campagne : transport de réserves de victuailles et tentes30. Nicolò Manucci procède de la même manière quelques décennies plus tard31. À la fin du siècle, avec la présence régulière des Européens et le développement de la circulation sur le continent, les choses semblent s’améliorer. L’abbé Carré traverse le sud de l’Inde dans les années 1670. Il loge chez l’habitant mais apporte tout de même son lit, ses tapis et ses coussins. Il semble que certaines villes soient déjà équipées pour le repos des voyageurs. Près de Bijapur, dans la ville de Hukeri, l’abbé Carré parle d’alcôves pour voyageurs sur les deux côtés d’une des rues32. Détail intéressant en termes de brassage des cultures et des populations : l’Abbé Carré, comme Pietro della Valle, signale que le voyageur, chrétien ou non, a la possibilité de dormir dans les temples hindous et que certains de ces temples disposent même d’une maison pour voyageurs, don de dévots33. Cette situation n’aurait évidemment pas été possible à Goa en raison de la présence de l’Inquisition.

52Les conditions d’hébergement dans l’Inde non chrétienne au XVIIe siècle ne sont finalement pas très différentes de celles trouvées par les voyageurs européens qui découvrent l’intérieur du Brésil dans les premières décennies du XIXe siècle, à ceci près que l’information qui nous est donnée montre que l’accueil était déjà « plus économique ».

  • 34 Auguste de Saint-Hilaire, Viagens pela pelas províncias do Rio de Janeiro e de Minas Gerais, São (...)
  • 35 Jean Maurice Rugendas, Viagem pitoresca através do Brasil, São Paulo, Itatiaia editora, 1979 (la (...)

53Au Brésil, les voyageurs étrangers, comme en Inde, partagent l’espace d’accueil avec le voyageur local. Selon Auguste de Saint-Hilaire, dans l’intérieur brésilien, le long des grandes routes, prédominaient le Rancho (sorte de hangar) ou de très rares albergues (auberges/maisons d’hôtes) fort pauvres. Le logement est peu cher ou gratuit, ce qui prolonge cette tradition de l’hospitalité chrétienne qu’est le don du gîte. Le voyageur paye en revanche la nourriture, mise en vente dans ces mêmes locaux34. L’accueil des bêtes et des hommes se fait sans confort, sous le même toit. Le naturaliste français Auguste de Saint-Hilaire, en voyage vers le Minas Gerais, décrit en 1816 ces ranchos comme des abris rudimentaires gratuits où chacun amène son hamac. Comme en Inde, le voyageur voyage avec son lit. Le peintre allemand Jean Maurice Rugendas (1802-1858), qui visita le Brésil entre 1822 et 1825, confirme les propos de Saint-Hilaire. On ne trouvait des lits que dans les bourgs importants, jamais sur les routes. Le voyageur devait aussi avoir des réserves importantes de vivres35.

54Ceci dit, un siècle et demi après l’abbé Carré et son voyage à Bijapur, Saint-Hilaire décrit ainsi une « auberge » du Minas Gerais, non loin de la ville de Hukeri :

  • 36 Auguste de Saint-Hilaire, op. cit., p. 332.

Fui alojado com minha gente num albergue, em quartos estreitos e sem janelas. Apartamentos desse gênero não são aliás, peculiares a essas hospedarias. Em toda a região as casas que não foram construidas por homens ricos, são geralmente divididas em pequenas celulas onde se tem dificuldade até para se virar. 36

55Pour les voyageurs européens de qualité, l’hospitalité chrétienne prédominait encore dans cette première moitié du XIXe siècle le long des routes brésiliennes. Saint-Hilaire faisait demander l’hospitalité dès qu’il rencontrait une propriété. Il était partout le bienvenu et d’autres voyageurs de cette époque apportent le même témoignage. Dans ces espaces isolés, la venue d’un européen représentait un événement et on souhaitait lui parler et avoir des informations sur le monde extérieur.

La difficile émergence de l’hospitalité payante

56La lecture des divers récits de voyage aux Indes comme en Amérique, aboutit à une autre constatation assez curieuse : on y parle très rarement d’argent et de transactions liées au dormir et au manger. On pourra sans doute invoquer la censure ou l’autocensure à laquelle le texte final aura été soumis ainsi que la gêne du catholique face à une hospitalité qui demande une rémunération. On constate en effet qu’avant le XIXe siècle seuls les protestants et les anglicans écrivent plus franchement sur cette question sans toutefois s’y attarder.

57Le récit de Jean Mocquet est à cet égard très instructif par son exceptionnel « franc écrire » et surtout parce qu’il refuse les généralisations présentes dans le texte de Pyrard de Laval, alors que les deux hommes ont séjourné à Goa dans la même période. Pyrard montre une société généreuse dont la charité s’étend aux démunis autant qu’au voyageur. Jean Mocquet distingue les habitants aisés, qui tiennent table ouverte, et les classes modestes qui logent le voyageur ou les soldats moyennant le payement d’une petite rétribution. Chez les plus pauvres, on ne loue pas l’espace mais le droit de couchage (une véranda…), ce qui renvoie le voyageur à son humilité.

58Avant l’apparition de l’auberge ou de l’hôtel, jusqu’aux premières décennies du XIXe siècle, la forme d’hospitalité payante la plus visible dans les récits est celle de la location d’une maison. Sur l’ensemble des textes, il est clair que seuls les marchands et les classes aisées pouvaient s’offrir le luxe d’un logement loué meublé pour des séjours relativement longs. L’explication, autant pour Goa que pour Rio de Janeiro, tient en la rareté des matériaux de construction et donc du nombre de maisons disponibles.

  • 37 Francesco Carletti, Voyage autour du monde (1594-1606), Paris, Chandeigne, 1999, p. 175. Francesc (...)

59Francesco Carletti, installé comme marchand à Goa pendant deux ans (1600 et 1602), y loua lui aussi une maison. Il ne donne aucun détail supplémentaire, ce qui laisse supposer que le logement privé n’était pas un espace de sociabilité. Cela est compréhensible dans une société où les femmes vivaient cloîtrées et où l’espace public était soit la rue, soit le lieu de culte37. Au XVIIIe siècle, la pratique de la location était usuelle dans les milieux marchands ou lors de certains séjours forcés des flottes étrangères, à Rio de Janeiro comme à Goa.

  • 38 Pierre Sonnerat, Voyage aux indes Orientales et à la Chine, Paris 1806. P. Sonnerat était un sava (...)
  • 39 Sonnerat se plaindra par ailleurs de l’absence de gargotes et autres lieux où prendre les repas, (...)

60Ainsi, Pierre Sonnerat, savant naturaliste, fit-il escale en 1746 avec son navire à Rio de Janeiro lors d’un voyage vers l’Asie (1746-1748)38. L’équipage était atteint de scorbut et il fallut le débarquer et attendre qu’il guérisse. Les officiers louèrent, sur une plage face au navire, une série de maisons qu’ils transformèrent en hôpital de campagne. Le capitaine et les officiers logeaient dans une autre maison située sur les hauteurs de la ville. La location respectait les classes sociales39.

  • 40 Diário da Baronesa E. de Langsdorff, 1842-1843, Santa Cruz du Sul, ed. Edunisc, 1999, p. 19.

61Même plus tard, à l’époque des hôtels, alors que l’on vante dans les journaux de Rio de Janeiro le luxe du Pharoux, la Baronne de Langsdorff – épouse de l’ambassadeur de France au Brésil, et à qui le roi Louis Philipe confia en 1842 la mission d’aller former aux bonnes manières sa future belle-fille (sœur de l’empereur Dom Pedro) – refusa de s’attarder plus d’un mois à l’hôtel et décrivit dans son journal intime les difficultés de la recherche d’un logement dans la ville de Rio40.

  • 41 Daniel Roche, op. cit., p. 530 et 531.
  • 42 Cette absence de réseau d’auberges se constate encore dans l’interland portugais au XIXe siècle. (...)

62En ce sens peut-être pourrions-nous compléter les hypothèses de Daniel Roche. Comme nous l’avons déjà précisé, il pense qu’à partir du XVIe siècle, l’Europe voit émerger, avec le développement de la circulation des hommes, un double système qui va cohabiter sans s’exclure jusqu’à la fin du XVIIIe siècle : l’accueil chrétien (privé, religieux ou institutionnel) et ce qu’il nomme « l’économie de l’hospitalité »41. Pour lui, les espaces enclavés comme l’Espagne et le Portugal n’ont pas développé l’hospitalité payante avant le XIXe siècle, pour cause d’absence d’un « marché de consommation ». Nous conclurons cependant que l’hospitalité payante était bien une réalité dans les grands ports de l’empire, mais qu’il faut séparer la notion de location privée de l’espace et l’apparition des établissements spécialisés. Ce sont ces derniers qui manquaient dans les ports de Goa et Rio de Janeiro42.

  • 43 Pyrard de Laval, op. cit., p. 336.

63Par ailleurs peut-on réellement prouver l’inexistence d’auberges, au sens large de « lieux d’accueil mercantile pouvant aller de la maison d’hôtes à l’hôtel » ? Les informations sont quasi inexistantes avant le XIXe siècle et il est pour l’instant difficile d’émettre des hypothèses de travail. Nous n’avons trouvé aucune référence à un de ces établissements sur Goa dans les sondages effectués entre le XVIIe et XIXe siècles. Pyrard de Laval signale cependant, dans les premières années du XVIIe siècle, l’existence d’auberges à Calicut, un port poivrier du sud de l’Inde (et cosmopolite depuis l’époque romaine) : « Cette ville n’est pas comme les autres de la côte de Malabar car il y a des hôtelleries et des maisons à boire, manger et coucher pour son argent »43. Ce qui laisse supposer que Goa n’en était pas pourvue. L’abbé Carré, dans les années 1670, trouve lui aussi à Bombay, alors modeste bourgade anglaise, une hôtellerie tenue par un Français. Donc, le modèle de l’hôtellerie mercantile, qui semble être une création européenne, n’était pas inconnu en Inde au XVIIe siècle.

  • 44 John Mawe, Viagens no interior du Brasil, São Paulo, Itatiaia Editora, 1978, pp. 78-79.
  • 45 Ibidem, p. 82.

64Il est fort possible qu’au Brésil, en raison de la modestie de l’accueil conventuel, le modèle de la casa de pasto (lieu de restauration et éventuellement de repos) se soit lui aussi imposé jusqu’aux premières décennies du XIXe siècle. Mais cette forme d’hôtellerie payante était perçue par les étrangers et les Brésiliens comme humble et inconfortable par rapport à l’accueil privé. L’expérience de l’Anglais John Mawe est éclairante. Lors de son voyage dans l’intérieur du Brésil (1807-1811), il fit halte près de São Paulo, dans une « espécie de estalagem » (une espèce d’auberge) où on fournit à manger aux animaux et aux hommes. La maison était misérable et, selon la pratique brésilienne, ne comportait pas de lits. Chacun devait amener son hamac. Son expérience de Rio, qu’il visita en 1808, n’est guère plus engageante. Il passa une première nuit dans une « auberge ou mieux une écurie », qui le poussa dès le lendemain à demander l’hospitalité d’amis44. Il conclut, en ce qui concerne Rio de Janeiro, que les auberges et tavernes étaient presque toutes dépourvues de commodités, et si inconfortables qu’un étranger n’y résidait que s’il ne parvenait pas à trouver un ami qui puisse l’accueillir45. Quelques années plus tard, Auguste de Saint-Hilaire insistait encore sur la pauvreté des hospedarias de Rio de Janeiro.

65Par ailleurs, ces « auberges » restaient aussi lieux peu fréquentables, voire marginalisés, si l’on en croit Français Tollenare, de passage dans le port brésilien de Recife en 1817 :

  • 46 L.E. de Tollenare, Notes dominicales prises pendant un voyage en Portugal et au Brésil en 1816, 1 (...)

Il est encore difficile de trouver à se loger ; de là l’usage de l’hospitalité plus fréquent ici que chez nous. J’ai été fort longtemps avant de trouver une mauvaise maison que je payais 100 francs par mois. Il n’y a qu’une seule auberge, tenue par un anglais ; il ne peut pas recevoir plus de deux ou trois voyageurs qui sont fort mal logés et qui payent 10 francs par jour. Il n’est pas décent, dans les mœurs du pays, de loger à l’auberge. Ce n’est pas non plus fort agréable parce qu’on y fait souvent des orgies.46

  • 47 Daniel Roche, op. cit., p 524.

66Le modèle de l’hospedaria payante au Brésil, à l’époque coloniale, se situerait donc entre la taverne avec espace de repos et la maison d’hôtes. En revanche, dans cette ville portuaire qui se développe dans la seconde moitié du siècle quand elle accède au statut de capitale du Brésil, la casa de pasto (littéralement maison de fourrage), la version lusitane de la gargote, se développe. Pierre Sonnerat se plaint en 1746 de ne pas trouver de repas prêts dans la ville. À la fin du XVIIIe siècle, on compte déjà dix-sept casas de pasto à Rio. On est bien loin des trois mille citées par Daniel Roche pour Paris à la même époque, mais Rio n’est encore qu’une petite ville d’environ une vingtaine de milliers d’habitants47.

67Au XIXe siècle, plusieurs événements majeurs firent définitivement évoluer la situation « hôtelière » de la capitale du Brésil, reléguant la vieille Goa au rang de petite bourgade enclavée dans un sous-continent désormais dominé par son ancienne rivale, Bombay. Rio de Janeiro construisit la quasi totalité de ses infrastructures après l’arrivée du roi et de la cour en 1808. Des dizaines de milliers d’autres européens les rejoignirent, et en particulier les bonapartistes français exilés à partir de 1815. Rio se transforma dès lors en port d’accueil, et cette vocation se renforça à partir des années 1830 avec l’avènement de la navigation à vapeur et du voyage de plaisance. La typologie et les origines sociales des voyageurs se diversifiant, la demande existait désormais pour une hôtellerie de confort, à l’européenne.

  • 48 Castro Maya colecionador de Debret, Edição Museu Castro Maya, 2003, p. 68.
  • 49 Bonapartiste exilé, le marseillais Louis Adolphe Pharoux construisit sur le port un hôtel qui dev (...)
  • 50 José António Soares de Souza, Da Vila real da Praia Grande à Imperial cidade de Niterói, Rio de J (...)

68En 1816 encore, Jean-Baptiste Debret, peintre officiel de la cour, réalisait son autoportrait dans une « auberge » qui devait être une modeste hospedaria (maison d’hôtes)48. Dix ans plus tard, Rio de Janeiro dispose déjà d’un hôtel à l’européenne : le Pharoux49. Ce dernier inaugure une tradition qui perdurera jusqu’à la seconde moitié du siècle : celle de la domination française dans la mode, les arts et l’architecture. Dans ce secteur économique en particulier, la quasi totalité des établissements hôteliers construits à partir des années 1830 près du port, sur l’île de Niterói (débarcadère de la navigation à vapeur), près des plages… appartenaient à la communauté française50. Le modèle de l’hôtel à la française s’imposait sur celui de l’auberge britannique.

  • 51 Jean Marcel Carvalho França, Outras visões do Rio de Janeiro colonial (1582-1808), Rio de Janeiro (...)
  • 52 Delso Renault, O Rio antigo nos anuncios dos jornais, Rio de Janeiro, Livraria José Olímpio, 1965 (...)

69Par contre, les Anglais semblaient se réserver depuis 1808 l’ouverture des cafés de Rio de Janeiro, bien que la restauration de luxe ait été elle aussi l’apanage des Français51. Encore que la réputation de saleté et de relative fraîcheur des mets présentés dans ces nouveaux lieux de restauration ait longtemps provoqué la résistance de la clientèle locale, comme l’attestent les annonces publicitaires des restaurateurs qui focalisaient prioritairement non sur les qualités gastronomiques de la nourriture mais sur sa propreté52.

  • 53 Marcelo de Barros Tomé Machado, A produção do espaço turístico do Rio de Janeiro na modernidade, (...)
  • 54 Sérgio Ioset Salusse, O hotel Salusse em Nova Friburgo, Rio de Janeiro, ZMF editora, 1997.

70Hors du périmètre urbain, les hôtels se destinèrent dès les années 1830 à une clientèle exclusivement européenne53. Sur le port et dans la ville, les étrangers se réservaient l’hôtellerie et les nationaux utilisaient les salons et salles de restaurants qui devinrent rapidement des lieux de sociabilité de l’élite brésilienne (bals, rencontres politiques…), marquant ainsi l’avènement de l’hôtellerie mercantile dans le domaine de l’espace public, au même titre que le palais ou l’église54. Ceci dit, l’hôtel n’éliminait pas la casa de pasto, l’auberge pour classes modestes avec quelques chambres pour le repos des voyageurs. Quelle que soit sa catégorie, l’hôtellerie de Rio de Janeiro gardait de son passé d’hospitalité chrétienne un héritage : les bas prix des chambres.

  • 55 Marcelo de Barros Tomé Machado, op. cit., p. 5.
  • 56 J.M. de Macedo, Memórias da rua do Ouvidor, Rio de Janeiro, Editora UNB, 1988, p. 88.

71Malgré l’existence d’un réseau d’accueil payant pour toutes les bourses, cette organisation resta longtemps embryonnaire dans une ville qui recevait, au cours de la deuxième moitié du siècle, presque neuf cent voyageurs par jour55. L’auteur du célèbre ouvrage Mémórias da Rua do Ouvidor, homme public et académicien, considérait en 1878 que l’organisation hôtelière de Rio de Janeiro était très en deçà de l’européenne et même de l’argentine !56

72Il serait évidemment intéressant, dans ce contexte de croissance de l’hôtellerie commerciale, d’évaluer la persistance de l’accueil chrétien dans une ville comme Rio de Janeiro, et de savoir quelles classes sociales étaient concernées. En effet, l’accueil commercial change le rapport de l’étranger à la société locale, créant des frontières qui n’existaient pas du temps de l’hospitalité privée et amenant les voyageurs à une forme de marginalisation dans la cité.

73La conclusion de notre approche kaléidoscopique de l’histoire de l’hospitalité dans les grands ports de l’empire portugais est un constat d’humilité. L’historien ne disposant ni des lieux de mémoire ni des documents nécessaires pour une confrontation de sources peut au plus émettre des hypothèses de travail pour ceux qui, après lui, seront en mesure de reprendre cette écriture de la vie quotidienne du voyageur. Plusieurs constatations en effet méritent un développement ultérieur, à commencer par une interrogation sur le transfert des modèles chrétiens occidentaux dans des contextes sociopolitiques éloignés. Le modèle de l’hospitalité privée s’est bien enraciné en Inde. Mais n’est-ce pas parce qu’il répond conjointement aux codes de l’hospitalité chrétienne et hindoue ? Par ailleurs, l’étude des gîtes d’étape suppose qu’on puisse dessiner une géographie du voyage entre la Méditerranée et l’océan Indien.

  • 57 Daniel Roche, op. cit., p. 173.
  • 58 Antonio Tabucchi, Nocturne Indien, éd. 10/18, 1987.

74Daniel Roche décrit le succès des auberges comme espace d’inspiration littéraire avec une moyenne d’au moins trois mille œuvres produites rien que pour la France du XVIIIe siècle57. Aucun phénomène semblable n’est apparu dans les villes étudiées ici, sans doute parce que le modèle de l’auberge ne s’est pas naturalisé. Il est assez curieux de constater que le lieu d’inspiration littéraire le plus recherché est justement celui qui a refusé l’auberge. La magnificence de Goa, tant décrite par les voyageurs, a disparu avec la ville. Mais les plus grands écrivains de notre époque viennent aujourd’hui la réinventer et attendent l’inspiration, confortablement installés dans le parc hôtelier dont elle s’est dotée au siècle dernier. L’hospitalité chrétienne permettait de partir à la quête de l’autre. L’hôtel goanais est désormais placé au service de la quête de soi, comme le démontre si bien Antonio Tabucchi, dont la recherche infructueuse de Xavier Janata Pinto58 contraste avec l’énergie déployée par son lointain compatriote Nicolo Manucci pour faire triompher sa découverte de l’ailleurs.

La ville de Goa à la fin du XVIe siècle d’après les gravures de Huygen Van Linschoten.

La ville de Goa à la fin du XVIe siècle d’après les gravures de Huygen Van Linschoten.

Itinerário, Viagem ou Navegação de Jan Huygen Van Linschoten para as Índia Orientais ou Portuguesas, Amsterdam, Chez Cornelis Claez, 1596.

Fac-simile publié par la Comissão Nacional para as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses, Lisboa, 1997.

Pietro della Valle, Les fameux voyages de Pietro della Valle, gentilhomme romain, Paris, 1664, tome 4.

Fonds Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence

GEMELLI CARRERI, Voyage autour du monde, Paris, Étienne Garreau, 1727.

Fonds Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence

Le peintre Jean-Baptiste Debret dans une auberge de Rio de Janeiro en 1816

Collection Castro Maya, Museu da Chácara do Céu, Rio de Janeiro

« Rancho » gîte d’étape de campagne sur une des grandes routes du Brésil, Aquarelle de Thomas Ender, 1818.

In Viagem ao Brasil, Rio de Janeiro e São Paulo nas aquarelas de Thomas Ender, Lisboa, Fundação Calouste Gulbenkian, 2003.

Haut de page

Notes

1 Cf. Maria Fernanda Bicalho, A cidade e o império, O Rio de Janeiro no século XVIII, Editora civilização brasileira, Rio de Janeiro, 2003.

2 On citera aussi les bulletins bibliographiques réguliers publiés à partir des années 1950 par la fondation Calouste Gulenkian, puis par l’Université de Coimbra.

3 Mario Jorge Pires, Hóspedes, hospedeiros e viajantes no século XIX : raízes do turismo no Brasil, Tese de doutorado, São Paulo, ECA/USP, 1991, éditée chez Barueri Manole en 2002 ; Elitio de Oliveira Belchior, Pioneiros da hotelaria no Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, editora Senac, 1987 ; Sérgio Ioset Salusse : O hotel Salusse em nova Friburgo, Rio de Janeiro, ZFM editora, 1997.

4 Alain Montandon (études réunies par), Lieux d’hospitalité : hospices, hôpital, hostellerie, Clermont Ferrand, Presses de l’Université Blaise Pascal, 2001.

5 S.K. Mhamai, Fourth centenary volume of the Goa Archives, Directorate of Archives and Archeology, Panaji, 2001.

6 Depuis dix ans, la Bibliothèque Nationale de Rio de Janeiro coordonne le microfilmage et la numérisation de toutes les sources d’histoire du Brésil colonial (1500-1822) et impérial (1822-1889) dans le monde (documents, presse, iconographie).

7 Sophie Linon Chipon, Gallia orientalis, Voyages aux Indes Orientales 1529-1722, poétique et imaginaire d’un genre littéraire en formation, Presses de l’Université de Paris Sorbonne, 2003, p. 193.

8 Niccolo Manucci, Un vénitien chez les Moghols, Paris, Éd. Phébus, 1995.

Nicolo Manucci, né à Venise en 1638 et mort à Madras en 1717, était le fils d’un marchand d’épices. Il embarqua, clandestinement, à quinze ans pour l’Orient et devint le valet de Lord Bellomont, envoyé secret de Charles II d’Angleterre auprès de l’empereur Moghol. Après la Perse, il visita les cités de l’Inde. Artilleur, espion, déserteur, médecin, il travailla un temps au service des Portugais et finit sa carrière à Pondichéry auprès de François Martin, fondateur de l’Inde française. Il écrivit une première version de ses mémoires en 1698 en italo-franco-portugais. Le manuscrit fut envoyé en 1700 à Paris et publié par un jésuite, qui l’amputa d’une grande partie du texte. Ce fut un véritable succès avec six éditions entre 1705 et 1715. Manucci écrivit alors une deuxième version qui échoua dans les trésors de Saint-Marc de Venise. La persévérance paya : on la publia enfin en… 1986.

9 Barthelemy Carré, le courrier du roi en Orient, relations de deux voyages en Perse et en Inde, 1668-1674, présenté et annoté par Dirk Van der Cruysse, Fayard 2005, p. 9.

10 Sophie Linon Chipon, op. cit., p. 300.

11 Ibidem, p. 307.

12 Antonio Tabucchi, Nocturne Indien, publié en 1984, et José Eduardo Agualusa, Um estranho em Goa, édité en 2000.

13 Daniel Roche, op. cit., p. 486.

14 Charles Dellon, L’Inquisition de Goa, relation de 1687, éd. Charles Amiel, Paris, éditions Chandeigne, 1998.

15 Les archives de Goa ne furent organisées qu’à la fin du XVIe siècle et celles de Lisbonne disparurent lors du tremblement de terre de 1755.

16 Philippe II confirme en 1583 l’interdiction faite aux étrangers (dont les Anglais) d’aller en Asie portugaise.

17 Itinerário, viagem ou navegação de Jan Huygen Van Linschoten para as Índias orientais ou portuguesas, Lisboa, ed. CNCDP, 1997, p. 55.

18 Les fameux voyages de Pietro della Valle, gentilhomme romain, Paris, 1664, tome 4.

19 Pietro della Valle, op. cit., tome 4, p. 6.

20 Gemeli Carreri, Voyage autour du monde, Paris, Étienne Garreau, 1727, tome 3 sur l’hindoustan, pp. 14 et 16.

21 Nicolò Manucci, op. cit., tome 3, p. 23.

22 Dirk Van der Cruysse, op. cit., p. 547.

23 Ernestine Carreira, La correspondance de Francisco Gomes Loureiro, un négociant Portugais au Gujarat, in Moyen Orient et Océan Indien, Vol. 10, Société d'Histoire de l'Orient, L'Harmattan, 1998.

24 Pietro della Valle, op. cit., tome 4, p. 141.

25 Pyrard de Laval, Voyage aux Indes orientales (1601-1611), Paris, éd. Chandeigne, 1998, volume 1, p. 545.

26 Gemelli Carreri, Voyage autour du monde, Paris, Étienne Garreau, 1727, tome 3, p. 16.

27 Jean Mocquet, Voyage à Mozambique et à Goa (1607-1610), Paris, Editions Chandeigne, 1996, p. 27. Jean Mocquet (né en 1575) était issu d’une famille de Huguenots. Il effectua plusieurs grands voyages en Amérique et en Asie entre 1601 et 1614. Il finit sa carrière comme apothicaire de la cour et garde du cabinet des singularités du roi aux Tuileries.

28 Ibidem, p. 94.

29 Ibidem, p. 32.

30 François Bernier partit « avec deux bons chevaux tartares, un chameau de perse, un chamelier, un valet d’étable, un cuisinier, un autre serviteur que l’on fait marcher ordinairement dans ce pays devant le cheval, portant un flacon d’eau à la main [flacon étain avec serviette humide] » « je me suis encore fourni des ustencilles ordinaires, comme d’une tente de médiocre grandeur, d’un tapis de pied à proportion, d’un petit lit à sangles […] avec un coussin pour mettre sous la tête, et deux couvertures […] d’un soufra ou nappe de cuir ronde sur quoy on mange, de quelques serviettes de toile teinte et de trois petits sacs de batterie de cuisine, ou vaisselle, qu’on arrange dans un plus grand sac, et ce sac dans un très grand et très fort bissac fait de sangles où on met toutes les provisions, le linge et les habits du maître et des valets. J’ai aussi fait provision d’excellent riz pour cinq ou six jours, de crainte de n’en trouver pas toujours de si bon, de quelques biscuits doux avec du sucre et de l’anis, d’une pochette de toile avec son petit crochet de fer pour faire égoutter et conserver du days ou laict caillé, et de grande quantité de limons avec du sucre pour faire de la limonade, car le days et la limonade sont les deux souverains rafraîchissants des Indes. Tout cet équipage et provisions sont absolument nécessaires dans ces voyages. Ce n’est pas à ces bons logements de nos Païs qu’il faut s’attendre, il faut se résoudre à camper et vivre à l’Arabesque et à la Tartare, sans espérer d’autres hostelleries que les tentes ». François Bernier (Dr en médecine de la faculté de Montpellier), Voyages, description des états du Grand Moghol, 1718, chez Paul Marret, Amsterdam (donc impression non autorisée).

31 Manucci, fin XVII, quitte Goa pour aller chez les Mogols. « Je pris un begarin pour porter mes provisions pendant quelques jours et quelques ustensiles de cuisine. Sachant bien qu’on ne trouvoit rien sur la route et parce qu’il sçavoit pas la langue des Moghols, il prit une garçon de Golconda qui outre sa langue naturelle, sçavoit encore le Portugais et me servit d’interprète ». Nicolo Manucci, op. cit., tome 3, p. 150.

32 Dirk Van der Cruysse, op. cit., p. 584.

33 Ibidem, p. 583. Pietro della Valle, op. cit., tome 4, p. 205.

34 Auguste de Saint-Hilaire, Viagens pela pelas províncias do Rio de Janeiro e de Minas Gerais, São Paulo, Itatiaia editora, 1975, pp. 40 et 41. Auguste de Saint-Hilaire (1779-1833) était botaniste et correspondant de l’Académie des sciences.

35 Jean Maurice Rugendas, Viagem pitoresca através do Brasil, São Paulo, Itatiaia editora, 1979 (la première édition, en langue française, date de 1835).

36 Auguste de Saint-Hilaire, op. cit., p. 332.

37 Francesco Carletti, Voyage autour du monde (1594-1606), Paris, Chandeigne, 1999, p. 175. Francesco Carletti, quitta l’Europe à quinze ans avec son père en 1594 pour un tour du monde. Son père mourut à Macao et Francesco arriva à Goa en 1600 où il resta deux ans et vécut de son commerce. Il rédigea ses mémoires entre 1608 et 1615, donc après son retour en Europe, car ses manuscrits originaux avaient été saisis par les Hollandais pendant son voyage. Le récit ne fut publié qu’en 1701, après avoir été largement remanié. La seule information qu’on y trouve est qu’à Goa il vécut dans une maison louée, sans aucun détail supplémentaire.

38 Pierre Sonnerat, Voyage aux indes Orientales et à la Chine, Paris 1806. P. Sonnerat était un savant naturaliste, Commissaire de la marine, dont les expéditions étaient financées par la couronne de France.

39 Sonnerat se plaindra par ailleurs de l’absence de gargotes et autres lieux où prendre les repas, ce qui obligeait les officiers à cuisiner.

40 Diário da Baronesa E. de Langsdorff, 1842-1843, Santa Cruz du Sul, ed. Edunisc, 1999, p. 19.

41 Daniel Roche, op. cit., p. 530 et 531.

42 Cette absence de réseau d’auberges se constate encore dans l’interland portugais au XIXe siècle. Le jeune prince de Joinville, fils du roi Louis Philipe, s’aventura avec un ami, à la fin des années 1830, au nord de Lisbonne pour visiter les villes de Leiria et Tomar. De Leiria, il se souvient que « un grand marché nous permet d’admirer la beauté des femmes de la campagne et leurs ravissants costumes. Nous y logeons dans une posada dont l’écurie est au premier, la cuisine au second, et dont nous partageons les chambres avec des oies, des cochons et une troupe de hongreurs français en tournée ». À Tomar, ils passent la nuit dans une « hospedaria épouvantable » : « gelés et moulus, nous nous installons dans la cuisine ». François Ferdinand Philippe d’Orléans (1818-1900) prince de Joinville. Vieux souvenirs, 1818-1848, BNF, site Gallica, pp. 256-260.

43 Pyrard de Laval, op. cit., p. 336.

44 John Mawe, Viagens no interior du Brasil, São Paulo, Itatiaia Editora, 1978, pp. 78-79.

45 Ibidem, p. 82.

46 L.E. de Tollenare, Notes dominicales prises pendant un voyage en Portugal et au Brésil en 1816, 1817 et 1818, PUF, Paris 1973, tome 3, p. 674.

47 Daniel Roche, op. cit., p 524.

48 Castro Maya colecionador de Debret, Edição Museu Castro Maya, 2003, p. 68.

49 Bonapartiste exilé, le marseillais Louis Adolphe Pharoux construisit sur le port un hôtel qui devint le modèle du futur réseau hôtelier de luxe au Brésil. Il l’agrandit dans les années 1840 et le dota d’un restaurant français très luxueux. Lieu de rendez-vous des écrivains et des élites de la capitale, il apparaît maintes fois comme référence dans les écrits de grands écrivains comme Machado de Assis. L’hôtel, son emplacement, et même sa rue ont aujourd’hui disparu. Eclats d’Empire, du Brésil à Macao, catalogue de l’exposition, Paris, Éditions Maisonneuve et Larose, 2003.

50 José António Soares de Souza, Da Vila real da Praia Grande à Imperial cidade de Niterói, Rio de Janeiro, Niterói Livros, 1993, p. 309.

51 Jean Marcel Carvalho França, Outras visões do Rio de Janeiro colonial (1582-1808), Rio de Janeiro, Editora José Olimpio, 2000, p. 319.

52 Delso Renault, O Rio antigo nos anuncios dos jornais, Rio de Janeiro, Livraria José Olímpio, 1965, p. 170, 206, 215, 85, 176.

53 Marcelo de Barros Tomé Machado, A produção do espaço turístico do Rio de Janeiro na modernidade, in Revista geo-Paisagem, vol 1, n° 1, 2002, p. 4.

http://www.feth.ggf.br/Cartões-postais.htm

54 Sérgio Ioset Salusse, O hotel Salusse em Nova Friburgo, Rio de Janeiro, ZMF editora, 1997.

55 Marcelo de Barros Tomé Machado, op. cit., p. 5.

56 J.M. de Macedo, Memórias da rua do Ouvidor, Rio de Janeiro, Editora UNB, 1988, p. 88.

57 Daniel Roche, op. cit., p. 173.

58 Antonio Tabucchi, Nocturne Indien, éd. 10/18, 1987.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La ville de Goa à la fin du XVIe siècle d’après les gravures de Huygen Van Linschoten.
Légende Itinerário, Viagem ou Navegação de Jan Huygen Van Linschoten para as Índia Orientais ou Portuguesas, Amsterdam, Chez Cornelis Claez, 1596.
Crédits Fac-simile publié par la Comissão Nacional para as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses, Lisboa, 1997.
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/894/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Légende Pietro della Valle, Les fameux voyages de Pietro della Valle, gentilhomme romain, Paris, 1664, tome 4.
Crédits Fonds Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/894/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende GEMELLI CARRERI, Voyage autour du monde, Paris, Étienne Garreau, 1727.
Crédits Fonds Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/894/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Le peintre Jean-Baptiste Debret dans une auberge de Rio de Janeiro en 1816
Crédits Collection Castro Maya, Museu da Chácara do Céu, Rio de Janeiro
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/894/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende « Rancho » gîte d’étape de campagne sur une des grandes routes du Brésil, Aquarelle de Thomas Ender, 1818.
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/894/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ernestine Carreira, « Lieux d’étapes dans les capitales de l’empire portugais (Goa et Rio de Janeiro). Étude d’une mémoire disparue », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 271-295.

Référence électronique

Ernestine Carreira, « Lieux d’étapes dans les capitales de l’empire portugais (Goa et Rio de Janeiro). Étude d’une mémoire disparue », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/894 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.894

Haut de page

Auteur

Ernestine Carreira

Aix Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org