Navigation – Plan du site
Figures mythologiques féminines

Circé l’ambiguë : quelques révisions d’une figure mythique dans la littérature hispano-américaine

Sandra Gondouin
p. 209-219

Résumés

Sorcière ou magicienne, femme fatale ou vulnérable, maîtresse ou victime de son destin, Circé possède une ambigüité propre à inspirer de nombreuses réécritures. Ainsi, des écrivains latino-américains comme Julio Cortázar, Julio Torri, Claribel Alegría ou Luisa Futoranski, ont réinventés cette figure mythique en inversant parfois sa traditionnelle polarisation négative, dans une réflexion qui tend à remettre en question la cohérence que le mythe confère au monde et à la vie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Michaël Martin, Sorcières et magiciennes dans le monde gréco-romain, Paris, Éditions Le Manuscrit (...)
  • 2 « Fatale », Trésor de la langue française, en ligne sur le site du Centre National de Ressources (...)
  • 3 Yves Denis Papin, Connaître les personnages de la mythologie, Paris, Éditions Jean-Paul Gisserot, (...)

1Personnage ambigu, déesse et magicienne dans l’Odyssée, mais plus souvent sorcière dans les réécritures qui lui sont consacrées1, Circé correspond à l’archétype de la femme fatale. Cet archétype prend sa source à des mythes ancestraux mettant en scène des femmes « envoyée[s] par le destin pour perdre, ou plus communément, séduire ceux qui [les] approchent »2. Le fatum, cette « force divine, occulte, qui règle d’avance et de manière irrévocable le destin des humains, présidé par les Parques »3, marque de son sceau la destinée de la femme fatale et des hommes qu’elle séduit. Victimes de sa beauté ou de sa sensualité, ceux-ci trouvent la mort ou rencontrent un destin tragique lorsqu’ils tombent sous son charme. Issue de la mythologie ancestrale grecque, la figure mythique de Circé − à l’instar des Sirènes ou de Méduse − campe l’une des premières représentations littéraires de la « femme fatale » dans la tradition occidentale. Si cet archétype a traversé les siècles pour s’incarner dans de nombreuses figures féminines − des femmes bibliques, telles Judith ou Salomé, aux actrices blond platine d’Hollywood − Circé demeure particulièrement emblématique de la dangerosité féminine. Ainsi, Simone de Beauvoir considère que :

  • 4 Simone De Beauvoir, Le deuxième sexe I, Paris, Gallimard, 1949, p. 311.

La femme qui exerce librement son charme : aventurière, vamp, femme fatale, demeure un type inquiétant. Dans la mauvaise femme des films de Hollywood survit la figure de Circé. Des femmes ont été brûlées comme sorcières simplement parce qu’elles étaient belles. Et dans le prude effarouchement des vertus de province, en face des femmes de mauvaise vie se perpétue une vieille épouvante.4

  • 5 Duarte Mimoso-Ruiz, « Circé » in Pierre BRUNEL et Frédéric MANCIER, Dictionnaire des mythes fémin (...)
  • 6 Homère, Victor Bérard [trad.], Odyssée, Paris, Gallimard, 1979, p. 217.

2La figure mythique de Circé s’oppose diamétralement à celle de la femme vertueuse ou angélique, à celle qui rassure. Elle représente pour l’homme le danger absolu : la perte de sa virilité, de son humanité pour une forme animale. De fait, si l’imaginaire collectif a retenu avant tout la forme du cochon pour les métamorphoses mises en œuvre par Circé5, ce n’est pas la seule. En effet, lorsque les compagnons d’Ulysse débarquent sur l’île d’Aiaié, ils peuvent observer « dans un val, en un lieu découvert, la maison de Circé aux murs de pierres lisses et, tout autour, changés en lions et en loups de montagne, les hommes qu’en leur donnant sa drogue, avait ensorcelés la perfide déesse »6. Cela dit, eux-mêmes connaîtront bel et bien une forme souvent considérée comme l’une des plus basses du règne animal : celle du porc.

  • 7 Alicia Ostriker, « The thieves of language : Women Poets and Revisionist Mythmaking », Signs, vol (...)

3Les métamorphoses opérées par Circé font souvent d’elle, dans les réécritures qui lui sont consacrées, un être indifférent au sort des hommes, voire cruel. Tout comme Pénélope est perçue à travers une polarité positive, Circé − sa rivale et sa contre-image − est traditionnellement retranchée vers une polarité négative. Si, comme l’affirme Alicia Ostriker, « c’est grâce au mythe que l’on pense que la femme est soit un ange, soit un monstre »7, Pénélope tend vers l’ange, et Circé vers le monstre. Néanmoins, cela n’est pas systématique car l’hypotexte homérique irradie de façon variable sous la plume des auteurs contemporains. Ainsi, la Circé qui donne le titre de l’une des nouvelles de Julio Cortázar – dans le recueil Bestiario – possède la même ambiguïté que celle d’Homère. La sorcière mythique n’est pas nommée au fil des pages, mais s’incarne sous les traits de Delia Mañara, une jeune fille qui apparaît dès le début de l’intrigue comme la meurtrière de ses deux premiers fiancés. Le récit se situe au XXe siècle et s’articule autour de la relation qui s’ébauche entre Delia et Mario, son voisin dans le quartier Almagro de Buenos Aires. Tout au long de la nouvelle, l’auteur sème des indices faisant écho au personnage antique de Circé, telle la relation particulière que Delia entretient avec les animaux :

  • 8 Julio Cortázar, Obras completas I - Cuentos, Barcelone, Nueva Galaxia Gutenberg, 2003, p. 208. «  (...)

Un gato seguía a Delia, todos los animales se mostraban siempre sometidos a Delia, no se sabía si por cariño o por dominación, le andaban cerca sin que ella los mirara. […] La madre decía que Delia había jugado con arañas cuando chiquita.8

4On retrouve, dans ce rapport de soumission / domination des animaux, la façon qu’a la Circé homérique de se jouer des hommes, qu’elle séduit puis change en bêtes au moyen de ses « drogues ». De même, Delia se joue de ses fiancés, qu’elle soumet à ses caprices et auxquels elle fait goûter de douteuses préparations culinaires. En effet, la jeune fille élabore des liqueurs et des confiseries dont ses propres parents se méfient, avec une application rituelle et dans une atmosphère de mystère qui s’épaissit au fil des pages. Julio Cortázar construit ainsi un portrait inquiétant de Delia, dont la beauté cache des intentions malveillantes. Sous son apparence fragilité, la jeune fille montre une détermination sans faille à causer la perte de ceux qu’elle séduit. Elle se rapproche peu à peu de la figure de la sorcière, préparant des potions et des produits maléfiques. La nouvelle se construit autour des impressions partagées du narrateur, pris entre attraction et répulsion. Cela se manifeste notamment après le premier baiser échangé entre Delia et Mario, alors que celle-ci s’assoit au piano :

  • 9 Ibidem, pp. 213-214. « Quelqu’un alluma la lumière et Delia s’éloigna en colère du piano, Mario e (...)

Alguien encendió la luz y Delia se apartó enojada del piano, a Mario le pareció un instante que su gesto ante la luz tenía algo de la fuga enceguecida del ciempiés, una loca carrera por las paredes.9

5La métaphore d’un mille-pattes en fuite contraste avec les images que la littérature consacre généralement à l’être aimé et traduit le dégoût instinctif que Mario ressent malgré lui, comme un avertissement de son inconscient. Par ailleurs, on retrouve là l’idée d’une métamorphose – non pas exactement en animal, mais en insecte – motif évoquant sans conteste la figure de Circé. Du mille-pattes aux papillons volant souvent autour de la belle, aux araignées avec lesquelles elle jouait étant enfant, ou au cafard que Mario trouve finalement en croquant l’une de ses confiseries, les insectes trouvent dans cette nouvelle une place que le mythe original ne leur attribue pas. Cette extension de la thématique animale peut rappeler des images de la dangerosité féminine telles que la femme-araignée – à laquelle fait écho le patronyme de Mañara (araña) –, la veuve-noire − Delia porte toujours le deuil de son premier fiancé − ou la mante religieuse. La figure de Circé apparaît bien ici en tant qu’archétype de la femme fatale, dont l’image se décline à travers ces différents motifs. Par ailleurs, Julio Cortázar a expliqué avoir composé cette nouvelle pour se libérer d’une phobie alimentaire :

  • 10 Luis Harss, Los nuestros, Madrid, Anaya, 1966, pp. 269-270. « Quand j’ai écrit « Circé », je pass (...)

Cuando escribí « Circe » pasaba por una etapa de gran fatiga en Buenos Aires [...]. Noté que cuando comía me preocupaba constantemente el temor de encontrar moscas o insectos en la comida. Comida, por lo demás, preparada en mi casa y a la que yo le tenía plena confianza. Pero una y otra vez me sorprendía a mí mismo en el acto de escarbar con el tenedor antes de cada bocado. Eso me dio la idea del cuento, la idea de un alimento inmundo. Y cuando lo escribí, por cierto que sin proponérmelo como cura, descubrí que había obrado como un exorcismo porque me curó inmediatamente.10

6L’auteur argentin élabore donc cette réécriture très libre du mythe de Circé pour se défaire de ses propres obsessions ; il semblerait d’ailleurs que cela ait fonctionné. L’évocation de la figure de Circé représenterait alors une façon de se libérer de la fatalité qu’elle incarne. En effet, tout meurt autour de la Circé-Delia de Cortázar : les hommes et les animaux, de ses deux fiancés à un lapin, un poisson rouge et un chat que Mario retrouve agonisant, des échardes enfoncées dans les yeux. Cependant, on ne trouve pas cette cruauté dans le personnage original d’Homère. En effet, une fois que la belle a scellé son alliance avec Ulysse, elle traite ses hôtes avec tous les égards et n’apparaît pas comme un être insensible. La Circé d’Homère fait notamment preuve de compassion et de générosité envers les hommes d’Ulysse, après leur avoir rendu leur forme humaine :

  • 11 Homère, Victor Bérard [trad.], Odyssée, cit., p. 225.

CIRCE. – Allons, ne poussez plus tant de gémissements !... Oh ! je sais tous les maux que vous avez soufferts sur la mer aux poissons ou, par la cruauté des hommes, sur la côte ! Mais prenez de ces mets et buvez de ce vin, afin de retrouver en vous le même cœur qui, jadis, vous a fait quitter le sol natal, votre rocher d’Ithaque…11

7De fait, Circé l’ambiguë joue également un rôle d’adjuvant dans l’Odyssée : elle accueille Ulysse et ses hommes pendant toute une année sur son île, permet à Ulysse de descendre aux Enfers pour trouver le devin Tirésias et lui explique comment échapper aux périls que représentent les Sirènes, Charybde et Scylla. Le mythe antique possède une logique, il transmet un enseignement : la dangerosité de Circé n’est pas vaine, elle représente une épreuve dont le héros doit sortir victorieux pour bénéficier de l’aide de la déesse et poursuivre sa quête. Or, selon Sophie Dufays, le conte de Cortázar, de par son inscription dans la veine fantastique, se caractérise par le caractère insensé du comportement de Delia, poussée par une pulsion de mort injustifiée :

  • 12 Sophie Dufays, « Circé de Cortázar : au carrefour du mythe et du fantastique », Folia Electronica (...)

L’individu confronté à un texte fantastique doit renoncer à son aspiration d’explication rationnelle, son besoin de sens, d’inscription dans le symbolique, ce qui le met face à son angoisse. Dans Circé, renonçant à comprendre la légitimité du sens de la quête de Délia, il est confronté à l’angoisse d’un érotisme (au sens large que lui donne Bataille) purement destructeur : « Alors que le mythe tend à donner une cohérence symbolique forte au réel innommable, le fantastique met en place un dispositif textuel qui questionne cette cohérence et tend à faire renaître la terreur ou l’horreur devant le chaos et la violence latente qui s’y cachent, prêtes à resurgir. »12

8Ainsi, tandis que le mythe grec rassure en fournissant des clefs d’interprétation du réel, de l’explication des origines à l’ordre qui régit le Monde, le récit fantastique laisse le lecteur désemparé, en prise à l’angoisse que provoque l’inexplicable.

9Par ailleurs, on retrouve cette angoisse existentielle dans une plainte qu’un nouvel Ulysse adresse à Circé, sous la plume de l’Argentin Julio Torri :

  • 13 Julio Torri, « A Circe », Ensayos y poemas [première édition : 1937], in Tres libros : Ensayos y (...)

¡ Circe, diosa venerable ! He seguido puntualmente tus avisos. Mas no me hice amarrar al mástil cuando divisamos la isla de las sirenas, porque iba resuelto a perderme. En medio del mar silencioso estaba la pradera fatal. Parecía un cargamento de violetas errante por las aguas. ¡ Circe, noble diosa de los hermosos cabellos ! Mi destino es cruel. Como iba resuelto a perderme, las sirenas no cantaron para mí.13

10Loin de camper un personnage cruel, Circé apparaît ici comme la figure protectrice qu’elle devient dans l’Odyssée suite à sa confrontation avec Ulysse. En revanche, ce dernier fait preuve d’une attitude suicidaire – « iba resuelto a perderme » – qui fait de lui la contre-image d’un héros que la tradition veut prêt à livrer tous les combats. De même, on constate une inversion du sens généralement attribué à la fatalité – dont l’ultime conséquence serait la mort – puisque ce qui apparaît ici comme la marque du fatum, c’est le fait de rester en vie – « mi destino es cruel ». On perçoit en cela un étiolement des certitudes propre à la modernité. Si cet archétype du héros que représente Ulysse se dérobe face aux épreuves qu’il rencontre, c’est que l’ordre ancien ne prévaut plus. À travers cette image, Julio Torri brise la « cohérence symbolique » propre au mythe et, tout comme Julio Cortázar, confronte le lecteur à l’angoisse existentielle.

11Fatalité et désillusion imprègnent également le poème que Claribel Alegría consacre à la figure de Circé. Cette poétesse salvadorienne a offert sa voix à de nombreuses figures mythiques, particulièrement, à l’instar de Circé, à des femmes que la tradition patriarcale a marquées du sceau du fatum. Dans l’épisode homérique mettant Circé en scène, comme dans le micro-conte de Julio Torri, c’est Ulysse qui a la parole, et la magicienne est perçue depuis une focalisation externe chez Julio Cortázar. En revanche, chez Claribel Alegría, c’est la voix de la belle qui s’élève pour retracer son existence. Cela donne naturellement lieu à une différence de point de vue, mais la magicienne n’échappe pas pour autant à sa réputation, qu’elle évoque elle-même :

  • 14 Claribel Alegría, « Circe », Saudade, Madrid, Visor, 1999, pp. 22-23 : « Circé est mon nom / on m (...)

Circe es mi nombre
me llaman bruja
y maga
y hechicera.
[...]
Nunca amé a un mortal
ni siquiera a Ulises
pude amar.14

  • 15 Selon Michaël Martin, magicienne et sorcière ont en commun la pratique de la magie, « mais si la (...)

12La traditionnelle ambiguïté du personnage se reflète dans les différents qualificatifs qui lui sont attribués – « sorcière », « magicienne » ou « ensorceleuse »15. Puisque la parole lui est donnée, Circé peut justifier son attitude. Elle le fait par l’indifférence, une attitude inattendue de la part d’un personnage mythique. En effet, les héros de la mythologie grecque, tout comme ceux de la tragédie, sont habités par des passions. Bons ou mauvais, traîtres(ses) et héro(ïne)s, opposant(e)s ou adjuvant(e)s, ils jouent leur rôle avec conviction. Au contraire, la Circé de Claribel Alegría ne « joue pas le jeu » du mythe. Insensible aux passions et même à l’irrésistible Ulysse – « ni siquiera a Ulises / pude amar » – elle n’est pas impliquée dans son destin, bien qu’elle l’accomplisse tout d’abord « fidèlement » :

  • 16 Claribel Alegría, « Circe », cit., pp. 22-23 : « J’ai toujours été fidèle à mon destin / il me po (...)

Fui siempre fiel a mi destino
me impulsaba
jugaba con los hombres
caían aturdidos
en mis redes
los convertía en bestias
los volvía a su forma
y seguían amándome
y tejían guirnaldas para mí
16

13On remarque une certaine ironie dans la voix de Circé, qui semble tout d’abord s’amuser de soumettre les hommes à sa volonté. De fait, l’image des soupirants s’adonnant à la composition de guirlandes de fleurs est insolite − « y tejían guirnaldas para mí » − car cet ouvrage traditionnellement féminin contraste avec leur statut de guerriers et inverse les rôles homme/femme. Cependant, le verbe « impulser » traduit un mouvement venant de l’extérieur : Circé n’est pas mue par sa propre volonté, par ses désirs, mais par une force qui la pousse et qu’elle accepte. L’usage de l’imparfait − « jugaba », « caían », « los convertía », « los volvía », « seguían », « tejían » − instaure la répétition dans le quotidien de Circé. Le fait de rendre aux hommes leur forme originelle semble alors habituel dans le poème − « los volvía a su forma » −, bien qu’il constitue une exception dans l’Odyssée. En effet, Circé n’y consent qu’à la demande d’Ulysse, redonnant forme humaine aux guerriers devenus pourceaux. Or, avec la répétition vient l’ennui :

  • 17 Ibidem : « Je me suis lassée de mon jeu / c’était puéril / je les ai tous expulsés / d’un seul co (...)

Me cansé de mi juego
era pueril
los expulsé a todos
de una vez
me quedé sin esclavos
ni efebos
sin bestias
sola
en mi isla sepulcral
yo sola frente al mar
con los alisios
condenada a mí misma
y a la paz.
Mis recuerdos son tersos
tengo dura y vacía
la mirada
mirada de gaviota
o de albatros.
Quizá si hubiese amado
algún dardo heriría mi memoria.
17

  • 18 Cela se vérifie également lorsque la poétesse donne la parole aux Érinyes, à Arachné, ou à Phèdre (...)

14La solitude qui domine cette seconde partie du poème est à la fois choisie − « los expulsé a todos » − et subie − « condenada a mí misma ». La paix régnant sur l’île préfigure la mort − « condenada », « mi isla sepulcral ». Seule face à l’immensité, Circé se déshumanise et, ironie du sort ou des Dieux, s’animalise − « mirada de gaviota / o de albatros ». La belle est prise à son propre jeu : son incapacité à aimer se retourne contre elle et la condamne à l’animalité, à l’absence, à un ennui auquel serait préférable même la douleur d’un amour déçu − « Quizá si hubiese amado / algún dardo heriría mi memoria ». Bien que néfaste pour les hommes qu’elle ensorcelle, Circé n’est pas entièrement coupable de la situation. Le fatum pèse sur cette femme fatale emportée par son destin. Le poème joue sur un mécanisme de réciprocité : la déshumanisation affecte le bourreau autant que la victime, la fatalité touche celle qui en est l’instrument tout autant que ses proies. La voix lyrique que Claribel Alegría prête à Circé invite le lecteur à écouter et à comprendre cette femme fatale. La magicienne n’est pas prise en pitié : elle apparaît comme une femme forte. En effet, si c’est Ulysse qui décide de partir selon le chant d’Homère, c’est au contraire Circé qui décide de congédier tout son monde dans le poème d’Alegría – « los expulsé a todos ». Il s’agit donc plutôt de considérer cette figure mythique depuis un nouvel angle de vue – le sien – en prenant en compte la réciprocité du fatum18.

15Si la Circé de Claribel Alegría est indifférente à Ulysse, la poétesse argentine Luisa Futoranski pousse la subversion mythique un peu plus loin encore, à travers une Circé rejetant le héros avec une ironie provocatrice :

  • 19 Luisa Futoranski, « Cicería », De dónde son las palabras, Barcelona, Plaza y Janéz, 1998, p. 19 : (...)

En cuanto a Ulises, ése, de Ítaca,
díganle que de áspides, sapos
y mastodontes como él
tengo llena la sartén.19

16Tandis que, dans l’Odyssée, Circé invite Ulysse à partager son lit dès lors qu’elle le voit résister à ses philtres, ces vers procèdent à une inversion totale de la perception traditionnelle du héros. Loin de susciter respect et admiration, il fait l’objet de comparaisons animales peu flatteuses – « áspides, sapos / y mastodontes » – et la magicienne ne peut l’imaginer qu’en fricassée. Cette Circé n’est pas ambiguë : dans le jeu de modification des valeurs traditionnelles qu’engage bien souvent la réinvention des mythes, elle se positionne clairement du côté de la féminité dangereuse.

17De Julio Cortázar à Luisa Futoranski, en passant par Julio Torri et Claribel Alegría, on observe différentes attitudes face au mythe de Circé. Il pourrait sembler logique qu’hommes et femmes ne se positionnent pas de la même manière face à l’archétype de la femme fatale, qui ne représente une menace que pour les premiers. De fait, on retrouve souvent chez les écrivaines une tendance à accentuer les caractéristiques subversives des figures de femme fatale – comme le fait Luisa Futoranski –, pour valoriser leur potentiel de déstabilisation du pouvoir masculin ou dépasser l’alternative binaire entre “ange” et “monstre”, femme “respectable” et femme “perdue”. Néanmoins, Circé n’est pas nécessairement cruelle chez les écrivains hommes. Elle ne l’est pas chez Julio Torri. Celui-ci privilégie une réflexion sur la fatalité que l’on retrouve d’ailleurs en filigrane chez Julio Cortázar, et de façon plus immédiate chez Claribel Alegría. Représentante du fatum, tout aussi prisonnière de son île que les hommes qu’elle y reçoit et dont elle altère le cours de la vie, Circé se prête particulièrement bien à une réflexion sur le destin. En modifiant le comportement attendu de la part de figures mythiques – à travers la cruauté aveugle de la Delia de Julio Cortázar, l’attitude suicidaire d’Ulysse chez Julio Torri, l’indifférence de la Circé de Claribel Alegría, et son mépris envers Ulysse chez Luisa Futoranski – les écrivains ébranlent les fondements de l’édifice mythique classique. Ils remettent en question cette cohérence que le mythe donne au monde et à la vie, qui fait que le héros est toujours héroïque, que son astuce peut triompher de tout – même de la cruauté – et inspire nécessairement l’admiration, voire l’amour, des femmes. Cette logique n’a plus cours chez les auteurs contemporains. Reste l’ambiguïté originelle de Circé, qui fait de cette déesse-sorcière-magicienne une figure particulièrement riche en possibilités d’interprétation.

Haut de page

Notes

1 Michaël Martin, Sorcières et magiciennes dans le monde gréco-romain, Paris, Éditions Le Manuscrit, 2004, p. 53 : « La Circé des origines est encore mal connue même si nous [pouvons] en dégager quelques traits : déesse des fauves, de la séduction, des marges, elle semble s’apparenter aux divinités féminines du monde mycénien que des bouleversements historiques ont pu contribuer à marginaliser. Car même si Homère lui reconnaît encore un statut divin, celui-ci est placé sous le signe de l’ambiguïté, une ambiguïté que n’hésiteront pas à exploiter ses successeurs. Ils en feront d’ailleurs une magicienne des plus réputées, une sorte de grande sœur de nos sorcières qu’elle ne deviendra d’ailleurs jamais, contrairement à Médée ».

2 « Fatale », Trésor de la langue française, en ligne sur le site du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, URL : http://www.cnrtl.fr/definition/fatale (consulté le 02.02.11).

3 Yves Denis Papin, Connaître les personnages de la mythologie, Paris, Éditions Jean-Paul Gisserot, 2003, p. 115.

4 Simone De Beauvoir, Le deuxième sexe I, Paris, Gallimard, 1949, p. 311.

5 Duarte Mimoso-Ruiz, « Circé » in Pierre BRUNEL et Frédéric MANCIER, Dictionnaire des mythes féminins, Monaco, Éditions du Rocher, 2002, p. 420 : « La transposition dans le domaine sexuel de la métamorphose des humains en porcs deviendra une interprétation prédominante par la suite avec l’Âne d’or d’Apulée ».

6 Homère, Victor Bérard [trad.], Odyssée, Paris, Gallimard, 1979, p. 217.

7 Alicia Ostriker, « The thieves of language : Women Poets and Revisionist Mythmaking », Signs, vol. 8, n° 1, automne 1982, pp. 68-90, p. 71 : « It is thanks to myth we believe that woman must be either “angel” or “monster” ».

8 Julio Cortázar, Obras completas I - Cuentos, Barcelone, Nueva Galaxia Gutenberg, 2003, p. 208. « Un chat suivait Delia, tous les animaux se montraient toujours soumis à Delia, on ne savait si c’était par affection ou par domination, ils marchaient à ses côtés sans qu’elle les regarde. […] Sa mère disait que Delia avait joué avec des araignées dans son enfance ».

9 Ibidem, pp. 213-214. « Quelqu’un alluma la lumière et Delia s’éloigna en colère du piano, Mario eut l’impression fugace que son attitude face à la lumière tenait de la fuite aveugle du mille-pattes, une course folle vers les murs ».

10 Luis Harss, Los nuestros, Madrid, Anaya, 1966, pp. 269-270. « Quand j’ai écrit « Circé », je passais par une étape de grande fatigue à Buenos Aires […]. Je remarquai que, lorsque je mangeais, j’avais toujours peur de trouver des mouches ou des insectes dans la nourriture. Une nourriture, pourtant, préparée chez moi et en laquelle j’avais toute confiance. Mais je me surprenais bien souvent à fouiller dans mon assiette avec ma fourchette avant chaque bouchée. C’est ce qui m’a donné l’idée de la nouvelle, l’idée d’un aliment immonde. Et quand je l’ai écrite, sans aucunement l’envisager comme un remède, j’ai découvert que cela avait fonctionné comme un exorcisme car j’ai guéri instantanément ».

11 Homère, Victor Bérard [trad.], Odyssée, cit., p. 225.

12 Sophie Dufays, « Circé de Cortázar : au carrefour du mythe et du fantastique », Folia Electronica Classica, Louvain-la-Neuve, n° 13, janvier-juin 2007. La chercheuse cite à son tour Roger Bozzetto et Arnaud Huftier, Les frontières du fantastique. Approches de l’impensable en littérature, Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, 2004, p. 149.

13 Julio Torri, « A Circe », Ensayos y poemas [première édition : 1937], in Tres libros : Ensayos y poemas, De fusilamientos, Prosas dispersas, México, Fondo de Cultura Económica, 1964, p. 9. « Circé, vénérable déesse ! J’ai suivi tes conseils à la lettre. Mais je ne me suis pas fait attacher au mat lorsque nous avons aperçu l’île des sirènes, car j’étais résolu à me perdre. Au milieu de la mer silencieuse se dressait la prairie fatale. On aurait dit un chargement de violettes errant parmi les eaux. Circé, noble déesse aux beaux cheveux ! Mon destin est cruel. Comme j’étais résolu à causer ma perte, les sirènes n’ont pas chanté pour moi ».

14 Claribel Alegría, « Circe », Saudade, Madrid, Visor, 1999, pp. 22-23 : « Circé est mon nom / on m’appelle la sorcière / et la magicienne / et l’ensorceleuse. / […] / Je n’ai jamais aimé un mortel / je n’ai pas même pu / aimer Ulysse ».

15 Selon Michaël Martin, magicienne et sorcière ont en commun la pratique de la magie, « mais si la sorcière est toujours une mortelle qui reçoit ces pouvoirs de différentes manières, l’antiquité gréco-romaine ne connaîtra, pour sa part, que des magiciennes d’origine divine. », Sorcières et magiciennes dans le monde gréco-romain, Paris, Éditions Le Manuscrit, 2004, pp. 18-19.

16 Claribel Alegría, « Circe », cit., pp. 22-23 : « J’ai toujours été fidèle à mon destin / il me poussait / je jouais avec les hommes / ils tombaient abasourdis / dans mes filets / je les changeais en bêtes / et je leur redonnais leur forme / et ils continuaient à m’aimer / et ils tressaient des guirlandes pour moi ».

17 Ibidem : « Je me suis lassée de mon jeu / c’était puéril / je les ai tous expulsés / d’un seul coup / je me suis retrouvée sans esclave / ni éphèbe / sans bête / seule / sur mon île sépulcrale / moi seule face à la mer / avec les alizés / condamnée à moi-même / et à la paix. / Mes souvenirs sont lisses / j’ai le regard / dur et vide / un regard de mouette / ou d’albatros. / Peut-être que si j’avais aimé / quelque flèche blesserait ma mémoire ».

18 Cela se vérifie également lorsque la poétesse donne la parole aux Érinyes, à Arachné, ou à Phèdre : voir « Destinos », Soltando amarras, cit., pp. 32-34 : « Cumplimos un destino / ¿pero quién lo fraguó ? / [...] / ¿Quién habló de piedad ? / Sólo el destino existe / ese destino-abismo / que nos tumba / nos succiona / nos lanza / no nos deja escapar ». (« Nous obéissons à un destin / mais qui l’a forgé ? / […] / qui a parlé de pitié ? / Seul le destin existe / ce destin-abîme / qui nous renverse / nous aspire / nous lance / ne nous laisse pas nous échapper »). Ici encore c’est la cruauté du destin et de ses hypothétiques auteurs qui est en cause. Le destin est d’ailleurs personnifié par l’utilisation de verbes d’action, des actions face auxquelles mêmes les Érinyes sont impuissantes. « Aracné », Ibidem, pp. 2-4 : « He tejido con mi vida un laberinto / soy la araña en el centro / [...] / se me secó la baba / y me quedé sin hilo : / una araña sin hilo / extraviada en su dédalo ». (« J’ai tissée un labyrinthe avec ma vie / je suis l’araignée en son centre / […] / ma bave a séché / et je me suis retrouvée sans fil : / une araignée sans fil / perdue dans son dédale ».) Dans ce poème, Arachné enfermée dans son labyrinthe est prise, telle Circé, à son propre piège.

19 Luisa Futoranski, « Cicería », De dónde son las palabras, Barcelona, Plaza y Janéz, 1998, p. 19 : « Quant à Ulysse, celui-là, d’Ithaque, / dites-lui que ma poêle est pleine / de vipères, de crapauds et de mastodontes comme lui ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Gondouin, « Circé l’ambiguë : quelques révisions d’une figure mythique dans la littérature hispano-américaine », Cahiers d’études romanes, 27 | 2013, 209-219.

Référence électronique

Sandra Gondouin, « Circé l’ambiguë : quelques révisions d’une figure mythique dans la littérature hispano-américaine », Cahiers d’études romanes [En ligne], 27 | 2013, mis en ligne le 25 juin 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4078 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4078

Haut de page

Auteur

Sandra Gondouin

Université de Rouen, ERIAC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org