Navigation – Plan du site
Voyager, se loger, découvrir ou redécouvrir

Sarmiento s’arrête à Paris. Entre hôtels et salons mondains

Diego Jarak
p. 405-413

Résumés

En 1845, Domingo Faustino Sarmiento (1811-1888) entreprend avec le soutien du gouvernement chilien, un voyage de deux ans durant lequel il se consacrera à l’étude des établissements éducatifs de plusieurs pays dont la France. Ce voyage est à l’origine de deux textes très importants : De la educación popular (1849) et Viajes (1852). Dans le premier, Sarmiento expose les résultats de ses études. Dans le deuxième, plus intime et quelque peu décalé, Sarmiento nous révèle la quotidienneté du voyage. Il s’agit d’un recueil des lettres qu’il écrivait à ses proches pour leur faire part de ses vraies impressions. Dans l’édition critique de ce texte on trouve, outre ces lettres, le carnet que Sarmiento tenait de ses dépenses de voyage (hôtels, restaurants, sorties, etc.). Sa lecture nous offre une perspective tout à fait différente, nous aidant à comprendre ce qu’il retient de son voyage, notamment de la France. En effet, c’est son séjour à Paris qui fera ici l’objet de notre étude. Durant les six mois au cours desquels il séjourne dans la Ville Lumière, on verra « le petit provincial argentin » changer trois fois d’hôtel, essayer six restaurants différents en trois jours, aller dans les cafés les plus célèbres, assister à des représentations théâtrales, ou faire des achats dans les grands magasins. Dans ce parcours on trouve aussi un lieu d’étape qui jusqu’alors a échappé à l’examen des critiques de l’œuvre de Sarmiento : sa visite chez Mme Tastu. Celle-ci était poète dans sa jeunesse, et tenait un salon où, avant Sarmiento, s’étaient rendus des voyageurs tels que Alexandre von Humbolt, Jean-François Champollion, ou encore André-Marie Ampère.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Argentine, Paris

Index chronologique :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

Paris, la grande ville et ses hôtels

  • 1 « No están puestos en estos apuntes los gastos de viaje hechos antes de llegar a Francia por no hab (...)
  • 2 Nous avons conservé l’orthographe originale. Cf. D. F. Sarmiento, Viajes…, cit.
  • 3 Elle est mise en évidence par une obsession à noter ses dépenses dans les moindres détails.
  • 4 Dans son étude sur le séjour de Sarmiento en France et en Algérie, Paul Verdevoye explique que ce d (...)

1Sarmiento débarque au Havre le 6 mai 1846, et aussitôt il commence à répertorier ses dépenses1. Les faibles moyens dont il dispose ainsi que la durée de son voyage lui imposent ce régime particulier ; nous découvrons un personnage sérieux et très rigoureux. Sarmiento se montre à la hauteur de l’engagement pris avec le gouvernement chilien qui finançait le voyage. Dans l’une de ses premières notes il écrit : « Dîner et chambre à coucher pendant deux jours…20 francs »2 et, ensuite : « Deux bouteille de vins extra, une bouteille de Bordeaux à 5 francs, une autre de Chambertin à 8 francs ». Force est de constater la disparité3 de ces premières dépenses. Sarmiento manifeste une légèreté surprenante vis-à-vis de ses ressources. D’une part, il paye 20 francs pour deux nuits d’hôtel, nourriture comprise. D’autre part, il dépense presque la même somme pour deux bouteilles de vin « extra ». On retrouve le même écart dans les notes qui suivront. Le 9 mai, il note : « Pour un dîner de luxe à Paris au Palais Royal… 12 francs » ; mais, un jour plus tard, son carnet de dépenses indique : « Déjeuner… 4 francs ». Le 11 mai, on lit encore : « Dîner… 3,5 francs », le 12 mai : « Déjeuner et dîner… 7 francs [soit 3,50 francs par repas] ». Le 13 mai aussi : « Déjeuner et dîner… 5 francs [soit 2,50 francs par repas] ». À force de tout essayer, il jonglait avec son budget en passant de dépenses très mesurées à des tarifs plutôt onéreux4.

2Il existe néanmoins une logique dans cette série de dépenses. D’abord, Sarmiento est venu en Europe pour étudier le fonctionnement des institutions d’enseignement. Aussi peut-on comprendre qu’il lui a fallu connaître davantage la société dans laquelle fonctionnait ce système d’éducation. Cela impliquait, tout au moins pour le voyageur argentin, d’essayer de vivre comme un européen – dépenses démesurées incluses. Mais une autre raison peut expliquer la logique de ces dépenses : il voulait vivre dans la société européenne comme un Européen quelconque, et non comme un étranger. Ainsi observait-il les gens dans la rue selon un double regard : d’abord, un regard impersonnel, à finalité sociale : emprunter des idées pour la réforme de l’éducation chilienne. Puis un regard personnel à finalité plus intime : acquérir lui-même les mœurs européennes. Cette dernière tendance est très facilement décelable dans Viajes tout comme dans son carnet de dépenses. C’est ce dont témoigne une lettre du 9 mai envoyée à Carlos Tejedor :

  • 5 D. F. Sarmiento, Viajes…, cit., p. 86. (La traduction nous appartient).

Les côtes françaises se sont dessinées enfin dans le lointain horizon. Tout le monde les salua avec joie, et moi aussi. Me sentant tout intimidé et apeuré par l’idée de me trouver par la suite au sein de la société européenne, manquant de traitement et de manières, j’ai tenté de ne point laisser transparaître la gaucherie du provincial qui alimente tant de moqueries à Paris.5

3À cet égard, la liste de ses dépenses confirme cet état d’esprit puisqu’il écrit le 4 mai : « Gants blancs pour aller dîner chez M. Lelong… 3 francs » et le 9 mai : « Une paire de gans en soie… 1,1 franc ». Le 16 mai il ajoute : « Deux paires de gants… 6 francs ». Le 25 mai, on trouve encore : « Gants en soie… 2 francs ». Enfin, le registre du 18 mai est la preuve incontestable de cette tendance chez Sarmiento : « Une cravate blanche pour être présenté au Ministre Guizot… 4 francs ». Tout cela nous montre, de la part du voyageur, un souci des bonnes manières, et un effort pour « ne point laisser transparaître la gaucherie du provincial ».

  • 6 Pour une étude des endroits cités voir P. Verdevoye, Viajes por Francia y Argelia, in Sarmiento, Vi (...)
  • 7 D. F. Sarmiento, Viajes…, cit., p. 122.
  • 8 Ibidem, p. 123.

4Les parcours en ville, qui conduisent Sarmiento dans les cafés les plus célèbres du Boulevard des Italiens – la Maison Dorée, le Café de Paris, les Bains Chinois, Le Richelieu – sont autant d’exemples de cette logique de dépenses et de cette soif d’explorateur. Il se rend aussi dans des librairies et des galeries comme la Maison d’Aubert, Choiseul, Susse6. C’est selon cette même logique que l’on peut comprendre des affirmations telles que : « une chose m’a frappé tout particulièrement à Paris, c’est l’influence des plaisirs publics sur les mœurs de la nation »7, ou bien « Il ne faut pas dire que le luxe corrompt l’énergie morale de l’homme, car à chaque instant le peuple français présente des symptômes d’une énergie morale inconnue, ce que l’on ne trouverait jamais dans le peuple le plus frugal ou le plus sobre »8.

  • 9 Le numéro de la rue – illisible dans l’original du carnet de dépenses de Sarmiento – a été reconstr (...)

5C’est dans cet esprit de contradiction que l’on peut comprendre et suivre les mouvements de Sarmiento à travers Paris. En effet, son journal de dépenses nous révèle aussi les différents logements qu’il a occupés dans la capitale française. Il écrit le 21 mai : « Loyer à l’Hôtel d’Antin jusqu’à ce jour… 50 francs [soit 3,50 francs par jour] », et le même jour il rajoute une ligne au-dessous : « Transport de mes objets rue Saint-Lazare 37… 3 francs ». S’il n’y a pas d’indication du nom de l’hôtel, c’est parce qu’il y resta, vraisemblablement, jusqu’au 5 juillet : « Chez M.N. à Paris… 50 francs [soit 1,10 francs par jour] ». On peut déduire que ce déménagement est le résultat de son austérité, car tous les hôtels ont un emplacement géographique similaire : ils se situent en des lieux stratégiques, à proximité de gares, routières ou ferroviaires. Néanmoins, on a du mal à comprendre ces déménagements si on ne les attribue pas à un souci d’économie. Au contraire, lors de son séjour à Versailles, il s’en tiendra à son budget initial en restant dans un hôtel du 6 au 18 juillet, notant dans son journal : « Mon compte à l’hôtel de Versailles et pour boire… 39 francs [soit 4 francs par jour] ». Force est de constater qu’à l’époque, le logement à Versailles offrait bien peu de possibilités. Le 24 août, un nouveau déménagement le conduira au 279, rue Richer. La dépense est notée le 11 septembre, avant la poursuite de son voyage : « Location, bougie, et domestique… 40 francs [soit 2 francs par jour] ».

6On remarque, après l’examen de cette première période à Paris, que Sarmiento économise le plus possible en logement pour profiter des autres avantages de la ville. C’est le cas du théâtre, où il se rend à plusieurs reprises, par exemple au mois de mai : le 16 « Un billet de stalle au théâtre de l’Opéra français…2,1 francs », le 17 « Théâtre français, billet de galerie, acheté à la porte aux marchands de billets… 8 francs », le 20 « Billet de parterre pour entendre Robert le diable au théâtre de l’Opéra… 5 francs ». Sarmiento dépense aussi beaucoup dans les salles de danses, dépenses qui, mystérieusement, ne sont pas notées dans son journal, mais qu’il mentionne sans équivoque dans ses lettres. De retour à Paris, au mois de juin 1847, un nouveau déménagement l’attend ; il logera à une nouvelle et dernière adresse, à l’Hôtel Violet. Il est donc évident, d’après ces dépenses, que Sarmiento ne portait aucun intérêt au confort des hôtels qu’il fréquentait. Autrement dit, il les considérait tout simplement comme des « chambres à coucher », des espaces vides d’in-térêt où il ne se passe rien. Ils ne reflétaient pas les mœurs de la société française. Selon lui, les hôtels sont des lieux de passage pour des gens étrangers à la Ville Lumière, donc sans intérêt.

Paris intime

  • 10 Esteban Echeverría (Buenos Aires, 1805-1851) : le poète le plus important de la première période ro (...)
  • 11 Bartolomé Mitre (Buenos Aires, 1821-1906) militaire et homme politique. Général et chef de guerre p (...)
  • 12 Au contraire, on sait qu’il existait à Montevideo des lieux d’étape où les jeunes exilés se retrouv (...)
  • 13 Verdevoye n’arrive pas à une telle conclusion mais il le suggère plusieurs fois, d’autant qu’il cit (...)

7Si les hôtels présentaient très peu d’intérêt pour Sarmiento, en revanche, il était captivé par la population parisienne ; pas seulement par les intellectuels, mais par la singularité de chacun. Par exemple, il avait profité de la première escale de son voyage, à Montevideo, pour rendre visite à Esteban Echeverría10. Le récit de cette rencontre occupe quelques pages dans la première lettre parue dans le recueil Viajes, et que Sarmiento adresse à Vicente F. López le 25 janvier 1846. À la fin de cette lettre, Sarmiento cite d’autres rencontres, toujours à Montevideo, comme celle avec le futur président de l’Argentine, Bartolomé Mitre11. Toutefois, il ne s’arrête pas sur les détails de ses conversations ni sur les endroits où ces rencontres ont eu lieu12. Désormais, ce type d’omission deviendra une caractéristique de son écriture, qui s’oppose au grand nombre de pages consacrées à des détails parfois banals de la description des villes – phénomène confirmé par Paul Verdevoye, selon lequel le voyageur argentin avait recopié plusieurs de ses descriptions dans des guides destinés aux touristes13.

  • 14 Le général Don José de San Martín était le militaire à la tête du mouvement pour l’indépendance de (...)
  • 15 « Au conducteur pour apporter mon sac de nuit jusque à la ferme de Senart à la Magnangerie » in D. (...)
  • 16 Curieusement, Verdevoye ne mentionne pas cette date lorsqu’il commente le carnet de dépenses ; par (...)

8La rencontre de Sarmiento avec le général San Martin14 à Grand-Bourg est un autre exemple de cette tendance à passer sous silence les étapes les plus intimes de son voyage. On sait, toujours d’après le carnet de dépenses, qu’il fréquenta la région de Grand-Bourg, notamment la forêt de Sénart15 où il suivit un stage dans une manufacture de soie. Le 24 mai il note : « Pour le chemin de fer pour aller à Grand-Bourg chez le général Saint Martin… 5 francs »16, et à nouveau le 18 juillet : « Voiture, omnibus et chemin de fer, aller et retour, Grand-Bourg chez le G. St. Martin ». En effet, Sarmiento s’est déplacé plusieurs fois pour rencontrer le général en exil, mais dans ses lettres il ne mentionne qu’une seule visite. Les quatre ou cinq paragraphes qu’il lui a dédiés sont très émouvants. Lors de cet échange, San Martín lui aurait déclaré son admiration pour J. M. Rosas, ennemi déclaré de Sarmiento. Mais la référence est très vague, et en fin de compte, on retient davantage l’image ressentie ce jour-là face au père de la patrie exilé, que la trace des événements qui entourent la rencontre.

  • 17 D. F. Sarmiento, Viajes…, cit., p. 122.
  • 18 On sait, d’après Verdevoye qu’il y a au « Museo Histórico Sarmiento » une reproduction d’un écu cop (...)

9C’est selon une même tonalité, mais encore plus évasive, que Sarmiento évoque son passage chez Madame Tastu. On sait que c’est par l’intermédiaire de Lasserre que Sarmiento prend part à ces réunions, comme il le raconte dans la lettre du 4 septembre à Antonio Aberastain : « Mr. Lasserre, un français exilé au Chile, m’avait suggéré d’aller rendre visite à Mme Tastu »17. On sait aussi, d’après son carnet de dépenses, qu’il rencontre les Tastu au moins deux fois ; la première date du 1er juillet 1846, quand il note : « Voiture pour aller voir Mme Tastu et autre », et la seconde du 28 juillet 1847, c’est-à-dire un an plus tard, quand Sarmiento inscrit : « Voiture pour Ste. Geneviève ». Monsieur Tastu était le conservateur de la bibliothèque Sainte-Geneviève du quartier latin, on peut donc déduire que ce jour-là Sarmiento leur avait rendu visite18. Cette visite nous laisse perplexe et en même temps nous invite à approfondir notre recherche. En un sens, les hôtels n’avaient aucun intérêt pour le voyageur argentin. C’étaient de simples lieux où passer la nuit, dans lesquels on trouvait tout au plus une « chambre à coucher ». Ceci apparaît très clairement à la lecture de son carnet de dépenses, où les déménagements n’avaient d’autre justification que le souci de faire des économies. Le confort modeste de ces hôtels établit un contraste fort avec le salon de Mme Tastu où il trouvait la richesse qu’il venait chercher à Paris : rencontres intéressantes, secrets politiques, ostentations du pouvoir, conversations intimes et connaissances inespérées.

10Sarmiento s’était donc rendu chez les Tastu une seule fois avant sa visite au Quartier Latin. Cependant, un an après, il se souvient d’eux et leur rend à nouveau visite. Qu’est-ce qui le pousse à cette deuxième rencontre ? On devine chez Sarmiento une admiration pour Mme Tastu. Au lendemain du premier rendez-vous, Sarmiento inscrit dans son carnet de dépenses l’achat d’un livre : « Éducation maternelle de Mme Tastu… 13 francs ». Achat tout à fait compréhensible : il s’était rendu chez les Tastu, avait parlé avec la maîtresse de maison, avait découvert ses travaux sur l’éducation, et avait ainsi décidé d’acquérir l’un de ses ouvrages. Mais comment expliquer qu’un mois plus tard, le 12 septembre, il achète encore : « l’ouvrage de Mme Tastu… 5 francs ». Il est possible qu’il l’ait trouvé par hasard en flânant dans les rues de Paris. Cependant, il faut souligner que l’agenda de Sarmiento était bien rempli et qu’il rencontrait souvent des personnalités telles que Guizot, Thiers, Lelong, etc. En revanche, il n’a enregistré que peu de dépenses pour des achats de livres. Et donc, s’il est vrai que Sarmiento ne rencontre les Tastu que deux fois, comment expliquer le cadeau qu’il reçoit de Monsieur Tastu sinon par le fait qu’ils avaient noué une relation d’amitié et que celle-ci supposait des rencontres régulières. La seule explication possible, c’est que Madame Tastu ouvrait sa maison aux voyageurs comme lieu d’étape. En effet, Sarmiento savait que des personnages de la taille de Humbolt, Champollion, s’étaient rendus chez elle, c’est pourquoi il s’y est rendu à son tour.

  • 19 Ibidem.
  • 20 Ibidem.

11Sarmiento, dans la lettre déjà citée, écrit à Aberastain à propos de Mme Tastu : « poète dans sa jeunesse, elle écrit aujourd’hui sur l’éducation maternelle, des travaux très précieux »19. Cette lettre qui date du 4 septembre nous interpelle : Sarmiento avait-il déjà lu le livre de Mme Tastu acheté le 3 juillet ? La citation semble indiquer une réponse affirmative, sinon comment pourrait-on expliquer l’appréciation qu’il fait des écrits de Mme Tastu ? Quoi qu’il en soit, cette citation nous apparaît comme un indice clair des rapports entretenus avec cette personne. La lettre indique ensuite : « C’est le charme de la pièce de cet écrivain, le reflet des salons de jadis, qui sont en train de disparaître à cause des intérêts industriels. Le salon de Mme Tastu a reçu des célébrités telles que Humbolt, Champollion et Ampère »20. On voit que Sarmiento était impressionné par cette dame. Sa description de la salle, avec les réminiscences d’un prestigieux passé, en témoigne. Il arrive même à une formulation contraire à sa pensée libérale et progressiste : la référence négative vis-à-vis du progrès industriel.

  • 21 Ibidem.

12Toutefois, c’est la galerie de portraits à laquelle il est fait référence, qui donne de la splendeur à ce lieu d’étape, notamment celui du célèbre voyageur allemand, que Sarmiento avait cité dans son œuvre Facundo. C’est sa façon de dire : regardez où je suis arrivé ! En effet, il est là, dans le même lieu où se sont rencontrés les intellectuels qu’il a pris pour modèle dans sa jeunesse, véritables références pour son propre parcours, et dont il s’est inspiré. Il faut donc souligner l’importance de ce lieu d’étape, chargé de signification. On peut même dire que le séjour chez Mme Tastu justifie son voyage en France : « Dans cette société où j’ai toujours été accueilli avec une grande reconnaissance, je suis arrivé à pénétrer au plus profond de la société française »21. La déclaration parle d’elle-même : les visites chez Mme Tastu ont permis à Sarmiento d’avoir une connaissance approfondie de la société française.

  • 22 D. F. Sarmiento, De la educación popular, Buenos Aires, Imprenta y litografía “Mariano Moreno”, 189 (...)
  • 23 D. F. Sarmiento, Viajes…, cit., p. 122. Soulignons que Sarmiento met autant l’accent sur les person (...)

13Une dernière référence à ce salon se trouve dans le rapport que Sarmiento rédige, de retour au Chili : « Plusieurs fois j’ai fait appel à ce que j’avais entendu de Mme Tastu pour penser l’éducation des femmes »22. Cette citation est encore la preuve que Sarmiento a eu avec Mme Tastu un rapport qui dépasse celui d’une simple rencontre. On constate donc l’importance que Sarmiento attribue lui-même à ce lieu d’étape. C’est là, en effet, qu’il arriva à comprendre l’actualité française tout en rentrant dans le cercle des plus hautes personnalités scientifiques et politiques. C’est dans ce lieu d’étape qu’il s’aperçut des rapports existant entre les différents acteurs de cette réalité française. C’est à partir de celle-ci qu’il voulut construire son modèle américain. « Là-bas j’ai entendu tant de secrets et de détails qu’on ne lirait jamais ici dans le journal ! »23. C’est également grâce aux rencontres avec Mme Tastu que Sarmiento prend conscience du rôle des femmes dans l’éducation. La richesse de ce salon a une signification et permet à elle seule de justifier le voyage. Dans ce type de lieu d’étape, grâce à l’intimité crée par les conditions même de l’endroit, grâce au climat amical, et aux personnalités qui s’y rendent, le voyageur a la possibilité de pénétrer dans les rouages de la société française. Face à cela, les hôtels et les multiples déménagements n’ont qu’une signification bien anecdotique.

Haut de page

Notes

1 « No están puestos en estos apuntes los gastos de viaje hechos antes de llegar a Francia por no haber llevado cuenta de ellos » (« Les frais de voyage effectués avant d'arriver en France ne figurent pas dans ce carnet, manque de registre »), in D. F. Sarmiento, Viajes por Europa, Africa y Estados Unidos 1845-1847, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 1993, p. 473.

2 Nous avons conservé l’orthographe originale. Cf. D. F. Sarmiento, Viajes…, cit.

3 Elle est mise en évidence par une obsession à noter ses dépenses dans les moindres détails.

4 Dans son étude sur le séjour de Sarmiento en France et en Algérie, Paul Verdevoye explique que ce décalage dans les dépenses de Sarmiento – notamment dans l’achat des deux bouteilles de vin « extra » par rapport au 20 francs qu’il venait de dépenser pour deux nuits d’hôtel et deux dîners – est une façon pour Sarmiento de mitiger la mauvaise impression que lui aurait laissé le port du Havre (P. Verdevoye, Domingo Faustino Sarmiento, éducateur et publiciste, Paris, 1963, p. 653). Au contraire, nous pensons que la disparité dans ses dépenses est due à son caractère. D’après nous, Sarmiento aurait établi un programme de dépenses fondé sur le principe de la compensation. Il pouvait se permettre l’achat d’une ou deux bouteilles d’un vin assez cher ; mais pour cela, il devait faire des économies sur le logement ou la nourriture.

5 D. F. Sarmiento, Viajes…, cit., p. 86. (La traduction nous appartient).

6 Pour une étude des endroits cités voir P. Verdevoye, Viajes por Francia y Argelia, in Sarmiento, Viajes…, cit., pp. 441-442.

7 D. F. Sarmiento, Viajes…, cit., p. 122.

8 Ibidem, p. 123.

9 Le numéro de la rue – illisible dans l’original du carnet de dépenses de Sarmiento – a été reconstruit par Paul Verdevoye in P. Verdevoye, Viajes por Francia y Argelia, cit., p. 655.

10 Esteban Echeverría (Buenos Aires, 1805-1851) : le poète le plus important de la première période romantique au Río de la Plata, introducteur de ce mouvement en Argentine. Il est le premier à avoir employé les thématiques de l’Indien et du désert en poésie.

11 Bartolomé Mitre (Buenos Aires, 1821-1906) militaire et homme politique. Général et chef de guerre puis gouverneur de la province de Buenos Aires, il accède au poste de Président de la République en 1862, poste qu'il occupera pendant six ans. Il est l’auteur d’une Histoire de la République argentine (1882).

12 Au contraire, on sait qu’il existait à Montevideo des lieux d’étape où les jeunes exilés se retrouvaient ; en fait, c’est suite à ces rencontres entre exilés que les idées visant à destituer Rosas ont émergé.

13 Verdevoye n’arrive pas à une telle conclusion mais il le suggère plusieurs fois, d’autant qu’il cite quelques exemples. Voir P. Verdevoye, Viajes por Francia y Argelia, cit., p. 463.

14 Le général Don José de San Martín était le militaire à la tête du mouvement pour l’indépendance de l’Argentine, du Chili et du Pérou.

15 « Au conducteur pour apporter mon sac de nuit jusque à la ferme de Senart à la Magnangerie » in D. F. Sarmiento, Viajes…, .cit., p. 484.

16 Curieusement, Verdevoye ne mentionne pas cette date lorsqu’il commente le carnet de dépenses ; par contre, il évoque la visite telle qu’elle eut lieu le 18 juillet.

17 D. F. Sarmiento, Viajes…, cit., p. 122.

18 On sait, d’après Verdevoye qu’il y a au « Museo Histórico Sarmiento » une reproduction d’un écu copié d’un manuscrit du XVIe siècle qui lui a été offert par Monsieur Tastu et qui porte son authentification.

19 Ibidem.

20 Ibidem.

21 Ibidem.

22 D. F. Sarmiento, De la educación popular, Buenos Aires, Imprenta y litografía “Mariano Moreno”, 1896, p. 23.

23 D. F. Sarmiento, Viajes…, cit., p. 122. Soulignons que Sarmiento met autant l’accent sur les personnes qui s’y rendent que sur le lieu d’étape lui-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diego Jarak, « Sarmiento s’arrête à Paris. Entre hôtels et salons mondains  », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 405-413.

Référence électronique

Diego Jarak, « Sarmiento s’arrête à Paris. Entre hôtels et salons mondains  », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/928 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.928

Haut de page

Auteur

Diego Jarak

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org