Navigation – Plan du site
Voyager, se loger, découvrir ou redécouvrir

Séjourner à Venise : des auberges populaires du XVIIIe siècle aux luxueux hôtels de l’âge romantique

Laetitia Levantis
p. 317-355

Résumés

Du XVIIIe au XIXe siècle, la cité des Doges s’est peu à peu adaptée à une affluence touristique sans cesse croissante. Pour faire face aux attentes des voyageurs, la ville dut se doter de structures adéquates répondant aux exigences de salubrité et de confort. Les pensions et auberges populaires du siècle des Lumières cédèrent bientôt la place à de luxueux hôtels où tout fut mis en œuvre pour satisfaire les moindres désirs de la bourgeoisie. C’est de cette métamorphose progressive des lieux d’accueil des étrangers séjournant à Venise aux XVIIIe et XIXe siècles dont il sera question dans cette étude.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

auberge, tourisme, hôtel

Parole chiave :

albergo, turismo

Index géographique :

Italie, Venise

Index chronologique :

XVIIIe, XIXe
Haut de page

Texte intégral

1Étape privilégiée des voyageurs du Grand tour au XVIIIe siècle (en partie pour sa réputation de “ville de la fête et des plaisirs”), point de rencontre et terre d’élection des romantiques qui se presseront en masse pour méditer sur sa splendeur déchue, Venise demeure à travers les siècles un haut lieu touristique. L’évolution et les efforts déployés dans l’organisation d’une véritable “industrie hôtelière” en sont la preuve. Cependant, si structures et services demeurent à peu près comparables à ceux qu’offrent les grandes villes du Nord de l’Italie, les lieux d’accueil des étrangers de passage à Venise détiennent une spécificité propre, un particularisme vénitien dont il convient d’analyser la physionomie et l’évolution au fil des commentaires déçus ou enthousiastes de nos voyageurs.

2Parce que séjourner à Venise signifie aussi approcher la cité de l’intérieur, nous tenterons également de mettre en lumière quelle part de la réalité vénitienne les voyageurs semblent percevoir au fil de leur séjour, tout en démontrant comment se sont produits, d’un siècle à l’autre, les transferts de la culture matérielle – qui sont ceux de l’hygiène, du confort et de la sociabilité – dans les auberges et hôtels vénitiens. Des riantes pensions du Settecento aux luxueux hôtels de l’âge romantique, c’est donc un parcours à la découverte de l’hôtellerie vénitienne – de ses métamorphoses et de sa profonde originalité – que nous nous proposons de présenter.

La vie festive dans les auberges vénitiennes du XVIIIe siècle

Où se loger dans la Venise des Lumières ? Principales auberges et pensions plébiscitées par les guides et les voyageurs

  • 1 En effet, il était courant pour les voyageurs bénéficiant d’un réseau de connaissances suffisant, (...)
  • 2 Vincenzo Coronelli, Guida de' Forestieri sacro-profana. Per osservare il più ragguardevole nella (...)
  • 3 Aujourd’hui Albergo Vittoria.
  • 4 Le corpus d’ouvrages rédigés en français et utilisés par les voyageurs du XVIIIe siècle permet qu (...)

3Au XVIIIe siècle, le voyageur qui ne bénéficie pas de l’hospitalité privée1 peut à son arrivée dans la Cité des Doges, s’adresser aux auberges ordinaires et aux hôtels. Cependant, quelles sont les auberges les plus recommandables susceptibles d’accueillir avec confort le touriste souvent épuisé par des heures de voyage ? Un des plus célèbres guides vénitiens du tout début du siècle peut nous aider à dresser cette “géographie” des auberges vénitiennes. Dans sa Guida de’forestieri sacro-profana Vincenzo Coronelli2 distingue les différentes pensions des auberges. Il en énumère cinq qu’il considère comme les meilleures : Il Leon Bianco, Il Gallo, La Fortuna, La Serena, I Re Magi, et divise les auberges les plus renommées de la ville en deux zones : Rialto et San Marco. À proximité du Pont du Rialto, il en signale onze : Alla Campana, Al San Giorgio, Alle due Spade, Alla Donzella, Alla Scimmia, Alla Torre, All’Angelo, Allo Storione, Al Gambaro, Alla Cerva et Alla Scoa. À San Marco, il en note sept : Alla Luna, Al Cavallotto, Al Cappello, Al Salvadego, Alla Rizza, Al Pellegrin, Alla Corona. Les plus luxueuses se trouvent évidemment sur le Grand Canal dans de somptueux palais. C’est le cas de l’Écu de France (Lo Scudo di Francia dans la Ca’Farsetti), de l’Imperator et du Leon Bianco (situé à proximité du Campo Ss. Apostoli) – surnommée “la pension des Rois” – dans le palais Da Mosto. Parmi les hôtels de luxe, La Regina d’Inghilterra3 (près du Campo San Luca) occupe une place de choix dans les pages des principaux guides de la ville. C’est en effet une des auberges les plus réputée de Venise où logent en priorité les voyageurs anglais et dont le prestige s’étendra bien au-delà du XVIIIe siècle. Enfin, dans cette énumération des différents lieux de séjours à disposition des voyageurs, il convient de citer également L’Imperatore di Moscovia, Il Cavallo Bianco, ou encore La Mezzaluna et La Croce di Malta, autant de noms célèbres que l’on retrouve dans la plupart des ouvrages de référence dédiés à la Sérénissime4.

Enthousiasmes et déceptions

  • 5 En cela, le Grand Canal constitue l’une des attractions majeures de la ville et les auberges situ (...)
  • 6 Le primat du visuel est un point sur lequel s’accordent tous les voyageurs français séjournant à (...)
  • 7 Même un voyageur tel que le Président De Brosses – qui visite Venise en août 1739 – finit par céd (...)

4Qu’elle soit modeste ou luxueuse, la pension (ou l’auberge) qui accueillera le voyageur le temps de son séjour est un cadre transitoire, entre une arrivée et un départ. Faisant suite à la découverte émerveillée d’une ville hors du commun, l’arrivée puis l’installation à l’auberge – le plus souvent située sur le Grand Canal – plonge le voyageur dans un décor surprenant. Dès lors, un temps d’acclimatation est nécessaire afin de faire connaissance avec la beauté des lieux. En effet, l’une des caractéristiques principales qui rendront le séjour à l’auberge agréable ou non concerne avant tout sa situation et le point de vue sur la ville qu’elle permet d’apprécier5. Aussi, la préoccupation commune de nos voyageurs est-elle de pouvoir contempler, depuis les fenêtres de leur chambre, l’animation qui règne sur le canal6. Il faut alors s’imaginer un espace vivant et en pleine activité reflétant, au XVIIIe siècle, la richesse commerciale et la prospérité de Venise. La nature même du Grand Canal en faisant une voie de passage toujours mouvante, le visiteur ne peut que constater l’extraordinaire encombrement causé par les nombreuses gondoles et autres embarcations transportant les marchandises au marché du Rialto. De même, la longue perspective de maisons qu’il découvre permet au voyageur d’observer que comme toute grande ville, Venise possède son “boulevard” prestigieux orné d’édifices. Attentif au spectacle se jouant devant ses yeux, celui-ci peut également se montrer fortement impressionné par la dynamique verticale des bâtiments jaillissant hors de l’eau7 et se croire alors transporté dans le monde du merveilleux. C’est de cette impression – aussi nouvelle que déroutante – que témoigne Jean De Brussel, qui découvre au matin le Grand Canal depuis son logement :

  • 8 Pierre de Brussel, La promenade utile et récréative de deux parisiens en Italie en 170 jours, Avi (...)

J’avois beau me frotter les yeux, je me croyois encore sous la puissance du Dieu qui m’avoit rendu de si grands services pendant neuf heures de bon compte, je m’imaginois qu’un des enfans légers de ce même Dieu se plaisoit à amuser mon imagination par des objets fantastiques ; il n’en étoit rien, et les êtres que je voyois se mouvoir, agissoient bien réellement. Je vis clairement que j’habitois sur le bord d’un large canal dont le bord opposé offroit à ma vue, dans un mélange assez indistinct, des maisons médiocrement bâties et des palais somptueux dont le pied étoit dans l’eau. Je me croyois transporté dans un monde nouveau, et j’y étois en effet. Point de voitures, point de chevaux, point de mulets, […] en un mot rien de tout ce qui forme à Paris ce brouhaha qui tient si fort du cahos général. Quelques bateaux chargés des différentes marchandises nécessaires ou utiles couvroient les bords de ce bassin ; mais ce qui me parut le plus surprenant, ce fut le nombre et la forme de ces petits tombeaux voguans, tout couverts de drap noir, [...] et conduits rapidement par un seul homme monté droit sur la pouppe, et faisant avec une seule rame […], toutes les évolutions possibles avec la plus grande promptitude.8

  • 9 Il convient de souligner que Venise, étape particulièrement prisée des élites européennes du XVII (...)
  • 10 En effet, l’affabilité des convives et du personnel est un facteur important dans la réussite du (...)
  • 11 On appelait “service à la française” une succession de plats avec toute sorte de viandes et de po (...)

5S’ils apprécient en majorité la situation agréable des pensions vénitiennes, nos auteurs sont, pour la plupart, tout aussi satisfaits des conditions matérielles de leur hébergement9. L’excellence du service, le confort, l’accueil charmant que leur réserve le personnel10 ou encore la qualité de la cuisine sont autant d’éléments sur lesquels les voyageurs ne tarissent pas d’éloges dans leurs récits. En cela, le témoignage de Pierre De Brussel est des plus intéressants. De son séjour à L’Écu de France, il retient notamment la qualité des repas et surtout du service à table, “à la française”11 :

  • 12 Pierre de Brussel, op. cit., pp. 130-131.

Mes spéculations furent interrompues par le Maître d’Hôtel de la case qui nous annonça que la soupe étoit servie. Cette nouvelle ne m’affligea point, non seulement, parce que mon appétit me sollicitoit, mais aussi par le désir de connoitre la qualité des nourritures du pays, la façon de les assaisonner, et toutes les choses dépendantes du service de la table. Nous n’eûmes point lieu de nous repentir d’avoir changé d’occupation ; on nous servit à la manière françoise, même avec entremets pour troisième service. Le plat le plus mauvais dans les auberges et surtout en Italie, je veux dire la soupe, fut toujours bon pendant notre séjour chez notre brave Hôte de l’Écu de France. Le bœuf assez bon, le veau et le mouton meilleurs, les pigeons succulents, la volaille grasse et tendre, le poisson frais, nous dédommagèrent de tant de méchants ragoûts, et de tant d’abstinence que nous avions pratiquée malgré nous, dans nos différentes routes.12

  • 13 Ibidem, p. 128. Même s’il ne précise pas dans quelle auberge il a séjourné lors de son passage da (...)

6Enfin, ce que nos “touristes” épuisés par leur long voyage apprécient par-dessus tout, c’est le calme propice au repos qui règne, le jour comme la nuit, dans tout Venise. Ainsi, Pierre De Brussel est-il si satisfait de sa première nuit à L’Écu de France qu’il est persuadé que « Morphée » y a établi « son domicile favori »13 :

  • 14 Pierre de Brussel, op. cit.

Quelle nuit délicieuse que celle qui n’est point troublée, ni par le roulement des équipages de nos petits Maîtres, lorsqu’ils reviennent de leurs soupers fins, ni par le piétinement des chevaux qui logent sous le même toit, ni par les cris grossiers de la canaille qui sort des tavernes. Telle fut la première, telles ont été toutes les nuits que nous avons passées dans cette ville paisible.14

  • 15 En Italie comme dans le reste de l’Europe, dormir, se chauffer, se nourrir posent à chaque étape (...)

7Cependant, plaintes et déceptions font également partie du discours sur les lieux d’accueil des étrangers à Venise. Dès lors, il convient de mettre en lumière les divers témoignages de voyageurs mécontents ou déçus par leur auberge afin de révéler quelle fut leur propre expérience des pensions vénitiennes. Pour le voyageur moins fortuné qui n’a pas la chance de loger dans les luxueuses auberges du Grand Canal, les établissements plus modestes qu’offre la cité des doges répondent rarement aux exigences de confort et d’hygiène attendus15. En effet, pour celui qui s’aventure au cœur de la ville, les surprises ne manquent pas en ce qui concerne l’état de certaines chambres et du bâtiment lui-même. De plus, rares sont les hôtels où le décor, le personnel, le bon goût et la qualité des repas coïncident. L’imprévu demeure inévitable et nombreux sont les voyageurs qui se plaignent d’une table médiocre ou d’un maigre repas tout en étant confortablement installés dans une chambre magnifique. Pourtant, malgré ces petits désagréments, ils font bien souvent preuve d’une certaine retenue et d’un regard le plus souvent amusé sur le lieu dans lequel ils s’apprêtent à séjourner pour la première fois. En cela, il convient de ne pas occulter que le voyageur qui arrive à l’hôtel ou à l’auberge totalement épuisé par les heures passées dans une voiture cahotante, puis en gondole pour gagner la cité depuis la terre ferme, transi de froid ou éprouvé par la chaleur, ne cherche rien d’autre que le repos. Ajoutons que le filtre de la mémoire et le niveau des conventions littéraires tempèrent quelque peu les jugements trop implacables.

  • 16 Gabriel Rogeron, Séjour de mon grand-oncle, Pierre Gaultier en Espagne, en Italie et dans le Tyro (...)
  • 17 Pierre Gaultier, Ibidem.
  • 18 Maurice de Saint-Quentin, op. cit., p. 69.

8Si l’on observe les critiques que les voyageurs réservent aux auberges de bonne qualité, l’on constate avec surprise qu’une bonne partie concerne L’Écu de France, une pension pourtant reconnue comme excellente et dont la réputation n’était plus à faire au siècle des Lumières. Les principaux reproches que lui adressent nos auteurs concernent avant tout son prix – bien trop élevé selon l’avis de certains – et le mauvais accueil que réservent les hôtes aux voyageurs venant prendre possession de leur logement à une heure tardive. Pierre Gaultier – qui loge à L’Écu de France en 1798 – fit la désagréable expérience de se voir « étrillé d’une rude manière » dès son arrivée et regrette d’avoir payé « trente sols de France […] seulement pour un lit »16. Très en colère, il n’hésite pas à changer d’auberge dès le lendemain : « Je me suis levé de grand matin quoique très fatigué. La première chose dont je me suis occupé a été de me loger hors l’auberge, ce à quoi j’ai réussi chez Matteo Mauric et la Signora son épouse, au canton de Malcantou n° 7, peu loin de San Pantaleone »17. De même, Maurice de Saint-Quentin n’y restera que deux jours, « y étant trop mal, tant pour le logement que pour la nourriture et mal servi »18. S’il décide rapidement de changer lui aussi de logement, il reconnaît pourtant que l’Écu de France est une des auberges les mieux situées qui soit, une des raisons sans doute de son succès auprès des voyageurs :

  • 19 Ibidem.

Il y a plusieurs autres auberges à savoir, chez M. Bon sur le Grand Canal, chez Petrillo, sur le Grand Canal, près les St Apôtres. Il y en a encore d’autres aux Trois Rois, à la ville de Paris sur le Grand Canal derrière le palais du Doge près la place St Marc où l’on est à merveille et bien traité. […] L’Écu est celle qui a le plus de vue étant sur le Grand Canal, et ayant un quay dessous, ce qui tient cet endroit très vivant. De plus, il est près du Pont de Rialto, et à côté de la poste aux lettres […].19

  • 20 Daniel Roche, Humeurs vagabondes…, cit., p. 521.
  • 21 Ibidem, p. 518.
  • 22 Le personnage de l’aubergiste dépeint dans la plupart des récits est tout à fait emblématique de (...)
  • 23 Sur les préjugés envers les habitants de la péninsule dans l’histoire du voyage en Italie, voir A (...)

9Enfin, succédant aux avis enthousiastes ou aux commentaires déçus de nos auteurs, le silence dont témoignent bon nombre de récits sur le séjour en auberge ne doit pas être occulté. En effet, comme le remarque avec justesse Daniel Roche : « Dire les auberges où l’on est passé est un lieu commun dont la nécessité coïncide avec le bornage des étapes, le découpage du temps et de l’espace, le moyen de placer – comme dans le roman – l’évocation du pittoresque local et des sociabilités de la route »20. Pour autant, le « péril aubergial » demeure « l’un des obstacles que chacun rencontre sur sa route, et il constitue un bon révélateur des exigences que chacun porte en lui avec ses préjugés »21. En matière de préjugés, les exemples abondent dans le cas des voyageurs du siècle des Lumières et de leur difficulté à entrer en contact avec les habitants du pays visité, qu’ils fassent partie du monde de l’hospitalité ou d’autres couches de la société. Succédant au discours stéréotypé que l’on retrouve notamment à propos des auberges du Sud de l’Italie22, le silence général de bon nombre de relations de voyage quant au personnel des pensions vénitiennes prouve que “l’autre” y est nié, privé de son identité personnelle, tout comme de son identité nationale23.

L’hôtellerie vénitienne, lieu d’un délicieux mélange social…

  • 24 Carlo Goldoni, Mémoires de Goldoni, pour servir à l’histoire de sa vie et à celle de son théâtre, (...)
  • 25 Pensions.
  • 26 Toutefois, plus qu’un lieu de repos réservé aux voyageurs de qualité, les auberges accueillaient (...)
  • 27 Sans émettre aucune considération sur l’auberge dans laquelle il loge, Pierre-Jean Grosley associ (...)

10« On trouve à Venise, à minuit, comme en plein midi, […] tous les cabarets ouverts et des soupers tout prêts dans les auberges et dans les hôtels garnis ; car les dîners et les soupers de société ne sont pas communs à Venise, mais les parties de plaisir et les pique-niques rassemblent les sociétés avec plus de liberté et plus de gaieté »24. En effet, comme le souligne Carlo Goldoni, les auberges vénitiennes du XVIIIe siècle sont, au même titre que les cafés ou les tavernes, de hauts lieux de la sociabilité. Elles sont un point de rencontre où l’on ne loge pas nécessairement. En cela, le cas des locande25 est intéressant à juste titre. L’on sait – grâce aux guides de l’époque qui nous en offrent un panorama complet – que ces dernières “pullulent” dans toute la ville. Pour les plus luxueuses d’entre elles, elles sont bel et bien au centre de la vie mondaine et les vénitiens riches ou moins riches s’y retrouvent souvent pour déjeuner et dîner, lorsqu’ils ne se rendent pas dans les meilleures auberges ou hôtels. Cet espace transitoire qui constitue un temps d’arrêt dans le voyage, permet et alimente donc une sociabilité spécifique, celle de la rencontre temporaire, où peuvent alors pleinement s’épanouir pour les élites étrangères26 en séjour à Venise, l’art et le plaisir de la conversation27.

  • 28 Daniel Roche, op. cit., p. 548.
  • 29 Lina Urban Padoan, Venezia e il “Foresto”…, cit., p. 37.
  • 30 Nous pourrions évoquer en guise d’exemple cette “attraction” que l’on pouvait admirer à l’auberge (...)

11Mais c’est dans les auberges plus modestes qu’abrite la Sérénissime que règne véritablement l’atmosphère festive et cosmopolite qui rendit la cité si célèbre au siècle des Lumières. En effet, comme le note Daniel Roche, l’auberge est un théâtre car elle « offre en spectacle, tel le microcosme urbain ou humain, la diversité des conditions »28. À Venise, plus que dans toute autre ville, les auberges populaires génèrent cet espace particulier né de la rencontre où se mêlent toutes les classes sociales. Lina Urban Padoan nous apprend qu’elles étaient d’ordinaire fréquentées par des mendiants, des musiciens ambulants aveugles ou non, ou encore des danseuses qui arrivaient à Venise de tous les horizons, en particulier des îles grecques et de l’Asie Mineure, et ce malgré toutes les interdictions du gouvernement29. De même, le goût de l’exotisme et de l’extraordinaire s’y exprimait pleinement et les aubergistes n’hésitaient pas à attirer leur clientèle en accueillant dans leurs hôtels des “monstres”, qu’il s’agisse d’êtres humains dotés de graves malformations ou d’animaux sauvages30. Or, si cette animation génère un contexte d’écriture propice à l’évocation du pittoresque et de la scène de genre, le microcosme de l’auberge apparaît également dans les récits de voyage comme le lieu favorable aux exactions et aux trafics multiples car la fraude, les escroqueries des hôtes, et surtout la prostitution y sont monnaie courante. Dès lors, on peut aisément concevoir combien l’auberge populaire, dans sa marginalité comme dans l’extraordinaire mixité sociale qu’elle met en scène, était susceptible d’attirer la curiosité des voyageurs même les plus sérieux, tant elle constitue, au XVIIIe siècle, – à l’image des jeux de hasard – une des attractions majeures de la ville.

Les richissimes complexes hôteliers du XIXe siècle

De l’auberge au Grand Hôtel

  • 31 Pour illustrer ce phénomène, on pourrait citer en guise d’exemple l’avènement de l’Hôtel Royal Da (...)

12Avec le XIXe siècle s’ouvre un tout autre monde, celui de la bourgeoisie et de “l’exclusif”. La ville, devenue une étape obligatoire, une entité désormais au-delà du temps et de l’espace, un “miracle” à voir et à analyser avec un œil détaché, n’est plus une capitale où l’on puisse vivre une vie ordinaire. Aussi, les lieux d’accueil des étrangers deviennent-ils symboliques de ce nouvel état d’esprit. La pension – à présent appelée Albergo puis Hôtel, Hôtel-Royal et Grand-Hôtel – devient le point de rencontre de voyageurs qui ne s’intègrent plus à la ville, mais vivent leur vie à l’écart, formant une seule et même communauté31. Les récits de Chateaubriand, Byron, Musset ou encore Ruskin en témoignent : tous ont vécu dans le décor d’une Venise dont ils partageaient peu la vie quotidienne. La disparition des anciennes auberges marque donc la fin d’une époque, celle des fêtes et des soupers galants, celle des jeux et des conversations érudites où ambassadeurs et voyageurs de qualité côtoyaient la noblesse italienne. Les pensions encore existantes furent tenues de changer de nom. Les vieilles enseignes furent remplacées par d’autres plus visibles souvent rédigées en français et en anglais. Ce fut par exemple le cas pour L’Osteria della Luna qui devint le Grand Hôtel de la Lune ; pour Lo Scudo di Francia qui prit le nom de Gran Parigi ; ou encore de La Regina d’Inghilterra – l’établissement de prédilection des voyageurs anglais – qui devint l’Hôtel Vittoria en 1858.

  • 32 Giannantonio Moschini, Nuova guida di Venezia con 48 oggetti di arti incisi e un compendio della (...)
  • 33 Ibidem.
  • 34 Andrea Querini Stampalia, Nuova guida di Venezia di utilità pratica del forestiere…, per cura di (...)
  • 35 Ibidem.
  • 36 Ibidem.

13Toutefois, c’est en consultant les principaux guides de la ville que l’on peut mesurer pleinement l’écart qui sépare l’économie prospère des luxueuses auberges du XVIIIe siècle au secteur alors en plein expansion de l’industrie hôtelière du XIXe siècle. Tour à tour, les guides réorganisent le discours sur les établissements de renom – souvent remis à neuf ou remaniés – et présentent aux touristes ceux apparus tout récemment, sans omettre, pour certains d’entre eux, d’enrichir leur propos de gravures ou d’affiches publicitaires. Désormais, ils mentionneront systématiquement la situation de l’hôtel et la vue qu’il permet d’apprécier sur la ville, la qualité de la nourriture et le type de service (à l’italienne, à la française…) et, surtout, la présence de commodités. Un auteur tel que Giannantonio Moschini par exemple, ne tarit pas d’éloges sur l’hôtel Europa tenu par Mme Marseille (qui bénéficiera auprès des voyageurs français de l’âge romantique d’une fortune comparable à celle dont jouissait l’Écu de France au XVIIIe siècle), situé « dans l’ancien palais Giustiniani […] dont la position est parfaite car placé entre le bassin de Saint-Marc et le Grand Canal, [et] offre la perspective d’édifices somptueux, des îles et de la mer »32. Un établissement aussi prestigieux, l’Hôtel Royal Danieli, sur la Riva degli Schiavoni, est unanimement salué par les guides de l’époque qui vantent le service « de qualité » et les « appartements grandioses » d’un hôtel qui ne tardera pas à devenir « la pension des princes »33. Dans sa Nuova guida annuale di Venezia34, Andrea Querini Stampalia distingue, quant à lui, un établissement « tout juste ouvert » et où « sont adaptées toutes les commodités »35. Il s’agit en fait du Grande Albergo Vittoria36 – tout près de la Place Saint-Marc – qui vient tout juste de se doter des équipements répondant aux exigences de la modernité.

  • 37 Il peut paraître important de souligner ici l’investissement financier de taille que nécessitait (...)

14En effet, face à une affluence touristique toujours plus importante – qui ne cesse de croître après l’établissement de la ligne de chemin de fer en 1850 – Venise dut se pourvoir de nouveaux complexes hôteliers aux structures susceptibles de répondre à la demande sans cesse croissante d’une clientèle fortunée et exigeante. Dès lors, quelles furent les améliorations majeures dont bénéficièrent ces nouveaux hôtels ? Tout d’abord, l’hôtel, étant souvent implanté dans un lieu préexistant, l’édifice qui l’accueille doit être totalement réaménagé. Aussi, les anciennes demeures patriciennes sont-elles réinvesties et adaptées à leur nouvelle fonction37. On y multiplie les chambres, les lieux communs et collectifs, créant ainsi une spécialisation des pièces pour que la clientèle puisse bénéficier d’une condition plus individualisée du logement. Le second objectif est celui de répondre aux exigences de salubrité et de confort. Pour cela, les logeurs, désormais entraînés par la transformation industrielle, généralisent l’usage de l’eau et du chauffage, et mettent un point d’honneur à équiper leurs chambres d’une literie et d’un mobilier de bonne qualité. De ce fait, tous les efforts seront alors déployés pour assurer la propreté, l’hygiène et la sûreté. Ainsi, s’affirment des établissements tels que L’Italia, à San Mosè, qui assumera successivement les noms de Grand Hôtel d’Italie, Bauer, Hôtel de Rome et Pension Suisse, ou encore l’hôtel Alla Stella d’Oro à Santa Maria Del Giglio.

15Comment nos voyageurs apprécient-ils le luxe des équipements allié au charme désuet de ces vieux palais ? La plupart d’entre eux se disent satisfaits de leur logement. Certains, tel Robert des Maisons, le disent avec force et n’hésitent pas à exprimer leur émerveillement à la découverte de leur hôtel :

  • 38 Robert des Maisons, Voyage dans l’Italie du Nord, (1865), Rouen, L. Deshays, 1871. En revanche, l (...)

Tout encore était pour le mieux, c’est dans un ancien palais transformé en hôtellerie que nous descendons au plus bel endroit de Venise. Je veux parler de l’hôtel de l’Europe. Grandes pièces, grands escaliers, peintures murales, tableaux, à la lueur vacillante de la cire, c’était à se croire trois siècles en arrière. Pour le coup j’eus grand-peine à fermer les yeux.38

  • 39 Cet hôtel se trouvait alors sur le Grand Canal à proximité de l’église de la Salute. L’on sait qu (...)
  • 40 Émile Polonceau, Itinéraire descriptif et instructif de l’Italie en 1833, Paris, A. Pougin, 1835, (...)
  • 41 Trop fatigué pour émettre une quelconque appréciation sur son logement, Stendhal se contente de n (...)

16D’autres, tel Émile Polonceau, vantent l’hôtel de l’Europe39 pour le point de vue qu’il permet d’apprécier sur « plusieurs îles » et sur le « mouvement continuel qui a lieu sur les lagunes »40. D’autres, en revanche, ne disent rien (ou presque) de leur séjour, mais déplorent l’absence de petits détails qu’un bon hôtel se doit pourtant de fournir à ses clients. C’est le cas de Stendhal qui visite la Sérénissime en 1815. Ce dernier arrive à Venise à six heures du soir « mourant de sommeil et un peu irrité contre un gras Allemand sans idées, négociant à Trieste », avec lequel il eut en chemin une discussion quelque peu houleuse, et prend une chambre à l’Albergo Vittoria41. Nous ignorons s’il a apprécié ou non cet établissement, mais il dut tout de même être fort exaspéré de devoir se résoudre à écrire avec une encre « boueuse [et] pâle » :

  • 42 Ibidem, p. 343.

J’aurai passé à Venise samedi, dimanche, lundi et mardi, par les plus grandes chaleurs, c’est-à-dire le temps où on la calomnie le plus. Je n’ai pas été poursuivi par la moindre mauvaise odeur — mais bien par le manque de petites commodités des peuples du Midi. Par exemple, j’écris avec une plume taillée avec la machine des ongles et de l’encre affreuse. Il n’y a pas de canif dans toute l’auberge, qui est pourtant une des premières du pays. Elle n’était pas chère en tous cas.42

17Enfin, parmi les plaintes et déceptions, lesquelles font malheureusement partie du discours sur les hôtels, c’est l’humidité qui demeure le principal tourment des voyageurs. Aussi, loger dans un hôtel somptueux ne les met nullement à l’abri d’une mauvaise chambre dont les fenêtres laissent passer le froid intense qui règne à Venise pendant l’hiver. Antoine Jal en a fait la pénible expérience lors de sa première nuit à L’Europa :

  • 43 Antoine Jal, De Paris à Naples, études de mœurs, de marine et d’art, Paris, Allardin, 1836, tome (...)

Ce n’est pas sans peine que nous parvenons à nous faire ouvrir à l’Europa, chez Madame Marseille, française dont on nous a conseillé l’hôtel, placé sur le grand canal, vis-à-vis la douane de mer, à une portée d’arbalète de la Piazzetta, dans la plus belle situation possible, avec une vue ravissante. Un cameriere, d’assez mauvaise grâce quand on le réveille, nous monte enfin dans une chambre haute, où plût à Dieu qu’il pût nous enfermer assez bien pour nous garantir du froid et du vent qui nous y gèlent ! Quelle nuit ! Mieux vaudrait cent fois être sur la grande route, à pied, que dans ces lits glacés où l’on cherche le repos et où l’on trouve un rhume et une affreuse courbature ! Pas un moment de sommeil ; le sirocco fait un bruit affreux, et il entre impérieusement dans la chambre pour caresser nos visages de son souffle glacial. Où est donc ce printemps éternel qu’on m’avait tant promis ! Il fait froid ici comme à Moscou !...43

Les hôtels face à l’émergence du tourisme balnéaire

18S’ils incarnent à juste titre la nette évolution qui marque le secteur touristique de la cité des doges au XIXe siècle, les richissimes complexes hôteliers devinrent pourtant le théâtre d’une petite révolution dans le domaine de l’exploitation des ressources naturelles indissociables de Venise, à savoir, les eaux de sa lagune. C’est une rupture – progressive mais certaine – qui se joue au beau milieu du siècle sur les préjugés et craintes de générations de voyageurs captivés par la beauté de son architecture mais trop souvent rebutés par ses canaux aux émanations jugées dangereuses sur la santé. En dépit du mythe d’une Venise malade et fatale, cité miasmatique et décadente, l’émergence du tourisme balnéaire dans la lagune de Venise allait donc révolutionner pour quelques décennies le visage de la Sérénissime. Désormais, des milliers de touristes s’y rendront en masse chaque année, pendant la saison d’été, pour y jouir non seulement de son art mais aussi de son climat, renommé pour sa douceur et sa salubrité.

  • 44 Sur la base d’expériences conduites dans d’autres villes, le stabilimento Rima fut implanté à pro (...)
  • 45 Ces conceptions médicales sur l’importance de l’impact de l’onde vive sur le corps furent diffusé (...)
  • 46 Tommaso Locatelli, I bagni del Sig. De Antoni in San Samuele, in Gazzetta Privilegiata di Venezia(...)

19Une rapide explication du phénomène s’impose. Les villes thermales, où s’affirme la mode des cures, sont à cette époque en pleine expansion. À partir de la seconde moitié du siècle, l’administration autrichienne – qui domine la ville depuis 1816 – décide à son tour d’exploiter le potentiel balnéaire de Venise et encourage ainsi l’émergence de nombreuses initiatives privées destinées à potentialiser le développement touristique de la cité ducale, à l’image de la structure flottante imaginée par le Docteur Tommaso Rima, Chirurgien de l’hôpital de Venise44. Convaincu des propriétés exceptionnelles de l’eau de la lagune, ce dernier fit installer en 1833 un stabilimento galleggiante à proximité de la pointe de la Douane afin que la clientèle puisse jouir de la vue du Grand Canal, de la Piazzetta et du Bassin de Saint-Marc tout en se baignant. Sur l’onde de l’enthousiasme collectif et de la mode, le Docteur Rima proposa à ses clients l’usage de petites embarcations semblables à des gondoles, lesquelles permettaient de jouir du massage énergique des eaux45. Ces « bains artistiques de circumnavigation » comme il les définit dans la Gazzetta di Venezia de 1842, permettaient donc de « naviguer tout en se baignant et de changer ainsi, à chaque instant, d’eau et de point de vue »46.

  • 47 En effet de nombreux textes de médecins et scientifiques européens soutiennent au XIXe siècle, le (...)
  • 48 En 1858, par exemple, on comptait en ville neuf établissements de bains flottants. Dans presque t (...)
  • 49 Ces espaces étaient dotés de cellules, de vasques et de tout l’équipement nécessaire à l’hydrothé (...)
  • 50 Pour informer son lecteur, Giannantonio Moschini ne manque pas de signaler dans son ouvrage la pr (...)
  • 51 Claudio Barzilai, op. cit., p. 174.

20Par la suite, la diffusion d’une abondante littérature soutenant les vertus antiphlogistiques du climat de Venise et le pouvoir thérapeutique de ses eaux purifiées par la marée incitèrent bon nombre de touristes à séjourner dans la Sérénissime47. Dans un tel contexte, on assista donc à la naissance de plusieurs stabilimenti balneari rattachés aux principaux hôtels implantés le long du Grand Canal48, tandis que d’autres établissements aménagèrent en leur sein des espaces49 spécialement dévolus à cet effet. Dès lors, il n’y eut pas un hôtel qui ne proposât à sa clientèle de jouir durant son séjour de bains chauds ou froids, mais aussi de fumigations et d’applications d’algues de la lagune. Sur ce point, les guides vénitiens du temps sont une fois de plus une aide précieuse. En effet, ils se font l’écho des mutations qui modifient le visage de la cité des doges pendant les mois d’été avec l’installation de ces structures flottantes50. Ils en mentionnent les tarifs, les horaires d’ouverture et toutes les prestations proposées aux clients. Ainsi, nous savons par exemple que le Grand Hôtel de la Lune s’était doté de quinze « cellules balnéaires » ou encore que l’Aquila d’Oro en possédait dix-sept aux « vasques de pierre et de fer-blanc »51.

  • 52 Andrea Querini Stampalia, op. cit., p. 40.

21Andrea Querini Stampalia dénombre seize hôtels, parmi lesquels on trouve L’albergo francese à San Marco, L’Italia à San Mosè et La Stella d’Oro qui bénéficient de « bains chauds ou froids »52. Enfin, même les plus vieilles enseignes de la ville – à l’image du Leon Bianco ou de la Regina d’Inghilterra – furent bientôt gagnées par la mode des bains. C’est ce que nous apprend Antonio Quadri dans son ouvrage à destination des voyageurs :

  • 53 Antonio Quadri, Otto giorni a Venezia, sedicesima edizione… con alcuni cenni sui murazzi, sulla d (...)

Quelques-uns des principaux hôtels de Venise, et plus particulièrement ceux du Leon Bianco et de la Regina d’Inghilterra, possèdent des espaces construits à l’usage des bains tièdes, doux ou mixtes, chauds ou froids, desquels peuvent bénéficier les étrangers qui logent déjà dans ces pensions et quiconque désire en profiter.53

  • 54 Nous ne savons pas grand chose de l’état réel de ces stabilimenti, tout comme des cellules dévolu (...)
  • 55 En effet, entre 1845 et 1855, les papiers familiaux mentionnent la présence, au Palais Grassi, d’ (...)
  • 56 Tommaso Locatelli, I bagni del Sig. De Antoni..., cit., p. 174.
  • 57 Parmi les quelques témoignages que nous avons pu rassembler, celui de Claudio Barzilai nous paraî (...)

22Si les principaux hôtels à la mode furent pour la plupart équipés de structures adéquates pour prendre des bains dans des vasques54 et permettre ainsi à leur clientèle d’apprécier tous les bienfaits de la balnéothérapie marine, d’autres en revanche, furent en quelque sorte valorisés par la proximité des stabilimenti gallegianti installés le long du Grand Canal. C’est notamment le cas pour le Palais Grassi, l’une des demeures les plus prestigieuses de la cité des doges. Cédé en 1845 à Giuseppina Schöfft55, le Palais Grassi, devenu L’Albergo Reale Hôtel de la Ville, fit donc son entrée dans l’univers du tourisme lagunaire. Le nouveau rôle qui lui fut assigné fut, semble-t-il, consolidé par un succès qui touche cette fois à la totalité de l’aire de San Samuele. Nous faisons référence à la présence depuis 1842 du Stabilimento per bagni de Francesco degli Antoni érigé tout près de là. Si l’on en croit Giandomenico Romanelli, il s’agissait d’un double corps de bâtiment : le premier, antérieur, était inséré dans le petit hôtel particulier situé entre le Palais Grassi et le Palais Moro-Lin ; le second, en retrait, était une création originale d’une conception véritablement révolutionnaire. C’était en effet une sorte de cloître ou d’impluvium à l’antique, orné de colonnes, sur le modèle des « appartements de Diomède à Pompéi » et en mesure de garantir des « bains simples et tièdes, doux et mixtes […] »56, le tout dans un luxe éblouissant. Abondamment décrit57 et salué par la presse vénitienne de l’époque, le stabilimento Degli Antoni, avec ses marbres et son décor élégant, était avant tout une création audacieuse et onéreuse, un gracieux petit temple dédié aux plaisirs d’une bourgeoisie venue apprécier Venise, non pas comme une “gloire” historique et architecturale, mais comme une subjective expérience des sens.

23Par la suite, les stabilimenti balneari disparurent lentement du centre historique pour s’implanter sur la plage du Lido. C’est sur cette étroite bande de terre que commença ainsi, à l’extrême fin du siècle, la saison dorée des grands hôtels de luxe dont le plus célèbre d’entre eux, le Grand Hôtel des Bains, servit de décor au roman de Thomas Mann, Mort à Venise (1912).

24(Les images ci-après sont reproduites avec l’aimable autorisation du Centro Internazionale della Grafica di Venezia et de Arsenale Editrice.)

La Locanda « Al Leon Bianco » (Palazzo Da Mosto) ai Ss Apostoli, Gravure de Canaletto.

La Locanda « Al Leon Bianco » (Palazzo Da Mosto) ai Ss Apostoli, Gravure de Canaletto.

(in Lina Urban Padoan, Venezia e il “Foresto”. Situazioni, avventure, “meraviglie”, quando i re alloggiavano in locande : osterie, locande e alberghi dal XIII al XIX secolo, Venise, Centro Internazionale della Grafica di Venezia, 1990)

25

La locanda “Allo Scudo di Francia” (Ca’ Farsetti), gravure du XIXe siècle.

La locanda “Allo Scudo di Francia” (Ca’ Farsetti), gravure du XIXe siècle.

(in Lina Urban Padoan, Venezia e il “Foresto”. Situazioni, avventure, “meraviglie”, quando i re alloggiavano in locande : osterie, locande e alberghi dal XIII al XIX secolo, Venise, Centro Internazionale della Grafica di Venezia, 1990)

26

L’albergo Vittoria in ramo Fuseri, XIXe siècle.

L’albergo Vittoria in ramo Fuseri, XIXe siècle.

(in Nelli-Elena Vanzan Marchini, Venezia, i piaceri dell’acqua, Venise, Arsenale, 1997)

27

Albergo d’Italia a San Moisè, calle Barozzi, presso la piazza San Marco, con stabilimento di bagni dolci e salsi in attività tutto l’anno.

Albergo d’Italia a San Moisè, calle Barozzi, presso la piazza San Marco, con stabilimento di bagni dolci e salsi in attività tutto l’anno.

(in Nelli-Elena Vanzan Marchini, Venezia, i piaceri dell’acqua, Venise, Arsenale, 1997)

I bagni del dottor Rima, 2e moitié du XIXe siècle (Collezione Vanzan Marchini)

Image 5.wmf

(in Nelli-Elena Vanzan Marchini, Alle Fonti del piacere . La civiltà termale e balneare fra cura e svago, Milan, 1999

28

Stabilimento di Bagni e Fanghi in S. Samuele, Lithographie de G. Pividor

Stabilimento di Bagni e Fanghi in S. Samuele, Lithographie de G. Pividor

(in Nelli-Elena Vanzan Marchini, Venezia, i piaceri dell’acqua, Venise, Arsenale, 1997)

Haut de page

Notes

1 En effet, il était courant pour les voyageurs bénéficiant d’un réseau de connaissances suffisant, de se munir de quelques lettres de recommandation qui leur permettaient d’être reçus dans les plus riches demeures patriciennes de la ville.

2 Vincenzo Coronelli, Guida de' Forestieri sacro-profana. Per osservare il più ragguardevole nella città di Venezia, Venise, s. n., 1700.

3 Aujourd’hui Albergo Vittoria.

4 Le corpus d’ouvrages rédigés en français et utilisés par les voyageurs du XVIIIe siècle permet quant à lui d’établir le curieux constat d’un silence assez redondant en ce qui concerne le logement des voyageurs à Venise. À quelques exceptions près, la plupart des guides ou récits considérés comme tels conseillent de loger à L’Écu de France – renommé depuis le XVIIe siècle comme l’hôtel le plus élégant de Venise – mais ne mentionnent pas la quantité d’autres pensions ou auberges que possède la cité des Doges. Ajoutons qu’il n’en sera pas de même avec les ouvrages qui paraîtront au siècle suivant où l’excellence de l’hôtellerie vénitienne sera soulignée avec une plus grande rigueur.

5 En cela, le Grand Canal constitue l’une des attractions majeures de la ville et les auberges situées dans le secteur du Pont du Rialto sont celles qui ont le plus de succès, ainsi que le note Jean de la Roche : « C’est […] le quartier qui renferme les rues les plus riches, les plus marchandes, et celles où il se fait le plus de mouvement. Les meilleures auberges y sont établies : chez Don-Doni ; à l’Écu de France ; à San Giuseppe, etc. » (Voyage d’un amateur des arts en Flandre, dans les Pays-Bas…, en Italie, …fait dans les années 1775, 76, 77, 78, Amsterdam, s. n., 1783, vol. 3, p. 219).

6 Le primat du visuel est un point sur lequel s’accordent tous les voyageurs français séjournant à Venise au siècle des Lumières. En effet, le jeu sur les champs de vision, de l’arrivée dans la ville à la perception de sa topographie du haut d’un édifice, est une activité à laquelle tous se livrent avec délice. Sur ce type d’approche tout particulier du paysage vénitien, voir Laetitia Levantis, « En observant Venise. La cité dans le regard des voyageurs », in La nature et les beaux-arts dans les récits de voyageurs français à Venise au XVIIIe siècle (1702-1797), mémoire de DEA en Histoire de l'art préparé sous la direction de M. Le Professeur Étienne Jollet, Université de Provence (Aix-Marseille I), 2003-2004.

7 Même un voyageur tel que le Président De Brosses – qui visite Venise en août 1739 – finit par céder à l’étonnement et reconnaît le caractère surprenant d’une telle ville. Ainsi, il s’avoue stupéfait de voir « sortir de l’eau, de tous côtés des palais, des églises, des rues, des villes entières » (Charles de Brosses, Lettres familières écrites d’Italie en 1739 et 1740, [1ère éd. Paris, A. Sérieys, 1799, 3 vol.], Paris, Didier, 1858, tome I, p. 169). Ensuite, la longue perspective de palais se succédant de part et d’autre du Grand Canal peut devenir le parangon d’un certain plaisir visuel lié à la découverte d’un espace urbain profondément original. En effet, pour François Michel de Rotrou qui visite Venise en 1763, « l’alignement de maisons dont le pied est dans l’eau », génère une « sensation nouvelle » (Voyage d'Italie [1763], édité par G. de Rotrou, Paris, Alteredit, 2001, p. 119).

8 Pierre de Brussel, La promenade utile et récréative de deux parisiens en Italie en 170 jours, Avignon/Paris, Vente, 1768, tome I, pp. 128-130).

9 Il convient de souligner que Venise, étape particulièrement prisée des élites européennes du XVIIIe siècle, s’est progressivement dotée d’auberges et de lieux d’accueil d’une qualité supérieure, susceptibles de faire face à une clientèle de plus en plus exigeante. Cette situation est par ailleurs commune à toutes les grandes villes du Nord de l’Italie, attractives tant pour leurs monuments que pour leur histoire. Aussi, le Président De Brosses se dit-il très satisfait des auberges italiennes : « […] tout le monde dit : les auberges d’Italie sont détestables ; cela n’est pas vrai, on est très bien dans les grandes villes. À la vérité, on est très mal dans les villages, ce n’est pas merveille ; il en est de même en France » (Ibidem, p. 165). De plus, les auberges et pensions vénitiennes de renom établies dans de luxueux édifices conservent des structures internes en tous points similaires à celles des luxueuses demeures patriciennes. En guise d’exemple, on pourrait évoquer les splendides stucs qui ornent encore aujourd’hui les pièces de ce qui fut la célèbre pension Al Leon Bianco sur la Riva del Carbon (Lina Urban Padoan, Venezia e il “ Foresto”. Situazioni, avventure, “ meraviglie”, quando i re allogiavano in locande : osterie, locande e alberghi dal XIII al XIX secolo, Venise, Centro Internazionale della Grafica di Venezia, 1990, p. 90).

10 En effet, l’affabilité des convives et du personnel est un facteur important dans la réussite du séjour et peut bien des fois faire oublier l’isolement du voyageur. Sur ce point, Daniel Roche a remarqué avec justesse que dans la plupart des textes, « l’accueil est mesuré par rapport à la sociabilité des hôtes italiens ». Or, il faudrait plutôt voir, à travers la courtoisie des hôtes, « la prévenance générale d’une société qui est en train d’abandonner les rivages de l’hospitalité naturelle pour gagner ceux du marché » (Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003, p. 528).

11 On appelait “service à la française” une succession de plats avec toute sorte de viandes et de poissons.

12 Pierre de Brussel, op. cit., pp. 130-131.

13 Ibidem, p. 128. Même s’il ne précise pas dans quelle auberge il a séjourné lors de son passage dans la cité ducale, le Président De Brosses affirme néanmoins avoir pu y jouir d’un sommeil des plus réparateurs : « Nous sommes logés, pour ainsi dire, dans le fort de la rue Saint-Honoré ; avec cela on peut dormir la grasse matinée sans être interrompu par le moindre bruit. Tout s’y passe doucement dans l’eau, et je crois que l’on ronflerait fort bien au milieu du marché aux herbes » (Charles de Brosses, op. cit., p. 109).

14 Pierre de Brussel, op. cit.

15 En Italie comme dans le reste de l’Europe, dormir, se chauffer, se nourrir posent à chaque étape un problème : l’insalubrité, la promiscuité et la saleté, l’absence de lits satisfaisants et de cheminées vraiment chauffantes, la qualité déplorable des repas, sont souvent ce à quoi doit faire face le touriste tout au long de sa route. Sur ce point, et plus particulièrement sur la situation des auberges du Sud de la France, nous renvoyons le lecteur à l’ouvrage issu de la thèse de Marc Boyer, Histoire de l’invention du tourisme (XVIe-XIXe siècles), Paris, Éds de l’Aube, 2000.

16 Gabriel Rogeron, Séjour de mon grand-oncle, Pierre Gaultier en Espagne, en Italie et dans le Tyrol (1791-1802), Angers, J. Siraudeau, 1912, tome 2, p. 383. On pourrait également citer en guise d’exemple les notes de Maurice de Saint-Quentin, lequel visite Venise quelques années plus tôt et dénonce également dans son carnet de voyage, la cherté d’un séjour à L’Écu de France : « À l’Écu de France, il en coûte six livres par jour pour dîner, huit livres pour la chambre qui étoit un grenier, deux livres pour chaque repas du domestique, encore étoit-ce parce que j’étois arrivé trois semaines avant l’Ascension, car dans ce tems là il prend un sequin ½ par jour seulement pour la chambre » (Maurice de Saint-Quentin, Voyage en Italie, 1778-79, [Paris, Bibliothèque de l'Arsenal, ms. 3822], p. 69).

17 Pierre Gaultier, Ibidem.

18 Maurice de Saint-Quentin, op. cit., p. 69.

19 Ibidem.

20 Daniel Roche, Humeurs vagabondes…, cit., p. 521.

21 Ibidem, p. 518.

22 Le personnage de l’aubergiste dépeint dans la plupart des récits est tout à fait emblématique de cette distance volontairement établie par le voyageur dans le lieu où il réside. D’ailleurs, tout comme le cicerone, ce « fâcheux » n’est-il pas défini comme « une des plaies de la Péninsule » ? (Yves Hersant, Préface à Italies. Anthologie des voyageurs français aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Robert Laffont, 1988, p. IX).

23 Sur les préjugés envers les habitants de la péninsule dans l’histoire du voyage en Italie, voir Attilio Brilli, Un paese di romantici briganti : gli italiani nell'immaginario del Grand Tour, Bologne, Il Mulino, 2003.

24 Carlo Goldoni, Mémoires de Goldoni, pour servir à l’histoire de sa vie et à celle de son théâtre, [1ère éd. Venise, 1797], Paris, Ponthieu, 1822, tome I, pp. 149-150.

25 Pensions.

26 Toutefois, plus qu’un lieu de repos réservé aux voyageurs de qualité, les auberges accueillaient aussi les princes et rois de l’Europe entière désireux de conserver leur anonymat pendant leur séjour vénitien Cette nouvelle manière de visiter Venise fut inaugurée par Frédéric-Auguste, électeur de Saxe et Prince de Pologne, qui y séjourna en 1716. Refusant d’être logé dans une demeure patricienne aux frais de la République, il descendit à l’auberge Lionfante, située dans le palais Michiel delle Colonne sur le Grand Canal. Par la suite, au cours du XVIIIe siècle, rois et princes de passage dans la Sérénissime l’imitèrent afin de jouir de la plus grande liberté possible (Lina Urban Padoan, Giandomenico Romanelli, Fiora Gandolfi, Venise en fêtes, Paris, Chêne, 1992, p. 72).

27 Sans émettre aucune considération sur l’auberge dans laquelle il loge, Pierre-Jean Grosley associe l’Écu de France à un espace d’ouverture à l’autre des plus enrichissants : « Notre auberge de L’Écu de France fut l’objet et le centre de nos premières observations : elle rassembloit diverses espèces de gens avec qui nous vécûmes, autant que cela nous convint » (Pierre-Jean Grosley, Observations sur l'Italie et sur les italiens, données en 1764, sous le nom de "Deux gentilshommes suédois", Londres, s. n., 1770, tome II, p. 2).

28 Daniel Roche, op. cit., p. 548.

29 Lina Urban Padoan, Venezia e il “Foresto”…, cit., p. 37.

30 Nous pourrions évoquer en guise d’exemple cette “attraction” que l’on pouvait admirer à l’auberge San Luigi, vers Santa Maria Formosa, et qui était – si l’on en croit Lina Urban Padoan – « une jeune femme de seize ans bien faite et proportionnée mais immense, qui avait fait l’admiration de la Cour de Versailles et de Turin » (Ibidem, pp. 41-42).

31 Pour illustrer ce phénomène, on pourrait citer en guise d’exemple l’avènement de l’Hôtel Royal Danieli. Au tout début du XIXe siècle, Giuseppe da Niel, alors propriétaire du Leon Bianco (Ss. Apostoli) délaissa le vétuste édifice vénéto-byzantin Da Mosto pour s’établir dans le palais gothique Dandolo sur la Riva degli Schiavoni. Il en acheta tout d’abord le 2e étage et le piano nobile, puis l’immeuble entier en le dotant de chambres, d’une douzaine d’appartements et d’un casino. C’est ainsi que le Danieli devint le refuge des richissimes voyageurs qui avaient pour habitude de séjourner à Venise pendant de longs mois (Alvise Zorzi, Venezia austriaca [1798-1866], Gorizia, Libreria editrice Gorziana, 2000 [1e éd. Rome-Bari, Laterza, 1985], p. 327).

32 Giannantonio Moschini, Nuova guida di Venezia con 48 oggetti di arti incisi e un compendio della istoria veneziana, Venise, Vallardi, 1847, p. V.

33 Ibidem.

34 Andrea Querini Stampalia, Nuova guida di Venezia di utilità pratica del forestiere…, per cura di Andrea Querini Stampalia, Venise, G. Cecchini, 1856, p. 32.

35 Ibidem.

36 Ibidem.

37 Il peut paraître important de souligner ici l’investissement financier de taille que nécessitait une telle entreprise. Or, même si nous ne savons pas grand-chose des sociétés qui géraient ces hôtels au XIXe siècle, il semble indéniable que la plupart des grandes enseignes aient bénéficié de capitaux provenant de sources diverses, qu’il s’agisse d’investisseurs étrangers, d’hommes d’affaires locaux ou encore d’aristocrates désireux de participer au développement touristique de la ville (Adolfo Bernardello, « Venezia 1830-1866. Iniziative economiche, accumulazione e investimenti di capitale », Il Risorgimento, 1, 2002, p. 49).

38 Robert des Maisons, Voyage dans l’Italie du Nord, (1865), Rouen, L. Deshays, 1871. En revanche, la description de l’Europa que nous en fait un auteur anonyme du début du siècle, laisse apparaître un vif sentiment de déception à la vue de la façade de ce qui fut jadis, le palais Giustiniani : « Cet hôtel, quoique très bien placé, en face de la Bourse maritime et de la belle église de la Salute, est établi dans un palais tellement gothique et en si mauvais état, extérieurement, qu’on est prévenu assez défavorablement en y débarquant ; mais on est bien dédommagé en entrant, et les appartements, trop vastes, y sont cependant fort beaux » (Anonyme, Journal d’un voyage de Paris à Vienne par Francfort-sur-le-Mein, Leipzic, Berlin, Thorn et Breslau, et de Vienne à Paris par Gratz, Leybach, Trieste, Venise, Milan, Genève et Lyon, in Nouvelles annales des voyages…, Paris, Gide, 1827, vol. 36 [2e série], t. 6, p. 323).

39 Cet hôtel se trouvait alors sur le Grand Canal à proximité de l’église de la Salute. L’on sait qu’il était au XIXe siècle l’un des hôtels les plus prisés de la ville dans lequel logèrent des personnalités telles que Chateaubriand en 1834, le Roi Frédéric Guillaume IV de Prusse en 1828, ou encore le musicien Brahms en 1878 (Lina Urban Padoan, Venezia e il “ Foresto”…, cit., p. 50).

40 Émile Polonceau, Itinéraire descriptif et instructif de l’Italie en 1833, Paris, A. Pougin, 1835, p. 231.

41 Trop fatigué pour émettre une quelconque appréciation sur son logement, Stendhal se contente de noter dans son Journal : « Je me couche en arrivant à la Regina d’Inghilterra » (Journal d’Italie, par Paul Arbelet, Paris, Calmann Lévy, 1911, pp. 339-340).

42 Ibidem, p. 343.

43 Antoine Jal, De Paris à Naples, études de mœurs, de marine et d’art, Paris, Allardin, 1836, tome II, pp. 125-126. Suite à cette désagréable mésaventure, notre auteur obtiendra dès le lendemain de loger dans une autre chambre : « À sept heures, je sonne ; on ne répond pas. C’est trop tôt pour les valets de l’hôtel. Tout le monde se lève tard à Venise ; parce que le jour y finit tard. À huit heures on vient pourtant : « Quelque chose de chaud, garçon, par grâce quelque chose de chaud ! Du thé bouillant, un brodo caldissimo, tout ce que vous voudrez qui pourra défiger notre sang. Un fagot dans la cheminée, et quand madame Marseille sera réveillée, une autre chambre… ». Tout s’arrange ; le thé, le feu nous réchauffent, et l’on nous descend dans un charmant entresol, où nous nous établissons pour quinze jours. Gloire à Dieu ! » (Ibidem, p. 126).

44 Sur la base d’expériences conduites dans d’autres villes, le stabilimento Rima fut implanté à proximité de la Salute en 1833 et fut utilisé jusqu’à la fin du siècle. Il était composé d’une vaste structure dotée d’alcôves et de cabines pour « bains froids et chauds, doux et tièdes, simples ou médicamenteux, à vapeur ou sous forme de douches » (Bagni gallegianti in Venezia, privilegiati da S. M. l’Imperatore e Re Francesco I premiati dal R. Istituto Italiano, extrait du Supplemento del Nuovo Dizionario tecnologico, Venise, 1845, p. 223). Après la mort de son fondateur en 1843, celui-ci fut racheté par le Docteur Pietro Bertoia, successeur de Tommaso Rima à l’Ospedale Civile (Nelli-Elena Vanzan Marchini, Venezia. I piaceri dell’acqua, Venise, Arsenale Editrice, 1997, p. 57). Sur le Chirurgien Tommaso Rima, voir Carlo Palumbo-Fossati, Nuovi documenti sul chirurgo Tommaso Rima, Bellinzona, Arti Grafiche A. Salvioni & Co, 1973.

45 Ces conceptions médicales sur l’importance de l’impact de l’onde vive sur le corps furent diffusées en Europe à la fin du XVIIIe siècle par le médecin londonien Richard Russel (1700 ?-1771) dans son traité De Tabe Glandulari, sive De Usu Aquae Marinae in Morbis Glandularum Dissertatio (Oxford, E. Theatro Sheldoniano, 1750). L’ouvrage, plusieurs fois réédité dans sa traduction anglaise (A Dissertation on the Use of Sea water in the Diseases of the Glands…, [Londres, 1769, 5ème éd.]) est considéré comme étant à l’origine de la mode des bains de mer en Europe.

46 Tommaso Locatelli, I bagni del Sig. De Antoni in San Samuele, in Gazzetta Privilegiata di Venezia, 4 août 1842, p. 174.

47 En effet de nombreux textes de médecins et scientifiques européens soutiennent au XIXe siècle, le grand pouvoir curatif du microclimat marin de Venise sur le traitement de la phtisie pulmonaire et sur l’effet bénéfique des algues et des eaux de la lagune sur toutes sortes d’affections. Ces textes sont trop nombreux pour que l’on tente d’en offrir au lecteur un panorama complet. Contentons-nous d’en citer quelques-uns : Andrea Valatelli, Della topografia fisico-medica di Venezia. Dissertazione (Venise, Francesco Andreola, 1803) ; Valeriano Luigi Brera, Ischia e Venezia, Memoria sulla felice influenza del clima della città di Venezia (Venise, s. l., 1838) ; Claudio Barzilai, Guida ai bagni di mare nella laguna di Venezia (Venise, A. Santini, 1853) ; Mosè Giuseppe Levi, Venezia considerata sotto l’aspetto della medicina curativa e preservatrice, ossia avvisi salutari ai medici e malati forestieri… (Venise, Stabilimento Nazionale Di G. Antonelli, 1850) ; Giacinto Namias, Delle condizioni di Venezia in ciò che riguarda la vita e la salute dell’uomo, in Venezia e le sue lagune (Venise, Nell’I. R. Stabilimento Antonelli, 1847, tome 2, pp. 261-314) ; Alessandro Tassinari, Du climat de Venise et des ressources salutaires qu’il offre : réflexions (Venise, Cecchini et Naratovich, 1847) ; Édouard Cazenave, Venise et son climat (Paris, Henri Plon, 1865) ; Gaspar Taussig, Venedig von Seite seiner Klimatischen Verhältnisse mit Besonderer Berücksichtigung seines Einflusses auf Scropheln und Lungen Krankheiten von Doctor Taussig… (Venise, H. Fr. Münster, 1847).

48 En 1858, par exemple, on comptait en ville neuf établissements de bains flottants. Dans presque toutes ces structures, il était possible de bénéficier d’applications d’algues thermales et de bains sulfurés (Francesco da CaminO, Venezia e i suoi bagni, Venise, 1858, p. 27).

49 Ces espaces étaient dotés de cellules, de vasques et de tout l’équipement nécessaire à l’hydrothérapie.

50 Pour informer son lecteur, Giannantonio Moschini ne manque pas de signaler dans son ouvrage la présence des stabilimenti balneari : « L’importance du bain dans les lagunes de Venise est à présent si reconnue, que deux établissements de bains flottants sont installés chaque année pendant la saison estivale sur le canal San Marco. Le premier est un bain militaire face au Môle, […], le second est celui de Rima à la pointe de la Douane entre l’embouchure des deux canaux, Giudecca et Canal Grande, lequel possède une ample vasque pour la nage en commun et plusieurs petites cellules munies de gondoles de bain. Outre les établissements de bains associés aux hôtels déjà cités, celui de Fumiani à San Benedetto calle Benzon, mérite d’être mentionné » (Giannantonio Moschini, Nuova guida…, p. XIII).

51 Claudio Barzilai, op. cit., p. 174.

52 Andrea Querini Stampalia, op. cit., p. 40.

53 Antonio Quadri, Otto giorni a Venezia, sedicesima edizione… con alcuni cenni sui murazzi, sulla digua di Malamocco, sulla strada di ferro, e sul livello del mare (1e éd. Venise, Tip. Armenia di S. Lazzaro, 1842), Venise, Premiate Tipografia Cecchini, 1853, p. LII.

54 Nous ne savons pas grand chose de l’état réel de ces stabilimenti, tout comme des cellules dévolues au bain que possédaient les hôtels. Toutefois, le seul témoignage dont nous ayons eu connaissance nous apprend qu’un luxe étonnant y était déployé. Il s’agit du récit d’un voyageur français qui visite Venise au début du XIXe siècle, soit quelques années avant que la ville ne soit investie par le tourisme balnéaire : « On ne trouve pas de bains publics à Venise ; les Vénitiens doivent avoir en effet de l’eau par-dessus les yeux ; un seul hôtel se charge d’en procurer en prévenant un jour d’avance, ce que j’ai été obligé de faire, et ce n’est qu’après avoir descendu les degrés de marbre d’un caveau sans clarté, que je me suis trouvé dans une baignoire d’une richesse telle que le doge le plus fastueux s’en seroit contenté » (Anonyme, Journal d’un voyage de Paris à Vienne…, p. 324).

55 En effet, entre 1845 et 1855, les papiers familiaux mentionnent la présence, au Palais Grassi, d’une locandiera qui y réside avec sa fille Paolina (Giandomenico Romanelli, Giuseppe Pavanello, Palazzo Grassi. Storia, architettura, decorazioni dell'ultimo palazzo veneziano, Venise, Albrizzi, 1986, p. 87).

56 Tommaso Locatelli, I bagni del Sig. De Antoni..., cit., p. 174.

57 Parmi les quelques témoignages que nous avons pu rassembler, celui de Claudio Barzilai nous paraît être le plus intéressant : « Autour d’un ample cortile précédé d’un portique soutenu par des colonnes et orné de frises, sont disposés les vingt-deux cellules balnéaires dans un décor des plus élégants. [...] On y trouve une salle d’attente où l’on peut se reposer et lire les journaux, pendant que l’on prépare votre bain. L’eau fraîche et pure est puisée directement dans le Canalazzo [...]. Qu’elle soit douce ou tiède, chaude ou froide, l’eau est distribuée dans tout le stabilimento au moyen de tubes métalliques : sur chacune des vasques on peut en voir quatre. C’est en ouvrant le robinet que le baigneur peut régler, à sa convenance, la température et la salinité [...] » (Claudio Barzilai, op. cit., p. 171).

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Locanda « Al Leon Bianco » (Palazzo Da Mosto) ai Ss Apostoli, Gravure de Canaletto.
Crédits (in Lina Urban Padoan, Venezia e il “Foresto”. Situazioni, avventure, “meraviglie”, quando i re alloggiavano in locande : osterie, locande e alberghi dal XIII al XIX secolo, Venise, Centro Internazionale della Grafica di Venezia, 1990)
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/911/img-1.png
Fichier image/png, 285k
Titre La locanda “Allo Scudo di Francia” (Ca’ Farsetti), gravure du XIXe siècle.
Crédits (in Lina Urban Padoan, Venezia e il “Foresto”. Situazioni, avventure, “meraviglie”, quando i re alloggiavano in locande : osterie, locande e alberghi dal XIII al XIX secolo, Venise, Centro Internazionale della Grafica di Venezia, 1990)
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/911/img-2.png
Fichier image/png, 211k
Titre L’albergo Vittoria in ramo Fuseri, XIXe siècle.
Crédits (in Nelli-Elena Vanzan Marchini, Venezia, i piaceri dell’acqua, Venise, Arsenale, 1997)
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/911/img-3.png
Fichier image/png, 172k
Titre Albergo d’Italia a San Moisè, calle Barozzi, presso la piazza San Marco, con stabilimento di bagni dolci e salsi in attività tutto l’anno.
Crédits (in Nelli-Elena Vanzan Marchini, Venezia, i piaceri dell’acqua, Venise, Arsenale, 1997)
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/911/img-4.png
Fichier image/png, 123k
Titre Stabilimento di Bagni e Fanghi in S. Samuele, Lithographie de G. Pividor
Crédits (in Nelli-Elena Vanzan Marchini, Venezia, i piaceri dell’acqua, Venise, Arsenale, 1997)
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/911/img-6.png
Fichier image/png, 311k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laetitia Levantis, « Séjourner à Venise : des auberges populaires du XVIIIe siècle aux luxueux hôtels de l’âge romantique », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 317-355.

Référence électronique

Laetitia Levantis, « Séjourner à Venise : des auberges populaires du XVIIIe siècle aux luxueux hôtels de l’âge romantique », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/911 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.911

Haut de page

Auteur

Laetitia Levantis

Aix Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org