Navigation – Plan du site
Voyager, se loger, découvrir ou redécouvrir

Observations et impressions d’Alexandre de Humboldt lors de ses différentes étapes en Amérique hispanique (1799-1804)

Gérard Gómez
p. 337-359

Résumés

L’œuvre du scientifique berlinois Alexandre de Humboldt (1769-1859) – qui s’est distingué en tant qu’éminent spécialiste de l’Amérique hispanique du début du XIXe siècle – n’a laissé personne indifférent. Il ressort de l’ensemble des textes qu’il a conservés de son périple sur le continent américain (1799-1804) une trace indélébile, non seulement de l’environnement naturel, mais aussi de certaines étapes urbaines comme celles de La Havane, de Lima ou encore de Mexico. Il a en effet livré, sur ces cités chargées d’histoire, des observations scientifiques rigoureuses, mais également des impressions personnelles de grand intérêt.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Amérique latine, La Havane, Lima, Mexico

Index chronologique :

XVIIIe, XIXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Carlos Castaneda, Le voyage à Ixtlan, Paris, Gallimard, 1972, p. 206.

Il est évident que tu n’apprécies pas la jeunesse brillante de la lumière matinale. Voyager le matin ne t’attire pas. Ta préférence va au soleil mourant, soleil vieux, jaunâtre et doux. Tu n’aimes pas la chaleur, tu aimes l’illumination.1

1En Europe tout comme en Amérique hispanique, la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle ont été marqués par la passion des idées. Thèses et systèmes envahirent tous les domaines, scientifiques et littéraires, parfois au détriment de l’art. L’édifice politique, moral et religieux fut par ailleurs fréquemment ébranlé par une “crise de conscience”. Les grands penseurs allèrent jusqu’à renoncer aux solutions théologiques ou métaphysiques, de même qu’aux traditions les plus inamovibles, pour se livrer à une révision critique des notions primordiales concernant le destin de l’individu et l’organisation de toute communauté. Caractérisée par une confiance sans réserve dans la raison humaine chargée de rendre compte de tous les problèmes, cette période fut avant tout sous l’emprise d’une foi optimiste dans le progrès. Continuant la tradition du “Siècle des Lumières”, les premières années du XIXe siècle virent surgir nombre d’écrivains, de philosophes et de scientifiques qui n’eurent d’autre but que de s’engager dans une lutte pour l’action sur le terrain.

2Tel fut le cas d’Alexandre de Humboldt. Né à Berlin le 14 septembre 1769 au sein d’une famille noble prussienne, il vécut plus du quart de sa longue existence en France (il est mort en 1859, soit à 90 ans) et publia une grande partie de son œuvre en français. Ses travaux les plus renommés, mais aussi les plus remarquables, concernent le continent hispano-américain où il effectua avec le médecin naturaliste français, Aimé Jacques Bonpland, plusieurs voyages entre 1799 et 1804. Il s’y imposa de longues étapes – Venezuela, Cuba, Pérou, Mexique, entre autres – pour y étudier la pensée historique, le milieu social et la géographie. Ses travaux sont fondés non seulement sur une étude socioculturelle, voire anthropologique du continent, mais aussi sur la climatologie, l’océanographie, la biogéographie et la géologie.

3Présenter et commenter l’ensemble des études qu’il réalisa pendant cette période, aussi bien à l’égard de la Nature que du contexte socioculturel – qu’il s’agisse de données numériques, de cartographie, de répartitions géographiques, de modes de vie, de mentalités, de préjugés et de croyances autochtones et créoles, de problèmes linguistiques des missions, d’influence des Indiens sur la société de la vice-royauté ou de problèmes relatifs à l’indigénisme, à l’agriculture, à l’économie, à l’anthropologie etc. – serait évidemment impossible dans le cadre d’un simple article. Notre objectif présent n’a d’autre ambition que celle de mettre en exergue tout d’abord l’homme dans le contexte de l’époque, puis les différentes observations et impressions qu’il formula lors de quelques étapes urbaines de son périple américain, notamment à La Havane, à Lima et à Mexico, pour enfin pouvoir avancer quelques remarques sur l’ensemble de son entreprise hispano-américaine.

Alexandre de Humoldt. L’homme, sa formation

  • 2 Paris, Schoell, 1810.
  • 3 Paris, Dufour, 1814.
  • 4 Paris, Edition Gide, 1814.
  • 5 Paris, Schoell, 1805.
  • 6 Tome 1 : Paris, Schoell, 1814, 640 p. ; Tome 2 : Paris, Maze, 1819, 722 p. ; Tome 3 : Paris, Smit (...)
  • 7 Julius Löwenberg, in Eine wissenschaftliche Biographie, Vol. 2, Karl BRUHNS, Leipzig, 1872, p. 11

4Cet érudit n’eut pas le public qu’il méritait. Si certains connaissent le nom de Humboldt, c’est avant tout grâce aux travaux philologiques et philosophiques de Guillaume, son frère aîné, dont la notoriété a longtemps éclipsé celle d’Alexandre. Si les Allemands n’ont cessé de lui rendre hommage, les Français en revanche se sont montrés bien oublieux envers cet homme de science qui réunissait en lui la rigueur de l’esprit germanique et l’enthousiasme de l’esprit latin. Son œuvre américaniste, tout particulièrement, n’est connue que des spécialistes. Pourtant, entre 1799 et 1870, son voyage en Amérique espagnole donna lieu à soixante-neuf ouvrages (sur un total de 636), rédigés en français, en espagnol, en allemand, en néerlandais, en polonais et même en latin. À titre d’exemple, on peut citer : Atlas pittoresque du voyage. Vues des Cordillères et monuments des peuples indigènes de l’Amérique2 ; Atlas géographique et physique des régions équinoxiales du Nouveau Continent fondé sur des observations astronomiques, des mesures trigonométriques et des nivellements barométriques3 ; Examen critique de l’histoire de la géographie du Nouveau Continent, et des progrès de l’astronomie nautique4 ; Recueil d’observations de zoologie et d’anatomie comparée faites dans l’Océan Atlantique, dans l’intérieur du Nouveau Continent et dans la Mer du Sud pendant les années 1799-18035 et Relation historique du voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent fait entre 1799 et 18046, une œuvre monumentale de 1991 pages. On pourrait être surpris qu’Alexandre de Humboldt ait rédigé la plus grande partie de ses œuvres en français et les ait publiées en France. Selon Julius Löwenberg, « cette apparente anomalie s’explique par le fait qu’au début du XIXe siècle, les imprimeries allemandes n’étaient pas en mesure de reproduire les nombreuses planches gravées, en noir ou en couleurs, représentant des échantillons de la faune ou de la flore américaines, ainsi que les cartes et atlas qui illustrent l’œuvre »7. Aussi, Alexandre de Humboldt, dès son retour du continent hispano-américain, exprima le souhait de séjourner en France pour y poursuivre, avec les plus éminents chercheurs français, des travaux scientifiques qu’il n’aurait pu mener en Prusse.

5Mais pour comprendre son désir de voyager vers le Nouveau Monde, il faut faire un bref retour vers son passé. Entre 1785 et 1786, tout en poursuivant ses études, il commence à fréquenter divers salons de Berlin. On trouve là le caractère singulier de sa formation en ce sens que les milieux dans lesquels il évolue ne sont pas du tout ceux de la noblesse prussienne. Il s’attarde des heures durant – de même que son frère Guillaume – dans certains salons berlinois où, dans les dernières années du XVIIIe siècle, la bourgeoisie “soucieuse de culture” peut se rencontrer et débattre sur nombre de sujets. Ces salons étaient surtout fréquentés par des intellectuels d’origine israélite et séphardite qui avaient une ouverture sur le monde extérieur que ne pouvait sans doute avoir, ni même pressentir, l’aristocratie prussienne. C’est ce que souligne l’historien Charles Minguet :

  • 8 Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole, Paris, Má (...)

Contrairement à beaucoup de biographes allemands – qui n’ont pas voulu reconnaître l’influence des milieux juifs berlinois sur Alexandre de Humboldt –, c’est assurément dans ces salons israélites qu’il commence à prendre conscience, et d’une façon autre que livresque, de l’existence du monde hispano-américain. C’est à partir de cette période qu’il trace également son désir de liberté lié à l’amour des sciences et de la nature... qui implique nécessairement des voyages.8

  • 9 Ibidem, p. 41.

6Son enthousiasme devient pour ainsi dire un sacerdoce car il exclut toute autre passion, en particulier les rapports galants avec les femmes : Alexandre de Humboldt se contente d’entretenir des rapports épistolaires avec l’écrivain Johann Gabriel Wegener et avec le botaniste Karl Ludwig Wildenow qui seront pour lui, au cours de sa vie, l’exutoire de son affectivité. Sa “profession de foi” était fondée sur une multiplicité de disciplines particulièrement étonnantes. C’était en effet un sujet brillant, à l’esprit sans cesse en éveil, assoiffé d’invention et, comme l’atteste Charles Minguet, « apte à la large synthèse de faits reconnus ou pressentis par l’intuition créatrice et dont les connaissances s’étendent pratiquement à toutes les branches du savoir de son temps. Il s’en tient aux faits, tirés des impressions et de l’observation de la nature, et la méthode d’investigation qu’il mettra en pratique lors de ses différentes étapes en l’Amérique espagnole se fondera sur ce qu’il a lui-même qualifié d’“empirisme raisonné” »9. Notons en outre ses talents de dessinateur et de graveur, qui lui seront d’une grande utilité lors de son périple américain, et grâce auxquels il pourra fixer nombre de paysages, de plantes, de types d’hommes ou d’animaux.

  • 10 Alexandre de Humboldt, in Alexander von Humboldt, Sein Leben in Selbstzeugnissen, Rudolf de Borch(...)
  • 11 Charles Minguet donne quelques éclaircissements concernant ce personnage tout compte fait peu con (...)

7Entre 1792 et 1796, il gravit sans difficulté toutes les marches de l’Administration prussienne, mais après le décès de sa mère, Marie-Élisabeth von Humboldt, survenu en 1796, il décide soudainement de renoncer à ses multiples responsabilités, notamment au sein de l’Administration des Mines, car il estime qu’il sera plus utile au “service de la culture” qu’au service de l’État prussien (qu’il juge absolutiste). Il ne cache pas non plus qu’il puisera dans son héritage colossal pour mener à bien ses projets de voyages. Il prend alors la résolution de parfaire ses connaissances, afin de se préparer à effectuer un périple sérieux, dont les conclusions pourront être de quelque utilité pour l’humanité. Le 20 septembre 1796, trois semaines après la disparition de sa mère, il révèle pour la première fois sa volonté de voyager en Amérique hispanique : « mon voyage – dit-il – est irrévocablement décidé. Je me prépare encore pendant quelques années et je rassemble les instruments ; je séjourne en Italie un an et demi, pour me familiariser tout à fait avec les volcans, puis j’irai en Angleterre en passant par Paris... et ensuite vers les Indes Occidentales, sur un bateau anglais »10. C’est aussi à cette époque qu’il fait la connaissance de Johann Goethe. Ils choisissent d’entreprendre la fameuse expédition en Italie, mais le destin en décide autrement : le projet doit être abandonné à cause de la campagne de Napoléon Bonaparte de 1797 en Italie du Nord. Il se console cependant en se rendant chez son frère Guillaume, alors à Paris, pour partager, dit-il, son temps entre son frère et les savants français les plus illustres et organiser son grand voyage. Toutefois, son projet de s’en aller pour les colonies espagnoles s’évanouit provisoirement devant d’autres plans : sur l’invitation de Lord Bristol, évêque de Derry, il consent à prendre part à une expédition en Égypte en 1798. Une nouvelle fois, ce projet échoue car Lord Bristol, alors en Italie, est arrêté par la campagne de Napoléon Bonaparte qui se dirige alors justement vers l’Égypte pour une expédition. Peu après, il fait la connaissance dans la capitale française de Louis Antoine de Bougainville, qui prépare à ce moment-là un autre voyage autour du monde, organisé par le Directoire. Auprès de ce dernier, il trouve un conseiller averti pour son projet de voyage américain. Enfin, il fait une rencontre qui changera le cours de sa vie : il se lie d’amitié à Aimé Jacques Bonpland, alors jeune médecin mais déjà renommé comme naturaliste11. C’est avec lui qu’Alexandre de Humboldt va faire son voyage en Amérique espagnole. Ils décident très rapidement, avant d’entreprendre le voyage pour le continent hispano-américain, de faire une excursion en octobre 1798 vers l’Algérie et le Maroc pour y étudier les Monts Atlas et “s’y roder”, selon ses propos.

De L’Espagne à l’Amérique espagnole

8Les premières étapes de l’expédition d’Alexandre de Humboldt et d’Aimé Bonpland sont européennes. Ils arrivent à Marseille au mois d’octobre 1798 pour embarquer sans tarder sur le Jaramas, un bateau qui vient du Portugal et se dirige vers l’Afrique du Nord. Ils doivent patienter deux longs mois car le bateau reste à Cadix (Espagne) pour y subir de lourdes réparations après une tempête essuyée au large des côtes portugaises. En décembre 1798, ils décident alors de se rendre dans la péninsule ibérique pour tenter d’y trouver un autre bateau. Leur périple – qui sera une sorte d’avant-goût du voyage américain – passe par Montpellier, Narbonne, Perpignan jusqu’à Valence et Murcie. Tout au long du voyage, et notamment le long des côtes du Levant méditerranéen espagnol, Alexandre de Humboldt exprime son enchantement devant la beauté de la nature qui s’offre à lui. Dans une lettre envoyée à Karl Ludwig Wildenow, il écrit :

  • 12 Alexandre de Humboldt, “Lettre à Wildenow”, in Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien et (...)

En Catalogne et à Valence, la campagne est un jardin éternel, orné de cactus et d’agaves ; des palmiers dattiers, hauts de quarante à cinquante pieds et chargés de grappes de fruits, s’élèvent au-dessus des cloîtres. Les champs ressemblent à une forêt de citronniers, d’oliviers et d’orangers... Le bassin où se trouve la ville de Valence n’a pas son pareil en Europe pour la richesse de la végétation. On croit n’avoir jamais vu ni arbres, ni feuilles, lorsqu’on aperçoit ces palmiers, ces dattiers, ces ceratonia, ces mauves... Malheureux que vous êtes, c’est à peine si vous pouvez vous réchauffer, tandis que moi j’erre parmi les orangers en fleurs, le front baigné de sueur, mes pieds foulent des champs arrosés par mille canaux qui donnent cinq récoltes par an (riz, blé, chanvre, pois et coton). Au milieu de cette exubérance des plantes, entouré de ces types humains d’une beauté indescriptible, on oublie volontiers les désagréments du voyage et des auberges où l’on ne trouve, souvent, même pas de pain à manger.12

9Dans cette partie du voyage, Alexandre de Humboldt visite le Monserrat, les ruines de Sagonte, où il établit avec précision la position du temple de Diane. D’insignifiants incidents l’étonnent. Par exemple, à Montorell, alors qu’il prend des notes tout en observant la lune, les passants, captivés par ses nombreux et insolites instruments, croient qu’il vénère le satellite... À Valence même, il est obligé d’attendre le soir très tard pour compléter ses observations scientifiques.

  • 13 Guillaume de Humboldt, “Lettre à Carl von Dacheröden”, Madrid, 15 novembre 1799 in Hanno BECK, Ge (...)
  • 14 Il est surprenant que Mariano Luis de Urquijo ait été là juste au moment voulu, car il n’a accomp (...)

10Au bout de quelques temps, nos deux voyageurs doivent abandonner l’expédition vers l’Algérie et le Maroc car ils apprennent que, durant cette période trouble, les Européens sont l’objet de persécutions de la part du Dey d’Alger, vraisemblablement en représailles de l’expédition napoléonienne en Égypte. En février 1799, ils décident alors de changer de cap et partent pour Madrid. D’après une lettre de son frère à Carl von Dacheröden, on apprend qu’« à la légation de Prusse à Madrid, Alexandre est reçu, en l’absence du représentant en titre, le baron von Rhode, par le secrétaire, von Tribolet-Hardy. Ce dernier lui ménage une série de contacts avec les diverses personnalités espagnoles ou étrangères de Madrid. C’est d’abord le baron Philippe von Forell, représentant de Saxe à Madrid, qui le présente au Premier Ministre Mariano Luis de Urquijo »13. Ce détail est important car c’est à ce dernier qu’Alexandre de Humboldt doit son voyage en Amérique espagnole14.

  • 15 Alexandre de Humboldt, “Lettre à Wildenow”, in Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien (...)

11Alexandre de Humboldt tire profit des intrigues et conspirations des Camarillas (Sénat et Parlement espagnols) qui, plus que jamais inconciliables dans une période particulièrement déterminante pour l’Espagne, se disputent l’autorité. On peut évaluer la grande habileté diplomatique du scientifique allemand par une lettre envoyée à son ami Karl Ludwig Wildenow : « j’ai su si bien profiter des changements ministériels et surtout de l’arrivée à son apogée du nouveau favori le Caballero Urquijo, que j’ai été recommandé le plus chaudement possible au Roi, et surtout à la Reine »15. Son aptitude à plaider sa cause auprès des gouvernants espagnols est en effet saisissante. Il met en avant ses anciennes fonctions et responsabilités dans les services prussiens des Mines, dans la mesure où il sait vraisemblablement que l’une des principales inquiétudes de la Couronne espagnole – au bord du gouffre à ce moment-là – est encore l’extraction des minéraux précieux dans les vice-royautés d’Amérique. Aussi, dans la lettre qu’il rédige à l’intention du baron Philippe von Forell, censé appuyer ses sollicitations auprès de Charles IV, alors roi d’Espagne, insiste-t-il sur cet aspect primordial. Toutes ses suggestions sont faites à point nommé pour convaincre les dirigeants espagnols de l’intérêt que l’Espagne peut tirer de son voyage dans les colonies américaines. Il exprime par ailleurs sa satisfaction à la perspective du voyage en Amérique hispanique dans les lettres qu’il écrit alors à son frère resté à Paris et qui, lui aussi, prépare un périple dans la péninsule ibérique. Dans une lettre en date du 26 avril 1799 adressée à H. Schiller, son frère Guillaume écrit :

  • 16 Guillaume de Humboldt, in Rudolf de Borch, Alexander von Humboldt, Sein Leben in Selbstzeugnissen(...)

Mon frère est à Madrid, comme j’en ai déjà informé Goethe, mais il va partir dans quatorze jours environ pour la Corogne et il s’embarque là pour le Mexique. Il a le projet de visiter toutes les provinces espagnoles d’Amérique, c’est-à-dire la plus grande partie de l’Amérique du Sud. Je suis très peiné de me voir séparé de lui pendant un temps aussi long, il est vrai que c’est un beau voyage ; il est tout à fait capable d’en tirer profit... c’est pourquoi je partage sa joie extraordinaire. Si j’en juge par ses lettres, il n’a jamais été aussi heureux.16

12C’est au début du mois de mai 1799 qu’Alexandre de Humboldt et Aimé Bonpland se mettent en route pour le port de La Corogne, en Galice, dernière étape européenne avant le départ pour les vice-royautés américaines. Jusqu’au dernier instant, leur voyage semble compromis. En effet, les Anglais bloquent les côtes espagnoles donnant sur l’Océan Atlantique et on ne sait si les navires en partance pour l’Amérique peuvent accoster au port de La Corogne. Finalement, début juin, ils embarquent à bord de la corvette “Pizarro”. À la dernière minute, ils décident qu’ils feront escale aux Canaries, et qu’avant de se rendre au Mexique, ils feront étape au Venezuela, puis à la Trinité et à Cuba. Des Antilles, ils repartiront pour la Colombie, l’Équateur et le Pérou, pour remonter enfin vers le Mexique en passant par l’Océan Pacifique (en effet, ils arriveront au port d’Acapulco et c’est de là qu’ils se dirigeront vers la ville de Mexico).

  • 17 Alexandre de Humboldt, Tableaux de la Nature, ou considérations sur les déserts, sur la physionom (...)
  • 18 Id., Relation historique du voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent fait entre 1799 (...)
  • 19 Id., Cosmos, Essai d’une description physique du monde, Paris, Gide et Baudry, 1841.

13Le voyage d’Alexandre de Humboldt en Amérique hispanique a certainement été préparé par de nombreuses œuvres littéraires. Par exemple, il lit, dans les années où il fréquente les salons berlinois, non seulement les ouvrages de Johann Goethe, qui deviendra plus tard son ami, mais aussi de Jean-Jacques Rousseau qui, comme nous le savons, a toujours exalté la nature, le voyage, le retour à l’état de liberté que l’individu recherche loin de la civilisation. Il découvre également le monde exotique d’Henri Bernardin de Saint-Pierre, en lisant Paul et Virginie, qu’il apprécie au point d’en emporter un exemplaire dont il lit fréquemment des extraits à son compagnon de voyage au milieu des forêts de l’Orénoque (Venezuela). Cette fascination pour les récits de voyage où l’on célèbre la Nature l’incita à rédiger lui-même trois ouvrages sur le thème : Tableaux de la Nature ou considérations sur les déserts, sur la physionomie, les végétaux et sur les cataractes de l’Orénoque17 (1808) ; Relation historique du voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent fait entre 1799 et 180418 (1816, déjà cité) et Cosmos. Essai d’une description physique du monde 19 (1841). Sans aucun doute, c’est bien le second qui renferme le plus d’informations sur l’Amérique espagnole.

  • 20 Id., Relation historique du voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent fait entre 1799 (...)

14Pour saisir les observations qu’il fait au cours de chacune de ses étapes urbaines – puisque c’est le thème que nous nous sommes imposé –, il faut garder à l’esprit qu’Alexandre de Humboldt est captivé par la quête d’horizons nouveaux, par une Nature énigmatique et par un Paradis urbain perdu, propre d’ailleurs au romantisme allemand naissant dans les années 1780-1800, et déjà largement épanoui en 1816. Il hésite longtemps avant de publier la Relation historique du voyage qui ne paraîtra que douze ans après son retour d’Amérique. Il reconnaît la difficulté de l’entreprise, le lecteur de l’époque étant habitué à des récits plutôt anecdotiques, souvent fondés sur quelques aspects de la géographie, de l’histoire etc. En effet, les chroniqueurs, à cette époque, cherchaient surtout à atteindre un large public en rapportant des “curiosités” plutôt que des appréciations véritablement scientifiques, utiles à une meilleure connaissance du monde. Alexandre de Humboldt note aussi que les voyageurs ou naturalistes l’ayant précédé se limitaient presque toujours à n’explorer que les côtes et ne s’aventuraient guère à l’intérieur des continents. Les résultats glanés çà et là ne pouvaient permettre une esquisse précise de la constitution géologique, du climat et de la prospérité économique. C’est pourquoi il se doit d’entreprendre un voyage à travers les terres hispano-américaines : « les voyages de terre – écrit-il – offrent de grandes difficultés pour le transport des instruments et des collections, mais ces difficultés sont compensées par des avantages réels. Seuls de tels voyages peuvent faire avancer une science qui est à peine ébauchée et que l’on désigne assez vaguement par les noms de Physique du monde, de théorie de la terre ou de géographie physique »20. Précisons que le voyage à travers les colonies espagnoles a été très difficile. Il essuie trois tempêtes, sur le trajet de Nueva Barcelona à La Havane, de la Trinidad à Cartagena de Indias, et de La Havane à Philadelphie, dans le canal des Bahamas.

  • 21 Ernesto Schafer, Comunicaciones marítimas y terrestres de las Indias españolas, Anuario de Estudi (...)

15Puis il doit parcourir des régions où les routes sont presque inexistantes. Au XVIIIe siècle, les Espagnols s’étaient bornés à élargir les trois voies qui allaient du port de Vera Cruz à Mexico, du port de Callao à Lima et du port de Valparaíso à Santiago de Chili. Le scientifique allemand suit les deux premières, qui ne représentent qu’une très faible partie de son périple ; le reste du temps il doit emprunter des chemins à peine frayés par des autochtones ou des cours d’eau souvent périlleux. L’historien Ernesto Schafer précise « qu’au Venezuela, il a navigué sur le Río Apure, l’Orénoque, le Río Negro et le Casiquiare, couvrant environ 2500 km ; en Colombie, le Río Magdalena, qu’il a remonté sur 1000 km, de Barranquilla à Honda. Il s’est heurté aussi à des obstacles considérables dans le trajet de Santa Fe de Bogotá à Pasto car il avait choisi le chemin le plus difficile, par le Quindío »21. Il faut enfin tenir compte du fait que la logistique de l’entreprise est importante. Alexandre de Humboldt et Aimé Bonpland doivent faire suivre leurs instruments, leurs herbiers et l’ensemble de leurs documents. Sur les fleuves, ils doivent se faire assister d’une trentaine d’Indiens ; pour les voyages de terre, il leur faut la plupart du temps un train de quinze à vingt mules lourdement chargées. Dans bon nombre de ses lettres, Alexandre de Humboldt se plaint de l’exténuante humidité et des insectes qui détruisent ses documents et les plantes recueillies pour l’herbier. Par ailleurs, certains équipements de mesure ont été perdus à la suite de naufrages dans les cours d’eau.

Les villes de l’Amérique hispanique observées par Alexandre de Humboldt

  • 22 C’est le cas d’Acapulco ou de Vera Cruz, par exemple.

16Les observations qu’Alexandre de Humboldt laisse des villes qu’il a visitées au cours de son voyage ont pu quelque peu décevoir ceux qui cherchaient dans ses ouvrages une sorte de guide artistique, voire touristique. On ne peut s’attendre à y découvrir une relation exhaustive et détaillée des principaux monuments, palais, cathédrales et maisons particulières dignes d’attention. Ce manque est cependant amplement compensé par sa façon singulière et très personnelle de susciter un intérêt pour chacune des villes visitées en Amérique espagnole. En lisant ses ouvrages, on prend vite conscience qu’il ne suit pas un plan uniforme. C’est ainsi que La Havane et Mexico apparaissent au lecteur avec suffisamment de clarté et de réalisme pour que celui-ci puisse se les représenter sans peine. Pour d’autres, comme Lima, Santa Fe de Bogotá ou Quito, Alexandre de Humboldt ne livre que les impressions que lui inspira son séjour. Enfin, lorsqu’il s’agit d’une cité moins étendue, comme c’est le cas pour certains villages du Venezuela ou du Mexique, le lecteur doit se satisfaire de quelques mots semés ici ou là, comme au hasard. Le plus souvent, spécialement lorsqu’il décrit un port, celui-ci est présenté dans son site naturel auquel il adjoint un plan très détaillé22. C’est ainsi que Cumaná, La Guaira, La Havane, Acapulco et Vera Cruz sont montrés dans un cadre géographique ample, ce qui autorise Alexandre de Humboldt à évoquer la raison économique et politique pour laquelle le port a autrefois été fondé : refuge naturel pour les bateaux, perspective d’un arrière-pays, position stratégique et action militaire, emplacement commercial etc.

  • 23 Alexandre de Humboldt, Relation historique du voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continen (...)
  • 24 Ibidem, p. 137.

17Notons aussi la rigueur de ses observations et de ses impressions. Il s’applique à communiquer le nombre exact d’habitants, les taux d’accroissement démographique lorsqu’il peut les calculer, des informations sur les marchandises ou sur la consommation des provisions, l’effet des épidémies, surtout dans les ports ou les embarcadères situés dans les secteurs tropicaux ; bref, une analyse géographique, socio-historique et économique du plus haut intérêt pour les spécialistes d’aujourd’hui. « Les rues de Caracas – écrit-il – sont larges, bien alignées, et se coupent en angles droits, comme dans toutes les villes fondées par les Espagnols en Amérique. Les maisons sont spacieuses et plus élevées qu’elles ne devraient l’être dans un pays sujet aux tremblements de terre. En 1800, les deux places d’Alta Gracia et de San Francisco offraient un aspect très agréable »23. La disposition régulière, symétrique et ordonnée de ce genre d’agglomération lui plaît beaucoup. Il en est de même pour Turmero, village vénézuélien, où l’uniformité de l’aménagement rappelle que toutes les bourgades « doivent leur origine aux moines et aux missions. Les rues sont bien alignées et parallèles ; elles se croisent en angle droit ; la grande place qui forme un carré au centre, renferme l’église. Celle de Turmero est un édifice somptueux, mais chargé d’ornements d’architecture »24. Ces deux observations succinctes permettent de prendre connaissance d’un certain type de village très courant en Amérique du Sud.

  • 25 Alexandre de Humboldt, “Lettre à Guillaume de Humboldt”, Lima, 25 novembre 1802 in Relation histo (...)
  • 26 Ibidem.

18De plus, il tient compte de l’effet des tremblements de terre. Il signale dans ses notes que si Mexico est menacé par les eaux, en revanche, la tranquillité de ses habitants est moins troublée par les tremblements de terre et par la colère des volcans que celle des habitants de Cumaná, de Lima, de Riobamba, de Guanajuato et surtout de Quito. En effet, les secousses telluriques chroniques de certaines régions du continent hispano-américain ont une répercussion sur la pauvreté architecturale de certaines agglomérations (comme c’est le cas de Cumaná). Celles-ci n’ont pas permis l’éclosion, en particulier dans la vice-royauté de Nueva Granada (qui correspond de nos jours à l’Équateur, à la Colombie et au Venezuela), d’une architecture durable. À ce propos, Alexandre de Humboldt relève que dans certaines villes, « ces calamités naturelles n’altèrent en rien le caractère des habitants. Dans mon étape à Quito, – précise-t-il – j’ai pris conscience que la ville est belle, mais le ciel y est triste et nébuleux... le grand tremblement de terre du 4 février 1797, qui bouleversa toute la province et tua dans un seul instant 40 000 hommes, a été aussi funeste à cet égard aux habitants »25. Un peu plus loin il ajoute : « mais en dépit des horreurs et des dangers dont la nature les a environnés, les habitants de Quito sont gais, vifs et aimables. Leur ville ne respire que la volupté et le luxe et nulle part, peut-être, il ne règne un goût plus décidé et plus général de se divertir. C’est ainsi que l’homme s’accoutume à s’endormir paisiblement sur le bord d’un précipice »26. Telles sont les observations que l’on peut trouver sur bon nombre de cités, et sur leurs caractéristiques selon leur emplacement.

19La première constatation que l’on peut faire est qu’on sent bien chez Alexandre de Humboldt un certain désintérêt devant l’architecture coloniale hispano-américaine. Il n’y consacre que de rares descriptions, la plupart du temps défavorables. Il est bien plus sensible aux monuments de la nature et se montre plus attiré par les bâtiments utilitaires (établissements d’instruction, musées, hôpitaux, manufactures, fabriques) que par des cathédrales, sanctuaires ou autres palais. Sans conteste, son goût va à l’architecture néoclassique. La mention des villes qu’il estime belles et harmonieuses (Berlin, Saint-Pétersbourg, Philadelphie et quelques quartiers de Westminster) est suffisamment explicite pour que nous comprenions pourquoi il n’a pas apprécié les fantaisies décoratives des artistes espagnols, métis ou indiens. Son penchant, pour ne pas dire sa manie, pour l’ordre et la propreté l’a parfois rendu injuste envers certaines agglomérations (comme c’est le cas de La Havane et de Lima) qui possèdent de nombreux joyaux architecturaux. Il faut reconnaître néanmoins qu’il a très vite saisi les traits essentiels de la ville hispano-américaine : grande étendue et construction rationnelle autour d’un siège administratif et religieux.

La Havane

  • 27 Lors de son second séjour, il a passé presque tout son temps à mettre de l’ordre dans ses herbier (...)
  • 28 Alexandre de Humboldt, Essai politique sur l’île de Cuba, avec une carte et un supplément qui ren (...)
  • 29 Ibidem.
  • 30 Ibidem, p. 10.

20Alexandre de Humboldt séjourne deux fois à La Havane. La première fois du 19 décembre 1800 au 15 mars 1801 et la seconde fois du 14 mars 1804 au 29 avril 1804, jour où il part pour Philadelphie. Après avoir rappelé que l’aspect de cette ville27 « à l’entrée du port, est un des plus riants et des plus pittoresques dont on puisse jouir sur le littoral de l’Amérique équinoxiale »28, il évoque « ces châteaux forts qui couronnent les rochers à l’est du port, ce bassin intérieur, entouré de villages et de fermes, ces palmiers qui s’élèvent à une hauteur prodigieuse, cette ville à demi cachée par une forêt de mâts et la voilure des vaisseaux »29. Il présente La Havane comme une agglomération bien distincte des autres villes du continent. Il indique que si la plupart des villes hispano-américaines présentent des rues bien alignées, à La Havane, à l’inverse « la plupart des rues sont étroites et le plus grand nombre ne sont point encore pavées »30. Il faut donc, d’après lui, faire venir des pavés de Vera Cruz. Il critique par ailleurs les Havanais qui ont la fâcheuse habitude de disposer sur la chaussée des troncs d’arbres reliés par des câbles. Ainsi, il commente :

  • 31 Ibidem.

Les voyageurs récemment arrivés voyaient avec surprise les plus beaux troncs de cahoba (acajou) enfoncés dans les boues de La Havane. À l’époque de mon séjour, peu de villes de l’Amérique espagnole offraient, par le manque d’une bonne police, un aspect plus hideux. On marchait dans la boue jusqu’aux genoux, la multitude de calèches ou volantes qui sont l’attelage caractéristique de La Havane, les charrettes chargées de caisses de sucre, les porteurs qui coudoyaient les passants, rendaient fâcheuse et humiliante la position d’un piéton. L’odeur du tasajo ou de la viande mal séchée empestait souvent les maisons et les rues tortueuses.31

  • 32 Ibidem.
  • 33 Comme nous l’apprend Charles Minguet : « les esclaves à Cuba représentent, en 1825, 36% de la pop (...)
  • 34 En ce sens Jean Sarrailh atteste que «les efforts des philosophes et réformateurs de ce temps pou (...)

21Cependant après avoir reconnu que la Calle de los Mercaderes (la Rue des Marchands) – où il a d’ailleurs séjourné dans une auberge pendant un cours séjour avant d’être accueilli dans la maison de famille de la Cuesta – offre une “belle apparence”, il signale la beauté de deux promenades : l’Alameda et le Paseo extra-muros (entre le Castillo de la Puente et la Puerta de la Muralla), puis le Campo de Marte, non loin du jardin botanique. Il ne manque pas de relever que le centre de la ville et ses alentours sont embellis par une variété de palmiers, la Palma real, au port imposant, qui s’élève à soixante ou quatre-vingts mètres de hauteur. Puis vient l’énumération rapide, pour ne pas dire expéditive, des principaux monuments de la ville : « la cathédrale, la Maison du Gouvernement, la maison du Commandant de la marine, l’arsenal, la poste, la factorerie du tabac... moins remarquables – dit-il – par leur beauté que par la solidité de leur construction »32. Mais sa principale préoccupation s’avère être celle de la population d’origine noire africaine de La Havane et de l’esclavage33. Il constate, par exemple, que si une circonscription massive des esclaves à la campagne est manifeste, à La Havane, au contraire, les esclaves ne sont pas écartés du reste de la population d’origine espagnole, notamment dans les quartiers périphériques, La Salud, Jesús María, Horcón, Cerro et San Lorenzo. Il observe également que les affranchissements sont plus nombreux dans la capitale cubaine qu’à la campagne, et il attribue ce fait au contact prolongé des communautés (ce qui ne signifie pas, selon lui, que les rapports entre Espagnols et Noirs soient dépourvues d’hostilité, voire de haine). Enfin, il remarque que le mépris du travail manuel à La Havane – caractéristique à peu près jamais démentie de la mentalité des Espagnols depuis leur arrivée sur le sol indo américain – a favorisé le transfert sur la population noire des tâches considérées comme non-nobles34. Ce tableau, assez concis, de sa première étape cubaine est très éloquent de sa façon d’envisager ses “impressions urbaines”.

Lima

22L’étape de Lima, entre le 23 octobre et le 24 décembre 1802, est sans doute la plus curieuse en ce sens qu’elle est traitée de façon originale. Il s’agit d’une série d’impressions très défavorables plutôt que d’un tableau dans le genre de celui établi à La Havane et de celui esquissé plus tard à Mexico. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Alexandre de Humboldt n’a pas gardé d’excellents souvenirs du Pérou en général, et particulièrement des deux mois passés à Lima. Dans une lettre adressée à Ignacio Checa, Gouverneur de la province de Jaén de Bracamoros, le scientifique allemand fait une série d’observations peu élogieuses :

  • 35 Alexandre de Humboldt, “Lettre à Ignacio Checa, Gouverneur de la province de Jaén de Bracamoros” (...)

Lima est un lieu qui ne se distingue en rien de Trujillo, si ce n’est qu’elle a plus d’habitants et plus de vanité. En Europe, on nous avait dépeint Lima comme une ville célèbre pour son luxe et son faste. Je n’ai rien vu de tel, même s’il est certain que cette capitale a décliné au profit de Buenos Aires, de Santiago et d’Arequipa. Sous le point de vue des modes de vie et de la culture sociale, on ne peut la comparer à La Havane et encore moins à Caracas. Dans cette dernière ville, où l’agriculture prévaut, à la suite de l’abandon de l’exploitation des mines ou de leur absence, on trouve des familles qui jouissent d’un revenu de 35 000 à 40 000 pesos. Aujourd’hui, personne à Lima n’atteint 30 000 et seul un très petit nombre d’habitants arrive à 12 000. Je n’ai vu ni des maisons fastueuses, ni des femmes vêtues avec un luxe extraordinaire, et j’ai appris que la plupart des familles étaient complètement ruinées. La cause principale en est l’inimitié sociale et la passion du jeu. À l’exception du théâtre (médiocre et peu fréquenté) et des arènes (qui sont très jolies), il n’existe aucune autre distraction [...]. La nuit, la saleté des rues, parées de chiens et d’ânes crevés, ajoutée aux irrégularités de la chaussée, gêne le trafic des calèches.35

  • 36 Ibidem, p. 209.

23Il poursuit en évoquant l’aspect aride des environs de Lima, ce qui ne peut qu’affliger un homme comme lui, si sensible à l’opulence de la nature tropicale. Pourtant, tout le monde le traite fort bien. « Mais à part Urquizu, le baron de Nordenpflicht et le Père Cisneros del Escorial, il n’y a – affirme-t-il – personne qui puisse être de quelque utilité ou de quelque agrément intellectuel ou social, car très peu d’individus s’occupent de la félicité publique »36. Ce point de vue atrabilaire, où l’on note un manque total de références à la ville elle-même, à ses monuments ou à ses édifices, représente chez Alexandre de Humboldt une curieuse variante dans ses observations urbaines. Il ne suggère qu’une série de sentiments personnels, qui sont, dans ce cas, fort négatifs.

  • 37 Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole, cit., p. (...)

24Ces impressions peuvent être analysées de plusieurs manières. Le premier facteur est la crise économique par laquelle passait le Pérou à l’époque où il s’y trouvait (cette crise avait été causée par le décret de libre commerce qui avait totalement désarticulé les circuits traditionnels de l’Empire espagnol, ravissant à Lima sa place privilégiée et portant un coup terrible aux grandes dynasties oligarchiques de la région). Le second est à relier à sa déception de ne pas avoir retrouvé trace, à Lima, du luxe et du faste qu’il s’attendait à voir, sur sa foi de lectures faites en Prusse avant son départ notamment des ouvrages publiés au XVIIIe siècle par des voyageurs Européens. On trouve tous les clichés sur Lima (ville fastueuse, palais splendides, communauté brillante etc.) chez Guillaume Raynal, auteur français qu’Alexandre de Humboldt avait tout particulièrement apprécié durant sa jeunesse. Au lieu de cela, comme le fait remarquer Charles Minguet, « le scientifique allemand a trouvé une ville morte, des familles en ruine, divisées par des haines déplorables, en un mot le contraire de tout ce qu’il avait pu lire avant son départ »37. En outre, il a été déçu par le paysage des alentours de Lima : cette partie du Pérou n’est pas “pittoresque” au sens où l’on entendait ce mot à l’époque romantique qui fut la sienne.

Mexico

  • 38 Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de la Nouvelle Espagne, Paris, Schoell, 181 (...)
  • 39 Ibidem.

25Le scientifique allemand séjourne à Mexico entre le 11 avril et le 15 mai 1803. La façon dont Alexandre de Humboldt présente cette ville diffère totalement de celle qu’il a adoptée pour les autres agglomérations. Comme nous le savons, Mexico a un grand passé indigène puisqu’elle existait déjà au même endroit sous le nom de Tenochtitlán. On est surpris de constater qu’il a connaissance de la lettre qu’avait envoyée Hernán Cortés aux Rois d’Espagne en octobre 1520 où ce dernier décrit « la ville fondée par les Aztèques en 1325 au milieu du lac salé ». Au départ, ses observations se fondent sur les descriptions réalisées par les Espagnols de la période de la Conquête (en particulier celles faites par Clavigero). Puis les impressions humboldtiennes semblent divaguer dans le passé de la cité, pour parfois devenir même lyriques : « orné de nombreux Teocallis – écrit-il – qui s’élèvent en forme de minarets, entouré d’eau et de digues, fondé sur des îles couvertes de verdure, recevant dans ses rues à chaque heure des milliers de bateaux qui vivifiaient le lac, l’ancien Tenochtitlán devait ressembler et ressemble peut-être encore à quelques villes de la Hollande, de la Chine ou du Delta inondé de la Basse-Égypte »38. Ce qui l’étonne le plus, c’est le marché « richement fourni en comestibles, surtout en légumes et en fruits de toute espèce. C’est un spectacle intéressant dont on peut jouir tous les matins au lever du soleil »39. Plus encore qu’à La Havane, il est ébahi par les couleurs et la variété des fleurs, et offre une esquisse très précise de la passion des fleurs chez les Indiens habitant la ville :

  • 40 Ibidem, pp. 382-383.

Au grand marché de Mexico, le natif ne vend pas de pêches, pas d’ananas, pas de légumes, pas de pulque (le jus fermenté de l’agave), sans que sa boutique ne soit ornée de fleurs qui se renouvellent tous les jours. Le marchand indien paraît assis dans un retranchement de verdure. Une haie d’un mètre de haut et formée d’herbes fraîches, surtout de graminées à feuille délicates, entoure, comme un mur semi-circulaire, les fruits qui sont offerts au public. Le fond, d’un vert uni, est divisé par des guirlandes de fleurs qui sont parallèles les unes aux autres. De petits bouquets placés symétriquement entre les festons donnent à cette enceinte l’apparence d’un tapis parsemé de fleurs.40

  • 41 Ibidem, p. 52.
  • 42 Ibidem.
  • 43 Ibidem.

26Au fur et à mesure que son séjour se prolonge, ses observations sont moins lyriques, mais tout aussi enthousiastes : « la capitale, reconstruite par les Espagnols, offre un aspect moins riant peut-être, mais d’autant plus imposant et majestueux. Mexico est sans doute au nombre des plus belles villes que les Européens aient fondées dans les deux hémisphères »41. Parmi les édifices principaux, il ne peut s’empêcher de critiquer la cathédrale « dont une petite partie est dans le style vulgairement appelé gothique ». Il décrit rapidement les couvents, l’Hospice, la prison de la Acordada, mais s’attarde plus longtemps sur l’École des Mines « avec ses belles collections de physique, de mécanique et de minéralogie » et sur le jardin botanique « très petit, mais extrêmement riche en productions végétales »42. Il indique par ailleurs que l’emplacement de Mexico offre des avantages inestimables, notamment pour le développement du commerce. Mais si son emplacement géographique est favorable, il n’en reste pas moins que la ville n’est pas à l’abri des éléments. En effet, Mexico est constamment menacée par les inondations, en dépit des travaux colossaux de drainage et d’assèchement entrepris par la Couronne espagnole sous Charles II, le dernier des Habsbourg d’Espagne. Il rappelle que « l’inondation de 1629 a duré cinq ans, et les Espagnols, obligés de circuler en barque dans les rues de leur ville, se croyaient revenus dans l’ancien Tenochtitlán »43. Quand Alexandre de Humboldt fait la connaissance des quelques notables de la ville, il leur adresse les plus sévères avertissements. Il recommande l’aménagement de nouveaux canaux ou conduits de drainage, rappelant le désarroi où fut la cité après le violent orage du 6 septembre 1772 (celle-ci ne fut préservée du désastre que par l’assèchement de Nochistongo). Il prédit aussi – ce qui fait sourire les autorités de l’époque – l’affaissement progressif des lourds bâtiments et monuments (en effet, certains secteurs de la ville s’enfoncent aujourd’hui de trente centimètres par an). On discerne que tout au long de cette étape, les inquiétudes d’Alexandre de Humboldt, si elles ne sont pas du même ordre que celles des spécialistes actuels, les rejoignent malgré tout, à deux cents ans de distance, à propos d’une agglomération établie en un emplacement soumis à l’influence néfaste des phénomènes hydrauliques. La ville de Mexico apparaît dans son récit comme une ville intimement métisse, en dépit de la dévastation presque totale de l’ancien Tenochtitlán. Il a saisi à la perfection ce qui fait l’originalité et la splendeur de cette cité qui apparaît comme l’emblème le plus significatif de l’osmose de deux cultures et de deux peuples.

Constat de voyage d’un homme de sciences

27L’ensemble du périple d’Alexandre de Humboldt en Amérique espagnole est un témoignage captivant, non seulement parce qu’il est parvenu à accomplir dans les différentes régions visitées un travail scientifique d’une grande envergure, mais aussi parce qu’à travers ses étapes urbaines il a présenté un tableau assez exhaustif de la société coloniale, sans oublier le commentaire pertinent qu’il a fait au sujet des prétentions des créoles à un moment particulièrement capital de l’histoire de l’Amérique. En effet, par la nature même de son récit, il a été amené à dévoiler ses sentiments personnels sur les caractères de la colonisation hispanique, sur les mouvements d’Indépendance et sur l’espérance de vie ou de survie des futures Républiques nées entre 1810 et 1830. D’ailleurs, l’un de principaux constats de son voyage se fonde sur des réactions subjectives face à la Couronne espagnole sur le point de s’effondrer. Celles-ci sont assez divergentes, selon que l’on se réfère aux œuvres publiées dans les années 1810-1812, ou à celles qui ont vu le jour après cette période. Alexandre de Humboldt a-t-il encouragé le mouvement d’Indépendance ? Charles Minguet atteste que :

  • 44 Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole, cit., p. (...)

Certains auteurs le prétendent, en se fondant sur un ensemble de critiques qui figurent aussi bien dans ses premiers livres et notamment dans l’Essai politique sur la Nouvelle-Espagne (1811), que dans les œuvres publiées au moment même où les combats entre Créoles et Espagnols étaient en cours, comme c’est le cas pour la Relation historique (1816). Si l’on peut retrouver en Amérique espagnole quelques traces de l’influence d’Alexandre de Humboldt dans le domaine économique et surtout au Mexique à partir de 1824, c’est-à-dire après la fin de la guerre de libération du pays, il est plus difficile de déceler une influence politique sur les mouvements d’Indépendance avant les premiers soulèvements.44

  • 45 Alexandre de Humboldt, critique du système en vigueur dans les colonies espagnoles, constate un é (...)

28Nous partageons ce point de vue pour deux raisons. Tout d’abord, parce que l’origine du mécontentement des Créoles – qu’Alexandre de Humboldt a relaté et commenté avec beaucoup de perspicacité – remonte au commencement de la colonisation espagnole ; ensuite parce que le laps de temps qui s’est écoulé entre la date de parution de ses écrits et les premières insurrections en Amérique est insignifiant, à un moment où les idées, les ouvrages et les hommes se déplaçaient assez lentement. On ne peut donc retenir l’alternative d’une influence palpable ; les événements hispano-américains ont même précédé, dans certains secteurs, ses premières publications45.

  • 46 Alexandre de Humboldt, Tableaux de la Nature, Paris, Guérin, 1866.
  • 47 Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole, cit., p. (...)

29Il faut aussi différencier, dans ses écrits, deux aspects bien distincts : d’une part l’enchantement que lui a procuré son voyage, et d’autre part, la facilité relative de son périple qui s’est effectué dans des conditions très favorables. Avant lui, aucun des rares scientifiques qui avaient mis le pied dans les vice-royautés américaines n’avaient pu exercer sa profession avec autant d’avantages et de facilité (nous faisons ici allusion à la malheureuse expédition de La Condamine à Quito qui avait laissé, chez les savants français, de biens harassants souvenirs). Le voyage d’Alexandre de Humboldt, au contraire, s’est déroulé sans incidents légendaires, à l’exception des quelques accès de fièvre qui ont affecté Aimé Bonpland, et des naufrages inéluctables dans les cours d’eaux de l’Orénoque au Venezuela. Cela ne signifie pas qu’il n’ait été bon nombre de fois en danger de mort, ni que les risques encourus n’aient pas mis sa santé à rude épreuve. Il faut croire qu’il a bénéficié d’une chance de tous les instants. Il ressort de cela qu’Alexandre de Humboldt a gardé de son séjour en Amérique hispanique une impression forte, non seulement du cadre naturel, qu’il décrira plus tard dans ses Tableaux de la Nature46, mais également des villes, des villages et des hommes qu’il y a trouvés. Charles Minguet ajoute, et cela n’est pas le moins important, « que l’accueil reçu dans les colonies, même s’il s’exerce entre groupes ethniques bien délimité (Basques, Catalans, Galiciens...) est néanmoins caractérisé par lui comme une qualité essentiellement espagnole. Il n’oublie pas, dans les textes écrits pendant son voyage (1799-1804), qu’il se trouve en pays espagnol, conquis par les Espagnols et qui, à l’époque où il commence à publier ses premiers ouvrages sur l’Amérique, dépendaient encore de l’Espagne »47. Néanmoins, nous pensons qu’il était tout à fait conscient du malaise qui régnait entre Espagnols et Créoles. En effet, l’Essai politique sur la Nouvelle-Espagne, son premier livre “américaniste”, apporte de nombreuses preuves de ce malaise. Dans cet ouvrage, on discerne qu’il a d’abord eu une conception unitaire de la question coloniale espagnole et qu’il se plaçait, non pas du point de vue des Créoles américains, mais dans la perspective proposée par l’Espagne libérale. En 1808 – moment où Napoléon Bonaparte imposait en Espagne comme nouveau roi son frère Joseph causant ainsi les premiers débordements indépendantistes en Amérique – il pensait que tout pouvait être encore sauvé, à condition que des changements soient réalisés. Sans doute, a-t-il souhaité plus tard que les nouvelles républiques de ce que l’on commencera à dénommer Amérique latine prennent un bon départ dans le sentier de la démocratie et du progrès social. Mais il n’est pas allé plus loin pour proclamer sa sympathie envers elles.

Conclusion

30Alexandre de Humboldt a tiré toute une série d’hypothèses et de conclusions après son séjour sur le continent hispano-américain. Il a affirmé que l’évolution des sociétés ne s’accomplissait pas toujours selon un principe rationnel et qu’il n’était pas toujours donné à l’individu d’expliquer entièrement les processus évolutifs. Il n’était pas tellement sûr non plus que la société hispano-américaine progresse indéfiniment vers “le bien et le vrai”, il voulait pourtant le croire.

31En vérité, il n’a pu percevoir qu’un certain nombre d’aspects fragmentaires, du reste fort importants, du monde hispano-américain. Si ses observations et impressions éclairent divers secteurs de ce monde, ses incertitudes, ses doutes et parfois ses erreurs de jugement lui enlèvent aussi cette auréole de “prophète illuminé” dont l’ont généreusement couronné quelques biographes, lui restituant ainsi ses dimensions humaines. Cette hésitation d’un individu, tout simplement placé devant les événements de son temps, est pour nous beaucoup plus précieuse que les allégations aléatoires des apologistes. Il n’a jamais cru que l’Histoire soit l’accomplissement d’une idée rationnelle ou d’un principe spirituel ou divin préétabli ; c’est d’ailleurs ce qui l’a toujours distingué d’Emmanuel Kant et de Friedrich Hegel. S’il a cru, au moment de son départ vers l’Amérique espagnole, à un progrès général de l’humanité, il n’a pu s’empêcher d’évoquer, après son retour et notamment après la publication de ses œuvres américanistes, « l’éternelle énigme des oscillations qu’éprouve le mouvement tour à tour progressif ou rétrograde de la société humaine ». Selon ses propos, il a senti, après son périple américain, l’anxiété que devait ressentir Voltaire devant un progrès qui paraît désespérément lent... « difficile, sans cesse menacé, mais néanmoins en constante évolution ».

Haut de page

Notes

1 Carlos Castaneda, Le voyage à Ixtlan, Paris, Gallimard, 1972, p. 206.

2 Paris, Schoell, 1810.

3 Paris, Dufour, 1814.

4 Paris, Edition Gide, 1814.

5 Paris, Schoell, 1805.

6 Tome 1 : Paris, Schoell, 1814, 640 p. ; Tome 2 : Paris, Maze, 1819, 722 p. ; Tome 3 : Paris, Smith et Gide, 1825, grand in Quarto, 629 p.

7 Julius Löwenberg, in Eine wissenschaftliche Biographie, Vol. 2, Karl BRUHNS, Leipzig, 1872, p. 11.

8 Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole, Paris, Máspero, 1969, pp. 36-37.

9 Ibidem, p. 41.

10 Alexandre de Humboldt, in Alexander von Humboldt, Sein Leben in Selbstzeugnissen, Rudolf de Borch, Berlin, Briefen und Berichten, Verlag des Druckhauses Tempelhof, 1948, p. 385.

11 Charles Minguet donne quelques éclaircissements concernant ce personnage tout compte fait peu connu puisqu’il a évolué à l’ombre du scientifique allemand : « après son retour en France avec Alexandre de Humboldt en 1804, Aimé Jacques Bonpland devait rester en France jusqu’en 1816. A cette date, il s’embarque pour l’Argentine. Il est mort le 4 mai 1858 a Restauración - aujourd’hui La Unión (Uruguay) -, dans le plus grand dénuement, après avoir essayé à plusieurs reprises d’installer dans ces contrées des exploitations agricoles de maté, détruites les unes après les autres au cours des diverses guerres civiles ou nationales qui sévirent à cette époque. Il a été séquestré par José Gaspar Rodríguez de Francia, qui fut dictateur du Paraguay pendant 26 ans. En 1821, le Supremo fait mettre à sac la plantation de maté d’Aimé Jacques Bonpland, et l’assigne à résidence à Santa María de Fe, ancienne mission des Jésuites du Paraguay. Il a été retenu prisonnier dix ans. Il ne fut libéré que le 8 février 1831. À l’annonce de sa séquestration arbitraire, Alexandre de Humboldt avait écrit à Simón Bolívar pour lui demander d’user de son autorité auprès de José Gaspar Rodríguez de Francia en vue de la libération de son compagnon de voyage ». Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole, cit., p. 53.

12 Alexandre de Humboldt, “Lettre à Wildenow”, in Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole, cit., pp. 55-56.

13 Guillaume de Humboldt, “Lettre à Carl von Dacheröden”, Madrid, 15 novembre 1799 in Hanno BECK, Gespräche Alexander von Humboldts, Akademie Verlag, Berlin, 1959, note 238, p. 279.

14 Il est surprenant que Mariano Luis de Urquijo ait été là juste au moment voulu, car il n’a accompli qu’un court mandat (entre août 1798 et décembre 1800).

15 Alexandre de Humboldt, “Lettre à Wildenow”, in Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole in Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole, cit., pp. 101-102.

16 Guillaume de Humboldt, in Rudolf de Borch, Alexander von Humboldt, Sein Leben in Selbstzeugnissen, cit, p. 111.

17 Alexandre de Humboldt, Tableaux de la Nature, ou considérations sur les déserts, sur la physionomie, les végétaux et sur les cataractes de l’Orénoque, Paris, Schoell, 1808.

18 Id., Relation historique du voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent fait entre 1799 et 1804, cit.

19 Id., Cosmos, Essai d’une description physique du monde, Paris, Gide et Baudry, 1841.

20 Id., Relation historique du voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent fait entre 1799 et 1804, cit. p. 1.

21 Ernesto Schafer, Comunicaciones marítimas y terrestres de las Indias españolas, Anuario de Estudios Americanos, 1946, p. 969.

22 C’est le cas d’Acapulco ou de Vera Cruz, par exemple.

23 Alexandre de Humboldt, Relation historique du voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent fait entre 1799 et 1804, cit., p. 181.

24 Ibidem, p. 137.

25 Alexandre de Humboldt, “Lettre à Guillaume de Humboldt”, Lima, 25 novembre 1802 in Relation historique du voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent fait entre 1799 et 1804, cit. p. 131.

26 Ibidem.

27 Lors de son second séjour, il a passé presque tout son temps à mettre de l’ordre dans ses herbiers. Il a d’ailleurs présenté, devant la Sociedad Económica de Amigos del País, un rapport sur la richesse métallique de la colline de Guanabacoa.

28 Alexandre de Humboldt, Essai politique sur l’île de Cuba, avec une carte et un supplément qui renferme des considérations sur la population, la richesse territoriale et le commerce de l’Archipel des Antilles et de Colombia, tome I, Paris, Gide, 1816, p. 9.

29 Ibidem.

30 Ibidem, p. 10.

31 Ibidem.

32 Ibidem.

33 Comme nous l’apprend Charles Minguet : « les esclaves à Cuba représentent, en 1825, 36% de la population, la proportion des hommes de couleur, noirs ou mulâtres, esclaves ou libres, étant de 54%. Dans le tableau général dressé par Alexandre de Humboldt des gens de couleur libres et esclaves, il apparaît que 43% sont des citadins, 57% étant fixés dans les champs. A l’intérieur de ce groupe coloré, on remarque que la plus grande partie des “agriculteurs” est composée d’esclaves : 44,5% sur un total de 57%, soit une proportion de 90% de main-d’œuvre agricole composée uniquement d’esclaves ». Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole, cit., p. 487.

34 En ce sens Jean Sarrailh atteste que «les efforts des philosophes et réformateurs de ce temps pour essayer de tirer l’Espagne de son sous-développement économique a été important. Au nombre de ces tentatives figure en bonne place la réhabilitation et l’exaltation du travail manuel, qui ne vont pas sans quelque exagération, puisqu’on l’oppose à l’étude de la théorie, considérée parfois comme néfaste. Le mépris de toute activité manuelle et mécanique ne pouvait donc que s’accroître sur le Nouveau Continent, où la seule qualité de blanc conférait, croyait-on, la noblesse ». Jean Sarrailh, L’Espagne éclairée de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, Paris, 1954.

35 Alexandre de Humboldt, “Lettre à Ignacio Checa, Gouverneur de la province de Jaén de Bracamoros” in Hanno Bech, p. 298, note 402 in Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole, cit., pp. 627-628.

36 Ibidem, p. 209.

37 Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole, cit., p. 630.

38 Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de la Nouvelle Espagne, Paris, Schoell, 1811, p. 51.

39 Ibidem.

40 Ibidem, pp. 382-383.

41 Ibidem, p. 52.

42 Ibidem.

43 Ibidem.

44 Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole, cit., p. 191.

45 Alexandre de Humboldt, critique du système en vigueur dans les colonies espagnoles, constate un état de fait qu’il faut régler immédiatement, mais il ne lance pas un appel aux armes, et encore moins envisage-t-il un recours à l’indépendance pour régler les conflits.

46 Alexandre de Humboldt, Tableaux de la Nature, Paris, Guérin, 1866.

47 Charles Minguet, Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole, cit., p. 197.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Gómez, « Observations et impressions d’Alexandre de Humboldt lors de ses différentes étapes en Amérique hispanique (1799-1804) », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 337-359.

Référence électronique

Gérard Gómez, « Observations et impressions d’Alexandre de Humboldt lors de ses différentes étapes en Amérique hispanique (1799-1804) », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/915 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.915

Haut de page

Auteur

Gérard Gómez

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org