Navigation – Plan du site
Voyager, se loger, découvrir ou redécouvrir

Les Indes vues par Francesco Carletti

Théa Picquet
p. 297-315

Résumés

Francesco Carletti est l’un des rares voyageurs du XVIe siècle à avoir accompli le tour du monde à titre privé. Issu d’une famille de marchands florentins, il s’embarque pour un voyage d’affaires à l’âge de dix-huit ans et découvre un monde nouveau avec un regard émerveillé. De retour dans la Cité du lys, il rédige ses Ragionamenti qu’il adresse au Grand-Duc Ferdinand de Médicis. Les Indes constituent pour lui une étape significative.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie, Indes, Florence

Index chronologique :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

1Dans une littérature italienne qui n’a jamais donné aux récits de voyage une place favorable, Sergio Zatti présente le périple de Francesco Carletti comme une aventure humaine et collective digne d’être révélée au grand jour après des siècles d’oubli :

  • 1 Sergio Zatti, Prefazione, dans Stefania Pineider, « In così immensa pellegrinatione » : la scritt (...)

Fiorentino, ma cosmopolita, mercante (anche di schiavi) ma fallito, e piuttosto privato cittadino, Francesco Carletti è il primo a compiere per così dire en touriste un giro completo del globo e a darne resoconto nei Ragionamenti1

  • 2 Notre édition de référence porte le titre suivant : Giro del mondo del buon negriero (1594-1606), (...)

2Après avoir rappelé la vie de ce grand voyageur, analysé ses Ragionamenti sopra le cose vedute ne’ viaggi dell’Indie occidentali e d’altri paesi2, nous mettrons en évidence certaines étapes significatives de son voyage autour du monde, aux Indes notamment, à travers le triple regard qu’il pose sur le monde environnant : le regard du narrateur, le regard du marchand, le regard du découvreur.

  • 3 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1998, tome I, p. 132 (...)

3Le substantif “étape” réserve quelques surprises. En effet, Alain Rey3 rappelle que le terme “estappe” apparaît en 1396 et qu’il est l’altération de l’ancien français “estaple” (1272), emprunt au moyen néerlandais “stapel”, “entrepôt où les marchands apportaient leurs marchandises pour les vendre”. La forme ancienne est conservée dans le nom de ville Étaples. C’est avec ce sens que le mot est d’abord attesté ; il disparaît dans les années 1489-1491, de même que l’acception “ville de commerce” (XVe siècle) et des expressions comme “temps des étapes”, époque où se tient la foire (1423). Par analogie, le mot est employé aussi (par exemple chez Rabelais en 1546) au sens de “magasin de vivres destinés à l’armée” et par métonymie pour “approvisionnement”. Au XVIIe siècle, il désigne les vivres et les fourrages distribués aux troupes. Ce ravitaillement était assuré par les “étapiers”. “Étape” en ce sens est employé dans la locution militaire “brûler l’étape” ou “faire cuire l’étape”. De là vient “brûler les étapes”, “poursuivre un rythme rapide”, attesté au début du XXe. De cet emploi vient le sens moderne de “halte temporaire”, dans le vocabulaire militaire comme dans le vocabulaire courant. “Étape” désigne ensuite (1833) la distance entre deux lieux d’arrêt, particulièrement en sport (1870 : “course par étapes”). Le mot s’emploie couramment au sens figuré, pour parler d’une évolution, au sens de “point important” et de “période” (seconde moitié du XIXe).

4Le terme trouve son illustration chez Francesco Carletti dans tous les sens évoqués ici, notamment dans le sens commercial.

  • 4 Le Grand-Duc Ferdinand de Médicis (Florence 1610-1670), fils de Côme II, régna de 1621 à 1670. Il (...)

5En effet, Francesco Carletti est avant tout un marchand florentin. Il est né dans la cité du lys en 1573 ou 1574 et mort dans la même ville le 12 janvier 1636. Son originalité tient au fait qu’il est le premier voyageur italien à avoir fait le tour du monde avec des moyens et dans un but privés. Son voyage dure quinze ans : de 1591 à 1606, date à laquelle il revient à Florence, à la cour du Grand-Duc Ferdinand de Médicis4. Il met alors à profit son expérience pour assurer des missions de consultation à l’étranger, notamment en France, en Autriche et en Hollande.

6Il est issu d’une famille de marchands, inscrite à la corporation de la laine, l’Arte di Por Santa Maria, depuis le XIIIe siècle. Après son grand-père et son père Antonio, il représente la troisième génération de voyageurs de sa famille. Dès qu’il atteint l’âge de dix-huit ans, en effet, son père l’envoie en stage à Séville, au service du florentin Niccolò Parenti. Le jeune homme aurait dû y préparer un voyage d’affaires en pleine responsabilité, mais finalement son père s’embarque avec lui le 8 janvier 1594, en direction du Cap Vert. Ce dernier mourra cependant en cours de route. Leur but est bien précis : acheter et vendre des esclaves, trafic non seulement courant, mais clairement réglementé et soumis à de sévères contrôles.

7Les éléments contenus dans le récit permettent de retracer l’itinéraire suivi :

  • 20 mai 1591 : Italie-Espagne, Livourne-Alicanthe ; puis Séville par voie terrestre ;

  • 8 janvier 1594 : Espagne / Cap Vert, San Lucar e Barrameda (via les Canaries, Cap Blanc), Saint-Jacques ;

  • 19 avril 1594 : Cap Vert / Colombie, Saint-Jacques (via les Antilles), Cartagènes (jusqu’au 12 août 1594) ; Nombres de Dios, Casas de Cruzes, Panama (à partir de septembre 1594) ;

  • Début novembre 1594 : Colombie / Pérou, Panama, Santa, Paita, Lima ;

  • Pérou / Mexique, Lima, Gaura, Sainte-Hélène, Sansonat, Acapulco (à partir de juin 1595), Acapulco-Ville de Mexico, Ville de Mexico-Saint-Jacques (jusqu’en mars 1596) ;

  • 25 mars 1596 : Mexico / Philippines : Acapulco, Las Velas, Luconia, Cavite porto de Manilles (de juin 1596 à mai 1597) ;

  • mai 1597 : Philippines / Japon : Manilles-Nagasaki (à partir de juin 1597) ;

  • 3 mars 1598 : Japon / Chine : Nagasaki-Macao ;

  • mars 1599 : Chine / Indonésie, Macao-Malacca ;

  • Indonésie / Inde, Malacca (via Sumatra, Nicobare, Ceylan, cap Comorin, Cochin (mars 1599)-Goa (à partir de mars 1599) ;

  • 25 décembre 1601 : Inde / Sainte-Hélène :Goa (via la côte d’Arabie, Saint-Laurent, Mozambique) Sainte-Hélène ;

  • 6 avril 1602 : Sainte-Hélène / Zélande : Sainte-Hélène, Ferdinand de Norugnie, Middelbourg ;

  • 12 septembre 1602 : Hollande : Grave, Middelbourg, La Haye, Rotterdam, Middelbourg, Sluis, Brielle ;

  • Zélande / France : Brielle-Paris ;

    • 5 Stefania Pineider, op. cit., pp. 35-36.

    décembre 1606 : France / Italie : Paris (via Lyon, Turin, Milan, Bologne), Florence5.

8Cependant, à Sainte-Hélène, sur la route du retour, la caraque sur laquelle il voyage est attaquée puis séquestrée par des pirates hollandais. Il perd tous ses biens : soies, brocards, diamants, perles, rubis, épices, porcelaines et deux esclaves. Même l’intervention de la reine Marie de Médicis s’avère sans succès.

9Parti de Florence plein d’espoir le 20 mai 1591, il revient ruiné dans la cité du lys en 1606.

10Vers la fin de sa vie, il écrit les Ragionamenti. Le choix du titre rappelle la tradition du récit aimable, confidentiel et amical, qui calque l’oralité. Le récit s’étend sur deux fois six jours et n’était pas destiné à la publication. Il s’agit du compte rendu des voyages que l’auteur effectua entre 1594 et 1606, publié posthume par Lorenzo Magalotti à Florence. Présenté à l’origine sous forme de discours au Grand-Duc Ferdinand de Médicis, le récit a été rédigé ensuite sous forme de narration.

11Le manuscrit original semble avoir été partiellement remanié par Magalotti qui en aurait donné une édition aujourd’hui inconnue, publiée à Florence en 1671. La première édition connue serait celle de 1701, imprimée à compte d’auteur chez Giuseppe Manni de Florence. Le corpus que nous considérons est l’édition de 1941, présentée par Emilio Radius, qui en a modifié le titre en Giro del mondo del buon negriero, qu’il justifie de la sorte dans son texte introductif intitulé « Il mondo è toscano » :

  • 6 Texte de référence, p. VIII : « Pourquoi négrier ? Parce que Francesco, comme son père Antonio, e (...)

Perché negriero ? Perché Francesco, come suo padre Antonio e come, all’occasione, tutti i mercanti del cinquecento e del seicento comprò e vendette anche schiavi ; simile commercio non essendo giudicato allora disonorevole, ed avendo piuttosto del curioso e dell’originale : prova ne sia, se ce ne fosse bisogno, la tranquillità con cui Francesco ne parla al Granduca. E perché buono ? perché il Carletti negoziava la merce umana per caso e senza esserci né tagliato né disposto sul serio, non era quindi un negriero, negriero non si poteva dirlo asciuttamente, non è da escludere che si mischiasse con gli autentici mercanti di schiavi anche, se non soprattutto, per quel perspicace amore delle cose nuove che gli faceva cogliere subito i tratti essenziali dell’esotico.6

  • 7 Province des Pays-Bas occupant les bouches de l’Escaut et limitée au Nord par la Hollande méridio (...)

12L’ouvrage, adressé au Grand-Duc Ferdinand de Médicis, se partage en deux discours. Le premier, divisé en six « ragionamenti » (un « ragionamento » par jour), se consacre aux itinéraires à travers les Indes occidentales, qui comprennent l’Espagne, les îles du Cap Vert, Panama, le Pérou, le Mexique et les îles Philippines. Le second, divisé lui aussi en six « ragionamenti », raconte les voyages en Indes Orientales, c’est-à-dire encore les Philippines, le Japon, la Chine, l’Inde, la Zélande7, jusqu’au retour à Florence.

13Ces « Raisonnements » constituent la première description d’un tour du monde proprement dit, effectué sans itinéraire préconçu, au hasard des étapes et selon les nécessités des affaires, le long des grandes voies du commerce mondial de l’époque. Il s’agit là d’une odyssée dénuée d’intentions héroïques, menée par un homme d’esprit alerte, observateur et imaginatif. Usant de ses souvenirs avec beaucoup de liberté, Carletti restitue dans un tableau étrange et fascinant une période historique particulière, celle des expansions coloniales menées sans scrupules par les différentes puissances européennes.

  • 8 Stefania Pineider, op. cit., p. 179.

14L’étape que nous avons choisi d’étudier est celle des Indes, qui pour Carletti se concentrent sur deux villes, Malacca et Goa, mais qui s’étendent jusqu’à l’archipel indonésien et aux côtes de la péninsule indochinoise et indienne. Dans les troisième et quatrième « ragionamenti » du second discours, les Indes apparaissent comme « un jardin des délices »8 et le véritable barycentre du commerce oriental. C’est là que Francesco Carletti a passé le meilleur de son temps et il porte sur elles un regard attentif.

  • 9 Édition de référence, II, 3, p. 213 : « Au terme de mon raisonnement d’hier, je dis sommairement (...)
  • 10 Ibidem, II, 3, p. 231 : « Je me réserve de parler demain matin à Votre Altesse de la ville de Goa (...)
  • 11 Ibidem, II, 4, pp. 261-262 : « … je ne veux pas m’étendre davantage, parce que mon discours pourr (...)
  • 12 Ibidem, II, 3, p. 215 : « Dans ce voyage, il ne passa rien qui fût digne d’être raconté ».
  • 13 Ibidem, II, 4, pp. 252-253 : « Ces choses sont supposées être vraies, en fait elles le sont assur (...)
  • 14 Ibidem : « … c’est pourquoi je renoncerai à lui donner de nombreuses informations, relatives par (...)

15Francesco Carletti se fait narrateur, parlant à la première personne et s’adressant directement au Grand-Duc Ferdinand de Médicis. Il fait ainsi la transition avec le récit de la veille : « Nel fine del ragionamento di ieri dissi sommariamente a V.A.S. com’io voleva imbarcare in una nave che partiva dall’isola d’Amacao…»9. Il fait de même à la fin du troisième « ragionamento » du deuxième discours et annonce qu’il racontera la suite le lendemain (« Della quale città di Goa… mi riserbo a trattarne domani mattina a V.A. »10), et ainsi de suite. Son souci est cependant de ne pas ennuyer son interlocuteur : « … non voglio stendermi davvantaggio, perché il ragionar potrebbe per avventura cagionar tedio »11. Cela dit, s’il n’a rien à raconter il n’écrit rien et l’affirme clairement : « In questo viaggio non accadde cosa da raccontare… »12. Il insiste sur le fait qu’il dit vrai : « Ora supposte queste tali cose per vere, siccome in fatti elle son verissime, perché mi protesto di non dire a V.A. se non tutto ciò che ho fatto e veduto co’ miei occhi… »13. Fixant ainsi les limites de son discours, il ne raconte pas ce qui se passe à l’intérieur de la péninsule puisqu’il n’y a pas pénétré : « … perciò tralascerò di darle molte notizie, come de’ costumi de’ popoli dell’Indie, e d’altre curiosità, essendo che io non sia penetrato dentro a terra, siccome non è usanza presso i Portoghesi di penetrarvi, perloché non avendo potuto intendere, né vedere tutto ciò che io dicessi, sarebbe appoggiato solamente sull’altrui fede… »14.

  • 15 Ibidem, II, 3, p. 224 : « pour donner mon avis ».
  • 16 Ibidem : « come intervenne a me ».
  • 17 Ibidem, II, 4, p. 264 : « sfortunatissimo viaggio ».
  • 18 Ibidem, II, 3, p. 214.
  • 19 Ibidem, II, 3, p. 229.
  • 20 Ibidem, II, 3, p. 214.
  • 21 Ibidem, II, 4, p. 235.
  • 22 Ibidem, II, 4, p. 243 : « E ciò posso dire con verità per quelle che ho vedute e praticate nel gi (...)
  • 23 Ibidem, II, 4, pp. 254-255. 
  • 24 Ibidem, II, 4, pp. 259-260. 
  • 25 Ibidem, II, 4, p. 261 : « Je sais encore, par ma longue expérience… »
  • 26 Ibidem, II, 4, p. 246.
  • 27 Ibidem, II, 4, pp. 255-256.
  • 28 Ibidem, II, 3, p. 215.
  • 29 Ibidem, II, 3, p. 231.
  • 30 Ibidem, II, 3, p. 219.

16Par contre, il avance sa propre opinion (« per dirne la mia opinione », précise-t-il15). Il se fait acteur du récit quand il rappelle au Grand-Duc les mésaventures inhérentes à son périple, comme l’attaque des corsaires qui l’ont dépouillé16, comment il a quitté Goa sur le San Jacopo pour son malheureux voyage17. En témoin direct, il relate ce qu’il a vu18, comme l’île de Ceylan dont les paysages dépassent en grâce tous ceux qu’il avait admirés auparavant19, ou comme ces marins embarquant avec femmes et concubines, qui donnent un très mauvais exemple et offensent Dieu20. Mais il fait part également de son expérience : il parle des talents culinaires de son cuisinier japonais21, des beautés des femmes de Goa et de leur supériorité sur les autres, fort nombreuses, qu’il a pratiquées22, des vertus de certaines plantes médicinales qu’il a expérimentées sur lui-même et dont il a obtenu les meilleurs effets23. De la même manière, il spécifie le nom de son correspondant commercial à Cambay, qui lui faisait parvenir quantité de toiles de coton, du cristal et d’autres matières précieuses24. Parfois, il se contente de souligner ce qu’il sait par expérience (« So ancora, per lunga pratica…. »25), ou alors il cherche dans son souvenir l’exemple de cette jeune épouse tuée injustement par un mari jaloux, uniquement parce qu’un ancien prétendant continuait à passer dans la rue dans l’espoir de l’apercevoir26. D’autres fois, il se perd dans son récit et prend conscience qu’il a oublié de décrire la ville de Goa27. Plus rarement, le « je » s’inclut dans un « nous » collectif, désignant ceux qui sont sur le même bateau28, l’ensemble des voyageurs29, ou encore les Italiens en général30.

  • 31 Ibidem, II, 3, pp. 229-230.
  • 32 Ibidem, II, 3, p. 225.
  • 33 Ibidem, II, 4, p. 261.
  • 34 Ibidem, II, 4, p. 242.
  • 35 Ibidem, II, 4, p. 24 8.
  • 36 Ibidem, II, 4, pp. 257-258.

17À différentes reprises, il passe pourtant du témoignage direct au témoignage indirect et rapporte ce qu’il a entendu dire. C’est le cas, par exemple, de ce qu’on considérait à l’époque comme des singularités : les particularités climatiques relatives aux côtes de Goa et de Saint-Thomas, « delle quali dicono che quando in una è l’inverno, nell’altra v’è l’estate »31 ; les curiosités des pierres de Malacca qui, dit-on, se trouvent dans les huîtres32 ; les fêtes superbes organisées à Goa lors des épousailles des vaches sacrées33. Le narrateur est parfois plus prudent et se protège derrière un « si sente dire », à propos de tel individu qui est mort pour avoir dégusté un mets préparé par la dame de son cœur34. D’autres fois, il rapporte avec moins de précaution qu’un célèbre roi emploie six mille femmes, danseuses et musiciennes pour soutenir le moral de son armée à la guerre35, ou que l’unique dent de la femme-poisson a la vertu de coaguler le sang36.

  • 37 Ibidem, II, 4, p. 251 : « Oh, si je devais raconter tous les incidents qui arrivèrent de mon temp (...)
  • 38 Ibidem, II, 4, pp. 238-239.
  • 39 Ibidem, II, 4, pp. 250-251 : « voulait prendre du plaisir avec lui ».
  • 40 Ibidem, II, 4, p. 260 : « Le récit du voyage dans ce pays fut écrit par un religieux de la Compag (...)

18Cela dit, Francesco se fait aussi conteur et son récit comporte de véritables nouvelles, capables de concurrencer les écrivains anciens, comme il le déclare lui-même : « Oh, se io avessi a raccontare tutti gli accidenti, che succedettero a mio tempo…, oltre al non venir mai a fine di questo ragionamento, farei torto per così dire agli antichi scrittori di novelle »37. Ainsi, l’anecdote de l’éléphant blanc, cause de la guerre que le roi de Siam déclara au roi de Pegu, est une histoire à part entière38, tout comme la malencontreuse aventure arrivée à l’un de ses amis, invité chez une dame bien imprudente, qui « voleva goderselo »39. La description de la cour du roi de Cambay paraît encore plus extraordinaire, lorsqu’en 1608 il se déplace de Lavor à Agra avec mille chevaux, six mille éléphants, quarante mille chameaux, des bœufs et bien d’autres animaux, et qu’il installe tous les soirs ses pavillons, construisant ainsi une très grande ville en pleine campagne. Cette fois, Carletti cite ses sources, le témoignage direct d’un père jésuite : « La relazione di ciò venne da quel paese, e fu scritta da un religioso della Compagnia di Gesù, che si trovò col re a fare il sopradetto viaggio »40.

19En somme, Francesco Carletti se fait narrateur pour mieux faire partager son expérience exceptionnelle. Cependant, c’est avant tout un marchand et le regard qu’il pose sur ce monde est souvent focalisé sur la comptabilité. Il observe ainsi attentivement les pratiques commerciales et montre son admiration pour l’art du négoce que possèdent tout particulièrement les Brahmanes. Chez eux, les contrats se discutent à trois : l’acheteur, le vendeur et l’intermédiaire, dans un silence total. Seules les pressions des mains sont visibles pour un regard avisé :

  • 41 Ibidem, II, 4, p. 262 : « Je raconterai seulement la façon d’acheter et de vendre leurs marchandi (...)

Dirò solamente il modo che usano nel comperare e nel vendere le loro mercanzie, ch’è veramente stranissimo. In far ciò non parlano mai articolatamente ma quel sensale che maneggia il negozio, che vuol contrattarsi, piglia la mano del mercante venditore, e ricoprendola col suo manto fatto di tela di bambagia, e lungo quasi alla maniera persiana, senza fare pur una parola, né altro cenno, gli preme le dita della mano già presa ; e se si tratta a centinaia o migliaia già s’intendono, che ogni dito vuol dir cento o mille ; e similmente col medesimo ordine s’intende delle decine e delle unità… Così andando ora dal venditore, ora dal compratore, si conclude il prezzo e la vendita. Dopo di ciò il sensale appalesa quanto è stato trattato alla mutola, il che viene poi inviolabilmente ratificato da ambe le parti.41

20En homme de son temps, Francesco sait évaluer les distances avec précision, tout comme les poids et les mesures ou le cours des monnaies, et les exemples ne manquent pas.

  • 42 Ibidem, II, 3, p. 219.
  • 43 Ibidem, II, 4, p. 233 : « … cette métropole de toutes les terres d’Orient possédées par les Portu (...)
  • 44 Ibidem, II, 4, p. 260.
  • 45 Ibidem, II, 4, p. 253.
  • 46 Ibidem, II, 4, p. 234 : « … dans la mesure où, dans la division du monde réalisée par Alexandre V (...)

21Ainsi, l’île de Sumatra a, dit-on, un périmètre de deux milles42. Goa est située par le voyageur de façon précise : « … questa città metropoli di tutte quelle parti d’Oriente possedute da’ Portughesi … sta situata in una isoletta … la quale non gira più di quindici miglia, ed è in altezza di sedici gradi verso tramontana… »43. Il fait preuve de la même exactitude pour Cambay44, pour les Maldives45, ou encore pour se référer à la ligne de partage des mers dessinée par Alexandre VI : « … in quanto nella divisione del mondo da essi (les Portugais) e dai Castigliani acquistato, fatta da Alessandro VI, restò fermato (tirata una linea 1080 miglia lontano dall’isole di Capo Verde verso ponente, la quale per latitudine circondasse tutta la terra da mezzogiorno a tramontana) che la parte occidentale […] toccasse a’Castigliani, e l’altra parte verso oriente fosse de’ Portughesi… »46. Ses notions géographiques s’accompagnent d’une grande habileté mathématique.

  • 47 Ibidem, II, 4, p. 257.
  • 48 Ibidem, II, 3, p. 225.
  • 49 Ibidem, II, 4, p. 237 : « … j’eus l’occasion d’en voir un (un diamant), dans les mains d’un ambas (...)
  • 50 Ibidem, II, 4, p. 239.
  • 51 Ibidem, II, 4, p. 236.
  • 52 Ibidem, II, 4, p. 242.
  • 53 Ibidem, II, 4, p. 261.

22Il manifeste ainsi une connaissance précise de la valeur des monnaies quand il calcule qu’un réal transporté de Lisbonne à Goa rapporte un gain de cinquante pour cent, dans la mesure où il vaut 320 reis au départ et 480 à l’arrivée47. Les poids et les mesures n’ont pas de secrets pour lui. Il indique exactement le prix qu’il a payé pour la pierre de Malacca : huit écus d’or le quart d’once, et encore c’était un prix d’ami, alors que la pierre « belzoard » lui a coûté huit écus d’or les deux onces48. Il traduit en carats la valeur du diamant présenté par l’ambassadeur du Mogol : « … ebbi la sorte di vederne uno (un diamant), che seco aveva un ambasciadore del re del Mogol, fatto di forma piramidale, il quale pesava […] 200 de’ nostri carati »49. Il précise en outre le prix d’achat et de vente du riz50, celui des fruits, fluctuant en fonction de la rareté. C’est le cas de certaines noix des Maldives particulièrement chères qui sont vendues en petits morceaux et il en acheté six onces51. Francesco évalue tout ce qu’il voit : le prix dérisoire des fêtes fastueuses qu’on donne52, les banquets qui à Goa ne coûtent que quelques milliers d’écus53.

  • 54 Ibidem, II, 4, p. 258 : « sans capital et sans risque, mais seulement avec la marchandises des au (...)
  • 55 Ibidem, II, 3, p. 224.
  • 56 Ibidem, II, 4, p. 259 : « C’est pourquoi, pendant ce temps, je décidai de vendre toute la soie qu (...)
  • 57 Ibidem : « j’y vécus dans la plus grande joie ; si bien qu’au souvenir de ces temps heureux, j’ai (...)

23Cependant, l’œil expérimenté de Francesco évalue également les bénéfices extraordinaires qu’on fait aux Indes. De nombreux échanges commerciaux rapportent de 25 à 30%54. Il a pleinement conscience de l’extraordinaire privilège du gouverneur de Malacca, qui fait du troc avec les Indigènes pour revendre les marchandises aux Portugais à un bon prix, de telle sorte que son bénéfice s’élève à 70-80%, ceci sans investir de capital, sans prendre de risques : « senza niun capitale e senza risico, ma solo colla mercanzia d’altri, e col comperare in mare e vendere in terra, fa in un medesimo tempo il sopradetto guadagno, per cui non vi mette se non parole ». Ainsi dans les trois ans que dure son mandat, il s’enrichit de 250 à 300 mille écus, qu’il rapporte à Lisbonne si la Fortune lui est favorable et s’il ne subit pas les attaques des corsaires55. Carletti lui-même s’est assuré des profits inespérés : dans l’attente de son deuxième bateau, bloqué par manque de vent, il vend à Cambay la soie qu’il avait emportée de Chine, avec un gain de 70% : « Mi risolvetti perciò in questo mentre di vender tutta la seta, che aveva meco portata dalla Cina, e però la mandai a Cambaja, dove si vendeva con vantaggio grandissimo, cioè con guadagno di settanta per 100 sopra il mio costo, quando la comperai nella Cina… »56. Il reconnaît qu’il a vécu grâce à cela plus en grand seigneur qu’en marchand et regrette d’être revenu en Europe : « … vi stetti allegrisssimamente ; talché ricordandomi di quel tempo così felice, mi pare d’aver fatto una gran pazzia a ritornare in questi paesi, comecché poteva io quivi vivere più tosto da gran signore che da mercante »57.

24Au-delà du regard du marchand c’est bien celui du découvreur qui prédomine, voyant dans les Indes un paradis mythique.

25Francesco est sensible en premier lieu aux ressources naturelles, qu’il découvre avec émerveillement.

  • 58 Ibidem, II, 3, p. 216.
  • 59 Ibidem, II, 3, p. 248 : « des feuilles crépues, dures, très vertes et pleines d’épines » ; « doux (...)
  • 60 Ibidem, II, 3, p. 218.
  • 61 Ibidem, II, 3, pp. 218-219.
  • 62 Ibidem, II, 4, pp. 253-254.

26Ce sont tout d’abord les fruits exotiques décrits dans les moindres détails. Celui qu’il place au premier rang est le durion, fruit estimé dans toutes les Indes, précise-t-il. Il en dépeint l’écorce rugueuse, l’apparence déplaisante à la vue et au toucher, rend compte de son odeur voisine de celle de l’oignon. Il n’hésite pas à le goûter et donne son impression : s’il ne l’a pas aimé la première fois, il en apprécie par la suite la grande délicatesse58. L’ananas59 ressemble, selon lui, à une pomme de pin et la plante à un plant d’artichaut, avec ses « foglie crespe, dure e molto verdi, e piene di spine ». Il explique que pour le manger, il convient de le couper en rondelles, de laver celles-ci à l’eau fraîche et de les parsemer de sel, car leur jus corrosif, qui fait rouiller les couteaux, est nocif. Il en vante le goût « dolce e agretto, grandemente dilicato » et rappelle au Grand-Duc que l’ananas est importé en Europe en conserve : « Ne son portate molte molte in Europa in conserva, e V.A.S. ne ha nella sua dispensa ». Les jamboses60 constituent une « plaisanterie de la nature ». Elles contrefont à merveille le teint d’une femme (lumineux, à la fois pourpre et d’une blancheur de lait), sont délicates et tendres au toucher, exhalent un parfum de rose, sont excellentes avec leur goût aigre-doux. Bref, elles mettent tous les sens en éveil. Les mangoustans61 sont incomparables à tout autre fruit connu : d’une saveur exquise et rare, ils sont agréables au goût et ont des propriétés désaltérantes incontestables. La noix de coco est elle aussi délicieuse, mais Francesco insiste davantage sur l’utilité exceptionnelle du cocotier62, qui entre dans la construction des maisons, des embarcations, qui donne du lait, du vin, de l’huile, du vinaigre, du chanvre.

  • 63 Ibidem, II, 3, p. 221.
  • 64 Ibidem, II, 3, pp. 220-221 : « c’est une plante, qui pousse en grimpant sur un arbre… »
  • 65 Ibidem, II, 3, pp. 221-222.
  • 66 Ibidem, II, 3, p. 227 : « une eau d’une grande perfection ».

27Après les fruits exotiques, les épices intéressent tout particulièrement notre voyageur. Il est en admiration devant les plants de clous de girofle63 et en fait une observation minutieuse. On peut les rapprocher des lauriers ; leurs branches sont chargées de fleurs qui sont justement ces clous de girofle ; d’une odeur suave, ils sont blancs verts ou jaunes, puis noirs lorsqu’ils sont durs. On les ramasse de septembre à février en les faisant tomber de l’arbre, lequel pousse tout seul et donne des fruits pendant plus de cent ans. Le poivre64 rencontre un intérêt identique. Même observation du plant (« è un fruttice, che si va aggrappando ad un albero… »), qu’il compare aux haricots ou aux petits pois. Les grains sont disposés en deux rangs, en général, de couleur verte puis noire, mais il en existe aussi des blancs. On les mange comme les Italiens mangent les câpres, à l’huile et au vinaigre. Les effets sont précisés : le poivre stimule l’appétit, conforte et réchauffe l’estomac. La noix muscade65 est très répandue. Plus grosse et plus ronde que les noix connues en Italie, elle parfume toute la ville. Son tégument, le macis, peut être utilisé comme aromate, mais aussi se savourer confit. La cannelle66 enfin « naît de l’écorce d’un arbre », dont les feuilles ressemblent à celles du pêcher. On l’utilise en distillant cette écorce encore verte et des fleurs on retire « un’acqua perfettissima ». Notre voyageur l’a goûtée avec plaisir.

  • 67 Ibidem, II, 3, pp. 224-225 : « … contre toutes ces maladies, on l’utilise en la plongeant dans l’ (...)
  • 68 Ibidem, II, 3, p. 226.

28Cependant, Carletti est également très sensible aux vertus médicinales. La pierre « berzoard » et la « pierre de Malacca »67 attirent toute son attention. Il décrit les effets curatifs de cette dernière : contre-poison, fièvres malignes, coliques, maladies de l’utérus. Il en précise la posologie : « … a tutti i sopraddetti mali si adopera con metterla nell’acqua ordinaria, e quivi lasciata stare lo spazio di due credi diventa quell’acqua di sapore amaro, ed essa bevuta giova moltissimo a’ pazienti ». Il remarque toutefois que le nom donné est impropre car il s’agit plutôt d’une mixture de la consistance du goudron ou d’une boule de savon ; quoi qu’il en soit, il en a acheté, rapporté au Grand-Duc et demandé aux médecins de la cour de l’analyser68.

  • 69 Ibidem, II, 3, p. 227, p. 230, pp. 237-238 ; II, 4, p. 257, p. 259.
  • 70 Ibidem, II, 3, pp. 227-229 : « Il n’est pas vrai qu’ils ont les pattes faites d’une seule pièce e (...)

29Quant aux ressources minérales (l’or, les pierres précieuses), elles sont énumérées plutôt que décrites, mais Francesco souligne leur abondance et leur variété : ambre, corail, œils de chat, spinelles, perles, cristaux, agates, saphirs, émeraudes, rubis, diamants69. La nature végétale, la nature minérale ont attiré l’attention de Francesco, la nature animale paradoxalement moins. Le seul animal qu’il décrive avec précision est l’éléphant70. Il souligne la perfection des éléphants de Ceylan, leur utilité dans les guerres et dans le commerce, il les dit miraculeux, intelligents et obéissants, capables de porter des fûts, des pièces d’artillerie, de mettre des vaisseaux à l’eau. Francesco les a bien observés et dément ce qu’on affirme de leurs pattes – « Non è già vero che abbiano le gambe tutte d’un pezzo e senza congiunture… » –, admire l’habileté avec laquelle ils manient leurs trompes : « … tutto pigliano colla detta proboscide, che i Portughesi chiamano tromba, la quale serve loro per mani ; e con essa, oltr’al mettersi quello che vogliono in bocca, con non meno destrezza che facilità ricolgono di terra ogni cosa… ».

30En ethnologue et en anthropologue, Francesco est tout aussi intéressé par les populations qu’il rencontre, que ce soit les Indigènes ou les Portugais. Il observe leurs caractéristiques physiques et encore davantage leurs coutumes.

  • 71 Ibidem, II, 3, pp. 222-223.
  • 72 Ibidem, II, 3, p. 227.
  • 73 Ibidem, II, 4, p. 239.
  • 74 Ibidem, II, 4, p. 25 3 : « de basse extraction et de peu de valeur ».
  • 75 Ibidem, II, 3, p. 223.
  • 76 Ibidem, II, 3, pp. 219-220 : « Les habitants de cette île ont l’habitude de naviguer sur une sort (...)

31Si les indigènes de Malacca constituent un danger pour leur courage hors pair, leur mépris de la mort, leurs lames empoisonnées, ils sont admirés pour le travail d’orfèvrerie de leurs poignards, ornés d’or, de rubis et de diamants71. Ceux de Sumatra, bien que qualifiés de barbares par Francesco, abordent les voyageurs sans hostilité pour leur vendre des produits frais ou de l’ambre72. Les habitants de Pegu, acculés par la famine, deviennent cannibales73 et ceux des Canaries sont considérés comme « vili e dappoco »74. À Sumatra, il examine les matériaux des habitations75 ; il observe les embarcations et la façon de ramer : « In quest’isola usano di navigare sopra certa sorta di vascelli a remo, de’ quali stimo bene farne menzione, se non altro per curiosità. Chiamansi detti vascelli comunemente caracoli, che noi quanto alla grandezza e figura del guscio diremmo brigantini, ma differentissimi nel modo di remare… »76.

  • 77 Ibidem, II, 4, pp. 260-263 : « délicieusement » ; « elles en sont si chargées qu’elles peuvent à (...)

32Les Brahmanes ont particulièrement intrigué Carletti qui les a fréquentés et a trouvé un ami parmi eux. Il observe leurs habitudes alimentaires : ils ne consomment rien de vivant, ni lait ni œufs, vivent très religieusement, ne tuent aucune bête, pas même une puce. Ils ont d’ailleurs construit un hôpital pour animaux. Ils vont jusqu’à racheter aux enfants portugais les animaux que les petits malins font mine de vouloir tuer, et organisent de magnifiques fêtes à l’occasion des mariages des vaches sacrées. Ces personnes d’une « très grande vertu morale » sont d’une fidélité sans tache à la parole donnée, n’ont qu’une seule épouse qu’ils traitent « deliziosamente » et couvrent d’or et de bijoux, à tel point que, note Francesco, « essendone così cariche, appena si possono muovere ». Tout en considérant leur religion comme la meilleure, ils font preuve d’une tolérance remarquable et pensent que « ancor i cristiani, se viveranno moralmente e civilmente, salveranno la loro anima ; tenendo per fermo, che l’essere uomo dabbene, e non fare ad altri ciò che per sé non vorrebbesi, sia mezzo sufficiente sotto qualsiasi religione per aver luogo di pace dopo la morte »77.

33Cela dit, c’est surtout la façon de vivre des Portugais de Goa que Carletti décrit dans les moindres détails. Les maisons, très belles, offrent le même confort qu’en Italie. Seule « bizarrerie » le bois laqué, que Francesco voit pour la première fois :

  • 78 Ibidem, II, 4, p. 234 : « Ici, les maisons sont construites comme chez nous, donc belles et très (...)

Le case quivi sono murate alla nostra usanza, e perciò comodissime e belle ; non vi mancano altresì addobbi sontuosissimi per adornarle, cioè paramenti ricchissimi di seta e d’oro, letti, caffè, tavolini, stipetti e seggiole, il tutto indorato e rabescato bizzarramente sopra una vernice nera composta d’una materia che si cava dalla scorza d’un albero, la quale s’appicca come la lacca, e diviene soda talmente che regge all’acqua, ed ha in sé una lucentezza così mirabile, che uno vi si specchia dentro benissimo.78

  • 79 Ibidem, II, 4, pp. 234-235 : « Les églises notamment sont magnifiques et en particulier celles de (...)

34Les églises attestent bien que Goa est une ville portugaise, où la présence des Jésuites est manifeste : « Le chiese particolarmente sono magnifiche, e in particolare quelle dei religiosi della Compagnia di Gesù, e delle quali fino a tre vi si contano… »79. Suit le nom de leurs saints patrons.

  • 80 Ibidem, II, 4, p. 240 : « en grands seigneurs et avec magnificence » ; « Là, ils portent seulemen (...)
  • 81 Ibidem, II, 4, p. 236.

35Les Portugais vivent à Goa comme de grands seigneurs, « alla grande e con magnificenza »80. Ils mangent dans de la porcelaine de Chine des mets délicieux, à base de viande de poule ou de bartavelle, accompagnés de riz, et se nourrissent de fruits délicieux vendus par des esclaves aussi propres que belles et amoureuses81. Ils passent la plupart du temps à l’intérieur à cause de la chaleur excessive. Le regard de Francesco s’attarde sur leur habillement, remarque les chemises et les amples pantalons de soie blanche non doublés :

  • 82 Ibidem, II, 4, p. 240.

Quivi portano solamente indosso la camicia e i calzoni bianchi, senza calzette, i quali sono lunghi fino al collo del piede, e molto doviziosi e larghi, mettendo in essi più di dodici braccia di panno largo a misura del drappo di seta ; della quale si vestono fuori per la città, nella medesima foggia quanto al calzone, nel resto poi portano giubbone, ferraiuolo e casacca alla spagnuola, il tutto però senza fodera.82

  • 83 Ibidem, II, 4, p. 241.
  • 84 Ibidem.

36Leurs déplacements ne passent pas inaperçus. Presque toujours à cheval, ils sont accompagnés d’une multitude d’esclaves, dont chacun a une fonction particulière : l’un ouvre la route, l’autre porte le parasol, un troisième chasse les mouches à l’aide d’une queue de cheval rouge et blanche, d’autres servent de pages ou encore de palefreniers83. Les fêtes qu’ils donnent à l’occasion des mariages ou des baptêmes n’ont rien à envier à celles des princes84.

37Mais ce sont surtout leurs femmes qui captivent Francesco, lequel offre alors les pages les plus prolixes de son récit de voyage. Ces métisses à la peau brune sont très belles et très bien faites, surtout celles de mère bengalie, et les raisons d’émerveillement ne manquent pas :

  • 85 Ibidem, II, 4, pp. 241-242 : « … la plupart d’entre elles sont très belles, et surtout bien faite (...)

… la maggior parte di esse riescono molto belle, e spezialmente benissimo disposte nella persona, nel che spiccano a maraviglia quelle che nascono di madre bengala, le quali sono le più ben fatte donne di tutte l’Indie. Hanno le loro membra rotonde in tal guisa che paiono propriamente fatte al tornio ; il viso ancora più tosto rotondetto che lungo, e ripieno di carne, che pende più al nero che al bianco ; ma mescolandosi col sangue portughese acquista alquanto di bianchezza, e perfezionasi di maniera, che queste nate dalle dette bengale compariscono oltre modo bellissime, e col nome di mestrizze, cioè a dire mescolate, comunemente s’appellano.85

  • 86 Ibidem, II, 4, p. 243, p. 251.
  • 87 Ibidem, II, 4, pp. 243-244 : « Leur vêtement, tout d’abord, est fait d’un coton très fin, de six (...)
  • 88 Ibidem, II, 4, pp. 247-249 : « le manger royal ».

38Ce corps de rêve s’accompagne d’un tempérament fougueux : amoureuses et jalouses, elles sont capables d’aller jusqu’à l’assassinat du bien-aimé et Francesco explique, sans la justifier cependant, la coutume de brûler vivantes les épouses des défunts comme un frein à leurs volontés meurtrières. En outre, leur propreté est légendaire86, si bien qu’elles sont supérieures à toutes les autres femmes. Leurs vêtements et le moindre de leurs mouvements sont étudiés pour mettre en valeur leurs appâts87. Contrairement aux femmes européennes, elles restent toujours « in fiore colla bellezza », même après les accouchements, ajoute-t-il. Elles se déplacent en palanquins, portés par deux ou par quatre hommes ; protégées de la pluie, du soleil et des regards, elles se rendent chez leurs amoureux ni vues ni connues. Chez elles, la passion amoureuse est plus bestiale qu’humaine. Par ailleurs, le climat, la chaleur excessive et le vent du sud-ouest, l’oisiveté forcée durant la saison des pluies, la force de la jeunesse, le tempérament des Portugais et la luxure des métisses, tout concourt à favoriser les amours88. Ces femmes comblent leurs amoureux de cadeaux pour mieux se les attacher, étudient des recettes exquises jour et nuit, comme celle du « mangiar reale » que Francesco transcrit : hacher de la chair de chapon bouilli ou rôti ; la mélanger avec des amandes, du sucre, de l’ambre, du musc, des perles moulinées, des jaunes d’œufs frais. Ce mélange délicieux redonne vigueur et puissance aux forces égarées. Mais tout cela n’est rien face à la cérémonie du bain, véritable prélude à l’amour :

  • 89 Ibidem, II, 4, pp. 251-252 : « Il est dans leurs habitudes de prendre un bain tous les soirs avan (...)

È loro usanza d’entrare nel bagno ogni sera prima che vadano a letto ; ivi si ripuliscono da capo a piedi tutte le membra, e poi tutte profumate, e soavissimi odori per ogni parte spirando, da quello si partono ravvolte in candidissimi e trasparenti panni di bambagia, che a gran pena si scorgono, i quali lasciati cadere a terra nella lor camera, rimangono poi ignude affatto, e così in un morbissimo letto a giacere si pongono.89

  • 90 Ibidem, II, 4, p. 256 : « ville délicieuse ».
  • 91 Ibidem, II, 4, p. 258.

39La préparation du cérémonial amoureux s’achève avec la feuille de bétel, frottée avec de la chaux éteinte, mélangée avec de la noix d’arec. Le tout, mâché un certain temps, produit les meilleurs effets : l’haleine incite grandement aux plaisirs, restaure et fortifie, invite à une jouissance toujours renouvelée. En somme, Goa est une « città deliziosa »90 et les Indes un paradis, le pays où l’on serait le mieux, s’il n’y avait pas tous ces ennuis de navigation, conclut cependant Francesco91.

40En conclusion, l’originalité de Francesco Carletti est tout d’abord d’avoir voyagé à titre privé, en empruntant des lignes régulières, d’avoir su poser un triple regard sur le monde qu’il a découvert pour fournir un récit enthousiaste et précis, qui se situe entre deux siècles, entre deux mondes.

41En effet, même si à la fin de son compte rendu il reconnaît pour seule voie de salut celle du baptême et s’identifie à un homme de la Contre-Réforme, notre voyageur, par sa curiosité, son ouverture d’esprit, son syncrétisme, s’apparente encore à l’humanisme florentin.

Haut de page

Notes

1 Sergio Zatti, Prefazione, dans Stefania Pineider, « In così immensa pellegrinatione » : la scrittura del viaggio nei ‘Ragionamenti’ di Francesco Carletti, Roma, Vecchiarelli editore, 2004, pp. 5-6. Traduction : « Florentin, mais cosmopolite, marchand (même d’esclaves), mais qui a fait faillite, et plutôt citoyen privé, F. C. est le premier à accomplir pour ainsi dire en touriste un tour du globe complet et à en donner le compte rendu dans ses Ragionamenti… ».

2 Notre édition de référence porte le titre suivant : Giro del mondo del buon negriero (1594-1606), Milano, Bompiani, 1941, 389 p.

3 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1998, tome I, p. 1321.

4 Le Grand-Duc Ferdinand de Médicis (Florence 1610-1670), fils de Côme II, régna de 1621 à 1670. Il protégea Galilée et Torricelli et fonda, en 1657, l’Accademia del Cimento, première académie de Sciences Naturelles en Europe.

5 Stefania Pineider, op. cit., pp. 35-36.

6 Texte de référence, p. VIII : « Pourquoi négrier ? Parce que Francesco, comme son père Antonio, et comme, à l’occasion, tous les marchands du XVIe et du XVIIe siècles acheta et vendit des esclaves ; à cette époque-là, un tel commerce n’était pas considéré comme déshonorant, c’était plutôt une curiosité, une originalité : preuve en est, s’il fallait en donner une, la tranquillité avec laquelle Francesco s’adresse au Grand-Duc. Et pourquoi bon ? parce que Carletti négociait de la marchandise humaine par hasard, sans être fait pour cela, ni vraiment disposé à le faire. Ce n’était donc pas un négrier, vraiment pas. Il n’est pas à exclure qu’il se mélangeât à d’authentiques marchands d’esclaves, même si son amour perspicace pour les nouveautés lui faisait saisir immédiatement les caractères essentiels de l’exotisme ».

7 Province des Pays-Bas occupant les bouches de l’Escaut et limitée au Nord par la Hollande méridionale, à l’Est par le Brabant septentrional, au Sud par la Belgique et à l’Ouest par la mer du Nord.

8 Stefania Pineider, op. cit., p. 179.

9 Édition de référence, II, 3, p. 213 : « Au terme de mon raisonnement d’hier, je dis sommairement à Votre Altesse Sérénissime comment je voulais embarquer sur un bateau en partance pour l’île de Macao… ».

10 Ibidem, II, 3, p. 231 : « Je me réserve de parler demain matin à Votre Altesse de la ville de Goa ».

11 Ibidem, II, 4, pp. 261-262 : « … je ne veux pas m’étendre davantage, parce que mon discours pourrait paraître ennuyeux ».

12 Ibidem, II, 3, p. 215 : « Dans ce voyage, il ne passa rien qui fût digne d’être raconté ».

13 Ibidem, II, 4, pp. 252-253 : « Ces choses sont supposées être vraies, en fait elles le sont assurément, vu que je tiens à ne rapporter à Votre Altesse que ce que j’ai fait ou vu de mes propres yeux… ».

14 Ibidem : « … c’est pourquoi je renoncerai à lui donner de nombreuses informations, relatives par exemple aux coutumes des peuples des Indes et à d’autres curiosités, étant donné que je n’ai pas pénétré dans l’arrière-pays, puisque les Portugais n’ont pas l’habitude d’y pénétrer. C’est pourquoi, n’ayant pu entendre ni voir ce que je j’aurais dit, je ne me serais fondé que sur la parole de tiers… ».

15 Ibidem, II, 3, p. 224 : « pour donner mon avis ».

16 Ibidem : « come intervenne a me ».

17 Ibidem, II, 4, p. 264 : « sfortunatissimo viaggio ».

18 Ibidem, II, 3, p. 214.

19 Ibidem, II, 3, p. 229.

20 Ibidem, II, 3, p. 214.

21 Ibidem, II, 4, p. 235.

22 Ibidem, II, 4, p. 243 : « E ciò posso dire con verità per quelle che ho vedute e praticate nel girar tutt’il mondo, che pur sono state moltissime ».

23 Ibidem, II, 4, pp. 254-255. 

24 Ibidem, II, 4, pp. 259-260. 

25 Ibidem, II, 4, p. 261 : « Je sais encore, par ma longue expérience… »

26 Ibidem, II, 4, p. 246.

27 Ibidem, II, 4, pp. 255-256.

28 Ibidem, II, 3, p. 215.

29 Ibidem, II, 3, p. 231.

30 Ibidem, II, 3, p. 219.

31 Ibidem, II, 3, pp. 229-230.

32 Ibidem, II, 3, p. 225.

33 Ibidem, II, 4, p. 261.

34 Ibidem, II, 4, p. 242.

35 Ibidem, II, 4, p. 24 8.

36 Ibidem, II, 4, pp. 257-258.

37 Ibidem, II, 4, p. 251 : « Oh, si je devais raconter tous les incidents qui arrivèrent de mon temps…non seulement je n’aurais jamais fini mon récit mais je ferais du tort, pour ainsi dire, aux anciens auteurs de nouvelles ».

38 Ibidem, II, 4, pp. 238-239.

39 Ibidem, II, 4, pp. 250-251 : « voulait prendre du plaisir avec lui ».

40 Ibidem, II, 4, p. 260 : « Le récit du voyage dans ce pays fut écrit par un religieux de la Compagnie de Jésus, qui eut l’occasion de faire ce voyage avec le roi ».

41 Ibidem, II, 4, p. 262 : « Je raconterai seulement la façon d’acheter et de vendre leurs marchandises, qui est vraiment étrange. Pour ce faire, ils ne parlent jamais clairement, mais le courtier qui assure la transaction prend la main du vendeur et, la recouvrant de son long manteau de coton à la mode persane, sans un mot, sans un signe, exerce des pressions sur les doigts. S’il s’agit de centaines ou de milliers, ils décident que chaque doigt signifie cent ou mille ; et font de même pour les dizaines et pour les unités... Passant ainsi du vendeur à l’acheteur, il arrête le prix de vente. Après cela, le courtier rend public ce qui a été contracté sans parler, ce qui est ratifié ensuite fermement par les deux parties ».

42 Ibidem, II, 3, p. 219.

43 Ibidem, II, 4, p. 233 : « … cette métropole de toutes les terres d’Orient possédées par les Portugais… est située sur une petite île […] qui n’a pas plus de quinze milles de périmètre, à une latitude de seize degré vers la tramontane ».

44 Ibidem, II, 4, p. 260.

45 Ibidem, II, 4, p. 253.

46 Ibidem, II, 4, p. 234 : « … dans la mesure où, dans la division du monde réalisée par Alexandre VI entre eux (les Portugais) et les Castillans, il a été établi (à partir d’une ligne à 1080 milles au large des îles du Cap Vert, vers l’Ouest, qui fait le tour de la terre du Sud au Nord) que la partie occidentale […] était échue aux Castillans et la partie orientale aux Portugais… ».

47 Ibidem, II, 4, p. 257.

48 Ibidem, II, 3, p. 225.

49 Ibidem, II, 4, p. 237 : « … j’eus l’occasion d’en voir un (un diamant), dans les mains d’un ambassadeur du roi du Mogol, en forme pyramidale, qui pesait 200 carats ».

50 Ibidem, II, 4, p. 239.

51 Ibidem, II, 4, p. 236.

52 Ibidem, II, 4, p. 242.

53 Ibidem, II, 4, p. 261.

54 Ibidem, II, 4, p. 258 : « sans capital et sans risque, mais seulement avec la marchandises des autres, en achetant en mer et en vendant sur terre, il réalise ce bénéfice sans attendre et en n’investissant que des paroles ».

55 Ibidem, II, 3, p. 224.

56 Ibidem, II, 4, p. 259 : « C’est pourquoi, pendant ce temps, je décidai de vendre toute la soie que j’avais portée de Chine et l’envoyai à Cambay, où elle se vendait très bien, avec un bénéfice de soixante-dix pour cent sur le prix d’achat en Chine… ».

57 Ibidem : « j’y vécus dans la plus grande joie ; si bien qu’au souvenir de ces temps heureux, j’ai l’impression d’avoir commis une grande folie en revenant par ici, puisque je pouvais vivre là-bas en grand seigneur plutôt qu’en marchand ».

58 Ibidem, II, 3, p. 216.

59 Ibidem, II, 3, p. 248 : « des feuilles crépues, dures, très vertes et pleines d’épines » ; « doux et légèrement acidulé, très délicat » ; « De très nombreux arrivent en Europe en conserve, et Votre Altesse Sérénissime en a dans sa réserve ».

60 Ibidem, II, 3, p. 218.

61 Ibidem, II, 3, pp. 218-219.

62 Ibidem, II, 4, pp. 253-254.

63 Ibidem, II, 3, p. 221.

64 Ibidem, II, 3, pp. 220-221 : « c’est une plante, qui pousse en grimpant sur un arbre… »

65 Ibidem, II, 3, pp. 221-222.

66 Ibidem, II, 3, p. 227 : « une eau d’une grande perfection ».

67 Ibidem, II, 3, pp. 224-225 : « … contre toutes ces maladies, on l’utilise en la plongeant dans l’eau et, en l’espace de deux credo, elle prend un goût amer et devient très bénéfique aux patients qui la boivent ».

68 Ibidem, II, 3, p. 226.

69 Ibidem, II, 3, p. 227, p. 230, pp. 237-238 ; II, 4, p. 257, p. 259.

70 Ibidem, II, 3, pp. 227-229 : « Il n’est pas vrai qu’ils ont les pattes faites d’une seule pièce et sans articulations… » ; « … ils saisissent tout avec cet organe, que les Portugais appellent trompe, lequel leur sert de mains ; et avec lui non seulement ils portent ce qu’ils veulent à leur bouche, mais avec la même habileté et la même facilité ils ramassent de terre toute chose… ».

71 Ibidem, II, 3, pp. 222-223.

72 Ibidem, II, 3, p. 227.

73 Ibidem, II, 4, p. 239.

74 Ibidem, II, 4, p. 25 3 : « de basse extraction et de peu de valeur ».

75 Ibidem, II, 3, p. 223.

76 Ibidem, II, 3, pp. 219-220 : « Les habitants de cette île ont l’habitude de naviguer sur une sorte de bateau à rames, que je veux mentionner, ne serait-ce que par curiosité. Ces vaisseaux s’appellent communément des “caraques”, que nous nommerions des brigantins pour leurs dimensions et la forme de la coque, mais ils sont très différents quant à la façon de ramer… ».

77 Ibidem, II, 4, pp. 260-263 : « délicieusement » ; « elles en sont si chargées qu’elles peuvent à peine bouger » ; « comme les chrétiens, ils sauveront leur âme s’ils vivent d’une façon morale et civile, car ils considèrent qu’être un homme comme il faut et ne pas faire aux autres ce qu’on ne voudrait pas qu’on nous fît est un moyen suffisant, quelle que soit la religion, de trouver la paix après la mort ».

78 Ibidem, II, 4, p. 234 : « Ici, les maisons sont construites comme chez nous, donc belles et très confortables. Elles comportent de très somptueuses décorations, à savoir de très riches parements de soie et d’or, des lits, du café, des tables, des tables de nuit et des chaise ; le tout doré et décoré bizarrement d’arabesques sur un vernis noir composé d’une matière provenant de l’écorce d’un arbre, qui s’applique comme de la laque et devient tellement solide qu’elle supporte l’eau, elle a une telle brillance qu’on peut s’y regarder comme dans un miroir ».

79 Ibidem, II, 4, pp. 234-235 : « Les églises notamment sont magnifiques et en particulier celles des religieux de la Compagnie de Jésus, et qui sont même au nombre de trois… ».

80 Ibidem, II, 4, p. 240 : « en grands seigneurs et avec magnificence » ; « Là, ils portent seulement une chemise et des pantalons blancs, sans chaussettes ; ces pantalons tombent jusqu’aux pieds, ils sont très larges, faits de plus de douze bras de soie en grande largeur. Ils s’habillent de la même façon pour sortir en ville quant aux pantalons ; pour le reste ils portent une veste, une cape, une casaque à l’espagnole ; le tout non doublé ».

81 Ibidem, II, 4, p. 236.

82 Ibidem, II, 4, p. 240.

83 Ibidem, II, 4, p. 241.

84 Ibidem.

85 Ibidem, II, 4, pp. 241-242 : « … la plupart d’entre elles sont très belles, et surtout bien faites. Parmi elles se détachent celles de mère bengalie, qui sont les femmes les mieux faites de toutes les Indes. Leurs membres sont si ronds qu’ils semblent passés au tour. Leur visage est plutôt rond qu’allongé, charnu, et tend plus vers le noir que vers le blanc. Mais en se mêlant avec le sang portugais, le teint acquiert de la blancheur et devient si parfait que ces femmes nées des bengalies apparaissent d’une beauté extraordinaire. On les appellent des métisses, ce qui signifie mêlées ».

86 Ibidem, II, 4, p. 243, p. 251.

87 Ibidem, II, 4, pp. 243-244 : « Leur vêtement, tout d’abord, est fait d’un coton très fin, de six bras de long et de deux bras de large, finement peint, brodé de fils d’or d’une très grande beauté. Elles s’en enveloppent de la ceinture jusqu’aux pieds, qu’elles montrent toujours nus. Elles portent toujours des mules de velours noir. Cette façon de s’habiller ne fait que découvrir leurs membres, de telle sorte que le regard peut juger distinctement comment elles sont faites… » ; « d’une beauté florissante ».

88 Ibidem, II, 4, pp. 247-249 : « le manger royal ».

89 Ibidem, II, 4, pp. 251-252 : « Il est dans leurs habitudes de prendre un bain tous les soirs avant de se coucher. Elles se lavent entièrement, de la tête aux pieds. Puis, toutes parfumées, exhalant des parfums délicieux, elles quittent le bain, enveloppées dans d’imperceptibles vêtements de coton, blancs et transparents. Puis, dans leur chambre, elles les laissent tomber à terre et restent entièrement nues, elles s’étendent alors sur un lit moelleux ».

90 Ibidem, II, 4, p. 256 : « ville délicieuse ».

91 Ibidem, II, 4, p. 258.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « Les Indes vues par Francesco Carletti », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 297-315.

Référence électronique

Théa Picquet, « Les Indes vues par Francesco Carletti », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/907 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.907

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org